Review du Canon Powershot G7

Publié le 4 décembre 2006 - 2 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Un petit post sur la photo numérique pour se faire plaisir. Cela me démangeait depuis quelques temps: je cherchais un compact assez “pro” qui tienne la route pour faire des photos correctes, notamment dans des salons comme le CES de Las Vegas, là où je ne pouvais pas emporter mon encombrant reflex.

Influencé par des personnes de Canon rencontrées dans une journée porte ouverte destinée à des photographes professionnels chez Objectif Bastille (photo ci-dessous) en septembre dernier, j’ai porté mon dévolu sur un Canon Powershot G7.

Sur le papier, c’est le top du compact: 10 megapixels, 1600 ISO, un bon zoom, mode manuel, tout pour plaire. Un peu plus haut de gamme pour un prix équivalent que les

Après quelques semaines d’utilisation, que penser de ce G7? Et bien, c’est pas mal, mais il n’y a pas photo et j’ai (re-)découvert la différence fondamentale entre un compact et un réflex!

Commençons par les plus :

  • Une résolution de 10 mega pixels. C’est ce qui se fait de mieux pour un compact aujourd’hui. Et le capteur fait 1/8″ ce qui est une taille respectable pour un compact pour éviter les pixels trop petits.
  • Une sensibilité qui monte à 1600 ISO. Mais on verra les dégats plus loin…
  • Un fonctionnement possible en mode manuel (contrôle du temps de pause et/ou de l’ouverture) permettant notamment un contrôle de profondeur de champ lorsque l’on utilise une longue focale avec le zoom.
  • Un prix convenable: 435€, acheté chez Amazon.com.
  • Une facilité d’emploi surtout évidemment lorsque l’on est un habitué des compacts Canon comme la série IXUS. Notamment pour changer la sensibilité ISO directement avec un bouton rotatif à droite de l’appareil.
  • Un zoom optique x6 avec une bonne plage.
  • Un mode vidéo de qualité.
  • Un processeur rapide (Digic III), mais j’ai eu l’impression qu’il l’était moins que le Digic II de mon ancien IXUS 700.

Et puis les moins :

  • 10 mega pixels, oui mais en format 4×3, alors que les photos tirées sur papier et affichées sur les écrans larges sont maintenant plutôt en 3×2. Si on “crop” du 4×3 en 3×2, on revient à environ 7 mega pixels.
  • 10 mega pixels, oui mais cela fait du bruit! S’entend, du bruit dans les pixels, notamment lorsque l’on pousse la sensibilité au delà de 800 ISO. Voir la démonstration plus loin.
  • Un autofocus un peu lent surtout en basse lumière.
  • Des photos un peu blafardes. Il faut augmenter la saturation couleur en post traitement ou en mode manuel couleurs.
  • Pas de support du RAW, expliqué par Canon par le fait que le format JPEG bénéficie de traitements d’amélioration de l’image et que les images en RAW ne sont pas bonnes. Je veux bien le croire.

Il n’y a pas à dire, je préfère de loin mon reflex Canon EOS 5D qui dispose de l’un des meilleurs capteurs du marché (full frame) à ce jour et donne des photos d’une qualité extraordinaire. Lorsque l’on revient à un compact, on ne peut qu’être déçu en valeur relative.

Pour vous dégouter, voici une comparaison frappante que l’on voit rarement dans un banc d’essai d’appareils photos de la presse spécialisée car ceux-ci concernent souvent des appareils de même catégorie.

Pour commencer, ce bout de photo réalisé avec le Powershot G7 à 1600 ISO. La photo est prise au 1/16s, et le stabilisateur optique fonctionne bien. Mais le bruit du capteur fait peur! Seule modification logicielle effectuée, un réchauffement des couleurs pour avoir une tonalité proche de la photo suivante.

Voici par comparaison le même bout de photo avec le même éclairage et la même distance prise par le Canon EOS 5D et un 24-105mm. La focale utilisée est à peu près la même, mais l’ouverture optique est légèrement inférieure par rapport à celle du G7 pour la photo ci-dessous, ce qui explique un temps de pause un peu plus court, de 1/16s. La photo est aussi prise à 1600 ISO. Le résultat est sans appel!

Mais lorsque je ne peux pas trimballer le reflex en déplacements, le G7 fait bien l’affaire! Et alors, il faudra utiliser le flash si la lumière n’y est pas. Et un flash directionnel pas avare en yeux rouges malgré tous les artifices classiques pour les éviter. Alors que le flash du reflex qui est externe évite systématiquement les yeux rouges et au passage, les peaux blanches car je l’oriente toujours indirectement vers le plafond ou les murs.

La leçon de l’histoire, c’est que 10 mpixels ne suffisent pas pour faire de bonnes photos en environnement faiblement lumineux et sans flash. A la limite, il vaut mieux avoir moins de pixels et des pixels plus sensibles, comme ceux que l’on trouve chez Fuji avec le F31 (voir ces photos de livres qui montrent une qualité semble-t-il meilleure que celle du G7, même si la scène semble bien plus lumineuse que ma bibliothèque ci-dessous).

Bref, le compact de mes rêves n’est pas encore arrivé… tout du moins entre mes mains!

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 4 décembre 2006 Post de | Photo numérique | 12747 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 2 commentaires et tweets sur “Review du Canon Powershot G7” :

  • [1] - quelbonheur a écrit le 21 décembre 2006 :

    ben le Fuji F30, il me parait assez jouissif, non?
    aujourd’hui à 278€ chez Pixmania (et une offre Fuji supplémentaire avec : une clef USB/lecteur xD + une xD de 256Mo offertes) ça me paraît une véritable aubaine !
    Perso j’ai un Reflex 20D dont je suis très content(mais des optiques décevantes : le EFS17-85is et le EF70-300is USM … plutôt fades)
    et en second boitier un Canon S60 que je trouve vraiment bien (en extérieur). C’est un équivalent 28-112mm (grand angle qui fait défaut à beaucoup de compacts) avec un capteur 5 MP en 1/1.8″ (peu de bruit en conditions normales). Il dispose de fonctions assez avancées (tout manuel, mode RAW+Jpeg, …) avec carte CompactFlash (ce qui est bien pratique avec plusieurs boitiers).

    J’avoue que le F30 (ou le F31 un peu plus cher) me tenterait bien si je n’était pas déjà équipé, surtout à ce prix, car il a en plus l’avantage d’être tout petit.

    J’utilise plus couramment mon compact car le “gros” reflex est un peu laborieux à transporter (sauf si je décide vraiment de faire des photos).

    A+
    Quelbonheur

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 21 décembre 2006 :

    Un de ces 4, il faudra effectivement que je mette la main sur un Fuji F31 ou un de ses successeurs éventuels. Cela me tente effectivement de voir la qualité du capteur, parait-il excellent en faible lumière.

    Mais bon, il ne pourra jamais faire aussi bien que celui de l’EOS 5D, qui joue évidemement dans une autre cour, et risque de me dégouter de tous les compacts. En scannant toutes les offres d’appareils, j’ai en effet constaté que dans les réflex pro et amateurs, seul Canon proposait un capteur full frame, soit sur un 1Ds Mark II (à 8000€) soit sur le 5D. Et ce sont leurs capteurs, qui ne sont pas utilisés par d’autres marques en OEM.

    On peut cependant s’attendre un jour à ce que des appareils compacts intègrent un capteur plus grand, du type des APS intégrés dans les reflex.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“@RobinHoodTV En Francais je vous conseil la publication de @olivez qui me semble plutot com…...”
“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.