Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 2

Publié le 11 septembre 2009 et mis à jour le 15 septembre 2009 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Passons aux priorités suivantes listées par NKM pour le grand emprunt et le numérique… et dans un domaine que je connais un petit peu !

Investir dans le logiciel

IMG_0881

Là aussi, deux interventions sortaient du lot dans le débat, assez bien animé par Hervé Novelli, secrétaire d’Etat en charge d’un tas de choses dont les PME :

Marc Simoncini Sept2009

  • Marc Simoncini, le fondateur de Meetic (ci-dessus), qui voudrait bien éviter que la valeur ne se créé qu’aux USA. Il est l’un des rares numéros un mondiaux français du numérique, ex-aequo avec une entreprise américaine (Match.com). Même nombre de client et chiffre d’affaire. Mais pour Match : 1 site, 1 langue, 1 actionnaire. Et pour Meetic: 16 sites, 13 langues, 1 IPO. Il a couru un 110m haie vs face à un autre qui courait un 110m à plat. Il a identifié huit haies: marché unifié vs fragmenté, une langue vs Babel, une culture tournée vers l’innovation et l’entrepreneuriat (US), la formation des universités qui est plus avancée, la masse critique de talents, les investissements en R&D, la dérégulation, et l’absence de la barrière de la langue pour s’approprier les nouvelles technologies. L’Etat peut-il supprimer certaines haies ? Pour lui, oui, dans la formation, la R&D et l’esprit entrepreneurial. Pour la langue, la France est le 119eme pays du monde dans sa maitrise de l’anglais. On a besoin de comprendre la culture et pas seulement la langue. Les français ne mettent pas assez les pieds à l’étranger (je nuancerai : dans le numérique car dans d’autres industries, ce n’est pas vrai). Il rappelle aussi que s’il y a de nombreux joueurs de tennis aux USA, le champion du monde est Suisse. Donc, avec les bonnes compétences, les bons moyens, et l’envie, on peut y arriver.

Elie Noam Sept2009

  • Eli Noam (ci-dessus), professeur à la Columbia Business School qui était étonné d’entendre dire autant de bien des USA. Quelques caractéristiques à souligner : le gouvernement fédéral investit 10% de la R&D du secteur privé (en France, c’est plus de la moitié). Il y a beaucoup d’aides du gouvernement pour les PME (tous secteurs confondus, dans le Small Business Act). Les grands donneurs d’ordre que sont la Défense et la NASA commandent beaucoup de R&D à des PME. Il met l’accent sur l’importance de la sélection des projets. Le gouvernement ne devrait pas financer les meilleurs projets, déjà bien arrosés par le privé, mais les projets qui génèrent un bénéfice social ou collectif important et un bénéfice privé moins significatif. Je me demande à quoi il faisait exactement allusion exactement. Il évoque aussi le plan de relance américain et ses $7B pour le haut débit. Les grandes sociétés n’ont pas fait de demande car le processus est trop complexe et avec trop de conditions.

Sinon, Hervé Yahi, le (nouveau) PDG de Mandriva fait la promo de l’open source, de sa boite (4ième ISV Linux mondial…, n’a jamais été profitable et fait moins de 4m€ de CA annuel), et évoque la bien connue fragmentation de l’industrie du logiciel française (2500 éditeurs, 800 de plus de 12 salariés, le 50eme fait 10m€ de CA). Les VC revendent les boites à des groupes étrangers. 56% du CA du logiciel était représenté par les trois premiers acteurs en 2006 et 75% en 2008. Peu ont les moyens de se consacrer à un enjeu stratégique. Il faudrait trouver “un ou deux sujets”. Au hasard, l’open source et autre chose…

Laure de la Raudière Sept2009

Laure de la Raudière (ci-dessus), Députée d’Eure-et-Loire qui anime les débats à l’Assemblée Nationale sur le grand emprunt voudrait fixer des  priorités. Elle veut investir dans les services et les logiciels et se concentrer là où “on est fort”. Elle évoque les logiciels embarqués, le serious gaming, la santé. Elle voudrait aussi que l’Etat évite que nos éditeurs soient revendus à des acteurs étrangers. Mais il faut essayer de comprendre pourquoi nos géants se cassent la gueule ! Sagem, Thomson, Alcatel, STM et même Bull (qui est un pâle reflet de ce qu’il fut). Combien de startups ont-ils acheté dans le numérique ? Elle veut aussi encourager les “clusters” comme Cap Digital. Il faudrait aussi créer un “fond stratégique d’investissement” dédié aux logiciels.

Henri Verdier de Cap Digital a d’autres critères de choix sectoriels : les domaines où les positions sont encore à prendre. Il met aussi l’accent sur l’accès aux grands comptes et aux achats publics pour les entreprises innovantes. Et de citer aussi l’opportunité des “greentechs” pour le numérique. Bien vu.

Enfin, Pierre-Marie Le Huchet de Berger Levrault évoque l’importance de l’archivage et de l’identification… son métier. Erreur de casting !

Donc, NKM retient de tout cela qu’il faudrait créer un fond spécial pour le logiciel. Le lobbying de l’Financement public et prive de l'innovation en France 

Voici quelques idées de réallocations à sérieusement envisager :

  • Réduire la portée du Crédit Impôt Recherche, surtout dans les grandes entreprises. Il y a un à deux millards d’Euros à récupérer, oui, rien que cela ! Ce truc génère surtout un effet d’aubaine pour les grandes entreprises bénéficiaires. C’est une niche fiscale devenue une usine à gaz, et avec une forte déperdition en ligne liée notamment à des intermédiaires qui prennent de belles commissions sur les ristournes fiscales obtenues. Pour les PME innovantes, c’est un bon dispositif, mais il mériterait au contraire d’être étendu à l’ensemble des activités relevant de l’innovation (la création de produits, l’industrialisation, le marketing).
  • Réorienter les exonérations fiscales ISF vers les FCPI. C’est un peu technique, mais voici que voilà : aujourd’hui, un redevable de l’ISF bénéficie de 75% d’exonération pour un investissement dans une holding ou un fond ISF tandis que l’exonération n’est que de 50% pour les FCPI. Or, paradoxe, les fonds et holdings ISF n’investissent pas forcément dans les nouvelles technologies ni là où il y a des risques à prendre alors que les FCPI investissent dans des startups labellisées Entreprises Innovates au titre des FCPI par Oséo. En 2009, les investissements poussés par la loi TEPA modifiée en 2008 ont déplacé l’argent vers les fonds et holdings ISF au détriment des FCPI qui alimentent les fonds des VCs. En révisant le taux d’exonération et en favorisant plus le taux pour les FCPI, les VCs concernés auraient plus de facilité à lever des fonds. Or ce sont les VCs qui peuvent financer la croissance des startups dans l’étape que l’on appelle le “capital développement”. Mon point est d’autant plus important que le besoin n’est pas ponctuel (one shot) mais structurel (dans la durée).
  • Augmenter les moyens Indicateur Chausson Finance H2 2008

    Alors, nous dit-on, le problème se situe au niveau des gros tickets d’investissement, supérieurs à 10m€, notamment au moment où il faut faire croire géographiquement la startup à l’international. Oui, c’est vrai. Les startups du numérique qui lèvent (souvent en troisième tour) un montant de ce niveau se comptent sur les doigts d’une à deux mains par an. Mais c’est lié au “pipe”. Au fait que peu d’entre elles aboutissent jusque là, avec un bon produit répondant au besoin du marché, un bon marketing, un bon modèle économique et de véritables vélléités de se développer à l’international et notamment aux USA. Les fonds sont aussi quelque peu frileux, c’est un peu vrai. Nous avons aussi France Investissement qui sous la coupe de la CDC, oriente et focalise les investissements bancaires dans les FCPI. Et puis aussi le Fonds Stratégique d’Investissement qui jusqu’à présent n’a pas trop trempé dans le numérique. Bref, on ne manque ni d’argent ni de structures pour en investir. On manque surtout d’un “pipe” de qualité suffisante. C’est ce que disent tous les investisseurs.

    Il faudrait aussi se focaliser sur les domaines “où on est bons” et où les positions ne sont pas encore prises. Mais où est-on bons ? Et selon quels critères ? Technologiques ? Parts de marché, export ? Quand on connait à la vitesse à laquelle les marchés du numérique évoluent, bien malins sont ceux qui savent prédire ces différentes tendances plusieurs années à l’avance. Pour réussir dans l’innovation, il faut avoir beaucoup de fers au feu. La Silicon Valley est connue pour ses grands succès (Google & co), mais elle génère aussi ses milliers d’échecs, à ceci près qu’elle les recycle mieux. Et les innovations de rupture apparaissent très souvent dans des catégories qui n’existent pas encore. Donc, oui pour le secteur du logiciel et de l’Internet, mais de là à sous-segmenter au niveau de la puissance publique ! Seuls les domaines qui relèvent de la défense nationale ou de la souveraineté économique pourraient le justifier (sécurité, cryptage, etc).

    De plus, rien qu’autour du logiciel, c’est la foire d’empoigne pour définir les priorités : il y a les jeux (à commencer par les “pas sérieux” qui pour l’instant représentent encore le plus gros chiffre d’affaire), l’Internet en général, le commerce électronique, la publicité en ligne, la e-santé, les logiciels embarqués, l’internet des objets, l’internet mobile, la sécurité, le paiement électronique et les cartes à puces, les infrastructures logicielles pour le cloud computing (middleware, outils de développement, etc), les arts graphiques et la 3D, la télévision et le cinéma numériques (la France, numéro un mondial de l’IPTV…), etc.

    Il y a enfin un domaine où l’Etat doit jouer un rôle, c’est comme client. Il doit être exemplaire dans l’innovation en l’appliquant à lui-même. On sait combien c’est difficile tant la culture du risque n’est pas – par construction – l’apanage de la fonction publique. L’appel à projet web 2.0 et serious gaming lancé par NKM et dont les résultats seront annoncés la semaine prochaine est considéré comme un peu gadget. Il y a eu plus de 500 soumissionnaires ! Et c’est une démarche intéressante qui, si elle est bien pilotée dans sa seconde phase (appels d’offres, après les appels à projets), peut aider les startups à se créer de belles références clients. Comme aux USA, l’Etat comme les grandes collectivités locales telles que Paris doivent persévérer dans cette piste.

    Comme nous avons eu droit lors du Séminaire du 10 septembre 2009 à un keynote du patron de la plus grande SSII française (Cap Gemini), un mot pour terminer sur les services pour les exclure TOTALEMENT du grand emprunt. En effet, ces entreprises investissent peu et ne font pas de R&D. Les emplois sont locaux avec peu ou pas d’exportations puisque les SSII comme Cap Gemini qui font du business à l’étranger emploient à l’étranger pour produire, et importent un bénéfice net modeste au regard de la faible marge de ce secteur d’activité. Les demandes de ce secteur concernent surtout la baisse de taxes et charges diverses. Pas question d’emprunter pour cela !

    Voilà, j’ai mis sur la table quelques éléments de discussion. Est-ce qu’un véritable débat aura lieu quelque part ?

    Suite et fin avec les trois autres pistes de NKM au prochain numéro (ça ira vite docteur ? car, là, je commence à avoir mal…).

    Le compte rendu officiel des débats est disponible. Et le flux Twitter #emprunt trace les débats pendant et après le séminaire tout comme les liens sur les autres compte-rendus de l’événement par la presse et les bloggeurs. Et mes photos de l’événement sont sur Picasa Web Album comme d’habitude.

    RRR

    S
    S
    S
    S
    S
    S
    S

    fullimg

    Publié le 11 septembre 2009 et mis à jour le 15 septembre 2009 Post de | Actualités, Enseignement supérieur, Entrepreneuriat, Innovation, Internet, Logiciels, Logiciels libres, Loisirs numériques, Marketing, Startups, USA | 12756 lectures

    PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 5 commentaires et tweets sur “Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 2” :

  • [1] - Corto a écrit le 11 septembre 2009 :

    Merci Olivier de ce feedback complet et surtout des pistes suggérées qui vont en effet dans le bon sens. J’ai transmis à Vincent Marcaté (Président du Pôle Image&Réseaux qui hélas n’a pas participé au bon atelier) une serie de recommandations à transmettre au gouvernement en tant que CEO d’Atlantic Management mais surtout vice-président d’Atlantic 2.0 (cluster d’entreprises innovantes de l’Ouest). Nos recommandations vont dans le meme sens : small business act, éducation numérique orientée usages innovants des jeunes, des acteurs de l’accompagnement, des fonctionnaires, des élus etc. + révision des dispositifs d’aide d’OSEO et des FCPI etc. notamment pour soutien de l’innovation d’usages, du marketing, de l’innovation organisationnelle (source de productivité pour toutes les entreprises) etc.
    Nos propositions tiennent sur une Map (travaillée sous MindManager) pour une vision globale. Elles sont le fruit de notre analyse collective et de nos expériences propres dans nos recherches (parfois désespérées) de financements : difficile de convaincre quand on est à la fois sur innovation d’usages et technos, d’expliquer les nouveaux modèles économiques a des gens qui, par exemple, n’ont jamais entendue parlés des réseaux sociaux…;-)) Je peux t’envoyer cette map de synthèse et serai heureux de reprendre contact (nous nous sommes connus chez MS). N’hésites pas à m’écrire sur fbadenes@atlanti-management.fr.
    Bien à toi et merci encore de ton long compte rendu.

  • [2] - Fabien a écrit le 12 septembre 2009 :

    Il existe davantage de projets en innovations de services et de marketing, qu’en R&D pure. Si les budgets publics de soutien à l’innovation (d’Oseo par exemple) augmentent, ces innovations moins “technologiques” pourront être soutenues plus fortement. S’il existe une barrière à l’entrée, c’est quand même mieux ; cette barrière (qui freine la concurrence) est toujours souhaitable. C’est logique. Par ailleurs, pour les entreprises qui ont passé le cap des 3 ans, Oséo propose d’autres solutions pour financer les dépenses commerciales et les exportations. Ce sont, entre autres, des contrats de développement (sorte de prêts bancaires garantis) ; l’entreprise doit disposer d’une trésorerie et de fonds propres suffisants. Normal, puisque l’on finance à ce moment là la phase aval, très proche du marché Les conseils régionaux aussi aident pour cette phase. Le risque d’échec technique et commercial est plus réduit. Par contre, l’entreprise a besoin de financement pour ne pas trop tirer sur sa tréso et pour réussir sa croissance. C’est une période difficile (croissance du CA, des effectifs, promo, marketing…).

  • [3] - Mickael a écrit le 16 septembre 2009 :

    Je trouve l’article et plus particulièrement la synthèse personnelle très intéressante.

    Pour avoir passé un peu de temps au CEA en compagnie des chercheurs, je confirme tout à fait les propos tenus par l’auteur: nous avons le savoir, nous avons les ingénieurs mais nous n’avons pas cette capacité à transformer l’état de l’art en business.

    Cependant j’emmètrerais une toute petite nuance avec l’auteur:
    Je cite: “On ne manque pas de bons ingénieurs ou de bons développeurs. On manque d’entrepreneurs expérimentés et de bons “business mens/women””
    Sur ce point je trouve que la plume de l’auteur porte quelque peu les stigmates de ce qu’il réfute. A savoir une France prometteuse mais trop conservatrice. Nous n’avons aps forcémment besoin d’entrepreneurs expérimentés:
    – Quelles sont les plus gros success-story outre-atlantique? – Qui en sont à l’origine?
    – Quels âges ont les Zuckerberg, Brin et autres?

    Le logiciel doit, je le pense être “drivé” certes par des personnes expérimentées mais également par des jeunes, qui utilisent et connaissent les dernières tendances.

    Un bon business model c’est une bonne CVP “customer value proposition” d’où l’importance d’y intégrer les jeunes et s’émanciper un peu de cette tradition française qui fait rimer l’expérience avec les cheveux blancs

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 16 septembre 2009 :

      Bonne nuance sur mon propos qui était effectivement simplificateur. J’ai eu l’occasion de m’exprimer plus en détail sur le sujet il y a deux ans en revenant de la Silicon Valley (tome 1 et tome 3).

      J’aurais du préciser, on manque de “compétences et d’aptitudes business” plus que de spécialistes du sujet. La caractéristique des entrepeneurs du numérique aux US, c’est qu’ils sont souvent des universitaires scientifiques (Brin, Sergei, Zuckerberg, etc). A ceci près qu’ils baignent dans une culture où le business est dans l’air de la société, une valeur positive dans l’éducation, et une compétence – notamment en communication – qui s’acquiert très tôt dans le système éducatif et dans la mise en confiance de soi (trop, parfois…). Ils ont donc des aptitudes qui les aident à réussir et qui sont plus rares en France. Ils sont bien entendus aidés par d’autres facteurs macro-économiques : la taille des USA, leur homogénéité linguistique, la dominance mondiale de l’anglais, une culture plus tournée vers le risque et l’innovation.

      A contrario, chez nous, dans les écoles d’ingénieur (j’y enseigne…) qui produisent une grande part nos élites, et certainement aussi dans les universités scientifiques, la vente, le marketing et la communication sont dévalorisés comme disciplines, cursus et compétences. Les mots qui viennent à la bouche sont “le pipotage”. Ce n’est pas forcément le fait de la politique de ces établissements. C’est l’air ambiant et le système de valeur de notre pays qui veulent cela.

      Favoriser l’intégration des jeunes dans les processus d’innovation me semble effectivement être une priorité. J’espère qu’elle se retrouvera d’une manière ou d’une autre dans le grand emprunt.

      • [3.1.1] - Mickael a répondu le 18 septembre 2009 :

        D’accord sur toute la ligne.
        Nous manquons cruellement de ce que vous appelez la “confiance en soi”, ce que les américains appelleraient “the faith”.

        Espérons que le Grand Emprunt déroge à la règle, j’en serai le premier heureux car j’ai moins de 30 ans, je travaille dans les nouvelles technologies mais les fonctions liées à la stratégie et au “business development” sont souvent chasse gardée des “cheveux blanc”. (contre qui je n’ai absolument rien)

        En tout cas, je réitère mon premier commentaire, votre article est vraiment très pertinent.

        Cordialement,
        Mickael




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
390 photos
albth
Viva Technology Jun2016
2016
513 photos
albth
Inauguration Made Paris Jun2016
2016
31 photos
albth
IRIS Capital Jun2016
2016
16 photos
albth
Web2day Nantes Jun2016
2016
499 photos
albth
Inauguration Orange Gardens Jun2016
2016
73 photos
albth
USI Jun2016
2016
230 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 530 femmes du numérique (en janvier 2016) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Maïwenn Courbot (Digital Bee)
Mélisa est fondatrice de Digital Bee, une agence de conseil en stratégie digitale et mise en œuvre opérationnelle.
flow
Axelle Tessandier (AXL Agency)
Axelle est fondatrice de AXL Agency, son agence de réflexion et d’action sur la transition numérique.
flow
Magali Noé (CNP Assurances)
Magali est Chief Digital Officer du Groupe CNP Assurances (CDO). Rendre l'entreprise agile et audacieuse est son métier. La clé ? Donner du sens et mobiliser pour transformer, construire et innover ensemble, avec envie et enthousiasme.
flow
Mélisa Wiro (Mediapost)
Mélisa est responsable de domaine géomatique à la direction des référentiels logistiques et géographiques chez Mediapost.
flow
Céline Godin (TF1)
Céline est en charge du "consumer et data insight" au sein de la direction de la Data du Groupe TF1.
flow
Christelle Plissonneau (Early Birds Studios)
Christelle est co-fondatrice et CEO d'Early Birds Studio qui développe un jeu vidéo pour apprendre aux enfants de 8 à 12 ans à coder.
flow
Lucile Gentner
Lucile est développeuse Symfony, Retail Marketing International. Elle est basée à Londres.
flow
Vanessa Vincent
Vanessa est Responsable Marketing Stratégique, Digital et Innovation au sein du Groupe Reed Elsevier (Rexl) qui propose notamment des portails en ligne et des logiciels B2B, et au sein duquel, elle pilote des projets "Entrepreneurs et Innovations". Experte Numérique Girlz In Web pour aider les entreprises à accélérer leur Transformation Digitale et à installer leur culture digitale. Membre du Jury des Travel d'Or pour favoriser l’émergence de jeunes pousses.
flow
Claire Balva (BlockChain France)
Claire est co-fondatrice de Blockchain France, une startup qui accompagne les organisations dans l'exploration et le déploiement des technologies blockchain.
flow
Amélie Rathipanya (GuestViews)
Amélie est responsable technique de la startup GuestViews.
flow
Béatrice Lamourette (Axiscope)
Béatrice est co-fondatrice de l'éditeur de logiciels Axiscope, qui développe et commercialise une plateforme logicielle collaborative et sociale de gestion des achats destinée aux grandes Entreprises et aux ETI.
flow
Rania Belkahia (Afrimarkets)
Rania est présidente et co-fondatrice d'Afrimarket ainsi que membre du Conseil National du Numérique (2016).
flow
Charlotte Gaillard (Megara)
Charlotte est fondatrice de Mégara, qui édite le site marchand Berceaumagique.com.
flow
Dipty Chander (Epitech)
Dipty est étudiante en informatique à l'Epitech Paris et présidente de l'Association E-mma.
flow
Barbara Belvisi (Hardware Club)
Barbara est cofondatrice et Managing Partner du Hardware Club.
flow
Anne-Sophie Dutat (Ujet Vehicles)
Anne-Sophie est Digital & Ecommerce Director chez Ujet Vehicles, "Tweet girl" de Starther (ex-Girls in Tech) et coordinatrice du chapitre français de Techfugees qui a co-organisé à Paris un hackathon de création de solutions d'accès à l'information à destination des nouveaux migrants en Europe.

Derniers commentaires

“Merci beaucoup Olivier pour cet incroyable travail! Je découvre plein de choses que je ne connaissais pas (ou pas parfaitement, apparemment ;o)et pourtant je pense être "assez impliqué" dans l'écosystème...”
“Merci pour cet intéressant article qui nous a était très utile pour notre projet de fin...”
“En (un) sept mot(s) Bravo pour cet article...”
“Bel article @olivez sommeil et objets connectés et le futur est là...”
“"Les avancées de l’intelligence artificielle… en ebook" merci à @olivez ...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

S
S
S
S
S
S
S

fullimg


Catégories

Tags


http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-reunion/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.