De Candidat 2.0 à Président 2.0

Publié le 2 novembre 2008 et mis à jour le 8 novembre 2008 - 11 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Une chose est à peu près certaine, vous allez “bouffer” du Obama dans les jours, semaines, mois et années qui viennent ! Son élection fort probable mardi prochain va secouer, fort positivement, l’ensemble de la planète et pas seulement les USA. Obama est en train de devenir une icone et un mythe vivant. Nous n’avons jamais eu d’élection présidentielle américaine si porteuse de symboles, notamment sur le fameux “rêve américain”. Martin Luther King croirait effectivement rêver s’il vivait ces événements ! Les médias vont donc nous saturer d’émissions, documentaires, débats et autres news sur l’élection et la prise de fonction de Barack Obama. Et des débats induits comme cette recherche d’un “Obama français” qui divise déjà les politologues.

Obama Logo

L’élection de Barack Obama, si elle est bien confirmée, aura été celle d’une parfaite exécution de campagne électorale, démarrée début 2007. Une campagne qui s’inspire de méthodes “à la web 2.0” que j’aimerai avec vous passer un peu en revue, tant elle m’a passionné.

D’autres comme Ségolène Royal avaient appliqué certains de ces principes, mais avec moins de bonheur. Bien entendu, la méthode de la campagne n’est pas le seul facteur permettant d’aller à la victoire. Le personnage à élire compte tout autant ! Tout autant que les circonstances qui ont aidé Obama : un assez mauvais candidat républicain, une bien piètre colistière, le bilan désastreux des huit années de W et l’explosion opportune de la crise financière en septembre permettant de placer l’économie au centre des débats.

Pourquoi un candidat 2.0 ?

Parce qu’il y a au moins deux grosses différences opérationnelles entre la campagne d’Obama et celle de McCain : l’approche “bottom up” et l’usage de l’Internet.

L’approche “bottom-up”, c’est à la fois la mobilisation des classes moyennes et le financement de la campagne par leur truchement. Obama a réussi “à lever” près du double du financement grâce notamment à des dons de particuliers de moins de $200. Un petit côté “long tail” ! De son côté, la campagne de McCain a été plus financée par les entreprises et lobbies. Même si certaines industries comme les médias, Hollywood et Wall Street (!), ont bien financé Obama. La mobilisation sur le terrain était extraordinaire avec des campagnes pour faire s’inscrire sur les listes électorales et voter les classes défavorisées et moyennes, en particulier dans les “swing states”.

La participation aux discours de campagne a aussi montré un net avantage chez Obama avec par exemple ce discours le 26 octobre à Denver devant plus de 100000 participants – ci-dessous (après les 85000 du stade du discours d’acceptation en août dans la même ville de ce “swing state”), quand l’équipe McCain en rassemble difficilement 10000 à 20000, et en général, quand Sarah Palin est présente.

Autre exemple : l’usage du téléphone dans le processus de recrutement qui relève du “porte à porte téléphonique” chez Obama alors que le camp de McCain s’est spécialisé dans l’usage de “Robocalls”, ces appels téléphoniques publicitaires avec des messages débités automatiquement.

Democratic Presidential Candidate, Senator Barack Obama in xxx on xxx

Sur Internet, la mobilisation a été toute aussi forte. A la fois dans le foisonnement de sites, blogs et l’emploi d’outils au goût du jour comme Twitter utilisé pour annoncer la sélection de Joe Biden comme “running mate”, et dans tout le travail de mobilisation permanente des militants et des sites pour contrer les rumeurs et la propagande du camp adverse – connu pour les coups tordus – comme Fight The Smear (face à des sites comme “The Real Barack Obama”).

L’usage de la vidéo sur Internet a été une grande nouveauté de cette campagne. Lors de la dernière élection (2004), on pouvait certes disposer de vidéos sur Internet, mais les débits étaient encore faibles et YouTube n’existait pas encore ! Les démocrates ont innové avec l’usage de la vidéo HD sur Internet pendant la convention démocrate à Denver fin août 2008. Vous pouvez encore y visionner avec une remarquable qualité le discours d’acceptation d’Obama. Même si c’est un peu anecdotique, cet usage contrastait avec la pauvreté du contenu vidéo du site de la convention républicaine (vidéos 320×240 sur YouTube, son dégueulasse notamment au début du discours d’acceptation de McCain – incroyable !). Et puis pendant toute la campagne, le site d’Obama faisait le relai en direct et en différé de tous les discours des candidats. Sans compter tous les téléchargements possibles, notamment cette vidéo “Signs of Hope and Change” (catégorie vidéos, grassroots organizing; mettez le caisson de basse à fond), très bien faite et avec son poids d’émotionnel (ci-dessous, sur YouTube, vue 501000 fois). Une force que McCain n’a pas réussi à porter dans sa communication poussive et à connotation trop négative !

 

Le site Internet d’Obama a aussi ceci de particulier qu’il traite plus largement les sujets de la campagne et s’adresse à un électoral en moyenne plus éduqué. Ainsi, l’obsession sur la guerre en Irak a fait oublier le reste du monde à McCain (qui ne sait même pas que l’Espagne est une alliée des USA), ce qui n’est pas le cas d’Obama qui a une vision plus extensive du monde (cf la comparaison de la table des matières des sites des candidats ci-dessous). C’est un relai Internet puissant, mais loin d’être suffisant. La campagne Sarkozy/Royal est un bon contre-exemple car le futur Président avait plus utilisé la vidéo que le texte pour pousser ses messages de campagne alors que la perdante a plus utilisé le texte et les blogs comme relais.

ForeignPolicy 

L’usage de l’Internet par les candidats a été bien couvert par les médias US. Voir par exemple Our first Internet President, Obama’s Web Sites Generate Six Times More Traffic than McCain’s et Obama’s Secret Weapons: Internet, Databases and Psychology dans Wired. Le camp républicain n’a pas été en reste, mais visiblement, pas assez organisé pour exploiter l’Internet.

Mais le web 2.0 appliqué à une campagne a un effet pervers : il a généré une addiction maladive chez certains internautes, complètement drogués d’informations sur la campagne. A suivre tous les discours, les blogs, les réactions et les sondages. J’en fais partie depuis fin août et pourtant, je suis loin de tout cela ! Pour couronner le tout, signalons que le créateur du concept du web 2.0, Tim O’Reilly, soutient lui aussi Obama, au demeurant de manière très bien documentée. Mais c’est le cas de nombreuses personnalités en Californie et dans la Silicon Valley, avec notamment Eric Schmidt, l’actuel CEO de Google. En tout cas, l’application du web 2.0 à la politique ne présente pas les lacunes de modèle économique que nombre de startups rencontrent actuellement. Il n’est pas nécessaire d’en avoir !

Cette double mobilisation, sur le terrain et sur Internet, rappelle le besoin de synergie entre le réel et le virtuel. L’un ne va pas sans l’autre. L’un renforce l’autre. Et puis, elle est liée à une attitude : plus centrée sur l’écoute et l’expertise pour Obama, tout en sachant faire vibrer l’émotionnel, alors que les républicains travaillent beaucoup plus sur l’émotionnel, les peurs et moins sur l’écoute et l’intellect.

Le rôle des médias

Au delà de tactiques “web 2.0”, la campagne d’Obama a été aussi aidée par les grands médias US dont la force de frappe compense celle des médias locaux, souvent très conservateurs (radios et TV locales).

Les trois quarts des journaux locaux et nationaux soutiennent ainsi Obama, ce qui est unique dans l’histoire récente. Quelques exemples : le comité de rédaction du très conservateur (et canadien…) The Record soutient Obama après avoir systématiquement préféré les candidats républicains depuis 1940, y compris Dewey qui s’était opposé à Franklin Roosevelt en pleine guerre mondiale ! Et surtout, le Chicago Tribune qui fait de même alors qu’il soutenait systématiquement les candidats républicains depuis 1847 ! On redécouvre aussi un trait particulier de la presse US : cette capacité à pondre des enquêtes fouillées comme il est rare d’en trouver en France. C’est notamment le cas dans Vanity Fair et dans Rolling Stone qui a publié une bio de McCain édifiante montrant qu’il est plus tire au flanc que franc tireur. Il y a aussi le très démocrate The Huffington Post, captivant par la profusion de commentaires de lecteurs qui alimentent chaque article.

Côté télévision, la plupart des chaines de TV nationales penchent en faveur d’Obama, tout en essayant de respecter une certaine neutralité (contradictoire ?). Seule MSNBC est clairement marquée démocrate, avec notamment les éditorialistes Keith Olbermann et Rachel Maddow qui a récemment interviewé Obama. Et Fox News soutient explicitement McCain, et quoi qu’il arrive y compris pour des futilités comme critiquer l’absence de retouche d’une photo de Sarah Palin dans Time. Le buzz TV/vidéo a connu sinon une véritable explosion grâce au show Saturday Night Live de NBC, avec Tina Fey imitant Sarah Palin. Si vous n’avez pas vu ces sketches, jettez vous dessus. Notamment sur ce duo entre Tina Fey (Palin) et McCain lui-même faisant du télé-achat avec un petit parfum de loser, l’excellente parodie de l’interview de Sarah Palin par Katie Couric sur CBS (qui reprend une part de verbatim de la candidate) et ce croisement étonnant entre la vraie et la fausse Palin il y a deux semaines à l’issue d’une parodie de conférence de presse !

Falin Fey

On est là en face d’une capacité d’autodérision des politiques américains qui acceptent de jouer le jeu avec les chaînes de TV. C’est très surprenant par cette désacralisation du politique. Un peu comme on l’a aussi vu en France avec la “pipolisation”, mais pas à ce point là.

Signalons aussi le rôle d’Hollywood qui a habitué les américains à l’idée d’avoir un président noir. Notamment dans le film Deep Impact et dans la série 24 heures chrono (David Palmer). Les scénaristes d’Hollywood sont en majorité démocrates et usent ainsi de leur influence pour faire passer quelques idées nouvelles en avance de phase ! Ce phénomène est bien décrit dans l’excellent documentaire “Mister President” diffusé récemment sur ARTE.

L’originalité de cette élection tient aussi aux soutiens des deux camps. Avec de nombreux soutiens issus de milieux républicains ou pas typiquement démocrates pour Obama : 200 anciens diplomates, l’ancien secrétaire d’Etat de Bush Colin Powell, Bill Weld, ancien gouverneur républicain du Massachussetts, Scott McClellan, ancien porte parole de la Maison Blanche de Georges W. Bush (premier mandat), Christopher Hitchens, un républicain de Vanity Fair, Charles Fried, un ancien haut fonctionnaire de l’époque Reagan qui faisait il y a un mois partie du staff de la campagne de McCain. Et Ron Reagan, le fils de Ronald Reagan, tout comme la fille du Président Eisenhower. Ca fait un beau paquet même si l’on prend en compte que les revirements sont légion aux USA, tel celui de Joe Lieberman en faveur de McCain, ou celui d’une speechwriter d’Obama en faveur de McCain, un bien maigre butin ! Et le soutien récent de Dick Cheney à McCain n’était pas forcément le plus attendu par ce dernier. En gros, l’annonce incessante de soutiens à Obama a régulièrement alimenté les médias et le spin positif en sa faveur. Un bon “sustain marketing” comme on dit.

Mais les médias US sont aussi castrateurs de la campagne parallèle qui a lieu avec les petits candidats qui ont encore moins de chances de gagner que leurs homologues en France. C’est le cas de l’altermondialiste Ralph Nader, sorte de Arlette Laguillier américain, qui se présente pour la cinquième fois. Et de Ron Paul, un républicain dissident, constitutionnaliste et non interventioniste. Internet est le lieu où l’on peut en savoir plus sur eux. Comme ce débat parallèle entre Ralph Nader et Chuck Baldwin, du Constitutional Party diffusé sur CSPAN. Les petits candidats n’ont impacté la campagne qu’en 1992, quand Ross Perot avait sérieusement écorné le capital de voix de Georges Bush père alors face à Clinton, avec 18,9% des voix (et 8% en 1996 reproduisant le même scénario avec Clinton / Dole). Sans Ross Perot, Clinton n’aurait donc peut-être pas été élu !

Internet et les sondages

Dans ce foisonnement d’informations, les sondages ont une place un peu à part. Ils sont innombrables et mis à jour quotidiennement. Ils sont nationaux (USA) ou par états, pour suivre l’évolution de l’opinion au niveau du potentiel de grands électeurs que chaque candidat peut obtenir. Et contrairement à ce que l’on peut lire un peu partout, il est utile d’y jetter un oeil et de tirer des leçons des élections passées.

Nous avons quatre sources d’information pour ces sondages :

  • Les sondages traditionnels des instituts de sondage,
  • Les sondages en direct pendant les débats entre les candidats (sur CNN), qui ont montré qu’Obama et Biden avaient la faveur des indécis.
  • Les paris en ligne, très favorables à Obama depuis le début,
  • Le suivi de l’audience sur Internet avec notamment Google Trends.

Cette diversité des sources d’information présente un avantage : on peut moyenner les résultats obtenus, notamment des sondages, et obtenir des tendances plus solides que sur un sondage particulier, les échantillonnages et méthodes de correction variant d’un institut à l’autre. C’est ce que font de nombreux sites tels que RealClearPolitics et Pollster. Et aussi VoteForAmerica et ses graphes compliqués ou bien FiveThirtyEight qui prévoit 96,2% de chances pour une victoire d’Obama. Tout est mis à jour en temps réel.

Obama est devant McCain dans ces moyennes de sondages depuis début 2008 sauf pendant de très courtes périodes, notamment la dizaine de jours après la convention républicaine. Dans l’histoire des élections américaines, le gagnant de la présidentielle était toujours numéro un dans les sondages pendant le mois précédent l’élection. L’avance d’Obama est nette depuis la mi septembre. Une date qui correspond à l’explosion de la crise financière mais aussi à la découverte progressive des dangers que constituerait Sarah Palin, une VP bien mal préparée avec un candidat âgé atteint d’un cancer avec une espérance de vie moyenne.

Polls Obama McCain

On retrouvait ce scénario dans les cas récents de Bush vs Gore et Bush vs Kerry où Bush persistait devant ses adversaires démocrates sur septembre et octobre, les candidats démocrates remontant la pente au dernier moment, mais pas assez. Kerry a perdu à un Etat près (on dit que c’est l’Ohio). Tout comme Gore, même si ce dernier avait 0,5% de voix en plus que Bush.

Polls Bush Kerry

Dans le cas présent, McCain a perdu du terrain après chaque débat et régulièrement depuis la mi septembre et le come-back de fin de campagne n’est pas arrivé ! Il ne peut plus espérer remonter la pente comme Gore en fin de campagne 2000.

Après, ce pose la fameuse question de l’effet Bradley (le candidat démocrate noir et malheureux au poste de gouverneur en Californie en 1982). Il serait pris en compte par les sondeurs et se serait atténué 26 ans après. La mobilisation de l’électorat républicain est aussi une incertitude. Mais sa démotivation contraste avec l’optimisme des partisans d’Obama car McCain a déçu une grande partie des républicains et que la défaite est prévisivible alors qu’Obama fait plutôt l’unanimité chez les démocrates et a généré un véritable enthousiasme comme les américains n’en ont jamais connu depuis longtemps.

En tout cas, en prenant en compte les états où Obama est largement devant McCain dans les sondages, Obama est sûr d’obtenir au moins 300 grands électeurs (ci-dessous). Donc, sans prendre trop de risques, l’incertitude à deux jours de l’élection est de savoir si Obama bénéficiera d’une avance confortable ou bien gagnera de justesse comme Bush en 2000 et 2004. Je penche plutôt pour une victoire nette qui donnera à cette élection un aspect encore plus historique.

Electoral Map

Pour ce qui est des paris en ligne sur Intrade, qui sont aussi en phase avec les gagnants, Obama est largement en tête, et ils ne se sont jamais trompés récemment :

Intrade

Si on passe aux indicateurs web, la tendance est identique : Obama intéresse plus que McCain. Même si cela ne mesure évidemment pas les intentions de vote, loin s’en faut, ni n’est parfaitement représentatif de la socio démographie électorale aux USA.

 Google Trends Obama McCain

Et même en intégrant la “curiosité” Sarah Palin, Obama est devant et encore en hausse (toujours ici, en ne prenant que les données sur les USA) :

Google Trends with Palin

On aura beau commenter en long en large et en travers les sondages, ils ne se trompent pas tant que cela, surtout lorsque l’on prend des précautions comme le moyennage de plusieurs sondages. Ce qui faisait dire il y a un mois à Robert Schlesinger que “Barack Obama will defeat John McCain – This one’s over”. Plus que deux jours pour vérifier. Nombreux seront les médias qui expliqueront alors en long et en large les raisons de l’échec de McCain, qu’il était inévitable, et que son choix de Sarah Palin était probablement assez haut dans la liste. Et les sceptiques seront étonnés : “ils l’ont fait, ils ont osé” (les américains).

Président 2.0 ?

Une fois élu Président, Obama aura évidemment du pain sur la planche. On peut espérer qu’il sera aussi sérieux dans la constitution de son équipe que pour sa campagne et évitera l’amateurisme qui avait marqué les débuts de Bill Clinton à la Maison Blanche en 1993. Il a en tout cas créé son équipe de transition en charge de préparer la constitution du gouvernement d’Obama alors que McCain n’a rien fait de sérieux dans ce sens.

Obama prendra certainement des décisions symboliques fortes comme la fermeture de Guantanamo, la finalisation d’un calendrier de retrait d’Irak, sur l’économie, sur l’énergie et l’environnement, sur son plan de couverture santé, il visitera un grand nombre de pays, etc. Il y aura aussi cet autre symbole avec la poignée de mains entre Laura Bush et Michelle Obama en janvier prochain ! Obama utilisera sûrement les médias, prononcera des discours inspirants, ce que l’on peut attendre de son “inauguration” en janvier 2009. Il aura à créer un style, probablement dans la lignée de sa campagne.

Mais le syndrome du “baby blue” affectera certainement l’opinion et tous ceux qui se sont investis avec passion dans cette élection historique. Une fois sortie de la campagne électorale, l’équipe d’Obama devra maintenir la capacité de rester en contact avec “sa base” et le souffle qui a alimenté la campagne. Pas évident ! On le verra déjà à la manière de conduire ses conférences de presse à la maison blanche, à la manière de faire passer les lois et à travailler avec le congrès – qui sera probablement encore plus à majorité démocrate qu’aujourd’hui, à la manière de gérer l’économie (qui échappe pas mal à la Présidence…). Et les républicains ne manqueront pas de continuer à attaquer Obama par quelque biais que ce soit. L’affaire Lewinski est là pour nous le rappeler !

L’histoire que nous vivons en ce moment – en grande partie grâce à Internet – ne fait  que commencer et pourrait durer jusqu’en 2016 ! Une période pendant laquelle un service fédéral sera particulèrement mis à contribution et devra ne pas faillir : le Secret Service qui protège notamment le président ! Dans l’immédiat, je vais savourer le temps présent comme beaucoup de citoyens de ce bas monde intéressés par cette campagne : scotché sur Internet et la télévision US pendant la longue soirée du 4 novembre.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 2 novembre 2008 et mis à jour le 8 novembre 2008 Post de | Obama et la Présidentielle 2008, Politique, Sociologie, Technologie, TV et vidéo, USA | 21262 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 11 commentaires et tweets sur “De Candidat 2.0 à Président 2.0” :

  • [1] - Pierre Guillery a écrit le 2 novembre 2008 :

    Article passionnant, synthèse impressionnante.

  • [2] - John a écrit le 3 novembre 2008 :

    Obama est le nouveau messies. Mais je vais rigoler quand Obama fera du protectionnisme et fermera le marché US, imposant par conséquent une augmentation des taxes d’importation (faut bien que l’argent pour honorer ses promesses électorales vienne de quelque part) et que l’économie européenne et surtout asiatique en prendront un sacré coup… Il va décevoir pas mal de monde le messies (d’ici qq mois, ce sera un président américain comme un autre, le diable qui sent le souffre comme dirait Chavez)

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 3 novembre 2008 :

    Messie… ! Evidemment non.

    Pour ce qui est de ses positions sur le “fair trade”, il semble effectivement qu’il soit pour une renégociation des accords de libre échange comme le NAFTA (amériques) et les échanges avec la Corée du Sud. Notamment au niveau de l’harmonisation des conditions de travail. La question n’est pas d’imposer des taxes, mais de niveler par le haut ces conditions pour limiter le manque de compétitivité des entreprises US. Cela sera l’objet de négociations difficiles car les barrières douanières ne sont pas une solution et l’histoire a montré qu’elles ralentissaient l’économie du pays qui les créé. Mais cela relève de « wishfull thinking » visiblement.

    En même temps, il a conscience qu’il faut investir localement dans l’innovation, dans la production d’énergies nouvelles et de voitures moins polluantes. Il vit aussi dans l’illusion qu’il est possible de « dé-Wallmartiser » l’économie US, droguée comme la notre aux produits à bas coûts fabriqués en Chine.

    McCain comme Obama pensent sinon qu’ils peuvent significativement réduire dépendance énergétique vis-à-vis de l’étranger, qui est de $700B. Cela sera très difficile car les énergies nouvelles ne peuvent ni facilement ni rapidement remplacer le pétrole et le gaz. Ses $15B d’investissements promis dans ce domaine semblent assez faibles au regard de l’enjeu. Par comparaison, le budget de la NASA est de $17,6B en 2009. Mais c’est aussi un mois et demi de présence militaire en Irak. Mais la mobilisation américaine réserve souvent des surprises, et au vu de ce qui se passe dans la Silicon Valley sur les greentechs, l’enjeu énergétique pourrait être de la partie.

  • [4] - Noeil a écrit le 3 novembre 2008 :

    Tres bon article qui synthetise bien la situation.
    Je vis aux Etats-Unis, et je confirme bien l’importance d’Internet ici. Beaucoup restent scotches devant leur ecran a lire les dernieres nouvelles et suivre les nombreux sondages (sur tout et n’importe quoi d’ailleurs).
    Quant a MSNBC, il me semble que seuls les 2 talk-shows de soiree sont clairement democrates. Les emissions politiques un peu plus tot sont plus ou moins neutres.
    Comedy Central est egalement clairement democrate, avec le Daily Show et le Colbert Report qui reviennent avec cynisme sur l’actualite politique! A voir !

  • [5] - LVM a écrit le 4 novembre 2008 :

    À propos d’internet, dans le clan Obama en plus du classique site web, on a mitonné une application iPhone:
    http://my.barackobama.com/page/content/iphone

    Celle-ci contient des informations, photos et vidéos, ainsi que des outils permettant de géolocaliser par exemple les lieux de meeting, d’appeler ses contacts dans certains états où c’est nécessaire pour les inciter à voter Obama, et de contribuer financièrement à la campagne.

    Un petit outil qui ne paye pas de mine, mais en seulement quelques jours il a permis de passer 22000 appels, et probablement bien plus depuis un mois…

  • [6] - Olivier Ezratty a écrit le 4 novembre 2008 :

    Intéressant et l’inventaire des solutions numériques employés dans la campagne n’est pas évident. En plus de Twitter, il y a évidemment au minimum Facebook, Flick et les SMS.

    Sinon, pour ma gouverne et les lecteurs de ce blog, c’est qui “on” ?

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 4 novembre 2008 :

    Par contre, pour ce qui est du vote électronique, les techniques de calibrage semblent sorties du 20eme siècle !

    Cf http://www.videothevote.org/video/384/.

    On n’ose imaginer ce qui se passerait si il fallait faire cela pour chaque iPhone !

    Il est vrai que cette fonctionnalité de calibrage est parfois utile pour les Tablet PC sous Windows. Mais pas pour des erreurs telles que celle que l’on peut voir dans la vidéo !

  • [8] - LVM a écrit le 5 novembre 2008 :

    Sinon, pour ma gouverne et les lecteurs de ce blog, c’est qui “on” ?

    “on” est un pronom indéfini, ce qui a trop tendance à l’oublier de nos jours… 😉

    Je ne m’inclus donc bien sûr pas dedans, je parlais des équipes d’Obama.

    Il est vrai que cette fonctionnalité de calibrage est parfois utile pour les Tablet PC sous Windows. Mais pas pour des erreurs telles que celle que l’on peut voir dans la vidéo !

    Mais y’a pas d’erreur, c’est pour compenser avec l’alcoolémie de ceux qui cliquent de travers.

  • [9] - Olivier Ezratty a écrit le 5 novembre 2008 :

    Bon, moi qui me disait qu’il y avait peut-être une techno de startup française derrière ces machines…

    Il ne faut pas trop rêver tout de même !!!

  • [10] - Emmanuel a écrit le 5 novembre 2008 :

    Ce n’est pas moitié des 600 millions qui proviendrait de petites donations de moins de 200$ mais tout au plus un quart selon le Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/10/21/AR2008102102996_pf.html

    Ca n’enlève rien au succès mais ça tempère les conclusions.

  • [11] - Olivier Ezratty a écrit le 6 novembre 2008 :

    OK. Donc je corrige l’article en précisant “grâce notamment à des dons de particuliers…”. Soyons précis effectivement !




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Bonjour Olivier, je découvre votre site, donc j'arrive après la bataille.. Dans les "simulations" j'ajouterais celle du futur de l’énergie et en particulier de l'alternative au pétrole. Ca ne sera pas une...”
“"Très bel article sur l'intelligence artificielle! Aymeric...”
“Bonjour. Selon moi, nous devrions un jour réussir à dépasser tous ces incohérences et ces limites. Actuellement, peut-être n'avons nous pas la technologie pour le réaliser adéquatement ou la bonne vision pour...”
“Ces tags dans vos commentaires : , sachant...”
“Un article est-il complet ? Ce n'est évidemment jamais le cas. Par contre, j'évoque un peu ces questions de droit dans mon ouvrage ici :...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.