Résultats du Grand Prix de l’Innovation de la Ville de Paris

Publié le 2 décembre 2009 et mis à jour le 17 mars 2010 - 7 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Le soir du lundi 30 novembre avait lieu la remise des Grands Prix de l’Innovation de la Ville de Paris à la Cité des Sciences et de l’Industrie de la Paris – La Villette. Cinq startups étaient récompensées d’un prix – significatif – de 15K€ et d’un trophée sous la forme d’un morceau de la Tour Eiffel. Et dans les catégories suivantes : numérique, santé, services innovants, design, et éco-innovations.

Panorama Remise du Grand Prix de l'Innovation de la Ville de Paris 

Il se trouve que je faisais partie du jury, aussi, sans trahir de secrets, je me propose de partager avec vous cette expérience intéressante après avoir listé les gagnants. Le concours avait été organisé avec l’aide de Paris Développement, notamment dans le traitement des dossiers de candidature.

Nous traiterons sinon rapidement du PRIT et des pôles de compétitivité à la fin de ce post.

Les gagnants

Il y avait environ 300 candidats, dont 106 dans la catégorie la plus représentée, le numérique. Voici les gagnants de chaque catégorie :

  • Catégorie Numérique : la société PlugNSurf avec son Wobe, un “hotspot personnel” qui permet de connecter l’ensemble de ses terminaux nomades, comme son laptop, son livre électronique ou encore sa console de jeu, à Internet en situation de mobilité, en sélectionnant automatiquement le meilleur réseau sans fil : Wifi, 3G ou Wimax, disponible là où l’on se trouve, et sans avoir à paramétrer à chaque fois son terminal. Le projet est porté par David Remaud (ci-dessous), polytechnicien et cela fait plaisir d’en voir dans cette posture d’entrepreneur, ce qui change des grands Corps de l’Etat ! La société avait deux possibilités pour gérer ce problème de connectivité : créer un logiciel décliné pour un tas d’OS et d’appareils différents, ce qui est assez ingérable. Ou mettre ce logiciel dans une boite noire, développé une fois pour toutes. C’est ce dernier choix qui a été retenu pour créer la solution. Cette boite qui tourne sous Linux est toute petite (ci-dessous) et contient un emplacement pour y attacher sa clé 3G. Le projet hébergé dans l’incubateur de ParisTech Telecom rue Dareau est très intéressant mais comme toute aventure dans la création d’une combinaison matériel+logiciel, l’accès au marché est un défi de taille. En tout cas, la valeur d’usage est là.

IMG_8616  

Wobee

  • Catégorie Eco-innovations : SmartGrains, est un service permettant de guider les conducteurs vers les places disponibles dans les parkings. Le système s’appuie sur des capteurs de présence des voitures à basse consommation placés sous chacune des places du parking et d’une signalétique à LED orientant les conducteurs vers ces places. Une solution qui vise à améliorer la qualité de service, la rentabilité et le bilan carbone des parkings. La startup portée par Aymeric Puech (ci-dessous) se positionne comme intégrateur pour mettre en place la solution, et comme développeur de la solution logicielle associée.

IMG_8853

  • Catégorie Santé : Biospeedia, une entreprise de biotechnologie issue de l’Institut Pasteur qui a créé des Tests de Diagnostic Rapide (TDR) pour les maladies infectieuses basés sur des anticorps monoclonaux. L’idée est de raccourcir les délais d’obtention de résultats de plusieurs jours à quelques minutes. Ce qui peut être très utile lorsque les infections en question évoluent très vite. Le projet est porté par Yves Germani et Evelyne Bégaud (ci-dessous).

IMG_8904

  • Catégorie Design : Jessiko, le robot poisson porté par Christophe Tiraby (ci-dessous) de la startup Robotswim. Il s’agit d’un petit “robot poisson” qui peut nager de manière autonome et avec plusieurs congénères en formant des chorégraphies aquatiques et lumineuses. Un produit destiné à un marché de niche : les parcs d’attraction et pour l’événementiel. A terme, il devrait aussi être proposé au grand public pour égayer les piscines privées. Marrant, mais d’utilité discutable.

IMG_8680

  • Catégorie Services innovants : Kwaga, un service en ligne qui enrichit les messageries existantes en aidant les utilisateurs à décider quels mails lire et dans quel ordre les lire. Il sera disponible sur différents webmails ou clients de messagerie via un plug-in asynchrone. Un autre projet numérique ! Il est porté par Philippe Laval (ci-dessous) et est aussi hébergé dans l’incubateur Paristech Telecom.

IMG_8773

Les quatre autres finalistes en lice dans le numérique étaient :

  • Un écran pour visualisation tridimentionnelle porté par Kamel Djidi. Pendant la soutenance, je n’ai pas très bien compris comment cela fonctionnait. En gros, il s’agit d’un système qui envoie des micro-gouttes d’eaux à haute fréquence (par le haut, gravité oblige) et d’un éclairage stroboscopique et en couleur (mais de nature non précisée) permettant de visualiser un objet en trois dimensions dans l’espace, l’objet pouvant être animé. Le projet n’a pas encore atteint le stade du prototype : c’est pour l’instant un concept pouvant s’appuyer sur des composants qui existent plus ou moins sur le marché (les diffuseurs de gouttelettes, que l’on trouve dans l’événementiel). Le porteur cherche le financement pour créer son prototype. On est donc bien loin de la commercialisation !
  • Une clé USB pour sécuriser les accès au web, EtherTrust. L’idée est de fournir une identité numérique sécurisée aux Internautes. La société a créé le logiciel Java qui tourne sur les cartes à puce du marché et l’infrastructure de sécurité (clés SSL, serveurs d’identité). Ils avaient eu l’occasion de présenter leur solution dans la conférence JavaOne en 2007. Encore un projet issu de Telecom. Son marché parait énorme mais dans la pratique me semble destiné à être concentré sur quelques domaines : les jeux en ligne, l’équipement des entreprises soucieuses de leur sécurité, les services de sécurité, etc.
  • La solution Pixy Paris Spectacles de Milpix permet aux utilisateurs d’iPhone de photographier une affiche de spectacle et d’obtenir directement les informations associées. C’est l’une des nombreuses applications d’un algorithme de reconnaissance d’images un peu spécialisé. La solution devrait être expérimentée sur Paris, et normalement, pas que sur les iPhone.
  • La plateforme web Ac-Knowledge vise à mettre en relation les entreprises avec les chercheurs. C’est une sorte de place de marché de chercheurs qui exploite un moteur de recherche sémantique. Les entreprises définissent leur problème et le moteur trouve les chercheurs (à l’échelle mondiale) qui ont travaillé dessus. La société joue le rôle d’intermédiateur qui gère la relation entre les chercheurs et les entreprises clientes. Reste à prouver que cela peut fonctionner dans la vraie vie !

Pour ces projets comme les 16 autres non décrits ici, vous pouvez vous référer au Book des finalistes. Un book qui permet de découvrir l’objet du nouveau “Paris Innovation Lab” : “L’expérimentation grandeur nature sur le territoire métropolitain, l’émulation de l’innovation urbaine et la veille stratégique et la promotion de l’innovation”. Visiblement, un moyen de faire le lien entre les sociétés innovantes et les besoins d’une grande ville. Une approche intéressante à suivre de près.

Le processus de sélection des lauréats

Dans le numérique, 106 candidats étaient évalués dans un premier temps par deux membres du jury par paquets de 25. Chaque membre du jury évaluait 25 sociétés selon une grille d’évaluation constituée de six critères: la forme du dossier, l’origine du dossier, l’innovation (technologique ou de service), le projet et les dirigeants, la crédibilité économique et la dimension parisienne (utilité pour les parisiens). Le processus était géré en ligne, of course. Et donc, sur dossier. Ce processus de répartition des dossiers permet aux membres du jury de passer un peu plus de temps par dossier. Dans la Startup Academy de Sun, chaque membre du jury évalue et note plus de 100 projets, ce qui peut être un peu stakhanoviste mais présente l’avantage de l’absence de biais de binômes de membres du jury.

La compilation de ces évaluations a permis de dégager cinq finalistes qui ont ensuite eu l’occasion de présenter leur projet de vive voix dans une soutenance devant les membres du jury. Après les présentations de 40 mn chacune, le jury a débattu pour faire ressortir le gagnant en reprenant les mêmes critères que pour la présélection initiale.

Le qualitatif entre alors beaucoup en jeu : est-ce que le service rendu est réel, est-ce proche de la commercialisation, est-ce que l’équipe est crédible, est-ce que le modèle économique tient (vaguement) la route ? Il s’agissait de critères de sélection sommes toutes assez classiques et ressemblant à ceux que je vois ailleurs, comme chez Scientipôle Initiative.

La remise des prix

La cérémonie de remise des prix était présidée par Jean-Louis Missika, ci-devant adjoint au Maire de Paris en charge de l’innovation. Elle était honorée de la présence de Claudie Haigneré, la présidente de la Cité des Sciences et de l’Industrie qui me donne toujours l’impression de se lancer dans une thèse de philosophie à chacune de ses interventions (cf sur le grand emprunt), même si cela ne dure que trois minutes.

IMG_8551

Chaque président de jury présentait le gagnant avec un sponsor (PagesJaunes, RATP, l’APCI, La Poste). Il y avait notamment Daniel Kaplan de la FING et Gérard Feldzer, le président du Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget. Connu comme intervenant régulier des plateaux de télévision au moindre incident ou accident aérien, c’est aussi un militant associatif actif dans l’écologie.

IMG_9068

Toutes les photos de l’événement sont ici.

Le PRIT 2009

La cérémonie se tenait à la fin du "Paris Région Innovation Tour", un événement annuel rassemblant les sept pôles de compétitivités franciliens et leurs homologues européens (et oui, le concept n’est pas que français !).

IMG_8235

J’ai pu assister à une table ronde fort ennuyeuse rassemblant les responsables de ces sept pôles (l’objet de l’ennui ci-dessus… et le signe de l’ennui ci-dessous dans la salle). RAS.

Ca dort au PRIT 2009

Le clou du spectacle était un speech de 40 minutes de Christian Estrosi, Ministre de l’Industrie et Maire de Nice. Il a commencé par raconter qu’au moment du lancement de l’initiative des pôles de compétitivité (Nicolas Sarkozy étant à l’époque ministre des finances), l’idée était d’en créer une dizaine. Puis, alors que le même Sarkozy était redevenu Ministre de l’Intérieur, et lui-même, Estrosi, Ministre de l’Aménagement du Territoire, ils ont reçu plus d’une centaine de candidatures ce qui a aboutit à labelliser 67 pôles. Ils sont maintenant 71 et le gouvernement s’apprête à labelliser de nouveaux pôles (dans les écotechnologies, l’eau et les énergies). Bref, ils savaient qu’ils allaient faire une grosse bêtise et ils l’ont tout de même faite et ils persévèrent ! Mais Estrosi assume en indiquant que ces pôles ont permis de sauver des pans de l’industrie, de créer des emplois, et même parait-il de “gagner des parts de marché”.

IMG_8216

Le vrai problème avec Estrosi, c’est qu’il s’emmêle facilement les paluches dans son discours : il mélange chiffres d’affaires et parts de marché, compétitivité et innovation, industries traditionnelles et innovation, etc. L’exemple marquant était l’évocation du rôle des pôles de compétitivité dans le sauvetage des entreprises de décolletage, et notamment dans la vallée de l’Arve en Haute-Savoie. A son crédit, il arrive à sortir le nez de son discours écrit pour improviser. Et il met en avant le besoin d’orienter les pôles et leurs membres vers l’international. Il recommande d’éviter le saupoudrage des aides. Mais sur 2006-2008, on a une belle loi de Pareto du financement avec 88% des financements concentrés sur 50% des pôles. Le plus petit pôle, CapEnergie, a obtenu 300K€ de financements alors que le plus gros, Systematic, avait obtenu 118m€ sur la même période.

Le pompon se situait dans la fin de son intervention ou, approche volontariste aidant, il proposait de créer des “clusters de pôles de compétitivité”. Bref, un méta-machin d’un machin dont l’utilité reste encore à prouver même si le bon sens qu’il évoque consisterait à choisir Saclay, Lyon, Grenoble, Toulouse, Nantes et, of course… Sophia Antipolis, et que l’on se retrouverait ainsi peut-être avec la configuration imaginée au départ en 2004 ! Cf le politically correct rapport du BCG et les rapports plus récents de la Cour des Comptes et de l’Assemblée Nationale cités ici.

Avec la pantalonnade en préparation dans le cadre du grand emprunt qui s’apprête à distribuer encore de l’argent à qui mieux mieux sans traiter les problèmes de fond de l’innovation en France, on voit qu’il y a encore du pain sur la planche pour faire comprendre au gouvernement les tenants et aboutissants d’une véritable stratégie d’innovation pour le pays !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 2 décembre 2009 et mis à jour le 17 mars 2010 Post de | Entrepreneuriat, France, Innovation, Politique, Startups | 16128 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 7 commentaires et tweets sur “Résultats du Grand Prix de l’Innovation de la Ville de Paris” :

  • [1] - Michel Nizon a écrit le 3 décembre 2009 :

    “les tenants et aboutissants d’une véritable stratégie d’innovation pour le pays”

    pouvez vous (désolé au risque de vous répéter) nous communiquer ou rappeler les principaux tenants d’une telle stratégie ?

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 3 décembre 2009 :

      Je propose quelques pistes ici, ou en me focalisant sur les industries du numérique.

      Une stratégie, cela commence par avoir une vue d’ensemble de là où l’on veut aller et comment. Et aussi de diagnostiquer les problèmes, difficultés et obstacles. Il est bien rare qu’une initiative gouvernementale traite de manière cohérente et globale de l’innovation.

      Le problème de fond est comment sortir de l’impasse (étatique) française qui ne traite de l’innovation qu’au travers de trois prismes principaux : la R&D, le financement et les grandes infrastructures. L’Etat a compris qu’il n’y avait pas assez “d’ETI” (grosses PME de croissance). Mais il réagit par une approche “financement”. Le problème n’est-il que là ?

      L’innovation résulte d’un creuset complexe. Ce n’est pas une science exacte. C’est le résultat d’une alchimie humaine et historique rare, telle que celle qui a fait germer il y a plus d’un siècle la Silicon Valley (son histoire démarre avec la création de l’université de Stanford en 1891…). Améliorer la situation relève de la même approche que celle du peintre qui exploite une large palette de couleurs et de textures.

      La dimension “soft” de l’innovation reste ignorée ou incomprise par les gouvernants. Elle pêche notamment au niveau des compétences, surtout “business” qui manquent à nos créateurs d’entreprises. Elle pêche aussi du fait du fonctionnement et du rôle des élites économiques (grandes écoles, Grands Corps de l’Etat, etc). Il y a aussi l’environnement économique et régulatoire des entreprises, le rôle des grandes entreprises, le rôle des écosystèmes d’innovation, des alliances, des standards, et l’orientation vers l’international (un bon point du discours d’Estrosi).

      Pour prendre un exemple concret et terre à terre : comment va-t-on intégrer des compétences non scientifiques dans le pôle de Saclay ? Ce n’est pas le tout de concentrer les ressources scientifiques et techniques dans une zone géographique. Il faut aussi que ce mix de compétences soit le bon pour faire émerger des réussites économiques, et pas seulement d’hypothétiques prix Nobel. Combien de facs ou écoles de “sciences molles” sont intégrées dans ce dispositif à part HEC – qui est d’ailleurs bien distant du coeur de Orsay/Gif/Palaiseau/Saclay ?

  • [2] - JohnLeM a écrit le 10 décembre 2009 :

    Ayant assisté à la cérémonie, je me permet de faire l’écho des quelques commentaires entendus dans la salle: “scandaleux” revenait le plus souvent. Je pense que l’adjectif visait le peu d’ambition des projets sélectionnés. Personnellement, je pense effectivement que cette sélection ne met pas très en valeur le tissus de l’innovation en France. Ou alors, tel que vous le rappelez, que les mesures mises en place pour détecter l’innovation en France ne sont pas toujours très adaptées et efficaces.

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 10 décembre 2009 :

      Intéressant, c’est toujours bon d’avoir ce genre de ressenti !

      En fait de sélection, elle s’appuie sur les projets qui sont candidats. Sans aller jusqu’à dire que les meilleurs projets n’y sont pas forcément présents, c’est un biais dans la mesure de la qualité des projets. Après, que ceux qui ont été sélectionnés soient ou pas les meilleurs, c’est une appréciation qui ne peut être faite qu’en passant quelques heures à examiner 300 dossiers… :). Le “public” n’est pas encore invité comme pour Miss France à mener cette évaluation. Un jour peut-être… Il faut aussi noter que le nombre de candidats était très variable selon les catégories. La plus importante était le numérique avec 106 candidats. Après, je ne sais plus, mais cela descendait à une vingtaine.

      Ce ressenti était aussi très fort pour le résultat des appels à projets web 2.0 et serious gaming de l’été dernier. Cf http://www.oezratty.net/wordpress/2009/rsultats-de-lappel-projets-serious-gaming-et-web-2-0/. Notamment de la part des porteurs des projets non sélectionnés.

  • [3] - JohnLeM a écrit le 10 décembre 2009 :

    Par honnêteté vis à vis de vis de vos lecteurs, je présentais un projet, certes ambitieux, mais trop vert pour être retenu: http://www.mnemosine.fr. Ma stratégie étant de participer sans espoir de remporter ce prix, je ne crois pas avoir de ressenti particulier. Et pour éviter toute polémique, je ne critique ni les choix du jury, certainement très compétents, ni les projets sélectionnés, à qui je souhaite sincèrement de réussir.

    Cependant, en organisant ce prix, la ville de Paris, la région Ile de France, les pôles de compétitivité, le ministère de la recherche et de l’industrie, les grandes entreprises partenaires, se font d’une certaine manière les ambassadeurs de l’innovation parisienne, qui est un concentrateur en France.

    C’est donc un contexte particulier. La question que je me pose est: est-ce le bon endroit pour sélectionner un projet proposant un robot poisson à mettre dans une baignoire, ou proposant un lecteur de mail ? C’est une question qu’on devrait poser aux investisseurs présents dans la salle ce jour là. Mais peut être également aux porteurs de projet, parce que cela est susceptible d’affecter l’image du prix.

  • [4] - Nicolas a écrit le 10 décembre 2009 :

    Bonjour,

    Très bon blog.

    Quels étaient les critères d’acceptation d’un dossier ?

    Nicolas




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Ces tags dans vos commentaires : , sachant...”
“Un article est-il complet ? Ce n'est évidemment jamais le cas. Par contre, j'évoque un peu ces questions de droit dans mon ouvrage ici :...”
“Bonjour Olivier, D'abord, je concède que vous êtes un excellent vulgarisateur avec une vision en général plutôt synthétique, et plus précise quand c'est à propos (cf. vos dernières minutes d'intervention sur...”
“Superbe articl, très bien détaillé. Les 6-8 semaines sont pour combien de wafers...”
“Merci pour cette interview intéressante et l'avis final concernant l'impossibilité d'exploiter cette énergie. Les débats portent sur la physique quantique. Puis-je solliciter un lecteur sur les monopôles...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.