Apple peut-il réussir dans la TV ?

Publié le 25 août 2010 et mis à jour le 26 août 2010 - 15 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Nous sommes en pleine période de préannonce contrôlée (ou pas) du remplaçant de la décevante Apple TV (ci-dessous). Après avoir déclaré en 2007 que ce produit relevait du “hobby” tant qu’il n’avait pas trouvé de modèle économique adéquat, Steve Jobs serait-il en train de retenter une entrée dans le marché de la set-top-box ? Cela deviendrait intéressant !

appletv

Il semblerait cette fois-ci que cela soit sérieux (cf FastCompany). Une annonce serait planifiée le 1er septembre, une date qui n’aurait pas été choisie au hasard si elle se vérifie. C’est juste avant l’IBC d’Amsterdam, le plus grand salon mondial de la télévision numérique, qui démarre le 9 septembre ! On se rappelle qu’en janvier 2007, Apple avait annoncé l’iPhone à San Francisco en même temps que le Consumer Electronics Show. Résultat : c’était évidement l’annonce la plus commentée sur le salon, volant la vedette à un éparpillement d’annonces de moindre importance. Mais l’annonce de l’iTV pourrait très bien aussi avoir lieu en octobre. On verra bien !

L’offre

Les informations sur ce qui s’appellerait l’iTV – sauf au Royaume Uni, pour éviter les foudres de la chaîne TV du même nom – commencent à s’affiner. On entend parler :

  • D’un boitier à $99, pas bien cher et tout fin, ce qui signifierait un matériel assez simple doté d’un processeur SoC multifonction avec processeur graphique intégré (pourquoi pas l’A4 de l’iPad et de l’iPhone 4), des entrées/sorties et puis c’est tout. Pas de disque dur évidement. Il y en a assez comme cela dans le réseau domestique (Mac, PC, NAS, etc) qui peuvent être exploités ! Et l’idée est de ne jamais télécharger de contenu, de toujours le consommer à la demande. Et de payer à chaque fois. Et aussi, pas de tuner ! Ce qui évite certes les complications techniques, mais empêche au boitier d’être une solution tout en un.itunes logo Un tel prix fait penser au business des consoles de jeu : vente presque à perte du matériel pour faire sa marge sur les contenus et sur un % des contenus tiers.
  • De la vente de séries TV à 99c et de contrats en cours de signature avec les majors de la TV aux USA, histoire de frapper les esprits comme pour le lancement d’iTunes. Cela existe en fait déjà dans iTunes : on peut y acheter des séries TV, sur son PC, son Mac, etc.
  • De l’utilisation de iOS4, le système d’exploitation qui équipe l’iPhone 4 et l’iPad, couplé à un application store associé (cf “Les opportunités de la télévision numérique” paru en juin 2009 où j’évoque ce sujet). Rien de très surprenant. Reste à faire évoluer l’interface utilisateur et éventuellement révolutionner le mode de télécommande. Elle pourrait provenir de la synergie avec l’iPad et l’iPhone qui pourraient servir tantôt de guide de programmes et d’application store, tantôt de télécommande.
  • De l’intégration de Facetime avec une webcam dans l’iTV. Et une intégration iPhone / iTV serait du meilleur effet ! C’est dans l’air du temps d’intégrer la visioconférence dans la TV. Au CES 2010, LG avait annoncé l’intégration de Skype dans ses TV haut de gamme, Panasonic allait dans le même sens avec une solution propriétaire, tout cela de manière assez sporadique.

Alors, Apple peut-il réussir dans ce marché fragmenté de la set-top-box là où il a auparavant échoué ? Peut-il comme pour l’iPad créer un produit tellement bien construit qu’il va donner vie à une nouvelle catégorie de produit qui peine à émerger, celle des set-top-box dites “over the top” permettant d’accéder à des contenus télévisuels et vidéo via Internet et indépendamment de son opérateur de tuyau ? Avec une bataille Homérique en perspective, face à Google qui jouerait le rôle de Microsoft, intégrant son logiciel et une partie de ses services dans des matériels tierce-parties, les TV et set-top-boxes. La bataille du PC vs le Mac reproduite sur un nouveau marché ?

Pas évident et nous allons voir pourquoi.

Lors des deux derniers Consumer Electronics Show, j’avais évoqué le cas de ces nombreux boitiers “média center” connectant les TV à différents services Internet. Il y avait notamment ces offres intéressantes de Netgear accédant à Netflix, aux chaines TV streamées, à YouTube et tout le toutim. L’offre est pléthorique. Il y a aussi les Boxee qui ont bien fait parler d’elles. Entre temps, le marché ne décolle pas vraiment, et en particulier en Europe. Et même auprès de la population la plus à même d’adopter ces solutions : l’emblématique génération Y.

Les obstacles

Il y a au moins trois raisons qui expliquent la lente émergence de ces solutions et qui feront aussi obtacle à Apple :

  • La prééminence de la TV broadcast locale dans la consommation télévisuelle. En effet, dans les foyers, le contenu télévisuel consommé en priorité reste celui des chaînes TV locales, le tout dans un marché qui s’est fragmenté du fait de la TNT. Cela concerne en priorité les événements “temporels” que sont les informations, le sport, les docus et la téléréalité. Et puis enfin, les séries télévisées, rendez-vous télévisuels qui ont remplacé les films dont la consommation baisse à la TV du fait des autres sources disponibles (DVD, VOD… et piratage). Tout boitier prétendant être “là” solution pour consommer la TV doit intégrer cette offre. Sinon, il devient un boitier “accessoire” utilisé plus rarement que celui que l’on a déjà, ou que la TV avec son tuner intégré (pour le cas de la TNT voire du câble). Il doit gérer correctement le direct, le léger différé (catch-up), et le différé (vidéo à la demande). Pour le payant comme pour le gratuit. Aucun boitier “over the top” n’est arrivé sur le marché avec une solution satisfaisante, en tout cas à l’échelle mondiale.
  • L’inégalité de l’accès au haut débit : elle subsiste, et même dans les villes dès lors que l’on est à plus de quelques kilomètres de son central téléphonique. Résultat : la consommation de TV via Internet avec un bon niveau de qualité d’image n’est accessible qu’à une partie de la population. En HD, il faut au moins disposer de 6 mbits/s. Cette inégalité fragmente naturellement le marché de la télévision numérique et les solutions techniques associées.
  • La base installée de la “pay TV” : que ce soit le câble, le satellite ou l’IPTV. Le marché qu’Apple souhaite aborder n’est pas vierge. Il est occupé par des opérateurs qui sont bien implantés dans les foyers. Et qui facturent mois par mois les consommateurs, habitués ainsi à un budget prévisible pour leur consommation de la TV. L’IPTV comme l’offre de TV du câble est bundlée avec l’accès Internet dans de nombreux pays comme la France. Le satellite l’est moins, mais il est surtout utile là où justement le haut débit n’arrive pas. Et aussi parce que sa qualité de réception est très bonne (le taux de compression de la TV HD est le plus faible sur le satellite). Apple attaquerait donc non pas un nouveau marché mais un marché de remplacement ou au mieux un marché de complément de solutions existantes. Ce serait bien plus simple si Apple permettait de se débarrasser entièrement du fatras existant, au lieu de n’être qu’une solution de plus qui se branche sur l’une des prises HDMI libres de sa TV numérique !

Et je passe sur les aspects de qualité de service, sur le poids des infrastructures serveur ou sur les négociations avec les opérateurs télécom en plein débat sur la neutralité des réseaux.

Les contournements

La question est donc de savoir comment Apple peut-il contourner ces différents obstacles.

Reprenons nos trois points :

Apple est face à l’écosystème particulier de la télévision, qui est assez fermé et qui a tendance à même ralentir les progrès technologiques pour protéger les revenus des uns et des autres, notamment les chaînes TV et leur publicité. Avec iTunes, la négociation des droits sur les contenus a été relativement simple pour Apple. Il était le premier acteur sérieux sur le marché et il lui suffisait de convaincre les cinq majors de la musique pour couvrir plus de 80% de l’offre mondiale, enfin, dans les pays occidentaux. Ce n’est pas possible dans la télévision ! Il leur faudra signer des accords par pays et avec en général, plusieurs intervenants par pays. Et des intervenants qui ne vont pas forcément accepter les conditions d’Apple. Ni accepter toute solution logicielle qui mettrait en danger d’une manière ou d’une autre leurs revenus publicitaires. Ce n’est pas infaisable, c’est juste une course d’obstacle avec des haies bien plus nombreuses et aussi beaucoup plus hautes.

Pour le haut débit, Apple peut juste patienter ou bien cibler son offre sur ces audiences cibles susceptibles d’être déjà bien connectées. Le débit moyen accessible dans les foyers ne fait qu’augmenter. Il est déjà supérieur à 5 mbits/s en France. Ce qui veut dire que le marché est découpable en gros en trois tiers en France : un tiers avec du haut débit suffisant pour la TV, un tiers avec du haut débit insuffisant pour la TV, et un tiers sans Internet – qui n’intéresse probablement pas Apple. Les produits d’Apple sont surtout adoptés dans les villes, chez les jeunes et les CSP+. Il semble qu’Apple devra en tout  cas s’attaquer à la “génération Y”, celle qui consomme moins de TV traditionnelle (quoi qu’en disent les études de marché et autres baromètres). On le verra au positionnement de l’engin ! Apple se contenterait bien à l’échelle mondiale d’une modeste part du gâteau de la TV à la demande dans un marché rebeloté. Il nous a donné l’habitude de créer un business profitable dans une approche intégrée verticalement et sans pour autant devenir dominant dans quelque domaine que ce soit.

Pour ce qui est de la base installée, Apple peut aussi la différence avec l’expérience utilisateur et là tout reste à faire et à repenser. Notamment en intégrant mieux l’expérience télévisuelle dans l’ensemble des écrans fixes et mobiles du foyer. Et puis, Apple peut aussi éclipser toutes les autres solutions du marché avec un “application store TV” ressemblant à celui de l’iPhone. En tenant compte de ce que cette fin d’année 2010 et puis 2011 vont être très riches en évolutions de ce côté là. Rien qu’en France, Free, SFR puis Orange vont introduire leurs nouvelles set-top-box TV avec de sérieuses avancées côté interface et services connectés ! Et l’IBC devrait voir arriver des évolutions chez les fournisseurs de middleware tels que NDS. Enfin, Apple pourra mettre en évidence un équilibre économique profitable au consommateur. Il est clair qu’à niveaux de qualité d’image et de son équivalents, payer son épisode de série TV $1 ou 1€ peut à la longue être plus intéressant qu’un abonnement à de la TV payante type Canal+ ou un bouquet type CanalSat. Tout du moins pour ce qui est des contenus dits “premium” (genre les séries que l’on a en première diffusion que sur les chaînes payantes comme Canal+).

Bref, Apple sera certes attendu les bras ouverts par ses aficionados habituels, mais réussir dans ce marché compliqué et verrouillé qu’est la télévision ne sera pas une sinécure. Microsoft s’y est plus ou moins cassé les dents. Google s’apprête à user les siennes. Apple retenterait donc le coup.

Dans une interview publiée dans les Cahiers de l’ARCEP de mai/juin 2010, Xavier Niel de Free déclarait :

“D’ici 15 à 20 ans, ces équipements auront fait disparaître le concept de box du marché français et il est vraisemblable que la télévision devienne un bien de consommation quasi « jetable  […] Sur le fixe comme sur le mobile, la révolution viendra de ceux qui seront capables d’inventer des terminaux disruptifs comme l’iPhone, et de les vendre directement sans passer par l’opérateur, tout en se faisant rémunérer pour reprendre une petite marge sur la vente de l’abonnement.”

Une lucidité qui interpelle. C’est peut-être inéluctable, mais cela arrivera bien lentement dans le meilleur des cas !

Voilà pour les conjectures. Attendons maintenant patiemment l’annonce en tant que telle pour voire de quoi il en retourne concrètement. Si Apple réussit son lancement, cela fera deux catégories de produits créées en un an ! Un palmarès permettant d’enrichir les études de cas dans les écoles de commerce et autres MBAs…

Publié le 25 août 2010 et mis à jour le 26 août 2010 Post de | Apple, Digital media, France, Google, Internet, Microsoft, TV et vidéo | 20396 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Les 15 commentaires et tweets sur “Apple peut-il réussir dans la TV ?” :

  • [1] - Laurent a écrit le 25 août 2010 :

    Tout d’abord, l’Apple TV a été un bide mérité: demander de dépenser 270€ pour le “privilège” d’acheter ou de louer chez Apple est un peu excessif. La meilleure manière pour un tel type d’appareil d’avoir du succès est d’offrir d’autres fonctionnalités qui à elles seules justifient l’achat de l’appareil. Ce qui n’est pas le cas avec l’Apple TV.

    Concernant la nouvelle “iTV”, je ne connais pas l’état des lieux en France, mais aux Etats-Unis la concurrence existe déjà. Apple n’imposera pas son iTV sans combat.

    Par exemple, il existe plusieurs appareils qui permettent d’accéder aux offres vidéo en ligne de Netflix ou Amazon.com sur votre TV. Comme le Player Roku ($80, ou $100 pour le HD), les principales consoles de jeu du marché, et plusieurs lecteurs Blu-Ray.

    Netflix est un système de location de DVD par courier. Pour $9 par mois on peut louer des DVD ET en visionner par streaming autant que l’on veut.

    Amazon.com, eux, ont un service de location et de vente de films et d’épisodes TV. Ils vendent des épisodes TV $2 l’épisode.

    En d’autres termes, l’iTV ne semble pas avoir une offre radicalement nouvelle. Son gros avantage est par contre si elle contient iOS, et peut donc devenir une console de jeux vidéo. De la même manière que l’iPad n’attire pas les foules juste par son service d’achat de livre en ligne, l’iTV aura le plus de chance si elle offre d’autres fonctionnalités qui à elles seules justifient son achat.

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 25 août 2010 :

      Tout à fait. Et en plus, les boitiers à la Netflix ne sont pas franchement des réussites. J’entends, en terme de pénétration du marché, et surtout hors USA.

  • [2] - denis a écrit le 26 août 2010 :

    “Peut-il comme pour l’iPad créer un pro­duit tel­le­ment bien construit”… sans lancer un débat qui n’a rien à voir avec ce billet, si Apple réplique son modèle (produit design, fonctions ludiques et intuitives mais pas toujours fondamentales, prix élevé…), cela risque d’être compliqué pour s’imposer. Certes, avec sa cohue de fan, il s’en écoulera qqs exemplaires.

    Mais il y a un mot dans l’analyse qui représente pour moi le principal obstacle sur la route de la TV délinéarisée : piratage. Sauf pour les contenus en direct, les jeunes générations mais pas seulement s’en donnent à coeur joie et Hadopi (autre débat) a permis en france par exemple à des gens absolument pas technophiles de découvrir le téléchargement direct. Chercher un film/une chanson et l’avoir en qqs minutes est une pratique courante.

    Je ne dis pas que les boxes vidéo en tous genres sont mortes. Mais que celles-ci devront rivaliser d’ingéniosité ergonomiques et fonctionnelles et d’une richesse de catalogue (et notamment en HD) élevée.
    Bref, en France en tous cas, j’ai du mal à croire qu’une box hors opérateur fasse le trou…

  • [3] - Mutuelle dentaire a écrit le 26 août 2010 :

    Article très interessant merci du partage 🙂

  • [4] - Shy a écrit le 26 août 2010 :

    D’accord avec l’article même si j’attends de voir ce que va réellement proposer Apple. Pour le moment je suis peu enthousiaste
    Si les rumeurs sont vraies, une box ne proposant que VOD et Apps, faisant l’impasse sur le broadcast (primordial quoi qu’on en dise pour un produit mass market) et la partie mediacenter (fondamental pour la génération Y qui a déjà établie ses usages de consommation de contenus plus ou moins légaux), risque fort de n’être qu’un “Hobby” de plus…
    On attends l’IPhone de la tv (en terme de rupture de paradigme), et on risque de se retrouver plutôt avec l’IPod Touch sur grand écran…

  • [5] - Romain a écrit le 26 août 2010 :

    Pour moi une iTV ne parviendra pas à s’imposer. Pour y arriver, Apple devra faire comme avec l’iPhone, l’iPad et les mac, c’est à dire maitriser le hardware et le software -> nous vendre une télé complète intégrant toutes les fonctions que l’on attend : dashboard, appli, mediacenter, etc.

  • [6] - Danielle Attias a écrit le 28 août 2010 :

    Merci pour ce billet.
    Je trouve l’annonce du lancement de ce cette “iTV” décevante. Ce que j’attendais, c’était une vraie TV Apple, connectée, proposant son offre, comme le font aujourd’hui Samsung et Sony. Avec un modèle éco proche de celui d’Apple, c’est à dire fondé sur la vente de hardware et non sur des % liés à la vente de contenus.
    Ce scénario s’approcherait de celui évoqué par X. Niel : la disparition des STB… A suivre donc !

    • [6.1] - Olivier Ezratty a répondu le 28 août 2010 :

      Avant d’être vraiment déçus, attendons tout de même l’annonce officielle car pour l’instant, nous n’en sommes qu’aux rumeurs et conjectures, que j’ai certes consolidées. Apple peut encore nous surprendre.

    • [6.2] - Didier a répondu le 1 septembre 2010 :

      Bonjour,

      J’ai un doute l’offre est tellement éclatée qu’il est possible que Steve réusisse en fédérant les énergies des autres acteurs…
      A mon avis l’enjeu c’est encore une fois de trouver le businees model de la convergence numérique.

      Je trouve que ce genre d’offre continue de vouloir séparer le marché BTC du BTB. A l’inverse du sens même de la convergence, non ?

  • [7] - Jérôme D. a écrit le 30 août 2010 :

    Merci pour ce très bon aperçu des possibilités de l’Apple TV. En plus des fonctions présentées, je pense que l’Apple TV et la Google TV vont permettre l’apparition de nouvelles chaînes de télevisions “software”, c’est à dire qui conserveront le format flux audiovisuel en “push” que nous connaissons mais en changeant la façon de le générer.
    Par exemple imaginons dans quelques années ce que pourrait donner un “Tf1” version facebook: http://itv-derozard.blogspot.com/2010/08/fiction-2014-une-soiree-sur-tf1.html

  • [8] - Alban a écrit le 30 août 2010 :

    Les geeks ont déjà tout ce qu’il faut pour assouvir leur passion (et accessoirement occuper leurs soirées de debuggage) : PC Media Center, Popcorn Hour, Plex, XBMC, etc. Tout cela ne sera jamais grand public. Mais qu’attends vraiment le grand public, la masse, qui fera qu’un nouveau type de produit va apparaître dans ce domaine ?

    La TV connectée, on l’a déjà avec les différentes applis et services intégrés en ligne chez tous les constructeurs ou presque aujourd’hui. Cela donne accès à Internet, à Facebook, YouTube, Google Maps ou encore TF1 Vision. Est-ce suffisant, déjà trop ? Cela correspond-t-il à une attente, une envie du grand public ?

    L’accès à la VOD, on la trouve déjà dans les box des FAI, chez CanalSat, dans la PS3 ou dans l’AppleTV.

    La lecture de ses fichiers rippés (ou plutôt téléchargés illégalement), on peut la faire via le DLNA depuis une TV connectée, avec un disque dur externe multimédia (pratique la plus courante à mon avis), ou encore via la PS3 ou l’AppleTV.

    A ce titre, l’AppleTV n’est pas un si mauvais produit que cela à mon sens, et d’après mon expérience professionnelle : elle donne accès à un catalogue VOD de films et de séries, à YouTube, à la musique stockée et au catalogue iTunes, à ses photos et à Flickr, le tout via une interface à l’écran la plus simple que j’ai rencontré jusqu’ici. Il y a des contraintes de formats, mais si on passe par iTunes, tout fonctionne parfaitement sans bug. Si il ne devait y avoir qu’un seul produit multimédia grand public, ce serait celui-là. Mais il n’a pas su faire son trou, comme aucun autre par ailleurs. Peut-être qu’il ne répond finalement à aucune attente ?

    Alors que veut-on de plus et pourquoi faire ? La démonstration “TF1 en 2014”, je n’y crois absolument pas. Cela reviendrait à faire tourner la vie des gens uniquement autour de leur TV. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, pourquoi le serait-ce demain ? Même si le nombre d’heures passées devant l’écran est important, c’est en mode “passif” : les infos en dînant, le film du soir, la série favorite, en faisant le repassage, les comptes, etc. On est soit très captif et absorbé par le programme, soit en train de faire autre chose (de plus en plus chez les plus jeunes d’ailleurs). Alors faire de la TV l’objet central et interactif de sa soirée à tous les niveaux, ça ne me semble pas correspondre à une réalité aujourd’hui ou même demain.

    Le broadcast amélioré à la Google TV est la seule nouvelle piste pour l’instant : mixer tous les médias, tous les supports, direct y compris, via une interface unique. Pourquoi pas ! Mais j’ai bien peur que cela ne corresponde pas non plus aux envies et/ou attentes du grand public, si tant est qu’il soit en attente de quelque chose de nouveau.

    Passer son temps à zapper d’une source à une autre, de YouTube au direct en passant par ses fichiers stockés en local, il me semble que c’est très amusant sur un salon, ça fait de belles démonstrations. Mais est-ce réellement une utilisation grand public ?

    Justement, avec les sources tellement nombreuses auxquelles on a accès aujourd’hui, on tombe dans le piège de l’indigestion : trop de chaînes, trop de fichiers téléchargés et stockés, trop de vidéos à voir en ligne, … Au final, on arrive non plus au nirvana de la vidéo, mais à l’écoeurement. Et on se rabat alors sur le broadcast qui a le mérite de sélectionner à notre place (rappelons nous que la TV, c’est avant tout la facilité, on allume et voilà l’image) tout en étant assez diversifié globalement pour trouver de quoi regarder. Je parle ici toujours du grand public qui visiblement s’y retrouve si l’on se fie aux chiffres de l’audimat. Un programme “bof mais pas si mal” sera toujours mieux que du zapping à tout va dans l’overdose de contenu disponible à un clic de télécommande.

    Le broadcast possède également cette magie de proposer d’une part des événements fixes et attendus (jeu télévisé, plus belle la vie, F1, football, …) qui font passer plus vite la journée ou la semaine de travail ; et de l’autre la surprise (ce film que l’on avait raté ou alors que l’on a vu 10 fois mais que l’on veut revoir, la découverte de reportages ou d’émissions sur des sujets très variés, de nouvelles émissions, …). Cela rythme finalement la vie de beaucoup plus de gens que l’on ne le pense.

    Alors, TV-Facebook, Google TV ou la nouvelle AppleTV/iTV rêvée ont-ils un réel avenir dans le foyer de Monsieur tout-le-monde ? Je pense pour ma part que l’on reste toujours avec ces produits, pour l’instant, dans le monde des geeks.

  • [9] - Pierre a écrit le 7 septembre 2010 :

    Analyse très intéressante, attendons de voir ce qu’il en retourne quand Apple feras son annonce.

    Je rejoint Alban, je pense que le grand publique n’as pas besoin des nouveaux usages qu’on lui propose pour la TV, sinon les solutions existantes aura déjà percé le marché.

    Mais Apple peut toujours nous surprendre. 😉

    Pierre

    • [9.1] - Olivier Ezratty a répondu le 7 septembre 2010 :

      Apple a déjà fait son annonce, le 1er septembre. Et l’analyse de cet article reste d’actualité. Apple est même en dessous des prédictions : pas de processeur A4, pas d’application store, pas d’expérience utilisateur multiécran, pas de chamboulement de l’interface utilisateur. Et toujours pas de TV broadcast.

  • [10] - mutuelle a écrit le 16 décembre 2010 :

    c’est vraiment incontournable la technologie, je dis bravo à apple

  • [11] - Mikado a écrit le 5 janvier 2011 :

    Pour tous les pessimistes et dieu sait que j’en faisait partie l’Apple TV cela marche et on a dépassé selon les stats http://news.idealo.fr/news/78379/apple-tv-un-million-dexemplaires.html Je ne pensais pas que cela pourrait atteindre une telle audience avec tous les autres moyens légaux illégaux qu’utilisent X Y et Z.
    On parle même que Microsost voudrait rentrer dans ce petit business set top box pour TV. Je voudrais bien voir encore une fois de plus comment Microsoft pourra s’y prendre pour mettre à rude épreuve Apple. ca va encore faire parler tout çà ..!!




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
534 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Laure Bourgois
Laure est fondatrice de Codataschool, organisme de formations spécialisé en Big Data et IA., et conférencière sur l'intelligence artificielle.
flow
Julie Valade
Julie est Data Scientist, pôle Innovation et Développement de la Gestion d’Actifs chez Caisse des Dépôts et Consignation.
flow
Noémie Rodet
Noémie est chef de projet chez VP&White, éditeur et intégrateur de solutions full web.
flow
Yaël Jacquey-Dehaese
Yaël est chef de projet en charge de la Promotion de la Mixité à la Société Générale et fondatrice de la startup IT4Girls qui forme les jeunes filles et femmes de 7 à 77 ans à l'apprentissage de la programmation.
flow
Clotilde Chevet
Clotilde est Doctorante au GRIPIC et enseignante au CELSA. Thèse en sciences de l’information et de la communication sur les assistants personnels numériques : « L’interaction homme machine, un système d’écriture qui fait monde ».
flow
Gaëlle Monteiller
Gaëlle est Présidente et cofondatrice de la startup TOD, dans le domaine des ressources humaines.
flow
Aude Bernheim
Aude est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences. Co-auteure du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Flora Vincent
Flora est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences et co-autrice du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Annabelle Blangero
Annabelle est Data Scientist et Consultante senior chez Octo Technology, spécialisée en Machine Learning.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.
flow
Marie-Line Ricard (Sia Partners)
Associée au sein du cabinet Sia Partners, dans le secteur financier autour des problématiques traditionnelles et des évolutions réglementaires et dans les nouvelles technologies telles que la #Blockchain, les ICOs, et plus globalement la token economy.

Derniers commentaires

“Ce qu'il y a de beau avec la science, c'est que l'on y croit ou pas, ça reste vrai. Ils auront beau dire, tous ces défenseurs de moulins affadis, les faits sont têtus, mais ce sont les...”
“J'ai fini la lecture. Finalement, le moyen de transport du futur se rapprochera probablement plus du PodBike que des machines présentés ici. Utilisable sans nouvelles infras, léger, efficace en contexte urbain,...”
“@bortzmeyer @PaulaForteza @BastienLion @MondeInformatiq @cedric_o @VillaniCedric @LaREM_AN @DGEntreprises @CNNum…...”
“Bonjour, J'avais lu cet article à charge sur les Hyperloops qui est bien documenté. J'ai ajouté la référence dans le...”
“Bonjour Olivier, Merci pour ce panorama...que j'ai pas encore lu en totalité. Mon commentaire est pour te signaler cet article, analyse détaillée de Hyperloop par un ingénieur de la SNCF. Je l'ai trouvé très...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.