Comment la Ville de Paris aide les startups

Publié le 30 août 2009 - 4 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Nous avons souvent eu l’occasion d’examiner les dispositifs de l’Etat pour accompagner et surtout financer les startups dans ce blog. Les régions jouent aussi leur rôle, notamment via les CRITT. Bouclons la boucle ici en faisant le tour d’une grande ville et pas des moindres : Paris.

L’implication sérieuse de la Ville de Paris autour des startups remonte à 2001, année de la première élection de Bertrand Delanoë à la Mairie. Sous l’impulsion de Christian Sautter, ancien éphémère Ministère des Finances du gouvernement Jospin (quelques mois en 1999-2000 entre DSK et Fabius) et Adjoint au Marie en charge du développement économique, de nombreuses initiatives ont vu le jour, la principale étant la création de Paris Développement que nous allons couvrir plus loin. Christian Sautter a aussi encouragé des initiatives privées telles que la création de Paris Business Angels.

Mars 2008 voit Bertrand Delanoë reconduit comme Maire de Paris. Il fait évoluer son équipe en intégrant Jean-Louis Missika (JLM pour faire court) à son équipe comme Maire Adjoint en charge de l’Innovation, de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur. JLM avait juste avant été élu conseiller municipal dans le 12 eme arrondissement. JLM n’est pas un politique au sens classique du terme. Sociologue des médias, il a été notamment patron du Service d’Information du Gouvernement sous Rocard (1988-1991), DG de l’institut de sondages BVA, créateur de l’agence de conseil en stratégie de communication JLM Conseil revendue à Altedia. Il a été aussi membre du comité de sélection d’AXA Private Equity où il a soutenu des projets comme Iliad/Free et Modelabs. Enfin, il a été également business angel et d’ailleurs co-investisseur avec moi ULike.net et enfin, il enseigne à Science Po. Son expérience est donc à la fois dans les secteurs privé et public, ce qui peut aider à se mettre à la place des sociétés innovantes.

Dans ces changements, Christian Sautter reste en charge du développement économique, sans s’occuper des startups, et se coordonne donc avec Jean-Louis Missika lorsque nécessaire.

Le plan de la mandature 2008-2014

En arrivant dans l’équipe Delanoë, Jean-Louis Missika avait déjà rencontré un grand nombre d’acteurs de l’innovation à Paris et s’était fait une idée de ce qu’il fallait améliorer pour aider les startups et développer l’innovation en général dans la ville. Il s’était alors donné plusieurs objectifs clés :

  • Attirer les entreprises françaises et étrangères à Paris et notamment leurs laboratoires de recherche. En profitant notamment de la capacité de la Ville à aménager son territoire urbain.
  • Contribuer à améliorer le financement d’amorçage des startups parisiennes qui bloquent souvent dans cette étape de leur croissance, eu égard notamment aux faiblesses relatives de l’écosystème des business angels en France.
  • Favoriser la préservation et la rationalisation du tissu des Universités, Grandes Ecoles et Laboratoires Publics situées à Paris. Des regroupements seraient les bienvenus pour faire atteindre la taille critique à certains établissements. JLM aimerait bien que l’Etat n’ait pas d’yeux que pour la Vallée de Chevreuse et Saclay.
  • Mettre en place une plateforme d’expérimentation destinée aux entreprises et aux startups innovantes. C’est-à-dire, profiter des énormes besoins de la Ville de Paris comme donneur d’ordre, pour tester de nouveaux concepts, services et produits et en faire profiter les société innovantes, en leur apportant ainsi une belle référence. Et idéalement, en simplifiant le processus associé (code des marchés publics). Il souhaitait même créer une Agence Parisienne de l’Innovation pour piloter ces expérimentations en appui de la Ville de Paris. Elle s’appellera “Laboratoire Paris Région Innovation” (ou “Paris Lab”) et le recrutement de son Directeur est en cours de finalisation, avis aux intéressés potentiels !

Nous sommes un an et demi plus tard, et des progrès ont été accomplis sur les trois premiers objectifs tandis que le dernier est un peu en suspens, complexité administrative oblige. Le “Paris Lab”, s’avère plus difficile à mettre en place : forme juridique, financement, encadrement, partenaires, etc. Un long cheval de bataille, mais qui vaut le coup d’être tenté car les startups ont plus besoin de clients et de belles références que de subventions ! Quelques expérimentations ont cependant été menées en préfiguration du rôle du « Paris Lab » comme par exemple le projet Panames avec l’Institut de la Vision du Professeur Sahel, pour tester des services et produits innovants dans l’espace public pour les malvoyants et les malentendants, en partenariat avec la RATP, ou encore le “Quartier Numérique” dans le 2ème arrondissement, pour tester des écrans tactiles sur les Abribus, en partenariat avec Silicon Sentier et la société Jean-Claude Decaux. Le « Paris Lab » devrait être lancé d’ici la fin 2009 par une conférence de presse qui fera au passage le point sur ces projets en gestation.

Pendant la campagne électorale de 2008, Jean-Louis Missika s’était vu affublé du sobriquet “Monsieur un milliard”. Lors de la campagne de 2008, Delanoë avait en effet fait le compte du budget que la Ville de Paris pourrait consacrer à l’innovation pendant sa seconde mandature et le total approchait le millard d’Euros. De quoi attirer quelques convoitises. Si incrément budgétaire il y a certainement eu, il est cependant moins impressionnant dans la réalité.

Lorsqu’incrément il y eu, il concerne : le cofinancement de projets de recherche dans les laboratoires publics situés à Paris (3m€ / an), la création et l’extension d’incubateurs et pépinières (55000m2 de prévus pendant la mandature en cours, 200m€ en tout), le cofinancement d’immobilier universitaire, ainsi que celui des pôles de compétitivité comme Cap Digital, et enfin le fond créé avec Oséo (2m€ par an au total sur la mandature, la moitié venant de Paris).

La Ville de Paris est sinon impliquée de plusieurs manières dans l’accompagnement des startups de son territoire. Son principal instrument est l’agence Paris Développement qui gère notamment incubateur et pépinières. Mais la ville est également partenaire et cofinanceur d’autres opérations que nous allons ici parcourir.

Incubateurs, pépinières et hôtels d’entreprises

Paris Développement est une agence de développement économique construite comme une “joint venture” entre la Ville de Paris (56% du financement en 2008) et la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Paris (9% du financement) avec une soixantaine d’adhérents privés (13% du financement) et divers sponsors publics (Ubifrance, Conseil Régional, Conseils Généraux, Europe). Elle est animée par trente cinq permanents.

Elle est organisée en deux branches : le développement de l’attractivité internationale (qui fait de la prospection à l’étranger et gère l’implantation des entreprises à Paris) et l’innovation (incubateurs et pépinières), pilotée par Philippe Le Cam.

Les incubateurs et pépinières de Paris Développement accueillaient 90 entreprises en 2008, dont 38 nouvelles choisies parmi plus de 300. Ils sont organisés selon deux pôles technologiques :

  • Le pôle numérique avec un incubateur presque entièrement consacré au numérique (rue d’Uzès), et deux pépinières (boulevard Masséna et rue des Haies).
  • Le pôle design avec la pépinière de la rue du Faubourg du Temple.

La Ville de Paris est par ailleurs partenaire et cofinanceur d’autres pépinières et/ou incubateurs :

  • Dans la santé avec l’incubateur Paris Biotech, la pépinière Paris Cochin, les pépinières de l’Institut de la Vision et de l’Institut du Cerveau et de la Moëlle à la Pitié Salpétrière et l’hôtel d’activité Paris Biopark dans le 13eme.
  • Dans les éco-innovations avec diverses contributions au pôle de compétitivité Advancity et au SPL (système de production locale) Durapole.
  • Avec le pôle du cinéma et du multimédia avec la pépinière du boulevard Ney.

Le dispositif parisien est complété de nombreux hôtels d’entreprises comme celui de la rue Raymond Losserand qui abrite Aldebaran Robotics, le concepteur et constructeur des robots Nao, qui les assemble sur place ainsi à Paris, ce qui est assez surprenant. Il y en a bien d’autres comme rue de l’Est (20ème) et dans le quartier en rénovation de Brûlon-Citeaux (12ème, dédié aux métiers de la création et de la hightech). Ces hôtels hébergent des entreprises après le stade de la pépinière, avec des surfaces proposées qui s’étalent entre 70m2 et plus de 500m2. L’investissement de Paris est concentré dans les arrondissements nord et est, pour des raisons politiques, sociales et aussi parce que c’est là que l’immobilier bouge le plus avec des quartiers entiers qui sont rénovés.

Urbanisme Innovation Paris

Enfin, citons le cofinancement d’une grosse vingtaine d’autres incubateurs liés à des Universités comme Agoranov (trois sites à Paris) ou à des grandes écoles comme celui de Telecom Paristech (rue Dareau dans le 14eme), de Science Po Paris. L’année dernière, la Ville de Paris avait lancé un appel d’offre pour la labellisation d’incubateurs. La plupart des réponses portaient sur des extensions d’incubateurs existant, à la recherche de budgets. Les meilleurs projets retenus au début de 2009 – aux alentours de 25 – bénéficieront ainsi d’un financement de ces extensions ou créations.

RTEmagicC_paris_mentor.jpg

Pour revenir à Paris Développement, on peut également citer l’animation de formations et de coaching. L’agence a également créé il y a plus de deux ans le programme Paris Mentor qui vise à faire coacher dans la durée (18 mois) des startups prometteuses par des chefs d’entreprise ou anciens chefs d’entreprise. Une dizaine de startups sont actuellement intégrées dans le programme.

Partenariat avec Oséo Innovation

Ayant été impliqué dans le cycle du financement des startups, JLM avait donc en tête de répondre à une demande courante : améliorer le financement d’amorçage. Les dispositifs ne manquent pas, aussi fallait-il éviter de créer trop de doublons.

D’où l’annonce de la création en juin dernier d’un partenariat Oséo / département de Paris pour la création d’un fond de 2 m€ de financement d’amorçage des startups : “Paris Innovation Amorçage”. Ce fond constitue une sorte d’abondement de 100% de subventions et avances remboursables d’Oséo Innovation (donc, de 1m€ pour ce dernier) allouées à des startups parisiennes. Les startups éligibles proviendront des incubateurs et pépinières gérés par les incubateurs parisiens. Il y aura au passage mutualisation des ressources d’analyse de dossiers de Paris développement et d’Oséo Innovation. Et il s’agit de 1m€+1m€ par an, jusqu’à la fin du mandat actuel de Delanoë en 2014.

Le dispositif s’appelle “Fond”, mais c’est une dotation budgétaire pour des prêts et subventions. Le fonds ne prend pas de participation au capital des startups financées. Il s’agit juste d’apports en compte courant. Il est financé par le Département de Paris et pas par la Ville de Paris. Nuance statutaire liée à la structure administrative de la capitale qui est à la fois une commune et un département, l’exécutif (Maire et ses adjoints) pilotant les deux simultanément, avec des budgets séparés liées aux prérogatives relatives aux communes (5md€) et départements (2md€). De nombreuses opérations autour de l’innovation de la Ville de Paris sont également cofinancées avec le Conseil Régional de l’Ile de France, comme le futur “Laboratoire Paris Région Innovation”.

Nombre de ces outils : incubateurs, pépinières numériques, Paris Mentor et Paris Innovation Amorçage sont gérés par le même organisme : Paris Développement. Cela simplifie grandement les parcours pour les startups, surtout dans le secteur du numérique. Paris Développement se source généralement en projets de manière directe (candidatures spontanées) et via ses relations “en réseau” avec l’écosystème local : les grandes écoles et universités et leurs incubateurs, les associations comme Scientipôle Initiative, ou les associations de business angels comme Paris Business Angels. Mais Paris Développement n’est pas le seul acteur en piste dans la Ville de Paris comme nous l’avons vu puisqu’il est notamment complété par de nombreux incubateurs liés aux universités, laboratoires de recherche ou grandes écoles.

Grand Prix de l’Innovation

Jusqu’en 2007, la Ville de Paris organisait un grand nombre de concours et prix divers autour de l’innovation. Dont un Grand Prix de l’Innovation, dont le dernier a eu lieu en 2007. Campagne électorale oblige, il n’a pas eu lieu en 2008, mais il est relancé cette année.

Ce Grand Prix vise à identifier, récompenser et valoriser une entreprise dans les six secteurs suivants : biotech, greentech, numérique, design, services innovantes, et propreté (de la ville) ! Plus de 300 entreprises se sont portées candidates début juillet, dont 106 pour le secteur numérique. Le prix pour les six élus ? 15K€ de prix et une place dans un incubateur à Paris. C’est plus substantiel et motivant que beaucoup de concours organisés deci delà.

Grand Prix Innovation Paris 2009

Notons que c’est l’agence Paris Développement qui assure cette année la logistique de ce Grand Prix. La remise des prix aura lieu à la Cité des Sciences de la Villette le 30 novembre 2009. Reste à donner un peu d’écho médiatique à cet événement car c’est l’un des besoins des startups qui concourent.

Autres implications

La Ville de Paris est impliquées dans un grand nombre d’opérations liées à l’innovation et aux startups, généralement comme sponsor et co-financeur. On peut citer par exemple :

Futurs en Seine

  • Futurs en Seine, cette opération d’une semaine fin mai et début juin 2009 qui valorisait de nouvelles créations et solutions numériques. Organisée par le pôle Cap Digital et financée principalement par la Région Ile de France, il s’agissait de sensibiliser le grand public au numérique et à ses usages par des manifestations disséminées dans la région parisienne.
  • Le Paris Region Innovation Tour, une conférence qui rassemble les pôles de compétitivité de la région Ile de France dont la prochaine édition a lieu le 30 novembre 2009 et donnera lieu à la remise des Grand Prix de l’Innovation de la Ville de Paris.
  • La participation au financement de “La Cantine”, ce lieu de rencontre incontournable des startups situé près des grands  boulevards qui est animé par les équipes de Silicon Sentier. Une belle opération qui pulse avec l’organisation incessante d’événements communautaires divers dans le secteur du numérique.

Les liens avec l’Etat

Le sandwich de responsabilités et de budgets entre ville, région et Etat rend souvent les politiques de l’innovation illisibles. Dans le cas présent, un grand nombre d’opérations sont cofinancées par ces trois principaux étages de la puissance publique : le fonds avec Oséo, les investissements dans la recherche et l’enseignement supérieur, et les pôles de compétitivité. S’y ajoutent quelques partenariats public-privés qui concourent notamment au fonctionnement de Paris Développement. Le parcours de la startup reste relativement balisé. Il est préférable de commencer par se faire accueillir par un incubateur qui ensuite vous aiguille vers les bonnes sources d’aides et de financement.

A ce jour, on peut qualifier l’investissement de la Ville de Paris d’honorable. La création du laboratoire “Paris Région Innovation” devrait à terme assurer une certaine cohérence et éviter la multiplication des guichets. La Ville joue en tout cas plutôt bien son rôle au niveau de l’immobilier avec ses dizaines de milliers de m2 de surface disponibles – et en croissance – pour les incubateurs, pépinières et hôtels d’entreprises.

Dans ce tableau, il reste deux actions clé à développer pour la ville : son rôle d’acheteur à valoriser dans le cadre du laboratoire “Paris Région Innovation” et peut-être aussi jouer un rôle plus visible de sensibilisation destinée aux parisiens sur les innovations et notamment le numérique. Histoire d’équilibrer un peu la visibilité par rapport aux opérations telles que Nuit Blanche ou Paris Plage et de moderniser un peu le discours…

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 30 août 2009 Post de | Entrepreneuriat, France, Innovation, Politique | 14620 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 4 commentaires et tweets sur “Comment la Ville de Paris aide les startups” :

  • [1] - Guillaume a écrit le 4 septembre 2009 :

    Bravo pour avoir détaillé les actions de la Ville de Paris pour les startups. Au moins, c’est clair pour les créateurs parisiens désormais et bien foutu. Pour une fois.

  • [2] - fabien a écrit le 10 septembre 2009 :

    Oui c’est pas mal. Mais quand même c’est de pire en pire. Le nombre de portes qu’il faut ouvrir maintenant pour créer une boîte. Tout ceci est trop politisé. Dommage.

  • [3] - Fred A. a écrit le 10 novembre 2009 :

    En effet, c’est bien sympa, tout cela, mais on s’y perd encore.
    Ou trop, ou pas assez…

    Perso, je me sens totalement inapte à savoir à quoi j’ai droit ou non.
    35 ans, salarié et chef de projet informatique dans une grosse boîte, voilà 2 ans que je monte lentement, avec mes moyens de salarié et sur mon temps libre, ma start-up. Car j’ai beau aller de site en site, ce n’est jamais très clair.

    OSEO semble bloqué sur des aspects industriels, alors que mon site est un service en ligne.
    Les incubateurs semblent n’exister que pour des projets sortis de la fac (que j’ai quitté il y a longtemps…), et puis, j’ai besoin de payer mon loyer et les écoles de mes filles…

    Du coup, je crée le prototype par mes propres moyens, idem pour le BP et BM.

    C’est long, c’est cher, mais je ne vois pas du tout quel aide peut faire émerger un Google français (non, mon service web n’a rien à voir, mais c’est juste un exemple).

    Là, j’ai besoin de 10.000€ pour finir une partie du prototype que je ne peux faire ou financer seul, et ce n’est pas simple.
    Quant à la Love Money, ce n’est pas clair non plus : je dois donner quoi en échange à ces personnes qui m’aiment et croient en mon projet??? :/

    Ne reste que les BA, que je rencontrerai en début d’année prochaine, je suppose :/

    Dommage

  • [4] - Fred A. a écrit le 10 novembre 2009 :

    A noter que, non, je ne suis pas seul. On est bien deux associés et on va certainement en prendre un, voire deux autres (cf Le cas difficile de l’entrepreneur isolé)




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Bonjour Olivier, je découvre votre site, donc j'arrive après la bataille.. Dans les "simulations" j'ajouterais celle du futur de l’énergie et en particulier de l'alternative au pétrole. Ca ne sera pas une...”
“"Très bel article sur l'intelligence artificielle! Aymeric...”
“Bonjour. Selon moi, nous devrions un jour réussir à dépasser tous ces incohérences et ces limites. Actuellement, peut-être n'avons nous pas la technologie pour le réaliser adéquatement ou la bonne vision pour...”
“Ces tags dans vos commentaires : , sachant...”
“Un article est-il complet ? Ce n'est évidemment jamais le cas. Par contre, j'évoque un peu ces questions de droit dans mon ouvrage ici :...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.