Back from the Silicon Valley 1

Publié le 3 décembre 2007 et mis à jour le 8 novembre 2008 - 16 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Je suis de retour de cet extraordinaire voyage d’étude organisé par Jérémy Fain. Il avait pour objectif de comprendre le fonctionnement de l’innovation dans la Silicon Valley et de nouer des rencontres. Pour les entrepreneurs du voyage, c’était aussi l’occasion de comprendre comment on s’implante aux USA. Nous étions une grosse vingtaine (la liste silicon valley

(schéma image

Innovations du voyage

Le voyage lui-même était une innovation! Il était préparé par un jeune de 24 ans (Jérémy vient de finir un stage chez Microsoft France après des études à HEC et Centrale). C’était l’un de mes élèves à Centrale Paris l’année dernière. Jérémy a fait appel à son réseau personnel, déjà bien dense, et aux réseaux sociaux. LinkedIn, Facebook et Twitter (pour le rendez-vous avec Robert Scobble) ont tous été mis à contribution pour solliciter les entreprises visitées: le CEO de Twitter, le VP Research de SAP, le CIO de la ville de San Francisco.DSCF0545

Autre innovation, le côté très informel de la plupart des rendez-vous. Avec un dialogue très libre. Nous avons pu véritablement respirer l’air des startups comme des grands groupes.

Enfin, pendant les trajets de bus entre les rendez-vous, Jérémy jouait le rôle de journaliste en posant questions après questions à tous les participants du voyage (à droite, Olivier Marx interrogé par Jérémy). Une excellente formule permettant d’animer tous les temps morts et de créer un véritable esprit d’équipe.

Vous allez dire: je veux la même chose, tout de suite. Too bad, Jérémy n’a pas prévu de devenir organisateur de voyages. Mais vous pouvez contacter la Mission Economique à San Francisco (DSCF0352 DSCF0420

 DSCF0211 DSCF0318

Les idées circulent également très bien. La recherche fondamentale des universités est reliée aux entreprises par de la recherche appliquée, comme ce qui se fait dans le SRI, un étonnant réservoir de chercheurs payés qui récupèrent 25% des royalties de la propriété intellectuelle générée, tout comme dans de nombreux laboratoires financés par le gouvernement fédéral (Lawrence Livermore, Ames de la NASA à Mountain View, le LBNL de Berkeley). La concentration des talents fait que dans n’importe quel café ou restaurant on peut faire des rencontres utiles, échanger des idées. La culture locale est très transparente de ce point de vue là, même si les uns et les autres prennent des précautions d’usage pour protéger leurs éventuels secrets industriels.

  • La circulation de l’argent et son recyclage qui va toujours dans le sens de l’investissement autour de l’innovation.

L’argent est une commodité qui circule bien et surtout qui se recycle d’une excellente manière dans la Silicon Valley. Cela ne veut pas dire qu’il suffit de se baisser pour ramasser de l’argent pour créer sa startup. Mais c’est plus facile qu’en France.

Le cercle vertueux y est incroyablement efficace et a démarré il y a plus d’un siècle: c’est d’abord l’université de Stanford qui a été fondée et financée par Leland Stanford, un magnat des transports devenu gouverneur de Californie au 19eme siècle. On passe quelques décennies et les startups qui sont devenues grandes ont généré leur lot d’entrepreneurs et cadres supérieurs riches qui sont devenus à leur tour investisseurs, souvent business angels. Leur connaissance des circuits de l’innovation les fait apprécier ces investissements, certes risqués, mais à fort retour. Les plus riches d’entre eux financent l’enseignement supérieur et la recherche de différentes manières: création d’un laboratoire (pour Bill Gates et quelques autres), dons aux fonds d’investissement des grandes universités (les endowments) qui servent à financer le fonctionnement des universités et à l’attribution de bourses. Cet esprit communautaire très américain entraine les plus riches à recycler leur argent dans l’économie et pour le bien public. Chose qui est sommes toutes assez rare en France. Combien de milliardaires y ont investit dans les universités, les grandes écoles ou les laboratoires de recherche ? Les fonds de pension sont également impliqués. Depuis les années 1980, ils peuvent investir dans les fonds des capitaux risqueurs. Vu de la France, c’est de la spéculation, ici, c’est un moyen de plus de générer de l’innovation. Toute l’économie est ainsi tournée vers l’innovation.

Le schéma ci-dessous résume tous ces éléments qui expliquent le succès de la Silicon Valley. Il est Ecosystem SV

Vous trouverez également des articles très intéressants sur notre voyage dans ITR Manager, et notamment une DSCF0503 DSCF0493

Troisième surprise, la découverte de l’entrée de la startup Twitter qui rappelle le garage (Twitter). La société ne fait que 10 personne, mais quel boucan sur le marché pour ce petit effectif!

DSCF0434

Quatrième surprise, toujours chez Twitter, un white board qui n’a pas changé depuis la création de la boite et qui illustre le brainstorming ayant généré la création du nom de la société (ci-dessous, présenté par Jack Dorsey, leur CEO). On s’efface pas les mythes fondateurs dans la Silicon Valley!

DSCF0452 

Cinquième surprise: notre chauffeur de bus avait aussi créé sa startup! Une sorte de mall virtuel accueillant gratuitement des boutiques virtuelles, et rémunéré sur le chiffre d’affaire généré. Une bonne illustration de l’esprit d’entreprenariat de la région!

Esprit pratique

Poursuivons les visites avec quelques originalités rencontrées de ci de là. Tout d’abord ce bien large tableau blanc rétro-éclairé par la lumière extérieure (dans les locaux de NetVibes, ci-dessous). Très original pour favoriser le brainstorming et valoriser les idées générées.

DSCF0237

Chez Box.Net, les locaux ont servi quelques temps à loger les collaborateurs de l’entreprise. Dans la salle de réunion où nous étions, une machine à laver le linge était même en train de tourner. Depuis quelques temps, les gars logent chez eux. L’esprit startup consiste à se débrouiller comme on peut au début! Mais avec une vie de famille plutôt limitée! C’est l’un des rares revers de la médaille dans les startups, avec l’alimentation bien trop grasse, glucidique et abondante.

DSCF0330

Toute startup digne de ce nom a une cuisine et un garde manger bien rempli comme ici chez Xobni (éditeur d’add-on pour logiciels de messagerie) :

DSCF0507

Lorsque la startup grandit, le cadre de vie s’améliore. C’était ainsi le cas chez OQO, un fabricant d’UMPC (Ultra Mobile PCs) qui emploie déjà une centaine de personnes dans des bureaux installés dans un énorme loft du sud de San Francisco (ci-dessous).

DSCF0201

La société française Néocase est établie en face de San Francisco de l’autre côté de la baie, à Emeryville. Voici la vue des fenêtres de bureau dans une tour… (le pont d’Oakland):

DSCF0460

Y aller ou pas?

Tour à tour, Jean-Louis Gassée, Vincent Worms, Jeff Clavier, François Laugier, Marylène Delbourg-Delphis ainsi que les français des startups rencontrés nous ont expliqué comment s’installer et les erreurs à ne pas commettre. Les startups françaises du voyage pouvaient alors être facilement tentées d’aller s’installer dans la vallée. Même si ce n’est pas si facile que cela, le business y semble plus facile à démarrer. Les autres participants se disaient qu’ils allaient rester en France et que cela serait difficile. Mais que les choses peuvent s’améliorer.

Pour ma part, je fais le constat réaliste des difficultés de notre pays mais pense qu’il est possible de le transformer pour réussir dans la compétition mondiale. Je comprends mieux le sens parfois déroutant de la politique initialisée par Sarkozy : décomplexion par rapport à l’argent ou l’insistance lourde sur la valeur du travail. J’analyserai les opportunités de changement dans un prochain post. Nous verrons notamment que certains principes de la Silicon Valley pourraient s’appliquer à des industries plus traditionnelles en France comme l’agro-alimentaire ou le tourisme.

Mais avant, il nous faudra aborder les tendances marché et technologiques discutées pendant le voyage: web 2.0, enterprise software, convergence numérique et clean-tech.

Donc, affaire à suivre…

Article modifié le 4 décembre 2007.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 3 décembre 2007 et mis à jour le 8 novembre 2008 Post de | Economie, Enseignement supérieur, Entrepreneuriat, Innovation, Internet, Management, Marketing, Politique, Silicon Valley, Sociologie, Startups, USA | 42826 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 16 commentaires et tweets sur “Back from the Silicon Valley 1” :

  • [1] - Julien a écrit le 4 décembre 2007 :

    Sauf erreur de ma part, Feedburner vient de Chicago, pas de Boston!
    Sinon, excellent compte-rendu et je regrette d’autant plus de ne pas avoir tout pu voir avec vous!

  • [2] - /Olivier a écrit le 4 décembre 2007 :

    Whaouh, félicitations cher homonyme. Avec ce compte-rendu à la fois détaillé, précis et enrichi de nombreux schéma, tu te vois décerner le grand prix du meilleur compte rendu du Silicon Valley Trip. Et sans jetlag en plus.

    🙂

    A bientôt Olivier, ravi d’avoir pu faire ta connaissance et au boulot maintenant

    /Olivier
    “N°2 en compte-rendu”

  • [3] - Lim C a écrit le 4 décembre 2007 :

    J’allais dire la même chose que Julien : Feedburner vient de Chicago. C’était surtout pour dire que j’avais bien tout lu en détail, et tout est très très bien dit sur la Silicon Valley et sa mentalité. Après 18 mois à Londres dans une compagnie de la Silicon Valley, faire du business avec la France me surprend dorénavant (trop lent !!).

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 4 décembre 2007 :

    En effet, vérifications faites c’est bien Chicago. Comme quoi soit j’ai mal noté, soit le type qui nous l’a dit s’est planté…
    J’ai donc corrigé le post.

  • [5] - leafar a écrit le 4 décembre 2007 :

    Moi je reste… http://www.u-lik.com c’est un produit culturel français et européen. Nous avons bcp de progres à faire mais nous avons aussi pas mal d’avantages Voir mon post sur le sujet et la presentation de Saul Klein
    Merci olivier on attends la suite avec impatience.
    Pour ceux qui veulent voici qq photos (toutes telechargables en cliquant sur la loupe juste au dessus de chaque photo)

  • [6] - Laurent Bervas a écrit le 4 décembre 2007 :

    Comme les autres, un grand merci pour ce billet très riche.

    Sinon je pense que l’on ne doit pas chercher à répliquer (nécessairement) le modèle en France mais plutôt en Europe : nous n’avons pas besoin de 20 silicon valley mais au moins une …

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 4 décembre 2007 :

    Dans ce cas là, autant qu’elle soit en France…
    Pour l’instant, l’Europe planche pour un “MIT à l’Européenne”. C’est-à-dire qu’il est à la fois partout (dans plusieurs universités de taille critique) et nulle part (pas suffisamment concentré). La culture du consensus de l’Europe ne peut pas mener à autre chose. A ce jeu là, la France a des atouts, mais aussi de sérieux handicaps à lever.

  • [8] - Alexis a écrit le 4 décembre 2007 :

    Merci pour ce compte-rendu. C’est un des voyages que je rève de faire, c’est bien dommage que l’organisateur ne continue pas dans cette voie…

  • [9] - Yonathan a écrit le 4 décembre 2007 :

    Félicitations Olivier pour ce travail remarquable ! C’est une synthèse parfaite de la folle semaine que nous avons vécue.

    J’ajouterais un point : j’ai été impressionné par la mentalité dans la Silicon Valley conciliant la volonté de soutenir et de valoriser l’initiative individuelle d’un côté et celle de ne pas renoncer à une sorte de progrès collectif. Cela donne ces start-ups où gardiens et standardistes ont des stocks options… Inimaginable en France, alors que nous revendiquons en permanence notre souci de voir les richesses mieux partagées. A réfléchir ! 🙂

    Ravi en tout cas d’avoir fait ta connaissance et celle du groupe.

    A très bientôt !

    Yonathan

  • [10] - Olivier Ezratty a écrit le 4 décembre 2007 :

    En effet Yonathan. j’ai oublié cela alors que je l’ai pourtant vécu en France… mais chez Microsoft. L’attribution de SO à tous les collaborateurs n’est cependant pas systématique dans les boites high-tech, tant en France qu’aux USA.

  • [11] - /Olivier le vrai ;) a écrit le 5 décembre 2007 :

    Bon Olivier, on attend la suite ;).

    Sinon pour la Silicon Valley en Europe, tu n’es pas invité par notre chère Valérie Pécresse comme d’autres bloggeurs (Fred Cavazza, Dauran et d’autres) pour lui poser la seule question qui compte :
    Elle est où la Silicon Valley française ? hein où ?

    Peut être juste à côté de la Panthère’s Valley qui sait (rires). Le 25 janvier.

    A suivre en ts les cas.

    A +

    /Olivier le vrai 😉
    G.O Panthère’s Club
    Silicon Valley Trippeur

    PS : tes captchas sont incroyables, je n’arrive jamais à les lire. c’est un test ?

  • [12] - Olivier Ezratty a écrit le 5 décembre 2007 :

    Ben non, pas encore repéré… Mais cela va venir, patience!

    Valérie Pécresse serait bien entendu d’accord pour la Vallée de Chevreuse puisqu’elle en est députée (en suspens du fait de son statut de Ministre)! Reste à avoir le courage de déplaire aux autres…

    Les captchas illisibles? Je ne les dessine pas à la main à chaque fois que tu commentes! Et pourtant, je les ai agrandis il n’y a pas longtemps pour qu’ils passent sur des mobiles.

  • [13] - [ma][nu] a écrit le 5 décembre 2007 :

    Bravo et merci pour ce compte rendu, détaillé et très intéressant !

  • [14] - Domi a écrit le 17 décembre 2007 :

    Difficile de ne pas avoir la tête qui tourne face à ce “Blitz” entreprenarial.

    On ne retrouve pas un peu le “rêve américain” dans tout ça ?

  • [15] - Olivier Ezratty a écrit le 17 décembre 2007 :

    Domi,
    Oui sans doutes. Mais aux USA, c’est le rêve de la Silicon Valley, par le rêve américain. Vu de la Silicon Valley, la côte est est aussi ringarde et dépassée que l’Europe. Autant d’un point de vue culturel (au sens culture entrepreneuriale telle que je l’évoque) qu’économique.

  • [16] - Olivier Ezratty a écrit le 12 mars 2008 :

    J’ai découvert par hasard ce document intéressant Index of Silicon Valley, créé par une association de la Silicon Valley. L’édition 2008 de ce document fait état des changements économiques globaux qui impactent la Silicon Valley. C’est aussi plein d’indicateurs d’une richesse incroyable. La croissance de la part des brevets déposés dans la Silicon Valley par rapport aux US et à la Californie. La diversité ethnique et linguistique grandissante (après l’espagnol et le chinois, la troisième langue parlée est… le vietnamien). La croissance des investissements greentech et bio/medtech. La pénétration de l’ADSL (51% des foyers), avec un indicateur qui place la France au dernier rang des pays étudiés (en 2006). Le document s’achève sur une analyse détaillée des évolutions de l’emploi et notamment de la promotion sociale.

    Une bible à conserver sous le coude…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
416 photos
albth
Lancement StartHer Nov2016
2016
205 photos
albth
Maison Numérique Normande Nov2016
2016
70 photos
albth
WebSummit Lisbonne Nov2016
2016
562 photos
albth
TEDxCE Women Nov2016
2016
433 photos
albth
BlendMixWeb Lyon Nov2016
2016
24 photos
albth
CES Unveiled Paris Oct2016
2016
78 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 530 femmes du numérique (en janvier 2016) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Evlampia Thoreau (Microsoft)
Evlampia est évangéliste au sein de la division Developper Experience chez Microsoft France après une formation d'ingénieure à l'EFREI.
flow
Susanna Movsisyan (EPSI)
Susanna est étudiante en deuxième année de BTS SIO à l'EPSI. Elle compte poursuivre vers un master et, pourquoi pas, vers un doctorat dans les sciences du numérique.
flow
Marianne Fabre (EPF)
Marianne est stagiaire chez VMware au sein de l’équipe vCloud Air Network, en charge des partenaires Cloud (novembre 2016), en tant qu'étudiante en quatrième année à l’EPF – Ecole d’ingénieur-e-s, spécialisée en Management des Systèmes d’Informations.
flow
Cécile Monteil (iLumens)
Cécile est médecin aux urgences pédiatrique à l'Hôpital Robert Debré, Directrice Médicale du département universitaire iLumens - Sorbonne Paris Cité, fondatrice et présidente de la communauté Eppocrate et consultante (start-ups esanté, Blockchain). #entrepreneuse
flow
Allyx Fontaine (Université de Guyane)
Allyx est Maître de Conférences en Informatique à l'Université de la Guyane, basée à Cayenne. #outremer
flow
Laure-Anne Chiche et Anastasia Matyushova (DatchMe) (1)
Laure-Anne et Anastasia sont cofondatrices de datchme.com, la plateforme collaborative pour s’inspirer de la décoration des autres et découvrir leurs astuces et adresses shopping. #laval #entrepreneuse
flow
Gabrielle Rodier (Switch Up)
Gabrielle est fondatrice et CEO de CEO de Switch Up, une startup qui facilite la vie, les rencontres et évidement la mobilité dans le cadre de déménagements. #nantes #entrepreneuse
flow
Marion Tesson (Bon'n services)
Marion est fondatrice et présidente de box'n services, la conciergerie connectée. Via des casiers sécurisés implantés dans des entreprises, supermarchés, parkings, nous amenons les services d'artisans locaux sur le lieu de travail ou de passage régulier de nos utilisateurs. Le numérique pour gagner du temps ! #nantes #entrepreneuse
flow
Sophie Sakka (Centrale Nantes)
Sophie est enseignante-chercheuse à l’École Centrale de Nantes. Fondatrice et Présidente de l'association Robots !, association dédiée Robotique & Arts, dont l'objet est de faire passer au grand public des connaissances sur les robots et sur leur utilisation. Elle est aussi chargée de mission robotique au CNRS, département INSIS. #Nantes #entrepreneuse
flow
Diariata N'Diaye (Resonantes)
Diata est présidente fondatrice de Resonantes.fr, premier site de sensibilisation et d’information dédié au 15-24 ans, et créatrice d' App-Elles, l'application mobile solidaire des filles et des femmes victimes de violences. #nantes #entrepreneuse
flow
Anaïs Bécu (BNP Paribas)
Basée à #Nantes, Anaïs est responsable de la transformation digitale de la Région Ouest de BNP Paribas.
flow
Julie Loyon (Roadnjoy)
Julie est fondatrice de la startup Roadnjoy, plateforme de mise en relation entre voyageurs pour du covoiturage touristique. #nantes #entrepreneuse
flow
Lise Pichon (Collector Chic)
Ingénieure en géophysique, Lise est fondatrice de Collector Chic, un dépôt-vente virtuel de meubles et objets d'occasion. #Nantes #entrepreneuse
flow
Julie Spolmayeur (La Box à planter)
Julie est co-fondatrice de La Box à Planter, qui propose sur abonnement l'essentiel pour jardiner à chaque saison et en toute simplicité. #Nantes #entrepreneuse
flow
Julie Théodose-Sorel (Arolla)
Originaire de la Martinique et ingénieure EPITA, Julie est développeuse dans la société de services informatiques Arolla.
flow
Jasmine Antéunis et Justine Baron (Recast.ai)
Jasmine et Justine sont respectivement cofondatrice et chargée de la communication de la startup recast.ai. #entrepreneuse

Derniers commentaires

“Excellent article M. Marcel Sembat...”
“C'est un excellent article M. Marcel Sembat...”
“Merci pour cet article, ça calme. Ce papier ayant été rédigé il y a plus d'un an, la situation est-elle tout à fait la même aujourd'hui ? Où en est-on par rapport aux prévisions ? Est-on parvenu à définir un...”
“La "top 10" des deposants des brevets peut etre trompeur - elle ne considere que les depots a l'INPI et certains groupes internationaux (Nokia (ex Alcatel), Technicolor, ...) ne deposent pas principalement a l'INPI......”
“Il me semble avoir un bug dans cette...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Catégories

Tags


http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-reunion/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.