Exo-Darwinisme Numérique

Publié le 10 octobre 2007 et mis à jour le 28 janvier 2009 - 8 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

L’usage de plus en plus intense d’outils de communication et de technologies numériques génère des changements profonds sur l’homme, sa manière de fonctionner, sa vie en société. Et pourquoi pas, jusqu’à transformer progressivement son ADN dans un processus évolutif graduel ?

Le cerveau s’adapte en effet progressivement en faisant de plus appel à des outils externes pour sa mémoire, pour naviguer dans l’information et pour communiquer. Il se décharge de certaines tâches, mais il acquiert de nouvelles capacités, comme celle du multitâche, particulièrement visible chez les jeunes. Les mondes virtuels ont probablement également un impact sur la représentation du monde que se fait le cerveau des utilisateurs. Le phénomène du zapping est une autre conséquence de l’usage des TIC. Et il ne concerne pas que la télévision. Il habitue le cerveau à passer en permanence du coq à l’âne au quotidien. Ce “task switching” permanent est une nouvelle capacité du cerveau, au détriment d’autres capacités : l’attention, la réflexion, et pourquoi pas le rêve.

Ce thème est un sujet passionnant mais relativement peu exploré par les experts des sciences humaines et cognitives. Je n’avais en tout cas pas eu l’occasion de tomber sur des études ou recherches sur ce sujet qui est un puits sans fond.

serres

C’est maintenant chose faite grâce à une très intéressante conférence de Michel Serres (ci-contre), philosophe et académicien, donnée à l’Ecole Polytechnique en … 2005 ! Je vous recommande vivement de passer une heure à écouter et/ou visionner cette conférence passionnante.

Michel Serres y présente une vision assez optimiste de l’évolution humaine permise par les progrès technologiques. Ces progrès ont donné la possibilité à l’homme d’externaliser des fonctions qu’il assurait par lui-même, et pour élever à chaque fois son niveau intellectuel. Il appelle cela l’exo-darwinisme. Lorsque l’homme s’est mis à marcher sur deux pattes, cela a libéré deux mains pour l’appréhension, qui était jusqu’alors plutôt le fait de la bouche. La résultante? L’émergence de la parole! Et l’histoire continue jusqu’à nos jours. La technologie (numérique ou pas) évacuant, chacune à leur tour, les tâches répétitives. Et puis, plus récemment, permettant de s’affranchir des distances. Lorsque l’imprimerie est arrivée, l’homme a perdu une grande partie de sa mémoire mais a amélioré ses capacités d’intégration du savoir. L’ordinateur a amplifié ce phénomène ces dernières décennies. L’habitude  de faire appel à Google pour trouver toutes sortes d’informations n’affranchit pas de leur lecture et de leur intégration. L’homme a appris à tirer parti de ces nouvelles possibilités pour aller à chaque fois encore plus loin.

A chaque étape, cependant, les technologies créent des laissés pour compte. Michel Serres ne l’évoque pas. Ce sont soit ceux qui n’y ont pas accès et ne peuvent donc pas suivre le mouvement et se mettre à niveau pour vivre avec leur temps. Soit ceux qui en abusent au point de ne pas évoluer par le haut, mais plutôt vers le bas. Dans cette veine, Frederick Zimmerman, un spécialiste américain de la pédiatrie, apporte un éclairage intéressant focalisé sur l’impact de la consommation de télévision sur les enfants en bas âge.

Elephant in Living Room

Dans “The elephant in the living room”, il s’appuie sur des études quantitatives menées sur un échantillon représentatif d’enfants d’âges de plus et moins de cinq ans pour mesurer l’impact de la consommation de la télévision. Pour lui, la télévision peut ouvrir les enfants sur le monde et contribuer réellement à leur développement, avec des programmes et documentaires éducatifs adéquats. Mais le pire est à craindre avec les contenus certes divertissants, mais aussi débilitants. Consommés par les enfants en bas âge (en dessous de cinq ans), ils génèrent des troubles de déficit d’attention (attention deficit disorder), de l’agressivité, des problèmes de sommeil, voire des dépressions. Au point d’impacter la manière dont le cerveau des enfants se forme, et dont ses synapses se connectent. Les effets peuvent être irréversibles. On peut trouver le résultat de cette étude dans son livre ainsi que dans l’article “Early Television Exposure and Subsequent Attentional Problems in Children“.

Je suis persuadé que ce phénomène n’atteint pas que les enfants en bas âge. De manière plus subrepticieuse, il touche toutes les populations, jeunes et moins jeunes, qui exploitent à fond les outils de communication modernes au point d’atteindre l’addiction. On voit même se développer une régression de la maitrise de l’écrit, outil fondamental de l’intelligence humaine. Sans l’écrit, est-ce que le progrès peut continuer? Sans une bonne maitrise de l’écrit, est-ce que la culture moderne peut perdurer?

Les théories darwiniennes de l’évolution relèvent de deux dimensions : la sélection naturelle de ceux qui s’adaptent le mieux aux évolutions de leur environnement au sein de groupes d’individus, et l’application graduelle de ce processus. Une question est de savoir si les éventuelles évolutions de l’espère humaines provoquées par l’ère digitale vont relever de la sélection darwinienne ou pas. Avec l’homo-connectus et l’homo-sapiens “classique”, les deux cohabitant dans les mêmes civilisations. En effet, au sein de populations homogènes, dans un pays, vont cohabiter ces personnes “hyper-connectées” et d’autres qui le sont moins et rien ne dit que les deux catégories vont être consanguines. En tout cas, une chose est plus facilement envisageable: l’évolution graduelle, lente, sur quelques générations, de l’espèce humaine, générée par l’usage toujours croissant des TIC qui touche maintenant plus de la moitié des populations des pays où le niveau de vie, d’éducation et d’équipement sont élevés (Amériques, Europe, une grande partie de l’Asie).

Une autre approche consiste à envisager une évolution culturelle et sociétale bien plus rapide que l’évolution biologique qui pourrait éventuellement en découler, théorie défendue par Yves Coppens (dont une conférence récente a été relayée par Jean-Michel Billaud, mais ne traite pas directement de ce thème).

Reste à creuser pour découvrir les spécialistes qui se seraient penchés sur la question. Pour l’instant, je n’en ai pas trouvé au delà des trois ici cités. Mais il y en a surement. Any idea?

Et on ne se fâche pas, je n’ai pas parlé de tests ADN !

Mise à jour du 28 janvier 2009 :

En juillet 2008, Nicholas Carr publiait un excellent article qui se rapproche du sujet de ce post  : “Is Google making us stupid?”. Un long article qui explique que les usages de l’Internet nous éloignent de la lecture séquentielle de livres… ou d’articles longs comme celui de Carr, ou ceux de ce blog. Et qui conclut en prenant analogie sur l’astronaute Dave qui débranche l’ordinateur HAL aux propos plus qu’humains dans 2001 Odysée de l’Espace, que notre intelligence s’affadit pour devenir de l’intelligence artificielle alors que l’on se repose de plus en plus sur l’Internet pour comprendre le monde. 

Publié le 10 octobre 2007 et mis à jour le 28 janvier 2009 Post de | Internet, Sociologie | 11235 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Les 8 commentaires et tweets sur “Exo-Darwinisme Numérique” :

  • [1] - Alphonse a écrit le 11 octobre 2007 :

    Olivier,

    Merci pour cette oxygénation de nos neurones.

    Tu as écris: “Lorsque l’homme s’est mis à marcher sur deux pattes, cela a libéré deux mains pour l’appréhension, qui était jusqu’alors plutôt le fait de la bouche.”
    Ne serait-ce pas plutot “la préhension” ? ce qui modifie largement le sens de cette phrase.

    Pour appuyer ton propos, on peut citer l’exemple de l’emergence du GPS qui ne nous fait plus travailler notre sens de l’orientation, mais au profit d’une meilleure attention à la conduite.

    A bientôt.

    Arnaud

  • [2] - theoliane a écrit le 11 octobre 2007 :

    Ne s’agirait-il pas plutôt d’une excellente (et involontaire) illustration des propos de l’auteur : “On voit même se développer une régression de la maitrise de l’écrit, outil fondamental de l’intelligence humaine.” ? Sachant qu’à l’oral l’appréhension et la préhension se prononcent pareil.

  • [3] - joss a écrit le 11 octobre 2007 :

    Très intéressante conférence, et je ne peux m’empêcher de trouver des similitudes entre “la technique permet de libérer l’homme” (de libérer son temps, son énergie) et un billet que j’ai récemment écrit sur l’augmentation de la productivité informationnelle de l’humain engendrée par l’interfaçage…

    Une remarque ensuite sur la notion d’évolution, j’ai relevé la phrase suivante : “l’évolution graduelle, lente, sur quelques générations, de l’espèce humaine, générée par l’usage toujours croissant des TIC”. Vous défendez ici une notion d’évolution qui s’approche de la conception Lamarckienne qui a été abandonnée avec l’adoption de la conception darwinienne.

    Notons enfin que l’humanité industrialisée ne connait plus d’évolution au sens darwinien. En effet l’évolution sous-entend deux phénomènes : la sélection et la mutation. Cette sélection signifie la non-transmission de leur patrimoine génétique par les plus faibles soit du fait d’une mort prématurée, soit par l’obtention d’une descendance moins nombreuse. Si tant est qu’on puisse définir des “plus faibles”, on pourra observer que la transmission de leurs gènes n’est pas moindre que celle des “plus forts”. L’idée d’une évolution culturelle (dont se rapproche l’exo-darwinisme) rapide est beaucoup plus réelle…

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 12 octobre 2007 :

    Arnaud et Théolane, je voulais bien écrire “la préhension”. Question de chronologie: l’arrivée de la parole a précédé de loin celle de l’écrit, et à fortiori sa décrue qui pourrait advenir de certains abus du numérique.

    Joss, les articles de Wikipedia semblent indiquer qu’il peut y avoir complémentarité entre les théories Lamarckiennes et Darwiniennes. Je ferais juste remarquer que ces deux scientifiques de renom n’ont pas vraiment connu l’impact des trois révolutions industrielles (Darwin a vécu aux tous débuts de la première). A fortiori la dernière!

    Les évolutions que je mets sur la table ne sont peut-être donc ni darwiniennes ni larmarckiennes. Elles transcendent la notion de “plus faible” ou “plus fort” car elles font abstraction des contraintes géographiques et mêmes ethniques. Mais j’intuite qu’elles ne sont pas que culturelles car le cerveau, à la longue, va certainement évoluer.

    Il peut à la fois évoluer vers le haut comme le pense Michel Serres, ou vers le bas, si on est déclinologue quant à l’impact des TIC sur certains types d’utilisateurs.

    On manque évidemment de recul puisque les TICs n’ont qu’une à deux générations derrière elles! Alors que les évolutions des espèces et de l’espèce humaine se mesurent en x milliers d’années. Mais comme l’évolution des technos s’accélère, ne serait-il pas envisageable que l’évolution humaine s’accélère en proportion?

    Avec un peu de recul, on pourrait se dire: pourquoi s’en soucier? Puisque l’on rencontrera des problèmes bien plus structurants avant qu’un brin d’ADN ne change : fin de l’ère du pétrole, réchauffement de la planète, etc.

  • [5] - Anj a écrit le 3 novembre 2007 :

    Quand je montre des photos à mes (petits) enfants sur mon PC ou au dos de l’APN, ils me demandent toujours “maintenant fais-là bouger”, passes-nous la vidéo, quoi. Ils ne comprennent pas pourquoi les images sont fixes et voudraient voir des albums photo à la “Harry Potter”. C’est incroyable leur adaptation à la technologie. Les appareils techno sont des extensions naturelles de leur propre esprit. Ils ne se posent aucune question, ils adoptent. Ils n’aiment pas lire, sauf sur Internet.
    Il me paraît indéniable que la techno ait une influence forte sur leur vie et que la sélection naturelle soit influencée par cela. Un gamin d’aujourd’hui est-il capable d’avoir une petite amie sans les SMS ? Amusant comme idée. L’impact des SMS sur la capacité pour un mâle de l’espèce à trouver une femelle.

  • [6] - dpow a écrit le 23 novembre 2007 :

    Je trouve que l’emploi des termes “les plus forts” et “les plus faibles me semble abusif dans le cadre de la théorie darwinienne.

    En effet, si on prend l’exemple fameux du mélanisme industriel de la phalène du bouleau en Angleterre on se rend compte que “dans cette espèce de papillons, la proportion d’individus clairs a diminué du fait de la pollution qui noircissait les surfaces des troncs d’arbre sur lesquels ils se posaient. En effet ils étaient plus visibles pour leurs prédateurs. Les phalènes sombres qui existaient avant la pollution sont devenues majoritaires. Et puis le phénomène s’est inversé lorsque les industries polluantes ont progressivement disparu.” (Wikipedia)

    Or, on peut raisonnablement admettre que les “forces” respectives des phalènes sombres et des phalènes clairs sont égales. Ce qu’il faut prendre en compte ici se sont les contraintes environnementales qui “poussent” l’espèce à se transformer dans une direction donnée, souvent indépendamment de la “force” des individus qui composent cette espèce.

    Le critère clé n’est donc pas la “force” mais l’adaptabilité au milieu même si il semble évident que des individus malades auront beaucoup moins de chances de se reproduire.

  • [7] - dpow a écrit le 23 novembre 2007 :

    Après avoir lu cet article et visionné la conférence, je me rends compte que j’ai une compréhension assez différente de la pensée de Michel Serres.

    Pour moi, ce que Michel Serres veut dire c’est que la technologie nous permet de nous “libérer” de l’évolution darwinienne. En effet, pour s’adapter au froid, par exemple, une fourrure épaisse est nécessaire. Cependant, si le milieu change et devient très chaud les individus dotés d’une telle fourrure auront beaucoup de mal à s’adapter. Pour l’homme le problème ne se pose pas. En effet, si il se trouve dans un milieu à basse température il lui suffit de se couvrir de vêtements et si il se trouve subitement dans un mileu chaud il lui suffit d’enlever une partie de ces vêtements. Dans le cas d’un ours polaire par exemple; l’adaptation au milieu polaire a duré des centaines d’années ce qui a aboutit à sa fourrure blanche. L’adaptation subite à un milieu chaud, c’est à dire la perte de sa fourrure, prendrait encore des milliers d’années. Alors que l’exo-darwinisme permet à l’Homme de s’adapter à un milieu en un trait de temps, en effet il lui suffit d’enlever ses vêtements, ce qui économise des centaines d’années d’évolution.

    Je ne vois donc pas à quoi correspondrait “l’évolution graduelle, lente, sur quelques générations, de l’espèce humaine, générée par l’usage toujours croissant des TIC”. Pour moi, au contraire, avec l’exo-darwinisme l’adaptation à l’environnement est très rapide grâce à la technologie.

  • [8] - Olivier Ezratty a écrit le 24 novembre 2007 :

    Mon intuition est qu’il y a un peu des deux: l’homme externaliste certaines fonctions ce qui lui donne une meilleure capacité d’adaptation.

    En même temps, l’usage extrème de technologies numériques transformera notre manière de penser, d’assembler des idées, de communiquer, de rêver. On devient plus multitâche. Notre mémoire fonctionne plus par associations que par mémorisation pure. Est-ce que cela ne transforme pas l’homme d’une manière ou d’une autre à moyen terme? Et là, je ne pense pas à une forme de sélection (même s’il n’est pas impossible qu’elle opère), simplement d’évolution graduelle. De toutes manières, nous ne vivrons pas assez longtemps pour voir si telle ou telle hypothèse se vérifie…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
533 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Laure Bourgois
Laure est fondatrice de Codataschool, organisme de formations spécialisé en Big Data et IA., et conférencière sur l'intelligence artificielle.
flow
Julie Valade
Julie est Data Scientist, pôle Innovation et Développement de la Gestion d’Actifs chez Caisse des Dépôts et Consignation.
flow
Noémie Rodet
Noémie est chef de projet chez VP&White, éditeur et intégrateur de solutions full web.
flow
Yaël Jacquey-Dehaese
Yaël est chef de projet en charge de la Promotion de la Mixité à la Société Générale et fondatrice de la startup IT4Girls qui forme les jeunes filles et femmes de 7 à 77 ans à l'apprentissage de la programmation.
flow
Gaëlle Monteiller
Gaëlle est Présidente et cofondatrice de la startup TOD, dans le domaine des ressources humaines.
flow
Aude Bernheim
Aude est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences. Co-auteure du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Flora Vincent
Flora est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences et co-autrice du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Annabelle Blangero
Annabelle est Data Scientist et Consultante senior chez Octo Technology, spécialisée en Machine Learning.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.
flow
Marie-Line Ricard (Sia Partners)
Associée au sein du cabinet Sia Partners, dans le secteur financier autour des problématiques traditionnelles et des évolutions réglementaires et dans les nouvelles technologies telles que la #Blockchain, les ICOs, et plus globalement la token economy.
flow
Francesca Gatti Rodorigo (Awaywegals)
Francesca est développeuse web full-stack, Fondatrice et CEO de awaywegals.com, une plateforme web développée sur blockchain et dédiée aux voyageuses qui sera lancée en 2020.

Derniers commentaires

“J'ai fini la lecture. Finalement, le moyen de transport du futur se rapprochera probablement plus du PodBike que des machines présentés ici. Utilisable sans nouvelles infras, léger, efficace en contexte urbain,...”
“@bortzmeyer @PaulaForteza @BastienLion @MondeInformatiq @cedric_o @VillaniCedric @LaREM_AN @DGEntreprises @CNNum…...”
“Bonjour, J'avais lu cet article à charge sur les Hyperloops qui est bien documenté. J'ai ajouté la référence dans le...”
“Bonjour Olivier, Merci pour ce panorama...que j'ai pas encore lu en totalité. Mon commentaire est pour te signaler cet article, analyse détaillée de Hyperloop par un ingénieur de la SNCF. Je l'ai trouvé très...”
Répondre
Olivier Ezratty
sur L’impression 3D en couleur :
“Merci pour ce commentaire ! L'article a 10 ans mais la technologie décrite n'a pas beaucoup évolué pendant ce laps de...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.