Le nouveau plan numérique du gouvernement : éducation

Publié le 6 mars 2013 et mis à jour le 14 mars 2013 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Le jeudi 28 février 2013 avait lieu un séminaire gouvernemental sur le numérique avec le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault pour annoncer un nouveau plan du gouvernement sur le numérique. Comme souvent en pareille occasion, je prends le temps de décortiquer ce que ce genre de plan peut comporter. Les politiques publiques de l’innovation ont toujours un impact sur la vie des startups, donc cela vaut le détour.

Seminaire Gouvernemental Numerique Feb2013

Rétrospective des plans numériques gouvernementaux

Un peu comme l’éducation, l’agriculture ou la justice, le numérique fait maintenant l’objet d’un nouveau plan du gouvernement tous les 2 à 5 ans. On en est maintenant au moins au cinquième plan en une vingtaine d’années. Cela se comprend : le numérique transforme tout, de la société à l’économie. Et l’Etat passe son temps à devoir s’adapter à cette nouvelle donne, voire à chercher d’en anticiper les changements. Il court plutôt après en général.

Alors, commençons par une petite mise en perspective des différents plans numériques du gouvernement et de leurs méthodes de conception et de présentation :

  • Plan Informatique pour Tous, du temps où l’actuel Ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, était Premier Ministre (1984-1986). Un plan focalisé sur l’éducation, qui visait à équiper les écoles de TO7 de Thomson. Un échec mémorable à la fois sur le fond et sur l’approche industrielle au moment où l’industrie du PC décollait. Surtout, comme à de nombreuses reprises dans les années qui ont suivi, le corps enseignant n’avait pas été accompagné dans l’appropriation de l’outil numérique. Et il n’existait pas d’écosystème ou de communautés pouvant prendre efficacement le relai. Et encore moins de magasins d’applications et d’Internet !

Thomson TO7

  • Plan d’Action du Gouvernement pour la Société de l’Information (PAGSI) du gouvernement Jospin en 1997/1998, présentés par des interventions de ce dernier aux Universités d’Eté d’Hourtin. Avec aux manettes Jean-Noël Tronc, aujourd’hui patron de la Sacem et Daniel Kaplan de la FING, qui fait partie du Conseil National du Numérique. On est deux à trois ans après l’arrivée de l’Internet dans le grand public, mais bien avant celle de l’ADSL qui signale au début des années 2000, son envol dans les foyers. Ce plan était évidemment bien plus visionnaire que fameux rapport de Gérard Théry sur les autoroutes de l’information (1994, sous Balladur) et qui dénigrait l’Internet au profit du modèle du Minitel. La dimension sociétale était forte dans ce plan. L’aspect entrepreneurial un peu moins car on était avant le phénomène de la première bulle de l’Internet.
  • France Numérique 2012 : il est présenté à l’Elysée par Eric Besson, le 18 octobre 2008, en l’absence remarquée de Nicolas Sarkozy, occupé à régler les soubresauts de la crise financière générée par la faillite de Lehmann Brothers aux USA. Mais nous avons tout de même la présence de Valérie Pécresse, alors en charge de la recherche de l’enseignement supérieur, et de quelques autres ministres. Le plan proposé contenait un bric à brac de 154 mesures. Il faisait suite à des Assises du numérique qui exposaient le sujet et les grandes lignes du plan, des dizaines de débats participatifs organisés dans toute la France et une consolidation des propositions par le cabinet d’Eric Besson. Cette version participative de préparation explique en partie la dispersion du plan. Mais on y retrouvait les mêmes sujets qu’aujourd’hui, notamment dans l’éducation, la santé, l’entrepreneuriat, le haut débit, etc. A l’époque, il fallait aussi terminer le passage complet de la télévision hertzienne au numérique. C’est maintenant chose faite.

france-numerique-2012

  • Plan d’Investissement d’Avenir, et son intégration de 4,5 milliards d’Euro pour le numérique du temps de Nathalie Kosciusko-Morizet, en 2009/2010. Cette préparation est aussi menée avec de la concertation préalable. Le point d’orgue a été une conférence de lancement en septembre 2009, en la présence d’Alain Juppé et Michel Rocard, les deux co-présidents de la commission du grand emprunt. Presque la moitié du plan (2 milliards sur 4,5) est dédié au cofinancement des réseaux. Mais c’est jugé insuffisant par les collectivités locales. Le reste est dispersé dans un tas d’initiatives difficiles à suivre.
  • France Numérique 2020, avec une présentation lors des Assises du Numérique à l’Université Paris-Dauphine, le 30 novembre 2011, et l’intervention de François Fillon. Le plan, situé en fin de mandat de Nicolas Sarkozy est à la fois un bilan du plan précédent et un plan – prudent – pour 2020. Il comprend 23 mesures dans cinq secteurs. L’approche est moins concertée. C’est plus un travail de cabinet ministériel, en liaison évidemment avec les différents lobbies du secteur du numérique qui y sont allés chacun de leurs propositions.

François Fillon (8)

  • Enfin, ce plan sans nom présenté à Gennevilliers lors du séminaire gouvernemental du 28 février 2013, avec le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault et évidemment Fleur Pellerin, Ministre Déléguée en charge du numérique (ci-dessous en décembre 2012). Mais aussi quelques autres Ministres concernés par le sujet. Pas devant un public de conférence ou le gratin du secteur, mais avec une conférence de presse et quelques entreprises. La méthode de présentation est plus rigoureuse : constats, objectifs et plan précis avec des dates et si possible des chiffres. C’est aussi un plan moins dispersé avec moins de mesures, 18, réparties dans trois secteurs. L’équipe en place a bien appris d’une partie des erreurs des équipes précédentes ! Par contre, l’écosystème semble moins impliqué et mobilisé. Pas de grand événement. Qui plus est, l’annonce du plan a lieu un jeudi, juste avant deux semaines de vacances scolaires (pour la région parisienne). De quoi générer une belle forme d’indifférence. D’où cet article de rattrapage…

Fleur Pellerin (2)

A l’image de l’Internet, le rythme de création de ces plans gouvernementaux s’est bien accéléré. C’est aussi lié au fait que depuis 2008, il y a un membre du gouvernement qui est en charge du sujet. Il doit évidemment marquer son territoire !

Le numérique a aussi entrainé un autre phénomène : le “fact checking”. Les données des faits et gestes gouvernementaux sont plus traçables et les comptes doivent être rendus avec plus d’assiduité. Cela explique la formule du plan Besson 2 en novembre 2011, consacré pour moitié au bilan de la période précédente. Pour l’actuel gouvernement, on n’en est pas encore là car il ne va pas s’éterniser sur le bilan des 10 années précédentes, à part pour le démolir comme le veut l’habituel jeu de l’alternance politique. Mais la méthode du plan est aussi présentée dans ce sens : le gouvernement rendra des comptes chaque année à la même période et un site web permettra d’en suivre l’exécution.

Le contenu du plan

Il y a donc trois axes dans ce plan : l’éducation, la compétitivité et les valeurs. A chaque fois, on voit mises au même niveau des plans plutôt stratégiques (comme le très haut débit pour tous) et des mesures budgétaires de moindre importance (prêts bonifiés pour les PME, 150m€ de soutien à la recherche et l’innovation qui n’ont pas l’air bien nouveaux). Il y a aussi des mesures plutôt symboliques, qui ne changeront ni la vie des gens (en France) ni celles des entreprises (comme le contrôle des exportations).

L’éducation

Le numérique et la jeunesse est le premier axe du plan. C’est bien vu car la jeunesse, c’est l’avenir. Et elle est un peu désespérée. Le plan sur focalise sur l’enseignement aussi bien dans le primaire et le secondaire que dans le supérieur. Trois volets sont déployés en cinq mesures : le numérique à l’école, dans les universités et pour les formations spécifiques aux métiers du numérique.

  • Numérique à l’école

“L’objectif du Gouvernement est qu’à l’issue du quinquennat, tous les élèves sortant du système scolaire soient familiers des outils et ressources numériques, aient reçu une éducation à l’information et aux médias et soient sensibilisés aux enjeux historiques, culturels, artistiques, économiques et sociaux induits par la mutation technologique de la société et de l’économie.”

Le plan se focalise à la fois sur les contenants (outils d’accès à la connaisance) et aux contenus (en général, et ceux qui sont liés au numérique).

Le gouvernement propose l’apprentissage des usages numériques dans le primaire et le secondaire, un domaine où l’état des lieux n’est pas présenté avec précision. Cela concerne aussi l’intégration du numérique dans les filières d’apprentissage. Il est d’ailleurs bien curieux de voir que le gouvernement propose que ces filières intègrent l’usage de la CAO et du DAO (dessin assisté par ordinateur). Ah bon ? Ils travaillaient encore au papier Canson et au Rotring de mes classes prépa d’il y a plus de 30 ans ?

2012_plan-numerique_300X200_236902

Il y a de la formation pour 150000 enseignants aux usages du numérique dans la pédagogie, dans le cadre des Ecoles Supérieures du Professorat et de l’Education (ESPE) qui feront renaitre feu les IUFM à la rentrée 2013. Et puis la mise en ligne de cours pour les 370000 enseignants des écoles eux-mêmes programmée pour la rentrée 2013.

Le plan présenté dans sa forme synthétique reste vague sur un grand nombre de points : à quels outils seront formés les enseignants ? Ceux du marché ? Des logiciels libres ? Des tablettes ? Des micro-ordinateurs ? De quels contenus parle-t-on ? Quelles seront les pédagogies numériques proposées ? On sait par contre que c’est encore la CDC qui va cofinancer les acquisitions d’équipements numériques des collectivités locales. Et on ne parle plus d’équipements en Tableaux Blancs Interactifs (TBI) qui étaient à la mode il y a quelques temps, et où la France était mal équipée par rapport à ses voisins européens. Cela tombe bien car, un, ils coûtent plutôt cher et, deux, les enseignants ne s’en servaient pas.

Certaines évolutions pédagogiques font parfois froid dans le dos. Il en va ainsi de la disparition programmée dans 45 états des USA de l’apprentissage de l’écriture manuscrite. On n’en est pas encore là en France, mais cela pourrait arriver un jour. On ne sait pas encore évaluer jusqu’où ira le concept de l’exo-darwinisme cher à Michel Serres (en 2005, bien avant la publication de “Petite Poucette”). Notamment lorsque l’on voit l’expérience utilisateur des Google Glass. Imaginons de telles lunettes portées par un enseignant du futur pour identifier ce qui va et ne va pas en temps réel avec ses élèves, une caméra infrarouge permettant d’identifier les élèves à problèmes, et un système indiquant que dire et faire pour bien s’en occuper…

  • Numérique à l’université

Ici encore, on “rattrape un retard”. Il s’agit de déployer l’usage du numérique pour l’enseignement à distance et pour attirer les meilleurs talents mondiaux. On va donc déployer des “Universités numériques, plus accessibles” notamment dans le cadre du projet “France Universités Numériques” qui vise à mutualiser et rationaliser la mise en ligne de cours d’universités. Ce plan FUN (isn’t it ?) a été annoncé en janvier 2013 par Geneviève Fioraso avec comme objectif  de mettre 20% des cours en ligne d’ici 2017. L’ensemble va notamment s’appuyer sur ESUP-Portail, un consortium de 73 établissements d’enseignement supérieur qui pilote cette mutualisation.

logo-esup-portail_232817.79

On nous annonce même à terme la fin des cours en amphi. Petite réserve : cela fait des années que des cours sont en ligne au MIT (OpenCourseware) et maintenant à Stanford. Je constate que leur format reste souvent bien traditionnel. La révolution pédagogique n’a pas encore marqué de son empreinte ces initiatives. Cela reste de la vidéo en ligne, voire pas de vidéo et des bibliographies en ligne. On est loin d’une véritable pédagogie interactive déployée à grande échelle.

Alors, c’en est fini des cours avec des enseignants dans des salles et amphi ? Pour certains, probablement. Mais pour d’autres, les meilleurs, le cours “In Real Life” a encore de l’avenir. Ne serait-ce que parce qu’il n’est pas figé, qu’il y a de l’improvisation, un vécu à transmettre, un savoir très dynamique, un contact avec les élèves, et une interactivité toujours plus faciles à gérer qu’à distance. Pour des cours enregistrés, il faut des moyens de captation en continu pour éviter de figer les contenus trop longtemps pour des raisons économiques. Et des personnes pour gérer cela, même si cela peut s’automatiser un maximum.

Il faut surtout bien faire attention à ne pas prendre le numérique pour la panacée. Tout comme l’informatisation d’une entreprise mal organisée la transforme en entreprise numérique mal organisée, la numérisation d’un mauvais cours ou d’un mauvais enseignant ou d’une mauvaise pédagogie ne l’améliore pas d’un coup de baguette magique. Il ne faut pas confondre outil et savoir, outil et méthode de travail. Le numérique ne permet pas automatiquement d’apprendre à bien structurer son raisonnement et sa pensée. Il faut aussi savoir distinguer les usages du numérique qui sont mis en place pour des raisons économiques (faire des économies d’enseignants) de ceux qui améliorent réellement la pédagogie (ils sont encore rares).

L’effort qui reste à faire n’est pas que technique. Il reste à inventer et tester les meilleures pédagogies et outils associés. Il faudra se poser la question douloureuse de la généralisation de l’anglais dans certains de ces enseignements en ligne si on veut vraiment attirer les meilleurs à l’échelle mondiale ou se contenter autrement de la sphère francophone qui est somme-toute assez limitée.

Sinon, pas besoin de trop s’inquiéter. On peut s’appuyer sur des outils comme iTunes U, la version d’iTunes pour le elearning. Il comprend un système de lecture hypertexte associant texte, photos, vidéos, QCM, etc. Mais il existe surement des éditeurs de logiciels locaux qui proposent des solutions alternatives. Ils pourront profiter de la création d’un fonds de financement dédié, toujours issu du Plan d’Investissement d’Avenir. Appel d’offre à l’horizon !

iTunes U

  • La formation aux filières du numérique

Ici, l’objectif du gouvernement est de combler le déficit de compétences dans le domaine, estimé à 3000 emplois par an. Le chiffre retenu est maintenant plus raisonnable que ceux qui étaient alimentés l’année dernière par certaines organisations professionnelles (en dizaines de milliers de postes). Il s’agit aussi d’attirer les femmes dans ces formations pour en améliorer la parité (une occasion d’utiliser les contenus de l’exposition Quelques Femmes du Numérique ?).

L’approche du gouvernement ? Elle est plutôt sectorielle et sporadique avec des actions concertées avec le Syntec Informatique (pour les SSII) et le secteur de la construction. Elle est beaucoup plus vague que pour les deux plans précédents. On sent que ce n’est pas encore sec. Ce d’autant plus que les initiatives privées vont bon train dans ce domaine comme le projet d’école d’informatique gratuite que pourrait lancer Xavier Niel.

Le gouvernement intègre sinon les emplois d’avenir dans son approche. Ceux-ci sont destinés aux jeunes peu ou pas formés au numérique et aux “décrocheurs” du système scolaire traditionnel. 2000 emplois d’avenir sont proposés avec des formations aux métiers du numérique, et notamment pour les métiers de “service numérique à la personne”. De quoi s’agit-il ? Ce sont des “Emplois d’assistant(e) informatique et internet à domicile, accessibles sans diplôme et pouvant déboucher sur le titre professionnel d’agent d’intervention sur équipement électronique et numérique.”. Pour des services publics ou privés ? Pour alimenter les centres d’appels des opérateurs télécoms qui ne sont pas à l’étranger ? Non ! La réponse se trouve au début du troisième article de cette série.

Emplois davenir numeriques

Voilà pour l’éducation, un sujet que le gouvernement a l’air d’avoir travaillé de manière assez … scolaire ! Sentence : peut-mieux faire…

Dans l’article suivant, nous passerons au second volet du plan du gouvernement qui concerne la compétitivité.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 6 mars 2013 et mis à jour le 14 mars 2013 Post de | Enseignement supérieur, France, Politique, Sociologie | 21232 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 6 commentaires et tweets sur “Le nouveau plan numérique du gouvernement : éducation” :

  • [1] - forum blogs a écrit le 6 mars 2013 :

    Aîe et moi qui pense y retourner sur les bancs de l’école.

  • [2] - Catherine Moal (@CatherineMoal) a écrit sur Twitter le 6 mars 2013 :

    “Le nouveau plan numérique du gouvernement : éducation” de @olivez sur http://t.co/PAg07uJmxp #eeducation #ecole #numerique

  • [3] - alainec a écrit le 6 mars 2013 :

    Salut Olivier.
    Si les TNI sont (parfois) peu utilisés, c’est qu’ils n’ont pas toujours été accompagnés de la nécessaire formation à leur utilisation pour les enseignants.
    A ce titre, la formation au numérique dans les ESPE est un vrai pas en avant.

    Cependant, les TNI, ou plutôt leurs successeurs les VPI (video-projecteurs interactifs, Epson ou Smart), représentent un réel plus dans l’interaction profs-élèves.

    Pour ce qui est de la pédagogie, on y travaille, et de plus en plus d’enseignants français ont recours à des méthodes plus modernes d’enseignement (classes inversées, cours en ligne agrégeant leur propre contenu avec du contenu web 2.0 ou du contenu provenant directement de ressources pédagogiques numériques…).

    La France a du retard, mais si elle ne s’égare pas dans des débats stériles (du type Open Source vs. propriétaire), elle va combler ce retard.

    Amicalement

    Alain

  • [4] - Alexis MONS (@AlecM) a écrit sur Twitter le 6 mars 2013 :

    Le nouveau plan numérique du gouvernement : éducation http://t.co/FCeteHG35D Où comment rendre clair un truc qui ne l’est pas. Et tout à…

  • [5] - @JNdeGALZAIN a écrit sur Twitter le 7 mars 2013 :

    Bien connaître l’historique avant “Le nouveau plan numérique du gouvernement : éducation” sur http://t.co/AgSv13kdiz

  • [6] - @fcouchet a écrit sur Twitter le 7 mars 2013 :

    Décryptage : “Le nouveau plan numérique du gouvernement : éducation” http://t.co/FUv9LjuDrd




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
L'Echappée Volée Jul2018
2018
297 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
511 photos
albth
Lancement Fondation Femmes Numériques Jun2018
2018
112 photos
albth
USI Jun2018
2018
195 photos
albth
Web2day Nantes Jun2018
2018
327 photos
albth
CEA Saclay Daniel Estève Jun2018
2018
23 photos
albth
French Tech Station F May2018
2018
21 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.
flow
Maud Franca (CDC)
Maud est Directrice Adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts (CDC). Membre de la cellule nationale French Tech, mentor et aux boards de startups.
flow
Chloé-Agathe Azencott
Chloé-Agathe est chargée de recherche au Centre de Bioinformatique de MINES ParisTech et de l'Institut Curie. Cofondatrice de la branche parisienne du meetup Women in Machine Learning and Data Science.
flow
Béatrice Moulin et Clara Deletraz (Switch Collective)
Béatrice et Clara sont cofondatrices de la startup Switch Collective.
flow
Laurence Devillers
Laurence est chercheur et Professeur en Intelligence Artificielle à Sorbonne Université/LIMSI-CNRS, équipe de recherche "Dimensions affectives et sociales dans les interactions parlées". Membre du comité de réflexion sur l’éthique du numérique (CERNA) d’Allistène, Auteure de « Des Robots et des Hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon 2017.
flow
Sophie Viger
Sophie est Directrice de la Web@cadémie, de la Coding Academy by Epitech et directrice pédagogique du Samsung Campus.
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive. #entrepreneuse
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire. #entrepreneuse
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League. #entrepreneuse
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.

Derniers commentaires

“Probablement, même si je n'ai pas encore vu d'étude de cas dans ce créneau......”
“Et les applications en Supply Chain? Cela se limitera à tous les sujets d'optimisation existants déjà, mais en temps réel par...”
“En te lisant, cela a l'air si simple ! Va bien falloir plusieurs lecteurs pour que j'assimile tout cela ! ps : petite coquille dans le paragraphre "Types de qubits". - voir utilisés en production...”
“J’utilise depuis longtemps pour acheter des followers instagram et acheter des likes instagram. Je n’ai pas de problèmes avec ce type de service, après chacun fait comme il veut...”
“Merci pour toutes ces infos! Une mine d'or. Petite coquille dans le paragraphe créateur : qui vont pour une bonne part d’expatrier aux USA qui vont pour une bonne part s’expatrier...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.