Une arnaque en Blu-ray

Publié le 2 avril 2010 - 18 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

L’histoire que je vais vous raconter ici aurait peut-être plus sa place dans les faits divers de “UFC Que Choisir” qu’ici, mais bon, elle est suffisamment alambiquée pour valoir le détour. Et on est en plein dans les “médias numériques”, l’un des sujets de prédilection de ce blog.

Le week-end dernier, mon fils et ses amis décident de regarder le film “2012” que je venais d’acheter en Blu-ray.

Il se trouve que j’utilise un PC pour ce genre de chose, un Media Center sous Windows 7. Mais comme Windows Media Center ne supporte pas nativement les DVD Blu-ray, je dois m’en remettre au logiciel Cyberlink Power DVD qui était fourni avec le lecteur/graveur Blu-ray d’origine LG Electronics que j’avais intégré dans le PC. C’est donc une version dite “OEM” d’un logiciel payant. Le constructeur LG Electronics a du l’acheter à l’éditeur Cyberlink pour quelques $.

Ce logiciel fonctionnait bien pour lire les différents DVD Blu-ray que j’avais pu acheter jusque là. Et le film catastrophe est arrivé ! Non pas du fait de son scénario sur la fin du monde, mais de par l’expérience que j’ai du traverser pour essayer de le voir sur mon Media Center.

J’ai passé, avec les amis de mon fils qui rigolaient bien, plus de temps que ne dure le film à essayer de le voir sur ledit PC. Et sans succès. Quel loser ! Le plus intéressant est que j’avais déjà pu regarder quelques extraits du film sur ma configuration après avoir acheté le disque.

Voici donc l’aventure de la lecture d’un film catastrophe Blu-ray sur PC :

  • On lance le logiciel Cyberlink PowerDVD après avoir inséré le Blu-ray 2012 dans le lecteur.
  • Il indique qu’il faut procéder à une mise à jour importante du logiciel pour pouvoir regarder les films (je n’ai pas retenté l’expérience en déconnectant le PC d’Internet…). Il n’est pas possible d’annuler la mise à jour et le téléchargement pour regarder tranquillement son film alors que le logiciel fonctionnait quelques jours avant avec le même Blu-ray. On effectue la mise à jour, après un téléchargement de plus de 90 Mo de logiciel à 85 Ko / secondes. Ca dure donc environ 15 minutes. On installe la mise à jour.
  • On lance le logiciel et on remet le DVD “2012” dans le lecteur. Patatras : il ne se passe rien, il n’est pas reconnu. On y met d’autres disques Blu-ray, et là, cela fonctionne.Cyberlink PowerDVD Comparison Chart
  • On se renseigne sur Internet et ont trouve qu’il faut utiliser la version 9 ou 10 de PowerDVD pour pouvoir regarder ce film qui semble poser problème.
  • On explore sa version OEM de PowerDVD pour identifier le numéro de version. Celui-ci ne figure nulle part dans l’interface du logiciel. Je découvre plus tard qu’il s’agit de la version 7.0.
  • On constate cependant qu’il est possible de mettre à jour vers la version 10 cette version OEM. On suit le chemin, et deux mises à jour sont proposées. Je choisis la moins chère et la commande en ligne, paiement via Paypal ($70). On télécharge cette mise à jour, tient, la vitesse passe à plus de 800 Ko/s. On l’installe.
  • On relance le DVD. Et là… message d’erreur: “ce DVD ne peut pas être lu”. Tient tient !
  • On retourne sur le site de Cyberlink et on trouve un comparatif (ci-contre en entier pour le fun, une cinquantaine de fonctionnalités à donner le tournis…) entre la version que l’on a acquise (dite “Deluxe”, $70) et la version plus complète (dite “Extra 3D” qui permet de voir des films en 3D, très utile en ce moment…, pour $100). Et on constate que la version DeLuxe ne supporte pas la lecture de disques Blu-ray. Seulement les DVD. Alors que cette fonction est déjà nativement supportée dans Windows 7 (et Vista) à partir des versions Premium, le tout dans le logiciel Media Center. On découvre qu’il faut donc la version “Extra 3D” pour lire des Blu-ray. Comment passer de la DeLuxe à la Extra 3D ? Le prix de la mise à jour est de $80. Ca fait un peu cher pour regarder UN SEUL DVD Blu-ray qui pose problème quand même !

Cyberlink PowerDVD upgrade path

  • Je décide de ne pas repayer une nouvelle fois et m’oriente vers la version d’évaluation gratuite de PowerDVD 10 Extra 3D qui doit savoir lire les DVD Blu-ray. Je télécharge (85 Ko/s, re-environ 15 minutes). J’installe. La version Extra 3D a l’air d’être installée. Elle peut lire les Blu-ray ? Bien non !
  • Je décide de laisser temporairement tomber la piste Cyberlink.
  • Les amis de mon fils me disent : teste donc des logiciels gratuits et/ou open source. Je leur dis qu’à priori, cela ne devrait pas fonctionner car le consortium Blu-ray piloté par Sony possède des brevets sur son format et les fait payer très cher à ceux qui les utilisent dans leurs logiciels et matériels. Parait-il plusieurs dizaines de $ par logiciel. C’est pour cela que Windows 7 ne supporte pas nativement les DVD Blu-ray du commerce. Et en effet, ni ce cher VLC ni MPlayer ne supportent les DVD Blu-ray. On le vérifie toutefois.
  • J’explore une dernière piste en téléchargeant une version d’évaluation d’un logiciel équivalent de Corel qui est censé lire les Blu-ray, le WinDVD Pro, qui est à $60. Et rebelote, encore une dizaine de minutes de téléchargement, l’installation, le test, et… le DVD “2012” n’est pas lisible. D’ailleurs, aucun Blu-ray n’y est lisible dans cette version d’évaluation. J’ai peut-être loupé quelque chose dans le téléchargement (on se fatigue à la longue…), mais pourtant, il n’y a qu’un bouton pour télécharger cette version d’évaluation.

Corel WinDVD Pro

  • Au passage, à chaque étape, on a du saisir un formulaire, fournir son email (celui qui est dédié à la poubelle), qui génèrera son lot de spam, etc. Ca fatigue à la longue !
  • Il est une heure du matin. On n’est pas loin du passage à l’heure d’été. J’abandonne bredouille… les amis de mon fils rigolent bien et s’orientent vers un autre film.
  • Le lendemain, je demande un remboursement en ligne de mon achat (possible sous 30 jours) à Cyberlink. Le processus est extrêmement tortueux, mais il aboutit trois jours plus tard. C’est la seule bonne nouvelle de l’histoire.

Un dernier détail, le DVD 2012 contient un petit message d’avertissement que voici et qui indique qu’il faut effectivement mettre à jour le firmware ou le logiciel de son lecteur Blu-ray, au cas, fortuit, où l’on aurait acheté le lecteur AVANT le disque ! Un message sibyllin qui doit probablement cacher une évolution des mesures de protection des disques. Quelle expérience visuelle “optimale”… !

2012 Blu-ray warning

Morale de l’histoire, émise par les copains de mon fils (de plus de 20 ans) : c’est quand même plus simple et moins couteux de “télécharger” (ie: pirater…) ! En effet, si on résume bien, après avoir acheté un DVD à 25 Euros, il faudrait payer le doublen, en plus, pour pouvoir le lire sur un PC. Un peu fort de café. Sans compter les deux heures et demie à essayer d’y arriver, plus longues que le film en question. Après ce genre d’expérience, assez courante chez ceux qui cherchent à respecter le droit d’auteur, il ne faut pas s’étonner de voir le piratage se développer !

C’est aussi la première fois que je tombe sur un logiciel (certes, une version dite “OEM”) qui se dégrade fonctionnellement automatiquement sans laisser le choix à l’utilisateur et qui me demande de payer le prix fort de pour pouvoir revenir aux fonctionnalités antérieures de ladite version OEM qui n’était pourtant pas limitée dans le temps. Et qui au passage ne m’indique pas clairement le chemin à suivre pour y parvenir. Tout cela est bien pire que la notion de “valeur enlevée” que j’avais évoqué en 2007 au sujet de Microsoft.

Même si au bout du compte je me suis fait rembourser et si l’affaire est peut-être anecdotique d’un point de vue statistique, en français, on appelle cela une arnaque !

_______________________

Info #1 : Cyberlink est une entreprise logicielle taïwanaise (ce qui est rare) qui fait un chiffre d’affaire annuel d’environ $130m avec un résultat net d’environ 20% de son CA.

Info #2 : le disque Blu-ray “2012” fonctionne bien et sans besoin de mise à jour de firmware sur mon lecteur Samsung BDP2500 acquis fin 2008 (qui pour la petite histoire n’était pas accessible le soir de l’expérience contée ci-dessus).

Info #3 : les ventes de disques Blu-ray sont en pleine croissance et commencent enfin à remplacer progressivement celles de DVD traditionnels. Mais ce support est amené à s’éclipser à terme devant les services de vidéo à la demande s’appuyant sur les infrastructures haut-débit. Et ce ne sont pas les bonus téléchargeables sur Internet des Blu-ray qui vont changer la donne. Rares sont ceux qui doivent en profiter après avoir vu leur film !

Publié le 2 avril 2010 Post de | Logiciels, Loisirs numériques, Marketing, TV et vidéo | 27219 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Les 18 commentaires et tweets sur “Une arnaque en Blu-ray” :

  • [1] - Alain a écrit le 2 avril 2010 :

    Merci pour ce témoignage.
    On comprend mieux la position d’une entreprise comme Apple, qui se tient à l’écart du Blue-Ray et de ses contraintes, pour privilégier les films en ligne.

    Je crois que je vais rester encore un moment avec mes “vieux” DVD…

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 2 avril 2010 :

      A ceci près que dans la bataille du Blu-ray contre le HD-DVD d’il y a quelques année, Apple a été un grand supporter du premier. Mais sans intégrer de lecteurs pour autant dans ses Macintosh. Effectivement, ils ont sans doutes compris que c’était depuis devenu un sujet caduque.

  • [2] - boris Defreville a écrit le 2 avril 2010 :

    Déjà (très) mauvaise de idée de regarder 2012….

    Plus objectivement, tant que la démarche des fournisseurs de contenu dématérialisé n’est située pas du coté de l’utilisateur (protection en tout genre), ça sera toujours plus facile d’aller chercher les contenus illégalement sur internet.

    Même la VOD n’est pas tout à fait au point. Un exemple : j’achète via ma freebox un film en VOD HD. Je paye puis je visionne. Problème : ma connexion internet n’a pas le débit suffisant pour visionner du HD en streaming. Résultat : 5 € pour ma pomme et une grosse envie d’aller chercher le film sur le net.

  • [3] - marco a écrit le 2 avril 2010 :

    Bien d’accord avec Boris, avec la BBOX on peut accéder à canal play, mais c’est très lent, avec le PC on peut surfer sur le site pour faire son choix plus rapidement. Après pour trouver le film choisi dans le système VOD proposé par Bouygues, compter une bonne demi heure !
    impossible de faire des recherches par nom, les film ne sont pas classés par genre, on a seulement les rubriques nouveautés, action, et tous les films.
    Pas de classement alphabétique non plus.
    c’est une honte, je veux bien payer 3 à 5 € pour louer un film VoD, mais si ça va plus vite de le trouver sur un site de direct download, ça ne m’encourage pas non plus !

  • [4] - JM a écrit le 2 avril 2010 :

    Sympathique temoignage ou vous avez sur faire preuve de beaucoup de patience 🙂
    Ce n’est pas la premiere fois que je lis une histoire de probleme de lecture de supports numeriques…
    Comment les Majors peuvent-elles esperer enrayer le piratage en proposant des produits chers, sources de plantages, difficiles, voir impossibles a lire sur son lecteur ou sur son PC/Mac ? A croire que l’honnetete ne paie plus 😉
    Bref, a part passer au “tiroir-caisse” tous les 6 mois (on peut parler des consommateurs “vaches-a-lait”), on comprend mieux le developpement des Dvix ou la position d’Apple.
    Ce qui m’amuse le plus, c’est l’antagonisme entre la “fameuse” qualite d’image extraordinaire du Blu-ray et la qualite moindre (en restant poli) compressee des nombreux Dvix lus par des milliions de “pirates” qui semblent s’en contenter… La qualite du son ou de l’image : on s’en fout, ce qui compte, c’est le cote “pratique” et “gratuit” de l’operation !

    PS : je continuerai a acheter du DVD et du CD tant que l’on pourra en trouver dans le commerce et passer au “tout numerique dematerialise” me desole a l’avance, etant “hifiste” et amateur de bon son dans l’ame…

    • [4.1] - Olivier Ezratty a répondu le 2 avril 2010 :

      Etant sensible aussi à la qualité de l’image, je préfère encore le FullHD pas trop compressé des disques BD. Suit en terme de qualité le signal satellite de Canal+ qui est envoyé à un débit de 12 mbits/s je crois. En VOD/IPT, on descend souvent à 5-6 mbits/s. Mais effectivement, comme pour la musique avec le MP3, le gros de l’audience, notamment jeune, n’a que cure de ces détails sur la qualité de l’image comme du son. Le BD est peut-être même un produit de quadras et quinquas…

  • [5] - simon a écrit le 2 avril 2010 :

    J’ai eu exactement la même expérience avec le blu-ray Twilight qu’on m’avait prêté, et j’ai aussi un lecteur LG, ainsi que PowerDVD. J’ai fini par abandonner (bon je ne suis pas sûr que le film était bon). C’est quand même dingue qu’on ne puisse pas lire un film en ayant tout acheté officiellement, le matériel, le logiciel et le disque!

    Il y a aussi ce logiciel Any DVD HD (http://www.slysoft.com/fr/anydvdhd.html) qui est censé pouvoir t’aider mais la version d’évaluation n’avait pas fonctionné mieux chez moi…

    Mais du coup, tu m’as donné une nouvelle idée, je n’avais pas pensé que ça pouvait venir de la marque et du modèle précis de lecteur… je vais peut-être chercher si je ne trouve pas un firmware spécifique… 🙂

    • [5.1] - Olivier Ezratty a répondu le 2 avril 2010 :

      Le firmware de mon drive Blu-ray était bien à jour, donc le problème n’était visiblement pas situé de ce côté là. D’autant plus que mon lecteur “de salon” datant de 2008 a pu lire ce BD sans mise à jour du firmware non plus (il n’est pas connecté sur Internet).

      Je connais AnyDVD. Je l’ai utilisé une fois (en version d’essai, so far), combiné à TsDemuxr, pour récupérer des extraits de films BD sur mon Média Center. Je peux ainsi y accéder dans le menu “My Video” de MCE.

  • [6] - Lionel a écrit le 2 avril 2010 :

    Ma fille à regardé la version 1080 de ce film en MKV sous XBMC… en deux clicks de télécommande.

    Si besoin était, voici une fois de plus la démonstration que les éditeurs font vraiment tout pour aider le consommateur légal à sortir des clous…

  • [7] - nicolas a écrit le 2 avril 2010 :

    Parce que rien n’arretera jamais l’open source.
    https://help.ubuntu.com/community/RestrictedFormats/BluRayAndHDDVD

  • [8] - bern2zero a écrit le 2 avril 2010 :

    @Olivier, j’ai moi aussi fait ce constat il y a quelques mois avec des mésaventures similaires. Il est plus facile de télécharger un blu-ray sur les newsgroup en .mkv au format 1080p que d’essayer de trouver la config technique “légale” pour le lire.

    Les “majors” n’ont toujours pas compris, c’est navrant et tellement stupide ; ils se tirent une fois de plus une balle dans le pied. Mon fils a arrêté d’acheter des CD le jour où tout content d’avoir trouvé le dernier “Rihanna” à la FNAC, il était désespéré de ne pouvoir le lire son lecteur. Depuis, c’est terminé les CD, DVD et autres, il va sur Deezer, Spotify ou les sites de streaming, (voire d’autres moyens mais je ne suis pas au courant). Je ne crois pas beaucoup à l’avenir du Blu-ray s’ils en profitent pour rajouter des sécurité dans tous les sens qui pénalisent le consommateur.

    J’attends avec impatience le site voddler.com en France qui donnera légalement accès à du contenu vidéo sur le même modèle que Deezer ou Spotify.

  • [9] - jb a écrit le 5 avril 2010 :

    Je dois avouer que j’ai bien rigolé… Je suis désolé. 🙂

    Je rapproche ton expérience du comparatifs des nouveaux DVD Disney où il est impossible de commencer le film avant 25 minutes de bandes annonces diverses… Alors que “l’expérience” téléchargement est autrement plus rapide…

    Sinon, VLC et MPlayer devraient supporter le Blu-Ray dans le courant de l’année 🙂

    • [9.1] - Olivier Ezratty a répondu le 6 avril 2010 :

      C’est vrai qu’il y a de quoi rigoler tant ce genre d’expérience est absurde !

      Bonne nouvelle sinon, pour le support du Blu-ray à venir dans VLC et Mplayer ! Et quid du support des télécommandes MCE ?

  • [10] - bobonofx a écrit le 7 avril 2010 :

    Dans la même veine, un article de TC sur le watermarking (infos personnelles cachées dans le fichier) non déclaré présent dans les fichiers mp3 achetés sur le net.

    http://tcrn.ch/c8NFnl

    Hummmmm

  • [12] - Herve Kabla a écrit le 12 avril 2010 :

    Et dire que cela se produit chaque soir dans plusieurs milliers de foyers français! Et encore, tu as eu de la chance que ce soit ton fils et non ta femme, qui patiente en feuilletant son Cosmo, avant de t’annoncer qu’elle va se coucher, en songeant à la prochaine soirée mondaine où elle va pouvoir dire que ça y est, son mari est dépassé par la techno…

    Moi, je n’achète plus que des vieilles VHS d’occasion sur eBay. En plus, c’est mieux, les films de science-fiction se déroulent aujourd’hui (2001, 2010, etc).

  • [13] - Laurent a écrit le 12 avril 2010 :

    C’était exactement le même problème à l’arrivée des DVD. Il fallait un lecteur soft de DVD car non présent dans les différents OS. La situation est la même avec les Blu-ray. Et même pire ave cles notions d’interactivité. Dommage HD DVD ne soit pas passé, c’était quand même bien mieux !
    J’ai aussi un Media Center sos Windows 7 et je suis aussi passé par ces galères pour la lecture de Blu-Ray. Résultat, je n’achète plus de Blu-Ray. Je reste aux bons vieux DVD et aux enregistrements de TNT HD.




Répondre au commentaire suivant de Alain publié le 2 avril 2010 :

Merci pour ce témoignage. On comprend mieux la position d'une entreprise comme Apple, qui se tient à l'écart du Blue-Ray et de ses contraintes, pour privilégier les films en ligne. Je crois que je vais rester encore un moment avec mes "vieux" DVD...


Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
558 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique quantique.
flow
Elham Kashefi
Elham est Directrice de recherche au CNRS LIP6 Université Sorbonne, professeure d'informatique quantique à la School of Informatics University d'Edimbourg, cofondatrice de la startup VeriQloud. #quantique
flow
Paula Forteza
Paula est députée des Français d’Amérique latine et des Caraïbes et rapporteure de la mission sur les technologies quantiques demandée par le Premier ministre. #quantique
flow
Jacqueline Bloch
Jacqueline est Directrice de Recherche au CNRS. Elle y développe ses travaux au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies de l'Université Paris Saclay. Elle est également professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. #quantique
flow
Eleni Diamanti
Eleni est Directrice de recherches au CNRS (Sorbonne Université) et spécialiste de la cryptographie quantique. #quantique
flow
Maud Vinet
Maud est responsable du projet d'accélérateur quantique sur silicium au sein du CEA. Bref, derrière une révolution technologique qui comptera à l'échelle mondiale ! #quantique #ExpoBercy2019
flow
Maria Alejandra Zuluaga
Maria est maître de conférences et chercheuse en apprentissage automatique avec des applications en médecine et santé à EURECOM, école d’ingénieurs et centre de recherche en sciences du numérique.
flow
Pascale Caron
Ingénieure avec un MBA, Pascale est CEO de Yunova, conseil en innovation et Associée Beforgo.com, une startup prometteuse du Tourisme.
flow
Josiane Zerubia
Josiane est directrice de recherche à l'Inria au centre de Sophia-Antipolis Méditerranée, spécialiste de la modélisation stochastique en traitement du signal et des images, en particulier pour l'imagerie spatiale.
flow
Christelle Yemdji Tchassi
Christelle est ingénieure développement logiciel châssis chez Renault Software Labs à Sophia Antipolis. #ExpoBercy2019

Derniers commentaires

“Juste pour signaler 2 typos: page 24 : dont 5 en étaient déjà détenteurs au moment de la réunion (noms soulignés en vert) J'en compte 6 soulignés en vert page 28 : - James Chardwick (1991-1974) Je...”
“Très intéressant comme position. Ils semble que vous ayez bien appris les thèse des François Gervais. Je vous conseille de regarder cette vidéo qui analyse la conférence qui vous as instruit, pour avoir au moins...”
“Pour moi ceux qui ne veulent pas comprendre et qui ne se documentent pas restent des imbéciles. Moi aussi j'ai pensé que c'était bizarre avant que je me documente. Car c'est loin de nous et l'Espace ça fait peur et...”
“Un résumé rapide. Tout d'abord, les variations du CO2 suivent celles de la température pas l'inverse. Rien que cela prouve que la théorie soutenue par le GIEC est fausse. Ensuite il y a les prévisions faites...”
“Pouvez vous lister les faits infirmant les positions du GIEC ? Je crois que les positions de cet organisme ont plutôt été en deça de ce qui se passe. Mais je suis prêt à réviser mon jugement sur les faits...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.