Thermomètre de l’ARPU 2008

Publié le 20 décembre 2008 et mis à jour le 9 février 2009 - 3 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
   

L’année dernière, je vous avais concocté un tableau de comparaison du revenu moyen par utilisateur de sociétés de l’immatériel : éditeurs de logiciels, opérateurs télécom et de contenus et surtout, sociétés du secteur de l’Internet.

Ce petit travail d”économétrie me permet notamment de jauger les modèles économiques des startups que je peux être amené à expertiser ou coacher. Surtout au regard de leur stratégie de monétisation publicitaire ou payante.

Cette consolidation de données n’est pas évidente car peu de sociétés sont cotées en bourse et déclarent donc leur revenu. Les autres sont censées le faire – tout du moins en France – mais elles ne le font généralement pas.

Un an plus tard, j’ai mis à jour ce tableau en réactualisant les données et en quasiment doublant le nombre de sociétés présentes, que ce soit dans les médias (TF1, M6) ou dans l’Internet (surtout des entreprises cotées américaines ou anglaises). L’ARPU (Average Revenue Per User) est toujours calculé à partir du chiffre d’affaire annuel de la société ou de l’activité considérée, divisé par le nombre d’utilisateurs. Ce nombre est soit un trafic de visiteurs uniques mensuels pour les activités web, soit un nombre d’abonnés moyen pour les services payants, web ou pas.

Le thermomètre de l’ARPU 2008 complet est disponible dans un fichier PDF.

Thermometre ARPU 2008

En voici un zoom sur les sociétés dont j’ai récupéré l’ARPU :

ARPU 2008

Il faut évidemment prendre ces ARPUs avec des pincettes. Ce sont des indicateurs, pas des chiffres précis, surtout pour les sociétés en croissance. J’extrapole parfois leur revenu annuel à partir du dernier trimestre publié, je le cale à des données d’audience obtenues par des moyens divers (Comscore, Nielsen, déclaratif des sociétés) qui sont loin d’être cohérents. Donc, la marge d’erreur doit être significative. Il n’empêche que les résultats semblent corrects et pas surprenants.

Que peut-on donc observer dans le tableau ?

  • La même disparité de revenus selon les business. Evidemment, le payant rapporte plus par utilisateur, mais en général avec des volumes plus faibles. Au moins dans l’Internet. Et les chaines TV comme TF1 et M6 caracolent avec un ARPU supérieur à 100€. ARPU qu’elles doivent protéger sous les assauts de l’Internet, qui attire de plus en plus les jeunes audiences.
  • L’ajout de Wikio, startup relativement récente, dont le CEO, Pierre Chappaz a publié ses principales données économiques lors de son intervention à la conférence LeWeb. Son ARPU est très faible quoiqu’en croissance constante. Il bénéficie des fonctions de shopping du site, mais est encore limité par l’absence de revenu publicitaire significatif sur 70% de l’audience (hors France). Mais dans le meilleur des cas, je ne vois pas Wikio dépasser un ARPU de 1€, ce qui le laissera très bas dans ce hit parade, montrant la difficulté qu’il y a à vivre de la publicité avec un modèle de désintermédiation qui n’est pas le search.
  • L’ajout de Blinkx, un moteur de recherche de vidéos, qui lui aussi  a un ARPU très faible. Notamment parce que le service est principalement distribué en marque blanche.

J’ai ensuite tenté d’ajouter les comptes d’exploitation d’un maximum de sociétés. Pas facile. Notamment parce qu’il n’est pas déclaré de la même manière en France et aux USA. Là bas, les rubriques R&D, Ventes et marketing, et coûts administratifs sont bien distinctes ce qui permet d’avoir une idée des variations de business models. En France, on a juste les salaires et, encore, cela dépend !

Dans le tableau complet, la “revenue base” est un chiffre d’affaire de trimestre, semestre ou année complète dans la monnaie d’origine déclarée (€, $, £) par la société, indiqué dans la colonne “Source” et cohérente avec les colonnes suivantes qui vont avec.  Le “revenue/Y (m€)” est un revenu annuel calculé sur la dernière année glissante pour laquelle cette information est disponible. Le taux de change $/£ date un peu mais n’a pas trop bougé depuis.

Tout ceci permet pour les entreprises qui publient leur résultat de calculer leur résultat opérationnel par utilisateur (sorte d’EBITA par utilisateur) un autre indicateur de la santé de leur modèle économique. Et voici ce que cela donne :

ARPU Net 2008

On y voit que pas mal de portails gagnent très peu par utilisateur : moins de 1€ en général. Et on découvre un modèle d’intermédiation Internet qui fontionne très bien avec Expedia, bien au dessus de Google. Dommage pour Microsoft qui avait créé ce service puis l’avait revendu ! Tout comme les services de petites annonces d’immobilier (RightMove et SeLoger) également bien profitables. C’est l’avantage de business pur internet qui se financent à la commission ou avec un service payant.

Petit exercice statistique : voir s’il y a une corrélation entre cette marge et audience vraiment. Ce graphe montre qu’il n’y en a pas vraiment. A moins de 30 millions d’utilisateurs, on trouve de tout. Et dessus, on retrouve une progressivité de la marge en fonction de l’audience. Effet Google oblige.

Resultat operationnel

Au passage <pub>, je signale aux entreprises et organisations que cela pourrait intéresser que ces éléments sont l’une des composantes d’une formation d’une journée que je donne à la demande sur les modèles économiques de l’Internet </pub>.

Reste maintenant à obtenir le coût d’acquisition par utilisateur pour chacun de ces services ! Rapprocher le coût d’acquisition avec le résultat net annuel serait très indicateur de la santé d’un modèle économique ! Ce qui me donne l’occasion de faire un appel au peuple pour collecter – ou identifier les sources de – ce genre d’informations et les partager ici même !

Sur ce, il me reste à vous souhaiter d’agréables fêtes de fin d’année !

Publié le 20 décembre 2008 et mis à jour le 9 février 2009 Post de | Economie, Entrepreneuriat, Google, Internet, Logiciels, Startups | 6905 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     
    

Les 3 commentaires et tweets sur “Thermomètre de l’ARPU 2008” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Universités Eté MEDEF Aug2015
2015
266 photos
albth
Fondation Louis Vuitton Aug2015
2015
57 photos
albth
Voyages
Book
190 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
323 photos
albth
Vernissage Ecrans Oct2012
Expo
133 photos
albth
Hello Tomorrow Conference Jun2015
2015
192 photos
albth
Futur en Seine Jun2015
2015
55 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Rendez-vous ici.

CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'exposition photo des femmes du numérique. Installée depuis le 16 octobre 2012 à l'espace Soleilles Cowork de Paris, elle circule dans différentes manifestations et lieux d'exposition. Les 185 portraits initiaux de l'opération sont devenus environ 470 (en mars 2015) et la base s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Depuis septembre 2013, les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Aline Paponaud (ONprint)
Aline est CTO chez l'éditeur de logiciels ONprint. #développeuse
flow
Vassilia Ducrey (Pixid)
Vassilia est chef de projet Pilotage et Process chez Pixid et formatrice en Gestion de Projet pour le Master Luxe à l'EAC Paris.
flow
Christiane Feral-Schuhl
Christiane est avocate associée du cabinet FERAL-SCHUHL / SAINTE-MARIE, spécialisé en droit de l’informatique et des technologies. Co-présidente de la commission parlementaire de propositions et de réflexions sur le droit et les libertés à l’âge du numérique. Egalement médiatrice auprès du Centre de Médiation et d’Arbitrage de Paris et auprès de l’OMPI.
flow
Virginie Martin-Robin (Shopatthemuseum)
Virginie est fondatrice et CEO de http://www.shopatthemuseum.fr/ et aussi consultante en e-commerce et stratégie digitale. #entrepreneuse
flow
Bénédicte de Linarès (Bdl Conseil)
Bénédicte dirige BdL Conseil, une agence de communication éditoriale, spécialisée dans les secteurs du numérique, de l'innovation et de l'IT, qui s’adresse aux responsables numériques et IT des entreprises et aux sociétés et organisations de l’écosystème numérique.
flow
Louisa Mesnard (thetops)
Louisa est en charge du développement international chez la marketplace lifestyle et tendance thetops.fr et membre de plusieurs associations visant à promouvoir l'entrepreneuriat : Mash Up, Girls in Tech, Promotion 2015 Women Up - La Fusée et French Curiosity Club.
flow
Delphine Asseraf (Allianz)
Delphine est Directrice Digital chez Allianz France.
flow
Virginie Provost (LVMH) (1)
Virginie est architecte d'entreprise chez Moët Hennessy (Groupe LVMH).
flow
Helena Rodriguez (Shopedia)
Helena est CTO de Shopedia, startup en intelligence de l'image qui fournit une solution technologique permettant de détecter les vêtements de mode sur photo et de les proposer à l'achat. Elle est aussi experte au W3C où elle participe activement au groupe qui définit l'Internet des Objets.
flow
Génaelle Gault (TNS Sofres)
Guénaëlle est Chief Digital Officier pour TNS Région Europe du Sud, France & Benelux.
flow
Raphaëlle et Elise Covilette et Béatrice Gherara (Kokoroe)
Béatrice, Raphaëlle et Elise sont fondatrices de Kokoroe qui vise à révolutionner le partage de connaissances et permettre à tous les curieux et passionnés d’accéder à tout ce qu’ils ont toujours voulu savoir grâce aux professeurs de leurs rêves. #entrepreneuse
flow
Julia Vereenoghe
Julia est graphiste freelance spécialisée dans le jeu vidéo casual.
flow
Betty Bouteiller
Betty monte (en mai 2015) un studio de création et de production d'univers. L'idée est d'amener différents secteurs à se rencontrer (éditeur papier, éditeur de jeu société ou vidéo...) afin de créer des histoires transmédia.
flow
Margaux Derhy (La Petite Etoile)
Margaux accompagne les entrepreneurs du numérique avec tous les outils possibles (cours dans huit Universités et Ecoles, interventions, avec le site lebusinessplan.fr, le livre BACKPACK) pour les aider à trouver des financements et à développer leurs projets. #entrepreneuse
flow
Hélène Fourot Quillaud (IBM)
Hélène est Directrice de projet IBM, en charge du déploiement du moteur cognitif Watson pour les clients et partenaires européens d'IBM.
flow
Veromanitra Andriamandroso (Altran)
Veronamitra pilote des projets informatiques et internationaux pour le compte d'Altran.

Derniers commentaires

“Intox et prudence autour du marché des objets connectés - quelques belles vérités de @olivez #IoT...”
“Et il y a aussi les nombreuses startups qui n'arrivent pas à atteindre leurs (modestes) objectifs en crowdfunding. Mais ça me semble plutôt normal. Toutes les grandes ruptures technologiques ont attiré des entreprene...”
“Article passionnant. Remarque finale sur Intox et Hyped qui interpelle quant aux techniques marketing utilisées....”
“Dommage tu ne parle pas assez des startup qui prennent déjà le bouillon : du trop tôt ou du tout n'importe quoi, ou tout simplement qu'aucun objet ne communique ensemble et les consommateurs se retrouvent avec 2,3.. A...”
“Mince, horrible confusion ! J'ai corrigé dans le texte. Merci de l'avoir signalé....”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 


Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

Vous pouvez parcourir les articles sur toutes les éditions de LeWeb depuis 2006.
image


J'interviens sinon dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'intervention sont évoqués ici.