Dans cette seconde partie, nous allons creuser la contribution du Comité Richelieu et de la CGPME.

Le 18 mars 2009, ils publiaient un ensemble de propositions pour intégrer les PME innovantes dans le plan de relance du gouvernement. En poursuivant leur cheval de bataille : le rôle des PME dans l’innovation. Le tout étant explicitement destiné aux députés, l’un des moyens d’influence de la politique de l’Etat.

ComiteRichelieuCGPME

Ce plan regroupe cinq propositions assez interdépendantes :

Pérenniser les progrès du Crédit Impôt Recherche

Le Comité Richelieu pense surtout au cadre du Pacte PME lancé en 2006 et du programme Passerelle qui permet aux grandes entreprises de sous-traiter des travaux de recherche à des PME innovantes et de bénéficier du CIR sur les montants investis.

Traduite en langage courant, la proposition signifie “Pitié, n’abandonnez pas le programme Passerelle  !” , dont il se dit qu’il est en train d’être jeté aux orties avant même d’avoir sérieusement vu le jour.

Ce programme mériterait d’être plus connu et mis en oeuvre. Il permet en effet à des startups innovantes de travailler pour des grands groupes sur des programmes de R&D. Indirectement, cela transforme certaines startups du statut d’entreprise de technologie en sous-traitants de R&D. Mais cela leur permet au moins de traverser le désert de la crise.

Créer un Crédit Impôt Innovation

Celui-ci couvrirait non pas simplement les activités de Recherche mais également les investissements avals de l’innovation. La question étant de savoir jusqu’où descend l’aval. Est-ce pour le “D” de R&D et la couverture de l’ensemble des activités techniques de création d’une offre innovante, ou bien les activités non techniques qui permettent de générer des innovations comme les investissements marketing, commerciaux, à l’export et aussi la protection de la propriété industrielle ? J’avais relayé cette idée dans les 29 propositions pour le plan France Numérique 2012, élaborée après une contribution de la société Glaizer Group.

Ce besoin de mieux positionner les offres des startups technologiques sur leur marché a été confirmé récemment par cette thèse de Frédéric Iselin sur la “Proposition de valeur et positionnement prix – La place de la valeur client dans le pricing d’offres innovantes : le cas des startups technologiques”. Thèse selon laquelle 58% des startups technologiques françaises ont une proposition de valeur non compétitive. Même si l’étude pêche par l’absence de comparaison avec d’autres pays, elle rappelle cette réalité encore mal comprise : l’innovation est la combinaison de technologies et/ou de services et d’une rencontre avec un marché et des besoins clients.

These Iselin 

Sur le Crédit Impôt Innovation, le Comité Richelieu est allé loin en prémâchant le travail du législateur, rédigeant directement les articles du code des impôts à modifier (page 13). L’été dernier, cette idée n’avait pas pu être retenue par le cabinet d’Eric Besson. La raison : l’impact budgétaire était à la fois inconnu et … significatif. Oséo et Bercy se sont donc naturellement opposés à la proposition. Est-ce que la donne a changé depuis ? D’un point de vue des restrictions budgétaires, non. Mais du point de vue stratégique, le besoin est toujours le même. Signalons tout de même que dans l’ordre des choses, le financement de l’innovation est plus important que toute forme de Crédit Impôt. Car pour bénéficier du Crédit Impôt, qu’il soit “Recherche” ou “Innovation”, il faut avoir des fonds à investir ! D’où la proposition suivante du Comité Richelieu…

Orienter Oséo Innovation sur les dépenses aval

Il s’agit des investissements des startups non couverts par le soutien fiscal du CIR et qui viennent d’être citées dans la proposition précédente. J’applaudis des deux mains : Oséo Innovation devrait contribuer au financement de l’ensemble des besoins de l’innovation : de la R&D au marketing à l’international. Il le fait déjà, mais dans un patchwork d’avances et programmes divers dont la lisibilité n’est pas évidente. Oséo Innovation gagnerait à simplifier son offre : une entreprise, un ensemble de besoin, et une avance et/ou aide intégrant ses différents besoins, échelonnée dans le temps. On en est évidemment loin, surtout quand on intègre la réduction du budget d’Oséo Innovation.

Adapter les modalités du soutien apporté par Oséo Innovation

A commencer par le non plafonnement des avances remboursables au niveau des fonds propres et la transformation des avances en aides pour tenir compte des difficultés actuelles du crédit. La première proposition fait visiblement écho à l’alerte que j’avais lancée début février et aux retours de nombreuses startups qui sont en liaison avec les membres du Comité Richelieu. Si Oséo Innovation se contentait déjà d’appliquer les anciens ratios courants de 1 pour 1 (1€ d’avance remboursable pour 1€ de fonds propres), cela serait déjà pas mal. Quand à transformer les avances remboursables en aides, on peut toujours demander, mais ne rêvons pas trop !

Améliorer la gouvernance du soutien apporté aux projets collaboratifs

En creu, le Comité Richelieu demande à ce que les projets financés par les Pôles de Compétitivité, voire l’ex Agence de l’Innovation Industrielle (intégrée à Oséo) concernent plus les PME que les grands groupes qui n’en ont pas forcément besoin en priorité surtout lorsqu’ils sont profitables comme France Telecom ou Thalès. Ils souhaitent également que les projets soutenus soient plus proches du marché et des besoins clients, alors que l’approche actuelle est encore très teintée “recherche”.

Aujourd’hui, ce ratio est très variable. Par exemple, le pôle Systematic est plus “grand comptes” (49,5% des établissements du pôle) tandis que Cap Digital est plus “PME” (avec 72,8% de PME dans les établissements du pôle).

CartePoleCompetitivité

Le fonctionnement des pôles avait été évalué en juin 2008 par le BCG et une traduction du volapuk de consultant est nécessaire pour le décoder. Le plus ironique dans ces pôles est la notion de “pôle national” par opposition aux quelques “pôles mondiaux”. Véritable contresens puisque la compétitivité devrait s’entendre à l’échelle internationale et pas nationale. Les pôles nationaux sont donc au mieux des bassins d’activité sectoriels, et surtout de fait le résultat du lobbying local pour récupérer des subventions dans la manne des pôles de compétitivité (1500m€ entre 2005 et 2008). L’Etat n’a pas su faire des choix au moment du lancement des pôles en 2005 et s’est laissé aller à en labelliser 71 par clientélisme ! Pour l’instant, l’évaluation de tous ces pôles reste visiblement en demi-teinte si l’on lit entre les lignes. C’est toujours une véritable usine à gaz à la française à ceci près qu’elle est dans l’ère du temps : distribuée, cloud, et tout ce que vous voulez. Leur évaluation est difficile tant sont enchevêtrés les dispositifs d’aide à l’innovation. Si le risque est grand de crouler sous “l’overhead” du management de projets collaboratifs, certains projets collaboratifs issus des pôles font tout de même avancer le schmilblick, notamment pour rapprocher certaines startups de grands groupes.

Au final, le Comité Richelieu avance de très bonnes intentions, mais peu ont des chances d’aboutir à court terme ne serait-ce que pour des raisons budgétaires. Comme en général, il faut patienter plusieurs années avant que les bonnes idées se concrétisent, on peut saluer la persistance de cette association. Et il faut reconnaitre au passage que ces propositions ne sont pas spécifiques au numérique mais aux PME innovantes… :). Comme la moitié des PME innovantes touchent de près ou de loin au numérique, on s’y retrouve tout de même.

Publié le 28 mars 2009 Post de | Economie, Entrepreneuriat, France, Innovation, Politique, Technologie | 12772 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Les 10 commentaires et tweets sur “Le numérique dans le plan de reprise – 2” :

  • [1] - macha a écrit le 28 mars 2009 :

    C’est la BDPME qui fait des propositions pour l’aide Innovation, avance remboursable ? Mort de rire… Alors là, je suis troué. BDPME c’est OSEO financement non ? Et pourquoi pas ANVAR pendant qu’on y est ? Mais je crois que le Comité Richelieu est au départ à la source de la fusion ANVAR et BDPME pour OSEO… On comprend pas trop pourquoi il se plaint maintenant ??? Tout pour la banque et le grand capital, avec les PME comme soustraitantes autour… Je comprends pourquoi vous les aimez. Le comité richelieu était le premier a taper des mains pour le CIR ; il trouvait cela génial. Maintenant il s’aperçoit que ça fait mal, et il demande à ce que l’aide directe soit près du marché, en subvention pourquoi pas, voire en tant que fonds propres des boites. Bah voyons… Ils ont tué l’aide Innovation, tentent ils de la sauver maintenant ??? M. Prince est de toute façon un très bel homme….

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 28 mars 2009 :

    Non, c’est la CGPME. Je corrige l’article de suite.

    Et je n’aime ni les uns ni les autres. Faudrait se calmer un peu !

  • [3] - Guillaume a écrit le 28 mars 2009 :

    @macha et olivier. BDPME ou CGPME, c’est un peu la même chose. JM Roubaud est président du conseil de surveillance de BDPME OSEO Financement (la partie bancaire d’OSEO)
    http://www.oseo.fr/notre_mission/qui_sommes_nous/organisation/conseils/conseil_de_surveillance_d_oseo_financement

    Les membres du conseil d’administration d’OSEO Innovation ANVAR sont un peu différents. Il y a notamment Luc Rousseau de la DGE (dirige le FUI des Pôles de compétitivité)
    http://www.oseo.fr/notre_mission/qui_sommes_nous/organisation/conseils/conseil_d_administration_d_oseo_innovation

    Jetez un coup d’oeil cette fois sur la composition du conseil d’administration de la holding OSEO (EPIC, établissement public qui redirige les fonds publics vers la garantie et l’innovation)
    http://www.oseo.fr/notre_mission/qui_sommes_nous/organisation/conseils/conseil_d_administration_d_oseo

    Bref, tout cela pour dire, que plus l’aide s’éloignera de la phase amont de la R&D plus le financement bancaire s’imposera (ce sera sont rôle). Que vient faire une aide à la R&D (aide d’Etat) dans la phase très aval du développement ? Plus le produit est au point, plus le projet est proche du marché (avec des clients déjà identifiés)… moins le risque d’échec est avéré et donc, moins l’aide d’Etat s’impose (cf. les règles de Bruxelles). L’aide d’Etat doit être attribuée là où il y a défaillance de marché (donc risque, et donc pas de financement privé). Si dans la phase aval, il y a défaillance de marché, OSEO BDPME proposera donc un prêt à taux préférentiel avec garantie. Le métier de l’aide à l’innovation disparaître au profit d’un métier bancaire classique qui bientôt sera repris par l’ensemble des banques.

    En réalité, l’Etat se désengage du soutien à l’innovation en n’utilisant qu’un seul outil : l’incitation fiscale (elle profite surtout aux grands groupes en montant). Le lobby des grands groupes marche à fond. L’aide directe profite trop aux startups et aux PME indépendantes… la cible que les grands groupes veulent maîtriser (pas de nouveaux entrants, pas de concurrence…)

    La subvention est réservée maintenant aux projets collaboratifs (super high tech) des pôles de compétitivité, avec comme vous le constatez une majorité de pôles gouvernés par les grands groupes.

    L’aide directe (en avance remboursable) était une originalité française (qui aurait dû être copiée par d’autres) et qui va disparaître. La baisse des dotations OSEO Innovation ANVAR est due à la montée en puissance du CIR
    http://www.senat.fr/rap/l08-099-322/l08-099-32222.html

    Le CIR va aussi profiter aux activités bancaires : produit de mobilisation de la créance (mobilisation proposée déjà par BNP, Société Générale et OSEO FinancementBDPME). OSEO devient petit à petit une banque à part entière, avec la montée en puissance des activités de garantie bancaire (plan de relance) et un fusionnement des salariés autour d’un statut commun purement bancaire… Ce n’est pas une bonne idée puisque la concurrence est forte dans ce domaine, tandis que le soutien à l’innovation avec intervention de l’Etat était puissant et utile…

    Il s’agit de demander un peu plus de transparence pour que les entrepreneurs connaissent ce qui est envisagé, afin qu’ils puissent eux aussi donner un avis…

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 28 mars 2009 :

    Guillaume, merci pour ce très intéressant dépiautage du qui finance qui et qui contrôle qui ! On se demande vraiment s’il y a un pilote dans ce navire.

    C’est en tout cas clair : que ce soit voulu ou pas, les interventions actuelles de l’Etat se détournent progressivement des startups et c’est une véritable erreur stratégique qui limite la capacité d’innovation du pays. Il ne faudra pas s’étonner si dans 20 ans on a encore les mêmes boites dans le CAC 40 qu’il y a 20 ans ! Le tissu industriel européen et français ne se renouvelle pas assez vite !

    Pour ce qui est de l’aval de la R&D et de son financement, on ne peut pas dire que le système bancaire fonctionne à plein. En effet, avoir un produit ne signifie pas que les risques soient réduits. Dans certains secteurs comme le web et le logiciel, la phase aval intervient très vite dans le cycle de financement, avant même l’intervention de business angels dans certains cas. Les aides publiques là où il y a encore beaucoup de risques sont encore les bienvenues. Elles existent d’ailleurs bien chez Oséo mais c’est une véritable usine à gaz.

    Une startup web ou logiciel peut développer assez vite son produit et sans R&D forcément très lourde. Par contre, rencontrer son marché nécessite de recruter un commercial, faire du marketing, industrialiser le logiciel ou les opérations Internet.

    Notre système de valeur français est ainsi fait qu’il valorise culturellement la technologie (compliquée si possible) mais pas sa commercialisation. Cela se retrouve dans le dispositif des aides publiques qui ne s’explique pas seulement par la logique aval/amont du financement.

    Nos élites n’ont pas encore compris ce qu’était une innovation. Ils la confondent toujours avec le progrès scientifique et les inventions. Une innovation, c’est avant tout un progrès technique qui a rencontré son marché et si possible à l’échelle mondiale. Et une innovation est ainsi qualifiable qu’après son succès sur le marché !

    Maintenant, qu’il y ait des incohérences dans ce que demande le Comité Richelieu, ou que ce qu’ils aient demandé il y a des années ait été mis en oeuvre (par d’autres) avec plus ou moins de bonheur, c’est normal. Dans l’innovation, il faut aussi savoir expérimenter, tester, et ensuite corriger le tir.

  • [5] - Guillaume a écrit le 28 mars 2009 :

    @olivier. Ce ne sont pas élites françaises qui imposent cela. C’est la Commission européenne et le Monde. Les USA n’apprécieraient pas que l’Etat français finance les phases aval “non risquées”, sous peine de distorsion de concurrence. L’aide d’Etat doit se situer là où il y a défaillance du marché (de façon récurrente). Pour les investissements immatériels de type marketing, commercial, etc.. que vous citez, OSEO Financement propose le Contrat de Développement Innovation (avec la garantie et en coprêtant avec une deuxième banque). Le taux d’intérêt pratiqué est de plus de 6% (8% ?)
    http://www.oseo.fr/votre_projet/innovation/aides_et_financements/financements_bancaires/contrat_de_developpement_innovation

    Mais il faut avoir plus de trois ans d’existence et surtout présenter une progression de chiffre d’affaires et de résultat net. Donc, on voit bien que des solutions de financements bancaires mezzanine existent. Elles ne prennent pas assez de risque certes, mais l’Etat va demander à OSEO Financement et Garantie de prendre encore davantage de risques à l’avenir… Tout est bien prévu, au détriment de l’aide directe à l’innovation et biensûr des créateurs d’entreprises…

    L’avantage du CDI c’est qu’il génère du PNB (du résultat pour OSEO) permettant de financer les salaires des collaborateurs oséo. Comme cela l’Etat peut économiser plus de 40 millions d’euros de budget de fonctionnement…

    L’aide va disparaître sans même que vous ne vous en rendiez compte, et après il sera trop tard…

  • [6] - Pierre a écrit le 28 mars 2009 :

    bonsoir guillaume… je trouve interessant effectivement de lire la composition des conseils des différentes sociétés composant le groupe oséo. On comprend un peu mieux maintenant le pourquoi de la multitude des offres proposées et la complexité.

    Je suis allé fouiller sur leur site et j’ai du coup trouvé également l’organigramme complet du groupe
    http://www.oseo.fr/content/download/63149/1005735/file/Organigrammes_OSEO_03-09-09.pps

    Si j’ai bien compris, on y voit les 3 sociétés représentées à travers leur dirigeants : la garantie du financement bancaire (A. Caudoux), le financement bancaire (J. Darnaud) et l’aide à l’innovation (L. Reinhart), avec au dessus F. Drouin le PDG. Les trois dirigeants se partagent des responsabilités fonctionnelles transversales pour l’ensemble du groupe également. J’ai l’impression malgré tout que la garantie et le financement bancaires contrôlent l’essentiel. Je me trompe peut être. Cela expliquerait que désormais le président du conseil de surveillance de oséo-financement, M. Roubaud (président de la CGPME), s’interesse aussi au soutien à l’innovation. Mais est il sensibilisé aux startups? Lorsque je l’entend à la télé, il me semble qu’il est surtout le représentant des PME classiques.

    Le graphique d’organisation générale du groupe montre qu’il y a d’un côté les banques et la Caisse des Dépôts pour la garantie et le financement bancaire ; et de l’autre, l’Etat pour l’aide à l’innovation

    http://www.oseo.fr/var/oseo/storage/images/media/images/organisation_juridique_d_oseo_depuis_2007_format_400/265221-1-fre-FR/organisation_juridique_d_oseo_depuis_2007_format_400_reference.jpg

    http://www.oseo.fr/notre_mission/qui_sommes_nous/organisation

    C’est assez limpide et maintenant je comprends mieux effectivement les craintes de M. Ezratty. Je n’avais pas tout à fait saisi au début avec son article sur les craintes de baisse de financement public pour les startups. Il ne me semble pas que les banques soient tout à fait prêtes à financer ce type d’entreprise, même avec une assurance spécifique. Mais on ne sait jamais.

    Guillaume, vous indiquez 40 millions d’euros de budget de fonctionnement pour les salaires des collaborateurs d’oséo ? Vous parliez du fonctionnement de l’aide à l’innovation (salaires, experts, informatique…) ? Cet montant n’est pas très élevé je trouve. Je pense que c’est ce que vous indiquiez. Sur wikipédia et dans les rapports d’activité, il est précisé que l’effectif global du groupe oséo est de 1800 personnes, dont 1/3 seulement pour l’innovation… Le budget de l’aide à l’innovation directement consacrée aux entreprises et startups est il de 500 ou de 300 millions d’euros désormais ?

    Cela ne nous dit pas si le Comité Richelieu permettra de faire entendre sa voix. Je me demande s’il sera facile pour lui désormais de trouver des PME de haute technologie interessantes pour les grands groupes dans son Pacte PME. Le rescrit fiscal (acte permettant de savoir si les dépenses que l’on veut déclarer sont bien éligibles au CIR) qui incombe désormais à OSEO, un produit en progression d’après ce que l’on dit, est un acte purement administratif, tandis que l’aide directe permet un suivi précis des entreprises, il me semble. Le partenariat avec Oséo pour le Pacte Pme risque de battre de l’aile.. Qu’en pensez vous ?

  • [7] - Guillaume a écrit le 29 mars 2009 :

    Dans le graphique d’organisation juridique, je crois que OSEO financement intègre OSEO garantie (BDPME = l’ex-CEPME, crédit d’équipement + Sofaris). La holding “OSEO” qui chapote l’ensemble est un établissement public qui, par ce statut, permet de retransmettre à sofaris (oséo garantie) le fond national d’Etat pour la garantie (200 millions d’euros par an ?) et à oséo innovation la dotation annuelle pour l’aide à l’innovation. La partie bancaire de BDPME (ex-CEPME) n’a pas de dotation d’Etat. D’ailleurs, son rôle est un peu bizarre dans l’ensemble qui a une vocation de service public. OSEO innovation (ex ANVAR) n’est pas du tout liée juridiquement à ces autres structures, si ce n’est qu’elle est aussi chapotée par la holding Oséo. Mais comme oséo innovation a été transformée en SA en 2005 (avant, Anvar était un Epic) pour permettre la création du groupe oséo, désormais cette structure qui a une vraie mission de service public, peut disparaitre au profit du reste : c’est plus facile de l’isoler et donc d’en faire ce que l’on veut…

    Moi aussi au début je m’étonnais de cet embroglio, mais en fait cela se justifie car les activités ne sont pas les mêmes du tout, contrairement à ce qu’on a voulu nous faire croire au moment de la création de ce groupe, qui devait être une sorte de Small business administration. Au lieu de cela, elle est surtout une banque et une compagnie d’assurance.

    D’un côté, il y a une activité en lien avec les banques (la garantie concerne les banques), de l’autre, une mission publique (aide directe d’Etat pour l’innovation) en lien avec les entrepreneurs directement.

    Donc, je pense qu’il ne faut pas s’étonner de la bancarisation du soutien à l’innovation. Ce qui explique la montée du CIR (fiscal), la baisse du budget de l’aide et la hausse de la garantie avec le plan de relance.

    Il faudrait connaître ce qui se fait dans d’autres pays. Par exemple, au Luxembourg, il y a bien une agence de l’innovation (ce pays est classé au top des pays les plus innovants par Eurostat). Idem pour la Suède (Vinnova). Il y a bien des agences d’innovation un peu partout dans le monde. Chez nous, cette agence peut disparaître. Oséo s’appelle déjà “banque publique”.

  • [8] - Jean-Claude a écrit le 29 mars 2009 :

    Un peu d’innovation ne nuit pas. Pourquoi ne pas inventer autre chose que l’aide à l’innovation classique qui existe depuis 37 ans ? Un prêt à 2% pourrait faire l’affaire, surtout si, comme le préconisent le Comité Richelieu et la CGPME, le soutien doit être renforcé en aval (pour la commercialisation de l’innovation), en laissant le crédit d’impôt financer l’amont.
    Le mécanisme de crédit bancaire par contre est plus rigide en matière de remboursement. Je ne pense pas qu’il pourrait se transformer en subvention.

  • [9] - macha a écrit le 29 mars 2009 :

    Jean-Claude et Guillaume. Je ne sais pas si vous avez bien lu les propositions du Comité Richelieu. Moi oui.
    Il est écrit qu’en plus du crédit d’impôt recherche (pour les phases de recherche expérimentales), le Comité Richelieu aimerait bien que le gouvernement mette en place un crédit d’impôt “innovation” (pour les phases de développement, plus proches du marché) plus sympa pour nos startups (notamment numériques, qui apparemment font un tout petit peu de R&D mais pas beaucoup). L’aide à l’innovation permettait de faire un peu des 2 avant (et maintenant tintin, puisqu’elle va se faire étouffer par le CIR et les banques).
    En gros, le Comité Richelieu s’en fout un peu de l’aide directe à l’innovation d’oséo-innovation-anvar. L’incitation fiscale suffit bien pour lui du moment que le produit “Passerelle” entre les petits (PME) et le gros (grosses boites signataires du Pacte PME) est sauvé LUI !!.
    J’ai vu qu’en plus la créance du CIR est remboursée rapidement maintenant : 3 ou 6 mois. C’est comme une avance remboursable presque.
    Mais si comme vous le dites, c’est Bruxelles qui décident de ce qui doit être financé par une aide directe ou par une aide indirecte comme le crédit d’impôt… c’est à dire que grosso modo c’est la recherche amont qui mérite d’être financée par le public (directement ou fiscalement)…. je vois pas ce que ce pauvre rapport va pouvoir donner concrètement.
    Je finis par comprendre que la suppression de l’aide à l’innovation (sans doute envisagée depuis longtemps) commence à faire frémir, car on n’avait pas pensé aux PME innovantes normales, aux startups… et ça risque de remettre en cause ce qui était prévu.
    Je ne me demande si Jean-Claude n’a pas trouvé le produit miracle qui va être mis en place en 2 coups de cuillère à pot : le mignon prêt à quelques pourcents d’intérêts, pour financer les phases de “non innovation scientifique” et de marketing pur jus.
    Le Comité Richelieu va finir par s’appeler le Comité Pauvrelieucommun…

  • [10] - Guillaume a écrit le 29 mars 2009 :

    @macha. Il est clair que le financement des startups numériques innovantes va pâtir de ces réformes. D’un côté, il faut engager des investissements risqués en R&D pour mériter être soutenu par l’Etat (avec le CIR), les critères sont très strictes. Avec l’aide directe aussi depuis peu (comme par hasard). Ceci dit, les startups de biotech (qui font beaucoup de recherche amont) veulent à la fois le CIR et l’aide directe. Je ne me souviens plus de ce que Pouletty préconisait à ce sujet ; je crois qu’il veut un assouplissement du CIR pour les biotechs et un accès plus simple au capital risque aussi, et sinon utiliser l’aide directe (en subvention ou participation) comme quasi fonds propres (comme le préconise le Comité Richelieu).

    Restent les investissements de développement et de marketing ou à l’international qui effectivement vont entrer dans le champ du financement bancaire classique, avec une garantie d’oséo + la Coface. Mais si une startup n’a pas encore généré du chiffre d’affaires, je ne vois pas comment la banque peut s’y retrouver. Il faut une sacrée garantie.

    Enfin, on constate d’ores et déjà les dérives budgétaires du CIR par rapport à l’aide directe (plus orientable, plus contrôlable)… c’est là que le bas blesse et le déplafonnement du CIR depuis 2008 va poser problème plus tard en terme de déficit pour l’Etat…. On va revenir très certainement à un taux de 30% maxi, au lieu de 50% aujourd’hui pour les primo accédants et les jeunes entreprises, qui concurrence lourdement l’aide directe.

    L’aide directe avec les aides régionales (à Lyon, il y a des aides pour l’export, pour le marketing) permettait de tout couvrir avec des taux de 20 à 60%. C’était bien avant.

    Enfin, il y avait les Régions qui voulaient piloter l’innovation un moment. Je ne sais pas si elles le souhaitent toujours avec des budgets en baisse ; la réforme Balladur (15 régions au lieu de 25) permettrait à de nouvelles grosses régions d’avoir des moyens plus importants (taille critique). En réalité, la disparition de l’aide à l’innovation nationale était au départ pensée pour la décentraliser en région. Je vous laisse imaginer ce que cela signifie en terme de liberté pour les entreprises : elles auront des comptes à rendre pour une région, déjà que ce n’est pas si simple vis à vis de la nation, surtout quand on vise l’international… Sans compter les disparités entre les régions qui existent déjà. Pour un petit pays comme la France, cela va un peu loin. Lire l’article de M. Rousset (socialiste), président de l’ARF (Association des Régions de France) :
    http://www.mediaterre.org/france/actu,20080125000454.html




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
558 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique quantique.
flow
Elham Kashefi
Elham est Directrice de recherche au CNRS LIP6 Université Sorbonne, professeure d'informatique quantique à la School of Informatics University d'Edimbourg, cofondatrice de la startup VeriQloud. #quantique
flow
Paula Forteza
Paula est députée des Français d’Amérique latine et des Caraïbes et rapporteure de la mission sur les technologies quantiques demandée par le Premier ministre. #quantique
flow
Jacqueline Bloch
Jacqueline est Directrice de Recherche au CNRS. Elle y développe ses travaux au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies de l'Université Paris Saclay. Elle est également professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. #quantique
flow
Eleni Diamanti
Eleni est Directrice de recherches au CNRS (Sorbonne Université) et spécialiste de la cryptographie quantique. #quantique
flow
Maud Vinet
Maud est responsable du projet d'accélérateur quantique sur silicium au sein du CEA. Bref, derrière une révolution technologique qui comptera à l'échelle mondiale ! #quantique #ExpoBercy2019
flow
Maria Alejandra Zuluaga
Maria est maître de conférences et chercheuse en apprentissage automatique avec des applications en médecine et santé à EURECOM, école d’ingénieurs et centre de recherche en sciences du numérique.
flow
Pascale Caron
Ingénieure avec un MBA, Pascale est CEO de Yunova, conseil en innovation et Associée Beforgo.com, une startup prometteuse du Tourisme.
flow
Josiane Zerubia
Josiane est directrice de recherche à l'Inria au centre de Sophia-Antipolis Méditerranée, spécialiste de la modélisation stochastique en traitement du signal et des images, en particulier pour l'imagerie spatiale.
flow
Christelle Yemdji Tchassi
Christelle est ingénieure développement logiciel châssis chez Renault Software Labs à Sophia Antipolis. #ExpoBercy2019

Derniers commentaires

“Très intéressant comme position. Ils semble que vous ayez bien appris les thèse des François Gervais. Je vous conseille de regarder cette vidéo qui analyse la conférence qui vous as instruit, pour avoir au moins...”
“Pour moi ceux qui ne veulent pas comprendre et qui ne se documentent pas restent des imbéciles. Moi aussi j'ai pensé que c'était bizarre avant que je me documente. Car c'est loin de nous et l'Espace ça fait peur et...”
“Un résumé rapide. Tout d'abord, les variations du CO2 suivent celles de la température pas l'inverse. Rien que cela prouve que la théorie soutenue par le GIEC est fausse. Ensuite il y a les prévisions faites...”
“Pouvez vous lister les faits infirmant les positions du GIEC ? Je crois que les positions de cet organisme ont plutôt été en deça de ce qui se passe. Mais je suis prêt à réviser mon jugement sur les faits...”
“Je voudrais ajouter une réflexion suite à la lecture de : La guerre des métaux rares - La face cachée de la transition énergétique et numérique. Auteur : Guillaume Pitron Dans sa version de poche d’octobre...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.