Windows 8 est-il prêt pour les tablettes ?

Publié le 19 septembre 2011 et mis à jour le 21 septembre 2011 - 19 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Lors de sa conférence développeur Build des 13 au 16 septembre 2011 à Anaheim en Californie, Microsoft a levé le voile sur nombre de détails concernant la prochaine version de Windows. On comprend enfin comment Microsoft entend aborder le marché des tablettes – actuellement dominé par Apple – et qu’il avait testé sans grand succès avec les Tablet PC il y a environ 10 ans. La conférence était bien plus riche que cela, traitant aussi de l’évolution des outils de développement ainsi que de l’offre serveur et cloud de l’éditeur. Mais c’est l’application de Windows 8 aux tablettes qui retenait le plus l’attention.

Logo Conference Build Microsoft

Dans cet article, je vais tenter d’expliquer le bien fondé et d’éventuels écueils de cette stratégie par rapport à d’autres options et faire le lien avec les évolutions côté matériel. Je la comparerai avec celles d’Apple et de Google.

Les annonces de Microsoft tordent en tout cas pas mal le cou à la mode de la supposée “mort du PC” que j’ai déjà traitée ailleurs. Certains chroniqueurs américains parlent même de l’ère post-post-PC. C’est dire ! D’autres appellent les lecteurs à adopter une analyse non émotionnelle de cette annonce. Une posture que vous retrouverez ici même.

Avant la conférence Build

Le “avant” cette conférence n’était pas bien glorieux pour Microsoft pour ce qui est de l’univers des tablettes.

Cela a commencé il y a une dizaine d’années avec le lancement des Tablet PC basés sur Windows et donc l’interface utilisateur reposait principalement sur l’usage du stylet, couplée à un clavier amovible, avec la volonté de démocratiser la reconnaissance d’écriture. Cette catégorie de PCs n’a pas eu un grand succès. Il lui manquait plein de choses pour réussir, surtout dans le grand public : une interface tactile en plus du support du stylet, et multi-touch, un prix adapté au grand public, un poids acceptable, un design convenable, et une bonne autonomie. Résultat : les Tablet PC sont utilisés uniquement dans les environnement professionnels et sur de faibles volumes. J’ai ainsi utilisé pendant quelques années (2003-2006) un Tablet PC Toshiba Portégé M200 (ci-dessous).

Toshiba Portege M200 2

Un mois après l’annonce du premier iPad, et au MWC de Barcelone en février 2010, Microsoft présentait pour la première fois son nouveau système d’exploitation pour smartphones, Windows Phone 7. WP7 est doté d’une belle interface utilisateur qui fait oublier celle de Windows Mobile 6.5 et des précédentes, qui avait peu évolué à cause du tropisme entreprise de la société et de son activité mobile avant 2010. Mais à Barcelone comme plus tard, c’était le grand silence sur l’adaptation de WP7 aux tablettes. Je m’en étonnais à l’époque. L’interface utilisateur de WP7 était pourtant parfaitement adaptée aux tablettes, d’autant plus qu’elle est structurée comme une interface de tablette dont une fenêtre glissante est présentée sur smartphones. Nous sommes aujourd’hui un an et demi après cette annonce. Pour l’instant, le lancement de Windows Phone 7 n’est pas bien brillant. L’iPhone d’Apple et les smartphones sous Android dominent le marché. L’accord avec Nokia peut changer la donne par l’offre, mais côté demande, cela ne prend pas vraiment. La stratégie voisine de celle d’Apple ne paye visiblement pas. Il était préférable de ne pas répéter cette erreur avec les tablettes.

Windows Phone 7 People Screen

Là-dessus intervient une annonce clé au moment du CES 2011 à Las Vegas : le support de chipsets embarqués à base ARM pour Windows 8. On commence à comprendre la stratégie : c’est Windows 8 qui va équiper les tablettes “Microsoft” construites par ses partenaires OEM ! Cela rappelle le moto de Microsoft et de Steve Ballmer d’il y a 20 ans : la stratégie de Microsoft, c’est et cela reste “Windows, Windows, Windows”. Puis en juin 2011, arrivent les premières présentations de l’interface utilisateur de Windows 8 pour tablettes sous la forme d’une vidéo publiée sur YouTube.

Après la conférence Build

Dans cette conférence développeur Build, on a pu découvrir la plénitude de la stratégie de Microsoft. Ce n’est pas un OS pour tablette qui a été annoncé. C’est une évolution majeure de Windows qui – entre autres nouveautés – permet d’être un excellent système d’exploitation pour tablettes. Mais la conférence couvrait aussi l’offre outils de développement, serveur et cloud de l’éditeur.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, regardez bien ce keynote de Steve Sinovski qui dure une heure et demi bien denses. Il rappelle le “Pearl Harbour Day”, cette conférence de presse de Bill Gates – le 7 décembre 1995 – où il annonçait la très attendue stratégie Internet de l’éditeur un peu largué par les avancées de Netscape. Une stratégie qui lui a évité de sombrer mais a couté au passage plus d’une décennie d’affaires antitrust aux USA et en Europe. Le scénario peut-il se reproduire ? Oui, Windows 8 permettrait à Microsoft de revenir dans le jeu du marché des tablettes. Mais si Windows l’emportait sur les tablettes grâce à sa base installée dominante sur desktops, certains concurrents pourraient remuer le chiffon rouge de l’antitrust comme en 1998.

OS Fixes et Mobiles Apple Microsoft Google

Au lieu donc de partir d’un système d’exploitation mobile bridé, Microsoft part de Windows pour couvrir les tablettes. Il lui a ajouté ce qu’il lui manquait pour les supporter convenablement : une interface utilisateur adaptée, le support du multi-touch (qui existe déjà dans Windows 7 au niveau driver) et un boot rapide. Mais il conserve l’interface traditionnelle du bureau de Windows en option et on peut passer rapidement de l’une à l’autre. Un scénario voisin de Windows dans les Tablet PC, mais avec une plateforme matérielle cible différente. Une stratégie diamétralement opposée à celle d’Apple qui exploite iOS sur ses iPad et non pas MacOS. Et aussi Google, qui fait de même avec Android et a une approche encore ambigüe pour les laptops, associant Chrome OS dans les Chromebooks et Android dans certains netbooks.

Windows 8 Start Screen

Ceci nous rappelle la différence fondamentale entre les couches basses d’un système d’exploitation et son interface utilisateur. Un système d’exploitation mobile est généralement très léger. Ses fonctions sont réduites au strict nécessaire. Le prix à payer est une incompatibilité avec les applications issues des PC et des Macintosh. Les systèmes mobiles permettent d’exécuter des applications natives ou des applications web mobile plus ou moins adaptées à la petite taille des écrans de smartphones. Cela n’aurait aucun sens de faire tourner sur smartphone une application faite pour l’écran du PC ou du Mac.

Windows peut-il convenir aux tablettes ?

Une tablette n’est pas un smartphone. Son écran est plus grand, et généralement aussi grand qSnapDragonue celui d’un netbook (9 à 10 pouces). On peut y faire tourner une plus grande variété d’applications. Son processeur peut être plus puissant que celui d’un smartphone. On ajoute même parfois un clavier aux tablettes. Donc, pourquoi ne pas supporter de véritables applications de bureau classiques pour permettre au nomade d’avoir l’ensemble de ses outils numériques sous la main et lui éviter de trimbaler à la fois une tablette et un laptop ou un netbooks comme c’est le cas aujourd’hui ?

Cela peut alourdir le système mais la capacité des processeurs embarqués à basse consommation le permet aujourd’hui. Windows 8 tournera sur base Intel et aussi sur des SoC (systems on chips) à base de noyau et jeu d’instruction ARM provenant de Qualcomm, nVidia et Texas Instruments. Par exemple, les processeurs Snapdragon S4 de Qualcomm gravés en technologie 28nm par TSMC à Taiwan seront dotés de un à quatre cœurs tournant à 2,5 GHz, d’un moteur graphique 3D double-cœur (Adreno), supporteront la vidéo 1080p, en intégrant à la fois un GPS et la communication 3G et LTE. C’est le meilleur niveau d’intégration du marché. Il simplifie grandement la conception de cartes mères. Leur disponibilité est prévue pour début 2012, juste à temps pour arriver en amont de la sortie de Windows 8. Les processeurs nVidia et Texas ne seront pas en reste, chacun avec leur spécialité, plus orientée vers le graphisme 3D. Et Intel continuera d’améliorer sa gamme Atom, notamment en termes de power management. Dans le même temps, Microsoft a réussi à réduire le “footprint” de Windows 8, c’est-à-dire la mémoire minimum consommée par le système lorsqu’il ne fait rien. C’est descendu à environ 400 Mo, un gain d’environ 200 Mo par rapport à Windows 7.317374-uefi-logo

Il faut aussi pouvoir éteindre et allumer sa tablette très rapidement. Un boot de Windows 7 dure jusqu’à 60 secondes. Une sortie de veille dure environ 3 secondes. Une sortie de veille prolongée quelques dizaines de secondes selon la mémoire RAM de la bécane. C’est là que le matériel entre en jeu. Les processeurs embarqués d’aujourd’hui gèrent mieux l’énergie et la mise en veille. Et associés aux nouveaux BIOS UEFI, ils permettent un boot très rapide. Moins de 10 secondes pour une tablette sous Windows 8, en théorie. Et toujours une à deux secondes pour sortir de la veille. On verra à l’usage.

Il y a ensuite le choix qui est donné à l’utilisateur d’adopter une métaphore bureau/folders/fichiers ou applications/contenus. Sur iPad, on n’a pas le choix : l’utilisateur est forcé d’utiliser la métaphore applications/contenus avec ses insupportables limitations. Qui n’a pas pesté contre iTunes lorsqu’il a voulu synchroniser avec son iPad ses photos (un seul répertoire autorisé) ou ses fichiers PDF (via iBooks, rebelote, un seul répertoire autorisé) ! On en est obligé de passer par des applications telles que Dropbox pour gérer une arborescence de fichiers. Horrrripilant ! Microsoft a choisi de permettre à l’utilisateur d’utiliser les deux métaphores sur Windows 8. La liberté, pas la contrainte ! La liberté du consommateur mieux promue par Microsoft que par le Apple du “think different” ? Mind blowing, non ?

La conférence Build a aussi permis de découvrir plein d’autres aspects de Windows 8 que voici un peu en vrac :

  • Le menu d’accueil des tablettes est non facilement personnalisable. Il s’agit plus d’un écran de widgets que d’un menu d’applications. Chaque rectangle dédié à une application est en effet sous le contrôle de celle-ci et affiche des informations mises à jour dynamiquement. Et à partir d’Internet Explorer, il est très facile de créer un bookmark pour un pavé qui sera présenté comme une application. Il serait intéressant de permettre à ce pavé d’être alimenté par le code web de l’application. Voici à quoi ressemble ce menu d’accueil en mode tablette une fois débarrassé de ses fioritures et après une installation d’Office sur le PC.

Accueil Tablette Windows 8 avec Office

  • L’interface du bureau traditionnel bénéficie d’améliorations démontrées lors de Build, certaines ciblant plutôt pour les utilisateurs avancés, ce qui est normal puisque les premiers utilisateurs sont les développeurs. Le mode double écran est plus finement paramétrable, avec une barre de tâche qui affiche les applications chargées dans chaque écran. Le gestionnaire de tâches consolide les fonctions de trois utilitaires différents (task manager, services manager, msconfig). La barre de progression de copies de fichiers affiche une courbe avec le débit de la copie et comprend une fonction de “pause” (ci-dessous). La sauvegarde et la restauration système sont aussi grandement améliorées. Enfin, les fenêtres de l’explorer ont maintenant des rubans empruntés à l’interface d’Office 2010/2007. Une interface contestable et contestée dans le cas d’Office 20XX mais qui prend son sens pour un usage sur tablette. Elle alourdit cependant le visuel du bureau.

File Copy in Windows 8

File Manager Windows 8

  • Windows 8 intègrera la version 10 d’Internet Explorer qui est adaptée au mode plein écran sur tablettes. Il semble qu’un site web soit vu comme une application. La version démontrée pendant Build n’avait pas l’air de supporter Adobe Flash mais cela ne veut pas dire que Microsoft veut tuer Flash (quoique…). Mais plus simplement que le code de Flash ne tourne peut-être pas encore sur les processeurs à cœur ARM utilisés pour les démonstrations. Je met ma main à couper que, comme sur Android, Flash sera supporté dans Windows 8 en mode tablette. Il le sera bien, par compatibilité Win32, dans le mode desktop classique.

Internet Explorer 10 en mode tablette

  • L’utilisateur pourra saisir un mot de passe “visuel” sous la forme de clicks à certains endroits dans une photo de la page de logon. Je ne sais pas d’où vient cette idée, mais elle est séduisante.
  • Windows 8 exécute toutes les applications Windows existantes. Ironiquement, on peut même développer son logiciel de tablette sur sa tablette (avec Visual Studio pour commencer).
  • Le logiciel de synchronisation des données entre PC et tablettes semble très souple. Il semble bien plus flexible que iTunes. C’est un point fort clé que Microsoft aura intérêt à développer et marketer au maximum car il correspond à un “pain point” majeur de l’usage de l’iPad.
  • Le support de l’écriture manuscrite subsiste. On va pouvoir donc bénéficier de la plus grande flexibilité d’usage avec clavier, souris, multi-touch (au delà de 2 doigts au passage !) et stylet pour l’écriture. Pas sûr que cela soit fondamental dans le grand public au vu de l’expérience du tablet PC. Cela servira toujours dans certaines applications verticales.
  • Les fonctions de l’antivirus Security Essentials sont intégrées nativement dans Windows 8, ce qui fera jaser les éditeurs d’antivirus si cela reste le cas dans la version finale. Ou bien, pour éviter les foudres de l’antitrust, Microsoft fera comme avec Internet Explorer depuis deux/trois ans : il proposera aux utilisateurs de choisir leur antivirus, en plus du navigateur. Un soucis que n’ont ni Apple avec l’iPad ni Google avec Android et Chrome OS qui n’ont pas d’antivirus parce ce que – parait-il – ils n’en ont pas besoin grâce à leurs noyaux Unix et Linux.
  • Le développeur a un large choix d’outils de développement pour créer ses applications : il peut utiliser le framework Metro de Windows Phone 7, le framework .NET ou bien les standards du Web tels que HTML 5 et JavaScript. Microsoft a diffusé lors de Build sa “preview” de Visual Studio 11, adapté au développement pour Windows 8. Visual Studio 11 fournit tout un tas de templates d’applications “tablette” pour Windows 8 (voir la liste des nouveautés).
  • Microsoft a aussi annoncé Windows Server 8, qui va remplacer Windows Server 2008 qui se met encore plus à la sauce du cloud (voir sa fiche produit).
  • Et puis, la plateforme de cloud computing Windows Azure bénéficie aussi d’un chapelet d’évolutions… qui me dépassent !

Les développeurs présents à la conférence sont repartis avec une tablette Samsung avec la preview de Windows 8 installée dessus. Une approche qui imite celle de Google I/O où ce même Samsung avait fournit une tablette Galaxy 10 pouces et un Chromebook à chaque participant.

Pour les autres, la Developer Preview de Windows 8 est librement téléchargeable ici. Pour la tester, il faut soit un PC assez récent, soit la lancer sous forme de machine virtuelle dans Virtual PC (gratuit pour les utilisateurs de Windows). Je l’ai installée sur un laptop Asus W7J qui date de 2006 avec un disque dur neuf. Ca tourne bien. Mais ce n’est pas une tablette !

Diable, détails et interrogations

Passons au chapitre des “oui mais”, “faut voir” et autres doutes sur la stratégie tablettes de Microsoft qui ont déjà émergé ou vont le faire :

  • Quid des tablettes elles-mêmes ? Est-ce que les constructeurs vont être à la hauteur en terme de design, de poids et d’autonomie ? Comme pour Android, Samsung mène la danse. Ses tablettes pour Windows 8 risquent de ressembler fort à ses tablettes Android côté design. Toshiba propose des tablettes Android à base de processeur Texas OMAP de 7 mm d’épaisseur. Elles seront facilement adaptables à un usage sous Windows 8. Mais aucune information précise n’a été fournie sur l’autonomie des tablettes Windows 8. On sait qu’elles doivent tenir une journée et on dispose d’éléments techniques sur la manière dont est géré le “power management”, celui-ci étant meilleur avec les processeurs à base ARM. Les constructeurs font aussi la promotion des Ultra Books, sortes de laptops extrêmement fins qui rappellent le design du Macbook Air. Enfin ! Ils sera dotés d’écrans multi-touch.

Windows 8 Laptops

  • Quid de la lecture de livres et revues ? C’est un des usages clés des tablettes. Aucune démonstration n’a été faite dans ce sens pendant la conférence Build. peut-être parce qu’il s’agit d’une application restant à développer et pas une fonction du système d’exploitation. C’est d’ailleurs aussi le cas pour l’iPad puisque celui-ci n’est pas configuré par défaut avec l’application iBooks installée. On notera aussi que la plupart des tablettes présentées lors de Build avaient un écran au ratio 16/9 et pas 4/3 comme l’iPad. Le 4×3 est mieux adapté à la lecture d’ebooks et de magasines.
  • Quid de la fiabilité ? L’architecture ouverte des PC et de Windows présente plein d’avantages (prix, choix) mais génère une instabilité technique notable. Je pense en particulier aux drivers des écrans multitouch. Microsoft a montré pendant Build ses robots de test avec doigts mécanisés qui permettront de mener une nouvelle génération de tests automatisés sur les tablettes. On attend de voir ce que cela va donner !
  • Quid de la compatibilité des applications Win32 sur les architectures ARM ? Au CES 2011, une démonstration avait été faite d’Office tournant sur un prototype d’ordinateur à base ARM. Est-ce que cela va être opérationnel dans la version finale ? Ou les tablettes ARM ne pourront-elles faire tourner que les applications recompilées pour processeurs ARM, avec des variantes possibles entre processeurs (Qualcomm, nVidia, Texas) ?
  • Quid de l’interface utilisateur ? Elle me semble un peu plus chargée que celle de l’iPad et même d’Android avec ses Widgets. Tout du moins, c’est la liberté donnée aux développeurs d’applications qui peut générer ce phénomène.
  • Même question pour la réactivité de l’interface utilisateur. Une attente est mortelle lorsque l’on interagit avec le doigt sur l’écran. Comme Windows est fait pour être multi-tâche et que les disques durs SATA fonctionnent encore en mode synchrone, cela pourra devenir gênant dans un usage lourd où l’on a plusieurs applications qui tournent en tâche de fond. Les stockages SSD qui équiperont sans doutes pas mal de tablettes auront un accès disque plus rapide, ce qui améliorera peut-être les performances.
  • N’existe-t-il pas un risque de syndrome “Media Center” ? L’interface de cette fonction de Windows est de très bonne qualité mais les PC Media Center n’ont jamais été un succès de marché car trop compliqués pour le salon. Qui plus est, ils étaient assez instables du fait de pilotes de périphériques déficients pour les tuners TV, sans compter la quasi-absence de solution officielle pour recevoir la TV payante et protégée par des systèmes de contrôle d’accès (CAS). Le marché de la tablette présentant moins de spécificités que celui de la TV, ce syndrome est donc évitable.
  • A force de vouloir s’adapter aux tablettes, il ne faudrait pas que Microsoft délaisse ses utilisateurs de PC classiques. Quand on installe la Developer Preview, l’interface utilisateur est celle d’une tablette, même sur un PC desktop ou laptop classique. Ce qui n’est pas forcément approprié. Le bouton “Start” du bureau de Windows renvoie vers le menu en mode tablette. Il faut aussi passer par des accélérateurs claviers non visibles (touche Windows – C puis Settings puis Power puis…) pour éteindre l’ordinateur quel que soit le mode (shutdown, sleep, hibernate) ! Microsoft fait ici la part belle à l’usage de Windows sur tablettes. Mais il ne faudra pas délaisser la grande majorité des utilisateurs de PC classiques. Microsoft est ainsi censé rétablir l’ancien “Start Menu” pour la version finale de Windows 8. Ajouter le mode tablette, OK. Mais dégrader le mode desktop, non !

Shutting down Windows 8

  • Quid de l’application store pour les applications Metro ? Sera-t-il un point de passage obligé pour installer des applications dans l’interface tablette ? Les développeurs attendent la réponse avec impatience.
  • Lors de la création du compte utilisateur, le setup de Windows 8 propose d’utiliser son compte Windows Live / Hotmail. Ce qui fait qu’on se logge ensuite dans Windows avec le même logon que dans les services de Windows Live. C’est une vision très “cloud” des choses, mais elle pourra susciter des réserves.
  • Comment Intel va réagir à la poussée des SoC à base ARM ? Dans une gymnastique diplomatique classique, Microsoft explique qu’Intel reste un partenaire de choix et que les plateformes Intel seront bien entendues supportées par Windows 8, y compris les Atom et ses successeurs. Intel va certainement faire des efforts pour améliorer l’autonomie de ses processeurs ce qui le fera revenir dans la course. Les processeurs de la série Haswell en technologie 22 nm et à transistors 3D Tri-gate sont prévus pour 2013 et donneront aux Ultrabooks du moment 24 heures d’autonomie. Comme l’indique Jean-Louis Gassée, cela pourrait rappeler le sort réservé aux architectures Alpha et Power PC initialement supportées par Windows NT puis abandonnées.

Cela fait pas mal d’inconnues à ce stade des courses. On pourra mieux se prononcer au fur et à mesure de l’avancée du développement de Windows 8, notamment avec sa bêta en fin d’année, avec l’arrivée de tablettes le supportant et aussi des premières applications associées.

Scénario de prospective

Nous sommes fin 2012 et Windows 8 est disponible après un cycle “preview-beta-RC-RTM-GA” d’un an (release candidate, release to manufacturing, et general availability dans le jargon Microsoft). Les constructeurs de PC lancent leurs Ultra Book et tablettes dessus. Dans le même temps, les constructeurs de moniteurs généralisent le support du multitouch. Et Apple a lancé depuis le début de l’année un iPad 3 encore plus fin et avec un écran ultra-haute résolution type Retina. Steve Jobs n’est peut-être plus de ce monde et a été béatifié comme grand bienfaiteur de l’humanité numérique. Mais son empreinte est toujours présente chez Apple qui n’a pas encore viré sa cutie en “Corporate America Classica”.

Contrairement aux smartphones, Android reste un peu à la peine pour concurrencer l’iPad qui bénéficie d’une base installée de plusieurs dizaines de millions d’unités et domine encore largement les ventes.

Les développeurs d’applications qui ont commencé à travailler pour Windows Phone 7 adaptent facilement leurs applications pour Windows 8. Les développeurs d’applications natives .NET et de sites web font de même. Mais leur nombre est encore faible au regard de ceux qui supportent iOS malgré les efforts d’évangélisation énormes que l’éditeur a lancé pendant plus de 12 mois. Le lancement de Windows 8 a en tout cas servi de bouclier à Microsoft : il contient le développement de l’usage d’iPad et de tablettes Android dans le segment professionnel.

La grande inconnue reste l’accueil du consommateur dans le grand public. Comme dans la bataille Mac vs PC, il se retrouve avec une alternative pour l’achat de tablettes. Alternative à trois… avec iPad, tablettes Android et tablettes Windows 8. Est-il si intéressé que cela par la compatibilité avec Windows ? Suspens ! Est-ce que la version livrée de Windows 8 sera dépourvue d’écueils gênants pour son utilisation confortable dans tous les cas de figure ? Cela demande à la fois de la patience et une petite étude de marché…

En tout cas, la bataille est ouverte pour permettre aux tablettes d’être le seul ordinateur que l’on embarque avec soi au lieu de cumuler une tablette et un micro-ordinateur. A ce jeu, Microsoft est plutôt bien préparé. Reste à voir si Apple va adopter un jour une approche similaire en fusionnant iPad et Macbook Air d’une manière ou d’une autre.

Publié le 19 septembre 2011 et mis à jour le 21 septembre 2011 Post de | Apple, Google, Internet, Logiciels, Microsoft | 28114 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Les 19 commentaires et tweets sur “Windows 8 est-il prêt pour les tablettes ?” :

  • [1] - Patrice Lamarche a écrit le 19 septembre 2011 :

    Bonjour Olivier,

    quelques réponses aux questions posées ici dont certaines ont été répondues durant les nombreuses sessions de l’évènement.

    A propos de la tablette Samsung offerte aux participants, celle-ci est basée sur un processeur type x86 et propose une autonomie max de… 3h… très loin de la journée que (seuls ?) les processeurs ARM permettront d’atteindre.
    Les temps de démarrage sont vraiment excellents, inférieurs aux 10 secondes annoncés.

    Le support de l’ARM a été à mon avis beaucoup trop peu évoqué durant l’évènement et ceci pour plusieurs raisons :
    -la 1ere est que l’OS semble beaucoup moins avancé dans sa version ARM que pour sa version x86. Les tablettes ARM présentes dans le hall d’expo étaient toutes sous verre, et donc inaccessibles pour des tests/démonstrations. Seul l’écran d’accueil metro était affiché.
    -Les applications existantes ne sont pas compatibles ARM (que celles-ci soient natives (Win32) ou managées (.net)). On peut regretter que l’éditeur n’ait pas du tout évoqué comment migrer ses applications pour supporter les architectures ARM. On notera au passage que la prochaine version de .net (v 4.5) ne propose même pas de support pour ce type de processeur ! La seule solution actuellement proposée et présentée par Microsoft est le développement d’applications Metro qui elles seront compatibles ARM.

    Toutes les applications Metro devront obligatoirement être déployées via le Marketplace. Les packages ne pourront pas être déployés manuellement. Les développeurs devront d’ailleurs disposer d’une licence Développeur de Windows 8 pour être capable de créer des applications Metro. Cette licence permettra à l’éditeur de vérrouiller le déploiement de packages et ainsi techniquement limiter le déploiement vers un passage obligé vers le marketplace. On peut à ce sujet se poser la question du déploiement d’applications Metro en entreprise, sujet qui n’a pas du tout été abordé durant l’évènement.

  • [2] - Lionel Bruno a écrit le 19 septembre 2011 :

    Merci Olivier pour cette très belle analyse.

    Michel Lopez qui était sur place me faisait remarquer l’engouement inattendu des développeurs qui étaient sur place. En engouement peu reporté par les médias. Pour beaucoup ils s’agissait certainement de développeurs indépendants qui ont compris que W8 sur tablette leur donnerait l’opportunité de facilement créer des apps de façon simple et ainsi reproduire le succès de certaines apps en environnement Apple. Si les dev suivent ça peut marcher (on peut pas dire qu’il y ai un réel engouement des dev pour WP7).

    Pour l’O/S, avant la sortie de de l’Ipad je clamais à qui voulait l’entendre qu’Apple faisait une erreur de livrer l’iPad avec IOS et qu’ils auraient dû faire évoluer Mac OS sur tablette. Mais après avoir fini par acheter un iPad je pense tout le contraire, IOS sur l’iPad est léger, autonome et répond parfaitement à ce que j’en fait, je ne vois pas ce qu’aurait pu apporter Mac OS si ce n’est de la lourdeur et autres pertes d’autonomie. Ce qui fait qu’IOS est toujours prêt, c’est aussi ce qu’on lui reproche souvent, c’est « closed », ce qui ne sera pas le cas de W8. Même si MS à fait évoluer le blue screen et que W7 nous ai démontré une bien meilleure stabilité, je doute sur la capacité d’un W8 tablette « toujours prêt ». Hors c’est ce que doit être une tablette. A MS de nous surprendre.

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 19 septembre 2011 :

    @Patrice : merci pour toutes ces précisions forts utiles. J’ai l’impression que cela restera tout de même flottant quelque temps. Windows 8 ressemble pour l’instant à un gros gruyère avec de grands trous. Est-ce que cela va devenir du comté ou rester du gruyère, là est la question !

    @Lionel : le rationnel du choix de l’OS était différent pour Apple. Chacun partant de son point fort sur le marché, il était logique de s’appuyer sur les développeurs d’applications iPhone, donc de partir avec iOS. Microsoft part de Windows car c’est son point fort alors que WP7 ne l’est pas. Le besoin d’avoir un même device pour la tablette “contenus” et la tablette “productivité” est plus manifeste lorsque l’on est un utilisateur professionnel que dans le grand public ou chez soi (pas en situation de mobilité). D’où ma remarque sur le fait que Windows 8 pourrait limiter la pénétration des tablettes iPad et Android dans les milieux professionnels. Et que le succès dans le grand public reste conditionné par un tas d’interrogations que j’évoque, et qui demanderont au moins un à deux ans avant que l’on sache ce qu’il en est. Ton point sur les développeurs amène une remarque : est-ce qu’il s’agit des mêmes développeurs que ceux de l’iPad et de l’iPhone ? N’a-t-on pas ce schisme entre développeurs d’entreprise (plutôt sous technos MS, sans compter LAMP et Java) et développeurs mobiles et web (plutôt LAMP, ou iOS/Android) ?

    • [3.1] - Lionel Bruno a répondu le 19 septembre 2011 :

      Je ne pense pas que ça soit les mêmes dev. Plutôt ceux qui n’ont pas anticipé IOS et se disent que ça peut être une seconde chance, et en plus dans un environnement qu’ils connaissent mieux….

  • [4] - mmathieum a écrit le 19 septembre 2011 :

    Non, il est prêt pour les PCs 😉

    Les tablettes ne sont que des PCs à écran tactile.

    Et, Windows 8 a déjà beaucoup d’applications!

    Par exemple, Windows 8 est le seul système pour “tablettes” qui a dès aujourd’hui le chat vidéo avec Windows Live (MSN), Skype et Google Talk.
    Et comme la gentiment rappelé Microsoft, MSN est le plus gros service de messagerie instantané avec plus de 500 millions d’utilisateur mensuel … très loin devant Skype, Google Talk … et très très loin devant iChat/iMessage/FaceTime.

    En tant que développeur, j’apprécie la possibilité de développer avec des technologies web (HTML/JS).

    Si Microsoft arrive à vendre des belles “tablettes” à 500$ avec un OS complet (Windows 8), ça va faire beaucoup de mal à la concurrence.

    iOS et Android ont 1 an pour se préparer à ça.

  • [5] - rthomas a écrit le 20 septembre 2011 :

    Je trouve assez fantastique d’avoir accès aux mêmes API WinRT depuis Javascript ou C++ => cela veut dire bien plus de puissance pour les développeurs web sur plate forme Windows.

    Getting started with Windows Metro style app development
    http://msdn.microsoft.com/library/windows/apps/br211386

    Mais le danger n’est-il pas que des environnements de développement multi-target comme GWT en tirent parti au détriment des outils Micorosoft qui ne cibleront jamais autre chose que du Windows.

    On peut imaginer l’apparition de chipset graphique “Display Metro” comme Steve Jobs avait fait avec NeXT un “Display Poscript”. Moins de couche API = plus de puissance = moins d’energie dépensé = plus d’autonomie.

    L’écologie et l’autonomie le prochain cheval de bataille de Microsoft?

    Rémi

  • [6] - Guerric a écrit le 20 septembre 2011 :

    Bonjour Olivier,

    Ton scénario sur les derniers moments de notre cher Steve Jobs m’a fait bien rire.

    La question, comme tu le soulignes, est de savoir s’il n’y aura pas de bug présent dans la version finale de Windows 8 et si l’utilisation (allumage, retour de veille, multitouch) est fluide. Deux points importants sur lesquels Microsoft ne nous a pas satisfait dernièrement.

    Penses-tu qu’ils seront capables de fournir une version suffisamment stable ?

    Sinon, je m’interroge sur les chances que les développeurs Linux adaptent un OS pour les tablettes qui peuvent faire tourner Windows. Dernièrement, la stabilité et l’accessibilité de Linux face à Windows 7 m’a vraiment surprise. Cela pourrait concurrencer ce nouveau Windows 8 ?

  • [7] - ZISERMAN a écrit le 21 septembre 2011 :

    BOnjour Olivier

    On veut tout : un terminal aussi simple qu’un iPad, ou l’on retrouve la puissance du PC.

    De mon point de vue, la révolution iPad /ios, c’est justement de complètement masquer la couche ordinateur, pour ne laisser apparaitre qu’une interface complètement orienté usage.

    Je pense donc qu’un système qui permet de tout faire permettra de tout faire… moyennement.

    Un autre point : je me demande, depuis longtemps en fait, si ios n’est pas également fondamentalement bâti pour rassurer les majors et autres ayants droits. On masque l’accès aux fichiers, et cela rend la copie difficile, le tout enrobé par une interface sexy…
    Tu parles des eBook, mais ios, c’est tout un écosystème de contenus multimédia : ebook, video, musique, applications.

    Si les contenus sont moins protégés, les ayants droits seront plus prudents, non ?

    François

    • [7.1] - Olivier Ezratty a répondu le 21 septembre 2011 :

      Je ne connais pas beaucoup de contenus qui ne soient pas déjà accessibles sur PC. Toute l’offre Canal+/CanalSat y est consommable par exemple. Côté bouquins, via Amazon, tu peux récupérer des bouquins sur PC, même si ce n’est aujourd’hui pas le meilleur device pour les lire. Idem pour la musique, tout est déjà disponible sur PC. iTunes y tourne. Deezer aussi, etc. Les jeux, itou, modulo la plateforme cible pour laquelle ils sont développés.

      Alors, qu’est-ce qui manque dans les contenus ? En fait, ce ne sont pas les contenus qui manquent sur PC, et donc sur les futures tablettes Windows, ce sont des applications élégantes pour les consommer.

      Mais OK avec ta prudence. Le risque de la stratégie de MS c’est qu’à force de vouloir tout faire, ils le fassent mal, avec un risque énorme de se mettre à dos la base installée Windows desktop/laptop. Mon impression est que le besoin d’avoir un device unique pour tablette et netbook est plus fort en environnement de travail que pour les loisirs.

      Pour ce qui est de la lourdeur de Windows, MS semble avoir fait des efforts notables : boot et sortie de veille plus rapides, mémoire consommée par le système réduite d’environ 1/3, drivers probablement réécrits pour certaines parties du hardware. Seule l’expérience pratique dira si ça tient la route en usage tablette, le reste n’est que conjecture.

  • [8] - patr_ix a écrit le 22 septembre 2011 :

    Merci pour Olivier pour ce superbe post! Et merci de t’être risqué à brosser une vision à fin 2012 : d’ailleurs, je la partage tout à fait sauf pour Steve Jobs – du moins je l’espère pour lui.

    Si on revient aux conditions d’usages, et dans le prolongement des sujets ‘oui, mais’, j’imagine bien des tablettes avec W8 en mobilité, mais je crois que les tablettes ‘de salon’, celles qu’on utilise pour lire, surfer et réseauter socialement au fond du canapé ou dans son lit n’a pas besoin de W8.

    • [8.1] - Olivier Ezratty a répondu le 22 septembre 2011 :

      D’accord ! C’est dans les deplacements hors de chez soi qu’une tablette generaliste serait utile !

  • [9] - Laurent a écrit le 23 septembre 2011 :

    J’avoue que j’ai beaucoup de réserves sur une tablette à base de Windows 8, et ce pour plusieurs raisons.

    Tout d’abord, le prix. Les tablettes Android ont le plus grand mal à concurrencer l’iPad point de vue prix – et Windows 8 étant plus gourmand que iOS. Si je ne m’abuse, les tablettes données à Build coûteraient bien plus cher que n’importe quel iPad.

    Ensuite, Microsoft continue de voir une tablette comme un ordinateur (ils ont fait la même erreur pour les PDA et les smartphones). Or une tablette n’est PAS un ordinateur. Elle se comporte plus comme un appareil électroménager que comme un PC. Aucune version de Windows ne s’est comportée comme telle. Je ne suis pas sur qu’il en sera de même avec Windows 8.

    Finalement, Microsoft se trouve avec un morcellement d’OS: WP7, Windows 8 Intel (compatible avec Windows 7) et Windows 8 ARM (appli Metro uniquement). Et oui, beaucoup des développeurs iPhone sont également des développeurs iPad.

    Pour ce qui est des tablettes en entreprise, il y a beaucoup de hype. Tout le monde les voit comme un remplacement du PC alors qu’elles ont le mieux accroché auprès des non-utilisateurs (les pilotes d’avion, les employés des Apple Store, etc.). Désolé M. Ballmer, ces utilisateurs se fichent de MS Office ou de la connectivité MS Exchange.

  • [10] - EtienneL a écrit le 24 septembre 2011 :

    Bonjour

    Merci Olivier pour ces articles.
    Pour une fois, je ne te rejoins pas totalement.

    Je pense que la stratégie de MS est d’avoir 2 offres pour tablettes. L’une orientée sur la marché professionnel à l’aide en effet d’un OS de type Windows 8 sur l’architecture x86, mais aussi, si Mango demarre Microsoft gardera aussi une offre tablettes avec WF7,5 pour concurrencer l’Ipad qui est présent surtout sur ce marché. (donc surtout ARM dans ce cas).
    Je verrai donc bien le graphe avec 2 offres sur les tablettes.
    Je suis aussi utilisateur de Tablet PC depuis des années et à moitié déçu à chaque fois.
    Et si MS nous fournisait “tout simplement” une autre interface pour Windows 7, ce ne serait pas un début de solution ?
    Surement techniquement possible, mais prenant une part de marché du fitur Windows 8.
    On a déjà cela avec Windows NT 3.51 (de tête) dont le nom de code etait SUR (Shell Update Release) pour adapter NT à l’interface de WIn95.

    Bonne vie à Steve Jobs !

    Etienne

    • [10.1] - Olivier Ezratty a répondu le 24 septembre 2011 :

      Bonjour la lisibilité de l’offre si MS se met à avoir deux offres pour tablettes ! Un peu comme Google qui nous emmêle un peu les pinceaux avec Android et Chrome OS.

      Pour reprendre le commentaire précédent de Laurent, on peut se demander à quoi sert un Windows 8 sur ARM qui ne saurait qu’exécuter des applications Métro et web. A quoi bon ? Dans ce cas là, pourquoi effectivement ne pas s’appuyer sur Windows Phone 7 qui tourne, lui, déjà sur architecture ARM et est à priori plus léger et donc adapté à ce genre d’usage ?

      A ce sujet, il est intéressant de noter que lors de la conférence Build, Steve Sinovski n’a pas pris la peine de faire une segmentation de l’usage des tablettes sous Windows 8 et d’indiquer à quels marchés, utilisateurs et applications elles étaient destinées. Sous-entendu probable : à tout le monde.

      • [10.1.1] - Laurent a répondu le 25 septembre 2011 :

        Olivier, j’ai l’impression que Microsoft a comme réflexe de vouloir s’appuyer le plus possible sur ses produits à succès. Et il faut avouer que cette stratégie a marché pendant longtemps (MS Office, Internet Explorer, etc.) Pour les smartphones et les tablettes, elle s’est réfélée plus litmitée, voire contre-productive.

        Windows 8 ARM, quant à elle, me rappelle les premières versions de Windows NT disponibles sur processeurs DEC Alpha et MIPS. Microsoft mise sur plusieurs chevaux au cas où et cherche tout naturellement à utiliser l’écosystème Windows pour conquérir le marché des tablette. La question est: cet écosystème est-il adapté à cette plateforme?

  • [11] - Laurent a écrit le 25 septembre 2011 :

    Question à Olivier: sur les développeurs qui étaient à Build, sais tu la proportion de développeurs Windows?

  • [12] - Philippe Monteil a écrit le 26 septembre 2011 :

    Les annonces portant sur W8 faites lors de la conférence BUILD sont certes très intéressantes, la vidéo de la session dédiée à l’interface utilisateur Metro
    http://channel9.msdn.com/events/BUILD/BUILD2011/BPS-1004
    suffit à s’en convaincre.

    Ceci dit, Metro et plus généralement l’API WinRT dont il fait partie, ajoutent à la fragmentation des technologies d’UI disponibles sur les diverses plateformes MS:
    WPF pour Windows XP/Vista/W7, Silverlight, WindowsPhone7, .Net.
    Les moteurs WPF, SL et WP7 partagent les mêmes concepts, mais leurs spécifications présentent des variations importantes rendant difficile le développement multiplateforme
    que l’on pourrait espérer faire sur ces bases. Ainsi, par exemple, le moteur 3D XNA est il trés différemment intégré sur SL5 et WP7, indisponible sur WPF, pas encore disponible dans la version OSX de SL5
    (si tant est qu’il le soit jamais), plus qu’incertain sous W8/Metro.
    WinRT semble ne devoir être disponible que dans la déclinaison Metro de l’interface utilisateur de W8, pas dans sa version Desktop, et encore moins sous XP/Vista/W7…

    En outre, les annonces faites par MS ne dissipent pas, loin s’en faut, les interrogations nées de la ‘communication’ faite par la compagnie pendant ces douze derniers mois,
    consistant à mettre l’accent mis sur HTML5/JS, technologies présentées comme l’avenir du développement web multiplateforme, standard et ouvert, alors que .Net et ses satellites
    (WPF, SL) commencaient à être rangées dans la catégorie ‘legacy’.
    Je suppose que cette communication a pour but d’attirer des myriades de développeurs HTML5/JS vers W8/Metro, invités à s’appuyer sur leur savoir-faire courant pour développer des applis
    W8/Metro, qui bien que basées sur des technologies ‘standard et multiplateformes’ ne fonctionneront que sous W8/Metro.
    Cette communication ayant pour but de séduire de nouveaux développeurs a eu pour conséquence de profondément destabiliser les quelques six millions de développeurs ayant beaucoup investi
    depuis dix dans cette puissante technologie qu’est devenue .Net.

    Ce double hiatus envers une vaste et loyale communauté .Net d’une part, et une communauté HTML5/J5 dont la séduction relève du mirage d’autre part, est d’autant plus surprenant de la part
    d’une compagnie dont l’offre pour mobiles et tablettes a des années de retard, ce qui constitue un réel handicap pour la première, qui n’avait ainsi pas besoin d’une dose supplémentaire de stress.

    MS annonce qu’il y aura toujours une version Desktop, excluant Metro, des ses OS: quel moteur d’interface sera disponible sur cette version Desktop: un WPF continuant à évoluer?
    Pourquoi laisser les développeurs WPF/SL/WP7, et plus généralement .Net , dans une telle incertiturde, est ce de la négligence, du mépris?
    Une réelle convergence des technologies d’interface serait un atout formidable pour MS, on n’en voit nulle trace dans les keynotes de BUILD.

    Il me semble que le manque de clarté, voire de loyauté, imposé par MS à ses développeurs aura des conséquences dues à la méfiance ainsi provoquée telle que la volonté
    de limiter au maximum leur dépendances vis à vis des produits et technologies proposés par cette société.

  • [13] - melchi a écrit le 2 octobre 2011 :

    Bonjour a tous
    J ai fait l expérience d installer Windows 8 sur mon pc portable, mon netbook et sur tablette, force de constater que c est stable rapide et économe. Ma plus grande surprise fut que mon mode fonctionnement est le même sur les 3 supports. Coté tablette ( Acer tab w500 )avec un processeur AMD C-50 2 GIGA de mémoire vie, j arrive à 5h00 d’autonomie en utilisation et si je lock l appareil pendant deux heures je ne perds que 1 à 2 % d autonomie.
    Coté grand publique on a déjà un début de réponse regarder l évolution et les chiffres de ventes des netbooks et des tablettes depuis leurs créations. Les netbooks ont explosés extrèment rapidement alors que sur les mêmes périodes de temps les tablettes n’ont que simplement progressées. Aujourd hui même avec des tablettes à 300€ les gens hésitent ou rechignent à en acheter alors que pour le même prix ils prennent sans réfléchir un netbook. Ils sortent en général le même discours c est bien pour surfer mais je suis limiter à travailler avec, beaucoup d étudiants achetent des netbooks pour le coté mobile et outil de travail, chose difficile avec une tablette.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
535 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Alexia Aufeves
Alexia est directrice de recherches au CNRS (Institut Néel de Grenoble). C'est une théoricienne de l'optique quantique et de la thermodynamique quantique. Elle travaille sur l'énergétique du calcul quantique qui questionne autant la nature du hasard que la viabilité économique des ordinateurs du futur.
flow
Laure Bourgois
Laure est fondatrice de Codataschool, organisme de formations spécialisé en Big Data et IA., et conférencière sur l'intelligence artificielle.
flow
Julie Valade
Julie est Data Scientist, pôle Innovation et Développement de la Gestion d’Actifs chez Caisse des Dépôts et Consignation.
flow
Noémie Rodet
Noémie est chef de projet chez VP&White, éditeur et intégrateur de solutions full web.
flow
Yaël Jacquey-Dehaese
Yaël est chef de projet en charge de la Promotion de la Mixité à la Société Générale et fondatrice de la startup IT4Girls qui forme les jeunes filles et femmes de 7 à 77 ans à l'apprentissage de la programmation.
flow
Clotilde Chevet
Clotilde est Doctorante au GRIPIC et enseignante au CELSA. Thèse en sciences de l’information et de la communication sur les assistants personnels numériques : « L’interaction homme machine, un système d’écriture qui fait monde ».
flow
Gaëlle Monteiller
Gaëlle est Présidente et cofondatrice de la startup TOD, dans le domaine des ressources humaines.
flow
Aude Bernheim
Aude est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences. Co-auteure du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Flora Vincent
Flora est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences et co-autrice du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Annabelle Blangero
Annabelle est Data Scientist et Consultante senior chez Octo Technology, spécialisée en Machine Learning.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.

Derniers commentaires

“Super article, bravo et merci pour le travail de recherche. Concernant Zapata et son FlyBoard, le point important à suivre est le développement de ce futur réacteur "maison". Je suis entièrement d'accord sur...”
“La surmédiatisation des prouesses de Franky Zapata et de son #flyboardair bat son plein depuis sa #démonstration lo…...”
“Passionnant et instructif. On apprend par ex. que Zapata codéveloppe un nouveau mini-réacteur avec l’ONERA et la s…...”
“Voici une critique assez juste du flyboard de Franky zapata...”
“Le truc le plus intelligent que j'ai lu jusqu'à présent sur le flyboard et...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.