Quelques dessous du e-G8

Publié le 27 mai 2011 et mis à jour le 12 novembre 2014 - 15 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Le e-G8 s’est terminé mercredi 25 mai 2011 après deux journées de conférences introduites par Nicolas Sarkozy et conclues par Mark Zuckerberg de Facebook.

J’ai participé au premier jour de la conférence et y ai notamment fait un Nicolas Sarkozy @ eG8 (8)

Ce discours du Président était le résultat de la contribution de divers membres de son cabinet, présents dans la salle, dont Henri Gaino (pour le début sur la contribution historique de l’Internet), Camille Pascal (conseiller audiovisuel, probablement pour la partie concernant la propriété intellectuelle), Jean-David Levitte (cellule diplomatique et Sherpa pour le G8 et le G20), Franck Louvrier (communication) et Nicolas Princen (ce dernier étant en charge de l’Internet et probablement à l’origine de la partie sur les libertés). Une part importante de cette intervention était consacrée aux Alec J Ross (US State Department)

Un track record qui n’inspire pas confiance

Le discours du Président portait sur les principes généraux. Mais les principes se valident par les actes. Pour nous rassurer sur le respect des libertés fondamentales, nos gouvernements doivent donner des gages de bonne conduite dans leur attitude. Malheureusement, le “track record” français est plutôt déplorable.

Nous avons besoin de symboles plus forts d’une volonté de respect des libertés fondamentales – si tant est qu’elle existe. Elle pourrait prendre la forme de l’inscription de l’accès à Internet comme un droit fondamental. Ce serait une avancée et elle a été suggérée par certains participants américains du eG8. Mais le gouvernement français fait la sourde oreille. Il faudrait pour cela évidemment revenir en arrière sur la fameuse coupure de la liaison Internet de l’HADOPI.

De surcroit, quelques maladresses ont été commises pour ce eG8 qui ont une charge symbolique plutôt forte :

  • Le refus de traiter du sujet fondamental des libertés et de la démocratie dans les tables rondes, comme proposé initialement par Bernard Kouchner lorsqu’il était encore aux Affaires Etrangères. Résultat, aucun cyberdissident d’invité aussi bien comme intervenant que comme participant. Nos gouvernements les aiment dans les autres pays (Tunisie, Egypte, Libye, Iran), et pas trop chez eux. Jérémie Zimmerman de la Quadrature du Net assistait bien au e-G8 (ci-dessous, interviewé par une chaine TV allemande) mais en était presque gêné d’être présent à la conférence. On leur a préféré une majorité d’intervenants de l’Internet marchand tels que le fondateur de Groupon qui ne représente pas ce qu’il y a de plus glorieux sur Internet. Tout ceci rappelle l’absence d’intégration de la “société civile de l’Internet” dans la composition autant de l’HADOPI que du CNN. La Quadrature du Net a organisé avec d’autres intervenants comme Larry Lessig une conférence de presse improvisée pour Jeremie Zimmerman (Quadrature du Net) (1)

    • L’implication trop visible du secteur privé et marchand avec ces sponsors généreux autofinançant l’événement et obtenant ainsi du même coup un ou deux slots dans les tables rondes avec des intervenants de pertinence pas toujours évidente. C’est un peu dans la lignée d’annonces récentes de membres du gouvernement : celle de l’étude de Tables rondes (12)

      • Une curieuse pratique et un symbole en apparence anodin mais mal placé : la première personne à monter sur scène pour l’intervention de Nicolas Sarkozy était son aide de camp militaire avec une mallette comportant… le texte de son discours. C’est lui qui le plaçait sur le pupitre d’intervention du président et l’en enlevait. C’est parait-il une tradition mais cela aurait très bien pu être un civil ! Voilà comment un signal faible peut tout gâcher à moins que cela ne soit volontaire. On ne sait jamais trop ! On se rappelle alors que seuls les gens ou les organisations peuvent être dangereux, dans le monde réel comme dans le virtuel. Et les gouvernements en font partie comme les citoyens ! Même si je trouve toujours quelque peu exagérées ces assimilations de la volonté de régulation à une “censure de l’Internet”.

      Aide de camp de Nicolas Sarkozy (2)

      Bref, tout cela ne contribue pas à Xavier Niel (Free) (2)

      • Comment pouvait-on être invité à cette manifestation ? Il y a ceux qui le sont automatiquement (pas pour ce qui me concerne) et ceux qui le sont en le demandant. Dans un grand nombre de cas, par ses connaissances à l’Elysée ou au Ministère de l’Industrie et du Numérique, via les sponsors ou via différents réseaux et organisations liés aux précédents. Au premier rang lors du discours de Nicolas Sarkozy se trouvait le Prince Al Waleed

        • Le e-G8 était financé par treize sponsors privés. Deux à 500K€ (Vivendi et Orange), cinq à 250K€ (Microsoft, Google, etc) et cinq à 100K€. Le total faisant 2,75m€, complétés par l’organisateur  Publicis pour faire 3m€ au total. Il n’y a pas eu de procédure d’appel d’offre de l’Elysée car le secteur privé a tout financé sans dépenses de l’Etat apparentes (il y en a toujours d’indirectes comme la mobilisation des forces de sécurité ou la “location” des Tuileries).  Vu le cours délai de l’organisation de l’événement (moins de deux mois), un appel d’offre était de toutes manières inenvisageable. Le choix de Publicis comme organisateur n’est bien entendu pas anodin car les retombées pour cette grande agence de communication peuvent être nombreuses. Dix des douze sponsors avaient un intervenant dans les tables rondes. Tout ce lobbying de grosses entreprises privées fait un peu désordre. Il devient presque trop public même s’il est bien connu des parties prenantes de ces débats. Maurice Levy a sollicité directement un grand nombre des intervenants pour les faire venir. Certains ont du bousculer sérieusement leur agenda pour ce faire. Mais ils doutent de la pérennité d’une telle manifestation qui aurait pu être reprise par les pays assurant à tour de rôle la présidence du G8.

         Logos (3)

        • Il n’y avait pas ou peu d’intervenants de moins de 40 ans à l’exception notable de Mark Zuckerberg le second jour, Sheryl Sandberg (Facebook) (2)

          • Dans la forme, les débats étaient ce qu’il y a de plus en plus convenu. Un modérateur et une demi douzaine d’intervenants pendant une heure. Résultat: des débats assez superficiels sauf lorsque cela a concerné la propriété intellectuelle. Petite innovation de détail cependant : les noms des intervenants écrits proprement sur le côté des fauteuils. Pratique lorsque l’on prend des photos ! Il y avait tout de même des questions de la salle. Mais cela n’allait tout de même pas jusqu’à avoir un mur “Balloon” pour suivre le flux Twitter de la conférence.
          • D’où des interventions des plus classiques comme celles de Stéphane Richard (Orange) sur le besoin de financement des infrastructures par ceux qui en profitent, de Eric Schmidt (Google) pour qui l’Internet va plus vite que les gouvernements, et de Frédéric Mitterrand qui rappelle qu’il faut valoriser la propriété intellectuelle. Il y avait aussi cette présentation un peu terne de McKinsey sur l’impact économique de l’Internet qui reprenait à l’échelle mondiale Ruppert et Wendy Murdoc

            • La “worst practice” de Pascal Nègre (Universal Music) qui lit un texte pour répondre à côté à une question dans la table ronde sur la propriété intellectuelle. Cela ne l’a pas grandi, c’est le moins que l’on puisse dire.
            • Le booklet distribué aux participants comprenait l’agenda de l’événement et une photo pleine page de chaque intervenant, Nicolas Sarkozy en premier. Il y avait aussi un CD audio de Jessie J, offert par Universal Music (groupe Vivendi, un des sponsors). Un bien curieux message de modernité. On aurait préféré un abonnement gratuit à un service de musique ou de vidéo en ligne ou … une tablette ! Divers (28)

              • Le très bon coup de Mike Butcher de Techcrunch Europe qui a créé un petit happening en haranguant les gens dans la tente des sponsors pour faire pitcher des entrepreneurs dans le plus pur style “Hyde Park” (ci-dessous). Normal : il est anglais ! Bien vu en tout cas au vu de l’absence d’entrepreneurs de startups dans les tables rondes.

              Mike Butcher (Techcrunch Europe) (5)

              • Les différences avec LeWeb ? Gratuit (eG8) vs payant (LeWeb), sur invitation (eG8) vs sur inscription ouverte(LeWeb), plus de politiques (eG8) et plus d’entrepreneurs (LeWeb), plus de discussions sur les nouveaux usages de l’Internet et sur les modèles économiques (LeWeb), plus d’interactivité (LeWeb), concours de startups (LeWeb) et une audience semble-t-il un peu plus internationale (LeWeb). Voilà, bref, ce n’est pas pareil !
              • Nicolas Sarkozy a annoncé à l’issue du G8 que ce e-G8 serait reconduit dans les autres pays assurant la présidence du G8. Il est facile de tenir une promesse que d’autres devront assurer. On verra bien…

              J’en ai terminé pour l’instant. On peut passer à autre chose maintenant !

              RRR

               
              S
              S
              S
              S
              S
              S
              S
              img
              img
              img

              Publié le 27 mai 2011 et mis à jour le 12 novembre 2014 Post de | Communication, France, Google, Internet, LeWeb, Politique, USA | 26778 lectures

              PDF Afficher une version imprimable de cet article     

              Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


               

              RRR

               
              S
              S
              S
              S
              S
              S
              S
              img
              img
              img

Les 15 commentaires et tweets sur “Quelques dessous du e-G8” :

  • [1] - EPorteneuve a écrit le 27 mai 2011 :

    Bonjour,

    Les titres de ces très belles photos dévoilent un faussé de méconnaissances – certaines photos ne sont pas anonymes – cela fait 13 ans que l’ICANN est là.

    Il y a 13 ans on prêchait dans le désert en France, personne ne voulait entendre. Plus tard LeWeb. Mais entre temps le monde va de l’avant – le eG8 à Paris c’est en quelque sorte une séance de rattrapage pour les français!

    « Nicolas Sarkozy a annoncé à l’issue du G8 que ce e-G8 serait recon­duit dans les autres pays assurant la présidence du G8. Il est facile de tenir une pro­messe que d’autres devront assu­rer. On verra bien… »

    Le monde ne le verra pas bien – les 192 pays du monde sont des invités permanents du GAC de l’ICANN, et cela depuis l’origine. Sur cela il faudrait mieux conseiller notre président Sarkozy – il vient de faire un exploit extraordinaire, il a remis les français à niveau, c’est très bien. Mais l’Internet est sans frontières, et nous, les internautes, avons déjà une glèbe de connaissances fantastique en Europe.

    A noter que les réunions ICANN – 3 par an – sont organisés à tour de rôle sur différents continents, différents pays. Ces réunions ne sont pas payantes, et libres à tous (mais il faut se déplacer). Au sein de l’ICANN il y a un GAC – Governmental Advisory Committee, et là visiblement, il serait temps que ces gens communiquent avec leurs présidents, de G8, G20 ou G192.

    Bien amicalement,
    Elisabeth Porteneuve
    La première secrétaire du DNSO de l’ICANN
    https://community.icann.org/display/tap/2004-03-06+-+Thanks+to+Elisabeth+Porteneuve

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2011 :

      Merci pour le commentaire.

      Mais je ne comprends pas le “certaines photos ne sont pas anonymes”. Cela veut dire quoi exactement ?

      Sinon, quel est le rôle exact du Department of Commerce US vis-à-vis de l’ICANN?

      • [1.1.1] - EPorteneuve a répondu le 27 mai 2011 :

        Re: anonymes
        Vous avez laissé certaines photos des gens bien connus sans indiquer les noms.

        Re: DoC
        “rôle exact”? Je ne suis pas en position de parler au nom du DoC.

        De pratique, je peux dire qu’il est aussi neutre que possible.

        La page des positions de principe est en 4 points bien compréhensibles
        http://www.ntia.doc.gov/ntiahome/domainname/USDNSprinciples_06302005.htm
        Ajoutons à cela que le GAC est devenu le porte parole des gouvernements, y compris celui d’US. Et que l’une des exigences de l’ICANN est de faire dialoguer les représentants des gouvernements avec les autres, industriels et société civile, sur les sujets qui fâchent.

        Les procédures de prises de décision de l’ICANN ont été élaborées collectivement de manière à rendre obligatoire et publique toute consultation concernant un sujet de politique, cela est long et fastidieux, et implique une participation large. Autant dire il y a toujours une opportunité de crier holà, personne ne se gène de le faire, en premier nos amis américains, très à l’aise dans le fonctionnement démocratique, First Amendment, et les lois auxquels est soumis aussi le gouvernement.

        A mon tour, j’ai une question: imaginez vous l’ICANN établi légalement dans un autre pays? Si oui, lequel et pourquoi?

        Bien amicalement.

        • [1.1.1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2011 :

          Désolé de ne pas reconnaître tous les grands de ce monde de l’Internet. Heureusement que certains ajoutent en commentaires les noms sur les photos dans Darqroom… 🙂

          Pour le lieu de l’ICANN, les USA ne sont pas un mauvais endroit. C’est la tutelle du DoC qui créé un certain doute !

    • [1.2] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2011 :

      Au passage, je trouve que l’on y va un peu fort sur le retard de “la France” sur Internet. Ce n’est pas parce qu’une partie de sa classe de dirigeante est en retard et qu’elle fait voter des lois rétrogrades comme HADOPI ou LOPSSI 2 que le pays est en retard sur Internet. On a une bonne pénétration des usages dans le grand public tout comme de l’ADSL, le premier marché de l’IPTV, pas si mal placés dans l’administration électronique, le second marché des startups et du capital risque en Europe, etc. On est par contre en retard dans le commerce en ligne au niveau des PME. Bref, la situation est contrastée…

  • [2] - leafar a écrit le 27 mai 2011 :

    Merci pour le résumé.
    J’ai juste une question et ce que cela valait le coup ?
    D’y être ? De créer l’évènement ?

    Et as usual, bravo olivier pour les photos

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2011 :

      Est-ce que cela valait le coup d’y être. Oui pour les gens à y rencontrer, moins que pour les débats. Cela manquait de “TED Moments” comme on en trouve à LeWeb.

  • [3] - Michel Nizon a écrit le 27 mai 2011 :

    “Le comble avec Rup­pert Mur­doch (News Corp, ci-dessous) qui parle d’éducation alors qu’une grande par­tie de son busi­ness consiste à vider le cer­veau de téléspectateurs. ”

    Peut être ne pas caricaturer trop rapidement le groupe Newscorp de Rubbert Murdoch, propriétaire également d’un des plus grand éditeurs au monde (1,2 milliards de dollars de CA): Harper Collins qui “remplit aussi le cerveau” de ses millions de lecteurs et qui investit de manière assez importante depuis fin 2010 (360 millions de dollars notamment dans une entreprise à NY) dans le secteur de l’Education, ce qui le rend quand même légitime pour en parler…

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 27 mai 2011 :

      Oui, c’est peut-être une caricature.

      Mais regardons les chiffres de plus près : chez News Corp, les bouquins, la presse écrite et divers services de contenus comme Dow Jones représentaient moins de 23% de leur CA consolidé en 2010. Tout ce qui est lié aux contenus cinéma et TV et à leur diffusion (satellite) représente 69%. Le reste comprend la participation dans diverses activités dont l’éditeur de logiciel NDS.

      Cf http://www.newscorp.com/investor/annual_reports.html.

      Ma phrase n’est donc pas inexacte d’un point de vue chiffré !

  • [4] - Gonzague a écrit le 29 mai 2011 :

    Brillant résumé Olivier … je crois qu’il n’y a pas de point sur lesquels je sois en désaccord avec toi.

    Ce eG8 semble (à mes yeux) nous avoir encore plus décrédibilisé concernant les nouvelles technologies auprès des autres pays :-/

    Dans les mots ‘forums’ et ‘débats’ utilisés pour parler du eG8 il me semble qu’il y a deux intrus (forums .. et débats) , j’ai plutôt envie de dire que la manifestation était une conférence de presse sponsorisée par le privé. Petits fours, wifi instable, quelques intervenants imbuvables (Frédéric si tu nous entends, ton discours sur Hadopi auquel tu ne crois pas…)

    Espérons que si c’est renouvelé , la prochaine édition ne sera pas un bis répétita. Car jusqu’alors j’ai l’impression que c’était juste un bel ’emballage’ pour faire passer trois messages :
    – Internet n’est pas un espace de non droit, nous allons trouver une législation du Net , à plusieurs pays.
    – La bande passante est une ressource rare (merci Orange qui justifie ainsi son Internet à deux vitesses).
    – Hadopi c’est génial on va continuer

    J’attends de voir si le CNN va servir à quelque chose .. il sera “consulté” mais sera-t’il écouté ?

  • [5] - herve a écrit le 29 mai 2011 :

    J’écoutai samedi matin à la radio, Gilles Babinet, à qui on a demandé pourquoi tant de retard en France (il venait d’exprimer la même impression un peu mitigée sur le eG8) et sa réponse (me semble-t-il) était une faible politique publique. Mais l’explication n’est-elle pas un peu courte? Et la France n’a pas manqué que l’internet, elle a manqué le semi-conducteur, l’électronique, le PC. Il n’y a guère que le logiciel et peut-être le mobile (parce que le GSM est européen) où il y a eu une présence. Est-ce qu’une raison plus profonde n’est pas le pari quasi-exclusif sur les grands groupes établis qui a peut-être peu aidé à l’émergence de nouveaux acteurs…

    • [5.1] - Olivier Ezratty a répondu le 30 mai 2011 :

      S’il n’y avait que deux ou trois facteurs, cela serait trop simple. La situation d’un pays est le fruit de son histoire, de sa culture et de son système de valeur, de son système éducatif, du fonctionnement de ses élites et parfois de ses religions. Ainsi, pour certains, le problème remonte à la révocation de l’Edit de Nantes qui a fait fuir les protestants de France un peu avant les premières révolutions industrielles et le développement du commerce international. Après, tous les pays européens sont handicapés par la fragmentation des marchés de l’Union et doivent prendre le large (USA, Asie) pour atteindre la taille critique.

      La France n’est pas en retard sur tout, il ne faut pas pousser non plus ! Nous avons des industries qui exportent et innovent bien et ou se portent bien à l’international (aérospatial, agroalimentaire, retail, luxe, hôtellerie / tourisme) et d’autres plutôt mal (machine outil, numérique).

      Dans le numérique, on est tout de même présent à l’échelle internationale dans les jeux, les métiers de l’image (ne serait-ce qu’avec Technicolor) et aussi dans la CAO (avec le leader mondial, Dassault Systèmes). On a tout de même une industrie des composants (qui va du CEA LETI à SOITEC et STMicroelectronics et un paquet de startups autour, évidemment moins connues que celles du web). Et même si on jase beaucoup sur France Telecom, l’opérateur historique se porte mieux que ses homologues britanniques et allemands.

      Il est vrai cependant que la France n’a pas fait suffisamment confiance à l’innovation “par la base” et s’est trop appuyée sur ses grandes entreprises et sur la puissance publique. On subit encore l’héritage des projets gaullo-pompidoliens qui ont durablement structuré notre industrie du numérique avec ses grands projets et ses grandes SSII. Ce n’est pas par hasard si le premier pôle de compétitivité en termes de financement est le pôle des “systèmes complexes”. Deux mots qui veulent tout dire sur notre positionnement marketing dans le monde ! Heureusement, on trouve derrière Cap Digital, plus positionné dans les usages grand public et les médias, qui rejoint une force relative de nos industries du numérique.

  • [6] - Herve Kabla a écrit le 30 mai 2011 :

    Merci Olivier, résumé intègre, poli mais honnête sur les lacunes de cet événement. Impossible de plaire à tout le monde. Au moins, le sujet aura-t-il permis à Zuckerberg de se faire inviter à Deauville…

    Sur le “rien n’arrête Internet”, jette un oeil sur l’article de Dave Winner (toujours intéressant, je trouve que vous avez des trucs en commun au-delà de la barbe).
    http://scripting.com/stories/2011/05/28/iransIdeaNotFarfetchedAtAl.html

    Il en faut très peu, en fait, pour couper internet et se retrouver avec un intranet géant à l’échelle d’un pays…

  • [7] - Rachid Sefrioui a écrit le 19 juin 2011 :

    Je ne suis pas convaincu que tout ces sommets et ces salamalecs vont changer la mentalité de prise de risque des capital-risqueurs envers les entrepreneurs français. En tout cas cette lettre ouverte résume bien la situation http://bit.ly/mqjfms

    • [7.1] - Olivier Ezratty a répondu le 19 juin 2011 :

      Pas sûr que cela en était un des objectifs…

      Pour ce qui est des propositions de Frédéric Le Parc de Smartdate, elles me semblent pour une part un peu fantaisistes.

      1 – Un statut de la start-up : il existe déjà avec toutes les aides disponibles et le JEI, même raboté. Et puis, les start-ups n’ont pas de statut aux USA… La proposition me semble curieuse car elle se focalise uniquement sur les startups 100% web. Mais monsieur, il y a des startups dans d’autres domaines : dans le numérique “non web”, dans le hardware, les composants, dans la santé, dans les greentechs ! L’innovation ne se résume pas au web !

      2 – Des pactes d’actionnaires standardisés créés par des fonctionnaires. Cela me laisse bien songeur. Cela devrait plutôt relever d’associations comme France Angels et l’AFIC, complétées d’associations d’entrepreneurs de startups.

      5 – Pas de charges sociales pour les startups. Pourquoi ce privilège par rapport aux autres entreprises, notamment aux 3 millions de TPE et PME en France ? Faire payer la protection sociale des jeunes des startups – eux-mêmes financés par le capital risque lui-même bénéficiant de plein d’exonérations fiscales – par les autres est-il juste socialement ? Il faut bien la payer notre couverture sociale ! C’est un des problèmes les plus épineux pour les salariés aux USA. Le coût de la santé y est prohibitif, sans compter celui de l’éducation !

      6 – Dans les faits, la flexibilité du travail existe déjà dans les start-ups. Flexibilité en échange de stock-options ? Je ne vois pas un gouvernement de droite et à fortiori de gauche inscrivant cela dans la loi ! Ce d’autant plus qu’en France et dans les startups, les SO sont une monnaie de singe compte-tenu des sorties moyennes.

      7 – Accès aux capitaux par défiscalisation des plus-values. Mais elles le sont déjà dans pas mal de cas ! Autant pour les créateurs que pour les fonds d’investissement via FCPI et FCPR ! Par contre, étendre la loi TEPA à l’IR devrait être effectivement à l’ordre du jour, surtout si l’ISF disparaissait progressivement. Mais avec quel % de déduction ? 25% comme pour la part IR du FCPI ? Ou plus ?

      8 – Assurer l’investissement ! Mesure bien contradictoire. Enlever le risque là où il y a du risque pour que les gens prennent des risques ? Dans quel pays cela existe-t-il et génère un effet positif ? Et nous avons déjà Oséo Garantie qui protège les VCs en couvrant 70% des fonds investis dans les FCPI ! Et le risque est aussi diminué via les déductions fiscales types TEPA pour les investisseurs privés eux-mêmes !

      Je retiens surtout la proposition 3 même si je la formulerai différemment. Développer la culture startup ne se résume pas à mettre du web partout dans l’enseignement supérieur. Elle demande surtout de rapprocher géographiquement différents cursus : scientifiques, technologiques, design, marketing, vente, sciences humaines. Il est regrettable que cela ne soit pas le cas sur le campus de Saclay, l’un des plus grands chantiers de ce gouvernement en matière de “plan campus”.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Il est clair que l'actualité ne s'arrête pas le jour de la parution d'un ouvrage. J'y intègre d'ailleurs quelques silent releases les premières semaines après parution, comme j'avais du le faire en 2019. La fuite...”
“Bonjour et Merci pour ce travail significatif Je vous invite a aller lire cet article pour compléter Gambetta est une référence, il ecrit ses...”
“Bonjour, Je souhaitais souligner un aspect devant aider tous les étudiants ou lecteurs éclairés dans le domaine,peut-être aider pour la vulgarisation. Comme le souligne Alain Aspect, les trois tomes de "Mécanique...”
“Pas de Dunning–Kruger si vous en êtes conscient...”
“Merci Olivier, J'ai commencé, comme la dernière fois, dans le désordre créé par mes préférences. Pour sacrifier à la mode, je dirais que c'est l'effet Dunning-Kruger, j'ai l'impression de tout savoir ou au...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.