Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 1

Publié le 11 septembre 2009 et mis à jour le 15 septembre 2009 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Le gouvernement organisait jeudi 10 septembre 2009 un Séminaire “Numérique : investir aujourd’hui pour la croissance de demain” piloté par Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat en charge de l’économie numérique. C’était le dernier événement du genre depuis les Assises du Numérique organisées par Eric Besson, son prédécesseur, en mai 2008. Mais cette fois-ci, un Premier Ministre s’y exprimait. Cela faisait bien longtemps que cela n’était pas arrivé dans un tel contexte. En exagérant un peu, la dernière remonte aux interventions de Lionel Jospin aux Universités d’Eté de Hourtin en 1998.

L’objectif de ce séminaire était de mettre sur la table les besoins et opportunités d’intégrer l’économie du numérique dans le grand emprunt en cours de gestation. Avec comme cahier des charges, prioritiser le financement d’investissements tournés vers le futur, développer l’économie, et correspondre à un investissement “one shot”. NKM ajoutait même : “des investissements qui favorisent les générations suivantes. Avec en tête le fonctionnement des nouvelles générations et en ne s’appuyant pas seulement sur des critères de choix techniques”.

IMG_8922

Ce séminaire rassemblait plus de 1000 personnes à la Maison de la Chimie, ce qui est pas mal pour un événement monté à partir de juillet dernier et dont les invitations n’ont été envoyées que très tardivement.

La forme contestable

Il y avait un fort contraste dans la posture gouvernementale dans ce séminaire avec un aspect très web 2.0 d’un côté, et de l’autre assez web –2.0 !

IMG_0892

Le Web 2.0, c’est NKM qui encourage les participants à débattre sur Internet, notamment via Twitter, où effectivement cela pulsait bien sur les différents orateurs. NKM qui est une des rares adeptes de Twitter au gouvernement, si ce n’est accro, a même pu montrer la teneur de ces débats sur son mobile à Michel Rocard. C’est aussi la présence de quelques bloggeurs, en plus de la presse (ci-dessous, IMG_0981

De l’autre, c’était un séminaire sans débat avec des intervenants qui passaient les uns après les autres, avec presque aucune animation – sauf pour Hervé Novelli qui s’y est mieux pris, dans le second débat. Trois tables rondes étaient animées par un Ministre passant les plats d’un intervenant à l’autre après une introduction. Elles regroupaient quelques industriels, des représentants d’autorités (CSA, ARCEP) ou organismes divers (Cité des Sciences, Pôles de compétitivité), une éventuelle caution intellectuelle (économistes) et un élu (UMP) impliqué dans le numérique. Les intervenants présentaient parfois les enjeux de leur métier ou organisation mais sans les relier à la question du moment sans être pour autant relancés pour être remis sur les rails.

La journée était introduite par NKM expliquant le contexte de l’emprunt, et par un speech de Paul Hermelin de Cap Gemini, qui a fait la promo de sa boite au début de son speech pour quitter la salle après son intervention et ne plus y revenir. Et puis, NKM qui était bien ravie de pouvoir rassembler pareil sérail (deux anciens premier ministres en plus de l’actuel), concluait la journée avec sa vision des priorités numériques pour le grand emprunt. Priorités bien préparées à l’avance, et pas reliées en apparence à quelque forme de consultation publique que ce soit ni même vraiment aux “débats”. Le choix des intervenants correspondait cependant de près ou de loin à celui des priorités.

Bref, sur la forme, c’était vraiment la cata ! Mais bon, Eric Besson s’était essayé au participatif avec les dizaines de débats des Assises du Numérique de l’été 2008 laborieusement consolidés par son cabinet, et le IMG_0795

  • Augustin de Romanet, le DG de la CDC en évoquant les carences des investissements privés, le rôle des collectivités locales qui depuis juin 2004 peuvent jouer le rôle d’opérateur haut débit en respectant des principes d’ouverture, de mutualisation et de neutralité. Avec pour lui un bilan positif : cela a structuré un marché pérenne avec des résultats d’exploitation positifs après 3 à 4 ans d’exploitation et des tarifs de gros moins chers que chez France Télécom (50% à 60% moins cher, et sur 1500 zones d’activité). La concurrence vive a eu du bon ! Le très haut débit est un enjeu de 40Md€ alors que le haut débit pour couvrir les zones “blanches” (non couvertes) est de 2Md€. Il sera difficile à financer le très haut débit, d’autant plus que les collectivités locales ne sont pas plus prospères en ce moment. Il faut une intervention publique pour les 15-20 millions d’habitants qui sont hors des agglomérations. Il propose d’accélérer la couverture des “zones 2” (petites villes), intermédiaires pour accélérer celle de la “zone 3” (zones rurales). Cela augmenterait le nombre d’abonnés, la rentabilité et encouragerait le développement de nouveaux services.

Alors, faut-il mettre le haut débit dans le grand emprunt ? Compte-tenu des critères de l’emprunt cités au début de ce post, je distinguerai deux besoins distincts :

  • Equiper en haut débit les zones non couvertes qui ne représentent aujourd’hui moins de 2% de la population (source : Rapport ARCEP 2008, page 251). Je pense que cela ne devrait pas être dans le grand emprunt car cela relève d’une priorité politique et sociale (l’équité dans l’accès à Internet), mais est complètement marginal dans son impact économique. Les zones non couvertes sont rurales et il y a peu d’emplois en jeu. Cela aidera quelques toutes petites entreprises à mieux communiquer au plus.
  • Développer l’investissement global dans le très haut débit et la fibre. Ca coute cher, oui. Mais c’est stratégique et cela peut créer des emplois car c’est porteur de nouveaux services innovants (téléprésence, télévision numérique haute définition, etc). Et étalé sur plusieurs années, l’investissement privé doit jouer son rôle. De plus, avec le très haut débit, on pourra commencer sérieusement à réduire les déplacements physiques pour privilégier les téléconférences. D’où un impact carbone intéressant.

Mais si le besoin est de 10Md€ et que le grand emprunt ne peut en allouer qu’un au numérique (ce dont on ne sait rien pour l’instant), l’apport sera rikiki ou il faudra inventer le meilleur effet de levier sur les opérateurs télécoms.

La suite dans le post suivant au sujet de l’industrie du logiciel et des services. Et mes photos de l’événement sont sur Picasa Web Album comme d’habitude.

Le compte rendu officiel des débats est disponible. Et le flux Twitter #emprunt trace les débats pendant et après le séminaire tout comme les liens sur les autres compte-rendus de l’événement par la presse et les bloggeurs.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 11 septembre 2009 et mis à jour le 15 septembre 2009 Post de | Economie, France, Haut débit, Internet, Politique | 17658 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 5 commentaires et tweets sur “Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 1” :

  • [1] - leafar a écrit le 11 septembre 2009 :

    c’est tellement dommage, les barrages de l’époque du new deal aujourd’hui c’est le code, l’infrastructure web individuel et collective et du contenu libre et des sites à gros PR pour tiré les autres.

    On est pas arrivé, dommage j’aime autant NKM que rocard.
    Chouette photo by the way.

  • [2] - rthomas a écrit le 13 septembre 2009 :

    Le très haut débit est stratégique si il apporte de la valeur aux PME.
    Clairement identifié aujourd’hui : la téléprésence.
    Pour le reste cela devient tout de suite plus compliqué, le zéro papier demande un changement de mentalité et pose la question de la sécurité et de la formation.

    Pendant ce temps les PME que je visite dans le cadre de maintenance du poste de travail fonctionne toujours avec le Fax (numériser c’est compliqué), la téléprésence ils ne connaissent pas et c’est trop compliqué, le mail est utilisé en dépis du bon sens (attachements énormes vers 50 destinataires) et le web ne sert que pour lire les catalogues, les commandes étant faite par téléphone.

    A quand un “minitel-internet-box pour PME”. Je pense qu’il faut simplifier les usages:
    – téléprésence aussi simple qu’un appel téléphonique
    – GED avec cryptographie aussi simple qu’un fax
    – pédagogie sur le mail (ou alors changer SMTP)

    Ce n’est pas tout d’avoir une belle boites à outils, si ceux qui l’utilise ne sont pas formé…

    De conclure que le logiciel devient plus important que la taille des tuyaux. Construire des autoroutes pour s’y déplacer en trotinettes cela n’a pas d’intéret.

    Rémi

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 13 septembre 2009 :

      En effet, on a toujours un peu eu tendance en France à privilégier les tuyaux par rapport aux logiciels. Surtout dans le discours politique. Cela remonte notamment au rapport sur les “Autoroutes de l’information” de G. Thery en 1994, qui parlait déjà de fibre optique, mais ne se souciait pas beaucoup des opportunités industrielles au dessus des tuyaux… l’année où l’Internet apparaissait !

      NKM a bien compris l’importance des usages et des logiciels, d’où la seconde table ronde de ce séminaire. Tout comme son appel à projets web 2.0 (terme suffisamment large pour incorporer de nombreux usages numériques).

      Ce qui est frappant dans les usages dans les entreprises, petites ou grandes, c’est l’absence de méthodes et de formation. On considère que la formation est un acquis pour tous parce que chacun sait à peu près manipuler un client de messagerie et les outils de la bureautique. Mais c’est une illusion. Et même une grave erreur. Que de productivité et d’efficacité perdues à cause du manque de méthodes et de formations dans les usages ! Réinvestir dans une formation à la pédagogie renouvelée serait une piste à creuser pour les organisations.

      On retrouve d’ailleurs ce travers chez certains éditeurs de logiciels qui zappent parfois la création d’un simple mode d’emploi !

  • [3] - mlb9146 a écrit le 13 septembre 2009 :

    Bien d’accord avec vous … Je me suis “tapé” (avec départ la veille au soir, une nuit en banlieue) un AR du LOT(46) en train … pour m’entendre dire qu’il fallait tweeter pour poser des questions …
    Déçu … pour ne pas dire colère !
    Michel L.

  • [4] - MAS a écrit le 15 septembre 2009 :

    Désolé pour ce commentaire peu constructif….
    mais “prioritiser”, c’est quand même moche.
    Je sais que le français est une langue vivante mais je préfère encore le néologisme prioriser. Mais bon, les goûts et les couleurs…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
525 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.
flow
Marie-Line Ricard (Sia Partners)
Associée au sein du cabinet Sia Partners, dans le secteur financier autour des problématiques traditionnelles et des évolutions réglementaires et dans les nouvelles technologies telles que la #Blockchain, les ICOs, et plus globalement la token economy.
flow
Francesca Gatti Rodorigo (Awaywegals)
Francesca est développeuse web full-stack, Fondatrice et CEO de awaywegals.com, une plateforme web développée sur blockchain et dédiée aux voyageuses qui sera lancée en 2020.
flow
Ying-Huei Chu (MoneyTrack)
Ying-Huei est Product Owner chez MoneyTrack, une startup dont la solution permet de tracer l'utilisation de fonds avec le blockchain, l'indemnisation d'assurance, le budget de l'état, les bourses scolaires, etc.
flow
Carole Vachet
Carole est Adjointe au Chef du Bureau Epargne et Marchés financiers de la Direction Générale du Trésor, en charge des sujets d’innovation financière.
flow
Stéphanie Flacher (Maslow Capital Partner)
Stéphanie est Directrice du département Blockchain de Maslow Capital Partner, banque d'affaires indépendante spécialisée dans l'accompagnement des entreprises européennes à forte croissance.
flow
Jeanne Dussueil
Jeanne est journaliste économie et tech, fondatrice du nouveau média GlobalizNow.com et coordinatrice de l’association Fais Ton Réseau.
flow
Liz NDouga (SII)
Liz est consultante et développeuse Blockchain chez SII (Société pour l'informatique industrielle), une entreprise de services numériques basée à Paris, implantée partout en France et à l'international. En parallèle, donne des cours sur la Blockchain à l'école d'ingénieurs ECE Paris.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.

Derniers commentaires

“Où alors, il faut arrêter avec cette connerie de parité gauchiste/féministe. Les êtres humains font des choix en fonction de leurs sensibilités et de leurs compétences naturelles. Les femmes sont plus enclin à...”
“Très bonne mise au point. J'ai toujours été un peu réticent à cette ruée vers le code, décidée souvent d'en haut par des personnes qui n'ont jamais programmé, et ne programmeront jamais. Jusqu'à ce que je...”
“Pas grand chose, à part deux points : l'expérience du dev sous toutes les formes donne de la perspective sur les progrès accomplis, leur rapidité ou leur lenteur selon les cas, et elle permet de mieux comprendre...”
“Olivier J'ai pas l'habitude de faire des commentaires sur ce terrain, mais là j'ai envie de te faire un clin d'oeil J'ai programmé après en avoir fait les analyses complètes plusieurs centaines de programmes des...”
“Tout à fait ! En critiquant le code, on confond la fonction et l'outil. C'est un peu comme si on définissait le rôle d'un médecin généraliste par sa maîtrise du...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.