Que peut donner l’initiative France Digitale ?

Publié le 6 juillet 2012 et mis à jour le 12 novembre 2014 - 11 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Le 2 juillet 2012 avait lieu le Lancement de l’association France Digitale à Paris en présence de Fleur Pellerin et de près de 200 personnes avec une très bonne représentativité de l’écosystème numérique français… ou tout du moins francilien. Le support de présentation de ce lancement est disponible sur SlideShare.

Logo France Digitale

France Digitale s’est donné pour mission de promouvoir le dynamisme de l’entrepreneuriat numérique français avec la particularité de rassembler à la fois des investisseurs et des entrepreneurs de ce secteur.

Salle 18 rue Daunou (4)

Donc donc donc… que peut-on en dire, qui éventuellement n’aurait pas été déjà dit ?

Dans un mode un peu binaire, je vais couvrir les points remarquables et les points de vigilance de cette initiative.

Les points remarquables

Une association bi-métier

Le premier est qu’il s’agit d’une rare initiative professionnelle associant des investisseurs (en capital risque) et des entrepreneurs du numérique (plutôt émérites). En effet, les associations professionnelles du secteur ont tendance à être d’un côté sectorielles (logiciels, jeux vidéo, commerce en ligne, contenus, etc), pas forcément axées sur les startups. Et de l’autre, axée sur l’investissement avec l’AFIC pour les investisseurs en capital-risque et France Angels pour les clubs de business angels. Au milieu, nous avons les startups mais il n’en existe pas vraiment de syndicat professionnel.

Des personnalités engagées

Le second tient aux personnalités qui animent cette association. Elles sont très actives dans l’écosystème et d’un très bon niveau. On notera en particulier le leadership de la très dynamique Marie Ekeland d’Elaia Partners, survoltée pendant le lancement, qui est co-présidente de l’association avec Marc Ménasé de la société Meninvest.

Marie Ekeland (Elaia Partners) (12)

Pourquoi deux co-présidents, une structure de gouvernance habituellement bancale ? Simplement, pour respecter la dualité investisseurs/entrepreneurs de l’association. On la retrouve avec les vice-présidents : Emmanuele Levi de 360 Capital et Eric Carreel de Withings, tout comme au niveau du trésorier et du secrétaire général.

Dans les investisseurs, on trouve à la fois des VC classiques comme ID Invest, Partech, Sofinova ou Ventech et des fonds d’entrepreneurs comme ISAI et JAINA. Mais pas de business angels. Côté startups, il y a bien entendu du web, du commerce en ligne, du logiciel (Total Immersion, AllMyApps) mais aussi du hardware (Withings). Ça manque juste un peu de matériel. Quid de Parrot et Archos sans compter la filière des semi-conducteurs ?

France Digitale Conseil Administration

Une prolixité de propositions

Le troisième tient au très bon travail d’une dizaine de commissions de l’associations avec des propositions dans tout un tas de domaines et pas que dans celui du financement et de la fiscalité qui sont un cheval de bataille habituel des associations professionnelles du secteur comme l’AFIC. De plus, ces propositions qui sont en général destinées à la construction des politiques publiques sont en première apparence iso-budget pour l’Etat.

J’apprécie en particulier celle de la commission sur la culture de l’innovation qui préconise d’abolir les frontières artificielles entre les corps de métiers (entrepreneurs, chercheurs, enseignants, investisseurs, PME). Surtout si cela intègre aussi les métiers eux-mêmes : ingénieurs, chercheurs, sociologues, marketeurs, designers, concepteurs graphiques, juristes, financiers, etc.

Il y a aussi quelques propositions intéressantes côté financement comme l’appel à l’assurance-vie pour financer les startups, à l’image de ce que font les fonds de pension américains qui allouent une toute petite part de leurs énormes actifs au financement de fonds de capital-risque. Et aussi l’appel au CIR qui pourrait être alloué au financement de startups par les grandes entreprises.

Et puis, en liaison avec le besoin d’avoir plus d’ETI, l’orientation internationale nécessaire pour nos startups. Le sujet ne semble cependant qu’effleuré pour l’instant. La projection de nos startups à l’échelle mondiale est l’un des rares moyens de les faire atteindre le statut d’ETI. Certes, on peut créer des ETI dans le commerce en ligne en restant local. Mais cela ne contribue en rien à améliorer la balance commerciale du pays. Une ETI “stratégique” doit améliorer cette balance, sinon, son effet est neutre sur l’économie.

Fleur Pellerin dans la place

La quatrième tenait à la présence au lancement de Fleur Pellerin. Elle y restée pendant tout l’événement, écoutant attentivement les propositions des dix commissions, accompagnée de son conseiller numérique Aymeril Hoang. A ceci près qu’elle modérait les ardeurs des uns et des autres en précisant que les contraintes budgétaires étant ce qu’elles sont, son action était limitée. Ses contraintes ne sont d’ailleurs probablement pas que budgétaires.

Fleur Pellerin (4)

Le numérique dans la relance

Il y avait aussi cette valorisation du numérique comme la pierre angulaire de la relance économique française. Et aussi celle de la culture entrepreneuriale. Comme d’autres associations le soulignent, le numérique joue doublement sur la croissance : au niveau des industries du numériques elles-mêmes, surtout lorsqu’elles peuvent exporter, mais aussi dans les usages du numérique par l’ensemble des acteurs économiques et aussi des services publics. Il ne s’agit pas que des startups.

Des études à la clé

Enfin, l’action de France Digitale s’appuie sur des outils de mesure. Elle vient notamment de publier un baromètre réalisé par Ernst & Young (Franck Sebag) qui valorise la création d’emplois par les startups. Il est destiné à être mis à jour sur une base annuelle.

A l’origine, c’était une étude commandée par Marie Ekeland sur le portefeuille d’Elaia Partners. Le cadre a été élargi aux portefeuilles d’investissement de tous les membres de France Digitale et intègre ainsi 107 sociétés. Les chiffres sont bons, et pour cause : ces sociétés sont plutôt dans l’aval du cycle de l’innovation, avec des sociétés triées sur le volet par des VCs.

Les bémols et points de vigilance

J’en ai noté quelques-uns comme il se doit !

Une association de plus ?

Le premier, qui a déjà donné lieu à pas mal de commentaires, est le risque d’accroitre la fragmentation de l’action professionnelle associative dans le secteur du numérique. Je l’avais cartographiée dans Les clivages de la présidentielle 2012 sur le numérique. Cela fait un logo de plus dans le schéma ! Mais OK, il est plus transversal que les autres.

Il y avait bien ce “Collectif du numérique” qui avait regroupé une vingtaine d’associations du numérique le temps de la présidentielle et organisé un débat avec Fleur Pellerin et Nicolas Princen représentant respectivement François Hollande et Nicolas Sarkozy entre les deux tours. Puis, plus rien. Dans la pratique, le numérique ne parle pas d’une voix, et il est difficile d’en n’avoir qu’une seule tant le secteur est diversifié avec des acteurs ayant des problématiques très différentes et aussi des interlocuteurs très différents au niveau de l’Etat (Bercy, Culture, Education, Recherche).

Quid aussi du Conseil National du Numérique ? Il a été contesté lors de sa création car il ne représentait pas bien tout l’écosystème du numérique. Et en effet, il ne comprenait qu’une seule startup, le dynamique Alexandre Malsh de Melty, et aucun investisseur. Sa constitution initiale pilotée par l’Elysée rendait son indépendance sujette à caution même si le CNNum a été assez productif en avis à destination du gouvernement qui ont pu montrer une bonne forme d’indépendance. La fin de la présidence de ce CNNum par Gilles Babinet et son remplacement par Patrick Bertrand (ex AFDEL) n’a pas été entièrement mise au clair. Le CNNum était-il trop indépendant pour le pouvoir politique ?

La nomination par Fleur Pellerin d’un nouveau Secrétaire Général en la personne de Jean-Baptiste Souffron a jeté un trouble. Non pas en raison du choix de ce dernier mais parce que qu’elle accentuait l’impression de prise en main de l’outil par le pouvoir politique. Un peu comme lorsque Eric Besson avait tenté de créer un poste de “commissaire du gouvernement” au sein de l’ARCEP en 2011. Le précédent Secrétaire Général, Benoit Tabaka (parti chez Google), avait été choisi par le CNNum lui-même. Ceci a provoqué un psychodrame compréhensible le soir du 5 juillet 2012 avec la démission de l’ensemble des membres du CNNum à l’exception de Gilles Babinet. De toutes manières, une instance représentative d’un secteur ne peut pas être définie par l’Etat lui-même. Elle doit se prendre en main elle-même. Que dirait-on si les dirigeants de la FNSEA ou de la CGT étaient choisis par le gouvernement ?

Net net, France Digitale est en effet un maillon de plus dans l’écheveau d’associations du secteur, mais il comble tout de même un vide et son indépendance est très utile. Après, c’est un concours naturel entre associations sur celle qui sera la plus prolixe et efficace côté propositions et lobbying.

Les dures lois du lobbying

Le second point tient à la sous-estimation chronique de la lourdeur de toute action de lobbying. Je l’avais documentée en 2011 dans un article sur la manière dont le lobbying s’organisait ou pas dans le secteur du numérique. Un lobbying efficace demande une présence dans tout un tas d’endroits et pas seulement au niveau de l’exécutif (Elysée, Matignon, Ministères) : il y a l’échelon administratif et les établissements publics (Oséo, CDC, ANR, etc), le législatif (Assemblée Nationale et Sénat, ses commissions, ses rapporteurs de projets de lois du gouvernement, ses spécialistes de la proposition d’amendements) sans compter les Autorités Indépendantes (ARCEP, CSA, HADOPI) sur certains sujets. Et il faut tout recommencer à chaque alternance politique voire remaniement Ministériel.

Quand on propose des mesures à un gouvernement qui relèvent de la loi et même du décret, il faut se donner les moyens… dans le détail. A la fois dans la rédaction de textes de loi, avec l’aide de juristes, et aussi dans “l’opérationnalisation” des mesures. Les propositions genre “encourager” ceci ou cela sont bien trop vagues. Il faut être très précis dans ses propositions. Il faut aussi en évaluer les effets de bords ou de contournements, notamment en termes de fiscalité. C’est un travail d’orfèvrerie.

La situation se complique avec l’actuel gouvernement dont l’idéologie dominante n’est pas des plus favorables à l’entrepreneuriat. Les annonces en termes de fiscalité sur l’investissement dans l’innovation vont ainsi dans un très mauvais sens (taux de 25% d’exonération ISF sur l’investissement dans les startups que ce soit via les FCPI ou en direct). On sent une tendance claire : sous couvert de disette budgétaire, l’Etat s’apprête à déplacer une part du financement de l’innovation du secteur privé (incité via des exonérations fiscales… en baisse) vers le secteur public (via son renforcement, notamment via la Banque Publique d’Investissement, qui regroupera sans les fusionner Oséo et la Caisse des Dépôts, mais qui seront dotés de plus de moyens). On déshabille donc Pierre pour habiller Paul … avec un résultat qui ne s’annonce pas meilleur.

A peine lancée, l’association est donc face à un mur. France Digitale n’est pas prête de changer cela. En même temps, les contre-pouvoirs vocaux sont toujours utiles en démocratie. Il est bon de persévérer !

Impression de déjà vu

Les thèmes de travail des commissions de France Digitale donnent une impression de déjà-vu et notamment le rapprochement chercheurs-entrepreneurs (vu chez CapIntech, le réseau RETIS, etc) ou le renforcement du financement notamment en later-stage (évoqué à l’AFIC et chez France Angels). Avec des messages vus maintes fois dans la palanquée d’études et de rapports publiés à destinations du gouvernement sur la manière d’améliorer l’innovation en France. Au menu : stabilité des dispositifs fiscaux, regroupement de dispositifs, focalisation géographique sur quelques pôles pour éviter l’actuelle dispersion (72 pôles de compétitivité dont une bonne douzaine dans le numérique).

France Digitale Ingredients

Revient ainsi cette sempiternelle question de la relation entre grandes entreprises et PME, déjà traitée par l’Institut Montaigne et le Comité Richelieu et dans le cadre du Pacte PME. Ce thème de l’Open Innovation dans les grands groupes français est un sujet clé et complexe, très souvent analysé avec un angle macro-économique et statistique, comme dans ce rapport de Nicolas Von Bulow (Clipperton Finance, ci-dessous) qui anime l’une des commissions de France Digitale, sur l’environnement social et fiscal des entreprises innovantes.

Nicolas Von Bulow (Clipperton Finance) (2)

Il manque souvent la dimension “soft” et “sociologique” : la structure de nos élites, les modes de management de nos grandes entreprises, les stratégies sectorielles de nos entreprises, les lacunes en termes de construction de “plateformes” extensibles par des écosystèmes (et à ce titre, la présence de Withings dans France Digitale sera éclairante). J’avais moi-même traité de la question en 2008 dans un ensemble de propositions faites à l’occasion de la consultation lancée par Eric Besson pour son plan France Numérique 2012. Propositions peu suivies d’effet, mais dont j’ai ensuite évalué le niveau de mise en œuvre via la puissance publique ou les initiatives privées ou associatives fin 2011.

Le faible nombre d’acquisitions de startups numériques par ces grands groupes a d’autres explications. Certes, ce phénomène n’est visiblement pas spécifique au numérique. Mais dans cette industrie, il n’est pas aidé par le fait que les grands industriels du secteur ne vont pas bien et que ceux qui vont (plutôt) mieux comme les opérateurs télécoms n’ont pas de véritable stratégie produit. Il faut cependant changer les habitudes et méthodes dans les relations entre grands groupes et startups. Toutes les grandes boites s’y intéressent mais avec plus ou moins de bonheur et surtout parfois plus ou moins de déontologie.

De plus, l’association se focalise pas mal sur la création d’ETI. C’est une approche louable notamment au regard du point précédent. Mais attention à ne pas donner l’impression de vouloir assécher le “pipe en amont”, au niveau de l’amorçage. La qualité d’un écosystème vient à la fois de la quantité et de la qualité des projets qui alimentent ce pipe et de la capacité à faire grandir les meilleurs. L’un ne doit pas se faire à l’exclusion de l’autre. C’est le lot commun de l’innovation que de créer un “funnel” très évasé en amont qui se resserre au fur et à mesure. C’est cela même la notion de prise de risque. Le succès vient de l’échec et même d’échecs nombreux ! Quand l’association recommande une plus grande sélectivité (au niveau des aides de l’Etat), il serait donc bon de préciser où et quand et par qui. Oséo ? FSI ? Grand emprunt ?

Bilan globalement positif

Malgré ces différents bémols, le lancement de France Digitale ajoute une bonne voix aux cordes du bon sens pour dynamiser l’innovation en France. Il faut les encourager dans cette démarche. Et les investisseurs comme les entrepreneurs qui se sentent motivés sont les bienvenus dans cette association pour faire avancer le schmilblick.

As usual, j’ai aussi capté ce lancement sous forme de photos que vous trouverez ici.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 6 juillet 2012 et mis à jour le 12 novembre 2014 Post de | Entrepreneuriat, France, Startups | 14756 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 11 commentaires et tweets sur “Que peut donner l’initiative France Digitale ?” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos
albth
L'Echappée Volée Jul2018
2018
297 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
511 photos
albth
Lancement Fondation Femmes Numériques Jun2018
2018
112 photos
albth
USI Jun2018
2018
195 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.
flow
Maud Franca (CDC)
Maud est Directrice Adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts (CDC). Membre de la cellule nationale French Tech, mentor et aux boards de startups.
flow
Chloé-Agathe Azencott
Chloé-Agathe est chargée de recherche au Centre de Bioinformatique de MINES ParisTech et de l'Institut Curie. Cofondatrice de la branche parisienne du meetup Women in Machine Learning and Data Science.
flow
Béatrice Moulin et Clara Deletraz (Switch Collective)
Béatrice et Clara sont cofondatrices de la startup Switch Collective.
flow
Laurence Devillers
Laurence est chercheur et Professeur en Intelligence Artificielle à Sorbonne Université/LIMSI-CNRS, équipe de recherche "Dimensions affectives et sociales dans les interactions parlées". Membre du comité de réflexion sur l’éthique du numérique (CERNA) d’Allistène, Auteure de « Des Robots et des Hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon 2017.
flow
Sophie Viger
Sophie est Directrice de la Web@cadémie, de la Coding Academy by Epitech et directrice pédagogique du Samsung Campus.
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive. #entrepreneuse
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire. #entrepreneuse
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League. #entrepreneuse
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.

Derniers commentaires

“Article très intéressant. Tout comme Nora, je me demande aussi quelle est la place de senior dans cette évolution? Surtout les seniors qui sont à la recherche d'emploi. Mais aussi pour les seniors qui occupent des...”
“L’Europe et le quantique, par @olivez En quelques jours, la Commission Européenne a annoncé le financement de 22 p…...”
“Une synthèse très utile des résultats des études sur l'impact de l'#AI sur l'emploi. Le futur n'est pas clair mais…...”
“En effet, mon upload d'hier n'a visiblement pas été jusqu'au bout. C'est corrigé !...”
“Merci Oliver pour le contenu et l'effort fourni. Je viens de découvrir votre blog après votre intervention hier sur le live TV de l’expérience18 de Microsoft. Sauf erreur de ma part le fichier pdf de "ebook pour...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.