Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 3

Publié le 11 septembre 2009 et mis à jour le 4 avril 2019 - 8 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Passons aux trois dernière priorités listées par NKM pour le grand emprunt et le numérique…

Développer l’usage TIC dans les PME

C’était la troisième priorité de NKM dans sa conclusion, mais le sujet avait été à peine effleuré dans les débats.

Cela fait des années que le gouvernement se préoccupe du sujet, avec certes des résultats mais un retard chronique des PME françaises, en particulier dans leur présence sur Internet pour y faire du commerce en ligne.

NKM a aussi évoqué la simplification des procédures administratives dans la lignée du succès du nouveau statut de l’autoentrepreneur grâce auquel 80% d’entre eux se sont déclarés sur Internet.

Pour ce qui est de l’équipement des PME, je suis quelque peu perplexe. Peut-être faudrait-il que le gouvernement communique plus sur le sujet. Au sens de la communication organisée avec campagnes de pub etc, gérées par le Service d’Information du Gouvernement. Elle pourrait s’appuyer sur des “best practices” et je repense toujours au fabricant de clôtures Lippi , le cas préféré de notre ami Jean-Michel Billaut. NKM devrait faire un petit tour chez eux. Il y a aussi à activer tous les organismes consulaires (chambres de commerce, de métiers, etc).

A première vue, tout ceci ne devrait pas intégrer l’emprunt. C’est du “business as usual”, la simplification des formalités administratives devant au passage permettre d’économiser à la marge quelques postes de fonctionnaires.

Mais comme aucune précision n’a été donnée sur la forme que pourrait prendre cet investissement sur les PME, on peut laisser le bénéfice du doute aux équipes de chez NKM et Hervé Novelli (en charge des PME à Bercy).

Mutualiser les infrastructures

Dans les débats, ce sujet a principalement été évoqué par Didier Lamouche, le PDG de Bull (ci-contre).

Didier Lamouche Bull Sept2009

Il en a profité pour parler un peu de Bull. Il n’existe que deux survivants de la belle époque des mainframes : IBM et Bull. Et l’histoire du plan calcul est maintenant ancienne.

Ensuite, il a fait état des progrès technologiques qui n’étaient plus absorbables par les applications conventionnelles. En gros, les PC sont trop puissants. Si c’est parfois vrai dans les PC dédiés uniquement à la bureautique, ce point est contestable pour de nombreux nouveaux usages des micro-ordinateurs : la vidéo haute définition, les jeux 3D, les interfaces utilisateurs immersives, les Media Centers, etc. Sans compter le simple fait que les micro-ordinateurs sont exploités pour un nombre grandissant de tâches simultanées. Même si Linux consomme un peu moins de ressources que Windows, que Windows 7 est plus économe de ressources que son malheureux prédécesseur Windows Vista, et que MacOS s’améliore en permanence, les usages sont tels que les machines sont assez bien utilisées. Bien sûr, pas à 100% tout le temps pour ce qui est du CPU. Pour revenir à Bull, la société vient de livrer le mainframe Linux le plus puissant d’Europe à un client allemand. En France, ils équipent les calculateurs TERA de la DAM du CEA à Bruyère le Chatel. Ceux qui font des simulations d’armes nucléaires (plan décidé par Chirac en 1995), mais aussi pour l’aérospatial.

Mais le marché le plus porteur en volume, ce ne sont pas les super-calculateurs, ce sont les data-centers pour les services en ligne. A un tel point que les géants de l’Internet comme Google, Yahoo ou Microsoft sont depuis longtemps les premiers consommateurs de serveurs au monde. Et les plateformes de “cloud computing” sont maintenant adoptées, les leaders étant Amazon et SalesForce.com, Microsoft trainant derrière avec sa plate-forme Azure qui devrait être opérationnelle d’ici la fin de l’année.

Alors, faut-il bâtir des infrastructures de cloud computing en France ? Dans un projet industriel classique “à la française”, on lancerait un consortium compliqué pour bâtir un gros data center, sous Bull, sous Linux, etc. Et on chercherait ensuite à en commercialiser les services. Cela aboutirait rapidement à un Eurotunnel informatique. Une approche alternative pourrait consister à se focaliser uniquement sur les logiciels qui équipent ces serveurs. Mais cela ne déboucherait pas forcément sur un marché de volume significatif. L’intérêt de ce business est de vendre avec une structure de coûts fortement mutualisée une plate-forme de services en ligne qui intègre à la fois le matériel et le logiciel. On bénéficierait d’un avantage par rapport à pas mal de pays, y compris les USA : notre production locale d’électricité à bon prix, à dominante d’origine nucléaire. En tout cas, si se lancer dans une telle aventure aurait quelque sens, il faudrait en creuser les modalités. Partir de zéro ne serait pas facile. Amazon a pu se lancer dans le cloud en bénéficiant d’une douzaine d’année d’expérience du commerce en ligne à l’échelle mondiale. Il a mutualisé des ressources qu’il avait et a étendues pour en faire une plate-forme. Avec des clients, des partenaires (des revendeurs qui vendent leurs produits via Amazon comme place de marché).

Mais nous, sur quel industriel en place pourrions nous nous appuyer, histoire de ne pas partir à zéro ? Sur Bull ? … :).

Numérisation des contenus

C’était le thème de la dernière table ronde animée par Frédéric Mitterrand, qui nous a débité en la lisant une introduction sur exactement le même ton que ses anciens documentaires sur la vie des Habsbourg. Avec des phrases compliquées…

Pour lui, le numérique représente l’enjeu le plus important de la culture et de son économie. Et la numérisation des archives est critique. Les archives INA sont mises à disposition des pays du Maghreb. La bibliothèqne en ligne de la BNF, Gallica, a numérisé 839000 documents. Et il faut en faire plus.

En gros, il propose d’emprunter pour préparer le futur en archivant le passé de notre glorieuse culture. Je doute. Cela me semble un peu hors sujet par rapport à l’emprunt. Tout d’abord la culture française, c’est bien, mais elle ne couvre que la francophonie, soit moins de 3% de la population mondiale. Un micro-marché ! Est-ce générateur de croissance ? A voir. La création pourrait l’être, mais les archives ? Faut-il emprunter pour financer la culture ? Je suis dubitatif. C’est encore du “business as usual”.

Dans le débat, on entend aussi parler de la TNT (le bon vieux broadcast, certes numérique), de la télévision mobile (un trou financier pour ceux qui s’y sont lancés comme les coréens) et de la radio numérique terrestre. Il y a aussi les contenus en 3D-relief. La filière de production doit y réfléchir.

IMG_1005

Claudine Haigneré (dite “BAC+17”) était intéressante, mais plus par son approche sociologique qu’économique de la culture. Elle parle de e-maturité, d’alphabétisation numérique, d’expérimentations “in-silicon”. Pour elle, le jeu vidéo est le roman de demain. Elle évoque les outils de formation de demain basés sur le “serious gaming”, du musée du 21eme siècle, des réseaux sociaux mobiles et des musées géolocalisés, de l’université numérique citoyenne, des écolabs pour tester les éco-innovations.

Michèle Tabarot, députée des Alpes Maritimes, évoque la destruction de 5000 emplois dans les contenus du fait du piratage (tient, c’est presque l’effectif de Free…). De l’adaptation du cadre législatif pour préserver les droits d’auteur. Elle félicite le Président de la République pour cette réponse pédagogique et dissuasive. Et se fait siffler par quelques personnes dans la salle. Elle évoque aussi le fait que les contenus numériques vidéo et audio permettent de réduire 15% du CO2 (transports). Elle ne précise pas si c’est pour la communication et pour réduire les déplacements ou autre chose.

Matts Garduner de Google explique le rôle de son entreprise pour participer à la création et à l’accès du patrimoine numérique. Il souhaite tordre le cou à l’idée selon lequelle il n’y a pas de rémunération possible des ayants droits.

Enfin, Vincent Marcatté du Pôle de compétitivité Images et Réseaux (pays de Loire et Bretagne, 36 m€ d’aides publiques entre 2005 et 2007 pour 12 projets) nous parle de Web Sémantiques et autres avancées dans le domaine des contenus et des images. Si c’est pour demander des aides, il faudrait rappeler que l’on a déjà injecté 99m€ sur Quaero.

L’avis des co-présidents de la Commission sur l’emprunt et de François Fillon

NKM était entourée de Michel Rocard et Alain Juppé pendant la matinée de ce séminaire. Ils sont co-présidents de la commission qui doit préparer des propositions pour le grand emprunt voulu par le Président de la République.

Son exercice était donc de les convaincre qu’il fallait intégrer le numérique dans ce grand emprunt. NKM avait fait des pieds et des mains pour intégrer le numérique dans le plan de relance et avait obtenu quelques avancées au printemps dernier. Donc, sur la lancée, elle s’est attaquée au grand emprunt. Comme elle est tenace, les deux anciens premier ministres ont du l’avoir sur le dos et n’en ont pas encore terminé. D’autant plus qu’après sa maternité elle sera peut-être requinquée et encore plus en forme.

IMG_0740

Nos deux vizirs de l’emprunt et conseillers du grand calife de l’Elysée sont donc intervenus pour faire le point sur la question.

Michel Rocard, toujours excellentissime et spirituel orateur a commencé par professer l’incompétence du politique (il le fait souvent) et de venir surtout écouter.

Etant ambassadeur de France sur les affaires liées aux Pôles, il a découvert que le premier pays au monde arrivé au haut débit pour tous ses 55000 habitants était le Groenland.  Des habitants passés de la “chasse au phoque pour tout le monde” au “haut débit pour tout le monde” en quelques années. Et puis, sans y aller par quatre chemins : “Vous voulez de l’argent. Je ne suis pas venus pour dire non franchement et en face”. Suivi d’applaudissements masochistes. “Le Grand Empunt est grand par le sujet et l’exemplarité. Il ne le sera pas par le montant. On ne peut pas économiser sur beaucoup de dépenses. A l’économie, on fait des dégats sur ce qui est passé à la trappe : l’enseignement supérieur, l’innovation, la recherche, etc. Il faut rattraper ces manques liés à une gestion à l’économie. Aucun des deux premier ministres coprésidents n’est célèbre pour avoir dislapidé les budgets. Nous avons été choisis pour cela. Ne rêvez par, il n’y en aura pas beaucoup. L’emprunt est unique et non répétitif”. Bref, suspens.

IMG_0841

Alain Juppé est plus “politique”. Pour lui, il ne faut pas s’abstraire de la situation des finances publiques. Mais le numérique est au coeur du débat. La compétitivité est en jeu. Il faut développer des PME innovantes, notamment dans les ETI (entreprises de taille intermédiaire). Il souhaite obtenir une traçabilité des fonds qui seront alloués. Il conseille de présenter un projet qui s’appuie sur des structures dédiées. Par exemple, des “Fondations Universitaires Recherche”, d’associer des fonds publics et privés. Bref, le numérique a toutes ses chances.

IMG_0971

En fin d’après midi intervient François Fillon. Une nuée de photographes et cameramen qui viennent peut-être de l’étranger et découvrent qu’il est Premier Ministre tiennent absolument à lui tirer le portrait assis sur le premier rang. Un gros souk, habituel en pareille circonstance.

IMG_1078

Son discours est disponible sur le site de Matignon. Un discours classique de Premier Ministre, qui brosse un tableau d’ensemble de la politique gouvernementale dans le sujet du jour, ici le numérique. En dehors du classique (l’importance du haut débit), j’ai noté quelques points saillants :

  • Il cite les secteurs de la nanoélectronique et des logiciels comme pouvant bénéficier d’une politique industrielle. Content d’entendre parler des nanos, car aucun intervenant dans la journée n’a parlé de “hardware”, alors que l’on en conçoit encore en France (Thomson, Alcatel, ST Microelectronics, Parrot, LaCIE, etc).

IMG_1130

  • Il évoque les débuts de l’Internet et le patron  de France Télécom de l’époque qui n’y croyait pas (Michel Bon). En fait, Michel Bon était excusable, ce n’était pas un technologue. Ce qui l’est moins, c’est que les technologues chefs de FT n’y croyaient pas non plus…
  • Il indique que 30% des blogs actifs du monde sont français. Je me demande bien où ses conseillers ont pu trouver cette information !
  • Google n’est pas un problème, c’est un défi. Il est choquant de ne pas dialoguer avec Google, mais il ne faut pas pour autant basculer dans la naïveté. Des garanties sont nécessaires sur nos intérets à long termes.
  • L’Etat doit permettre la création de services basés sur les données publiques mises à disposition des PME/startups.
  • Le numérique engendre une révolution sociale qui bouleverse la société plus qu’on ne le croit. Il serait inconscient d’oublier les aliénations humaines générées par les révolutions industrielles dont celle là. La société numérique peut être enrichissante comme appauvrissante. La sociologie de la toile doit être un objet d’étude, et pourquoi pas d’un colloque. Il faut trouver un point d’équilibre qui soit acceptable. Dommage que l’exemple donné, HADOPI, relève justement d’un manque d’équilibre entre la protection des auteurs et celles des libertés fondamentales.

Conclusion sur l’emprunt et le numérique

Des cinq priorités affectées au numérique pour le grand emprunt, je retiens donc :

  • La première qui mérite vraiment sa place (le très haut débit).
  • La seconde (industrie du logiciel) pourrait y figurer, mais avec une combinaison de sérieuses réallocations et de quelques investissements orientés vers les jeunes, l’amélioration des compétences “business” et l’aide à export. Plutôt business as usual.
  • La troisième (les PME) me semble aussi relever du business as usual, sauf à identifier des actions ponctuelles vraiment marquantes, autres que des incitations fiscales, de la formation ou de la communication. L’action est trop diffuse pour pouvoir relever d’un investissement pilotable par l’Etat à la sauce “politique industrielle”.
  • La quatrième (mutualisation d’infrastructure) pourrait faire sens, mais il faudrait un projet bien construit avec une finalité “business” identifiable et des acteurs crédibles pour la mener.
  • Enfin, la cinquième (numérisation de la culture) ne me semble pas relever d’une priorité économique fondamentale.

C’est un avis à discuter évidemment…

Espérons qu’il y aura maintenant un peu plus de concertation ouverte sur ces différents sujets et que l’on ne va pas nous pondre une usine à gaz. Ce n’est pas bon pour le CO2…

Le compte rendu officiel des débats est disponible. Et le flux Twitter #emprunt trace les débats pendant et après le séminaire tout comme les liens sur les autres compte-rendus de l’événement par la presse et les bloggeurs. Et mes photos de l’événement sont sur Picasa Web Album comme d’habitude.

Pour terminer, un festival de mobiles

Il n’y a pas que Sarkozy (au Vatican) qui soit drogué au mobile ! Le mobile est un outil qui permet de s’évader lorsque l’on s’ennuie dans une conférence. Ou bien de vivre dans ce monde parallèle que sont les réseaux sociaux.

Voici donc une petite série de photos thématiques faisant écho à celle des photographes au MEDEF :

  • Laurent Sorbier, ancien conseiller à Matignon sur les TIC sous Raffarin.

IMG_0999

  • Patrice Martin-Lalande, Député du Cher, qui a essayé sans grand succès d’amender dans le bon sens la loi HADOPI.

IMG_1001

  • Marie-Claire Daveu, Directrice de Cabinet de NKM

IMG_0997

  • Bernard Benhamou, Délégué aux Usages de l’Internet

IMG_0998

  • Et Augustin de Romanet, dans sa table ronde, DG de la CDC

IMG_0810

Signe des temps, presque tous, sauf peut-être le dernier, étaient sur Twitter pour voir ce qui s’y disait sur le séminaire (tag #emprunt) ! …:).

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 11 septembre 2009 et mis à jour le 4 avril 2019 Post de | Economie, Enseignement supérieur, Entrepreneuriat, Innovation, Politique | 15650 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 8 commentaires et tweets sur “Séminaire Numérique Grand Emprunt – Part 3” :

  • [1] - PA a écrit le 12 septembre 2009 :

    Bravo pour ce compte rendu en forme de triptyque.

    Il me semble, et c’est le pivot de mon compte rendu de ce séminaire, que la première table ronde était “sur-efficace” (parce qu’elle touche largement des travaux publics… et est donc facilement appréhendable), tandis que la partie “logiciels et service” est beaucoup plus subtile.

    Le plus frappant étant qu’une partie des acteurs de la table ronde “logiciels” ont, en réalité traité d’infrastructure !

  • [2] - Sylvain a écrit le 12 septembre 2009 :

    De toute façon, il est clair que le financement des PME innovantes (leurs logiciels, services, etc) et des ETI (car plus visibles à l’international) est absolument nécessaire dans le cadre d’une véritable politique industrielle pilotée par l’Etat, et donc par le gouvernement actuel. Car actuellement, les Régions (vertes et socialistes) tentent de tout régenter mais dans tous les sens…. Or le soutien à l’innovation sur le plan national et de façon chohérente et une priorité régalienne. Le budget d’Etat pour ce financement est en perte de vitesse (because la TEPA qui a créer un gouffre, car le financement ISF ne compense pas). Le grand emprunt servira à le renflouer. C’est d’une évidence. Autrement je ne vois pas du tout à quoi cela va servir. Pour les infrastructure, la CDC a suffisamment d’argent comme cela. Elle est là pour cela.

  • [3] - Herve Kabla a écrit le 12 septembre 2009 :

    Toujours aussi complet et intéressant, tes articles. Et aussi belles, tes photos (celle de NKM notamment, du grand art). Deux petits commentaires:
    – d’un point de vue communication en ligne: tu devrais éditer le champ TITLE pour y indiquer le nom de la personne photographiée (plutot que IMG1999): c’est plus simple pour reconnaître de qu iil s’agit, et cela augmentera tes visites issues de Google Image
    – dommage qu’on ait pas pu y faire la promotion de Media Aces, association qui lance son premier événement ce lundi à la Grande Arche, et dont la vocation est de faire la promotion des “medias sociaux” (et donc de l’utilisation du haut débit par effet induit) auprès des entreprises. Plus d’infos ici:
    france.media-aces.org/2009/07/24/assemblee-generale-de-media-aces-le-14-septembre-2009/

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 13 septembre 2009 :

      Merci pour le conseil sur le tag TITLE. Je sais bien qu’il faut faire cela pour Google, mais parfois, le temps manque pour bien nommer les photos. J’ai corrigé cela car il y a pas mal de combinaisons qui doivent être effectivement rares sur Internet (NKM / Rocard / Juppé).

  • [4] - Marc a écrit le 16 septembre 2009 :

    “De toute façon, il est clair que le financement des PME innovantes (leurs logiciels, services, etc) et des ETI (car plus visibles à l’international) est absolument nécessaire dans le cadre d’une véritable politique industrielle pilotée par l’Etat, et donc par le gouvernement actuel.”

    Seigneur! L’état partout, pour tout et tout le temps? C’est la résurection du plan cher à Rocard.

    Non. L’état a, par son interventionnisme aveugle, à peu près tué l’innovation en France. Tout du moins, le millefeuille bureaucratique ubuesque qu’on sert aux entrepreneurs n’a eu comme seul résultat que d’empêcher la croissance normale des entreprises et accessoirement de nourrir des générations de fonctionnaires et consultants.

    Alors plus d’état? Ou mieux d’état comme le souhaite Olivier?

    Non. C’est zéro état qu’il faut. On supprime tout ce qui existe. Cela reviendra à “périmètre constant” à un financement d’un ou 2 million d’euros par nouvelle entreprise créée. Et après basta! Si la nouvelle entreprise, confrontée à son marché, rencontre le succès, tant mieux. Sinon, à quoi bon s’acharner à maintenir en vie des canards sans tête?

  • [5] - macha a écrit le 17 septembre 2009 :

    Marc. De quels fonctionnaires parlez vous ? Qui aurait financé les Ilog, Soitec, Hologram, etc… ??? Le privé ? Ah oui ? Demandez aux banquiers s’ils l’auraient fait : marchés trop nouveaux, trop d’incertitude…. Et au capital risque aussi, celui qui minimise un max les risques, une fois que tout fonctionne bien. Et les business angels parlons en : ils ne savent pas miser pour perdre, donc ils ne prennent pas de risque non plus et ne pensent qu’aux plus-values. Les contribuables ISF de la loi TEPA ? Ils ne pensent qu’à leurs exonérations fiscales.

    Le soucis, c’est d’avoir voulu supprimer certains organismes publics et indépendants comme Anvar (agence régionalisée qui fait désormais partie d’Oséo)… : cela a créé un appel d’air, et d’autres intermédiaires sont venus combler le vide ainsi créé. Et que font ils ces nouveaux intermédiaires (pôles, réseaux, etc)? Ils demandent des sous à l’Etat (merci le grand emprunt). Et en quantité. Sans aucune cohérence.

    Non Monsieur, l’Etat a vraiment baissé les bras et a tout abandonné à la folie du marché financier qui vire à tour de bras des quantités de salariés. L’Etat a voulu tout abandonner aux régions pour l’aide aux entreprises, mais les régions n’ont malheureusement pas les moyens de faire face à long terme. Avec la crise, le rôle de l’Etat régulateur a été sollicité. Mais l’Etat n’a plus la force. Les salariés et les PME doivent se battre seuls dans une cacophonie sans nom. L’Etat n’est même pas respecté par les banquiers.

    Je suis d’accord avec vous sur un point : il ne faut pas que l’attribution des quelques soutiens qui peuvent encore exister se fasse de façon centralisée, comme avec l’appel à projets de NKM. Cela créé une nouvelle injustice. Les heureux élus sont les mieux placés du point de vue des actions de lobbying. Ca va vite, mais le résultat n’est pas bon. Cela fait travailler une centaine de fonctionnaires à Bercy durant l’été pour sélectionner les projets, c’est tout.

  • [6] - gui a écrit le 17 septembre 2009 :

    Tu vois tout en noir macha…. Moi je trouve que le plan de relance a bien fonctionné… Le Premier ministre l’a démontré aujourd’hui. Les ouvriers qui se sont fait virés étaient peut être sur des créneaux pas rentables. Il vont trouver des boulots plus sympas, plus “neufs” maintenant !!
    L’Oséo n’est pas supprimé. Elle a même bien bossé ces derniers mois pour la tréso des boites. Et l’institution a même décidé d’aider les PME avec la Caisse des dépôts, à rejoindre le marché boursier (Alternext) pour se faire financer. On est quand même obligé d’en passer par là. Le public et le privé ensemble c’est bien. Sinon comment faire autrement….
    http://www.agefi.fr/articles/Un-rapport-preconise-relancer-Alternext-1106975.html
    Un grand emprunt peut être interessant aussi. Pour le secteur numérique aussi. Et si de nombreux acteurs s’y mettent en plus de l’Oséo, c’est encourageant….
    Pour ce qui est des appels à projets, je n’ai strictement rien pigé. Mais je pense que ce n’est pas perdu pour ceux qui ne sont pas sur les listes… Si les fonctionnaires de Bercy ont travaillé comme des fous au mois d’août pour faire la sélection, on peut les remercier…

  • [7] - Frederic Lippi a écrit le 17 septembre 2009 :

    Je vous remercie de citer notre initiative dans votre excellent CR. “best practice” ? c’est flatteur. Initiative simplement contemporaine me semble-t’il, mais avec des moyens réseau vraiment pas contemporains… toujours pas de fibre à l’horizon dans notre ZI à moins d’1km seulement du dslam ! Je confirme que la première priorité est également notre priorité : avoir de la fibre pour pouvoir former plus rapidement nos équipes et constater les changements… vite




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.