Valeur enlevée du logiciel

Publié le 12 mai 2007 - 9 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Certains détracteurs de Microsoft ont souvent enfourché le cheval de bataille de l’obésiciel, ou “bloatware“. Roberto Di Cosmo avait vulgarisé cette notion dans son acrobatique brûlot contre l’éditeur publié en 1998, le “Hold Up Planétaire”, qui est maintenant disponible en téléchargement.

L’obésiciel serait cette tendance condamnable des éditeurs de logiciels, Microsoft en premier, à augmenter sans cesse le nombre de fonctionnalités des logiciels pour justifier la vente de mises à jour. En fait, c’est un phénonène relativement normal : il s’appuie sur l’évolution de la puissance des microprocesseurs et la baisse du coût de la mémoire et du stockage. Il n’y a pas tant de manières différentes de faire vivre un logiciel : augmenter ses fonctionnalités, sa rapidité, son interopérabilité, sa sécurité et sa fiabilité. Et comme l’ajout de fonctionnalités ne justifie pas normalement d’en enlever qui existent déjà, il se développe une entropie naturelle des logiciels. C’est d’ailleurs également le cas des logiciels libres. Un Linux, un MySQL, un TheGIMP d’aujourd’hui sont bien plus riches et nécessitent plus de stockage et de mémoire qu’à leurs débuts. C’est aussi le cas du lecteur Adobe Acrobat Reader qui est devenu une véritable usine à gaz à tel point que j’utilise maintenant à sa place FoxIt Reader, un lecteur aussi gratuit, mais au chargement presque instantané.

Ce post a pour objet de jouer le contre-point de cette notion d’obésiciel et de mettre en évidence le cas opposé où de la valeur est enlevée aux logiciels dans leurs nouvelles versions et avec un impact négatif pour certains utilisateurs. Je vais m’appuyer sur quelques exemples qui concernent Microsoft et me gênent particulièrement. Mais on pourrait certainement faire une analyse équivalente chez d’autres éditeurs.

Commençons par le constat. Dans les dernières versions de Windows et d’Office, Microsoft a revu l’interface utilisateur de ses logiciels, mais en a profité pour les simplifier au point de retirer parfois des fonctionnalités qui étaient bien pratiques. Leur équivalent maintenant est certes toujours possible, mais au prix de manipulations bien plus complexes. Ce sont peut être des détails, mais ils me font perdre du temps au quotidien.

Valeur enlevée dans Windows Vista

  • On ne peut plus déclencher son scanner directement à partir de la fenêtre “My Computer” (cf ci-dessous, un scanner et un appareil photo qui apparaissaient dans “My Computer” sous Windows XP).   On le verra plus tard, ce n’est pas plus facile dans Office 2007. Il faut pour ce faire lancer Windows Photo Gallery. Et d’ailleurs, on ne peut pas y scanner plusieurs pages à la suite, il faut relancer à coup de clicks multiples l’outil de scan pour chaque page à scanner. Le nouveau “My Computer” de Windows Vista est plutôt devenu un “My Storage” puisqu’il ne contient plus que les disques internes ou externe et liens réseaux pour accéder à des fichiers, mais plus aucun autre périphérique permettant d’accéder à des données comme les appareils photo, caméras et scanners.

  • Il me semble que sous Windows XP, on pouvait accéder à sa webcam à partir de “My Computer”. Maintenant ce n’est plus possible. Si une webcam est reconnue au niveau matériel par Vista, aucun logiciel de Windows Vista ne permet de l’utiliser. Alors, on peut toujours installer de Windows Media Encoder dont le téléchargement est gratuit avec les Windows Media Tools 9.0, mais c’est un outil technique pas orienté utilisateur.
  • On ne peut pas non plus accéder à sa webcam à partir de Movie Maker! C’est un comble. Ce serait pourtant bien pratique d’enregistrer directement une petite vidéo à partie de cet outil! Mais cette fonctionnalité n’a peut-être jamais existé donc elle n’a pas forcément été retirée de Movie Maker.
  • La gestion des écrans en mode dual screen est devenue un cauchemard, en tout cas avec les drivers nVidia. Le changement du modèle de programmation des pilotes de périphériques a été dur à prendre en compte par les développeurs de ces processeurs graphiques. Six mois après la sortie de Vista en novembre 2006, nous n’avons toujours pas de pilotes qui fonctionne correctement avec Vista pour les cartes graphiques des laptops pour le mode double écran. Je constate sur deux ordinateurs différents de nombreuses bizarreries qui sont trop longues à énumérer ici, certaines ayant lieu lorsque l’on connecte le laptop à un projecteur pour une présentation.
  • Petit détail, le bouton “Search” dans le menu Windows/Start ne trie pas les résultats de la même manière qu’avant avec Windows Desktop Search. Résultat: les contacts n’arrivent pas en premier, ce qui est pourtant bien pratique lorsque l’on recherche les coordonnées d’un contact à partir du bureau (cf ci-dessous).

  • Il n’est plus possible de synchroniser son mobile sous Windows Mobile avec le Wifi et Active Sync. Cela s’explique par des contraintes de sécurité. Mais c’est tout de même curieux qu’aucune solution n’ait été trouvée!
  • L’interface de Media Center a changé par rapport à celle de Windows XP Media Center. Problème: elle est bien moins élégante et bien plus complexe que celle de Windows XP. On a perdu la simplicité comme fonctionnalité!

Bien entendu, heureusement, il y a des nouveautés intéressantes dans Windows Vista qui font qu’il est difficile de revenir en arrière (search un peu partout, le gestionnaire de fichiers, Photo Gallery, la sécurité, etc). Mais il est vraiment consternant de constater que certains détails bien pratiques passent à la trappe.

Valeur enlevée dans Office 2007

Les modifications de l’interface utilisateur d’Office 2007 sont encore plus troublantes que celles de Windows Vista car il n’y a aucun moyen de revenir en arrière alors, qu’encore, avec Vista, on peut modeler son bureau un peu à sa guise.

  • Les barres d’outils personnalisables ont disparu. On ne peut plus maintenant qu’ajouter des icones, bien petites, au dessus de la barre de menus. Mais pas les organiser comme on le souhaite dans plusieurs barres d’outils.

  • Les “ruban” (ribbon) complique les tâches et il est difficile de s’y habituer même après plusieurs mois d’usage. J’ai constaté une réelle baisse de productivité dans l’usage quotidien dès que je souhaitais mettre en page un document, aligner des objets dans Powerpoint et modifier leur style, etc. La raison est simple : pour enchainer plusieurs actions qui dépendent de plusieurs rubans différents, il faut à chaque fois chercher où elles se situent, et comme leur arrangement n’est pas toujours très logique et qu’il ne peut pas être personnalisé, on perd systématiquement du temps à trouver la fonction. Essayer de modifier la police de deux rectangles et de les aligner sous Powerpoint et comparez le nombre de clicks entre Powerpoint 2003 et 2007…
  • On ne peut plus synchroniser des tableaux Excel avec des listes sous Sharepoint. Cela ne me gêne pas, mais ceux qui se sont habitués à ce mode de fonctionnement en entreprise en sont pour leurs frais.
  • On ne peut plus importer d’images à partir d’un scanner dans Office (comme dans Office 2003, cf ci-dessous). L’aide en ligne indique qu’il faut lancer son logiciel de scanner préféré, scanner son image, la sauvegarder quelque part et ensuite l’importer à partir d’Office. Résultat: c’est bien plus long alors qu’avant, cela se faisait en quelques clicks. Quel est l’imbécile qui a pu décider qu’il en soit ainsi et pourquoi donc?

Le “instead, you can add pictures from your camera or scanner by downloading the pictures to your computer first, and then copying them from your computer into PowerPoint or Excel” de l’aide en ligne ci-dessous est vraiment fort de café! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

  • Les macros Word de son normal.dot ne sont pas prises en compte lors de la migration d’Office 2003 à 2007. Résultat, il faut se débrouiller pour le récupérer à la main et les réassocier à des boutons dans cette petite barre. Au passage, aucune information n’indique que le normal.dot n’a pas été récupéré après la migration!
  • Quand vous lancez une présentation Powerpoint en public, vous obtenez une boite de dialogue avec une alerte de sécurité (ci-dessous). Elle est liée à ce que des contenus tels que des images ont pu être copiés dans la présentation à partir de sites externes, Internet ou Intranet. Et ces contenus pourraient être mis à jour au moment du déroulement de la présentation et présenter des risques de sécurité. Certes. Mais petit problème : quand on présente, on est souvent avec un laptop en mode double écran et il n’est pas toujours facile de déplacer la souris d’un écran à l’autre pour valider cette boite de dialogue. Et puis, il serait intéressant de paramétrer cela autre part car cela fait toujours désordre de démarrer une présentation en public avec ce genre de message!

  • L’interface utilisateur d’Access 2007 (j’utilise cette base depuis la première mouture sortie en 1992) est devenue bien alambiquée. On ne s’y retrouve plus du tout. Il est bien difficile de sauvegarder une requête ou d’en copier une sous un autre nom (cf ci-dessous, le menu contextuel sur une requête… plus de “Save as…”). Les menus contextuels ne fonctionnent plus comme avant. L’interface utilisateur est devenue un véritable souk généré par un apprenti ergonome qu’il faudrait muter sur un ile déserte dans le Pacifique!

  • La fonction permettant de déclencher une animation d’objet dans le menu contextuel des objets dans Powerpoint a disparu (cf ci-dessous à gauche le nouveau menu sans “custom animation” et à droite, le menu équivalent dans Office 2003 avec cette fonction).

 

  • L’accès aux Services Web dans Excel était auparavant possible via VBA. Il nécessite maintenant de passer par l’outil de développement Visual Studio. Tant pis pour ceux qui appréciaient de travailler dans l’environnement VBA d’Office! C’était trop simple, et maintenant, il leur faudra faire dans le compliqué!C’est tout le contraire d’une démocratisation de leur usage. Alors qu’au contraire, il aurait fallu que Microsoft propose un accès directement aux utilisateurs avec la possibilité de fournir les caractéristiques d’un service Web pour y accéder à partir de cellules. On est bien loin de la promesse des services Web de l’annonce de .NET en 2001!
  • Je reçois dans Outlook des mails avec des lettres accentuées converties en signes cabalistiques sur certains mails. Je ne sais pas trop pourquoi mais imagine qu’un processus de conversion a été oublié, alors qu’il existait auparavant. Mais cela peut concerner autant Outlook que Vista ou les serveurs de messagerie (dont Hotmail). 

Ce qui est curieux avec Office, c’est que nombre de ces évolutions partent d’une bonne intention: simplifier l’interface utilisateur, améliorer la visibilité des fonctionnalités, accélérer la prise en main. Résultat: c’est apprécié par certains, mais les utilisateurs experts y perdent leur latin et perdent au passage un temps précieux.

Valeur enlevée dans Hotmail

L’accès à sa boite aux lettres Hotmail à partir d’Outlook (ou Outlook Express) a subit le plus d’aléas dans ce service. Il fut un temps où il était possible de le faire, si son compte Hotmail avait été créé il y a suffisamment longtemps. Puis, Microsoft a décidé de supprimer cette fonctionnalité pour les comptes créés plus récemment. Pour obtenir ce support dans Outlook, il fallait s’abonner à une formule Premium de MSN. Ce support d’Outlook est réapparu “comme nouveauté” cette semaine avec l’annonce de la dernière évolution de Hotmail, Windows Live Hotmail. On comprend bien le pourquoi de ces atermoiements. Microsoft a intérêt d’encourager ses utilisateurs à utiliser Hotmail à partir de l’interface Web car elle contient de la publicité qui permet de monétiser le service. Mais lorsque l’on a plusieurs boites aux lettres, on peut préférer utiliser un client de messagerie tel que Outlook. Et là, pas de publicité. Donc, pas de monétisation.

L’autre problème pour Hotmail, c’est qu’il n’est toujours pas possible d’y accéder à partir des standards POP3/IMAP qui sont supportés dans tous les logiciels client de messagerie et dans presque tous les emails gratuits (Yahoo, Gmail) et ceux de votre fournisseur d’accès Internet. Microsoft préfère garder ses clients dans la sphère de l’éditeur et donc tolère l’usage d’Outlook, mais pas d’un autre client de messagerie. Cela se comprend mais si l’on est soucieux d’utiliser son mail où bon nous semble, Hotmail n’est pas un bon choix!

Je me suis ici contenté de logiciels très diffusés, mais on pourrait faire le même inventaire avec d’autres logiciels de l’éditeur.

Le pourquoi du comment

Il est courant que des fonctionnalités soient enlevées entre les phases bêta et la version finale des logiciels. Ce genre d’événement n’affecte pas un grand nombre d’utilisateurs. Il risque juste de déçevoir les bêta testeurs. Et il s’explique par un arbitrage fonctionnalité / délai opéré par l’éditeur. Mais la suppression de fonctionnalités a un impact bien plus important.

Les “program managers” de Microsoft aux USA sont ces gars qui décident des évolutions des logiciels en fonction à la fois d’impératifs marketing et d’impératifs de coûts et de délais. Ils ont une vision très statistique du monde. S’ils considèrent que seulement 95% des utilisateurs exploitent une fonctionnalité, ils peuvent tout bonnement décider de l’enlever. En oubliant que les 5% qui sont pénalisés représentent parfois des millions d’utilisateurs, souvent expérimentés, vocaux et donc influents. Ils peuvent aussi privilégier les nouveaux utilisateurs (comme avec ces foutus rubans dans Office 2007) au détriment d’une part significative des utilisateurs existants. Ce sont des arbitrages bien délicats et déstabilisants pour la base installée. Arbitrages qui pourraient être réalisés en tenant plus compte de la base installée en permettant par exemple un fonctionnement dans l’ancien mode. Comme lorsque l’on peut configurer l’interface utilisateur de Windows XP pour reprendre celle de Windows 98 ou Windows 2000.

Par ailleurs, l’impact de ces suppressions, comme ce qui concerne les macros et le développement peut se retourner contre l’éditeur. Ces fonctionnalités sont exploitées par l’écosystème de l’éditeur. Si ce qui génère l’adhérence à la plate-forme n’est pas préservé dans le temps, cela augmente l’intérêt d’aller voir ailleurs et réduit le coût de migration. A l’heure où OpenOffice et Linux pointent sérieusement du nez, l’attitude de Microsoft est donc pour le moins risquée. Même si c’est certainement un risque mesuré et modéré de leur point de vue.

Il est probable que ma petite liste de valeur enlevée est incomplète. Elle n’est liée qu’à mon usage personnel, mais je suis certain que certains d’entre vous pourraient la compléter. Tout comme relativiser ou bien amplifier mon point de vue. A vous de voir!

Et j’espère au passage que mes anciens collègues de MS remonteront cela à qui de droit…

Publié le 12 mai 2007 Post de | Logiciels, Microsoft | 14535 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Les 9 commentaires et tweets sur “Valeur enlevée du logiciel” :

  • [1] - jean-eudes queffelec a écrit le 13 mai 2007 :

    Ce serait intéressant d’avoir une réponse précise de Microsoft sur les points que tu soulèves.
    Il est vrai que classiquement, les “program managers” de Corp plannifiaient les upgrades d’Office en se concentrant sur les besoins des “power users” mais pour la version 12, ils ont voulu prendre le contre pied et se focaliser sur les utilisateurs de base qui se plaignaient du manque de “discoverabilty” des fonctionnalités étendues.
    Le balancier aurait trop basculé dans le sens inverse il semble pour cette version.

    Egalement pour un poweruser comme toi, y a t il des fonctionnalités nouvelles dans Office 2007 qui font le contre poids aux frustrations que tu évoques? Sinon les power users doivent ils s’abstenir de l’upgrade Office 2007 et rester sous 2003/XP?

    De mon côté la pire frustration sur Office 2007 en valeur enlevée vient des performances dégradées du couplage Hotmail/Outlook (lenteur insoutenable de connexion serveur; perte de connexion intempestive,..) ansi que le manque criantes de fonctionnalités de base (impossible de créér des arborescences de dossier en mode connecté,..).
    Autant les frustrations que tu évoques sous Word/Excel/PPT/Access sont dues a des efforts (peut etre pas toujours opportuns ) d’innovations pour les utilisateurs de base,

    autant le manque flagrant d’efforts pour développer Outlook est inexcusable compte tenu de la taille de la base installée et des ressources pharaonniques d’Office;

    et plus que ppt/work/excel, le vrai talon d’achille de la suite Office est bien Outlook et je serai le premier, bien que Ex MS moi même, à adopter la première alternative d’un gestionnaire de contact/mail/calendrier fonctionnant correctement en offline/online.

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 17 mai 2007 :

    Après 6 mois de recherches, j’ai enfin trouvé l’origine des problèmes du “double écran” avec Vista cité dans ce post. nVidia n’était visiblement pas directement en cause. C’était Vista qui l’était. Et plus précisément la fonctionnalité Transient Multimon Manager qui sert à simplifier l’ajout de moniteurs ou projecteurs externes. Mais les automatismes poussés et non débrayables ni paramétrables de cet outil le rendent impropres à la consommation.

    La solution consiste à désactiver ce service TMM dans le Task Manager de Vista. Elle est documentée sur http://arnulfowing.blogspot.com/2007/05/vista-and-dual-monitors.html .

    Comme quoi, l’ajout d’une fonctionnalité peut revenir à la suppression d’une autre fonctionnalité. La tendance à vouloir prendre en charge tout pour l’utilisateur aboutit à ce genre de paradoxe.

  • [3] - pmf a écrit le 19 mai 2007 :

    La valeur enlevée, c’est original mais bien réel…
    Quand on crée des logiciels, on les fait évoluer, et des fois ce n’est pas toujours 100% réussi.

    A propos de Hotmail, il y a Live Mail Desktop Beta (gratuit), qui est vraiment génial pour ceux qui ont plusieurs adresses email (hotmail, live, yahoo, gmail, POP, …) J’ai abandonné Outlook 2003 pour lui, c’est dire. Pour le télécharger, il faut se connecter à live.com avec un passport domicilié aux US.

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 19 mai 2007 :

    Live Mail Desktop semble être le remplaçant d’Outlook Express. Mais bon, pour ce qui me concerne, il ne vaut pas le Outlook d’Office. Ne serait-ce que par l’intégration du calendrier qui n’est pas totale (elle est en mode web et sur MSN). L’interface est de plus très peu personnalisable.

    J’ai donc testé… mais n’y suis pas resté comme toi! Chacun ses besoins!

  • [5] - Daniel COHEN-ZARDI a écrit le 19 mai 2007 :

    La fonctionnalité étant appréciée de nombreux utilisateurs, SoftFluent propose une solution qui réactive cette fonctionnalité (car elle existe bien dans Excel même si elle est désactivée par défaut). Le lecteur intéressé pourra se référer à l’article détaillé disponible sur le site de SoftFluent. Ironie de l’histoire, SoftFluent a d’ailleurs reçu plusieurs remerciements d’adeptes de la fonctionnalité issus de… Microsoft !
    Un exemple de témoignage ici

  • [6] - Daniel COHEN-ZARDI a écrit le 19 mai 2007 :

    J’ai boulié de préciser qu’il s’agissait de la fonctionnalité de synchronisation entre Excel et Sharepoint !

  • [7] - oomu a écrit le 21 mai 2007 :

    l’exemple parfait de pourquoi les “power users” ne doivent jamais concevoir d’interfaces graphiques : vous perdez les gens qui ne sont pas passionnés par les ordis

    il faut _simplifier_ , _nettoyer_, _Balayer_ toutes ces complications.

    pour autant, je note que certaines “régressions” choisies par l’auteur sont surtout des préférences personnelles que Microsoft a choisi de contredire.

    idem, ici , je pense que le tort n’est pas forcément chez l’éditeur ou l’utilisateur, mais il faut trancher ! Au bout d’un moment trop de choix et de préfèrences tuent la préfèrence. L’utilisateur qui encore une fois se moque totalement des détails, est perdu, largué, noyé sous les choix.

    l’Administrateur et la hotline sont lachés dans le chaos des choix des utilisateurs, transformant leur interface de tous leurs programmes au petit bonheur la chance, et pas toujours avec intelligence et raison. Le verrouillage d’interface a ses limites, on ne peut pas tout contrôler, même sur un poste d’entreprise.

    Je suis très critique de microsoft, mais de grâce non je ne critiquerai PAS la voie choisie par office 12. au contraire.

  • [8] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mai 2007 :

    Certaines préférences personnelles que vous évoquez relèvent pourtant du bon sens et pas du tout d’une approche power user. Pourquoi donc est-ce qu’il devrait être plus compliqué de scanner une image dans Office 12 que dans la version précédente? Idem pour Vista vs Windows XP?

    Pour ce qui est de la nouvelle barre de menus, elle a un côté ergonomique sympathique, certainement. Mais au bout du compte, est-on vraiment plus productif? Est-ce plus efficace? Et puis, la notion de “power user” est très vague. Je pense qu’il faudrait penser aux deux audiences: les débutants et les utilisateurs dits “power users”. Ouvrir un peu le choix, donner la flexibilité. Les choix d’Office 12 ont plutôt refermé ce choix et cette flexibilité. C’est vraiment regrettable.

  • [9] - XaMaLa a écrit le 14 juin 2007 :

    Olivier,

    C’est vrai que les quelques % de Power User Office acceptent moins mal que la nouvelle interface que la vaste majorité des utilisateurs.

    Cependant, le ruban d’Office 2007 est personnalisable à souhait et c’est parfaitement à la portée des Power Users comme l’explique cette bonne vieille recette de XaMaLa : http://blogs.microsoft.fr/franckha/archive/2007/06/12/60626.aspx

    15 minuites top chrono pour personnaliser ton interface 🙂




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
558 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos

Téléchargements gratuits

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique quantique.
flow
Elham Kashefi
Elham est Directrice de recherche au CNRS LIP6 Université Sorbonne, professeure d'informatique quantique à la School of Informatics University d'Edimbourg, cofondatrice de la startup VeriQloud. #quantique
flow
Paula Forteza
Paula est députée des Français d’Amérique latine et des Caraïbes et rapporteure de la mission sur les technologies quantiques demandée par le Premier ministre. #quantique
flow
Jacqueline Bloch
Jacqueline est Directrice de Recherche au CNRS. Elle y développe ses travaux au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies de l'Université Paris Saclay. Elle est également professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. #quantique
flow
Eleni Diamanti
Eleni est Directrice de recherches au CNRS (Sorbonne Université) et spécialiste de la cryptographie quantique. #quantique
flow
Maud Vinet
Maud est responsable du projet d'accélérateur quantique sur silicium au sein du CEA. Bref, derrière une révolution technologique qui comptera à l'échelle mondiale ! #quantique #ExpoBercy2019
flow
Maria Alejandra Zuluaga
Maria est maître de conférences et chercheuse en apprentissage automatique avec des applications en médecine et santé à EURECOM, école d’ingénieurs et centre de recherche en sciences du numérique.
flow
Pascale Caron
Ingénieure avec un MBA, Pascale est CEO de Yunova, conseil en innovation et Associée Beforgo.com, une startup prometteuse du Tourisme.
flow
Josiane Zerubia
Josiane est directrice de recherche à l'Inria au centre de Sophia-Antipolis Méditerranée, spécialiste de la modélisation stochastique en traitement du signal et des images, en particulier pour l'imagerie spatiale.
flow
Christelle Yemdji Tchassi
Christelle est ingénieure développement logiciel châssis chez Renault Software Labs à Sophia Antipolis. #ExpoBercy2019

Derniers commentaires

“Très intéressant comme position. Ils semble que vous ayez bien appris les thèse des François Gervais. Je vous conseille de regarder cette vidéo qui analyse la conférence qui vous as instruit, pour avoir au moins...”
“Pour moi ceux qui ne veulent pas comprendre et qui ne se documentent pas restent des imbéciles. Moi aussi j'ai pensé que c'était bizarre avant que je me documente. Car c'est loin de nous et l'Espace ça fait peur et...”
“Un résumé rapide. Tout d'abord, les variations du CO2 suivent celles de la température pas l'inverse. Rien que cela prouve que la théorie soutenue par le GIEC est fausse. Ensuite il y a les prévisions faites...”
“Pouvez vous lister les faits infirmant les positions du GIEC ? Je crois que les positions de cet organisme ont plutôt été en deça de ce qui se passe. Mais je suis prêt à réviser mon jugement sur les faits...”
“Je voudrais ajouter une réflexion suite à la lecture de : La guerre des métaux rares - La face cachée de la transition énergétique et numérique. Auteur : Guillaume Pitron Dans sa version de poche d’octobre...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.