Transparence sur le revenu des startups

Publié le 10 juin 2008 - 11 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Dans différentes enquêtes sur l’innovation que j’ai pu lancer (voir le Thermomètre de l’ARPU) ou que j’ai suggéré à mes étudiants à Centrale Paris, il est souvent nécessaire de consolider les grandes données économiques sur des startups. De quelles données parle-t-on ? Essentiellement, du chiffre d’affaire au minimum. Ensuite, des effectifs, de la marge nette, et pour les acteurs de l’Internet, de leur trafic – de préférence en visiteurs uniques par mois.

Pourquoi en a-t-on besoin ? Pour étudier la démographie des startups, leur évolution et estimer lesquelles d’entre elles atteignent la taille critique, pourquoi et comment. C’est d’ailleurs le thème d’une table ronde que j’anime le jeudi 12 juin prochain pour l’association Cyber-Elles et l’Echangeur-PME à Paris. L’objet est précisément “Comment passer le cap” et devenir une vraie PME.

Mais pour la plupart des startups, celles qui ne sont pas cotées en bourse, ces informations ne sont pas disponibles. Elles sont le plus souvent ou fausses – car les entrepreneurs mentent pour présenter une image plus positive de leur situation que la réalité – ou inexistantes, pour se cacher vis à vis de la concurrence, ou pour ne pas avoir à mentir. C’est une pratique acceptée dans l’industrie et elle n’est visiblement pas spécifique à la France. Cela aboutit parfois à des situations ubuesques avec des startups (Internet) qui sont devenues les chéries des médias avec un patron omniprésent dans la presse, présentées comme des “success stories” mais dont la réalité économique est bien sombre et cachée et que la trésorerie s’approche du fond !

Heureusement, je suis tombé un jour sur une exception. Dans les rencontres X-Ange, du nom de cet investisseur en capital risque qui rassemble ses partenaires en mars de chaque année. Pendant les présentations ainsi que dans une “Lettre” distribuée aux invités, et normalement téléchargeable sur leur site web (mais le lien semble cassé…), on y trouve le chiffre d’affaire de nombre de startups de leur portefeuille. Quelle aubaine ! En voici un extrait :

  • Altaven, éditeur de logiciels financiers, 2,5m€ en 2007
  • Delamaison.fr, site de ecommerce pour la décoration de la maison, 6m€ prévus sur 2008
  • VoluBill, logiciel de facturation et d’analyse de flux de données, 8,3m€ en 2007
  • Assima, logiciel de formation, 11,7m€ en 2007
  • notrefamille.com, portail dédié à la famille (avec notamment, une fonction de généalogie), 9,7m€ en 2007. Mais l’entreprise a été introduite en bourse.
  • Harvest, logiciel financier de simulation patrimoniale et fiscale, 11,3m€ en 2007.
  • SideTrade, logiciels financiers, 7,3m€ en 2007
  • A2iA, logiciels de reconnaissance et d’extraction de données, 8,2m€ en 2007
  • Sefas, logiciels d’éditique, 9,3m€ en 2007
  • Nexway, solution de téléchargement de logiciels, 18m€ en 2007
  • Fimasys, logiciels financiers pour le crédit à la consommation, 11,4m€ en 2007
  • Sinequa, moteur de recherche pour entreprise (un concurrent d’Exalead), 3,8m€ en 2007.
  • Kxen, logiciel de datamining, $10,5m en 2007.

Pourquoi donc cette transparence ? Tout d’abord par ce que ces startups ont un revenu. Tout simplement. Ensuite, parce qu’elles sont en général dans le monde de l’entreprise et que leur modèle économique ne repose pas sur la création d’une audience suivie en différé de la mise en place d’un modèle publicitaire ou assimilé (affiliation, commissionnement). En gros, l’équation est la suivante : “éditeur de logiciel d’entreprise de quelques années d’existence = transparence” et “acteur de l’Internet non coté = pas de transparence”. Dans le cas des startups Internet vivant de la publicité, on peut éventuellement consulter les données de trafic dans les panels Nielsen et en déduire vaguement un revenu publicitaire. Pour les startups de commerce électronique, il est par contre très difficile d’extrapoler leur revenu à partir de données publiques.

Pour ce qui est des éditeurs de logiciels du portefeuille de X-Ange, leur taille est significative et devrait les faire rentrer toutes dans le top 100 des éditeurs français. Pourtant, elles n’apparaissent pas dans le Top 100 de Truffle Venture. Où est le lézard ? Ils n’ont simplement pas envoyé leur dossier…

De votre côté, connaissez vous d’autres investisseurs institutionnels qui publient ainsi le chiffre d’affaire des startups de leur porte-feuille ou dont les startups le publient ?

Cela permettrait de mieux connaitre le monde des startups de notre pays… et d’identifier celles qui sont devenues de véritables PME – sans avoir atteint la sortie industrielle ou introduction en bourse – et d’en tirer parti pour aider les autres.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 10 juin 2008 Post de | Economie, Entrepreneuriat, Internet, Logiciels, Startups | 16550 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 11 commentaires et tweets sur “Transparence sur le revenu des startups” :

  • [1] - Nicolas a écrit le 10 juin 2008 :

    personnellement, je regarde societe.com pour me faire une idée sur le CA des entreprises de mon secteur… les plus belles ne sont pas toujours celles dont on entend parler…

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 10 juin 2008 :

    Bonjour Nicolas,

    societe.com est bien, mais cela ne te donnera pas le CA des boites qui ne le déclarent pas car elles ne sont pas obligées de le faire !!!

  • [3] - Phyrezo a écrit le 11 juin 2008 :

    “De la transparence dans le private equity ! ” Une chimère ?

    Bien sur dans toute la chaine de l’investissement, personne n’est très intéressé par donner des chiffres exacts. Que se soit les sociétés, qui cultive le secret, ou les fonds et fonds de fonds, qui distribue l’information avec parcimonie.

    L’investisseur final n’a donc qu’une vue partielle de son investissement.

    Cependant cette pratique nuit à l’industrie elle-même. En effet le Private Equity donnerait beaucoup d’argent pour avoir de vrai benchmark des secteurs dans lesquelles il pourrait situé leur propres investissement, et l’investisseur serait plus a même à investir s’il était informé de l’impact de son investissement.

    Peut-être que les fonds qui vont imposer des pratiques de transparence au secteur, sont ces fonds social ou de dévellopement durable, en plein boom actuellement, et qui ont ont un intérêt certain à jouer la transparence.

    Je salue quand même l’acte de transparence de X-Ange, je suppose néanmoins que les informations divulgées étaient sélectionnées.

    Cordialement

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 11 juin 2008 :

    Elles étaient sélectionnées oui, car le CA n’était pas fourni pour certaines sociétés dans lesquelles les investissements étaient récents. Mais dans l’ensemble, c’est pas mal. Et cela témoigne peut-être de la bonne santé du fond et de la qualité de leurs sélections. Encore que je ne sois pas suffisamment bien informé pour me prononcer de ce point de vue là.

  • [5] - herve a écrit le 12 juin 2008 :

    Je suis moi aussi très sensible au sujet et à un sujet connexe, l’actionnariat d’une entreprise. J’ai beaucoup cherché des données et il n’existe rien de systématique pour les sociétés non cotées. Societe.com est même assez exceptionnelle, car on y trouve tout de même de nombreux bilans.

    Olivier quand vous dites que certaines sociétés ne sont pas obligées de publier leurs chiffres est-ce une certitude? Il me semblait que dans pas mal de pays, l’audit annuel était obligatoire et à fournir à l’administration pour la fiscalité et en général disponibles moyennant paiement.

    Ainsi, je me suis amusé à suivre l’histoire de Kelkoo et contre environ €50, j’ai bâti l’évolution de l’actionnariat de la société (voir
    http://www.startup-book.com/2008/05/06/cap-table-kelkoo/)

    Par contre quand j’ai voulu faire le même exercice pour Skype (Luxembourg) ou mysql (Suède) ce fut la galère.

    Je ne crois pas que le problème soit software contre Internet mais vraiment côté contre non-côté. J’ai par exemple retrouvé tout l’historique de Intel ou Microsoft ou de dot.com côtées et plus récentes. Mais si la société est privée, il semble qu’ils aient droit de rester très pudiques…

  • [6] - Olivier Ezratty a écrit le 12 juin 2008 :

    Oui, le côté vs non côté est le premier biais qui explique la transparence ou pas des comptes.

    Mais de manière non régulatoire, l’Internet a un impact. Les logiciels ne sont pas concernés. Ce sont les startups Internet qui vivent de la publicité qui en général ne sont pas transparentes. En effet, elles peuvent passer pas mal à de temps à générer une audience avant d’acquérir la capacité de la monétiser. Elles communiquent donc volontiers sur l’audience car celle-ci est auditable (Alexa, Compete, Nielsen). Mais pas sur leur CA, trop modeste quand ce n’est pas inexistant pendant longtemps.

    Pour ce qui est de l’obligation de publier des comptes pour les sociétés non cotées, aucune idée. Et si publication il y a, il y a-t-il aussi “publicité” ? Ou est-ce juste destiné aux SIE (Services d’Imposition des Entreprises) ?

  • [7] - herve lebret a écrit le 15 juin 2008 :

    Je viens de passer 15 minutes sur societe.com et toutes les societes dont tu as mentionne les chiffres 2007 y fournissent l’historique de leurs bilans et CA en 2006 et avant jusque leur date de creation. Les chiffres 2007 n’y sont pas (encore). Et les societes du style netvibes y sont aussi. Tu as raison, il ne s’agit pas de publicite, mais bien d’obligation legale, il faut donc aller chercher les chiffres. Ce qui est utile mais pas toujours connu.

    Autre question que je me pose: je ne suis pas sur que les USA soient aussi transparents. Avions nous acces aux chiffres de Google en 2001, 2002, 2003, auquel cas nous aurions peut etre ete plus sensibles a ce qui etait en train de se passer…

  • [8] - Raoul a écrit le 7 juillet 2008 :

    Il est obligatoire en France de publier ses comptes pour les SARL et SA.
    Cela dit dans la pratique de nombreux dirigeants choisissent de ne pas les publier. Les amendes ne sont pas dissuasives car rares et peu élevées.

  • [9] - Olivier Ezratty a écrit le 7 juillet 2008 :

    Oui et c’est pour cette raison que les informations ne sont disponibles que pour les sociétés cotées : elles ne peuvent pas du tout se soustraire à l’obligation de publication de leurs résultats. Il y a matière à assainir un peu tout cela!

  • [10] - Pierre Jol a écrit le 7 mars 2009 :

    Mais les bilans sont disponibles pour tous les investisseurs et financeurs qui le demandent. Les entreprises peuvent être obligées de fournir ces bilans avec l’aide d’un expert comptable certifié. Quand on souhaite obtenir des chiffres on peut en avoir (lorsque l’on finance soit même l’entreprise). Les startups internet dépensent largement plus qu’elles ne gagnent. Faut il pour autant bannir ces entreprises ? Ces entreprises sont des cas vraiment à part. Elles devraient être adossées à des entreprises qui par ailleurs font des résultats. Comment apprécier une startup internet : sur son compte de résultat ou sur sa valeur intrinsèque ? C’est le genre de boîte à mentors et business angels qui veulent financer pour voir… Mais pour un investisseurs institutionnel ou une banque, ce n’est pas une entreprise facile.

  • [11] - Olivier Ezratty a écrit le 7 mars 2009 :

    Je parlais surtout de transparence pour une étude externe du marché des startups, pour mener des analyses macro-économiques, etc.

    Bien entendu, un investisseur aura accès aux données économiques d’une startup…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.