Windows Seven Heaven ?

Publié le 20 août 2009 et mis à jour le 21 août 2009 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Il y a deux semaines exactement, Microsoft commençait à diffuser Windows 7 (Windows 7 LogoUS) aux développeurs et informaticiens abonnés à MSDN ou Technet. Je me suis alors lancé dans son installation sur plusieurs machines. Deux semaines plus tard, il est temps de faire un petit bilan de tout cela.

La question sur toutes les lèvres était : Windows 7 va-t-il faire oublier les déboires de Vista ? Une question à 14 milliards de $

La réponse est déjà connue : plutôt oui. Mais cela mérite tout de même quelques explications et une revue de détail, et pas seulement sur les sujets déjà bien connus de la performance et des évolutions de l’interface utilisateur. Vous trouverez une revue non exhaustive de ce que j’ai apprécié ou pas dans cette mouture, le point d’orgue étant certainement la fonction Media Center.

Il subsiste toujours autant de passion autour des systèmes d’exploitation. Ils sont certes devenus des banalités, mais des banalités bien utiles puisque l’on passe plusieurs heures de la journée à travailler dessus dans de nombreux métiers. Un gain même marginal de productivité a un impact économique mondial assez significatif. Donc, les évolutions majeures des principaux protagonistes sont toujours à surveiller et à adopter à bon escient. Et la perspective de voir chuter l’acteur dominant semble aussi en intéresser quelques uns. On a aussi beau gamberger sur le cloud computing, on a toujours besoin d’un bon vieil OS pour gérer sa bécanne.

Le développement et l’évolution d’un système d’exploitation moderne est loin d’être anodin. C’est même une tâche herculéenne qui mobilise des milliers d’intervenants. Dans le monde open source, la tâche est distribuée sur un grand nombre d’entités et d’individus. Dans le cas de Microsoft, elle l’est aussi, mais le rôle des intervenants externes est spécialisé dans les zones périphériques du système : pour l’essentiel les drivers pour le matériel et les applications pour les éditeurs de logiciels. Sans compter évidemment la (faible) part des bêta-testeurs qui fournissent du feedback. Mais la majorité des bugs identifiés le sont par les équipes internes de Microsoft et notamment par leurs procédures de tests automatisés.

Le périmètre technologique des systèmes s’élargit d’année en année, et pas seulement chez Microsoft : ils intègrent la reconnaissance de l’écriture, le multitouch, des évolutions dans la sécurité, des fonctions diverses d’accès à distance, la virtualisation, la gestion des médias, Internet, les réseaux, le wifi, le 64 bits, le support des processeurs multicoeurs, etc. De tout, des “couches basses” aux “couches utilisateur”. Et pour diverses machines : des PC fixes, des laptops, des netbooks, des serveurs, et aussi des média center, sans compter des dérivés utilisés dans le marché des systèmes embarqués. Dominance oblige, lorsque Microsoft lance une nouvelle version de Windows, il s’apprête donc à changer la vie de quelques centaines de millions d’utilisateurs en moins de deux ou trois ans. L’impact est donc majeur.

Les configurations utilisées

J’ai migré ou installé cinq machines depuis jeudi 6 août 2009, date de la sortie de Windows 7 version finale pour les abonnés MSDN et TechNet, et uniquement en versions 32 bits Ultimate US.

Mes installations testées sous Windows 7 sont au nombre de cinq, certes, un peu au dessus de la moyenne du marché :

  • Deux laptops classiques, l’un de 2 ans et demi, l’autre d’un an et demi, tous deux Intel Dual Core à 2 Ghz et respectivement 1,5 Go et 2 Go de RAM. Ces machines tournaient jusqu’à présent sous Windows Vista que j’avais pas mal optimisé en y appliquant toutes les bidouilles imaginables documentées sur le net.
  • Deux Media Center “de salon”, l’un tout neuf et assemblé par mes soins, l’autre ancien (2003) et dont j’ai mis à jour la carte mère et le processeur pour 210€. Pourquoi deux Media Center ? Pour enregistrer les programmes cryptés de CanalSatellite et les diffuser en multiroom. Et ça marche !
  • Un netbook Asus EEE 1000HE qui tourne encore en RC et passera en RTM en septembre lorsque la version française sera disponible. C’est là que l’impact performance est le plus visible. Un netbook du jour sous Windows 7 est très agréable graphiquement. Il ne reste plus qu’à leur ajouter le support du tactile et cela sera parfait… à part pour le nettoyage de l’écran.

Petit point de jargon : une “RC” est une release candidate, soit une version que Microsoft juge apte à un test généralisé par le public. Une version RC de Windows 7 est en libre téléchargement et utilisation depuis mai 2009. Une “RTM”, ou “release to manufacturing” est la version finale du logiciel prête à être livrée. La livraison s’effectue matériellement par étapes et avec des packaging différents : d’abord vers les développeurs et informaticiens abonnés chez Microsoft sous forme de téléchargement, auprès des constructeurs qui intègrent ensuite l’OS dans leurs machines, puis les grandes entreprises au travers de leurs programmes de licences, et enfin, le grand public par les versions diffusées “en boite” dans la grande distribution.

Processus de mise à jour et d’installation

J’ai pu mettre en pratique trois processus d’installation :

  • L’installation directe, sur l’un des média centers. C’est rapide : environ 20 minutes pour obtenir un système qui tourne. Mais ensuite, il faut appliquer Windows Update, installer son anti-virus, ses applications, configurer son bureau. C’est ça qui prend le plus de temps.
  • La mise à jour à partir de la RC de Windows 7, faite sur l’autre Media Center, un peu plus longue, plus d’une heure, mais sans problème au final. En théorie, on ne peut pas faire cette mise à jour. En pratique, c’est possible, grâce à une bidouille documentée largement sur Internet. En l’occurrence, j’ai copié sur une clé USB la flat de Windows 7 et réalisé cette modification sur la clé. On peut déclencher la mise à jour à partir de la clé, sous Vista comme sous la RC, sans avoir à booter à partir de la flat.
  • La mise à jour à partir de Windows Vista, mise en oeuvre pour mes deux laptops “de production”. Le process dure environ deux heures. C’est long car le processus passe méticuleusement en revue tous les paramètres de la machine (registry, applications, etc) mais il donne un résultat parfait, avec peu de modifications dans la configuration. La mise à jour génère un rapport de compatibilité sous forme de fichier HTML qui est posé sur le bureau. Bureau qui devient noir et dont il faut changer la couleur ou le fond. J’avais une barre d’outils personnalisée, qui a disparu, et s’est vue remplacée par la nouvelle toolbar de 7 que l’on peut configurer rapidement. Et qui est surtout très adaptée aux écrans tactiles, et très utile pour lancer les fichiers que l’on a récemment utilisé avec ses applications (fonction supportée par Google Chrome, cf ci-dessous).

Windows 7 Toolbar

Je n’ai pas testé deux outils qui ont été plus spécifiquement conçus pour faciliter la migration à partir de Windows XP : la machine virtuelle Windows XP permettant de lancer ses applications XP, et le Windows Easy Transfer qui permet de transférer ses données et programmes d’une ancienne configuration (XP, ou Vista) vers Windows 7, via liaison réseau, un câble dédié USB de Belkin avec USB des deux côtés, ou bien une clé ou un disque USB. Cela migre seulement les principaux paramètres et fichiers utilisateurs, mais pas les applications. Pour des raisons à la fois techniques et commerciales, certains éditeurs ne souhaitant pas que leurs applications soient copiées de machines en machines.

Version US oblige, je n’ai pas eu à tester le choix de l’installation du navigateur web qui sera proposée aux clients de l’Union Européenne. Mais quelle importance ? Chacun peut télécharger les navigateurs qui lui plait ou agrémenter son Internet Explorer d’une douzaine de barres d’outils (Google, Yahoo, etc… :).

Attention sur la mise à jour comme l’installation : la clé est demandée quasiment à la fin du processus.

Quelques nouveautés

Qu’est-ce que j’ai pu apprécier au quotidien après ces migrations ? Il y en a un peu pour tous les goûts, mais ce sont les configurations “exotiques” qui sont les plus bluffantes : d’un côté le netbook (examiné dans cet article) et de l’autre les media center. Revue non exhaustive :

La performance… surtout au début

La performance d’un système est souvent évaluée de manière brute pour une seule application dans les benchmarks de la presse technique, mais cela ne reflète pas l’utilisation courante. Je préfère évoquer la notion de “cinématique applicative” à savoir, comment navigue-t-on d’une application à l’autre, les charge-t-on, etc. Dans Windows 7, cela semble aller mieux à tous niveaux.

J’ai pu constater une réduction de ce qu’Andreas Pfeiffer appelle la “friction” qu’il avait pu comparer entre Windows Vista et MacOS il y a quelques années. Mais à la longue et avec mon usage habituel, je retrouve certaines lenteurs qui m’agaçaient dans Vista, notamment pour passer d’une application à l’autre (entre messagerie, lecteur RSS, Picasa, dossiers ouverts, trois navigateurs ouverts, etc). Dans le coeur de Windows 7 ont pourtant été intégrées des optimisations du multitâche, mais cela ne suffit pas et on a toujours l’impression que le système ne donne pas assez la priorité à l’application sur laquelle on est ou l’on clique.

J’ai sinon noté en vrac :

  • A configuration identique, Windows 7 consomme un peu moins mémoire que Vista, notamment du fait de modifications dans le moteur graphique (GDI) de Windows.
  • Une sortie très rapide de la mise en veille : entre 2 et 3 secondes, démarrage machine compris, ce qui veut dire qu’en dehors du démarrage machine, Windows 7 revient à la vie quasiment instantanément. A une nuance près : après un certain temps de mis en veille, Windows 7 met la machine en hibernation (copie de la mémoire sur disque dur) et le réveil est plus lent.
  • Un logon parfois bien long, lié à des adaptations du bureau. Mais cela s’est reproduit à plusieurs reprises dans mon expérience, peut-être liée à des installations et mises à jour diverses du système avant chaque reboot.
  • Toujours quelques latences (sur Core 2 Duo) avec une pagination un peu lourde pour réveiller une application endormie quand la mémoire commence à être chargée (1,5 Go pour 2 Go de disponible).
  • Pas de problème de fiabilité particulier. Des plantages de drivers de cartes graphiques (la première source de plantage de machines) ne bloquent même pas la machine, l’OS étant capable de les relancer.

Ergonomie

Les évolutions de l’interface vont dans le bon sens mais ne sont majeures pour autant. On les trouve surtout dans la barre d’outils et dans le menu démarrer qui mémorisent les fichiers lancés par les applications et que l’on peut facilement personnaliser. C’est aussi le cas du panneau “Devices and printers” qui liste tous les matériels connectés au PC en local ou à distance. Ici, on voit que l’on peut y déclencher un scan sur mon scanner Epson qui date de 2001 ! Bon, tout cela n’est pas pour autant plus ressemblant au Macintosh qu’avant. Ce n’est pas une imitation de MacOS.

Device Panel Windows 7

Il y a aussi quelques nouveaux accélérateurs clavier intéressants pour naviguer dans les fenêtres sur le bureau. Et surtout un très attendu accélérateur clavier pour créer un répertoire (Control-Shift-N) qui fonctionne aussi bien dans l’explorer que sur le bureau. Un accélérateur complété par le bouton “new folder” dans barre d’outil de l’explorer.

Enfin, on peut plus facilement qu’avant configurer l’affichage, surtout en mode double écran, ou avec un projecteur vidéo. Même si il reste toujours difficile de trouver où agrandir la taille du texte et des icones sur le bureau.

Mais le domaine des interfaces doit encore faire plein de progrès. Voici à quoi ressemblent les fantasmes du bureau totalement virtuel dans la R&D de Microsoft…

Burau du futur Microsoft

Fonctionnalités diverses

Dans les entreprises ou lorsque l’on a plusieurs PC chez soi, l’accès à distance au bureau d’un poste est bien pratique. Cette fonction qui est disponible depuis quelques temps sous Windows a encore évolué, avec l’usage d’un nouveau protocole – le RDP 7 – qui a la particularité de faire passer vidéos et photos à merveille. J’ai testé la chose avec Picasa, des sites web avec de la vidéo et même avec des vidéos “Full HD” (1080p). C’est un exemple époustouflant pour ceux qui ont pu utiliser ce genre de technologie ces quinze dernières années.

Je l’ai testée avec les démonstrations de Windows Media Video et de la TNT enregistrée et cela fonctionnait à merveille. Sur réseau Ethernet 100 mbits of course et côté client avec un laptop datant d’un an et demi. Et voici ce que cela donne sur un écran 1920×1200. C’est un bureau à distance avec une vidéo qui s’affiche sans à coup, en mode fenêtré pour l’illustration sachant que cela fonctionne en mode plein écran. Le système a l’air d’intercepter les vidéos pour les restreamer en RDP7 dans un format très économe de bande passante et de CPU.

Windows 7 Remote Desktop RDP 1080p

Sinon :

  • Le moteur de recherche local ne pose plus de problèmes visibles de performance.
  • Le Wifi est bien plus facile à configurer, notamment lorsque l’on est itinérant.
  • Le support d’applications multitouch est une grande avancée, mais je n’ai pas pu le tester avec mon propre équipement. Seulement au détour du CES de Las Vegas de janvier dernier.
  • Les “HomeGroup” (pas encore testés) permettent de partager ses fichiers médias dans la maison. On y dépose les pointeurs sur les dossiers à partager et Windows s’occupe du reste.
  • On peut booter l’OS sur une clé USB, avec une bidouille passant par une VHD, une machine virtuelle. Je ne l’ai pas testé. C’est tout de même bien plus simple à faire sous Linux et notament Ubuntu.

Enfin, je n’ai pas encore noté de “valeur enlevée”. Certaines applications comme Movie Maker ou Photo Gallery ne sont pas installées par défaut et sont téléchargeables dans la lignée des applications de Windows Live. Le “Sound Recorder” est le même que dans Vista qui était une régression par rapport à celui de Windows XP, et permettait alors d’enregistrer un son… et de l’écouter immédiatement après. Depuis Vista, on ne peut qu’enregistrer le son dans un fichier et le lancer après dans un player média, ce qui est pour le moins fastidieux. Heureusement, on peut réinstaller le Sound Recorder de Windows XP dans Vista et 7. Cf ci-dessous la différence dans l’interface où le minimalisme s’est réalisé au détriment d’une fonctionnalité de base.

Petite comparaison entre le Sound Recorder de Windows XP :

SoundRecorder Windows XP

Et celui de Vista que l’on retrouve malheureusement en l’état dans Windows 7 :

SoundRecorder Vista and Windows 7 

Vous trouverez sinon de nombreuses évaluations en détail de Windows 7. J’ai apprécié en particulier celle de Gizmodo, la description détaillée du processus d’installation chez Engadget et enfin, le benchmark traditionnel de MaximumPC qui présente les nouveautés de l’interface utilisateur de Windows 7 et compare les performances de cette version avec Vista et XP. Il montre que l’on se retrouve au niveau de Windows XP, et qu’on le dépasse même comme pour la copie de fichiers en réseau.

Windows 7 en Media Center

C’est probablement l’un des domaines où les progrès sont les plus notables dans Windows 7.

Je fais partie des quelques 300000 (selon certaines études pour la France) utilisateurs de PC Media Center qui gèrent avec la réception de la télévision. Jusqu’à présent, je me contentais de recevoir la TNT. Mais Windows 7 m’a donné l’occasion de me lancer dans la réception du bouquet Canal+/CanalSatellite auquel je suis abonné, et au passage, de le faire en HD. Le tout avec l’espoir que cela puisse fonctionner en mode multiroom.

Après de nombreux efforts de paramétrage de la carte satellite, qui montrent que l’on est encore loin de l’application grand public, j’y suis tout de même arrivé. Il m’a bien fallut bidouiller le guide de programme à la main (guide manquant pour les chaînes HD) avec un petit utilitaire, le Guide Tool de 1EEK1TOOL, mais le progrès est là.

Il y a beaucoup de nouveautés dans la fonctionnalité Media Center de Windows 7 qui bon an mal an, devient très riche, assez simple d’emploi, tout en étant de plus en plus extensible et paramétrable. MCE, son petit non (Media Center Extension) est en tout cas bien plus agréable que n’importe quelle set-top-box du marché.

On peut paramétrer une réception satellite sans avoir besoin, comme sous Vista, de faire croire à MCE qu’il s’agit de TNT au lieu de satellite. On peut même paramétrer un transpondeur de satellite unique, pour éviter de rescanner toutes les fréquences d’une position satellite (il y a plus de 3000 chaînes sur la position 19° d’Astra utilisée par CanalSat).

On dispose maintenant d’une grande souplesse pour accéder aux enregistrements TV et autres médias sur d’autres machines. Dans le setup, on peut ainsi indiquer où aller chercher les photos, vidéos, musiques et également TV enregistrée. Ainsi, si on a plusieurs Media Center ou PC jouant ce rôle, ou des Media Center Extenders (matériel assez rare en France, de provenance Linksys par exemple) on pourra à partir de n’importe quelle machine accéder à sa TV enregistrée, et dans l’interface de MCE. A ceci près que j’ai réussi à le faire avec les programmes cryptés du bouquet CanalSat.

Explication : le contrôle d’accès qui est géré par un lecteur de carte à puces connecté à la carte satellite du Media Center principal est relié au système de protection des contenus de Microsoft (DRM de Windows Media). Il s’assure que les contenus puissent êtres vus par l’utilisateur, mais seulement dans son réseau domestique et pas au delà. Un contenu copié sur un disque USB ne sera pas lisible hors du réseau. Ce qui permet de protéger les ayant droit de ces contenus, tout en permettant la fonction maintenant très demandée du multiroom. Jusqu’à quand, et sous quelles conditions, c’est un peu l’inconnue.

Windows 7 MCE Media Library

Windows 7 supporte aussi enfin plusieurs tuners de types différents (TNT + satellite par exemple).

Petit écueil qui sera j’espère un jour corrigé : on ne peut pas lire un Blu-ray directement dans MCE. Il faut s’en remettre à un logiciel tierce parti qui, une fois installé, est lancé par MCE. Dans mon cas de figure, il s’agit de PowerDVD de Cyberlink qui était bundlé avec le lecteur/graveur Blu-ray LG de ma configuration Media Center. Pourquoi ? La licence Blu-ray couterait 30€ par machine… Au mieux pourra-t-on s’attendre à disposer un jour d’un plug-in pour MCE.

MCE évolue donc toujours, dans le bon sens, malgré les difficultés compréhensibles de Microsoft à imposer sa solution dans les salons. C’est faute de mieux un marché très spécialisé d’intégrateurs et de geeks, donc de faible volume, et positionné en milieu et haut de gamme. Même si la plupart des PC commercialisés avec Vista et bientôt Windows 7 disposent du logiciel Media Center, son usage n’ayant véritablement de sens que sur une configuration dotée d’un tuner TV.

Mais quelle versatilité ! Quelle souplesse ! J’ai maintenant dans un seul boitier une solution quasiment universelle qui fait tout : réception programmes cryptés satellite et diffusion en multiroom (sur d’autres PC ou Média Center sous Windows 7), lecture DVD Blu-ray, musicothèque, photothèque, Internet, etc. Le tout avec une ergonomie qui est probablement l’une des meilleures du marché – à part peut-être l’Apple TV à qui il manque le support de la TV broadcast – et tant que l’on est dans l’interface de MCE.

Le marché français a malheureusement ceci de particulier qu’il n’est pas très ouvert. L’opérateur dominant de la TV payante, Canal+, est très réticent à l’émergence d’un marché de set-top-boxes commercialisées indépendamment de ses abonnements, hormis dans le monde de l’ADSL contrôlé par les télécoms. Il a bien annoncé un programme “Canal+ Ready” pour agréer des solutions tierces parties mais si on veut recevoir de la HD, on est forcé de payer 10€ par mois pour son décodeur DualS ou Cube. Un Cube qui est au demeurant un beau progrès, mais encore bien trop fermé.

Windows 7 dans les entreprises

Dans Windows 7, on trouve aussi beaucoup de nouveautés destinées à faciliter les déploiements et à répondre à de nouveaux besoins, notamment pour les utilisateurs itinérants.

Une palanquée de livres blancs détaillés sont disponibles pour les développeur et qui donnent une idée de ce que l’OS a dans le ventre. Le “What’s New for IT Pros in Windows 7”, un document destiné aux responsables informatiques des entreprises, traite des nouveautés de Windows 7 sous l’angle… entreprise : déploiement, réseau, administration, sécurité, avec là aussi pas mal de nouveautés. Sujets que je n’aborderai pas en détail, me focalisant plus sur les applications grand public.

Reste à attendre le livre blanc final de Microsoft qui fera un inventaire complet des nouveautés. L’éditeur en avait publié un fin 2008 mais l’a retiré de la circulation.

Le marketing de Windows 7 

Une grosse différence marketing entre Microsoft et Apple sur Windows, c’est l’absence d’annonce “splash” du nouvel OS du fait de l’importance du business dans les entreprise et de l’écosystème matériel, logiciel et services de l’éditeur. Il prépare tellement en amont la sortie de ses versions de Windows que presque toute l’information le concernant a été disséminée et décortiquée par les médias en amont du lancement effectif. Un véritable cauchemar pour le marketing produit, mais un mal nécessaire pour faire perdurer un écosystème aussi dense que possible ! Ecosystème qui émergera justement au moment du lancement. On peut parier que Microsoft s’appuiera beaucoup sur ses partenaires au moment du lancement officiel, surtout les constructeurs de PC, de périphériques, les éditeurs de logiciels et les startups.

Des centaines de milliers si ce n’est millions d’utilisateurs auront déjà touché à la version finale de Windows 7 lorsqu’elle sera officiellement lancée à l’automne 2009. Le lancement grand public coïncidera avec l’arrivée de Windows 7 dans les PC commercialisés par les constructeurs et dans des “boites” vendues dans le commerce de détail. Windows 7 va rapidement remplacer Vista dans les PC, et probablement Windows XP dans les netbooks (modulo le prix qui semble plus élevé…). Une homogénéisation de bon aloi. Peu d’utilisateurs vont se plaindre du remplacement de Vista par Windows 7 dans les PC, d’autant plus que la compatibilité logicielle ou matérielle ne se dégrade pas entre les deux systèmes.

Qui est finalement concerné par cette nouvelle version ?

  • Les informaticiens et développeurs abonnés à TechNet ou MSDN, qui ont sûrement déjà téléchargé et testé la RTM de Windows 7.
  • Les utilisateurs de Vista, qui peuvent envisager une mise à jour vers Windows 7 en l’achetant sur Internet ou dans le commerce de détail à partir de son lancement d’ici l’automne 2009.
  • Pour les autres, vous profiterez probablement de Windows 7 à l’occasion d’une mise à jour matérielle de votre ordinateur, au bureau comme à la maison. Ou bien de l’acquisition d’un nouveau PC ou d’un netbook, le jour où ces derniers seront équipés avec Windows 7 en lieu et place de l’actuel et fort désuet Windows XP. Et il est fort probable que Windows 7 arrivera chez vous à la maison avant d’arriver au travail, même si les déploiements de l’OS en entreprises se déroulent au rythme espéré par l’éditeur.

Sur ce, après ces longues Windowseries, je m’en retourne à mon Ubuntu 9.04 pour travailler sur les évolutions du template de mon blog qui me prennent plus de temps que prévu. Vous avez déjà pu observer quelques changements visuels depuis quelques jours !

Et oui, je sais, Michel S., il faut que j’achète un Mac… :).

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 20 août 2009 et mis à jour le 21 août 2009 Post de | Actualités | 15769 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 6 commentaires et tweets sur “Windows Seven Heaven ?” :

  • [1] - VRO92 a écrit le 21 août 2009 :

    Bonjour,
    Si vous avez la liste des composants de votre Média Center de Salon que vous venez de monter, je suis preneur …

    Bien à Vous
    VR

  • [2] - LVM a écrit le 25 août 2009 :

    “La question sur toutes les lèvres était : Windows 7 va-t-il faire oublier les déboires de Vista ? Une question à 14 milliards de $…
    La réponse est déjà connue : plutôt oui.”

    Certes, mais c’est la réponse de qui ?
    -De MS ? Je les vois pas dire le contraire.
    -Des fabricants d’ordis contraints d’être partenaires de MS (pour le meilleur [par le passé] et pour le pire [l’avenir]) ? Ils n’ont guère d’autres choix que d’être d’accord, sauf à vouloir laisser encore plus de place à Apple…
    -Des fans de MS ? Là aussi on comprends 😉
    -Des blogueurs “influents” ? Ceux qui le sont encore le sont parce que justement ils ne s’intéresse plus à ce que fait MS.
    -De la presse ? Oui mais laquelle ? Celle dont le fond de commerce est Windows ? Ou la presse généraliste qui n’y connaît pas grand chose à l’informatique ? Que voilà de bonnes sources d’information…

    Vous oubliez juste une toute petite catégorie de personnes dans votre analyse: les clients ! 😮

    D’abord il y a les entreprises: celles-ci voient un ordinateur comme un simple outil, qui s’il accomplit bien son travail n’a strictement aucune raison d’être changé. Ne vous étonnez-donc pas de voir en 2009 des magasins (on peut même dire des grandes surfaces) qui par exemple utilisent toujours un logiciel de facturation client écrit pour… MSDOS.

    Le plus cocasse c’est que c’est exactement la même raison qui retenait les entreprises à hier switcher au Mac, qui va empêcher le switch à Win7 aujourd’hui: l’habitude et le “ça marche on touche pas”.
    Car j’ai bien relu votre article, et parmi toutes les avancées que vous citez, à peu près rien n’est utile pour un usage bureautique traditionnel.
    Il y a bien quelques fonctionnalités sûrement fort utiles aux grandes entreprises, mais 90% des entreprises sont des PME.

    Bref pas de quoi s’étonner des études franchement alarmantes pour MS sur le taux de (non ?) migration des entreprises vers Win7:
    http://brainstormtech.blogs.fortune.cnn.com/2009/04/14/survey-84-wont-upgrade-to-windows-7-in-the-next-year/

    Je vous ai trouvé une étude qui commence par annoncer que 84% des entreprises ne passeront pas à Win7 l’année prochaine. Vous me direz que les entreprises sont conservatrices ? Soit, mais quelques lignes plus bas, la même étude annonce que 50% étudient l’alternative de passer à Mac OS X !

    Autrement dit: c’est déjà mal barré.

    Ah mais MS a encore les particuliers avec lui ? Oui, enfin sauf que voilà déjà un petit avant-goût du désastre à venir:
    http://www.computerworld.com/s/article/9137052/Apple_s_Snow_Leopard_regains_top_two_Amazon_sales_spots?source=rss_opsys

    Snow Leopard en tête des ventes d’Amazon devant Win7. Vous me direz: “mais c’est temporaire, Win7 doit être juste derrière”. Je vous dirais que vous n’avez pas tort si par juste derrière vous entendez à la… 31eme place du classement !
    Voilà que l’engouement sur le net pour Win7 semble déjà retomber. Pour un OS même pas encore sorti, c’est ballot (comme on dirait chez Opera 🙂 ).

    Bref, oui MS va réussir à faire oublier Vista, mais je suis presque sûr qu’il faudra aussi faire oublier Win7. On prend le pari ?

    Processus de mise à jour et d’installation

    J’adore le passage dans lequel vous expliquer qu’il faut bidouiller pour mettre à jour et échapper à la réinstall complète. Passage obligé aussi pour 80% des utilisateurs de Windows (sous XP), qui vont découvrir les joies de la perte de données s’ils n’ont pas réussi à migrer correctement leurs données. Je sens que ça va faire râler les gens, je sais pas pourquoi… 😉
    Notez au passage ce fabuleux tableau de migration généreusement fourni par MS:
    http://www.pcinpact.com/affichage/52393-windows-7-mises-jour-recapitulatif/74259.htm
    C’est un beau merdier toutes ces versions ? Mais non voyons j’ai l’esprit mal tourné: MS a pris soin de proposer des configs adaptés à chaque usage. 😮

    L’autre truc qui m’a fait plier en deux, c’est les deux heures pour la maj depuis Vista. Contre 20 minutes pour Snow Leopard. 6 fois moins de temps pour faire au fond la même chose. Qui a dit usine à gaz ?

    Et le tarif ? Par charité chrétienne je préfère même pas en parler. 😮

    Dans le coeur de Windows 7 ont pourtant été intégrées des optimisations du multitâche, mais cela ne suffit pas et on a toujours l’impression que le système ne donne pas assez la priorité à l’application sur laquelle on est ou l’on clique.

    C’est d’ailleurs ce qui m’a le plus frappé: la presse qui encense Win7 par rapport à Vista, mais qui oublie complètement de comparer face à XP. Certes, c’est un vieil OS, mais il est utilisé par encore 80% des gens. Parler des perfs de Win7 et ignorer XP, j’aurais presque tendance à dire qu’il s’agit d’une forme de malhonnêteté.

    Bon, tout cela n’est pas pour autant plus ressemblant au Macintosh qu’avant. Ce n’est pas une imitation de MacOS.

    Non c’est vrai qu’a part les idées, ils n’ont rien pris d’autre à Apple. 😉

    Plus sérieusement, je pense que vous ne connaissez pas assez Mac OS X pour voir la foultitude d’emprunts qui lui ont été faits (et ça n’a d’ailleurs pas toujours été une réussite).

    Il y a aussi quelques nouveaux accélérateurs clavier intéressants pour naviguer dans les fenêtres sur le bureau. Et surtout un très attendu accélérateur clavier pour créer un répertoire (Control-Shift-N) qui fonctionne aussi bien dans l’explorer que sur le bureau. Un accélérateur complété par le bouton “new folder” dans barre d’outil de l’explorer.

    En gros en 2009 ils ont mis un raccourcis pour créer un dossier… comme le pomme-shift-N du Mac qui existe depuis… j’en ai même pas la moindre idée tellement ça doit être vieux.
    Vous me direz qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire… mais un truc aussi basique, les bras m’en tombe.

    Mais le domaine des interfaces doit encore faire plein de progrès. Voici à quoi ressemblent les fantasmes du bureau totalement virtuel dans la R&D de Microsoft…

    Et c’est comme ça depuis toujours: MS fantasme sur des trucs, et c’est les autres qui les sortent avant. Bref j’appellerais pas ça de la R&D mais de la com’.

    Windows 7 en Media Center
    C’est probablement l’un des domaines où les progrès sont les plus notables dans Windows 7.

    Manque de bol, et vous le rappelez vous-même ça n’intéresse pas grand monde. Et le pire c’est que malgré les années d’expérience de MS dans ce domaine, Apple a réussi à débarquer avec un produit avec une ergonomie convaincante.
    N’oublions pas non plus la concurrence des boxs et des consoles (dont celle de MS…).

    Le marketing de Windows 7
    Une grosse différence marketing entre Microsoft et Apple sur Windows, c’est l’absence d’annonce “splash” du nouvel OS du fait de l’importance du business dans les entreprise et de l’écosystème matériel, logiciel et services de l’éditeur.

    Quoique il y’a pas vraiment eu de grosse surprise pour Snow Leopard. Les devs l’ont depuis longtemps, et seuls quelques détails n’ont été divulgué que récemment. La seule vraie grosse annonce surprise ça a finalement été le tarif… Mais elle a sacrément mis à mal la campagne publicitaire de MS qui parlait de “taxe Apple”.

    Et oui, je sais, Michel S., il faut que j’achète un Mac…

    J’ai besoin de rajouter qu’il a raison ? 😉

    Plus sérieusement, ça vous permettrait de comprendre toute la critique qui est faite sur Windows. Et que vous croyez peut-être exagérée…

    Vous trouvez normal de payer un OS 3 à 10 fois plus cher, qui s’installe 6 fois plus lentement, qui à 80% de chance d’obliger à tout réinstaller à la main (parce qu’on est sous XP), et qui pour nouveautés ne fait que reprendre avec retard (et plus ou moins de réussite) ce que font les autres ?
    Peut-on sérieusement dire que c’est “compétitif” ?
    Si vous racontez ça aux gens, vous croyez vraiment qu’ils vont encore se ruer dessus ? Et le pire c’est que je n’invente rien, et que beaucoup le savent déjà.

    Vous me direz: “oui mais les gens ont des PC”.
    Je vous répondrais: “oui mais les gens ont aussi des poubelles”.
    Car ce que nombre d’utilisateurs sont en train de se rendre compte c’est qu’ils n’ont aujourd’hui finalement plus aucune obligation à rester dans le monde de Microsoft (internet ça marche sur tous les OS, et pour les jeux, presque tout le monde a une console).

    Si vous-même en êtes arrivé à Ubuntu, c’est bien que Windows n’est plus incontournable.

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 25 août 2009 :

      Au moins, on est indirectement d’accord sur un point d’entrée de mon post : “Il subsiste toujours autant de passion autour des systèmes d’exploitation”… 🙂

      Alors quelques précisions suite à vos commentaires :

      – “La réponse est déjà connue : plutôt oui.” : je pensais surtout aux déboires “techniques”. C’est le feedback général des beta testeurs (qui intègrent tout de même quelques clients potentiels…) et de la presse technique, pas forcément tendre pour MS. Après, pour les ventes, elles ne dépendent que d’un facteur en partie exogène à Windows 7, le devenir des ventes de PC en 2010 et après. L’essentiel du revenu de Windows pour MS vient des bundle constructeurs, pas des mises à jour dans les entreprises.

      – Les études de marché : elles n’ont de valeur qu’avec des données relatives. Que 84% des clients n’envisagent pas de mettre à jour dans l’année ne veut rien dire en soi. Ce qui compte, c’est 1) comment cela se compare avec le même sondage (qui aurait été) fait en 2006 à la sortie de Vista, en 2001 à la sortie de Windows XP ou en 1995 à la sortie de Windows 95 et 2) de tenir compte de ce que les grandes entreprises mettent toujours plusieurs années à déployer un nouvel OS – quel qu’il soit – et démarrent très rarement l’année de sa sortie. Pour le Mac, la question se pose moins car rares sont les grandes entreprises qui l’ont déployé à grande échelle et ont donc des parcs de dizaines de milliers de machines à faire évoluer (ou pas…).

      – La bidouille pour passer de la RC à la RTM : elle a des raisons à la fois techniques et commerciales. MS recommande aux testeurs d’utiliser des machines de test pour la RTM et préfère que les déploiements interviennent ensuite par “clean install”. C’est plus sûr. Commercialement, cela limite l’usage “non commercial” de Windows 7.

      – La mise à jour impossible à partir de XP : c’est en effet gênant pour les utilisateurs concernés. Mais dans le grand public, les machines sous XP sont assez anciennes et pas forcément adaptées à 7 et dans les entreprises, les mises à jour d’OS sont généralement couplées à celle du hard. XP date de 2001, année de la sortie de MacOS X. Si on veut comparer des pommes à des pommes (!), peut-on mettre à jour Cheetah (MacOS de 2001) à Snow Leopard ? Il semble que non ! Et pareil pour les suivants : Puma, Jaguar, Panther (2003). On ne peut upgrader vers Snow Leopard qu’à partir de Tiger (2005) et Leopard (2007). Je ne jette pas la pierre à Apple pour autant, mais ne fait que constater qu’ils doivent avoir les mêmes problèmes et contraintes techniques. Pour les OS trop anciens, mieux vaut tout réinstaller. C’est ce que l’on peut lire sur de nombreux forums d’utilisateurs du Mac.

      – Le temps de mise à jour de Vista à 7 : s’il est plus long qu’une installation sur mes laptops, il n’est pas forcément comparable avec un MacOS (ou Ubuntu) mis à jour en 20 mn. En effet, mes laptops sont assez encombrés avec beaucoup d’applications installées et aussi un très grand nombre de fichiers. Mais il est vrai que deux heures, c’est bien trop long. Comme le travail de la mise à jour est bien fait au bout du compte, je préfère que cela soit bien fait et long que mal fait et rapide. J’ai effectué plusieurs mises à jour d’Ubuntu qui n’ont malheureusement pas donné le même résultat (perte de carte graphique, perte de réseau, etc) pour des pbs de drivers. Au passage, pour une clean install, Linux est le plus rapide de tous à installer.

      – L’accélérateur pour créer un répertoire. Oui, je sais que c’est standard depuis longtemps sur MacOS et il était scandaleux que Microsoft n’intègre pas cela dans Windows. Maintenant, c’est fait, voila c’est tout. Ils ont enfin écouté…

      – Améliorations pour la bureautique dans 7 ? Il y en a quelques unes qui concernent l’interface utilisateur (toolbar, menu start), d’autres sur les bureaux à distance, mais c’est vrai qu’il n’y a pas de quoi s’éclater. Ceci étant, dans les deux dernières versions de MacOS, les améliorations sont aussi incrémentales… à part le support de Microsoft Exchange !

      – Media Center : Apple a beau avoir une belle interface utilisateurs dans l’Apple TV, il n’a pas forcément compris la dynamique de ce marché tout du moins dans son état actuel. Apple TV est délaissé (Steve Jobs ne s’intéresserait pas trop à la TV) et ne permet pas de recevoir la TV broadcastée. C’est bien pratique car cela évite de se tartiner les problèmes de tuners (câble, satellite, TNT) et de protection des contenus (premium, cryptés). Aujourd’hui, Media Center de MS est considéré comme la solution la plus aboutie pour recevoir la télé et la diffuser en multiroom. Et son ergonomie dépasse de loin celle de toutes les set-top-boxes du marché. Quand aux consoles de jeux, elles sont cantonnées au rôle d’Extender (dans le cas de la XBOX 360) et/ou de player IPTV (pour la Sony PS3). Avec les progrès de l’IPTV au dépend de la TV broadcastée (TNT, sat, cable), cela sera un jour une bonne solution. Mais pas encore aujourd’hui.

      Mais un PC Media Center est effectivement compliqué à configurer et à installer, ce n’est pas un marché de volume, et donc une solution assez couteuse, et mécaniquement élitiste.

      – Windows en retard sur le Mac ! Oui, on le sait pour ce qui est de l’interface utilisateur, cela dure depuis 25 ans maintenant. Nous avons trois mondes qui cohabitent :

      Le Mac : facile d’emploi et assez fermé (pas de choix du fournisseur pour l’ordinateur)

      Le PC sous Windows : moins facile d’emploi, plus ouvert (choix du constructeur), et moins cher (hard en tout cas)

      Le PC sous Linux : encore moins facile d’emploi (ça se discute selon l’angle de vue, je sais…), encore plus ouvert (open source, choix de l’OS et du constructeur) et encore moins cher.

      Qu’on aime ou pas, c’est le modèle médian qui a aujourd’hui le dessus. Une ouverture qui génère un écosystème d’ensemble tirant les prix, au moins du matériel, vers le bas. Au prix d’une ergonomie limitée par les contraintes de l’ouverture matérielle autant que par la culture d’entreprise de Microsoft, plus tournée vers les entreprises que vers les utilisateurs. Comme les entreprises représentent environ 80% du CA de Microsoft, tout s’explique !

      En même temps, évitons le discours simpliste du “Apple invente et MS copie”. Les sociétés n’ont pas les mêmes métiers, les mêmes forces et faiblesses. MS fait des choses très bien dans le monde de l’entreprise, ce n’est pas une bande d’idiots qui copient les voisins (même si cela peut arriver, comme ailleurs). Son offre middleware continue de bien évoluer alors que Java patine un peu. Ils sont trop dispersés, se plantent dans certains domaines (online, mobile) et réussissent mieux ailleurs (console de jeu, serveurs d’entreprise, outils de développement), le desktop patinant un peu entre les deux.

      A propos de mon usage d’Ubuntu : je ne suis pas “passé de Windows à Ubuntu”. J’utilise Ubuntu à la fois pour ma culture technique et pour développer les évolutions de mon blog qui tourne sur plate-forme LAMP, que je préfère reproduire sous Linux que sous Windows, pour être plus proche de l’hébergeur qui est en LAMP (Linux, Apache, MySQL, PHP).

      Il manque en effet un Mac sur mon bureau, mais j’ai au moins un (mauvais) prétexte : il n’y a plus de place dessus ! Et aussi, pas de raison pressante de l’adopter. Le montage vidéo, peut-être ? J’ai bien vu que l’on pouvait installer MacOS sur un netbook – donc sur un laptop – mais que la bidouille était franchement compliquée et pas complètement opérationnelle donc je n’ai pas tenté le coup.

      Cordialement,

  • [3] - nerik a écrit le 31 août 2009 :

    Je ne comprend pas pourquoi on nous vend le desktop Mac comme une panacéé. J’ai bossé 3 semaines sur Leopard, et il y’a une foule de choses que j’ai trouvé profondement agacantes en termes d’experience utilisateur. J’idéalisais completement cet OS, mais je réalise que l’UI est fouillis, et contre intuitive (drag n’drop de l’icone d’une clé usb vers la corbeille pour l’éjecter?) et que l’OS est globalent très lent (et les applis, surtout iTunes et Safari – 5 secondes pour ouvrir un onglet, c’est pas raisonnable).

    Par ailleurs l’idée que Microsoft pompe les idées d’Apple n’est que tres partiellement vraie. Au fond les deux, depuis plusieurs dizaines d’années, ne font surtout que vaguement évoluer des concepts venus du PARC entre autres.

    Voila, un troll gratuit. Sinon je viens de tomber sur ce blog et je le trouve vraiment bien, continuez.

  • [4] - Platyk's a écrit le 8 septembre 2009 :

    Je ne suis pas technique, mais il y a quelque chose que je ne comprend pas, et que je ne comprendrais peut-être jamais. C’est que l’on a répandu des PC avec des OS mutliples à tout le monde sans leur apprendre à s’en servir.

    Les utilisateurs enregistrent leurs données n’importe où, n’importe comment; Les disques durs internes sont de plus en plus volumineux;
    Ils installent des applications téléchargées sur le net pour utiliser 10% de leurs fonctionnalités (celles livrées avec l’OS suffisent dans 90% des cas)
    Ils visitent des sites qui posent des problèmes par la suite.
    Et bien d’autre encore.

    Ne peut-on pas apprendre à utiliser un PC proprement ?

    Les avantages seraient bien plus simple et plus ambitieux pour tout le monde !!!

    L’utilité du PC d’aujourd’hui se limite pour 99% des utilisateurs à :

    – Enregistrer des donnnées (applis, favoris, préférences…)
    – Envoyer des messages
    – Aller sur internet
    – Accéder à ses données en toute mobilité
    – Utiliser les applications fournies de bases (ou avec son périphérique “USB” : Musique, photo, video, téléphonie)

    Quels avantages :

    – Ne peut on pas stockés les données sur un disque externe ou à un endroit limité exclusif (BitLocker)
    – Réduire par conséquent la taille des disques à 20 ou à 40Go maximum
    – Limiter les applications (applocker)
    – Envisager des migrations d’OS plus rapide et plus fréquente (gain de maintient de support)
    – Des réinstallations sans perte de données (VHD, WIM)
    – De la pérénité dans la montée de version des applicatifs (Packaging et formation en continue)
    – DirectAccess et Network Acces Protection qu’en dire ….

    Je pense que la problèmatique de changement d’OS est bien plus importante que l’OS en lui même.

    Ceci dit, je pense que Windows 7 est le palier qui va amener les utilisateurs prendre conscience de mieux gérer leur outil informatique.

    Pour exemple : Migration NT vers 2000 chez un grand groupe du secteur de l’energie (50 000 postes, 400 applications) : 51 millions d’euros. Et encore, c’est pas cher (moins de 1% du chiffre d’affaire)

  • [5] - Dominique Rabeuf a écrit le 18 septembre 2009 :

    Les chapelles. La cathédrale et le Bazar
    J’ai assisté à la disparition des bases de données hiérarchiques, de multiples constructeurs comme Digital Equipment, des réseaux de toutes sortes, de l’architecture RISC, des systèmes d’exploitations
    J’ai utilisé des Apple II, Macintosh, divers Motorola, des PC avec DOS et à peu près tous les Windows, des Unix de toutes les familles, des GCOS6/7/8.
    J’ai été partisan et fanatique de nombreux systèmes, j’ai même développé du coeur de système, codé en hexadécimal, trafiqué des périphériques.
    J’ai opté définitivement pour Windows. Je garde jusqu’au bout les XP.
    Je suis passé de Windows 2003 à Windows 2008
    C’est beau Windows 2008, surtout sur un serveur loué enterré dans une cave
    On devrait bien sûr lire toute la documentation
    Mais on s’y jette quand même surtout parce que l’on est pressé par le temps, parce que l’on quitte un hébergement qui s’effondre et une machine qui tourne depuis six ans
    Le quinze juillet j’avais contracté avec un nouvel hébergeur, le 30 juillet la machine n’étais toujours accessible (Votre serveur est en cours d’installation)
    Je contracte avec un autre, le temps que les procédures administratives de contrôle de la réalité des déclarations faites lors de la commande (c’est normal que les hébergeurs vérifient à qui ils louent un serveur, autrefois ils ne le faisaient pas), il me reste moins de trois jours pour configurer et transférer un bon paquet de giga octets.
    La bête est sécurisée, pas facile de l’apprivoiser, impossible d’installer IE6, FF3, ouf Chrome mon préféré peut s’installer, IE spécial Windows 2008 est très ennuyeux.
    Je bricole avec IIS7, très jolies icônes.
    Je configure les structures et services web.
    Je transfère de site à site sans ftp (il n’y a pas de ftp dans IIS7) via une bidouille infâme après avoir installé Web Studio 2008.
    Stupeur un des sites ne marche quasiment plus, j’ai des milliers d’erreurs de compilation dont certains sont très surréalistes.
    Tout est piloté par des dotnet, certains fichiers ne sont pas modifiables (WriteOnce on dirait)
    Je comprends que mes façons de faire avec les fameux XMLHttpRequest (Ajax) ne conviennent aux nouvelles règles.
    Bon c’est une version béta, avec IIS7.5 il paraît que cela va mieux (je n’ai pas que cela à faire)
    Néanmoins je ne regrette rien
    Surtout que je peux avec PHP si je veux, et des sous systèmes Unix si je veux
    La gestion DNS est intégrée
    La migration va être ardue
    Une fois un minimum maitrisé je gagnerai beaucoup de temps par rapport à Linux et sa farandole d’utilitaires niais et consommateurs de CPU (Java) et troués comme des passoires
    Windows 2008 Web Edition me coûte 15€ par mois, pare feu intégré
    Une version Red Hat entreprise est louée au même prix avec beaucoup moins de fonctions intégrées
    Je vais laisser tomber SQLServer, la version 2008 ne cause pas à Studio 2008, sa future interface XML ne me va pas en l’état.
    Le tout XML, Shell XQuery like me plait
    Nota quand j’ai vu arriver Windows NT, j’avais pensé « Faire un nouvel OS c’est ridicule »
    La supériorité de Windows Server est un fait, le reste est de la poésie de chapelle.

    A quand des Chapskasses non débiles




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.