Retour du CEATEC 2011 – 7/7 – Usages

Publié le 14 octobre 2011 et mis à jour le 4 juillet 2014 - 4 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Dans ce dernier épisode de mon tour d’horizon d’une semaine passée au Japon et à visiter notamment le salon CEATEC, nous allons traiter des “usages”, un terme bien générique qui couvre les applications particulières de technologies dont certaines sont spécifiques au marché japonais. Cet article couvrira aussi un petit rapport d’étonnement sur des choses vues à Tokyo et aux alentours.

Ces usages présentent trois lignes de force :

  • Une interface utilisateur déficiente selon nos critères, très encombrée d’idéogrammes et assez faible graphiquement. Nous l’avons vu dans la TV, c’est aussi vrai dans les mobiles. Mais ce qui est “beau” dans notre repère occidental ne l’est pas forcément dans le repère des japonais. Et réciproquement. Il faut donc se garder de porter un jugement de valeur sur leurs interfaces utilisateurs.
  • L’approche des réseaux sociaux semble moins développée qu’aux USA dans ce que l’on pouvait observer au CEATEC, ce qui ne veut pas dire qu’ils ne le soient pas couramment.
  • Les japonais entretiennent une meilleure relation de confiance avec les objets et le numérique en général. Que ce soit au niveau des robots ou de capteurs en tout genre, ou bien avec les services en ligne, pour lesquels ils se posent visiblement moins de questions métaphysiques sur la protection de la vie privée.

Usages mobiles

Sur les stands des opérateurs télécoms DoCoMo et KDDI se trouvaient tout un tas de solutions correspondant à des usages assez originaux, une grande partie étant liée à la forme physique et à la restauration.

Un traducteur de menus de restaurants chez DoCoMo. C’est une application Android DoCoMo (2)

Toujours pour ce qui est de la restauration, une application mobile aussi vue chez DoCoMo qui exploite la caméra des smartphone set tablettes pour estimer la valeur nutritive d’un plat. L’application a l’air de fonctionner pour les plats standardisés du pays. La question qui n’a pas été posée est : est-ce que cela fonctionne avec la version en plastique du plat ?

DoCoMo (6)

Un capteur de mauvaise haleine et aussi qui détecte si l’on a trop bu, toujours chez DoCoMo. Et un autre capteur qui détecte la faim et s’il est raisonnable de manger après avoir soufflé dans une petite pipette (ci-dessous).

DoCoMo (14)

Un capteur de masse graisseuse, que l’on trouve habituellement dans les balances, mais qui prend la forme d’une coque pour smartphones avec deux électrodes. Il a l’air d’utiliser un composant vu chez Murata.

DoCoMo (21)

Un capteur de rayons gamma également vu chez DoCoMo, sous forme de coque de smartphone. La mesure des rayons gamma permet d’avoir une idée de la radioactivité ambiante. Curieusement, le service ne prévoit pas une collecte globale de l’information captée par ces appareils, à l’instar du concept de la montre verte de la FING qui collecte les données de pollution à l’échelle d’une ville. On trouvait de tels détecteurs de rayons gamma, mais standalone, chez Nuclear Green Solutions, un nom bien curieux de société.

DoCoMo (16)

Autres usages

Sur le stand d’Intel se trouvait un miroir “magique” permettant de personnaliser le choix d’un tee-shirt avec une interface gestuelle. La technologie utilisée semblait très rudimentaire, exploitant un t-shirt vert. L’insertion dans le miroir de couleurs différentes exploitait donc la technique du chroma utilisée couramment en vidéo et même en analogique. Je n’ai par contre pas vu de miroir magique temps réel pour le maquillage. Ce genre d’application ne saurait pourtant tarder car on commence à être capable de reconstituer en temps réel un visage en 3D avec une simple webcam.

Intel (7)

Toujours chez Intel, une démonstration de réalité augmentée qui ne mène pas loin et qui semble équivalent à ce que Total Immersion faisait il y a 5 ans. Si cela se trouve, la démonstration a été réalisée par Total Immersion ! Cela relève plus de l’événementiel que d’un véritable usage même si la visioconférence et les jeux peuvent exploiter cette technologie.

Intel (6)

Chez Intel, toujours, une présentation de robots exosquelettes de la marque Cyberdyne (du nom de la société qui est à l’origine de l’apocalypse nucléaire dans Terminator 2). Il y a les bras, les jambes ou le corps tout entier. Cela peut à la fois faire un peu peur, mais génère beaucoup d’espoir pour de nombreux handicapés. C’est parait-il disponible. Dans la même veine, il y avait aussi un robot pour se laver les cheveux chez Panasonic, une cane électrique pour seniors chez Murata. A part cela, je n’ai pas vu beaucoup de robotique sur le CEATEC.

 Intel Exosquelette (5)Intel Exosquelette (4)

Enfin, citons ce curieux “Cloud-Based Management of Information on Pets in Disaster Areas” qui permet de retrouver l’animal domestique que l’on a perdu après une catastrophe naturelle. Le Tsunami est dans les esprits et a généré une floraison d’applications spécifiques pour le disaster management.

Fujitsu Pets Disaster Recovery (1)

Autres choses diverses vues sur le salon

Une application de cartographique par hélicoptère chez Mitsubishi qui exploite les données GPS et accélérométriques de la caméra et permet de créer une cartographie précise et en 3D d’un terrain. Ils proposent aussi une application de suivi de cible… pour la police, comme dans 24 Heures Chrono.

Mitsubishi Applied Helicopter Imaging System (2)

Pas très consumer mais vaut tout de même le détour, cette Dolly originale de Viewston qui s’enroule à la base vue chez Nottv. Elle aurait eu sa place à l’IBC 2011 d’Amsterdam mais qui n’y était visiblement pas.

Viewston (4)

Le consortium et le standard Transfer Jet (1)

L’URCF (URCF

Conformément à leur habitude, les élites japonaises ont ainsi planifié les évolutions technologiques à un horizon de 15 ans, pas moins, et se mettent en ordre de marche pour les mettre sur le marché. On pourrait qualifier cela de méga-pôle de compétitivité à l’échelle du pays tout entier, qui favorise la recherche et le développement en mode collaboratif. Cette approche ne marche pas à tous les coups, mais elle est associée à une véritable vision des évolutions technologiques à venir et à leur impact sur la société. Elles s’appuient sur des éléments technologiques prévisibles : l’augmentation du débit des réseaux, de la résolution des caméras et des écrans, des capacités de stockage. Le tout pour conquérir des marchés qui peuvent nous sembler bien lointains. Le bon exemple est la vidéo 4K aussi évoquée à mon dernier retour de l’IBC 2011.

Les japonais ne se posent pas de question : le marché va adopter cette technologie et ils s’y préparent. Par rapport à nos pôles de compétitivité, cette initiative semble apporter une vision plus focalisée des nouveaux usages et aligne mieux les intérêts et l’agenda des parties prenantes concernées.

Tokyo et alentours

J’ai passé deux jours à visiter Kamakura et Nikko avec Rodrigo Sepulveda. Ce sont de magnifiques endroits avec un nombre incroyable de temples Shintos et Bouddhistes qui datent pour certains du quatorzième siècle et sont très bien préservés. L’un d’entre eux, à Nikko, est dans un grand sarcophage de protection et est en cours de restauration (ci-dessous).

Sarcophage temple à Nikko

Un grand nombre de classes d’élèves du secondaire visitent ces temples et ont droit à une photo de classe traditionnelle. Les photographes professionnels prennent leurs clichés avec un appareil argentique “à l’ancienne” double format Fuji (ci-dessous), une manière d’aligner les traditions sur une autre tradition.

_MG_8445

Côté vie pratique, signalons l’usage généralisé de la carte de paiement sans contact Suica, très pratique pour payer le métro et faire ses courses dans pas mal de magasin. Mais il est très difficile de trouver des distributeurs de liquide supportant la carte Visa ce qui est extrêmement frustrant. Les seuls endroits connus où on en trouve sont les convenience stores 7-Eleven et les bureaux de poste.

Notons que les japonais sont friands de signalétique précise, notamment dans le métro. Aux correspondances dans les stations, les distances sont indiquées vers les autres lignes (ci-dessous). Il faut dire que parfois, il y en a bien pour un kilomètre, comme dans la station “Tokyo”, sorte de “Chatelet” de la ville. Dans le plan des lignes sur les quais, le temps de parcours jusqu’à toutes les stations est indiqué. Et évidemment, un affichage sur écran TV est présent au-dessus de chaque porte dans une majorité des métros et trains. Avec non seulement le parcours de la ligne, la prochaine station, les temps estimés de parcours, mais également la météo. Et bien entendu, un peu de publicité au passage.

Métro Tokyo (2)

Petit détail à Tokyo : y coexistent des trains publics et privés, un métro et une sorte de RER (de la compagnie de trains JR East). A ceci près qu’ils ont des plans séparés. Comme si le plan du métro de Paris ne comprenait pas les stations de RER ou réciproquement ! Pas très pratique !

Côté usages dans le métro, les passagers utilisent évidemment leur mobile pour consulter leurs réseaux sociaux, pour jouer, pour voir vidéo voire TV mais pas pour parler à voix haute. Mais jusqu’à un tiers d’entre eux dorment dans les rames pour rattraper le sommeil, notamment ces cadres en costume qui rentrent tard chez eux après le travail ou après les soirées avec les collègues !

J’ai pu voir sinon du Wifi – payant – dans le bus (à Nikko) mais pas dans le métro. La couverture 3G étant très bonne, le Wifi semble moins répandu qu’aux USA et en Europe dans les lieux publics.

Toutes ces impressions complètent celles que j’avais pu recueillir pendant mon premier – très court – voyage au Japon avec NKM en février 2009 ou j’avais surtout évoqué la visite du quartier geek de Akihabara, dont je me suis passé cette fois-ci.

Epilogue et remerciements

C’en est terminé pour ce compte-rendu de visite au Japon et au CEATEC. J’ai surement oublié plein de choses, que vous retrouverez notamment dans mes photos.

Il me faut remercier ici Cédric Ingrand (de l’émission Plein Ecran sur LCI) qui m’a chaudement suggéré de participer à ce voyage au CEATEC et toujours avec son comparse Guillaume Delalande, Takashi Nakanishi, qui m’a invité dans ce “CEATEC Media Tour” et gère cela avec une efficacité japonaise redoutable et Rodrigo Sepulveda, infatigable globe-trotter et Leica fan-boy qui m’a aidé à découvrir Tokyo et ses environs (voir ses photos). Il me faut aussi citer Baptiste Michaud d’Orange et FrAndroid, croisé par hasard sur le stand de KDDI et qui m’a fourni quelques éléments intéressants sur le marché japonais ainsi que mes compagnons de voyage : Fanny Bouton et Franck Lassagne de Giiks.com (voir leurs articles sur le CEATEC), Alexandre Laurent de Clubic (ses articles sur le CEATEC), et Olivier Levard de TF1 News (sa couverture du CEATEC).

Côté photos, j’ai tout publié dans ce portfolio dans les galeries de ce blog, organisé en sous-portfolio par thème. Vous y trouverez notamment celui qui concerne cet article, un autre sur Kamakura, puis sur Nikko, sur Tokyo et enfin sur les people et les girls du CEATEC.

Retrouvez la série complète des articles sur ce retour du CEATEC 2011 :

Retour du CEATEC 2011 – 1/7– Tour d’horizon
Retour du CEATEC 2011 – 2/7 – Affichage
Retour du CEATEC 2011 – 3/7 – TV
Retour du CEATEC 2011 – 4/7 – Mobilité
Retour du CEATEC 2011 – 5/7 – Composants
Retour du CEATEC 2011 – 6/7 – Smart Anything
Retour du CEATEC 2011 – 7/7 – Usages

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 14 octobre 2011 et mis à jour le 4 juillet 2014 Post de | Mobilité, TV et vidéo | 8867 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 4 commentaires et tweets sur “Retour du CEATEC 2011 – 7/7 – Usages” :

  • [1] - iJapan a écrit le 15 octobre 2011 :

    Petite précision.

    Tokyo Metro tout comme JR sont des compagnies privées, sauf la TOEI ( Bureau des Transports de la Métropole de Tōkyō) est publique.

    Pour le wifi on est trouve aléatoirement dans les stations, ça depend beaucoup des lignes de metro par exemples, les stations de la Marunouchi line sont plutôt bien équipées.

    Merci pour cet article

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 15 octobre 2011 :

      Il n’y a pas de compagnies de train privées ?

      • [1.1.1] - iJapan a répondu le 15 octobre 2011 :

        Justement si, le Japon et Tokyo dans le cas présent montre le succès de la privatisation des transports.

        JR, Tokyo Metro, Seibu sen, etc sont des compagnies privées ce qui explique en partie la présence de ses très grandes zones commerciales dans les gardes comme Ikebukuro ou Shinjuku.

        Seul la TOEI qui depend du “Bureau des transports de la métropole de Tôkyô” est une compagnie publique

      • [1.1.2] - iJapan a répondu le 15 octobre 2011 :

        Pour ceux que cela peut intéresser voici quelques précisions pour mieux comprendre la différences d’usages entre occidentaux et japonais.
         
        Point 1: Les japonais n’ont pas du tout la même conception du “pratique” que les occidentaux, il suffit pour cela de voir la différence en terme d’expérience utilisateur des smartphones entre occidentaux et japonais. Par exemple l’opérateur Softbank publie un guide d’utilisation pour l’iPhone qui est régulièrement proposé lors de l’achat (petite anecdote, je n’ai jamais vu un conseillé le proposer à un étranger). Autre point qui joue beaucoup dans ce rapport surtout en téléphonie mobile, la massification de l’internet a commencée, au Japon, par l’internet mobile avec Docomo et “l’Imod” alors qu’en occidentaux cela a commencée par le pc/mac. Donc si nous occidentaux avons pour modèle la page web taillé pour un écran de 13’ et plus, les japonais ont eux pour références une pages tenant sur quelques pouces. Qui plus est, le sens d’écrire des kanjis rend l’organisation de l’information plus flexible. En effet nous écrivons en suivant le sens «gauche-droite/haut-bas» alors qu’au Japon en plus l’occidentalisation, il est possible de «gauche-droite/haut-bas» , «haut-bas/gauche-droite» (peu utilisé, sauf pour une ligne), «haut-bas/droite-gauche».
        Il y a encore beaucoup de points mais ceux sont les principaux.
         
        Point 2: Les réseaux sociaux bien qu’en progression ont plus de mal car Mixi (le facebook local) est très bien installé bien qu’en perte de vitesse. En plus, ces plateformes souffrent d’un déficit de confiance lié directement à l’organisation de Mixi (beaucoup de pervers). Il y a aussi un détail très important, je m’appuierai sur le cas de Facebook pour l’expliciter. Les japonais sont très assistés (ne pas le voir comme péjoratif), or, nombreux sont les réseaux sociaux qui manquent de clarté, Facebook en premier lieu. Il est commun d’entendre dire venant d’un japonais «je ne comprend rien à Facebook», «l’utilisation est difficile»… déjà que nous avons du mal! D’ailleurs si Apple est venu au Japon chercher l’inspiration les équipes de Facebook pourrait en faire de même, elles ont beaucoup à apprendre.

        Le réel succès au Japon n’est pas Facebook mais Twitter. Oui, les japonais «tweetent» et «tweetent» beaucoup. Pourquoi? simplicité et minimalisme des fonctions (message court, photo, partage de site) qui se prêtent très bien au mobile. Rappelons que Facebook est un réseau social et Twitter un site de «micro-blogging», voici une différence qui est fondamentale de souligner. De plus les blogs sont légions au Japon.
         
        Point 3: L’explication est culturelle, religieuse et sociale.

        Je me concentrerai sur les robots. On peux trouver l’explication dans la religion. En effet nous, Occidentaux Judéo-Chrétiens, avons des religions qui présentent le corps comme la «plus belle création» divine. Or créer, un robot, n’est-il pas d’un certain point de vue se prendre pour le créateur?
        Au Japon rien de cela, tel qu’il est expliqué dans le «Kojiki» (sorte de Bible du Shinto, même si ce n’est pas comparable) le Mythe de la Genèse ne présente pas le corps comme une création divine, mais plus comme une conséquence des actes divins. Ainsi, Amateratsu née lors qu’Izanagi se lave (pour se purifier) après sont retour du pays des morts. Il y a donc pas de contrainte morale sur le fait de vouloir «se prendre» pour un quelconque créateur»
        Cependant une question se pose et montre que le statut que du «robot» en tant que machine humanoïde n’est pas claire. En effet, en langue japonaise, le vivant et l’objet sont distingués par les verbes d’état «iru» pour le premier et «aru» pour le second. Or, les japonais utilisent alternativement l’un ou l’autre dans le cas du «robot».

        Le marché japonais reste très particulier et l’observer est constructif. En espérant que ses précisions aideront les plus curieux à mieux comprendre ce marché.

        Encore merci pour cet article.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
468 photos
albth
Inauguration Station F Jun2017
2017
212 photos
albth
USI Jun2017
2017
249 photos
albth
Viva Technology Jun2017
2017
399 photos
albth
Web2day Nantes Juin2017
2017
498 photos
albth
Echappée Volée Mai2017
2017
477 photos
albth
Foire de Paris Apr2017
2017
191 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 530 femmes du numérique (en janvier 2016) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Yousra Touki (Air France)
Yousra est chef de projet en analyse de données dans l'audit et le contrôle interne d'Air France KLM.
flow
Pascale Chehikian (Sopra-Steria)
Pascale est manager de projets de création et mise à disposition de services numériques dans les secteurs industriel et tertiaire chez Sopra Steria. Membre du programme Passer’Elles de Sopra Steria en faveur de la mixité.
flow
Jade Ataoui (Boost in Lyon)
Jade est Déléguée Générale de BoostInLyon, l'accélérateur de startups de Lyon qui recrute, accompagne et fait décoller les startups lyonnaises. A également cofondé Percola.top, une agence de création de contenus en ligne.
flow
Arlette Quillere (CRT Services)
Arlette est Directrice des Systèmes d’Information chez CRT Services.
flow
Véronique Bardet (Banque Postale)
Véronique est Responsable Exploitation à la DSI de La Banque Postale et du Réseau du groupe La Poste.
flow
Nora Guemar (Engie)
Nora est analyste stratégique sénior à la direction de la stratégie du groupe Engie.
flow
Sylvie Roche (CRiP)
Sylvie est Directrice Déléguée du CRiP, le Club des Responsables d’Infrastructure et de Production.
flow
Anna Stépanoff (Wild Code School)
Anna est co-fondatrice et dirigeante du réseau d’écoles numériques Wild Code School qui propose une formation d’excellence ouverte à tous au métier de développeur web et mobile. #entrepreneuse
flow
Sylvie Charissoux (Exide)
Sylvie est Chief Technology Officer au sein de l'entreprise américaine Exide Technologies, spécialisée dans le stockage électrique pour le transport et l’industrie.
flow
Merete Buljo (Natixis)
Merete est Directrice Expérience client et Transformation digitale chez Natixis EuroTitres et Vice-Présidente de la Chambre de Commerce Franco-Norvégienne.
flow
Jeanne Chaumais (C-Way)
Jeanne est fondatrice et CEO de C-way, startup qui a créé un écosystème intelligent et évolutif entièrement dédié à l’univers connecté des enfants (3 à 10 ans) pour créer un lien simple et ludique avec leur famille. #entrepreneuse
flow
Myriam Multigner (Public Sénat)
Myriam est directrice du digital, du marketing et de la communication de la chaîne politique Public Sénat. Elle est aussi créatrice de MMCC, qui est dédiée à l'accompagnement et à la communication des dirigeants de PME.
flow
Laureline Taquet-Weckmann (Talan)
Laureline est Directrice Adjointe des Ressources Humaines Groupe du Groupe Talan. Directrice de l'Audit Interne et en charge du Service Juridique du Groupe Talan.
flow
Clémence Monvoisin (Talan)
Clémence est consultante management et SI, pour différents comptes du secteur public et en particulier dans le monde de la culture, chez Talan.
flow
Barbara Brodard (Talan)
Ingénieure ESTP, Barbara est consultante chez Talan Consulting, filiale du groupe Talan.
flow
Virginie Lauverjat (Talan)
Virginie est Direction des opérations du TalanLabs, entité du groupe Talan.

Derniers commentaires

“Merci pour ce complément. Depuis mes articles qui datent d'il y a plus d'un an, diverses initiatives d'inventaire des startups françaises de l'IA ont été lancées, comme par FranceisAI (d'ISAI). Je note en tout cas...”
“Bonjour, Merci pour cette formidable synthèse et ces fiches de lecture. Dans la catégorie véritables startups françaises en IA, il y a aussi le secteur juridique. AMHA, les legal tech FR faisant de la vraie...”
“À force de fréquenter la physique fondamentale, voilà que tu parviens à remonter dans le temps, en douce, sans même le faire savoir. Regarde jsute en dessous du titre de ce post, on peut y lire : « Publié le 25...”
“Pour mieux se repérer dans l'univers des objets connectés. Le regard toujours percutant d'@olivez pour un sujet...”
“Objets connectés #IOT : un marché grand public qui sera du #DIY comme on fait de la plomberie ou de l'élec soit même...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Catégories

Tags

http://www.oezratty.net/wordpress/2016/ecosysteme-entrepreneurial-guyane/

Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.