Comment éviter de se faire Uberiser : 2

Publié le 10 février 2015 et mis à jour le 22 février 2015 - 27 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Dans cette seconde partie d’une série d’articles sur le thème de la protection contre le phénomène de l’uberisation démarrée ici, nous allons examiner le thème des défragmentations de marchés qui doivent être provoquées plutôt que subies pour éviter l’uberisation, par des stratégies de plateformes, de standards ou via de l’innovation par l’intégration.

Nous passons ensuite aux mécanismes de baisse des prix et de démocratisation, qui relèvent entre autres de la Loi de Moore.

Défragmentations de marchés

La fragmentation de certains marchés entraine un cas particulier d’insatisfaction client : la difficulté à trouver un produit ou un service du fait d’offres disparates, peu lisibles et difficiles à comparer. Ces marchés très fragmentés peuvent se faire facilement désintermédier ou l’on déjà été. C’est notamment le cas de l’hôtellerie, des restaurants, du transport aérien, du logement et du commerce de détail en général.

Les intermédiateurs consolident un inventaire de taille critique qui permet de répondre aux attentes des consommateurs et de leur faire gagner du temps dans la recherche de biens de consommation courante ou de services. Dans la pratique, pour les services, cela revient à sous-traiter son plan marketing à un tiers et jusqu’à la relation client.

C’est le rôle des sites de vente en ligne généralistes et des places de marché avec Amazon en tête, mais aussi d’eBay, ou en France, du Bon Coin ou de Price Minister. Ils agrègent tous des inventaires disparates de vendeurs professionnels ou pas afin de créer un inventaire de taille critique. C’est aussi le cas des développeurs d’applications mobiles iOS qui ne peuvent même pas disposer des informations sur les clients qui achètent leurs applications sur l’App Store ! On peut aussi citer les solutions d’intermodalité dans les transports, qui émergent un peu partout dans le monde (cf cette présentation de William El Kaim sur la numérisation des transports) et qui défragmentent des offres disparates de transports (bus, métro, trains, voiture, autres).

Au départ, la proposition de valeur de l’intermédiateur est fréquemment fallacieuse puisqu’il n’a pas d’inventaire. Il le créé en faisant miroiter aux marchands les clients, qu’il n’a pas au départ. Et réciproquement. Le processus fonctionne quand la proposition de valeur est toutefois très attractive pour le client et qu’un inventaire suffisant a été créé au lancement. Et aussi, quand il est alimenté par un financement en capital risque abondant comme c’est souvent le cas pour les grands succès américains. Ce financement permet d’acquérir plus rapidement des utilisateurs, de créer l’inventaire de produits et services et de faire cela à l’international.

Une fois que le désintermédiateur devient dominant, il ponctionne non pas seulement le budget marketing de ses “partenaires” mais également une bonne partie de leur marge. Surtout dans la mesure où il exacerbe la concurrence entre ces acteurs en mettant leur inventaire à disposition des clients. En commoditisant l’amont de la chaine de valeur, il en capte une bonne part de la valeur car, lui, n’est pas commoditisé dans le processus et il bénéficie d’énormes économies d’échelle. C’est l’avantage des sociétés qui contrôlent les grandes plateformes logicielles ou Internet du marché.

La fragmentation est notamment alimentée par l’absence de standards de jure dans un secteur. Le manque de collaboration dans une industrie permet à des standards de facto de s’imposer. Dans les exemples les plus connus de standards de facto, nous avons Windows sur les PC, les Macintosh d’Apple, Android et iOS sur les smartphones et tablettes. Dans les contre-exemples de standards qui ne sont pas contrôlés par une seule société, il y a les standards de l’internet en général (même si ceux-ci sont maintenant mis à mal par les plateformes mobiles), l’open source utilisé dans les serveurs sous Linux, la carte VISA ou les échanges interbancaires SWIFT, et de nombreux standards dans les télécoms et les réseaux (3G, 4G, Wi-Fi, Bluetooth).

On peut aussi penser aux chaines de TV face aux barbares avec Netflix à leur tête. Il a eu en réponse des tentatives de création de services VOD unifiés multi-catalogues. Aux USA, Hulu agrège les séries TV des grands networks en première diffusion. Ce n’est pas suffisant pour devenir numéro un mais permet de bien servir les téléspectateurs avec un positionnement différent et complémentaire à celui de Netflix. En France, les acteurs établis du marché n’ont jamais réussi à se mettre d’accord sur la création de telles offres. La collaboration n’a pas fonctionné, faute d’accord entre les dirigeants et l’acceptation d’un partage de la valeur. Sur le moyen et long terme, c’est probablement une grosse erreur.

IBM PS2

La pire des stratégies ? Vouloir refragmenter un marché qui s’est défragmenté via un standard de facto ou de jure et sans pouvoir profiter d’une rupture technologique majeure. C’est ce qu’IBM a essayé de faire en 1987 face à sa perte de contrôle du marché du PC, qu’il avait malencontreusement délégué à Intel et Microsoft, et dans lequel s’étaient engouffrés des constructeurs taïwanais puis des Compaq et des Dell. IBM avait tenté de reprendre le contrôle du marché en lançant les micro-ordinateurs PS2 et le système d’exploitation OS2 qui n’étaient pas compatibles avec la base installée PC + MS-DOS. Ils intégraient des éléments d’architecture propres à IBM comme le bus propriétaire MCA incompatible avec l’ancien bus ISA, le réseau local Token Ring incompatible avec les réseaux Ethernet et TCP/IP et l’intégration logicielle dans leur gosplan pour DSI “SAA”. Cela n’a pas fonctionné du tout car l’écosystème du PC avait déjà atteint la masse critique. Sans compter les déboires opérationnels liés aux différences de culture entre IBM et Microsoft qui co-développaient OS/2. La part de marché d’IBM dans les PC a été rapidement divisée par trois. Et cette activité a été ensuite cédée au chinois Lenovo. IBM a abandonné une bonne partie de son activité dans le matériel pour se concentrer sur les services et le logiciel.

Comment éviter cette défragmentation par un “barbare” venu de nulle part ou surtout des USA ? La principale solution consiste à provoquer la défragmentation du marché avant qu’un “barbare” ne le fasse ! Cela peut passer par la création de standards et/ou en travaillant avec ses concurrents. Par exemple, en créant des alliances ou des GIE. Exemples déjà cités : les banques et la carte VISA, l’interbancarisation avec Swift, il y a bien longtemps. Ce qui a permis dans une certaine mesure de résister à American Express qui s’est plutôt positionné sur le marché de la carte d’entreprise. En février 2015, deux compagnies de taxis en Chine ont allié leurs forces pour contrer Uber.

On a aussi l’exemple des groupements de compagnies aériennes comme SkyTeam qui permettent de consolider les miles des consommateurs et d’améliorer l’offre de trajets sur un grand nombre de destinations. Les compagnies aériennes ont aussi défragmenté elles-mêmes le marché en mutualisant leurs ressources dans la création des services de réservation centralisés que sont Amadeus et Sabre. Amadeus avait été créé en 1987 par Air France, Lufthansa et Iberia. Il a son propre service grand public avec Opodo, mais ce dernier subit la concurrence effrénée des pure players TripAdvisor et autres Bookings.

Skyteam Visa and CB

Dans l’audio-visuel, on a eu coup sur coup le VHS, un standard de-facto de Panasonic qui a mis fin à la bataille avec le Betamax de Sony et le V2000 de Philips, puis le CD-Audio créé conjointement par Sony et Philips qui ont tiré parti de la leçon de la bataille précédente. Mais le successeur du CD audio, le SA-CD créée également par Sony et Philips n’a pas été un succès. Il faut attendre 2015 pour voir commencer à se démocratiser la musique haute-résolution, et par un stockage plutôt dématérialisé et du streaming en ligne ! Puis, le DVD a été créé sous l’égide de la Warner. Le Blu-ray poussé par Sony s’est ensuite confronté au HD-DVD dans une bataille fratricide qui a fait perdre du temps au support physique haute définition face au marché émergent du streaming vidéo. Il aurait mieux valut à cette époque qu’un seule standard soit mis sur le marché plutôt que deux. Cela aurait fait gagner deux années précieuses aux acteurs du marché. Cela aurait aussi réduit les coûts de R&D et les prix des lecteurs, puis des disques.

Video and audio storage formats wars

Il y a eu aussi les efforts autour de HbbTV dans la télévision interactive. Poussé par les chaines TV et adopté comme standard ETSI, il est utilisé dans plein de pays mais les opérateurs télécoms n’ont pas suivi pour des raisons tant techniques que stratégiques. C’est bien dommage car ce genre de standard a des vertus pour protéger les chaines TV vis à vis des plateformes type Android TV, et indirectement, les opérateurs de diffusion. Même si il a pour conséquence de créer une autre fragmentation en associant les chaines TV avec leur application interactive.

La création de standards est un processus souvent long et délicat à mener. Il faut donc l’enclencher aussi rapidement que possible car un acteur qui ne s’embarrasse pas peut prendre une position bien plus rapidement que le temps qu’il faut à un standard pour s’implanter. Une position de leadership dans un marché peut être trompeuse. C’est ce qui est arrivé au groupe Accor qui s’est ainsi fait doubler par les TripAdvisors, Bookings, Expedia et consors. Le groupe essaye maintenant de regagner du terrain dans l’ensemble de l’expérience client qui démarre au moment de la préparation d’un voyage (ci-dessous, un slide d’origine Accor sur les grands acteurs du voyage, à noter qu’ils ont fait l’acquisition de Wipolo pour remonter dans la chaine de valeur).

Voyages selon Accor

L’autre solution consiste à structurer son business autour d’une plateforme. J’avais déjà évoqué ce point dans le premier article de la série sur Les nombreux visages de l’innovation ouverte. En rappelant que cela avait d’ailleurs un impact sur la manière de gérer les relations avec les startups que je segmentais en deux grandes catégories : les startups avec qui on travaille dans une logique de sourcing de technologies et d’innovations, qui peuvent mener jusqu’à des acquisitions, et des startups avec qui ont travaille pour se constituer un écosystème autour de sa plateforme.

Ce sont deux approches complémentaires et qu’il faut savoir utiliser à bon escient. La seconde forme qui est mise en place par Orange dans la constitution de son offre Cloud Pro destinée au PME. Le Cloud Pro agrège des logiciels en cloud d’éditeurs de logiciels tels que Cegid et joue ici le rôle d’une plateforme.

Curieusement, la très intéressante étude sur les GAFA de Fabernovel publiée fin 2014 n’évoque pas ce rôle critique des plateformes dans leur succès. D’un point de vue macro-économique, une stratégie de plateforme permet de faire travailler généralement gratuitement ses “partenaires” à la création de valeur. Quand il faut payer ses partenaires pour créer des produits complémentaires, c’est un mauvais signe indicateur d’une faiblesse de la plateforme.

On a pu voir dans l’histoire comment des plateformes avaient défragmenté des marchés : l’IBM PC et ses clones a défragmenté le marché des PC d’avant 1980. Android a défragmenté le marché des smartphones non-iOS. Et même s’il existe des variantes dans la mise en œuvre d’Android, le marché des smartphones Android est moins fragmenté que ne l’a été celui des feature phones sous Java d’avant 2007. De son côté iOS et son App Store ont structuré durablement la distribution d’applications au point de bouleverser toute l’économie du logiciel. Ils ont consolidé le marché de distribution des applications qui était essentiellement assuré par les portails applicatifs des opérateurs télécoms.

Plus récemment, le lancement de Google Android Wear pourra avoir comme effet la défragmentation applicative du marché des montres connectées et même des fitness trackers, face au monolithe Apple Watch.

Google Android Wear logo

La défragmentation des marchés se manifeste aussi par l’intégration et la création de produits génériques qui remplacent progressivement des produits spécialisés. Ce fut le cas avec le PC, le smartphone et la tablette. Ces produits généralistes sont ceux des produits numériques qui ont le plus fort taux de pénétration des foyers. Il est difficile de résister à ce genre de vague. Cela peut amener à abandonner le business du matériel pour se focaliser sur le logiciel. C’est ce que Next a fait dans les années 1990 avant de se faire gober par Apple à l’occasion du retour progressif de Steve Jobs à sa tête. C’est aussi le cas de Nike qui a abandonné son fitness tracker Fuelband pour se consacrer, parait-il, au développement de solutions logicielles pour l’Apple Watch. C’est aussi le rôle d’Amazon qui au départ ne vendait que des livres puis a étendu son champ d’activité d’année en année pour vendre quasiment de tout maintenant. La généricité de l’offre d’Amazon créé une expérience client homogène pour les clients. Elle est difficile à égaler pour des pure players des domaines couverts par Amazon.

Le marché défragmenté ultime est le “friction-free capitalism”, sorte de capitalisme parfait rapprochant instantanément l’offre et la demande les plus larges et en parfaite transparence sur la qualité des offres, évaluées par les clients. Cela aboutit en théorie à une faible tolérance à la médiocrité, ce qui n’arrange pas tout le monde. Au passage, cela créé des positions dominantes au niveau de l’agrégation. Le client a gagné du pouvoir en apparence, mais l’a transmis à l’agrégateur qui peut ensuite en abuser. C’est ce que l’on constate régulièrement avec les comportements business de sociétés telles que Apple, Google ou Facebook quand elles changent unilatéralement leurs “terms and conditions”.

Dans son livre “La souveraineté numérique”, Pierre Bellanger propose une solution pour éviter de se voir dominer par ces acteurs américains qu’il englobe dans la notion fourre-tout du “résogiciel”. Elle consiste à confier les clés de tous ces systèmes à Orange. Il fait une démonstration par l’absurde – au sens mathématique du terme – de l’impossibilité pratique de sa solution. Pas la peine de s’étendre sur la question, tout le monde comprend ! La solution est aussi impraticable car dans la plupart des cas, les solutions du marché ne peuvent qu’être mondiales.

Tous les conseils que j’évoque ci-dessus doivent en effet s’appliquer à l’échelle internationale, pas seulement nationale. Quand des constructeurs français se mettent d’accord sur des standards sur la maison connectée, ils font choux blanc car la bataille des objets connectée est mondiale. Quand a contrario, Technicolor s’implique dans la AllSeen Alliance qui est l’un des principaux consortiums industriels autour des objets connectés, cela a plus de chances de donner quelques résultats.

Et au fait, est-ce que les initiatives d’innovation ouverte des grands groupes français vis à vis des startups traitent ce phénomène de la fragmentation de leur marché ? Pas évident du tout !

Baisse des prix et démocratisation

De nombreuses grandes ruptures technologiques ont été accompagnées de baisse des prix drastiques. Cela touche les produits affectés par la loi de Moore et notamment ceux dont le taux de pénétration des foyers et des particuliers a dépassé les 50%. La commoditisation s’accompagne d’une forte baisse des prix surtout lorsqu’elle touche les pays émergents. Cela a concerné les PC, puis les TV à écrans plats et plus récemment les smartphones et tablettes Android. Seul Apple arrive à maintenir des prix élevés grâce à la valeur de sa marque dans l’imaginaire collectif et à un positionnement plus haut de gamme.

Les transformations radicales du marché interviennent aussi lorsque les prix d’un secteur ne reflètent pas assez bien les structures de coût et génèrent des marges disproportionnées pour les acteurs de la chaine de valeur. Cela peut affecter des secteurs comme la vente de meubles, le fashion, la cosmétique, le logement, les métiers de la réparation comme les plombiers, certains artisans, ou certains secteurs dans la santé (produits pharmaceutiques, prothèses dentaires, lunettes).

C’est dans ces cas-là qu’arrivent des disrupteurs qui laminent le marché avec des prix plus bas et des marges plus faibles, amorties par des efficacités de processus et une approche en volume du marché. On trouve ainsi des solderies en ligne (Vente Privée) tout comme des vendeurs de lunettes en ligne (Jimmy Fairly). Cela ne fonctionne pas forcément. Ainsi, pour l’instant, les ventes de lunettes en ligne ne représenteraient que 1% du marché en France. parce que la qualité de service des opticiens est pour l’instant difficile à reproduire sur des sites de vente en ligne. Des progrès techniques vont au passage aider les opticiens à être plus performants, en élargissant le catalogue disponible par sa virtualisation et avec des outils de taille des verres plus efficaces (Fitting Box). A contrario, l’achat en ligne de produits électroniques standards est devenu commun.

Le cas des banques est intéressant. Les banques en lignes apportent comme proposition de valeur une baisse des coûts et une simplification des processus. Ces banques ne décollent pas pour autant, aussi bien quand elles sont indépendantes que lorsqu’il s’agit de filiales de banques traditionnelles de détail.

Menaces sur les banques

On peut voir des concurrents aux banques partout : aujourd’hui c’est Apple avec Apple Pay. Il fut un temps où c’était Paypal. Dès qu’un acteur de l’Internet est à même de récupérer vos coordonnées bancaires, hop, il devient concurrent des banques. Il y a aussi Amazon, les Bitcoins et le financement participatif. Et si le fait d’avoir nos coordonnées bancaires était insuffisant pour devenir une banque ? Les employeurs ont aussi les coordonnées bancaires de leurs salariés et ne deviennent pas pour autant leur banquier. Les banques des hypermarchés associées aux cartes de fidélité sont encore marginales. Est-ce qu’un moyen de paiement suffit à désintermédier une banque ? Si c’était le cas, American Express et Mastercard auraient remplacé les banques depuis longtemps ! Au Japon, la carte de paiements sans contact Suica n’y a pas tué les banques non plus.

Les banques sont pour l’instant sauvées par ce qui menace habituellement les sociétés établies : l’énorme fragmentation des moyens de paiement en ligne et de paiement mobile. Elles seraient mises en plus grand danger si un acteur dominant apparaissait dans ces domaines. Or, Apple ne pourra pas jouer ce rôle car il fait généralement face à un autre standard plus “horizontal”, en général provenant de Google. La bipolarité du marché mobile avec Apple et Google empêchera quelque temps l’un des deux de devenir l’acteur transversal unique de l’ensemble du marché.

C’est ce qui se passe en Afrique quand des acteurs tels qu’Orange s’imposent avec une solution (Orange Cash) sans grande concurrence locale et attaquent un marché faiblement bancarisé. Ailleurs, la banque traditionnelle est pour l’instant protégée par le coût de migration. Qui plus est, la protection d’applique aussi pour les pays où il y a de l’épargne. Les banques jouent en effet un rôle de gestion des stocks et des flux d’argent. Alors que la plupart des systèmes de paiement gèrent uniquement les flux, en captant une commission au passage. Les banques sont aussi relativement protégées par la réglementation (AMF, etc). Tout ceci ne signifie pas que les banques sont à l’abri d’une uberisation massive. Il s’avère juste qu’elle ne sera pas forcément provoquée par les acteurs d’aujourd’hui et simplement via des offres de paiement mobile.

Que faire face à une baisse des prix inexorable dans son secteur d’activité ? Les scénarios ont été décrits avec brio par Clayton Christensen dans ses fameux livres sur l’innovation. Plusieurs sont envisageables : déplacer la valeur dans un secteur adjacent comme nous allons le voir dans les articles suivants, positionner son offre vers le haut de gamme comme Samsung essaye de le faire en ce moment face à la concurrence chinoise, ou continuer simplement à innover pour améliorer la réponse aux besoins des clients en visant la différentiation par la qualité.

Dans la partie suivante, nous abordons le thème des bouleversements dans l’équilibre entre produit et service, l’uberisation des métiers du savoir et enfin, la migration du travail (non rémunéré) vers le client.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 10 février 2015 et mis à jour le 22 février 2015 Post de | Apple, Google, Innovation, Management, Microsoft, Startups, TV et vidéo | 60127 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 27 commentaires et tweets sur “Comment éviter de se faire Uberiser : 2” :

  • [1] - Piquepé a écrit le 10 février 2015 :

    Bonjour, papier vraiment intéressant et qui interpelle.
    Je voudrais juste ajouter un point : quand amazon prend une commande, ils gardent votre carte bancaire et ensuite il est tres facile de faire des commandes. ..et comme la qualité de service est au rendez-vous, on s’habitue a la facilité. A moins que les choses aient changé, c’est impossible pour une boîte française, la cnil veillant au grain au détriment de nos intérêts et bien sûr sans effet pour la protection des gens qui vont au plus simple.

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 10 février 2015 :

      Il ne me semble pas que la CNIL empêche cela. Le site d’Air France est aussi capable de conserver les coordonnées CB d’un client.

    • [1.2] - vicnent a répondu le 11 février 2015 :

      C’est la norme PCI DSS 🙂
      en 12 points

      * Installer et administrer une configuration de pare-feu pour protéger les données des titulaires de cartes.
      * Ne pas utiliser les mots de passe système et autres paramètres de sécurité fournis par défaut.
      * Protéger les données des titulaires de cartes dont les informations sont stockées.
      * Chiffrer la transmission des données des titulaires de cartes sur les réseaux publics ouverts.
      * Utiliser les logiciels antivirus et les mettre régulièrement à jour.
      * Développer et administrer des systèmes et des applications sécurisés.
      * Restreindre l’accès aux données des titulaires de cartes aux seuls individus qui doivent les connaître.
      * Affecter un nom d’utilisateur (ID) unique à chaque titulaire de poste de travail dans l’entreprise.
      * Restreindre l’accès aux locaux et installations techniques dans lesquels sont conservées les données des titulaires de cartes.
      * Effectuer le suivi et surveiller les accès aux ressources réseau et aux données des titulaires de cartes.
      * Tester régulièrement les processus et les systèmes de sécurité.
      * Instituer une politique qui assure la sécurité des informations des employés et des sous-traitants.

  • [2] - khalnad a écrit le 11 février 2015 :

    Et que dire du cas d’apple qui fragmente le marché, mais le maitrise, a raison, peut etre d’une guerre lente.
    c’est un contre exemple?
    ou une suite de bonne pratique?

    Je trouve que vous mélangez services et productions.

    La fragmentation, a mon sens, on peut aussi l’imputer au made in china et par extenso a la non maitrise des couts des petits ou grands acteurs.

    Apple s’en sort avec une marge énorme, ils ne faiblissent pas sur ce dogme, et plus que vendre un produit, ils vendent une idée, une identité, une certitude.

    L’uberisation, pour moi, n’est pas la fragmentation du marché, mais plutôt l’exploitation d’une misère sociale, d’une dérégulation du cout du travail et de pratique illégale.
    Le succès d’uber est le meme que celui du tupperware, les femmes mariées qui ne travaillaient pas, la crise faisant, se mettent a travailler, les possibilités de boulots les plus évidents qui se présentent a elles, c’est le travail a temps partiel
    elles mettent a disposition leurs appartements pour des démonstrations, comme les chauffeurs mettent a disposition, leurs automobiles.

    ce n’est pas une mauvaise idée, déporter le travail, le rendre plus accessible est surement un mieux, mais viens la question de l’exploitation, du vivre ensemble, de la dignité…

    Uber n’est pas une idée disruptive, c’est de l’illégalité, mais comme la drogue, il y’a des vendeurs et des consommateurs.

    Je crois qu’un acteur comme apple qui est la depuis longtemps et qui comme google prepare le terrain depuis longtemps a plus de chance d’avoir enormement de succes avec le payement en ligne ou autres

    En bref, il ne suffit pas d’invoquer le mot disruptif pour tout d’un coup, l’etre.

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 11 février 2015 :

      L’uberisation est une addition de plusieurs phénomènes. Je les isole dans mon propos pour mieux les décrypter.

      Apple a beau être intégré verticalement, il a tout de même eu un effet “défragmenteur” du marché avec l’iPhone et son App Store. Quand il est apparu, les applications mobiles (Java, iMode, …) étaient distribuées soit par les portails d’applications des opérateurs télécoms soit via des portails indépendants. Cela permettait aux opérateurs télécom de facturer les applications un peu comme FT avec le Minitel. Apple a fait voler cela en éclat avec l’App Store en reconcentrant l’intermédiation des applications et en enlevant ce pouvoir aux opérateurs télécoms. Il leur a piqué au passage la marge qu’ils dégageaient sur la distribution de ces applications. Il a aussi piqué de la valeur aux éditeurs d’applications en leur empêchant d’accéder aux informations sur leurs clients. Et il a fait tout cela à l’échelle mondiale. C’est bien de la défragmentation !

      Les opérateurs télécoms ont été manipulés par Apple qui jouait sur l’aspect disruptif de son smartphone, sur la perspective de vente d’abonnements “data” (devenue rapidement une commodité) et sur celle de son image de marque pour faire pression sur eux. Apple a gagné, les opérateurs ont perdu à ce jeu.

      Le phénomène de banalisation du travail, de la réduction de sa valeur faciale et tout le toutim correspondent à un autre point complémentaire de celui de la défragmentation et le je traite dans la partie suivante de cette série d’articles.

  • [3] - Piquepe a écrit le 11 février 2015 :

    J’ai eu beaucoup de freins des juristes de l’entreprise lors des développements de crm sur ces questions. ..mais ça fait deja presque 10 ans donc tant mieux si ça a évolué.
    Ce qui m’interpelle c’est que amazon a bien intégré cette “facilité” et pas les concurrents français. ..enfin c’est ma perception.

  • [4] - khalnad a écrit le 11 février 2015 :

    Seul un grand et puissant acteur peut y parvenir, il distribue les cartes, mais finalement, je ne vois pas ce que ca change pour les petits acteurs.

    ce qui est rassurant, c’est qu’il est la depuis longtemps, apple n’a pas changé sa ligne depuis le debut.

    En gros, il ne suffit pas de penser comme apple pour penser différemment.

    Sans forcement toujours tout ramener a apple ou amazon, quelle est la culture, la place ou le pouvoir des petits ou moyen acteurs, des européens dans cette fragmentation/défragmentation du marché.

    Un “friction-free capitalism” n’existe pas car il faut tenir compte de la “culture” de “l’origine” de l’intime de ce capitalisme

  • [5] - @dandeusan a écrit sur Twitter le 12 février 2015 :

    “Comment éviter de se faire Uberiser 2” Des choses intéressantes sur la défragmentation des marchés! via @olivez sur http://t.co/KMWS4TxHXs

  • [6] - @JeromeDSimon a écrit sur Twitter le 12 février 2015 :

    la suite excellente : “Comme éviter de se faire Uberiser : 2” de @olivez sur http://t.co/mdFSzK3zem

  • [7] - @Indixit a écrit sur Twitter le 13 février 2015 :

    Excellents papiers ! “@olivez: L’uberisation et la défragmentation des marchés, seconde partie de la série ici : http://t.co/bBtP6o7VdY

  • [8] - @corpogame a écrit sur Twitter le 13 février 2015 :

    “Ces marchés très fragmentés peuvent se faire facilement désintermédier” via Instapaper http://t.co/JiDrk7hf9H

  • [9] - @corpogame a écrit sur Twitter le 13 février 2015 :

    “d’acquérir plus rapidement des utilisateurs, de créer l’inventaire de produits et services et de faire cela à l’i… http://t.co/dsRu9zFpvf

  • [10] - @corpogame a écrit sur Twitter le 13 février 2015 :

    “La fragmentation est notamment alimentée par l’absence de standards” via Instapaper http://t.co/iLkWY6lhE9

  • [11] - @corpogame a écrit sur Twitter le 13 février 2015 :

    “création de standards et/ou en travaillant avec ses concurrents.” via Instapaper http://t.co/mLvO1yJgbw

  • [12] - @corpogame a écrit sur Twitter le 14 février 2015 :

    “La création de standards est un processus souvent long et délicat à mener.” via Instapaper http://t.co/DNJoJnepJ5

  • [13] - @corpogame a écrit sur Twitter le 14 février 2015 :

    “Le marché défragmenté ultime est le “friction-free capitalism”, sorte de capitalisme parfait rapprochant instanta… http://t.co/FhuBlYMcoi

  • [14] - @corpogame a écrit sur Twitter le 14 février 2015 :

    “La commoditisation s’accompagne d’une forte baisse des prix” via Instapaper http://t.co/D2bRa0Wtbb

  • [15] - @corpogame a écrit sur Twitter le 14 février 2015 :

    “Et si le fait d’avoir nos coordonnées bancaires était insuffisant pour devenir une banque ?” via Instapaper http://t.co/prC1aXQqgu

  • [16] - Olivier Ezratty (@olivez) a écrit sur Twitter le 14 février 2015 :

    @TatianaPecanac Merci ! L’original et le début de la suite sont ici : http://t.co/gMTKBZi2aB

  • [17] - Olivier Ezratty (@olivez) a écrit sur Twitter le 14 février 2015 :

    Exemple de défragmentation face à Uber avec les taxis chinois : http://t.co/Nuk01KVAal (en écho à http://t.co/gMTKBZi2aB).

  • [18] - @lcguigui a écrit sur Twitter le 15 février 2015 :

    “Comme éviter de se faire Uberiser : 2” de @olivez sur http://t.co/knWd2fPLqj
    Un article d’une grande qualité,une fois de plus.

  • [19] - @emilygonneau a écrit sur Twitter le 16 février 2015 :

    La 2ème partie est tout aussi passionnante >> “Comment éviter de se faire Uberiser : 2” de @olivez sur http://t.co/C7gRs8yiqs

  • [20] - Pierre Mawas (@Pem) a écrit sur Twitter le 17 février 2015 :

    #Uberisation : Rappel d’@olivez de ce que sont #défragmentation ET #désintermediation et leurs effets… Lire le #2 http://t.co/0T0ACFmlLn

  • [21] - Frenchteacher a écrit le 22 février 2015 :

    Commoditisation ? Traduction monsieur Van Damme ?
    Svp, arrêtez les néologismes et anglicismes dans vos articles (au demeurant intéressants), c’est insupportable !




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos
albth
L'Echappée Volée Jul2018
2018
297 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
511 photos
albth
Lancement Fondation Femmes Numériques Jun2018
2018
112 photos
albth
USI Jun2018
2018
195 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.
flow
Maud Franca (CDC)
Maud est Directrice Adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts (CDC). Membre de la cellule nationale French Tech, mentor et aux boards de startups.
flow
Chloé-Agathe Azencott
Chloé-Agathe est chargée de recherche au Centre de Bioinformatique de MINES ParisTech et de l'Institut Curie. Cofondatrice de la branche parisienne du meetup Women in Machine Learning and Data Science.
flow
Béatrice Moulin et Clara Deletraz (Switch Collective)
Béatrice et Clara sont cofondatrices de la startup Switch Collective.
flow
Laurence Devillers
Laurence est chercheur et Professeur en Intelligence Artificielle à Sorbonne Université/LIMSI-CNRS, équipe de recherche "Dimensions affectives et sociales dans les interactions parlées". Membre du comité de réflexion sur l’éthique du numérique (CERNA) d’Allistène, Auteure de « Des Robots et des Hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon 2017.
flow
Sophie Viger
Sophie est Directrice de la Web@cadémie, de la Coding Academy by Epitech et directrice pédagogique du Samsung Campus.
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive. #entrepreneuse
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire. #entrepreneuse
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League. #entrepreneuse
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.

Derniers commentaires

“Article très intéressant. Tout comme Nora, je me demande aussi quelle est la place de senior dans cette évolution? Surtout les seniors qui sont à la recherche d'emploi. Mais aussi pour les seniors qui occupent des...”
“L’Europe et le quantique, par @olivez En quelques jours, la Commission Européenne a annoncé le financement de 22 p…...”
“Une synthèse très utile des résultats des études sur l'impact de l'#AI sur l'emploi. Le futur n'est pas clair mais…...”
“En effet, mon upload d'hier n'a visiblement pas été jusqu'au bout. C'est corrigé !...”
“Merci Oliver pour le contenu et l'effort fourni. Je viens de découvrir votre blog après votre intervention hier sur le live TV de l’expérience18 de Microsoft. Sauf erreur de ma part le fichier pdf de "ebook pour...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.