Guide des startups – dixième !

Publié le 28 avril 2009 - 20 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Comme Guide Accompagnement Startups Hightech France

Alors, quoi de neuf docteur dans cette version, téléchargeable ici ou en cliquant sur l’image ci-dessus ?

Il y a tout d’abord une nouveauté que j’ai bien l’entention de généraliser : l’intégration d’un texte de deux pages d’un contributeur externe, Christian Pineau de la société BoostYourStartup, basée dans la Silicon Valley, sur le modèle de « subsidiary as a service », pour la création d’une filiale aux USA par le biais d’une société de service spécialisée. Ayant lu les précédentes versions du guide, il m’avait en gros indiqué qu’il trouvait que la partie sur l’international était un peu maigre. Je lui répondu “qu’à cela ne tienne, à toi de compléter !”. Ce qu’il fait ici, et que je vous propose de copier, si vous avez un service innovant à proposer aux startups, ou plus simplement un témoignage sur votre vie d’entrepreneur.

Sinon, nous avons également un tas de choses :

  • Un encart sur les salaires des dirigeants de startups et des compléments sur les processus de recrutement.
  • Un petit point sur les business models du matériel, sachant que ce chapitre pourra être étendu par des témoignages externes.
  • Un gros encadré de deux pages sur de bonnes pratiques de leadership et de management, inspiré d’une intervention que j’ai pu faire en mars 2009 dans la conférence lemobile2.0.
  • Une mise à jour sur les programmes d’aide aux startups des industriels du secteur avec Bouygues Télécom Initiatives, Orange Partner, SFR, Nokia, nVidia, Google, Ernst & Young et Deloitte & Touche. Le tout complété par un tableau de synthèse de ces programmes.
  • La création d’un chapitre à part sur les prêts d’honneur, ainsi que sur toutes les aides d’Oséo.
  • La refonte du chapitre sur les business angels pour y intégrer notamment plus d’informations sur les fonds et holding ISF ainsi que sur les SIBA (Sociétés d’Investissements de Business Angels).
  • L’ajout d’un encadré « Faut-il se méfier des FCPI » inspiré d’un article sur le même sujet publié sur ce blog en mars 2009 et qui se focalise sur les précautions à prendre.
  • Un tableau sur les pôles de compétitivité du numérique avec quelques statistiques intéressantes montrant ceux qui sont le plus ouverts aux PME indépendantes.
  • Quelques compléments au chapitre sur le Crédit Impôt Recherche, un sujet bien débattu dans ce blog.
  • Un nouveau chapitre sur la Caisse des Dépôts, France Investissement et le Fond Stratégique d’Investissement complété d’un schéma sur l’ensemble du financement de l’innovation en France qui reprend le contenu de cet article récent.
  • La réorganisation du tableau de prestataires de services autour des startups, triés par catégorie d’activité et mis à jour avec notamment les ajouts de Lincoln Associés, BoostYourStartup, Attineo, Merioneo et Vianoveo.
  • L’ajout du tableau de bord de Paris Business Angels dans les annexes qui donne une bonne idée de l’activité d’un club de business angels.

Plus, des détails deci delà, une mise à jour contextuelle (la crise, etc) de certains textes, des corrections, des suppressions de dispositifs, organismes ou événements qui ont disparu.

Comme d’habitude, vos feedbacks et contributions sont les bienvenus :

  • Vous êtes entrepreneur et souhaitez témoignez de votre parcours, des bonnes pratiques et astuces de l’entrepreneuriat en France.
  • Vous êtes prestataire de services dans l’écosystème de l’innovation et souhaitez faire connaitre vos activités.
  • Vous êtes un acteur du secteur public national ou régional et souhaitez compléter ou corriger une information sur vos dispositifs.
  • Vous êtes investisseur privé et souhaitez aussi apporter votre témoignage sur ce que vous attendez des entrepreneurs.

N’hésitez pas à me contacter !

Prochaine version : d’ici la fin de l’été, et en fonction de l’actualité.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 28 avril 2009 Post de | Economie, Entrepreneuriat, France, Innovation, Management, Startups, Technologie | 21013 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 20 commentaires et tweets sur “Guide des startups – dixième !” :

  • [1] - Guil a écrit le 28 avril 2009 :

    Il y a quelques petites erreurs.

    Page 80 – L’Agence de l’innovation industrielle n’est pas en charge des pôles de compétitivité mais du programme ISI (Innovation Stratégique Industrielle), qui finance des projets collaboratifs (hors pôles de compétitivité), au sein d’OSEO. C’est ce qui reste de l’ancienne AII. Et à la différence des pôles de compétitivité, les projets peuvent rassembler des entreprises de différentes régions. Ce sont des avances remboursables (pour une grosse part) et des subventions (phase recherche) : les montants sont en moyennes de 5 à 8 millions d’euros par projet, pour une durée de cinq ans en général.

    En fait, c’est le FUI (Fonds Unique Interministériel) qui finance les projets de R&D collaboratifs (même zone) des pôles de compétitivités. Il est, pour l’instant, géré par la DGCIS (direction générale de la compétitivité, des l’innovation et des services) à Bercy. Ce fonds sera bientôt transféré à Oséo (d’après ce que le patron d’Oséo a indiqué il y a un an). Ce sont des subventions exclusivement destinés aux projets retenus dans le cadre des appels à projets spécifiques.

    Enfin (page 77), la baisse du budget OSEO innovation globalement est due à l’existence du FUI et à la montée en puissance du CIR (on a retiré plus de 120 millions d’euros à l’aide pour le donner au CIR, pour l’année 2009). Le financement des jeunes entreprises en Ile de France reste une priorité, mais le tarissement du budget oblige à serrer au maximum les vis et à jouer sur plusieurs types de financement…

    Reste à faire le bilan de tout cela un jour. Réunir les financements nationaux autour d’OSEO ne serait pas une mauvaise initiative pour créer de la cohérence et couvrir tous les besoins de façon plus confortable qu’actuellement. Le rescrit fiscal est aussi confié à OSEO en 2009 : on pourra bientôt lui demander si les dépenses que l’on déclare sont éligibles ou non et cela vaudra “OK” pour le fisc.

    On pourrait aussi imaginer intégrer le mécanisme du Pacte PME à OSEO, ainsi que le financement de l’amorçage (CDC).

    Comme cela on pourrait disposer d’une véritable structure de financement de A à Z, comme la Small Business Administration aux US.

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 28 avril 2009 :

    Merci Guillaume pour ces corrections. J’ai intégré les deux premières dans une “silent release” qui est à jour sur le site. Pour les évolutions du financement d’Oséo, je ne traite pas du détail faute d’informations fiables sur le sujet.

    Le bilan ? Oui, il serait utile. La Cour des Comptes s’en occupe en ce moment parait-il.

    Tout intégrer dans Oséo ? Pourquoi pas, mais pas avec la gouvernance actuelle qui fait trop la part belle à la branche “banque” de l’organisme. Et un peu de distribution créé un minimum de “tolérance aux pannes”.

  • [3] - Fabien a écrit le 28 avril 2009 :

    Je suis allé sur internet ce qui se dit de la SBA après le post de Guillaume.

    Le mécanisme de garantie des prêts est aussi très fort aux Etats-Unis d’après ce que l’on peut voir sur le site de cette agence SBA. C’est la plus grosse demande de la part des PME en général pour avoir accès aux crédits des banques, qui constitue quand même le vecteur de financement le plus basique pour l’activité des boîtes. Le financement de la R&D, c’est pour la “crème”. Et il y a l’accès à la commande publique (le nec plus ultra).

    Comment comprenez vous le fonctionnement de la SBA Olivier, car je crois que vous avez des contacts entrepreneurs aux US aussi ?

    Voici la liste des soutiens (assistance, prêts, garantie, commerce extérieur, etc) :
    http://www.sba.gov/aboutsba/sbaprograms/index.html

    Le fonctionnement du SBIR (soutien au transfert et programme de financement de la R&D des PME)
    http://www.sba.gov/aboutsba/sbaprograms/sbir/index.html

    Le programme SBIR proprement dit
    http://www.sba.gov/aboutsba/sbaprograms/sbir/sbirstir/sbir_sbir_description.html

    J’avoue ne pas bien comprendre le fonctionnement de ce système qui a priori sert un peu de modèle pour nos systèmes ici. Peut être qu’à l’avenir le soutien à l’innovation passera par la mise en place de programmes spécifiques ? Ou bien devons nous avoir un modèle propre à la France ou à l’Europe ? En Allemagne, ce sont les landers, en Espagne il y a une agence, comme au Luxembourg et en Suède…

    On s’éloigne un peu du guide pour les startups en France, mais si on pouvait faire un comparatif ce serait très interessant.

    En indiquant en conclusion de votre guide, qu’en France il y a pléthore d’aides (le tout Etat centralisateur issu du colbertisme…) : cette multitude d’aides apparentes ne cachent elles pas un manque réel de moyens ? Y a t-il davantage de soutien public ici qu’ailleurs ??? Si tout était regroupé, comme aux Etats-Unis, et si l’on comparait, peut être que l’on découvrirait que la France consacre en réalité peu de moyens à la recherche en entreprises (% de son PIB) par rapport à d’autres pays… J’ai pu lire que même au niveau de l’Europe, le montant du financement était en deça de ce qu’il devrait être (% du PIB).

    Et dernière question. Pourquoi la CDC et OSEO ne regroupent pas leurs moyens numériques pour faire se rencontrer startups et investisseurs. Je suis allé sur http://www.appuipme.fr/ (le service lancé par Novelli dernièrement) et ce nouveau site ne mentionne pas Oséo, mais uniquement CDC, France Investissement, FSI, etc.
    De son côté, Oséo à son http://www.capitalpme.oseo.fr/
    et http://investnet.capitalpme.oseo.fr/
    Il y a une présentation générale
    http://www.apce.com/cid87128/hervenovellialanceaujourdhuiledispositifappuipmeaveclacaissedesdepotsetoseo.html

    Bref, tout cela pourrait être regroupé un jour… tout en gardant les spécificités des uns et des autres ?

    Au fait : vous avez sans doute reçu votre déclaration d’impôt. Vous avez pu constater la part belle soit disant de nos impôts pour l’enseignement et la recherche. Là aussi, il faudrait définitivement séparer “enseignement” de “recherche”… pour avoir une vision réaliste des choses. Je ne suis pas certaine que la France consacre autant à la recherche, comme elle le croît.

  • [4] - Poussah a écrit le 29 avril 2009 :

    Bonjour,

    Merci pour ce travail!

    Une fois de plus je l’ai publié ici: http://fr.calameo.com/books/000000039a6dd45cee3ee

    Bonne continuation

  • [5] - startuper a écrit le 30 avril 2009 :

    Chapeau bas…

  • [6] - Olivier Ezratty a écrit le 30 avril 2009 :

    @Fabien : bien sûr qu’il y a aussi des aides aux PME aux US. Avec beaucoup de similitudes et quelques différences :

    – Le SBA apporte surtout une fiscalité intéressante pour les investisseurs dont on peut dire que nous avons maintenant à peu près l’équivalent en France.
    – Il apporte aussi des garanties de prêts bancaires pour les PME, très voisin de ce que fait Oséo Garantie. A ceci près que les banques ont titrisé ces prêts aux USA. Un peu comme avec les subprimes. Si les PME US allaient très mal, on aurait alors quelques autres Lehman sous le coude…
    – La commande publique joue un rôle plus fort dans la R&D que les aides directes à la française. Il est préférable d’avoir des clients que des aides lorsque l’on entreprend ! Mais cette commande est très orientée vers les grands groupes industriels. Il me semble que les grands labos d’université (Stanford & co) en profitent plus que les startups technologiques.
    – Dans le numérique, l’écosystème privé fonctionne bien mieux qu’en France car il a généré de nombreux succès mondiaux créateurs de richesse mécaniquement redistritbutive dans l’écosystème hightech alors que la France a plutôt généré des échecs industriels (plan calcul, Bull, Alcatel, Sagem, Thomson).

    Mais dans le concert européen, malgré tous ses travers, la France n’a finalement pas trop à rougir. OK, les anglais ont plus de business angels que nous, mais combien de startups y ont réussi à l’échelle mondiale ? Pas tant que cela…

  • [7] - herve a écrit le 1 mai 2009 :

    Je serai moi aussi intéressé par une meilleure compréhension des SBIR / SBA dont on parle souvent en Europe comme une solution au développement des start-up. Je dois noter une chose. Je me suis amusé depuis quelques semaines à analyser les entreprises sorties de Stanford ou créées par des alumni. J’en suis à 600 entreprises (mais il y en a évidemment beaucoup plus). Les SBIR n’apparaissent que très rarement et en majorité pour aider des start-up lifestyle , je parle en général d’un expert qui donner du consulting, des services. Je vois rarement les SBIR présents pour des start-ups qui ensuite sont allées chercher du capital risque. J’avais eu il y a quelques années une conversation avec un tel expert, basé à Boston qui m’avait indiqué que les SBIR avaient plutôt cette vocation en effet. Toute la question est de savoir si ces mécanismes favorisent vraiment la croissance ou la survie.

  • [8] - Guillaume a écrit le 4 mai 2009 :

    De toute façon, les fondateurs de startups ne sont interessés que par une chose : se faire racheter par un grand groupe anglosaxon pour y travailler ensuite comme salariés… Cela favorise les sorties pour les VCs et BA aussi avec de belles plus-values. Mais quid du rôle d’une aide publique ? Si elle est remboursée, ça va, si ce sont des subventions, cela ne va plus du tout… notamment si on perd l’entreprise et les emplois qui vont avec…

  • [9] - macha a écrit le 4 mai 2009 :

    J’ai lu le guide et il est pas mal foutu. Vous allez finir par le rendre payant ? Je le sens… Vous comptez lever des fonds vous aussi ?

  • [10] - Olivier Ezratty a écrit le 4 mai 2009 :

    @Guillaume : lorsqu’ils sont acquis par un groupe anglo-saxon, les fondateurs quittent souvent le groupe en question au bout d’un an et quelques, soit la durée contractuelle pour bénéficier de l’ensemble de la compensation financière du rachat. Et quand ils sont encore jeunes, pour créer une autre entreprise. Exemple archi-connu : Pierre Chappaz (Kelkoo, Wikio), mais aussi Gilles Babinet (Musiwave, suivie de 3 startups), etc. Il y a aussi des rachats par des groupes français, mais à des valos moins bonnes. Comme notre écosystème local est moins dynamique et international qu’aux USA, l’argent vient de là où il est, c’est tout simple.

    “L’argent” de la vente peut rester en France pour créer d’autres emplois … tant que les bénéficiaires ne s’expatrient pas. Autre histoire archi-racontée : Denis Payre, cofondateur de Business Objects, qui s’expatrie en Belgique car il ne peut pas payer l’ISF dont il est redevable à l’époque sur des actions qu’il ne peut pas revendre car bloquées un certain temps. Pour ne pas tomber en faillite personnelle, il s’expatrie, et créé ensuite Kiala, en Belgique…

    @Macha : non, je n’ai pas prévu de vendre ce guide. Et l’éditer en papier ne me semble pas approprié car il doit évoluer trop fréquemment. La publication Internet et ouverte reste le meilleur moyen de diffusion. Ce guide comme mes autres publications sur ce blog alimentent indirectement et très bien mon activité de conseil.

  • [11] - Fabien a écrit le 6 mai 2009 :

    Zimmern a encore frappé. Il continue de demander la suppression de Anvar, alors que cette agence a quasiment disparu déjà. OSEO étant devenue une pure banque avec des règles privées.
    http://www.ifrap-2012.org/Malgre-tous-les-budgets-de-l-Etat-la-France-loin-derriere-pour-l-innovation,1153.html
    Je suppose qu’il veut donc parler des exonérations fiscales pour la R&D (CIR) et des pôles de compétitivité (1 milliard d’euros) ? Puisqu’Anvar est supprimée mais que d’autres structures ont été créées par Nicolas Sarkozy.
    Il précise que c’est au privé de tout financer en matière d’innovation. Et si c’est trop risqué (ou non financé par le privé), c’est que le projet n’est pas viable.
    Qu’en pensez vous ?
    Il y a un ancien de l’Anvar qui vient de reprendre une boîte en Bretagne. C’est pour dire
    que le soi disant “fonctionnaires” d’Oséo Anvar n’ont pas peur d’entreprendre, même en période de crise
    http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/35/actualite/entreprise-du-mois/les-craquelins-de-st-malo-un-ancien-d-oseo-a-la-barre-01-05-2009-68489.php

  • [12] - Olivier Ezratty a écrit le 7 mai 2009 :

    Le point de vue de Zimmern manque certainement de nuance. Je me demande s’il croise souvent des startups, notamment dans le secteur du numérique, s’il connait les notions de financements non dilutifs et de valorisation, etc.

    Si on l’écoutait, on laisserait le privé financer (ou pas…) l’innovation et se débattre avec des rendements actuellement nuls du capital risque. La logique du marché ferait donc que le financement de l’innovation serait abandonné car trop risqué, et avec pas assez de retours financiers. Belle perspective, proche de la saignée des docteurs du moyen-âge.

    Zimmern pourrait creuser un peu le pourquoi du manque succès de nos startups, du déséquilibre trop fort en faveur des aides publiques à la R&D au détriment du reste qui conditionne encore plus le succès des innovations (ventes, marketing, international, écoute du marché et des besoins clients, expérimentation, etc), du rôle des grands groupes, de la culture d’innovation du pays dans son ensemble.

    S’il n’est pas déraisonnable de vouloir augmenter la part du privé dans le financement de l’innovation, il faudrait pour rendre le propos crédible proposer une véritable stratégie progressive pour y arriver…

    Il faudrait aussi benchmarquer sérieusement ce que font les autres pays européens. S’il est certain que la France est assez imaginative en dispositifs publics d’aide à l’innovation, je ne serais pas étonné qu’il y en ait aussi beaucoup ailleurs. Et n’oublions pas que l’Europe n’est pas véritablement une référence. Ce n’est pas un bon terrain de jeu pour les startups, notamment dans le numérique. Le marché intérieur est trop fragmenté, malgré l’espace économique européen et l’Euro. La monnaie ne suffit pas à homogénéiser les marchés !

  • [13] - Jean a écrit le 12 mai 2009 :

    J’ai trouvé un peu par hasard sur la toile, une évaluation de l’action de l’Anvar dans les années 90, réalisée par un cabinet indépendant (Technopolis), qui a aussi audité d’autres structures de soutien à l’innovation dans le monde. Cela peut vous être utile pour vos recherches futures sur le sujet… Le rapport démontre que l’aide directe par rapport au CIR est surtout très utile aux créations d’entreprise (et moins pour les entreprises plus matures, bien que ces entreprises soient interessantes car remboursant mieux). Tout y est très bien expliqué. Et en outre, il indique que le système français était déjà très en avance par rapport à d’autres.
    Donc, des enquêtes il y en a déjà eu. Attendons les prochaines.
    Voici le rapport Technopolis :
    http://www.technopolis-group.com/resources/downloads/reports/259_rapport.pdf

  • [14] - Olivier Ezratty a écrit le 14 mai 2009 :

    Intéressant quoiqu’un peu ancien, ce rapport datant de 2001 et de l’époque où l’ANVAR prenait même des participations dans les sociétés, pratique arrêtée depuis. L’étude repose sur du déclaratif courrier+téléphone des startups interrogées donc la méthodologie est sujette à caution. Si on vous prête de l’argent et que l’on vous demande ensuite si cela vous a aidé, vous répondez généralement positivement…

    Que des aides de l’Etat aient aidé ces entreprises à créer leur produit et que l’apport de fonds propres leur ait permis de se développer, cela tombe sous le sens. Surtout si le processus d’obtention n’était pas trop lourd. Et on sait que l’efficacité du dispositif dépend de la qualité des équipes qui le gèrent.

    Oui, la France est en “avance” dans la diversité de ses aides à l’innovation. Presque trop tant il y en a. Et le rapport point du doigt le fait qu’à cette époque, il n’y avait pas d’accentuation mise sur la partie commercialisation. Et c’est loin de s’être amélioré depuis dans l’ensemble du dispositif public d’accompagnement de l’innovation. Notamment du fait du CIR qui en fait complètement abstraction et consomme près des deux tiers du budget de l’Etat consacré à l’innovation.

  • [15] - boris a écrit le 14 mai 2009 :

    Bonjour,
    une question que les entrepreneurs salariés peuvent se poser et qui peut utile de mentionner dans votre (excellent) document :
    quid des ASSEDIC pour les dirigeants+-actionnaires- salariés en cas d’échec (dépôt de bilan) de la boite?
    Même régime qu’un employé?

  • [16] - macha a écrit le 15 mai 2009 :

    Pour que les aides puissent s’intéresser à la phase commerciale, il faudrait que Bruxelles arrête de tout régenter en vérifiant sans arrêt si oui ou non il y a distorsion de concurrence, chaque fois que l’on veut aller un peu plus loin dans le soutien. Il est clair que le régime de l’aide en France dépend du bon vouloir des directives européennes. C’est un peu dommage. Ce foutu traité de Lisbonne n’a rien arrangé en mettant en avant la sainte loi de la libre concurrence. On l’avait déjà compris, mais nos responsables politiques ont voté pour… Il ne faudra pas s’étonner si les préoccupations des citoyens désormais se déplacent un peu, en remettant en cause quasiment le mode de fonctionnement de l’entreprise, avec l’emprise de l’actionnariat sur le salariat.
    Et il y a aussi le statut de l’auto-entrepreneur qui est paraît il une réussite. Quelle conséquence sur le tissu des entreprises nouvelles ? Il semble que cela créé une concurrence entre entrepreneurs : ceux qui paient des charges, ceux qui n’en paient. Le droit au chômage ensuite aussi. L’auto-entreprise vaut pour les métiers de consultant. Mais sans doute que de jeunes chercheurs ou diplômés se lancent aussi pour créer des pré-startups avec ça…

  • [17] - Olivier Ezratty a écrit le 16 mai 2009 :

    @Boris : je ne sais pas trop. Un lecteur aurait-il la réponse ?

  • [18] - Égide a écrit le 25 mai 2009 :

    Le chômage est un système assuranciel. Pour y avoir droit, il faut avoir cotisé pendant une durée minimale.
    Qu’importe si on est actionnaire ou dirigeant, tant qu’on est salarié et qu’on a cotisé assez longtemps, on peut avoir droit aux indemnités de l’assedic.

  • [19] - fabien a écrit le 10 septembre 2009 :

    Olivier, si vous avez l’intention de mettre à jour votre “guide de l’entrepreneur” comme vous l’indiquez sur Twitter, je vous suggère fortement d’expliquer aux créateurs de bien s’insérer dans leur éco-système : pôles, incubateurs, région/ville, Etat, banques, réseaux associatifs. Aujourd’hui, tous ses acteurs travaillent main dans la main pour se partager les efforts de façon ciblée. Pour ce qui est d’Oséo, cet organisme continue de bien correspondre aux attentes des entrepreneurs, car son mode d’accès et de fonctionnement finit par être moins compliqué que les autres, et les délais de financement sont plus courts que les appels à projets et autres concours en tout genre… Demandez autour de vous. Vous constaterez… Et surtout faites en sorte que les grands esprits en débat chez NKM sur le grand emprunt ne considèrent pas les PME que comme seuls intégrateurs des innovations numériques ; elles sont aussi “conceptrices” de ces innovations et elles ont besoin de financement pour les mener. Le grand emprunt ne doit pas être englouti dans les seules infrastructures en fibre optique… Hervé Novelli n’est pas le meilleur représentant des PME innovantes ; il ne parle que des charges sociales, de son système d’autoentreprise… Son discours est un peu “vieillot”. Estrosi est noyé par les problèmes de plans sociaux de l’industrie. Pécresse ne pense qu’aux régionales en Ile de France et aux laboratoires. NKM n’est pas bien positionnée et tente de tirer la couverture à elle au détriment de plein de choses…

    • [19.1] - Olivier Ezratty a répondu le 10 septembre 2009 :

      OK, je note. Surtout la notion “d’écosystème local”. En tout cas, il faut se faire aider, c’est sûr, pour éviter une déperdition d’énergie. Les incubateurs sont un bon point de départ.

      Pour les plans du gouvernement sur l’emprunt, après avoir assisté au séminaire organisé aujourd’hui (jeudi 10 septembre 2009), on peut dire qu’il n’y aura pas que du haut débit dans l’emprunt. Mon CR arrivera d’ici la fin du week-end…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.