Back from LeWeb3 – Les startups

Publié le 15 décembre 2007 et mis à jour le 1 octobre 2010 - 13 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Une grande part des participants à la conférence LeWeb3 sont des entrepreneurs ou émérites ou en herbe. Le concours de beauté de startups en mettait en valeur une trentaine. Les présentations étaient réalisées dans de bien meilleures conditions que l’année dernière, avec une salle de 200 places et une scène confortable. Les pitches duraient 7 minutes chrono! Presque trop long dans certains cas!

Le jury était un peu embarrassé lors du débrief (cf ci-dessous avec Robert Scobble au milieu). Une grande partie des sociétés n’avait pas réussi à respecter le plan qui était suggéré consistant à présenter le produit, le marché, la concurrence, une démonstration et le modèle économique. Sans compter l’absence d’ambition claire: quelle est la taille du business que ces boites pourraient générer?

IMG_3322

Il faut dire que ce "Startup crochet" était un festival des choses à ne pas faire. Je n’ai assisté qu’à une demi-douzaine de présentations. Pour les autres startups, je suis allé me renseigner sur leur site web. Et là, quel folklore: on trouve des site qui ne sont pas en anglais, un référencement sur Google pas toujours évident, des logos mal foutus, ou des sociétés qui ne se présentent même pas avec leurs dirigeants. Heureusement, toutes ne sont pas comme ça! Mais le processus de sélection de l’organisation me semble avoir légèrement désiré!

Les remarques diverses sur les projets présentés étaient : trop de social network ceci ou cela, pas assez d’addiction et de viralité, opportunité de réinventer le commerce électronique, éviter les cycles de décision long (de la vente en entreprise), dans les Web analytics, le ciblage publicitaire, la mobilité. Il y avait beaucoup d’innovations incrémentales, pas mal de "copycats", plus des produits que des sociétés (je dirais même plus des features que de produits). Pas assez de résolution de "big business problem". Autre note des VCs: les sociétés présentent des budgets sans marketing. J’avais noté cela dans un post sur les image

image

image

image

image

image

image

image

image 

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image 

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

image

WaveStorm conçoit des modules wifi miniaturisés destinés à être intégrés dans toutes sortes d’objets communiquants. Ils n’ont pas encore touché un marché de masse. Pour l’instant, ils ont Meccano comme client, et ont sorti un cadre photo wifi (Ki’i Frame). Mais c’est prometteur à moyen/long terme.

Les gagnants

Les élus étaient les suivants : premier prix pour Goojet (français!), second pour  PLYMedia (Israël), troisième place pour G.ho.st (Palestine et Israël, décidément), et mention honorable ex-aequo pour erepublik (Roumanie) and Splitgames (France). Enfin, un prix spécial TF1 a été attribué à Holistis (Canada+Suisse). Deux boites françaises sur six, c’est pas mal.

Autres comptes rendus

Vous trouverez la couverture blogs de LeWeb3 sur votre moteur préféré (Google, Technorati, etc). J’ai surtout noté ceux de Claude Malaison, de Vanina Delobelle (sous forme de slides synthétiques), d’Eric Dupin et de Tristan Nitot. Mais il y en aura sûrement plus je l’imagine.

Pour terminer, un grand merci à l’équipe organisatrice et au couple Lemeur. C’était très bien joué. Bravo pour avoir créé ce carrefour européen du web à Paris, devenu dorénavant incontournable !

Edité le 19 décembre 2007.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 15 décembre 2007 et mis à jour le 1 octobre 2010 Post de | Actualités, Blogs, Entrepreneuriat, France, Innovation, Internet, LeWeb, Marketing, Photo numérique, Startups | 16637 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 13 commentaires et tweets sur “Back from LeWeb3 – Les startups” :

  • [1] - Carlos Diaz a écrit le 16 décembre 2007 :

    Merci de parler de blueKiwi, juste une précision, bK n’est pas “basé sur des briques open source du marché, et est déjà déployé chez quelques clients”. C’était le cas au tout début, en 2005, depuis nous avons redéveloppé notre propre suite intégré mais nous nourissons effectivement beaucoup de projet de partenariat avec des acteurs du Web 2.0 autour de notre API. Enfin, déjà une 15aine de grandes sociétés utilisent bK au quotidien ce qui fait de nous un leader européen de l’Enterprise 2.0, on peut citer Nokia, BNP Paribas, Finaref, Crédit Agricole, …

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 17 décembre 2007 :

    Bonjour Carlos,

    Intéressant. Pourquoi donc de tels développements? Qu’est-ce qui est devenu propriétaire dans l’architecture? Quelles APIs sont liées aux services web 2.0?

    Olivier

  • [3] - JiB a écrit le 17 décembre 2007 :

    Bonjour Olivier,

    en tant que “petits jeunes” de la startup competition cette année nous pouvons dire que nous avons pris des claques mais c’est ce qui fait avancer !

    Quelques précisions:
    UpShot est un service de design collaboratif orienté vers tous les professionnels utilisant des images. Il simplifie l’étape de livraison de ces images et surtout la récupération des feedbacks clients.

    Le tout réalisé avec le but d’être pris en main par n’importe qui en 30s.

    Concernant cette niche, elle comporte tout de même plusieurs dizaines (on pourrait même étendre à quelques centaines) de millions de clients potentiels. Et plusieurs milliers sur Paris et la région parisienne.
    Comprenez bien que si nous communiquons en utilisant majoritairement le terme “web-designer” (qui est la cible la plus classique et la plus parlante pour UpShot) le service est aussi utilisable par les graphistes/illustrateur/photographes mais aussi par des professions comme la PAO/Imprimerie/Architectes.
    Si Paris est en effet notre cible privilégiée aujourd’hui (puisque rencontrer les gens pour leur vendre le produit, et recevoir des retours directs est un atout considérable) nous éditons le service en français et en anglais (ce qui est aussi le cas de notre blog ou tout est “dupliqué”) dans le but de toucher la scène internationale très rapidement.
    Certes on s’éloigne de Facebook, mais nous préférons résoudre de “vrais” problèmes.

    Notre business model est très simple: différents plans d’abonnements mensuels. Et croyez moi, il est difficile d’être plus pragmatiques que nous.
    Nous ne rêvons pas en millions mais nous savons exactement ce dont nous avons besoin.

    Et surtout, nous prenons énormément de plaisir à apprendre et à avancer en tant que jeunes entrepreneurs !

    Une petite note sur la compétition en elle même:
    il parait assez clair que chaque juges voulait quelque chose de différent.
    Heureusement que Saul Klein a fait une très bonne remarque concernant les présentations des entreprises de Seedcamp en expliquant que le public n’était pas une cible précise.
    Même si j’aime beaucoup Robert Scoble je suis un peu choqué par son “les entreprises auraient du chercher sur Google comment faire une bonne présentation” cela me parait tellement à côté de la plaque que je préfère en rire…

    Pour terminer je voudrais poser la question que personne ne s’est posé: “et si certaines entreprises ne cherchaient pas d’investissement ?”

    A bon entendeur 🙂

    Je serais ravi de poursuivre cette conversation avec vous !

  • [4] - Laurent Nicolas a écrit le 17 décembre 2007 :

    Bonjour,

    Merci pour cette synthèse très intéressante, que l’on aurait aimé trouver sur le site du web3 !

    Toute petite précision pour Alenty : si une partie de notre offre (le produit Who’s Hot qui met en valeur les meilleurs contributeurs) s’adresse effectivement aux blogs, le reste de nos produits ciblent dans grands comptes (journaux en ligne, communautés de marques, etc.).
    On part en effet du même constat que vous : les blogs participent au buzz, mais sont difficiles à monétiser…

  • [5] - Herve Kabla a écrit le 17 décembre 2007 :

    Bonjour Olivier,

    Je peux repondre a la place de Carlos, en tant qu’utilisateur de blueKiwi chez DS. blueKiwi, c’est aujourd’hui à la fois une plateforme de blog, un gestionnaire de reseaux sociaux dynamiques, d’animation de groupes, bref une formidable machine à gérer de l’information non structrée.

    Qu’est ce qui releve du web 2.0? A peu pres tout, depuis la philosophie inhérente à l’outil jusqu’à la moindre réalisation.

    blueKiwi a ouvert une version destinée à son ecosystème, je pense que Carlos pourrait t’y donner accès, afin que tu te fasses une idée du potentienl de cet outil.

  • [6] - Olivier Ezratty a écrit le 17 décembre 2007 :

    JB,
    Merci pour ces précisions utiles sur UpShot!
    Oui, les objectifs de la compétition semblaient contradictoires : chercher du financement? La plupart des projets avaient déjà levé des millions! Faire du buzz? Oui, potentiellement. Intéresser le public? Si ce sont des VCs, c’est normalement déjà fait en amont… pour les bons qui font une bonne veille.

    Laurent,
    Effectivement, la monétisation sera plus facile sur les sites pros, même si ce n’est pas forcément là que l’on y trouve la plus grosse activité communautaire.

  • [7] - David / IC a écrit le 19 décembre 2007 :

    Bonjour Olivier, petite précision : Holistis n’est pas une société française mais une société helvético-canadienne. Le projet est réellement double national dans le sens ou les équipes sont réparties depuis l’origine entre le Canada et la Suisse. Histoire de jouer l’aspect multiculturel jusqu’au bout, le CEO d’Holistis lui est français 😉
    Nous pensons offrir avec Holistis une solution réellement innovante. Au passages, êtes-vous intéressé par voir fonctionner le produit et découvrir les possibilités de personnalisation qu’il offre ? Le feedback de confrères est toujours le bienvenu pour ne pas dire indispensable donc n’hésitez pas.

  • [8] - Carlos Diaz a écrit le 19 décembre 2007 :

    Réponse à Olivier :
    Pourquoi donc de tels développements?
    >> Aujourd’hui bK s’adressent à de grandes sociétés et leur permet de développer les usages du 2.0 dans un cadre professionnel, innovant et sécurisé. Nous avions débuté sur la base de briques Open Source seul problème maîtriser sa Roadmap. Si ces briques diverses peuvent intereopérer techniquement elles ne sont pour autant pas toutes architecturées pour le faire. Les standards respéectés ne sont pas tjs les mêmes… Autre point, souvent ces briques ne sont pas totalement adaptées à un usage pro et demandent beaucoup de réadaptation. Enfin, difficile de proposer une solution vraiment pro et crédible reposant sur des composants variés et divers aux avancés disparates. Cela n’a rien à voir avec l’Open Source, Suite2 d’Intel est basé sur le même principe de briques propriétaires agrégées pour en faire un tout mais les clients se posent la question de la pérennité de l’ensemble. Que se passe-t-il si une de ces briques venait à disparaître ou à dysfontionner ? Nous avons donc décider de prendre notre destin en main et de créer une véritable Suite 2.0 adaptée technologiquement et fonctionnellement à un usage pro.

    Qu’est-ce qui est devenu propriétaire dans l’architecture?
    TOUT ! Mais cela ne veut pas dire que nous n’ouvrirons pas un jour nos sources à des communautés de développeurs. Si nous le faisons, nous le ferons en temps et en heure et nous offrirons à cette communauté un environnement complet et profond pour leur permettre de travailler dans les meilleures conditions.

    Quelles APIs sont liées aux services web 2.0?
    Vous le verrez bientôt… mais nous ne voulons pas TOUT redévelopper, encore moins des choses déjà réalisées sur le Web qui fonctionnent très bien. Un exemple, vous utilisez un Google Spreadsheet ? récupérez le et utilisez le avec vos collègues directement dans bK. Vous avez un profil linkedIn ? Récupérez le dans bK…

  • [9] - Olivier Ezratty a écrit le 19 décembre 2007 :

    David, merci pour la précision, j’ai corrigé la coquille dans l’article. Et je suis preneur du test.

    Carlos, je comprend mieux maintenant. C’est intéressant comment positionnement par rapport à tout ce qui se dit/écrit sur l’open source dans l’édition de logiciels…

  • [10] - spectateur a écrit le 21 décembre 2007 :

    Il est a noté que cette année encore les start-ups nominées sont des start-ups qui sont déjà financées.

    Cette prudence peut paraître logique car elle protège les VCs. Personne ne pourra dans 2 ans venir leur dire vous avez choisit une start-up qui s’est plantée ou pire encore vous avez sélectionné une société mais vous ne l’avez pas financé.

    C’est aussi une manière maligne d’amortir les invest en se faisant de la publicité / PR gratuit.

    Mais cette pratique est loin de dynamiser l’écosystème et donne selon moi peut d’intérêt au concours de ce genre.

    Malgré tt un événement intéressant de de beaux gagnants…. mais il semble malgré tout profitable de réduire l’aversion au risque et cela commence souvent par des choix symboliques.

  • [11] - Olivier Ezratty a écrit le 22 décembre 2007 :

    En effet… intriguant!

    Les VCs diront-ils qu’ils manquent de projets de qualité en early stage?

  • [12] - JiB a écrit le 24 décembre 2007 :

    Nous étions là, avec quelques autres très jeunes start-up (a priori) a n’avoir pas été financée.

    En même temps nous ne cherchons pas d’investissement (phrase à prendre avec des pincettes bien sur, nous ciblons des professionnels le business model est donc plus “simple” mais ne créé pas de levier pour les VCs).

    Cela dit concernant le early stage (oui nous sommes aussi en early stage… :D) peut être qu’il faudrait une “young startup competition” en plus de la “startup competition” des “grands”.

    Un peu comme les festivals musicaux avec la grande scène internationale, la medium scene qui regroupe des artistes reconnus en passe de devenir des vedettes et la local scene qui regroupe en règle générale les meilleurs jeunes groupes du coin.

    Ou alors le early stage c’est quand on a levé “que” 2M€ ? On m’aurait menti !?

  • [13] - Olivier Ezratty a écrit le 26 décembre 2007 :

    Bonne idée pour les organisateurs de la prochaine édition du Web3! En effet, il serait bon de donner plus de chances aux projets véritablement early stage, même si cela n’affranchit pas d’un processus de sélection préalable. Une sorte de startup-crochet…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Prix 10000 Entrepreneurs La Tribune Apr2018
2018
1 photos
albth
AI for Good
2018
2 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
500 photos
albth
CES 2018
2018
2874 photos
albth
Orange Salon Recherche Dec2017
2017
37 photos
albth
Groupes
Expo
2 photos
albth
INRIA 50 ans Nov2017
2017
87 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire.
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League.
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.
flow
Aline Parreau
Aline est chercheuse en informatique théorique au CNRS dans le laboratoire LIRIS à Lyon. Egalement impliquée dans des actions de médiation scientifique avec MATh.en.JEANS, Maths à Modeler et la Maison des Mathématiques et de l'Informatique.
flow
Anne-Sophie Tranchet
Anne-Sophie est UX Designer dans une startup qui démocratise le livre numérique.
flow
Diana Nurbakova
Diana est doctorante au sein de l'équipe DRIM (Distribution, Recherche d'Information et Mobilité) du laboratoire LIRIS à l'INSA de Lyon qui travaille sur la thématique des systèmes de recommandation.
flow
Anne Poduvanac
Anne est directrice des partenariats et du développement de l’offre Salesforce.com chez Modis France, filiale du groupe Adecco. Elle accompagne les entreprises dans leur démarche d’innovation et activité d’extinction des incendies. Aussi Présidente de BoostInLyon, accélérateur de startups, et cofondatrice de digiClub.
flow
Wafaa Cheik Bihi
Wafaa est R&D Manager chez l’éditeur de logiciels Itris Automation et membre de l’association ScientiMix pour la promotion des métiers des sciences et techniques auprès des jeunes.
flow
Myriam Goude
Myriam est Sstartupeuse et UX Product Manager (Expérience Utilisateur Produit) chez Coffreo qui édite des solutions web de dématérialisation pour les entreprises de l'intérim et du contrat court.
flow
Stéphanie Gibert et Paola Jesson
Stéphanie et Paola sont co-fondatrices du SIdO The IoT Showroom de Lyon, le plus grand événement européen entièrement dédié à l’Intelligence des Objets et en accès libre pour tous les professionnels.
flow
Pascale Chabal
Pascale est présidente de A3D L’Atelier Numérique, un espace partagé de fabrication numérique ouvert avec Magalie Steinmetz en 2015 au sein du pôle numérique E-cité de l’agglomération de Villefranche. Le lieu est un centre de formation, un atelier de fabrication dédié à l’impression 3d et la découpe laser, et un espace de coworking.
flow
Marion Gardais
Marion est Vice-Présidente chez Capgemini, en charge du développement des activités digitales du Groupe sur le secteur Consumer Product, Retail, Distribution.
flow
Isabelle Jarniou
Isabelle est directrice de la BU Française du groupe Eurotech, spécialiste en électronique embarquée pour l’industrie et précurseur en technologie et stratégie IIoT (Industrial Internet of Things). Se définit comme une « IoT evangelist » convaincue, qui aime consacrer son énergie à la promotion des nouvelles technologies appliquées à l’industrie.

Derniers commentaires

“Merci pour ce travail si...”
“Très complet, merci et félicitations. Je voulais simplement attirer votre attention sur le dernier White Paper de Gemalto sur la 5G: Si Gemalto reste très...”
“Bonjour Olivier, bonjour à tous Ma (très) modeste contribution du matin est la correction d'une mini coquille ! L'ami Daniel Cohen Zardi et son double, Daniel Cohen-Zardi sont cités deux fois en première de couv...”
“"Guide des Startups 2018" de @olivez sur // avec @SquareLab_ESCC pour l'accompagnement et…...”
“Merci pour ce travail très utile pour les écoles d'ingénieurs. L'IPSA le diffuse à tous ses diplômés et...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.