Contributeurs actifs

Voici la liste des principaux contributeurs du blog par leurs commentaires. Vous pouvez cliquer sur leur lien pour obtenir leurs commentaires dans cette page :

macha (113), Michel Nizon (92), Pierre (84), Fabien (66), herve (65), leafar (44), guillaume (40), Laurent (37), Herve Kabla (30), rthomas (30), Sylvain (29), Olivier Auber (28), Jeremy Fain (27), philippe (27), Daniel COHEN-ZARDI (26), Olivier (24), Nicolas (24), (24), Christophe (21), Patrick (19), Fab (19), julien (18), jmplanche (17), Jeremy (16), OlivierJ (16), JustinThemiddle (16), bobonofx (15), vicnent (15), Arnaud@Thurudev (@arnaud_thurudev) (15), Pierre Jol (14), patr_ix (14), Lionel Laské (@lionellaske) (13), Pierre Mawas (@Pem) (13), Franck Revelin (@FranckAtDell) (13), Lionel (12), Jerome (12), anj (12), /Olivier (12), jean (12), Pascal (11), Louis van Proosdij (11), jean-eudes queffelec (11), LVM (11), jlc (11), Phil Jeudy (11), Benoit (11), Marc-Antoine (11), dparmen1 (11), (@slebarque) (@slebarque) (11), INFO (@LINKANDEV) (11), François (10), Fabrice (10), Filmail (10), babar (10), arnaud (10), Nicolas Andre (@corpogame) (10), Alexis (9), Rafael (9), FredericBaud (9), Laurent Bervas (9), Mickael (9), Hugues (9), ZISERMAN (9), Olivier Travers (9), Chris (9), jequeffelec (9), Yann (9), Fabrice Epelboin (9), Benjamin (9), Benoît Granger (9), Pierre Ygrié (9), (@olivez) (@olivez) (9), faculte des sciences de la nature et de la vie (9), Frederic (8), Yannick Lejeune (8), stephane (8), BScache (8), Michel (8), Daniel (8), Emmanuel (8), startuper (8), Fred A. (8), Vincent (8), @FredOu_ (8), Nicolas Bry (@NicoBry) (8), @corpogame (8), Marie (7), ~laurent (7), David (7), Patrice (7), JB (7), ITI (7), Julien ÉLIE (7), Jean-Christophe (7), Nicolas Guillaume (7), Jean-Philippe (7), Stanislas (7), Alain (7), Sebastien (7), Serge Meunier (7), Pimpin (7), Lebarque Stéphane (@slebarque) (7), Pascal Lechevallier (@PLechevallier) (7), veille innovation (@vinno47) (7), YAN THOINET (@YanThoinet) (7), Legend (6), Romain (6), Jérôme (6), Paul (6), Eric (6), Serge (6), Benoit Felten (6), Alban (6), Jacques (6), sebou (6), Cybereric (6), Poussah (6), Energo (6), Bonjour Bonjour (6), boris (6), MAS (6), canard65 (6), Richard T (6), PEAI60 (6), Free4ever (6), Guerric (6), tvtweet (6), Matthieu Dufour (@_matthieudufour) (6), Nathalie Gasnier (@ObservaEmpresa) (6), gepettot (6), Michel Nizon (@MichelNizon) (6), Guic (@ggcc) (6), EtienneL (5), DJM (5), Tristan (5), Stéphane (5), Gilles (5), Alphonse (5), apbianco (5), dePassage (5), Sans_importance (5), Aurélien (5), herve lebret (5), Jean-Denis (5), Bruno (5), NM (5), antoine (5), Nicolas Chevallier (5), Godefroy (5), jdo (5), Renaud (5), Alain Raynaud (5), mmathieum (5), Patrick Bertrand (@pck_b) (5), Jean-Renaud ROY (@jr_roy) (5), (@bvanryb) (@bvanryb) (5), Boris Defréville (@AudioSense) (5), Richard (5), cedric naux (@cnaux) (5), (@arnaud_thurudev) (@arnaud_thurudev) (5), (@PLechevallier) (@PLechevallier) (5), Pierre Mawas (@PemLT) (5), Fabrice Camurat (@fabricecamurat) (5), loïc (5), Laurent Fournier (5), Pierre Metivier (@PierreMetivier) (5), David FERRON (@innoveille) (5), hervet (5), Partech Shaker (@PartechShaker) (5), Florent (4), jean-eudes (4), cedric (4), Ploc (4), Thierry (4), Tom (4), Laurent GUERBY (4), Pierre Guillery (4), jack (4), Christophe Lauer [MS] (4), Edwin Khodabakchian (4), Fred (4), jm (4), Steph (4), Jean-Christophe Defline (4), Manuel (4), Alex (4), domotiqa.com (4), Adrien (4), Fabien Fumeron (4), Olivier Martineau (4), Franck (4), lezardbreton (4), A.M (4), Florian (4), Anne (4), Guil (4), Jean Dedieu (4), Dalai-Lama (4), businessangel (4), Christophe Faurie (4), Stan J (4), OlivierSeres (4), boris D. (4), undefined (4), JohnLeM (4), France (4), jeromewallut (4), Patrick HANNEDOUCHE (4), JN Chaintreuil (4), EDC (4), Youssef (4), Benoit Granger (4), Claude de Loupy (4), Joannes Vermorel (4), Waglioni (4), plombier paris (4), lloll (4), (@easydashboardfr) (@easydashboardfr) (4), (@entreprendre_) (@entreprendre_) (4), (@SylvainTh) (@SylvainTh) (4), Laurent Etienne (@aequoanimo) (4), OlivierAuber (4), william (4), Serge gremion (@SergeGremion) (4), Julien Bengué (@jbengue) (4), David Remaud (@DavidRemaud) (4), (@PemLT) (@PemLT) (4), Aurélia Jaeger (@aureliajaeger) (4), Hugues Sévérac (4), Jacques Froissant (@Altaide_JF) (4), Stéphane Moussie (@stephmouss) (4), Caroline Baron (@carolynebaron) (4), Hugues Severac (4), Bruno Lamouroux (@Dassoniou) (4), romu (4)

Contributions sous le pseudo Marc

24 commentaires ont été soumis sous ce pseudo et avec le même email.

Le premier commentaire date du 15 décembre 2006 et le dernier est du 31 octobre 2017.

Commentaire 24 dans Les usages de l’intelligence artificielle, le 31 octobre 2017

Merci Olivier… Ce document soulève beaucoup de points. La note de bas de page à propos de l’IAwashing (p9) est éclairante en proposant de s’intéresser au CV des équipes techniques des entreprises déclarant faire de l’IA… La guerre économique bat son plein dans ce secteur.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 23 dans Le numérique peut-il améliorer les démocraties ? – 2, le 18 octobre 2016

Très intéressant
Bravo pour cette analyse détaillée

A nous de faire émerger toutes ces idées pour que cela change bien avant 2022 ou 2027

Répondre à ce commentaire

Commentaire 22 dans IBC 2013 : chipsets, HEVC et set-top-box, le 24 septembre 2013

Bonjour,

merci pour ce compte-rendu intéressant pour un “rat de labo” qui n’a pas accès à ce salon.

Je me permet de réagir votre phrase “Je n’ai probablement pas fait tout le tour des solutions d’encodage et de décodage HEVC mais les principaux acteurs de ce marché ont été cités “.

En effet THOMSON video networks proposait également une solution d’encodage HEVC en 1080p25 (vraiment 😉 temps réel.

Sans vouloir faire de pub, notre société française de 400 personnes devrait faire partie des ” principaux acteurs de ce marché”.

Marc

Répondre à ce commentaire

Commentaire 21 dans A quoi sert 42 ?, le 1 avril 2013

Merci de cette longue réponse.

Je crois que les CPGE sont loin d’être l’unique vivier à examiner pour voir ce qui relève de la promotion sociale : j’ai formé plus de 1000 ingénieurs informaticiens, dont seuls 30% venaient de prépa. La formule qui a un succès croissant est l’école en 5 ans : les familles de bacheliers souhaitent un parcours prévisible de bac à bac+5, sans nécess

Je persiste à penser que l’objectif de X.Niel est d’explorer les nouvelles voies de la formation et à terme d’en faire quelque chose de rentable. Certains pensaient en 2002 que Google relevait du goodwill. Idem LinkedIn etc.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 20 dans A quoi sert 42 ?, le 31 mars 2013

Sur les universités, déconnectées du monde de l’entreprise et les écoles d’ingénieurs, qui forment trop peu d’informaticiens et qui seraient élitistes… :
C’est le réseau polytech, c.a.d. des écoles d’ingénieurs universitaires, qui forme le plus grande nombre d’ingénieurs diplômés chaque année.

Le paysage décrit par Niel et al. est donc un peu plus nuancé qu’il le dit.

Je pense que son objectif est le business de la formation en informatique, une sorte de MOOC en présentiel.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 19 dans A quoi sert 42 ?, le 31 mars 2013

Des promos de 1000 ? Ou même, 1000 étudiants dans l’école (des promos de 300) ? Bon, c’est ambitieux, mais je demande à voir en pratique.

Beaucoup de productions des étudiants seront du code logiciel.
Je me demande QUI va corriger, évaluer, donner du feedback, sur le code de telles promotions. Regarder et donner du feedback précis sur du code un peu foireux d’étudiant, c’est TRES ingrat. Peut-être peut-on s’en dispenser, et les élèves apprennent entre eux. En tout cas, il me semble qu’il y aura de l’enseignement top->down, puis horizontal entre étudiants, mais je doute beaucoup qu’il y ait une couverture et évaluation systématique et individuelle des étudiants par l’équipe pédagogique, pour une simple question de faisabilité matérielle. C’est cohérent avec l’absence de diplôme. Je ne dis pas pour autant qu’on n’apprend pas dans cette école correctement : je suis même convaincu que les étudiants de bonne foi peuvent bien se passer de ces évaluations. Néanmoins, c’est à savoir, dans une société qui prône la culture de l’évaluation…

Répondre à ce commentaire

Commentaire 18 dans A quoi sert 42 ?, le 31 mars 2013

merci de votre article qui anime bien le débat.

sur le point 3 : à Polytech Nantes : des promotion de 70 informaticiens (formation sur 3 ans bac+2->bac+5, pas une vague spécialisation de fin de cursus). De telles formations exisent à Rennes, dans deux endroits : INSA Rennes et ESIR. Des polytech avec informatique, il y en a aussi à Tours, Lille, Paris, Clermont, Grenoble, Nice, Montpellier, Marseille, Lyon,…

Une école comme 42 a bien des qualités, mais elle a tout intérêt (et ne se prive pas) de profiter de la méconnaissance des media et des jeunes du paysage de la formation. On affichera quelques écoles d’ingénieurs parisiennes élitistes, on donnera l’image d’une fac lamentable, et voilà, emballé le 42 !

Des études qui commencent directement après bac, par de l’informatique intensive, et pour 3 ans, ça existe, ça s’appelle DUT+Licence Pro. Des milliers d’étudiants font ça en France. Un commentaire plus bas dit que la fac est dépassée côté techno. Je comprends tout à fait que la personne concernée n’y ait pas trouvé satisfaction, mais c’est probablement L1-L2 qui lui a déplu de ce point de vue. On n’y étudie pas l’informatique spécialement, c’est un spectre très large (à raison ou à tort). Des choses pointues, on en voit, il faut faire un master pour cela.

Que ce soit en DUT, LPro, cursus ingénieur, ou master, il y a des projets logiciels par groupes d’étudiants (en quantité significative), des partenariats avec des entreprises, depuis de nombreuses années.. Ces formations ont parfois des défauts, légers ou sérieux, mais loin de la caricature qu’on en fait souvent.

Enfin, des écoles privées d’informatique ont pour caractéristique de viser les passionnés de code qui ne sont pas intéressés par les maths. Très peu (voire pas) de maths : une caractéristique remarquable de ces cursus. Pourtant, les statistiques, c’est la base du “big data” si prometteur d’emplois. Les graphes, l’algèbre, c’est fondamental pour formaliser les réseaux sociaux, les systèmes à recommandation, ….

Les formations existantes ont à réflechir, notamment pour beaucoup améliorer la formation pratique en logiciel. Mais de grâce, ne caricaturons pas les formations publiques existantes, en profitant d’une connaissance trop partielle qu’en a le public, ou ne les ignorons pas, au motif que cela desservirait les objectifs de l’école privée en question.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 17 dans La force pédagogique des startup weekends, le 23 mars 2011

Belle approche analytique, je me suis permis de citer ton article sur mon blog et te conseille la lecture décomplexée de mon article sur le swnsa…où j’ai fait abstraction de tout pour être un vrai participant http://bit.ly/h9TJUO.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 16 dans Les logiciels et contenus de la Freebox 6, le 16 décembre 2010

Il faudrait être certain que les codecs (vidéo et audio) employés par la nouvelle box soient aussi universels que prétendu. La précédente édition était -est toujours- d’un indigence proche de l’inverse de l’infini.

Le choix du scrapper (imdb ou allociné) est-il forgé dans l’airain des glaives ? ou peut-on en ajouter d’autres ? ce serait intéressant de le savoir

Ces deux interrogations non pas pour avoir un réponse exacte, mais pour répondre de manière contradictoire à la question concernant XBMC. Il peut être intéressant de conserver XBMC pour des raisons de souplesse d’utilisation, solution d’autant plus intéressante s’il était possible d’installer cet environnement sur le système déporté (HD). XBMC ou toute autre interface… Boxee par exemple (ce qui apporterait la fonction PVR à XBMC via un simlple script ou plugin). Après tout, le SDK devrait “aussi” pouvoir servir à “çà”. Le choix d’un Mediacenter relève souvent d’une pratique quasi religieuse :-D, et un sectataire XBMC (tel que moi) sera dogmatiquement attaché à son interface comme un administrateur cacochime au versement de ses jetons de présence.

my 2 cts

Marc

Répondre à ce commentaire

Commentaire 15 dans La performance réelle du capital risque, le 30 septembre 2009

Pouf, pouf, pouf, voir l’étude de la Kaufmann Foundation qui milite pour une division par 2 de l’offre de Venture Capital aux USA si cette industrie veut survivre et retrouver ses niveaux de rendements passés.

Le modèle VC est bel et bien cassé, mais plus encore en Europe me semble-t-il, qu’aux USA. Quant à la France, si on enlève la défiscalisation, il n’y a plus rien.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 14 dans Résultats de l’appel à projets Serious Gaming et Web 2.0, le 21 septembre 2009

Qu’est-ce que c’est un AAP ministériel?

1- une occasion de faire de la comm pour le(la) ministre
2- une nécessité pour les fonctionnaires du jury qui peuvent (re)justifier leur poste
3- une aubaine pour les 2/3 grosses boites à court de cash et bien connectées
4- un bon sujet pour les trolls
5- le tout avec NOTRE ARGENT, celui de nos impôts écrasants et de notre dette abyssale

Que tant d’entrepreneurs aient passé des semaines à remplir des dossiers administratifs au lieu de chercher des clients est, à mon sens, la vraie leçon de ce bazar. Tant que la France fonctionnera comme ça, nous n’irons nulle part.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 13 dans Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 3, le 16 septembre 2009

“De toute façon, il est clair que le financement des PME innovantes (leurs logiciels, services, etc) et des ETI (car plus visibles à l’international) est absolument nécessaire dans le cadre d’une véritable politique industrielle pilotée par l’Etat, et donc par le gouvernement actuel.”

Seigneur! L’état partout, pour tout et tout le temps? C’est la résurection du plan cher à Rocard.

Non. L’état a, par son interventionnisme aveugle, à peu près tué l’innovation en France. Tout du moins, le millefeuille bureaucratique ubuesque qu’on sert aux entrepreneurs n’a eu comme seul résultat que d’empêcher la croissance normale des entreprises et accessoirement de nourrir des générations de fonctionnaires et consultants.

Alors plus d’état? Ou mieux d’état comme le souhaite Olivier?

Non. C’est zéro état qu’il faut. On supprime tout ce qui existe. Cela reviendra à “périmètre constant” à un financement d’un ou 2 million d’euros par nouvelle entreprise créée. Et après basta! Si la nouvelle entreprise, confrontée à son marché, rencontre le succès, tant mieux. Sinon, à quoi bon s’acharner à maintenir en vie des canards sans tête?

Répondre à ce commentaire

Commentaire 12 dans Les temps nouveaux de la décroissance, le 5 septembre 2009

Si les Etats-Unis font un jour défaut sur leur dette publique, la première conséquence sera la disparition du fameux “risk-free rate” (taux de rendement du T-Bond) sur lequel est basé l’ensemble du système financier mondial. La deuxième sera l’effondrement “à l’Argentine” de l’économie américaine, donc celle de l’UE par dépendance.

Je préfère ne pas voir ça. Là, il n’y a pas d’incertitude sur les effets de ce genre de crise. Nous avons vécu ça dans de petits pays, c’est très moche. Alors, à l’échelle du globe…

Répondre à ce commentaire

Commentaire 11 dans Les temps nouveaux de la décroissance, le 5 septembre 2009

@christophe

Les services ne sont pas isolés de l’économie basée sur le carbone. Ils polluent tout autant.

Pour que l’économie bascule vers le “plus durable”, il faut substituer aux énergies fossiles des énergies renouvelables et recycler en permanence les matières premières. Or, nous ne savons faire ni l’un, ni l’autre avec un bilan énergétique acceptable.

La croissance dans ce cas (et oublions cette notion crétine de PIB qui a été bonne pour les années de reconstruction après-guerre mais est aujourd’hui obsolète et terriblement misguiding) vient des améliorations techniques et de l’éducation (productivité). Il n’y a plus de croissance basée sur une anticipation de richesse future, puisque l’on connait la quantité finie de richesses que l’on manipule.

Mais ça n’arrivera pas. Au lieu de coopérer, on va se faire la guerre pour les ressources naturelles jusqu’à ce qu’elles soient épuisée. Et après, rien.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 10 dans Les temps nouveaux de la décroissance, le 5 septembre 2009

La conclusion fait froid dans le dos. Si c’est le sentiment dominant exprimé lors de ce congrès, alors il faut s’attendre à une série de désastres. Personne ne voulant être responsable, et surtout pas la génération des baby-boomers qui constitue l’essentiels des personnes sur la photo ci-dessus, personne ne prendra ses responsabilités. Les choses iront comme avant, jusqu’au moment où planète et peuples n’en pourront plus.

Il y a des lucides comme Dave (http://peakwatch.typepad.com/peak_watch/2009/08/the-incredible-shrinking-boomer-economy.html), mais ils sont malheureusement totalement pessimistes.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 9 dans Les startups préférées des VCs français, le 9 juillet 2009

@olivier

Une vision plus cynique de la liste est de la considérer comme le réceptacle des portfolio companies que les VCs essayent de refiler à leurs confrères en dernier ressort avant la cessation d’activité 😉

Répondre à ce commentaire

Commentaire 8 dans Les startups préférées des VCs français, le 8 juillet 2009

@macha

Les VCs cherchent avant tout des modèles qui fonctionnent. Bernard Liautaud a investi récemment 10M€ dans Talend qui fait des logiciels open source pour entreprise, sans brevet évidemment. La question de la propriété intellectuelle est secondaire dans beaucoup de segments technologiques.

En revanche, il est très clair que sans potentiel de croissance exponentielle, pas question de compter sur le capital risque. Et il n’y a aucune raison de les blâmer pour cela. Faire +10% de CA par an n’est pas dans leur modèle économique.

Ce que je trouve moi désespérant en revanche, c’est la fixette que font les autorités en france sur la techno pure et dure sortie de labo. Soutenir les innombrables canards sans tête que cette stratégie génère nous coûte chaque années des millions d’€ qui seraient bien mieux dépensés, partie à faire un peu de marketing en amont pour voir si ces technos mirobolantes ont un marché, partie pour soutenir des projets qui ont un potentiel mais ne cherchent pas vraiment à colorer des protons en bleu. Mais allez expliquer ça à un collège d’anciens élèves d’écoles d’ingénieurs prestigieuses…

Répondre à ce commentaire

Commentaire 7 dans Enseignements du Concours 2009 des (blabla) Entreprises Innovantes, le 1 juillet 2009

@jmplanche

Un entrepreneur, ça s’éduque à coup d’échecs et de réussites. On ne naît pas entrepreneur. Mais si on ne va pas voir des clients, aucune chance de le devenir.

Les idées, c’est un peu pareil. Grosse proportion de business qui se cherchent avant de trouver le bon modèle. La breakthrough technology qui sort du labo et révolutionne le marché, je n’en ai pas vu beaucoup.

Plutôt que l’écosystème, c’est la concurrence qui fait croître les business. Les partenariats et autres émolients dissolvent la volonté de se battre.

Et oui, l’exécution est clé une fois qu’on a un vrai projet de lancement de vraie offre dans un vrai marché, pas une vague idée de piste de recherche pour laquelle on a pas pu avoir de budget au ministère.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 6 dans Enseignements du Concours 2009 des (blabla) Entreprises Innovantes, le 1 juillet 2009

@olivier et @jmplanche

Bastringue à la française. A remplacer d’urgence par un site internet:
– tu présentes ton projet (que tout le monde sache où va l’argent)
– ceux qui veulent peuvent commenter/critiquer/féliciter
– après rapide vérification de 5 critères max, tu touches une subvention non remboursable, la même pour tous
– tu es exonéré de charges sociales complètement pendant 3 ans
– tu ne peux revenir au robinet à subvention que si tu as déjà des clients

En plus, en supprimant toute la bureaucratie autour, on doit pourvoir au moins doubler le budget alloué aux subventions.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 5 dans Faut-il se méfier des FCPI ?, le 10 mars 2009

Le problème de ces cas extrêmes (moins isolés qu’il ne semble) est qu’ils viennent ternir une confiance déjà passablement entamée. Le récit est hélas plausible et le pedigree de l’auteur écarte les mauvaises suspicions. A mon sens cette alerte doit être prise avec la plus extrême attention. Les faits rapportés sont totalement inacceptables. J’ai essayé de vérifier deux ou trois points du bouquin. On nage en plein juridisme. Celui concernant les ratios d’emprise me paraît le plus douteux : la loi a effectivement fixé des seuils, l’AFIC les a confirmé dans une de ses FAQ mais les libellés des règlements de fonds ne sont pas d’une grande clarté. Il est tout à fait possible que nous nous trouvions face à des interprétations illégales. Si des juristes pouvaient nous éclairer ? Autre interrogation : les fonds sont-ils autorisés à user sans limites des apports en comptes courants ? Ces écritures permettent facilement de récupérer une majorité sans effort : en sous-capitalisant d’abord, en soutenant ensuite une faiblesse de trésorerie, on peut s’affranchir légalement des seuils, contre menace de liquidation. Quels sont, d’autre part, les textes qui régissent cette garantie OSEO ? Où les trouver ? Dans quelles conditions les fonds sont-ils autorisés à la mettre en œuvre ? L’opacité sur ces opérations est telle qu’inévitablement on voudrait saisir la mesure.
Je comprends enfin les réticences de l’auteur au grand déballage. Confessons même l’habileté. Ces révélations sont suffisamment graves pour que les medias s’en saisissent.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 4 dans Alerte : Oséo asphyxie les startups !, le 13 février 2009

Le sujet n’est pas nouveau:

http://www.ifrap.org/L-ANVAR-detruit-l-innovation,0506.html

L’ANVAR était déjà un boulet (>20% de frais de fonctionnement dans le budget, à titre de comparaison, son homologue en Israel est à moins de 1% de frais et les prêts sont obtenus dans la semaine). La fusionner avec la BDPME n’a fait que créer un nouveau millefeuille administratif destiné à héberger les serviteurs de l’état en manque de mission.

L’état peut faire l’économie de ces machins:
– au lieu de distribuer des sous, il en fait économiser via la fiscalité et les allègements de charges,
– transformer Oséo en banque privée de l’innovation, mise en concurrence avec les autres acteurs du marché des financements.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 3 dans Un Dyson de la glisse ?, le 12 mars 2008

Je leur conseille d’aller très très vite faire des focus group et des démos live un peu partout. Le cycle des inventions classique est un peu en berne dans un monde où l’image prime sur la valeur intrinsèque du produit. Leur démarche paraît trop “concours Lépine” pour réussir dans ce contexte.

Je vois également un énorme obstacle qui est que pour nous tous, depuis que nous sommes tout petits, et depuis des générations, on fait du vélo ASSIS et pas debout. Pour aller contre les habitudes acquises, il faut vraiment avoir une proposition de très grande valeur. Voyez comme il est difficile de faire comprendre aux gens que windows n’est pas la seule interface possible pour un ordinateur.

Répondre à ce commentaire

Commentaire 2 dans A la découverte d’Ubuntu, le 16 mars 2007

Il faut avouer que depuis le dernier unix-like signé Microsoft (Xenix 2.2.1)(en floppy 5,25″)(et ses étiquettes bleues)(qui a osé dire “j’étaits pas né !”), l’on peut constater quelques améliorations. Ah… si l’aventure de la “couche Posix” de NT avait pu continuer sérieusement :-)))))))

Ceci dit, je pense (sans le moindre esprit trolleur) que certains problèmes d’installation que vous avez rencontré auraient pu être évités avec un code un peu plus “debian” qu’Ubuntu. Et plus précisément avec Mepis, un presque-jumeau du Linux Sud-Africain, nettement moins bien supporté mais un poil plus orthodoxe.

Je vais tenter de monter une config semblable sur une gamelle “external Sata”… j’avoue jusqu’à présent avoir évité de tenter le diable, en installant mes linux soit sur un disque indépendant, soit au sein d’une VM. Prudence est mère de la porcelaine

Marc

Répondre à ce commentaire

Commentaire 1 dans Conférence LeWeb3 – Les startups, le 15 décembre 2006

Bonjour ,
et merci pour recapituler ces presentations.

S’agissant du Systeme KerPass qui occupe notre entreprise , il s’agit tout d’abord d’un service d’authentification forte qui est accessible depuis n’importe quelle application web. Ce service est tres simple a integrer.

Notre systeme permet de mettre en place un “Token” (sorte de smartcard logicielle) sur le telephone mobile d’un utilisateur a authentifier.

Au dela de l’authentification forte d’un utilisateur porteur d’un “Token” adhoc , notre systeme permettra prochainement la validation de transaction au moyen de signatures electroniques generees depuis le telephone et leur validation sur une grille web service depuis n’importe quelle application web.

Répondre à ce commentaire

Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Web2day Nantes Jun2018
2018
327 photos
albth
CEA Saclay Daniel Estève Jun2018
2018
23 photos
albth
French Tech Station F May2018
2018
21 photos
albth
Viva Technology May2018
2018
237 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
504 photos
albth
Prix 10000 Entrepreneurs La Tribune Apr2018
2018
1 photos
albth
AI for Good
2018
2 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sophie Viger
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive. #entrepreneuse
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire. #entrepreneuse
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League. #entrepreneuse
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.
flow
Aline Parreau
Aline est chercheuse en informatique théorique au CNRS dans le laboratoire LIRIS à Lyon. Egalement impliquée dans des actions de médiation scientifique avec MATh.en.JEANS, Maths à Modeler et la Maison des Mathématiques et de l'Informatique.
flow
Anne-Sophie Tranchet
Anne-Sophie est UX Designer dans une startup qui démocratise le livre numérique.
flow
Diana Nurbakova
Diana est doctorante au sein de l'équipe DRIM (Distribution, Recherche d'Information et Mobilité) du laboratoire LIRIS à l'INSA de Lyon qui travaille sur la thématique des systèmes de recommandation.
flow
Anne Poduvanac
Anne est directrice des partenariats et du développement de l’offre Salesforce.com chez Modis France, filiale du groupe Adecco. Elle accompagne les entreprises dans leur démarche d’innovation et activité d’extinction des incendies. Aussi Présidente de BoostInLyon, accélérateur de startups, et cofondatrice de digiClub.
flow
Wafaa Cheik Bihi
Wafaa est R&D Manager chez l’éditeur de logiciels Itris Automation et membre de l’association ScientiMix pour la promotion des métiers des sciences et techniques auprès des jeunes.
flow
Myriam Goude
Myriam est Sstartupeuse et UX Product Manager (Expérience Utilisateur Produit) chez Coffreo qui édite des solutions web de dématérialisation pour les entreprises de l'intérim et du contrat court. #entrepreneuse
flow
Stéphanie Gibert et Paola Jesson
Stéphanie et Paola sont co-fondatrices du SIdO The IoT Showroom de Lyon, le plus grand événement européen entièrement dédié à l’Intelligence des Objets et en accès libre pour tous les professionnels. #entrepreneuse

Derniers commentaires

“Bien, j'en parle dans la partie "Laboratoires de poche" ! Et suis en effet convaincu que cela va se développer, au minimum pour le suivi des maladies chroniques....”
“IA is too much marketed....”
“Les cycles longs de l’innovation au soit-disant déterminisme forcené de l'innovation…...”
Répondre
Olivier Ezratty
sur Que devient l'IA symbolique ? :
“Bonjour, je n'évoque pas le cas des agents et des systèmes multi-agents car il me semble qu'ils font partie d'une autre catégorie de solutions. On en parle très peu en effet dans l'actualité qui est ultra-dominée...”
“Bonjour, je viens de prendre connaissance de votre article, dont je partage sans réserve les observations. En revanche, vous ne mentionnez ni ne positionnez le domaine des systèmes multi-agents (SMA) dans ce...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.