Pas de mariage du tout …

Publié le 5 mai 2008 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Finalement, à force de trouver que ce mariage entre Microsoft et Yahoo n’avait aucun sens, je me retrouve en plan et plutôt satisfait puisqu’il n’aura finalement pas lieu.

Après plus de trois mois de discussions et de rapports de forces, Microsoft a en effet renoncé à acquérir Yahoo. C’est plutôt une bonne nouvelle :

  • Pour les consommateurs et le marché qui ne verront pas deux gros acteurs se consolider. Ce qui les poussera à encore plus investir pour se battre contre l’ogre Google et à innover.
  • Pour les employés de Yahoo comme de Microsoft qui ne subiront pas les affres d’une restructuration post-acquisition, toujours traumatisante. Chez Microsoft, on semble saluer cette décision comme étant courageuse de la part de Steve Ballmer.
  • Pour les actionnaires de Microsoft qui ne verront pas l’action de Microsoft perdre de sa valeur du fait de la dillution de Microsoft avec un Yahoo moins profitable et dont la croissance était en panne. Bon, elle perd de sa valeur ou n’en gagne pas tout de même, mais pas forcément pour cette raison là…

Les gros perdants sont les actionnaires de Yahoo qui ont raté une occasion de sortie d’un investissement que l’on peut maintenant qualifier de “douteux” dans sa viabilité à moyen terme. Car si Yahoo se fait racheter plus tard, ce sera probablement moins cher, et pas forcément par un acteur aux poches aussi pleines que celles de Microsoft. Ce sont les actionnaires qui vont faire “miaou”…

J’avais évoqué dans deux posts de février 2008 (“Un mariage risqué” et “Un mariage risqué, suite“) les nombreux risques associés à cette fusion potentielle et les facteurs notamment humains qui pouvaient la conduire droit à l’échec. Les épisodes suivants à rebondissement n’ont fait que confirmer cela. Les employés et le management de Yahoo étaient visiblement opposés à cette fusion. Pour eux Microsoft est positionné entre la position de concurrent et de diable. Chez Microsoft, les dissonnances sur la fusion étaient nombreuses. L’incrédulité dominait sur la faisabilité humaine et opérationnelle d’une telle fusion.

Je ne sais pas si Steve Ballmer a fait marche arrière simplement pour des raisons financières et de négociations non abouties car il aurait pu faire comme Oracle avec Peoplesoft en 2004 et déclencher une acquisition hostile. J’ose espérer qu’il a pris en compte cette composante humaine qui aurait rendu le mariage très difficile après des mois de galère épuisants et écouter les avis contraires à l’acquisition qui ont du florir en interne. Le connaissant un peu, je pense que cela a pu l’influencer. Steve Ballmer est malin mais assez influençable. Il reste aussi rationnel et sait mettre son égo de côté s’il le faut.

Maintenant, Microsoft ferait mieux d’utiliser son cash pour acquérir des boites du web en forte croissance sur de nouveaux marchés, genre MySpace, Facebook, Twitter, Dailymotion, Netvibes ou autres. Ou tout du moins, de lancer des partenariats stratégiques avec eux, comme ce qui a été fait à moindre frais avec FaceBook en 2007. Et aussi d’améliorer l’exécution et l’innovation sur leurs propres services en ligne.

Pour ce qui est de Yahoo, ils ont refusé l’offre de Microsoft car ils la trouvaient trop faible, à environ $47B. Dans ce genre d’histoire, ce qui arrive le plus souvent, c’est que la boite est rachetée quelques années plus tard pour beaucoup moins. Espérons pour eux que ce n’est pas le scénario qui les attend. Mais on ne peut pas dire que le statut de proie potentielle, même chère, est très enviable. Reste à savoir si Microsoft pourrait revenir à la charge alors que Yahoo vaudra encore moins. Est-ce que cela vaudra toujours la peine de les acquérir s’ils sont clairement en très mauvaise passe ?

Et de toutes manières, le marché des internautes ne ressemble pas à celui des matières premières et des produits manufacturés. Il est très élastique. Il ne “s’achète” pas à coups d’acquisitions comme cela, mais en séduisant véritablement les internautes avec des services pertinents. Et là, Microsoft a du pain sur la planche. Dans leurs propos au moment de l’acquisition de Yahoo, ils n’avaient de mots que pour “les merveilleuses perspectives du marché de la publicité en ligne” (ce n’est pas une citation mais une paraphrase)  et étaient peu disserts sur la valeur qu’ils pouvaient créer pour les utilisateurs. C’est une véritable faute de stratégie et de communication dans le monde de l’Internet.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 5 mai 2008 Post de | Actualités, Internet, Microsoft | 10261 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 6 commentaires et tweets sur “Pas de mariage du tout …” :

  • [1] - Jean-Christophe Defline a écrit le 6 mai 2008 :

    Le grand perdant est Yahoo. Est ce bien sur ?
    Tout dépend bien sûr comment l’on compte.
    Même si la proie était un peu dure à avaler pour une société qui a peu d’experiences de fusions réussies, au final, avec son aller-retour sur Yahoo, Steve Ballmer aura réussi 2 choses en 3 mois:

    – faire réaliser au marché, qu’en dépit de la baisse constinue de son action, Yahoo reste encore une valeur internet de premier plan, et que Microsoft, plus menacé qu’on ne le croit doit absolument bouger:

    Et donc, conséquence de ce petit jeu, la capitalisation boursière de Yahoo s’est accru de 25% (l’action est passée de 19$ à 24$), et celle de Microsoft a chuté de 22%

    Alors perdant Yahoo ? Les trimestres suivants le diront….

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 6 mai 2008 :

    Bonjour Jean-Christophe,

    Je n’ai pas vraiment écrit que Yahoo était le grand perdant de l’opération. Mais que si ils ne rebondissent pas après cet épisode, la pente sera très savonneuse. Et les actionnaires se mordront les doigts que le board de YHOO n’ait accepté l’offre de MS.

    La fragilité de l’action de MS n’est pas due uniquement à l’affaire Yahoo. Il y a eu aussi un quarter déçevant et les discours récents du Gartner sur “la fin de l’écosystème de Windows” qui soufflent sur les braises de déboires de Vista.

    La capitalisation de Yahoo ne peut pas être jugée sur le court terme. Une partie du marché pense encore que le deal avec MS peut se faire. Donc, il y a encore un peu de spéculation.

    Mais que se passera-t-il si Yahoo annonce encore un ou deux quarters avec une croissance d’un chiffre comme les deux derniers quarters, voire pas de croissance du tout ? Alors que Google continue de croitre avec une tendance de +50%…

    Pour moi, ni Microsoft ni Yahoo ne sont gagnants dans cette histoire. Ni leurs actionnaires.

    Les seuls qui auraient pu gagner quelque chose dans la fusion étaient les actionnaires de Yahoo. Il serait très étonnant qu’une telle occasion se reproduise pour eux, avec une telle valorisation d’acquisition.

  • [3] - Filmail a écrit le 6 mai 2008 :

    Bonjour,

    Est-ce que Microsoft ne serait pas très malin cette affaire. Voici mon scénario.
    Ballmer plante sciemment la négo avec Yang pour une prétendue histoire de prix. A 5 milliards de dollars prêt c’était fait. 5 milliards de dollars c’est beaucoup…et pas grand-chose quand on s’appelle Microsoft. C’est environ 5 mois de bénéfices et c’est moins de 2% de sa capitalisation. Une paille par rapport au temps que lui ferait gagner une bonne intégration de Yahoo. Donc Ballmer claque la porte et se fait 2 plaisirs :
    1/ Mettre la fessée à ce gamin de Jerry Yang et le laisser passer quelques nuits blanches. Quoiqu’il en dise, les actionnaires sont furieux et pas mal d’employés aussi.
    2/ Voir et analyser les réactions notamment des analystes. C’est vrai qu’on lit partout (maintenant) que c’est dommage, que la fusion aurait vraiment créé de la valeur, que c’est le seul moyen de contrer un google de plus en plus envahissant…bref que le prix demandé par yahoo n’était finalement pas un problème, dixit les gourous financiers. Difficile pour eux après de descendre Microsoft si d’aventure Ballmer finissait par conclure le deal à 35$ !

    En résumé, depuis que Ballmer a retiré l’offre, Yahoo a perdu 15%, Yang explique partout que la porte est encore ouverte à la négo et les analystes dans un bel ensemble sont positifs sur le rachat…à 35$ et apportent leurs cautions sur la valeur qu’apporterait une fusion.

    Belle position de force pour relancer les négos non ?

  • [4] - Jean-Christophe Defline a écrit le 6 mai 2008 :

    Salut Olivier,
    Bien en phase avec ton analyse.
    Les grands gagnants de cette fusion aureient été les actionnaires de Yahoo qui sont aussi pour une bonne partie d’entre eux ceux de Microsoft.
    Donc peut-être que le marché n’a pas tout à fait tort de spéculer…
    En tout cas la prochaine AG de Yahoo va être musclée

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 6 mai 2008 :

    Fimail,

    On ne doit effectivement écarter aucun scénario. Mais s’il est une chose qui est sûre, c’est que Ballmer ne va pas décider en fonction des désidérata des analystes, contre lesquels il est d’ailleurs souvent assez remonté.

    Si on penche dans les théories du complot, on pourrait aussi spéculer sur le fait que certains analystes favorisent l’acquisition par “self prophecy” car ils ont recommandé à leur client d’acheter du YHOO au moment de l’offre MS, et en ont peut-être acheté eux-mêmes…

    Sans être dans le secret des dieux, je penche aussi pour la réalisation interne chez MS des énormes difficultés de l’intégration de Yahoo. Si l’acquisition avait été faite immédiatement, alors ils se seraient lancés tête baissée (en attendant toutefois l’autorisation des autorités de la concurrence US, la FTC). Alors que là, tout MS a eu le temps de cogiter sur les pour et les contre de la fusion. Comme chez MS, il y a tout de même une forte tradition de “grande gueule” dans le management, les problèmes ont du remonter dans la hiérarchie. Plein de questions ont été levées. Et le top management a du rencontrer des difficultés pour y répondre.

    En gros, le risque perçu de l’acquisition a nécessairement augmenté dans le temps, tandis que le prix risquait d’augmenter. Comme dans toute vente, c’est mauvais signe. En général, l’acheteur cherche à réduire et les risques et le prix, pas à les augmenter. Là, il y a peut-être une stratégie maline de réduction du prix, mais cela ne diminuera pas le risque pour autant. D’autant plus que plus le temps passe, plus il continue d’augmenter. A l’ère de l’Internet, le temps est une valeur bien précieuse !

  • [6] - rthomas a écrit le 7 mai 2008 :

    Cela existe des boites avec du management qui n’est pas “grande gueule” ?

    Microsoft possède déjà un moteur de recherche, un messenger, un webmail. Achetaient-ils Yahoo! uniquement pour la pub?

    Rémi




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Il est clair que l'actualité ne s'arrête pas le jour de la parution d'un ouvrage. J'y intègre d'ailleurs quelques silent releases les premières semaines après parution, comme j'avais du le faire en 2019. La fuite...”
“Bonjour et Merci pour ce travail significatif Je vous invite a aller lire cet article pour compléter Gambetta est une référence, il ecrit ses...”
“Bonjour, Je souhaitais souligner un aspect devant aider tous les étudiants ou lecteurs éclairés dans le domaine,peut-être aider pour la vulgarisation. Comme le souligne Alain Aspect, les trois tomes de "Mécanique...”
“Pas de Dunning–Kruger si vous en êtes conscient...”
“Merci Olivier, J'ai commencé, comme la dernière fois, dans le désordre créé par mes préférences. Pour sacrifier à la mode, je dirais que c'est l'effet Dunning-Kruger, j'ai l'impression de tout savoir ou au...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.