L’impression 3D en couleur

Publié le 4 avril 2009 et mis à jour le 9 novembre 2018 - 17 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Voici un petit interlude technologique après tous ces articles traitant de la politique de l’innovation ! En plus, au lieu de gamberger sur l’immatériel, nous allons traiter de la rematérialisation !

Dans mon dernier rapport de visite du Consumer Electronics Show 2009, j’avais consacré deux pages aux solutions d’impression 3D (pages 135 et 136 du PDF) . J’y décrivais trois imprimantes “3D” sorties dans le courant de l’année 2008 ou sur le point de sortir et qui visaient à faire descendre le prix de ce genre de technologie destinée au prototypage d’objets pour l’industrie et la recherche :

  • Desktop Factory qui cible un prix inférieur à $1000 sachant que leur premier modèle n’est toutefois pas encore commercialisé et qu’il démarrera plutôt dans les $5K. Son imprimante utilise une fibre plastique blanche déposée en couches. Elle peut-être ensuite peinte et/ou vernie. J’avais pu prendre en main des pièces produites lors de Capital Week en 2008 et leur aspect fibreux les destinaient clairement au prototypage.
  • Alaris 30 Desktop 3D Printer de l’israélien Objet qui utilise le “PolyJet Photopolymer Jetting” avec une résolution de 600dpi. Les résines utilisées peuvent être opaques, transparentes et même souples, ce qui apporte une plus grande flexibilité pour le prototypage que la Desktop Factory.
  • Mcor Matrix qui utilise du papier A4 et une colle spéciale ! Intéressante. Les pièces ainsi fabriquées ne sont pas bien solides mais le consommable est très bon marché.

Il se trouve que j’ai découvert récemment un peu par hazard qu’il existait un solution d’impression 3D en couleur à base de jet d’encre. Par le truchement de la société 3D Avenir que j’ai rencontré lors d’une intervention sur les technologies de la haute définition vidéo et photo chez un client. La société distribue les imprimantes 3D couleur de l’américain Z Corporation, visiblement uniques en leur genre. Elle existe depuis 1994 et emploie 160 personnes. Elle a été lancée au départ sur des travaux de recherche du MIT et commercialisé sa première imprimante 3D couleur en 2000. En 2005, ses imprimantes 3D couleur devenaient haute définition (avec la Z510), supportant 600 dpi dans toutes les directions et sur un format pouvant atteindre 25x35x20cm.

Ces imprimantes “3D couleur” permettent de réaliser des prototypes de pièces en couleur dans la masse. C’est tout bonnement extraordinaire si l’on n’y est pas habitué et je voulais partager cela avec vous. Le monde de la rematérialisation des objets numériques est assez fascinant !

Comment ça marche

Z Corp produit plusieurs modèles d’imprimantes. Ce sont de grosse babasses qui font plus de un mètre de large, comme ci-dessous.

ZCorpPrinter

Leur principe de fonctionnement est le suivant (vidéo explicative ici) :

  • Cela commence avec une panoplie logicielle qui récupère des modèles 3D provenant des principaux logiciels de CAO du marché comme AutoCAD, CATIA, 3ds MAX et SolidWorks. Ces logiciels vérifient que les modèles sont bien imprimables, permettent d’y ajouter des marques et ensuite de piloter les imprimantes 3D.
  • Un plateau dans un bac est recouvert d’une couche d’un dixième de millimètre de poudre très fine. Une racleuse de précision s’assure que la couche est bien aplanie.

ZCorp Process 1

  • Une imprimante à jet d’encre imprime une couche en couleur sur cette poudre. Elle correspond à une coupe du ou des objets à imprimer. L’impression utilise cinq têtes à jet d’encre pour les couleurs primaires soustractives (cyan, magenta, jaune, noir) ainsi que pour la transparence, le tout en 24 bits donc avec une gradation parfaite des couleurs. La partie de la poudre non imprimée reste en place autour de la couche du modèle, maintenant les objets en cours de création et sans nécessiter d’attaches ou de points d’appui.

ZCorp Process 2

  • Le plateau descend ensuite d’un dixième de millimètre et est à nouveau recouvert d’une couche de poudre, et l’impression de la couche suivante peut alors intervenir. Le processus prend plusieurs heures à raison de une à deux heures par centimètre de hauteur. Un centimètre équivaut à une centaine de passages soit donc un peu moins d’une minute par couche.
  • A la fin de l’impression, la poudre qui n’est pas imprimée mais est restée compacte, est enlevée des pièces imprimées par simple aspiration et nettoyage avec un pistolet à air comprimé. La poudre évacuée est recyclée pour être réutilisée à la prochaine impression.

Selon la poudre qui est utilisée, les pièces résultantes sont soit des prototypes solide classiques, soit souples (comme avec un élastomère), soit des moules résistants à la température pour de la fonderie de métaux non ferreux comme l’aluminium.

La récente Z-Printer 650 produit des modèles allant jusqu’à 25x38x20cm ce qui permet de prototyper des objets de belle dimension. Sachant qu’une impression peut fabriquer plusieurs pièces simultanément, qui auront été arrangées virtuellement, puis réellement, dans le bac d’impression.

Le résultat est impressionnant de réalisme. Voici un premier exemple d’objet ainsi imprimé en 3D. Il n’est évidemment pas fonctionnel mais mécaniquement et physiquement ressemblant au produit fini. J’ai pu le manipuler et il avait été imprimé dans la masse. Il aurait pu être imprimé avec uniquement une coque. Dans ce cas, il aurait fallu y intégrer un petit trou qui aurait servi à évacuer la poudre à l’intérieur de la coque.

1132_multimeter_00001_LOWRES

Voici un autre exemple, sachant qu’il n’a pas été imprimé avec chaque pièce détachée à part, mais – si j’ai bien compris – directement monté, la résolution étant suffisante pour bien séparer les pièces mécaniques de cet assemblage qui est donc fonctionnel et dont on pourra tester la cinématique complète. On peut aussi imprimer des coupes explicatives du fonctionnement interne d’objets complexes.

1180_Zprinter_650_0324_LOWRES

Et un autre exemple pour de l’architecture qui montre bien l’intérêt de cette technologie. Aucune autre solution ne permet de créer ce genre de modèle aussi rapidement. Avec une imprimante “monochrome”, il faudrait faire peindre le modèle et le résultat serait à la fois plus long à obtenir et certainement bien moins propre.

1201_Zprinter_650_0346_LOWRES

Les applications sont multiples. A commencer bien entendu par le prototypage de pièces mécaniques et d’objets divers, comme des chaussures Reebok souples. Mais aussi dans la santé pour créer des modèles 3D d’organes à opérer pour les chirurgiens avec os, vaisseaux et nerfs en couleur. L’imprimante permet aussi de créer des pièces impossibles à fabriquer de manière industrielle avec des enchevètrements mécaniques tordus.

La poudre utilisée dans le processus d’impression est confinée dans l’enceinte de l’imprimante, y compris lors du processus de dégagement de celle qui n’est pas utilisée à la fin de l’impression. L’histoire ne dit pas si cette poudre ultra fine présente des risques pour la santé des opérateurs, même protégés, de cette machine.

Ce que cela coute

Les imprimantes 3D couleur de Z corp sont au dessus des gammes de prix des imprimantes 3D monochrome évoquées dans le rapport CES. Elles se situent entre 18K€ et 52K€ selon les modèles qui se distinguent par la taille des objets que l’on peut créer. Le consommable est relativement abordable, un prototype pouvant revenir à quelques centaines d’Euros maximum à raison de 20 centimes d’Euros par centimètre cube.

Z Corp n’a pas la prétention à créer une solution pour le grand public comme Desktop Factory. Mais dans ses usages professionnels, la solution semble très compétitive pour les industriels concernés.

Scanner 3D

Z Corp conçoit et fabrique également un curieux scanner 3D à main à base de lasers qui permet de scanner toute sorte d’objet 3D et de l’injecter dans les logiciels. Il complète l’offre d’imprimantes 3D couleur. Le scanner utilise des pastilles réfléchissantes qui sont placées sur l’objet à scanner pour servir de repères. Il fonctionne de concert avec un PC sous Windows auquel il est connecté via une liaison Firewire. L’un des scanners fonctionne avec une résolution de 50 microns (0,05 mm). Ce scanner permet de capter des objets existants pour les modéliser, les modifier ensuite, et évidemment, les rematérialiser alors avec l’imprimante 3D couleur de la même marque.

Z Scanner 700

Tout cela fait un peu “Star-Trek” car on n’est pas loin de la télétransportation d’objets !

D’autres solutions d’impression 3D

Il semble qu’il n’existe pas d’équivalent sur le marché en impression 3D couleur – à base de jet d’encre ou pas. Mais il existe des solutions professionnelles lourdes originales que voici pour l’impression 3D monochrome.

FDM900mc

Chez l’américain Stratasys, on trouve les Fortus, des imprimantes 3D qui se distinguent des trois premières présentées au début de cet article : elles utilisent un dépot de plastique en fusion (thermoplastique) et peuvent créer des prototypes de pièces mécaniques en plastique d’une solidité et d’une précision (0,025mm) qui semblent meilleures que toutes les autres imprimantes 3D ici présentées. Les plastiques peuvent être en couleur, mais une seule couleur à la fois par modèle. L’imprimante peut aussi servir à créer des pièces de production en petits volumes, évitant la fabrication couteuse de moules. On appelle cela le “DDM” pour Direct Digital Manufacturing. Leur volume peut aller jusqu’à 91x61x91cm). Il faut dire que le plus gros modèle d’imprimante fait 2,7 mètres de long et que plusieurs dizaines petites pièces mécaniques peuvent être imprimées simultanément.

BrakeCalipersOutlined PC_large

Il existe aussi des techniques de stéréolithographie (SLA) comme chez 3D Systems qui utilise un laser, dans l’ultra-violet, pour polymériser un plastique liquide, couche par couche. Là encore, cela permet de produire des pièces de série en quantité moyenne. Sachant qu’il est aussi possible comme pour les machines de Z Corp de produire plusieurs pièces d’un coup.

EosInt-M270

Enfin, citons les imprimantes d’objets métalliques qui utilisent un laser pour faire fusionner une poudre de métal couche par couche dans un procédé que l’on peut comparer à celui de Z Corp : la poudre de métal est fusionnée par la chaleur du rayon laser alors qu’avec Z Corp, une poudre inerte est imprimée avec de l’encre qui colle la poudre. La technologie s’appelle le Direct Metal Laser-Sintering (DMLS) et on la trouve notamment chez e-Manufacturing Solutions (l’EOSINT M 270 ci-dessus), un constructeur allemand.

Boite de vitesse

Le métal utilisé peut être de l’acier, du titane ou des alliages divers selon les applications. Comme pour les Fortus, ces machines peuvent servir à produire des pièces industrielles ou sur mesure en quantité limitée (exemple de carter de boite de vitesse ci-dessus). Elle concurrencent les procédés classiques d’usinage à commande numérique par enlèvement de matière qui ne permettent pas de fabriquer toutes les pièces d’un seul tenant. La technologie à base de fusion par laser présente en fait quatre applications proposées par ce constructeur : la création de pièces métalliques, la création de pièces en plastique, et la création de moules en sable pour la fonderie et enfin, de moules en métal pour la production de pièces de plastique en série. On peut les utiliser pour créer des prothèses métalliques sur mesure (exemple de prothèse du genoux ci-dessous).

Protese genoux

Il s’est vendu 700 machines de ce type dans le monde à ce jour selon son constructeur. On est évidement très très loin du grand public et même des applications industrielles à grande échelle.

Dans le paquet, je n’ai pas identifié de constructeur français. La machine outil n’a jamais été notre fort en France…

Applications grand public ?

Pourra-t-on un jour commander nos objets du quotidien sur Internet, les personnaliser puis les fabriquer chez soi, voire dans un commerce de proximité ? Cela pourrait sûrement réduire les coûts de transport et de stockage. Si cela n’est pas évident pour des objets produits par assemblage de pièces de caractéristiques différentes et de matériaux différents (plastique, métal, électronique), cette application pourrait voir le jour avec des objets plus simples comme les figurines dans les jeux, mais aussi pour la création de coques ou accessoires visibles personnalisés pour des objets grand public (mobiles, laptops, etc). La technologie de Z Corp pourrait faire l’affaire en divisant son prix par plus de dix. On en est loin, mais c’est à surveiller de près !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 4 avril 2009 et mis à jour le 9 novembre 2018 Post de | Innovation, Technologie | 34909 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 17 commentaires et tweets sur “L’impression 3D en couleur” :

  • [1] - David Castéra a écrit le 4 avril 2009 :

    Bonjour,

    excellent post… il existe déjà des entreprises utilisant des procédés de fabrication rapide (sans enlèvement de matière) : M. Faltazi (des français et depuis 1999) mais aussi Shapeways.

    Nous avons réalisé il y a quelques mois un petit film dans lequel est évoqué la fabrication rapide via l’impression 3D…

    c’est le premier sur cette page :

    http://www.david-castera.com/en-vrac/

    et bravo pour cet excellent blog

  • [2] - David Castéra a écrit le 4 avril 2009 :

    Je précise, la machine que l’on voit sur le film est une Stratsys FDM2000 qui fabrique des objets par dépot de fil d’ABS (première machine donc à proposer du protoypage rapide en bonne matière)

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 4 avril 2009 :

    En effet, des entreprises françaises proposent des services exploitant ces différentes machines américaines ou allemandes. Monsieur Faltazi (quel branding !) utilise les machines de 3D Systems évoquées dans l’article.

  • [4] - Pierre a écrit le 7 avril 2009 :

    Intéressant, toutefois j’ai encore du mal à percevoir le véritable intérêt, la véritable valeur ajoutée de ces procédés de fabrication rapide.
    Pour être plus précis, je vois bien l’intéret du procédé de type DMSL car cela permet de fabriquer un produit fini et utilisable, y compris si le produit est complexe et à produire en exemplaire quasi unique.
    Mais pour ce qui est des procédés dit de prototypage rapide je trouve leur intérêt plus limité car s’ils permettent d’évaluer plusieurs propriété d’un objet, ils ne permettent pas en revanche de penser au procédé de fabrication final, à l’industrialisation du produit sur des moyens de production classique.
    Quels débouchés ces fabricants de machine voient-ils à long terme pour leurs produits ?

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 8 avril 2009 :

    Ils souhaitent visiblement élargir le marché du prototypage à un plus grand nombre d’entreprises (PME) et d’établissements d’enseignement supérieur et de recherche. En baissant le prix des engins. Tout en rêvant un peu au marché grand public à long terme.

    Christensen dans le livre, Tome 3.

  • [6] - Pierre a écrit le 8 avril 2009 :

    Le marché grand public mais pour quel type d’usage ? Ont-ils déjà des idées d’usage potentiel ou bien sont ils encore à inventer ?

    “Christensen dans le livre, Tome 3.” !?

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 8 avril 2009 :

    A ce stade, ces constructeurs rêvent encore un peu. Ils pensent notamment au domaine du jeu. Mais dans un avenir assez lointain. C’est plus de la prospective que de la planification marketing !

    Clayton Christensen est un prof de Harvard considéré comme l’un des auteurs majeurs sur la description des cycles de l’innovation, et notamment des innovations disruptives. Dans ses différents ouvrages, et notamment “Seeing what’s next”, il décrit une typologie courante d’innovation : les offres moins chères et plus simples que les offres dominantes du moment. Ces offres peuvent créer des ruptures de marché fortes, qui au passage élargissent l’usage d’un produit. C’est un peu ce qui se passe en ce moment avec les netbooks.

  • [8] - Pierre a écrit le 8 avril 2009 :

    Merci pour la référence bibliographique qui me manquait.

  • [9] - Mik a écrit le 12 avril 2009 :

    Dans le domaine du jeu l’impression 3D est déjà utilisée pour avoir son avatar WoW en figurine. Ils employent l’imprimante de Z-Corps. Il y a une vidéo du process et c’est bluffant. Et cela remporte un sacré succès.
    http://www.figureprints.com/

  • [10] - Xavier a écrit le 15 avril 2009 :

    Des machines impriment maintenant aussi des pièces en cire. Ces pièces sont utilisées pour faire des coulées métal selon le procede de la cire perdue et permet d’avoir des pièces métal très rapidement.
    C’est utilisé dans le bijouterie, le dentaire et les fonderies d’une manière générale.

    Des exemples de photos de pièce que l’on peut réaliser en cire sur les machines CP3000 et CPX3000 :
    – CPX3000 pour les pièces de petites taille et de précision:
    http://www.kallisto-tm.com/Imprimante-3D-PROJET-CPX3000.html
    – CP3000 pour les pièces de fonderie:
    http://www.kallisto-tm.com/Imprimante-3D-PROJET-CP3000.html
    Ce sont des technologies de production rapide qui ont déja beaucoup de succès.

  • [11] - Pierre a écrit le 21 juin 2009 :

    “Seeing what’s next” Merci c’est une très bonne lecture.
    Je n’ai pas encore bien trouvé comment appliquer tout ça aux imprimantes 3D mais ça me donne un éclairage nouveau sur plein d’autres choses. Notamment sur la stratégie d'””innovation” toujours plus Premium de grandes compagnies occidentales face à la concurrence lowcost des pays émergents.

  • [12] - MichelB a écrit le 1 octobre 2012 :

    Bonjour
    J’ai lancé une étude sur la reprap couleur.

    http://fr.vox.ulule.com/impression-3d-en-couleurs-3673/

    bienvenue aux bonnes volontés.

    l’ébauche est visible sur ulule

  • [13] - Alexandre a écrit le 3 octobre 2013 :

    Très bon post, je m’intéresse aussi depuis peu à l’impression tridimensionnelle. Si jamais certains d’entre vous veulent communiquer sur ce sujet (forum, article, atelier, salon…) n’hésitez pas à me soumettre vos actualités : http://www.priximprimante3d.com/evenement/

  • [14] - Mandarine a écrit le 11 novembre 2013 :

    Bonjour,j
    Il y a quelques années déjà ,je souhaitais remplacer sur des grilles des roses métalliques des lys etc ,elles avaient été fabriquées ,ily à bien longtemps en métal martelé. Ou repousse,un métier disparu.
    Aujourd’hui je pense que ces nouvelles imprimantes seraient capables de produire ces objets avec l’avant dernière couche cu,et la dernière en métal inaltérable à moindre coût .
    Salutations

  • [15] - Ray a écrit le 15 juin 2014 :

    De supers solutions avec le conseil et le service en plus;) http://Www.sn-3D.fr

  • [16] - objets nouveaux a écrit le 5 juin 2019 :

    merci pour ces détails sur ce genre d’impression qui vont sûrement faciliter l’impression personnalisés des objets publicitaires

  • [17] - Olivier Ezratty a écrit le 5 juin 2019 :

    Merci pour ce commentaire ! L’article a 10 ans mais la technologie décrite n’a pas beaucoup évolué pendant ce laps de temps.




Répondre au commentaire suivant de Olivier Ezratty publié le 5 juin 2019 :

Merci pour ce commentaire ! L'article a 10 ans mais la technologie décrite n'a pas beaucoup évolué pendant ce laps de temps.


Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Nouveaux portraits
Expo
535 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Alexia Aufeves
Alexia est directrice de recherches au CNRS (Institut Néel de Grenoble). C'est une théoricienne de l'optique quantique et de la thermodynamique quantique. Elle travaille sur l'énergétique du calcul quantique qui questionne autant la nature du hasard que la viabilité économique des ordinateurs du futur.
flow
Laure Bourgois
Laure est fondatrice de Codataschool, organisme de formations spécialisé en Big Data et IA., et conférencière sur l'intelligence artificielle.
flow
Julie Valade
Julie est Data Scientist, pôle Innovation et Développement de la Gestion d’Actifs chez Caisse des Dépôts et Consignation.
flow
Noémie Rodet
Noémie est chef de projet chez VP&White, éditeur et intégrateur de solutions full web.
flow
Yaël Jacquey-Dehaese
Yaël est chef de projet en charge de la Promotion de la Mixité à la Société Générale et fondatrice de la startup IT4Girls qui forme les jeunes filles et femmes de 7 à 77 ans à l'apprentissage de la programmation.
flow
Clotilde Chevet
Clotilde est Doctorante au GRIPIC et enseignante au CELSA. Thèse en sciences de l’information et de la communication sur les assistants personnels numériques : « L’interaction homme machine, un système d’écriture qui fait monde ».
flow
Gaëlle Monteiller
Gaëlle est Présidente et cofondatrice de la startup TOD, dans le domaine des ressources humaines.
flow
Aude Bernheim
Aude est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences. Co-auteure du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Flora Vincent
Flora est post doctorante au Weizmann Institute of Sciences et co-autrice du livre « L’intelligence artificielle pas sans elles ! ».
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Annabelle Blangero
Annabelle est Data Scientist et Consultante senior chez Octo Technology, spécialisée en Machine Learning.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.

Derniers commentaires

“Merci Philippe ! Oui, la mécanique quantique doit faire réfléchir. Mais en comprenant bien que ce que l'on peut comprendre des bizarreries de l'infiniment petit ne s'applique pas forcément au monde macro. C'est...”
“Très drôle ... la vidéo du coach au début est totalement hallucinante par contre, mais on a bien des politiciens de haut vol qui vont consulter des voyantes, et des médecins qui prescrivent de l'homéopathie alors...”
“Hello Olivier, grande forme pour cette rentrée. Merci pour la fantaisie de reprise , très pédagogique au demeurant....”
“Super article, bravo et merci pour le travail de recherche. Concernant Zapata et son FlyBoard, le point important à suivre est le développement de ce futur réacteur "maison". Je suis entièrement d'accord sur...”
“La surmédiatisation des prouesses de Franky Zapata et de son #flyboardair bat son plein depuis sa #démonstration lo…...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.