La scorecard de VivaTech 2018

Publié le 27 mai 2018 et mis à jour le 26 juillet 2018 - 17 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

La troisième édition de VivaTech vient de se terminer. L’événement qui se tient dans le Hall 1 du Parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris est toujours aussi clivant, surtout pour les râleurs et il n’en manque pas en France, y compris dans « la tech ».

Il y a toujours de quoi se plaindre : trop de CAC 40, une offre brouillonne, pas assez de ceci ou de cela, la chaleur, le bruit et les files d’attente à l’entrée, pour les sessions plénières et pour se sustenter, ou encore l’abus de buzzwords et autres anglicismes. Et ces incessants scans de son badge presque partout, aux entrées, certes, mais aussi aux sorties, puis pour l’entrée dans les salles et les sessions. Tout cela la veille et le jour même de la mise en place du RGPD !

flow

N’oublions pas cependant que ce genre d’événement n’est qu’une place de marché permettant aux uns et aux autres de se rencontrer. Les startups cherchent des clients, des investisseurs et de la notoriété. Les grandes entreprises peaufinent leur image de marque dans l’innovation ouverte. Tous cherchent à recruter des talents. Si les bonnes rencontres se font, alors, de quoi se plaindre ? De ce point de vue-là, Vivatech est une réussite indéniable et à grande échelle.

Une maturité grandissante

D’année en année, Vivatech gagne en maturité et en dimension. Cette édition était marquée par une plus grande portée internationale avec un nombre de pavillons de pays impressionnant, atteignant ou dépassant ce que l’on peut voir dans nombre d’événements internationaux comme le CES ou le Web Summit. Avec Israël, le Royaume-Uni, la Corée du Sud, le Japon, l’Allemagne, l’Italie, la Suède, la Suisse (avec des drones), la Belgique (précisément, la Wallonie), le Luxembourg, la Russie, le Rwanda (et son président Paul Kagamé accompagnant Emmanuel Macron), le Maroc, le Nigeria, l’Afrique du Sud, l’Arabie Saoudite et d’autres que j’oublie peut-être. Les USA ? Ils étaient là avec leurs leaders du numérique (Google, Facebook, Microsoft). Pas besoin de pavillon dédié !

L’international était aussi toujours aussi visible dans le parterre d’intervenants de haut vol, avec les dirigeants mondiaux d’IBM, Microsoft, Facebook, Uber, D-Wave et de nombre d’autres entreprises. Et puis avec un hackathon géant organisé par Techcrunch. Et évidemment, des conférences délivrées en Anglais le jeudi et le vendredi.

flow

La journée de samedi ouverte au grand public semble être toujours une réussite pour faire de la tech une fête et attirer les jeunes et les familles, garçons et filles. Cela en fait le plus grand événement technologique et numérique en France ouvert à tous, et offrant un concentré d’innovations comme dans la robotique et des ateliers pour apprendre à coder.

Une pléthore de startups

Vivatech regroupait autour de 1600 startups à revoir ou découvrir, réparties principalement dans les stands de grandes entreprises françaises ou étrangères, de régions françaises (PACA, Auvergne-Rhône Alpes, Grand Est, Centre, Ile de France, Euratech de Lille), de services ou entreprises publics (Business France où j’intervenais avec Maxime Sabanec au sujet du CES, Bpifrance, INPI, Pôle Emploi, RATP, La Poste, …) et aussi d’établissements d’enseignement (Groupe IONIS, X, MinesTelecom, …). Et environ la moitié de ces startups étaient étrangères.

Un service de l’Etat original était pour la première fois à Vivatech : la DGSE. Un peu planqué au fond du salon, près des stands de Polytechnique et MinesTelecom, le service du renseignement extérieur était surtout là afin de recruter des cadres et ingénieurs pour sa Direction Technique.  Ils recherchent à peu près toutes les spécialités de pointe du moment, notamment dans les data sciences et la cryptographie. Et ils distribuaient un petit goodie pour cacher la caméra de son laptop servant à éviter son activation intempestive à l’insu de votre plein gré pendant vos séances de strip poker en ligne. Il ne fallait pas s’attendre à un village de startups et à de l’innovation ouverte !

flow

La grandcomptisation de l’écosystème de l’innovation française et européenne est toujours bien visible. Elle rend difficile la recherche de startups par thème car ceux-ci se chevauchent entre les puissances accueillantes. Si vous cherchiez des startups faisant de la Blockchain, des Fintechs ou de l’IA, il fallait balayer à peu près tout le salon, ce qui était évidemment fastidieux. On pouvait bien entendu utiliser l’annuaire des exposants et bien préparer son expédition mais qui fait vraiment celà ?

Autre solution : se faire accompagner par des guides de visite, comme ceux et celles du Hub Institute ou autres organisateurs. Comme de nombreux grands salons, VivaTech est ainsi devenu une sorte de zoo de l’innovation avec ses guides. Les visiteurs de grands comptes se transforment en touristes japonais suivant machinalement un ou une guide et un porte drapeau pour écouter le pitch d’une quinzaine de startups présélectionnées pendant environ deux heures d’affilée, avant d’aller gambader plus librement. Vous pouvez aussi profiter de leur résumé de Vivatech dans deux présentations de 147 et 171 slides. Un bon boulot de compilation de citations et de startups, dans de nombreux domaines et pas que dans le “digital” pris au sens marcom du terme.

Contrairement au CES auquel il est parfois comparé, on y trouve à la fois des solutions B2C et B2B. Les dimensions ne sont pas les mêmes. VivaTech rivalise maintenant plutôt avec le Web Summit qu’avec le CES en termes de participation (respectivement 100 000 dont une part de grand public – cf le bilan post-événement, 60 000 dont une part d’étudiants portugais n’assistant qu’aux séances plénières dans les rangées hautes de la grande salle, et 185 000, uniquement des professionnels).

Si les exposants internationaux étaient en proportion respectable, cela ne semblait pas être le cas du visitorat. Cela s’entendait, ou ne s’entendait pas : l’anglais n’étant pas très audible dans les allées. Mais les visiteurs étrangers s’organisent peut-être différemment des Français qui déambulent dans ce grand hall de la Porte de Versailles. La proportion des visiteurs étrangers d’un salon est d’ailleurs quasiment systématiquement plus faible que celle de ses exposants étrangers.

Des à-côté qui donnaient vie à l’événement

L’un des plus de cette édition était sa dimension « hors salon » avec un grand nombre de side-events organisés par les partenaires et les exposants du salon. Ils relèvent évidemment d’opérations de récupération pour leurs organisateurs, mais contribuent à faire de Vivatech un événement bien vivant et accueillant.

J’ai passé une tête à la « Privacy Party » sauce “Eyes Wide shut” organisée par Qwant,  Snips, Faber Novel, Cozy Cloud et la MAIF. Mais il y en avait en tout plusieurs dizaines. Cela rappelle ce qui se passe dans les grands événements tels que le CES, le Web Summit ou même SXSW, même si la dimension artistique et culturelle n’était pas très visible. Il y avait aussi divers coins dans le salon, comme l’inévitable zone pour les rendez-vous entre investisseurs et startups.

La selfiesation des politiques

Côté politique, les amateurs étaient servis avec l’ouverture du salon par Emmanuel Macron (vidéo), protégé dans sa déambulation au travers du salon comme s’il allait visiter le Salon de l’Agriculture ou une manifestation du syndicat Sud le premier mai, mais bien plus chassé par les collectionneurs et collectionneuses de selfies que pour des discussions politiques enflammées sur la France Startup Nation.

Mais c’était l’occasion pour Wandercraft de faire la démonstration son exosquelette devant le Président de la République, j’ai l’impression que c’était une première pour ce produit attendu (ci-dessous). Et en plénière, le Président lisait son discours en alternant l’anglais et le français, une pratique inédite pour un chef d’Etat français.

flow

S’y ajoutaient neufs membres du gouvernement dont Mounir Mahjoubi, en charge du numérique, qui avait déplacé, dans une petite salle accessible à partir de la grande salle VIP sponsorisée par EY, la totalité de son cabinet ministériel. Il enchaînait des visites sur le salon, des rendez-vous dans la salle et des interventions à différents endroits du salon, comme sur le stand de Bpifrance ou en plénière. A la fin de la seconde journée de VivaTech, Mounir Mahjoubi annonçait une nouvelle feuille de route et intronisait Kat Borlongan qui était enfin confirmée comme nouvelle Directrice de la Mission French Tech. Cela se poursuivait avec une soirée French Tech à Station F où elle intervenait pour se présenter (ci-dessous).

flow

Mounir Mahjoubi faisait aussi part de ses impressions après son tour de France des startups, ayant collecté une sorte de cahier de leurs doléances online et offline. Il s’est matérialisé sous la forme d’une liste de propositions, toutes de bon sens même si pas forcément faciles à déployer, portant sur les seuils sociaux, les ICOs, un relèvement des seuils des marchés publics à 100K€, des actions dans la formation (peut-être pas assez axées sur l’enseignement supérieur) et quelques actions focalisées sur des marchés spécifiques (edtechs, fintechs, santé).

La priorité semble donnée à la croissance des « scale-ups ». On en a besoin, mais n’oublions pas qu’un écosystème de startup doit être équilibré de bout en bout. Il ne faut pas délaisser un bout lorsque l’on s’attaque à l’autre bout du cycle !

Viva Tech avait été précédé d’une journée Tech For Good à l’Elysée avec les CEO des grandes entreprises mondiales de la tech (IBM, Facebook, Microsoft, SAP, …) annonçant du réchauffé pour ce qui est de leurs investissements en France et des patrons du CAC40. Les entrepreneurs français n’y semblaient pas très nombreux, à leur grand dam. Trois des plus connus avaient été invités au dernier instant pour éviter le oops-moment (source).

La principale vedette était le cyborg Mark Zuckerberg, présent à ce sommet de l’Elysée et pour un talk en plénière sur VivaTech (vidéo). Sa froideur apparente a été confirmée par ceux qui l’ont vu et ceux qui lui ont serré la main ! Mais elle était moins manifeste que lors de son témoignage à Bruxelles en début de semaine (vidéo).

La possibilité de faire de belles rencontres ciblées

J’ai croisé à Vivatech un nombre incroyable de connaissances et d’entrepreneurs, parfois, un(e) tous les 5 mètres. Et surtout, j’y ai glané de nombreux tuyaux techniques sur mon dada du moment, l’informatique quantique, grâce à des rencontres avec des représentants d’IBM (et l’un de leurs ordinateurs quantiques de Yorktown, ci-dessous), Microsoft et D-Wave. C’en était presque improbable. Je vais les utiliser à Nantes au Web2day avec Fanny Bouton pour notre conférence sur l’informatique quantique du 14 juin.

flow

En cherchant bien, on devait pouvoir trouver son bonheur dans un très grand nombre de centres d’intérêt. C’était ainsi le cas dans le domaine des transports avec SeaBubbles et ses démonstrations sur la Seine, EVA, ce projet de dronecopter Toulousain soutenu par la RATP, et tout ce que l’on pouvait voir sur les stands SNCF, Valeo et Airbus. On pouvait même trouver son compte dans les agritechs, notamment sur le stand de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Ou dans la santé, en particulier avec les startups et PME hébergées chez France Biotech et Sanofi. C’était aussi vrai pour la robotique, bien représentée et notamment avec l’écosystème de partenaires logiciels de Softbank Robotics et Pepper. Bref, quand on cherche les bonnes personnes, on trouve !

J’ai aussi fait la chasse aux startups de l’IA, collectionnant plutôt les photos de stands pour dépiauter plus tard leur activité, et les intégrer dans la prochaine version de l’ebook Les usages de l’IA, faute de temps sur place.

Quand aux startups présentes, nombre d’entre elles témoignent de belles rencontres avec des décideurs de grandes entreprises et des avancées dans des cycles de vente ou de génération de notoriété qui traversent bien évidemment plusieurs mois voire années. Le tout avec un excellent retour sur investissement temps/argent, sachant que nombre de startups étaient invitées gratuitement à exposer par les puissances accueillantes.

Des startups toujours sous l’aile des grandes entreprises

Cette année marquait cependant un tournant avec une quasi-disparition de la zone des startups « Discovery » qui n’étaient pas affiliées à une grande entreprise. Elle représentait un bon tiers de Viva Tech lors de la première édition en 2016, reprenant le côté un peu foire à la startup de l’Eureka Park du CES ou l’esprit d’un Futur en Seine, devenu Futur.e.s en 2018, du 21 au 23 juin à La Villette. Cette année, ces startups non CAC40-isées ont été saupoudrées à divers endroits en remplissage du plan d’attribution des stands des grandes entreprises, et avec une maigre zone Discovery sur le stand EDF, un grand compte de plus.

Certains comme Frank Lefevre se plaignent de l’allégeance des startups aux grandes entreprises qui les hébergent. J’en suis tout autant désolé. Les startups françaises devraient pouvoir décoller sans autant dépendre des grandes entreprises. Sachant que nombre d’entre elles étaient présentes sur des stands du CAC 40 sans pour autant avoir une relation étroite avec eux. Elles étaient souvent sélectionnées via le challenge global de Vivatech et, avaient d’ailleurs la possibilité de choisir sur quel stand s’installer tant elles sont demandées. Certaines startups étaient même présentes sur deux à trois stands.

D’autres visiteurs se plaignaient de l’absence de grandes startups comme Blablacar sur Viva Tech, en oubliant que la présence à un événement relève de leurs propres choix et mix marketing. S’ils ne sont pas là, c’est leur problème plus que le vôtre ! Et aussi, ne remarquant probablement pas que AppAnnie, avec son stand, est une startup américaine créée par un Français, Bertrand Schmitt, et qui cartonne dans son domaine, les mobile apps analytics, ayant au passage levé $156M.

flow

Mais soyons pratiques. Il est difficile d’organiser un événement de cette taille à Paris sans les grandes entreprises françaises. Pour une raison simple : son financement ! Le CES organise son village Eureka Park et n’y gagne pas d’argent. Ce sont les grands exposants du consumer electronics tels que Samsung, LG, Panasonic, Sony, Intel, Alibaba, Baidu, les constructeurs chinois, les constructeurs automobiles et autres qui le financent indirectement avec leurs stands géants payés au prix fort. Il n’y a pas beaucoup de place pour organiser une copie à l’identique de l’IFA ou du CES à Paris. Ces grands constructeurs ne peuvent pas démultiplier à l’infini leurs budgets salons sachant que par ailleurs, ils allouent une bonne part de leurs budgets marketing à des événements spécifiques pour leurs lancements importants.

Comme les grandes entreprises françaises ne sont pas leaders du numérique, mais dans d’autres domaines, cela a tendance à verticaliser en mode mixte b2b/b2c le salon VivaTech bien plus que le CES ne peut l’être. Ceci explique cela. Il faut faire avec. Préfère-t-on que Viva Tech soit entièrement sponsorisé par les grands acteurs américains ou asiatiques, déjà bien présents (Google, Facebook, Microsoft, SAP, Alibaba, Softbank Robotics) ? Difficile de tout avoir ! La voie à suivre pour les organisateurs de Vivatech serait de convaincre des entreprises européennes non françaises, au-delà de Bosch et SAP, de participer à l’événement. Ils ont essayé et cela n’a pas encore porté ses fruits. Patience !

Le business des grands salons est plein d’aléas. Pour la petite histoire, Maurice Levy avait démarré des négociations en 2014 avec Gary Shapiro, le patron de la CTA qui organise le CES, pour obtenir une licence d’organisation du CES en France. Les négociations avaient capoté et cela a donné VivaTech qui vit de sa propre vie. Et j’ai entendu dire que Paris serait candidat pour accueillir le Web Summit à partir de 2019, cette conférence de la taille de VivaTech devant quitter Lisbonne après trois ans dans cette ville. Si Paris gagnait cette compétition, à supposer que l’information soit fiable, cela aurait un impact sur Vivatech et réciproquement. Le business de l’événementiel est en disruption permanente !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 27 mai 2018 et mis à jour le 26 juillet 2018 Post de | Actualités, Entrepreneuriat, Marketing, Startups | 19618 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 17 commentaires et tweets sur “La scorecard de VivaTech 2018” :

  • [1] - PABRANTES a écrit le 27 mai 2018 :

    J’ajouterai simplement que pour un salon tech cela manque de connectivité.
    Le téléphone passe à peine lorsque l’on est à proximité des portes, quasi rien en G4 et à moins d’avoir piraté l’accès au wifi, c’est l’age de pierre.

    Ce fait rend impossible l’utilisation l’application VivaTech pour s’orienter ou tout autre application en ligne pour scanner les badges et enregistrer les contacts rencontrés.

    C’est quand même un point dur avec la clim. Cette dernière était beaucoup mieux que l’an dernier mais quand même.

    ENFIN et non des moindre, il y a un vrai problème de mise à disposition de l’information indiquant qui est présent sur les stands. A une exception. Sur le stand VINCI, un écran présentait la position précise des présents sur le stand.

    RDV l’année prochaine… peut-être

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2018 :

      En effet.!

      Ceci étant, le problème de la connectivité Wi-fi est à peu près le même au CES de Las Vegas ! Et c’y est même plutôt pire !

      Ceci dit, ma 4G marchait très bien pendant Vivatech. Aucun soucy. Ca dépend peut être de l’opérateur.

  • [2] - Joel a écrit le 27 mai 2018 :

    Très bon résumé Olivier. Une petite remarque. Toutes les start-up n’ont pas fait allégeance aux grands groupes pour avoir le droit d’exister sur Vivatech. Nous (cartesiam) étions présents sur 3 stands.
    PACA car nous sommes originaires de Toulon,
    soprasteria car nos solutions sont innovantes et pertinentes pour leurs clients, et ils souhaitaient les mettre en avant sur leur stand,
    Veolia car nos solutions sont déployées en France et en Allemagne sur leurs sites de production.
    Nous n’avons participé à aucun challenge Vivatech pour avoir le droit d’être la..
    Dommage de ne pas avoir eu le plaisir de de te voir, j’aurais pu te faire un update sur notre dernier né, Bob Assistant, de la matière pour ‘les usages de l’IA’
    On se voit quand tu veux.

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2018 :

      Oui, heureusement, les startups n’étaient pas toutes sur des stands d’entreprises du CAC40. Il y avait les régions et les écoles. Bref, ce n’était pas difficile et pas coûteux pour une startup d’exposer à Vivatech. Après, c’est une question d’allocation de son temps. Si on est content des rencontres réalisées sur place, tout va bien.

      • [2.1.1] - Joel a répondu le 27 mai 2018 :

        C’est notre deuxième participation à Vivatech. Bcp plus productif cette année car mieux préparé de notre côté et avec des belles rencontres business très prometeuses !

  • [3] - Laurent a écrit le 27 mai 2018 :

    Bon résumé, encore quelques progrès d’organisation à faire, mais un salon riche pour visualiser ce que l’on a pu lire au long de l’année.
    Manque la Russie dans ta liste des pays

    Un point peut-être à ajouter : forte présence des recruteurs sur des stands comme Thales, SopraStéria, CapGemini et IBM par exemple, qui comme la DGSE, voulaient profiter de l’afflux d’étudiants et de jeunes professionnels

  • [4] - Franck LEFEVRE a écrit le 27 mai 2018 :

    Merci Olivier pour cette synthèse.
    Mon article auquel tu fais référence (merci !) n’est à l’origine qu’un billet taquin mais la quantité de commentaires qu’il suscite et le consensus qui s’en dégage me poussent à croire que le sujet est réellement sensible. A part quelques rares lecteurs qui l‘ont interprété comme une critique du principe même d’une collaboration entre les start-ups et les grandes entreprises (loin de moi cette idée ! Les entreprises auxquelles je participe travaillent toutes avec succès avec des grands entreprises…), je constate un très large consensus sur l’envie que ces collaborations ne soient plus basées sur l’allégeance, mais sur la conscience de l’importance de l’apport de l’autre, et l’attention donc à la prise en compte des spécificités et des attentes de chacun. L’envie qui se dégage là me pousse à l’optimisme. Si quelqu’un veut se faire le porteur de l’idée d’une symbiose loyale (fair symbiosys) à l’image de celle qui unit le chêne et la truffe, j’en serai un supporter enthousiaste !

    Franck

  • [5] - David Castéra a écrit le 27 mai 2018 :

    3 jours sur le lab Manpower, pour présenter notre coopération…

    c’était la première fois et j’ai adoré…

    un peu brouillon mais un bel événement… reste plus qu’à y amener en visite plus de PME Française du “vieux monde”…

    Les régions par exemple devraient aussi s’atteler à ça, exposer les startups c’est bien, ouvrir les yeux des PME ce serait top aussi…

    c’est une fierté d’avoir ça en France… et ça fait progresser tout le monde

  • [6] - Christophe Romei a écrit le 28 mai 2018 :

    Merci bcp Olivier de ton feed-back – ce genre d’event ne devrait pas être organisé par des entreprises aussi prestigieuses soient-elles – quasiment 100% des grands Event dans le monde sont organisé comme LeWeb l’était … ! (pas étonnant comme tu le soulignes que les entreprises étrangères ne viennent pas) – Les startups devraient exposer en étant neutre !

    Et parfois les grands groupes n’ont pas besoin des startups 🙂 En interne ils ont tout… https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6405354103500734464

    j’espère bien que le web-summit n’ira pas à Paris, mais au soleil 🙂

  • [7] - Olivier Bertin (@olbertin) a écrit sur Twitter le 29 mai 2018 :

    Le feedback de @olivez sur #VivaTech2018
    Un avis comme d’habitude très éclairé !
    https://t.co/LRGOGd1mlV… https://t.co/VsuJ2dc8cW

  • [8] - Severine Herlin a écrit le 30 mai 2018 :

    Belle synthèse !
    J’ajouterais 2 points qui m’ont frappée :
    – la présence en beaucoup plus grand nombre de collaborateurs des grands groupes signe que s’ouvrir à l’innovation est préconisé en interne. Sans doute le fruit des Directions de l’innovation dans leur travail d’évangélisation interne. On avance !
    – la présence des Comex et autres dirigeants faisant du salon une « place to be ». Signe que l’innovation est bien stratégique. J’espère juste qu’ils se sont réellement intéressés aux startups et ne sont pas restés qu’entre eux.

  • [9] - @nicolashuberman a écrit sur Twitter le 30 mai 2018 :

    Toujours très intéressantes les analyses de @olivez : La scorecard de VivaTech 2018 https://t.co/NFCnxIebLQ https://t.co/cVu52TYAuX

  • [10] - @telkaim a écrit sur Twitter le 30 mai 2018 :

    “La scorecard de VivaTech 2018” de l’incontournable et vénéré @olivez sur https://t.co/oTwYmT2GC3

  • [11] - @Rouffi a écrit sur Twitter le 6 juin 2018 :

    Finalement, place au point de vue d’ @olivez “N’oublions pas cependant que ce genre d’événement n’est qu’une place… https://t.co/ArgJyPXGL4

  • [12] - Nadege B (@nanaparci) a écrit sur Twitter le 7 juin 2018 :

    Un bon résumé de #vivatech et de l’intérêt d’y être allé par @olivez n’en déplaise à ceux qui n’y étaient pas et sn… https://t.co/ak26RlzNXM




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
524 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos
albth
L'Echappée Volée Jul2018
2018
297 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.
flow
Marie-Line Ricard (Sia Partners)
Associée au sein du cabinet Sia Partners, dans le secteur financier autour des problématiques traditionnelles et des évolutions réglementaires et dans les nouvelles technologies telles que la #Blockchain, les ICOs, et plus globalement la token economy.
flow
Francesca Gatti Rodorigo (Awaywegals)
Francesca est développeuse web full-stack, Fondatrice et CEO de awaywegals.com, une plateforme web développée sur blockchain et dédiée aux voyageuses qui sera lancée en 2020.
flow
Ying-Huei Chu (MoneyTrack)
Ying-Huei est Product Owner chez MoneyTrack, une startup dont la solution permet de tracer l'utilisation de fonds avec le blockchain, l'indemnisation d'assurance, le budget de l'état, les bourses scolaires, etc.
flow
Carole Vachet
Carole est Adjointe au Chef du Bureau Epargne et Marchés financiers de la Direction Générale du Trésor, en charge des sujets d’innovation financière.
flow
Stéphanie Flacher (Maslow Capital Partner)
Stéphanie est Directrice du département Blockchain de Maslow Capital Partner, banque d'affaires indépendante spécialisée dans l'accompagnement des entreprises européennes à forte croissance.
flow
Jeanne Dussueil
Jeanne est journaliste économie et tech, fondatrice du nouveau média GlobalizNow.com et coordinatrice de l’association Fais Ton Réseau.
flow
Liz NDouga (SII)
Liz est consultante et développeuse Blockchain chez SII (Société pour l'informatique industrielle), une entreprise de services numériques basée à Paris, implantée partout en France et à l'international. En parallèle, donne des cours sur la Blockchain à l'école d'ingénieurs ECE Paris.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.
flow
Maud Franca (CDC)
Maud est Directrice Adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts (CDC). Membre de la cellule nationale French Tech, mentor et aux boards de startups.

Derniers commentaires

“Jamais ! Vous pouvez sinon faire imprimer l'ebook dans un service d'impression en ligne. Ils sont très...”
“J'attendrai une version papier en librairie. Quand...”
Répondre
Olivier Ezratty
sur Le pari haut de gamme de Free :
“Il y a visiblement une sortie HDMI dans le Freebox Delta Player, qui devrait permettre d'alimenter un amplificateur externe avec l'audio et la vidéo joués. L'ampli pourrait alors alimenter la TV et d'autres éléments...”
“Bravo pour ce descriptif exhaustif et technique (au delà de mes connaissances). Je viens auprès de vous pour savoir s'il est possible d'intégrer la barre de son devialet à un ampli A/V NAD(7.1) Mon idée serait de...”
“Bonjour, Très bon travail. Le contenu de ce ebook montre en quoi l'IA peut être une nécessité dans le monde d'aujourd'hui. Je recommande réellement. Ce ebook mérite plus qu'un simple...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.