Bing peut-il changer la donne ?

Publié le 13 juin 2009 et mis à jour le 18 février 2019 - 9 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Cela fait maintenant plus d’une semaine que Microsoft a lancé son nouveau moteur de recherche Bing.com qui remplace feu Live Search. Avec évidemment beaucoup d’attentes tant de la part des Internautes que de ceux qui trouvent que la position dominante de Google pose problème.

Alors, qu’en est-il vraiment ? Pour se faire une idée, il faut déjà regarder à quoi ressemble ce nouveau moteur et si ses nouveautés sont suffisamment significatives pour changer la donne. Ensuite, il faut observer comment Google évolue de son côté. Et puis, prendre un peu de recul sur ce marché des moteurs de recherche, son écosystème et les inerties correspondantes.

Net net… bing.com ne devrait pas changer la donne à court terme. Ses évolutions sont certes intéressantes mais pas suffisamment radicales pour détourner les Internautes de Google. Elles sont pour l’essentiel l’agglomération de fonctionnalités qui existaient, éparses, dans différents moteurs de recherche concurrents de Google comme Ask.com. Nous verrons même que parfois le mieux est l’ennemi du bien.

Revue de détail…

Découverte des nouveautés de bing.com

Lorsqu’on lance Bing.com, la page d’accueil est assez classique, et complétée d’une image de fond, qui change à chaque lancement. Bien pour l’esthétique, mais pas forcément pour la performance. Même si cette image n’empêche pas à la page de s’afficher rapidement, elle consomme de la bande passante réseau, et elle n’est pas stockée en cache puisque modifiée à chaque lancement. De plus, Microsoft ne résiste pas à l’envie d’ajouter quelques fioritures à cette page d’accueil, en bas, avec notamment une indication des termes les plus recherchés du moment.

Bing Pages Accueil

Mais avant d’aller plus loin, il faut signaler que le comportement de Bing.com est différent d’un pays à l’autre. La version la plus complète n’est disponible qu’aux USA. On peut bien configurer le moteur pour utiliser la version américaine (1) mais il vaut mieux lui faire croire que l’on se trouve aux USA via un VPN ou un Proxy. Un proxy est un serveur intermédiaire qui permet de se connecter aux sites web. Par défaut, il est chez votre opérateur. Mais vous pouvez configurer un proxy différent dans votre navigateur, ici Firefox (2). Il existe plein de serveurs Proxy gratuits permettant de s’identifier comme utilisateur américain. La comparaison entre la version américaine avec une adresse IP française et la version US avec une adresse IP US (3) montre que les services ne sont pas les mêmes. C’est aussi le cas du programme de cashback de Bing.com qui existait déjà avant, et qui ne semble pour l’instant disponible qu’aux USA.

Bing Difference par Pays

Poursuivons notre visite avec une recherche classique, de restaurants, ci-dessous. L’interface utilisateur intègre des suggestions lorsque l’on tape ses mots clés (1). Ceux-ci semblent relever d’une véritable analyse sémantique et non pas simplement sur des statistiques comme le fait Google Search. Le menu à droite (2) propose différentes fonctionnalités comme le paramétrage du moteur et l’accès à son compte de cashback, mais comprend aussi les informations pour les webmasters. Le côté gauche propose des recherches reliées à celle que l’on vient de faire (3) ainsi que l’historique de la recherche (4). Sur certains sites, on peut avoir un rapide aperçu du contenu avec une popup (4). Et enfin… le résultat de la recherche affiche une dizaine de restaurants et une carte géographique associée (6)… comme Google Search.

Bing Fonctions de Base

Lorsque l’on effectue une recherche de produits, comme ici un appareil photo, le premier résultat “non commercial” fournit quelques indications des meilleurs prix, du nombre de boutiques en ligne et une note d’appréciation. En cliquant dessus, on aboutit à un inventaire d’offres similaires à celles que l’on trouve dans un comparateur de prix.

Bing Recherche Produits

Dans certains cas, une recherche de produits génère des images et des ratings comparatifs de produits. La démonstration recommande d’utiliser Panasonic et ça fonctionne… mais pas avec Pioneer, pourtant leader des écrans plats !

Bing Recherche Photos Produits

On retrouve cette incohérence d’expérience utilisateur avec les produits pour lesquels des notes de consommateurs sont fournies… ou pas (ci-dessous). Par contre, un point fort du moteur est de présenter rapidement des “reviews” de produits (évaluations) ainsi que le site des marques qui est parfois noyé chez Google dans des pages très éloignées de la première à cause des tactiques de référencement naturel (SEO : search engine optimization) employées par les nombreux sites de vente en ligne. Comme le SEO sur Bing.com n’est pas encore mature, le phénomène n’existe pas encore !

Bing Comparaison Appareils Photos

La recherche de vols conduit de la même manière à des offres détaillées comme on dans un site spécialisé du domaine.

Bing Recherche Vol Avion

On peut même récupérer illico une information sur un vol particulier sans avoir à creuser dans le site de son aéroport ou de sa compagnie aérienne (ci-dessous en haut). Mais cela ne fonctionne pas avec toutes les compagnies. Visiblement, c’est OK pour les compagnies aériennes US, mais pas pour Air France. Ce sont les inconvénients du web sémantique dont l’usage n’est pas encore généralisé ni la normalisation vraiment sèche dans les domaines verticaux.

Bing Information Vol Avion

Il en va de même pour une recherche d’hôtel qui fournit plein d’informations que l’on peut trier selon plusieurs critères :

Bing Recherche Hotel

Avec ces différents exemples, on voit que Microsoft cherche à transformer son moteur de recherche en moteur d’achat pour les produits et services les plus courants, qui sont l’apanage de sites spécialisés (Amazon, LastMinute, Expedia, etc). Avec plus ou moins de bonheur car il est difficile de couvrir correctement les offres du marché et les différents sites marchands. Des partenariats sont noués un par un, ce qui rend l’approche limitative. En France, le système étant encore balbutiant, Microsoft a signé un partenariat en apparence exclusif avec Ciao qui propose la zone “shopping” de Bing.com. Ce qui n’a aucun sens sur le long terme, un moteur de recherche ayant vocation à être le plus universel possible.

Poursuivons la visite avec la météo, qui ne présente aucune originalité par rapport à Google :

Bing et Google Meteo Ville

Du côté des photos, la différentiation est un peu plus claire avec un peu de sémantique et des suggestions de domaines liés au sujet recherché (1), des personnes reliées à celle que l’on a cherché (2), un tri possible sur des critères liés aux caractéristiques des photos (3), une prévisualisation des photos et la possibilité de trouver des photos similaires à celle qui est sélectionnée (4), et enfin des outils de présentation et de navigation qui permettent de modifier la taille des images, et une barre de défilement “infinie” qui permet d’augmenter le nombre de photos recherchées en la glissant simplement vers le bas, ce qui évite le “next – next – next”.

Bing Recherche Images Isabelle Adjani

La recherche de vidéos est similaire, avec la possibilité de dérouler la vidéo en positionnant simplement le curseur dessus. Sachant que les vidéos sont d’origines diverses, y compris YouTube alors que Google privilégie nettement YouTube avec une interface de navigation un peu plus sophistiquée pour choisir des vidéos sur les mêmes thèmes (en dessous).

Bing et Google Recherche Videos

Voilà pour les nouveautés identifiées à ce stade.

Au passage, il reste à accéder aux pages dédiées aux webmasters. Elles ne sont pas (encore) accessibles dans le menu des options de la version disponible en France et mon proxy a l’air de m’empêcher de me logger dans la version US.

La pertinence des résultats

De nombreux testeurs ont cherché à comparer la pertinence des résultats entre Google et Bing et les résultats étaient partagés, le plus souvent favorables à Google. D’autres portaient sur la recherche d’un site (le leur), d’un nom (le leur) ou de sujets d’intérêt divers (les leurs). Difficile de se faire une opinion basée sur ce genre de tests !

Ce d’autant plus qu’il est difficile d’évaluer la profondeur des index. Pour optimiser les traitements, les moteurs de recherche ne renvoient généralement pas plus de 1000 résultats pour une recherche. De plus, on l’a vu, les techniques de SEO ont tendance à polluer les résultats de Google, un désavantage de la position de leader, les webmasters se souciant peu d’adapter leur SEO au moteur de Microsoft.

J’ai cependant pu noter que les résultats de wikipedia ne sont pas valorisés dans Bing alors qu’ils arrivent quasiment systématiquement dans les cinq premières positions dans Google. Un autre point est troublant : l’index de Bing n’est pas tout neuf. Il s’appuie sur celui de Live Search qui était déjà conséquent.

Le modèle économique

L’aventure dans les moteurs de recherche de Microsoft est probablement la “startup” la plus chère de l’histoire de l’Internet. L’éditeur y a déjà englouti plus de 5 milliards de dollars. Soit vingt cinq fois le budget de l’initiative française Quaero. Avec un résultat non seulement médiocre, mais négatif : depuis cet investissement sur ces quatre dernières années, le moteur de recherche de Microsoft perdu des parts de marché au lieu d’en gagner !

Cela rappelle aussi que pour concurrencer un leader solidement établi, il faut bien plus que de l’innovation incrémentale, aussi sympathique soit-elle. Il faut soit une rupture technologique, soit de modèle de distribution, soit de modèle économique qui soit forte. C’est la même raison pour laquelle Windows et Office sont encore là et dominants malgré les coups de boutoir incessants de leurs équivalents en logiciels libres (Linux, OpenOffice) ou en SaaS (Google Docs).

Google Search Market Share Part de marche

Google est de plus protégé par une autre arme secrète : là où vont les yeux des Internautes pendant une recherche ! Le schéma ci-dessous, d’origine Google, montre qu’avec le temps, les yeux ont tendance à se concentrer sur les trois à cinq premiers résultats d’une recherche. Ce qui veut dire que les nombreux efforts pour enrichir ces résultats au dessus, à côté ou en dessous, sont pour l’instant inadaptés aux habitudes des Internautes.

Google Ou vont les yeux pendant la recherche

En attendant, le modèle économique de Microsoft avec Bing.com semble reposer sur des recettes traditionnelles : le référencement de mots clés, et peut-être, un peu de revenu d’affiliation au vu de l’effort mis sur les scénarios du commerce en ligne.

Le marketing de Bing.com

Microsoft a prévu de lancer une campagne de publicité de $100m pour faire connaitre Bing.com. Avec une croyance courante chez l’éditeur de l’intérêt de la force brute dans le marketing lié à un complexe de déficit d’image. C’est d’ailleurs un faible budget au regard de l’enjeu pour changer la perception face à Google.

Pourtant, un peu comme pour certaines startup, le marketing de bing.com est assez sommaire. Il y a bien un petit “product tour” disponible (ci-dessous), mais celui-ci ne fait que de proposer des exemples de recherches regroupées dans cinq catégories. Cela manque un peu de substance et d’explications. Il n’y a même pas d’histoire de racontée sur le rationnel du moteur, sur ce qu’il y a derrière, sur les partenariats noués, etc. C’est un peu léger.

Bing Product Tour

On retrouve néanmoins dans le marketing de Bing.com des réflexes de l’éditeur autour de la notion d’écosystème et de partenariats. Le lancement de Bing.com s’accompagne ainsi du “recrutement” de partenaires dans les contenus et le commerce en ligne dans chaque pays, le plus avancé étant les USA. Cela donne l’impression d’être pour l’instant une tâche fastidieuse réalisée à la petite cuillère, alors que Google favorise la force brute des calculs statistiques dans son moteur de recherche, et les économies d’échelle associées.

Bing.com aurait gagné 2% de parts d’usage en quelques jours selon ComScore et aux USA, passant de 9 à 11%. Ce n’est pas bien énorme et traduit juste le “blip” de la curiosité des Internautes suite à la couverture médiatique du lancement. De plus, on a un peu droit à un lancement “à la Zune”, avec un traitement très différentié entre les USA et le reste du monde.

Signalons au passage qu’un laboratoire de R&D sur le search va ouvrir à Issy les Moulineaux dans le nouveau siège de Microsoft France et EMEA dans lequel l’emménagement est en cours pendant ce mois de juin. Il y aura plus de développement que de recherche dans ce labo qui occupera un peu plus d’une centaine de personnes.

Bing signifierait “Bing is not Google”. C’est effectivement le cas. Ni en mieux ni en moins bien. Il n’affecte donc pas véritablement le paysage concurrentiel des moteurs de recherche. Pour l’instant.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 13 juin 2009 et mis à jour le 18 février 2019 Post de | Actualités | 11137 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 9 commentaires et tweets sur “Bing peut-il changer la donne ?” :

  • [1] - Yann a écrit le 17 juin 2009 :

    Je trouve les résultats de recherche pertinents, mais je ne suis pas adepte de l'”évolution” vers un moteur d’achat

  • [2] - Jean a écrit le 17 juin 2009 :

    J’ai comme l’impression que le moteur de recherche de Microsoft ne passionnent pas vraiment vos lecteurs… C’est une copie de Google.

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 18 juin 2009 :

    Effectivement, pas de passion.

    Mais ce n’est pas une copie pour autant. J’ai listé un certain nombre de différences notables tout de même. Tout en indiquant qu’elles ne suffiront pas à basculer les utilisateurs et que par ailleurs, elles sont difficiles à généraliser du fait de la technique employée (deep web dans des bases de données, web sémantique, etc).

  • [4] - Nicolas a écrit le 20 juin 2009 :

    Dans un marché complétement dominé par Google (>85% en Europe qui devrait être classifié de Monopole par Bruxelles si les technocrates y comprenaient quelque chose), il est heureux de voir Microsoft investir pour essayer de rétablir un marché concurrenciel. Bing semble une meilleure base produit que Live, avec quelques innovations réelles même si elles ne sont visibles que des internautes Américains et qu’elles ne sont sans doute pas encore suffisante pour changer la donne. Malgré tout c’est la première fois de son histoire que Google perd des parts de marché, 3% certes, mais à lire la presse US et les interventions de Google, cela les perturbent déjà un peu plus que le montant des 3% perdus. Pour Internet, et les acteurs qui souhaitent avoir la Pub Online dans leur business model, il est important qu’un équilibre exite sur la recherche avec plusieurs acteurs sinon Google aura la puissance de tout avaler, et de laminer les marges de tous (Agences, Site Web, Presse …) comme ils ont déjà commencés à le faire tout récement en réduisant les marges agences. D’une certaine manière nous pouvons participer à cette bataille en changeant de moteur de recherche (et il y en a des dixaines d’autres), plus que tout nous devons éviter les situations de monopole.

  • [5] - Julien ÉLIE a écrit le 22 juin 2009 :

    L’acronyme récursif s’inspire du GNU’s Not Unix.

    Dans la lignée des nouveaux moteurs de recherche, il y a celui de Wolfram qui est plutôt bien réalisé pour tout ce qui est scientifique ou données calculables.

    À noter le « coup marketing » de Microsoft avec leur jeu pour trouver 10 000 dollars. La réponse est-elle trouvable uniquement sur Bing ?
    http://www.microsoft.com/australia/ie8/competition/default.aspx

  • [6] - Christophe Lauer [MS] a écrit le 2 juillet 2009 :

    @JulienElie

    L’opé marketing de “Chasse au Trésor” avec Bing est une initiative locale de la filiale Australienne. Voilà, ceci juste pour relativiser l’importance à donner à ce jeu concours et éviter que certains ne se livrent à des sur-interprêtations de la stratégie de Microsoft sur Bing.

    Concernant le nom Bing, je suis convaincu que “Bing Is Not Google” n’est qu’un backronyme humoristique.

    Et puis vous savez : Quand bien même, GNU n’a pas nécessairement tout inventé, et vous trouverez en “Mung” des traces anciennes d’acronymes récursifs datant des années ’60.

    A vous lire…

  • [7] - Fabien a écrit le 4 juillet 2009 :

    Microsoft devrait suivre l’initiative d’IBM qui vient de monter un partenariat avec OSEO pour le financement des startups
    http://www.lentreprise.com/3/4/2/ibm-accede-aux-garanties-de-credits-d-oseo_20581.html

  • [8] - Olivier Ezratty a écrit le 4 juillet 2009 :

    Cette garantie Oséo ne concerne pas que les startups mais les PME en général.

    Donc, quel rapport avec Bing… ?
    Ce d’autant plus que Microsoft n’a pas à rougir d’IBM pour ses relations avec les startups françaises.

  • [9] - bionet a écrit le 27 juillet 2009 :

    Bonjour,

    Merc pour votre excellent billet.
    Si je devais retenir qu’une seule phrase ce serait celle-ci:

    “Il faut une soit une rupture technologique,…”

    Effectivement je pense qu’à ce niveau, comme pour les téléphone mobile, les systèmes d’exploitations ou certaines aplications professionnelles (photoshop, autocad etc…), seule une rupture technologique peut détroner le leader.
    Je pense que Microsoft à réalisé un trés mauvais investissement. Mais il est vrai que du côté des applications windows il ne reste plus grand chose à inventer.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Il est clair que l'actualité ne s'arrête pas le jour de la parution d'un ouvrage. J'y intègre d'ailleurs quelques silent releases les premières semaines après parution, comme j'avais du le faire en 2019. La fuite...”
“Bonjour et Merci pour ce travail significatif Je vous invite a aller lire cet article pour compléter Gambetta est une référence, il ecrit ses...”
“Bonjour, Je souhaitais souligner un aspect devant aider tous les étudiants ou lecteurs éclairés dans le domaine,peut-être aider pour la vulgarisation. Comme le souligne Alain Aspect, les trois tomes de "Mécanique...”
“Pas de Dunning–Kruger si vous en êtes conscient...”
“Merci Olivier, J'ai commencé, comme la dernière fois, dans le désordre créé par mes préférences. Pour sacrifier à la mode, je dirais que c'est l'effet Dunning-Kruger, j'ai l'impression de tout savoir ou au...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.