Numérique : pas celui que l’on attendait !

Publié le 19 mars 2008 et mis à jour le 7 mai 2008 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Les médias et commentateurs s’échinaient depuis des mois à prédire qui pourrait récupérer le poste de Secrétaire d’Etat en charge de l’Economie Numérique (voir cet exemple sur ZDNet). Plein de noms circulaient, la plupart issus de l’UMP. Et paf, c’est Eric Besson qui récupère la mission en complément de la prospective dont il était déjà en charge. Voyons ce qu’il en est et ce qu’il pourrait bien faire.

Besson

L’impact du politique

Ainsi, nous avons bien un Secrétaire d’Etat qui reporte au Premier Ministre, une solution imposée par la grande transversalité de la mission qui couvre l’économie, l’éducation, l’enseignement, la recherche et l’industrie. Mais ce n’est pas du tout celui que tout le monde attendait ! Mais il ne faut pas s’étonner car moins d’un Ministre sur deux est nommé selon son domaine de compétences propres, lié par exemple à son travail passé de parlementaire (comme rapporteur de mission ou membre de commission), d’élu local ou à une responsabilité dans un parti. Dans le cas d’Eric Besson, nous avons affaire à une sorte de généraliste de l’économie, ce qui pour le numérique n’est pas forcément une tare.

Certains regretteront évidemment la nomination d’un personnage connu et emblématique d’une certaine ambiguïté. Et les aigris pressentis et non sélectionnés vaqueront à leurs occupations au mieux, ou nuiront au pire au Secrétaire d’ouverture aux prérogatives ainsi étendues.

Le numérique a donc été une sorte de pion dans le jeu délicat de l’équilibre “d’ouverture” du Président. Il fallait bien trouver un ou deux postes pour l’ouverture qui ne soient pas trop dommageables d’un point de vue politique. L’équilibre a ainsi été trouvé : le numérique (Eric Besson) et le Grand Paris (Christian Blanc) pour l’ouverture, et pour les méritants de l’UMP, la famille (Nadine Morano), l’aménagement du territoire (Hubert Falco), les collectivités territoriales et l’outre-mer (Alain Marleix). Avec le bonus de dédommagement pour Anne-Marie Idrac (commerce extérieur), après sa perte de la présidence de la SNCF. Ce qui calmera certainement les caciques de l’UMP, qui avaient été quelque peu aigris par les nominations d’ouverture au printemps dernier (Kouchner, Amara, Bockel, Jouyet).

La mission

La nomination d’un Secrétaire d’Etat est généralement suivie d’un décret d’application, ici du Premier Ministre, délimitant précisément ses responsabilités et les administrations qui lui sont éventuellement rattachées. C’est un peu le suspens car il n’y a pas grand chose de concret à lui rattacher. A moins de créer un ou plusieurs nouveaux organes: agences, haut commissariat, autorité indépendante, que sais-je. Attendons un peu. L’information clé sera là !

La mission d’un tel Secrétariat d’Etat a été abondamment commentée par les milieux du numériques. Plusieurs associations et groupements cherchent à en influencer l’agenda. L’une d’entre elles est l’AFNET, auteur d’un Pacte Numérique, proposé aux candidats à la présidentielle en 2007, et qui continue d’être promu. Pierre Faure, son président (qui travaille chez Dassault), a immédiatement envoyé une lettre à Eric Besson pour l’inviter à participer à Net2008, une conférence organisée par l’AFNET en avril prochain !

Corniou

La mission potentielle d’Eric Besson a été aussi décrite de manière raisonnée par Jean-Pierre Corniou dans “Pour un ministère de l’Internet” publié sur son blog (ex-DSI de Renault et Président du Cigref, maintenant VP chez EDS, et au passage énarque). Raisonnée, mais en même temps, sans grande illusion.

Le numérique pour le marché intérieur

Dans ces deux cas (AFNET, Corniou), je note un penchant naturel pour des missions relevant du marché intérieur français, notamment, encourager l’Etat et les entreprises à utiliser les technologies numériques pour améliorer leur compétitivité. Et c’est vrai qu’il y a fort à faire. On les complétera avec les propositions répétées de création d’un pôle de compétitivité autour des logiciels libres. La part de ces idées qui relève de l’entrepreneuriat et de l’exportation est généralement faible (voir ici mon raisonnement sur les logiciels libres).

PacteNumerique

Pourtant, dans l’économie numérique, il nous faudra bien trouver un équilibre entre le développement des usages en France (le “marché intérieur”) et l’encouragement de l’industrie locale (le “marché extérieur”), assez mal en point alors que les importations de matériels et logiciels vont bon train, alimentées par la croissance des usages. Et les cercles vertueux du marché intérieur (que l’on peut protéger) ne coïncident pas forcément avec ceux du marché extérieur (qui est très concurrentiel).

Nous avons une situation assez particulière en France: la difficulté à créer des entreprises de taille critique et à exporter, spécialement dans l’industrie high-tech. Alors que la France est un pays exportateur dans son ensemble, efficace dans certaines industries (agro-alimentaire, luxe, aérospatial, distribution) mais pas dans celui-ci. L’héritage des grands projets gaulliens (nucléaire en tête) imprègne encore le tissus informatique français, doté de puissantes SSII sachant gérer de gros projets (enfin … plus ou moins), et une relative faiblesse des acteurs du logiciel, de l’internet, et surtout du matériel. Les diagnostics ne manquent pas et tournent souvent autour du manque de financement, surtout dans l’amorçage, et des lacunes dans la recherche.

Les quelques attributions qu’Eric Besson récupérera lui donneront certainement un penchant naturel sur le marché intérieur : du fait du pouvoir réel de l’Etat et de ses limites. Pour l’extérieur de la France, il sera en recouvrement avec les Ministères en charge de l’Economie, de l’Industrie, du Commerce Extérieur, et aussi de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. C’est un peu dommage car nous aurions bien besoin d’un coup de fouet pour encourager l’innovation dans les startups de ce secteur.

Comment donc impacter la présence française sur les marchés extérieurs ? Comme c’est souvent le cas en économie, l’impact de l’Etat sur l’innovation devrait être plus indirect que direct. Surtout dans la mesure où les innovations proviennent en général de petites structures. C’est à l’Etat de créer un environnement propice à l’émergence de ces innovations et à leur réussite économique. Pas de vouloir micro-manager l’innovation ou à la financer comme il peut avoir tendance à le faire.

Il y a au moins deux facteurs qui sont sous-évalués par les politiques et la technostructure qui cherchent à favoriser l’innovation et la compétitivité: l’impact de la culture et du système de valeur, et la différence entre recherche et innovation. Ce que je vais tenter d’expliciter.

La rôle de la culture et du système de valeur

Le plus grand défi à long terme est de modifier progressivement la culture et le système de valeur de notre pays au regard de la réussite économique, de l’argent (tabou), du risque et de l’échec. Nous avons un sérieux handicap moral à relever. J’avais eu l’occasion de soulever ce point dans mon compte-rendu de visite de la Silicon Valley en décembre 2007 (première partie et troisième partie) tout comme dans Grandes Ecoles et innovation. C’est toujours d’actualité !

Comment avancer si les français et surtout les jeunes ne rêvent plus et n’ont confiance en rien du tout comme plein d’études le démontrent (vis à vis de la mondialisation, des politiques, des patrons, du futur; voir cet essai de Daniel Martin sur la société de défiance qui rassemble les données du problème) ? La part du rêve est un moteur clé du développement des sociétés. En France, la peur du risque a deux impacts : un marché intérieur mou pour les nouveautés, particulièrement dans l’informatique, et un déficit d’entrepreneuriat, notamment chez les jeunes, que l’on n’encourage pas assez.

Ceci est d’autant plus vrai que nous vivons dans un véritable climat délétère et anxiogène autour de l’entreprise et de l’emploi. Avec l’UIMM. Avec les parachutes dorés. Avec l’affaire de la Société Générale. Tout contribue à clouer au pilori le monde de l’entreprise et dans l’esprit public à mettre dans le même sac les patrons issus des élites françaises et les PME innovantes, tous logés à la même enseigne dans la dénonciation des stock-options. De plus, l’énorme couverture médiatique sur les travailleurs précaires et les SDF, tout en étant fort louables dans leur intention, contribue à ce climat anxiogène. Au point que des cadres supérieurs qui à priori ne devraient pas être dans le besoin ont aussi peur pour leur situation. Un comble !

Dernier épisode en date: les patrons “surpayés” du CAC40 avec un délire économique médiatique basé sur les statistiques pas toujours très claires du groupe Hays sur les 40% d’augmentation des patrons du CAC40 reprises partout, alors que le véritable chiffre serait plutôt aux alentours de 10%. Et qui génèrent des commentaires aussi absurdes que “Un tiers des entreprises distribue ces actions quelle que soit la performance du dirigeant” (dans Le Figaro). Alors que la valeur des stock-options attribuées dépend justement de la performance à la bourse de l’entreprise, en moyenne corrélée par la performance de l’entreprise et de son dirigeant. Et que surtout, si le dirigeant n’est pas performant du tout (genre chez Alcatel), l’action chute et les stock-options ne valent plus rien ! Les stock-options sont en fait un pari, un effet de levier, sur la performance future escomptée, et pas passée. La performance passée est plutôt rémunérée par les bonus, eux aussi indexés sur la performance économique de l’entreprise. A force de torpiller les stock-options, la folie médiatique relayée par les syndicats et certains politiques de gauche comme de droite, a créé une situation potentiellement défavorable aux entrepreneurs de PME !

Dans ce pays qui n’a confiance en rien du tout, il serait utile d’apporter une part de rêve et d’aspirations et de dédiaboliser la réussite économique. Cela pourrait passer par une meilleure circulation de l’argent des grandes fortunes vers des causes favorisant l’innovation: la recherche, l’enseignement supérieur et les startups. Il faut passer de l’argent sale et pas mérité à de l’argent mérité et utile pour la société. Des actes et des symboles forts pourraient créer un choc médiatique pour montrer que l’argent et les fortunes peuvent se recycler positivement pour le pays, comme c’est parfois le cas aux USA. L’Etat pourrait inventer des moyens (notamment fiscaux) pour faire évoluer la structure même du capitalisme à la française, qui est actuellement dans un cercle vicié : on exonère de l’ISF le vieux (les objets d’art) plus que le neuf (l’investissement dans l’innovation) et les grandes fortunes et les entreprises se transmettent par hérédité quand de nombreux milliardaires américains transmettent leur fortune à des fondations (et pas seulement Bill Gates). On pourrait rêver de quelques grandes fortunes françaises créant ainsi des fondations pour l’enseignement supérieur et/ou la recherche ou des fonds d’investissement d’amorçage pour les startups. Au lieu de créer des musées à Venise ou d’investir dans l’immobilier, quand ils ne choisissent pas de s’expatrier – pratique assez courante dans les grandes fortunes issues de la high-tech !

Changer la culture passe aussi par l’éducation, par les liens entre l’université, les grandes écoles et les entreprises. La loi LRU va dans le bon sens, mais à la vitesse de la réforme à la française. Ainsi, les étudiants ont-ils fait grève contre le financement des universités par le privé alors que c’est un des facteurs clés de succès reconnu dans le monde entier, surtout aux USA. Mais le changement culturel évoqué plus haut devrait aussi avoir un impact sur la propension des élites à prendre le risque d’entreprise (voir aussi Grandes Ecoles et innovation).

Enfin, s’il y a bien des ruptures à provoquer, c’est dans la lourdeur de la triple hiérarchie de la société française :

  • Celle de l’âge – encore pesante dans les entreprises et les politiques (la moyenne d’âge des députés a augmenté de 5 ans lors des dernières législatives),
  • Celle du diplôme (les écoles d’ingénieur groupes A, B, C, les grands Corps de l’Etat, …).
  • Celle de l’origine sociale, quand ce n’est pas ethnique.

Réussir la transformation culturelle, c’est aussi créer des valeurs d’exemples pris dans ces trois dimensions pour montrer qu’il est possible de réussir en France malgré un ou plusieurs de ces trois handicaps. Et il serait bon d’aller au delà de la nomination de Fadela Amara et Rachida Dati au gouvernement. Il faut encore plus d’exemples. C’est d’ailleurs aussi comme cela que l’on peut redonner un peu d’espoir aux banlieues. Les exemples créent des mythes, et ils font aussi rêver.

Recherche et innovation

Dans l’innovation, il est un autre mal français issu de l’état et de la technostructure consistant à confondre les bienfaits et moteurs de la recherche et de l’innovation. Avec cette croyance bien ancrée qu’un plus fort investissement dans la recherche va résoudre nos problèmes de compétitivité.

On en est bien loin. En effet, le chemin qui va de la recherche aux innovations et aux succès économiques est complexe. Il intègre la notion de produit, de marchés de volume, de rapidité d’exécution (une des meilleures barrières à l’entrée…), de marketing, de vente et d’exportations. C’est là que nous pêchons le plus souvent dans la high-tech car notre économie de la high-tech a été fortement calibrée pour créer des produits complexes diffusés à faible échelle, sans grand marketing et souvent plutôt localement.

Résultat? Un système vicié :

  • Qui aide plus facilement la recherche (Crédit Impôt Recherche, Concours du Ministère de la Recherche, aides Oséo) que le développement marketing et commercial.  Au point que pas mal d’entreprises passent leur temps à maquiller en R&D des développements produits classiques, souvent déjà réalisés.
  • Qui a tendance à trop aider les grandes entreprises au détriment des petites. Avec les grands projets style Agence de l’Innovation Industrielle (intégrée à l’Oséo depuis le début de l’année), le fameux Quaero (dont j’aurais l’occasion de reparler), les pôles de compétitivitivé et aussi les aides européennes FP6/FP7. Depuis des décennies, l’Etat français arrose les “losers” de l’industrie informatique, ceux qui désinvestissent, ceux qui ne se frottent pas assez ou pas efficacement aux marchés mondiaux. Et malheureusement, on enfonce le clou dans la mauvaise direction, tel Nicolas Sarkozy (voir ici page 4) annonçant au Cebit un projet de “calculateur géant” proposé en partenariat aux allemands (programme qui a au demeurant peu de chances d’aboutir car en France, il sert à simuler les explosions nucléaires au CEA).
  • Qui n’encourage pas les grandes entreprises à acheter les petites. Par le mécanisme précédent: pourquoi racheter si on peut faire subventionner sa propre recherche, et torpiller les petites boites par des méthodes plus ou moins avouables ? Surtout pour de grands ingénieurs ultra-diplômés qui ne tolèrent pas facilement qu’une invention ou innovation puisse provenir d’une petite structure créée par des ‘autodidactes’ et qui ne la jugent souvent que par sa valeur technique et non pas commerciale !
  • Qui n’aide pas les startups à trouver des clients sur leur marché intérieur comme extérieur. La peur du risque des dirigeants et autres décideurs. Xavier Dalloz qui organise le voyage au Consumer Electronics Show de Las Vegas auquel je participe chaque année a ainsi raison de se lamenter du faible nombre d’entreprises présentes sur le salon. On ne les a pas assez encouragées à se bouger !

ll faut donc certainement revoir le système des aides à l’innovation. Comprendre qu’elles devraient être plus indirectes (comme la réduction d’ISF favorisant le développement du financement par les business angels, l’abaissement des délais de paiement, la commande publique) que directes (les “subventions”).

Les mesures clés sont toutes celles qui faciliteront la vie des startups – des PME en général. On en trouve plein de très bien vues dans le fameux rapport Attali, que j’ai déjà eu l’occasion de commenter. Espérons que le gouvernement les mettra en oeuvre rapidement.

What’s next ?

Que va-t-il donc se passer avec Eric Besson ? On peut craindre l’habituelle commande d’un n+unième rapport à une personnalité coiffée d’un rapporteur jeune fonctionnaire, qui fera les mêmes préconisations dont certaines seront issues de la “technostructure” et à défaut d’être à côté de la plaque, ne traiteront pas suffisamment de l’aspect valeurs/culture et de la compétitivité à l’exportation.

Espérons que Eric Besson, mais aussi Christine Lagarde et Valérie Pécresse prendront ce défi en main avec une véritable vision long terme.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 19 mars 2008 et mis à jour le 7 mai 2008 Post de | Actualités, Communication, Economie, Entrepreneuriat, France, Innovation, Politique, Sociologie, Startups, Technologie | 9712 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 6 commentaires et tweets sur “Numérique : pas celui que l’on attendait !” :

  • [1] - Oncle Tom a écrit le 20 mars 2008 :

    J’ai de gros doutes sur l’existence d’une véritable volonté d’utiliser le Web et le numérique comme un outil et un vecteur de croissance.

    Quaero est mort-né et continue malgré tout à recevoir du financement.

    J’ai eu la chance d’avoir un rapport sur l’e-administration en France sous les yeux et ça me fait craindre le pire quant à son avenir (pour l’instant fortement incertain … ou en tous cas figé au possible).

    Je pense qu’Éric Besson ne fera rien mais tout ce que je souhaite c’est d’être contredis !

  • [2] - Benoit Felten a écrit le 20 mars 2008 :

    Un facétieux sur une des mailing lists que je fréquente a répondu à la question “que va-t’il faire” en disant “c’est écrit dessus comme le porc salut: des économies avec le numérique” !

    Plus sérieusement, Sarko a déjà fixé deux objectifs: 70% de foyers avec PC et 100% de foyers accessibles à Internet Haut-Débit (fixe ou mobile, sic) d’ici 2012.

    A part ça, gageons qu’il va continuer sur la voie du rapport Olivennes en encourageant à plus de fermeture et surtout celle des yeux. Triste, mais probable.

    Pour ma part, je n’aime pas beaucoup le personnage non plus, qui me semble avoir démontré une volonté de faire progresser sa carrière plus que de faire avancer ses dossiers. C’est regrettable dans un poste comme celui-ci…

    Bref, je ne suis pas bien confiant sur son rôle. Au FTTH Council récemment Novelli a fait un speech sur le développement de la fibre optique, mais on sentait bien que le coeur n’y était pas. Bref, après avoir donné l’impression que notre nouvelle présidence souhaitait embrasser les enjeux de l’économie numérique, je suis de plus en plus pessimiste…

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mars 2008 :

    100% des foyers avec le haut débit…

    Pourquoi pas, si l’on traite en amont les problèmes d’illétrisme rampants qui rongent une partie de la population, jeunes compris.

  • [4] - Mati a écrit le 21 mars 2008 :

    Outre l’économique et le social, j’espère que la mission portera également sur le juridique.

    Fuzz, Wikio, Justacoté … les dossiers s’accumulent depuis la début de l’année.

    C’est peut-être signe que le Web se professionalise : tant mieux.
    Il y a cependant un énorme travail de fond sur le flou jurique qui entoure toujours le web.

    Il y a des débordements, et il y en aura toujours : certains sortent des clous, d’autres à l’inverse ont le procès un peu facile.
    Le plus important est que les règles du jeu soient claires …

    Il parait que l’Europe est relancée, et qu’il y a maintenant un Mr numérique. C’est le bon moment.

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mars 2008 :

    Je ne l’inquiète pas trop sur ce point car le pays a une propension sans mesure à légiférer. Les parlementaires ou le gouvernement s’empareront certainement du sujet d’autant plus qu’il a un impact médiatique certain et qu’il a récemment affecté Nicolas Sarkozy (dans l’affaire du SMS).

    Malheureusement, la compréhension du lien entre les mécanismes économiques, l’émotionnel et le culturel est moins courante…

  • [6] - Olivier Ezratty a écrit le 13 avril 2008 :

    Et hop, lettre de mission arrivée pour Eric Besson : http://www.premier-ministre.gouv.fr/IMG/pdf/Lettre_mission_EcoNum_avril08.pdf .

    On notera le petit paragraphe où il est fait mention des startups du logiciel. Bonne nouvelle!




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.