Un mariage risqué, suite

Publié le 13 février 2008 et mis à jour le 14 février 2008 - 10 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Je me suis image

Je ne vais pas refaire l’histoire de tous ces succès, mais plutôt lister leurs caractéristiques au regard de l’affaire Yahoo :

  • Ces succès ont été initialisés tôt dans le cycle de développement du marché pour ces technologies. La bataille de l’operating system a été gagnée par Microsoft avec MS-DOS puis Windows dès 1981 pour le premier et 1990 pour le second, alors que le marché a été multiplié par 10 depuis 1990.
  • Microsoft a été le premier ou presque à profiter voire générer un changement de paradigme sur le marché considéré. Le cas le plus marquant concerne les logiciels de bureautique sous Windows. Microsoft a sorti le premier tableur sur Macintosh, puis sous Windows. Et a été le premier à lancer une suite complète sous Windows. Alors que les concurrents en place – Lotus et Wordperfect – ont véritablement trainé des pieds pour supporter les interfaces graphiques, Windows comme Macintosh. Avec Encarta, Microsoft a aussi été le premier à sortir une encyclopédie véritablement multimédia sur CD-ROM. L’autre paradigme clé a été le serveur “polyvalent” Windows Server associant les caractéristiques que l’on trouvait chez Novell Netware et chez Unix.
  • Microsoft a industrialisé la notion de vente de plate-forme logicielle avec un couplage produits / kits et outils de développement et évangélisation du marché: en premier lieu, les constructeurs et les éditeurs de logiciels. Il a architecturé ses logiciels pour les rendre extensibles. Il s’agissait toujours de plates-formes “ouvertes” de ce point de vue là, même si elles n’étaient ni open source, ni basées sur des standards “de jure”. Cette stratégie de plate-forme associée à une barrière technologique à l’entrée a verrouillé durablement le marché. Et la barrière s’est élevée par la complexité croissante des logiciels et avec les besoins en formation et en certification. Surtout à partir du milieu des années 1990.
  • Une tarification agressive. Elle était ou bien indolore dans le cas des ventes OEM, surtout à l’époque où les PC coûtaient entre 2 et 5 fois plus chers qu’aujourd’hui (et contrairement à une rumeur répandue, les MS-DOS n’étaient pas “donnés” aux constructeurs, juste vendus à un prix bas pour l’époque). Elle était sinon très concurrentielle, comme avec Access sorti à $99 face à ses concurrents qui étaient commercialisés à plusieurs centaines de $. Et bien sûr, avec Office, mais aussi avec l’offre serveur en général.
  • Microsoft s’est souvent appuyé sur des mécanismes de distribution à fort effet de levier, comme les ventes OEM. C’est le cas des systèmes d’exploitation.
  • Une grande partie de ces succès se sont manifestés d’abord dans les entreprises, puis ensuite dans le grand public, à l’époque – révolue – où les innovations informatiques passaient par ce chemin. Ce n’est plus vraiment le cas maintenant.
  • Microsoft a créé et tiré partie de synergies dans son offre, surtout dans l’entreprise. Notamment entre le poste de travail et les serveurs. Synergies qui se sont manifestées par une intégration technique poussée, comme celle d’Internet Explorer dans Windows, à partir de Windows 98, et de Messenger dans Windows à partir d’XP. Intégration largement contestée et qui a valu quelques ennuis antitrust…
  • Un développement international rapide. Ce fut le cas sur les OS, traduits dans les principales langues. Mais aussi des logiciels bureautiques. La capacité à sortir une version de Multiplan et Word (sous MS-DOS) en français bien avant les versions françaises de Lotus 123 et Wordperfect expliquent en grande partie le succès remporté très tôt par Microsoft France face à ses concurrents.
  • Il n’y a pas eu de changements de paradigme marquants pouvant déstabiliser Microsoft. Ni l’open source ni le “Software as a service” ou le mode ASP n’ont bouleversé la donne pour ces produits qui sont quasiment tous du logiciel traditionnel, à l’exception notable de Hotmail. Tout au plus l’open source a-t-il ralenti la progression de Windows Server, mais pas son leadership sur le marché des serveurs. Idem pour Exchange. Et encore plus pour Office, pas encore véritablement gêné par OpenOffice, sauf dans certains segments du secteur public.
  • Et évidemment, nombre de ces succès sont liés aux errements des concurrents, leaders du moment: on a déjà cité ceux de Lotus et Wordperfect. Il y a aussi Ashton Tate, le roi de la base de donnée (dans les années 1980) avec dBase III, qui s’est d’abord fait concurrencer par Borland avec Paradox, et a lamentablement raté le passage à l’interface graphique, pour disparaitre avec l’avènement d’Access. Rappelons aussi les errements de Novell qui a raté son passage à Unix dans les années 1990, avant d’y revenir avec Linux et le rachat de SuSE. Mais qui s’est aussi égaré en tâtant de la bureautique, dans le seul but apparent de gêner Microsoft. Et, on ne le rappellera jamais assez, en ignorant ou reléguant au second rôle pendant des années le protocole TCP/IP, incontournable pour exister à l’ère de l’Internet.

Si nous prenons maintenant la bataille de la publicité en ligne et du search face à Google, aucune de ces différentes conditions n’est réunie ! Le marché est mature, même s’il présente encore de belles marges de croissance. Il n’y a pas de changement de paradigme en vue permettant à Microsoft de changer la donne face à Google. On est dans le grand public et pas dans l’entreprise. Et Google n’a pas commis d’erreurs jusqu’à présent ! Quand aux synergies, Microsoft les a tentées dans tous les sens, mais le monde ouvert de l’Internet les rend souvent caduques.

Les succès

Derrière ces grand succès, il y a des “succès”. De bons business pour Microsoft, souvent plusieurs milliards de dollars, mais une concurrence encore ouverte et une position pas garantie dans la durée (cliquez dessus pour le tableau, ou récupérez le image

Comme pour les grands succès, MSN Messenger (maintenant Live Messenger) tout comme Hotmail ont bénéficié d’un investissement bien avant que l’équipement des ménages en accès Internet n’explose, au début des années 2000.

Avec les serveurs de base de données, les outils de développement, et le middleware en général,  Microsoft a acquis lentement une position correcte sur le marché à force de persistance.

Persistance et stratégie de plate-forme que l’on retrouve dans la mobilité. Quand Microsoft s’est lancé il y a plus de dix ans dans cette bataille, personne n’aurait parié un kopeck sur Microsoft. Et aujourd’hui, ils ont à peu près 40% du marché des mobiles. Avec une recette qui ne fonctionnerait plus aujourd’hui: ils sont passés d’abord par l’entreprise, par la séduction de développeurs, de marchés verticaux, d’applications spécialisées, puis de fil en aiguille du marché en général. Marché qu’ils ont unifié face à Symbian – pas assez orienté “plate-forme” et à des acteurs dispersés. Mais la position reste instable. Linux/Android et iPhone veillent au grain…

DSCF1854

Autre facteurs communs aux “grands succès” et aux “succès” dans l’entreprise, c’est la force de l’approche écosystème de Microsoft. Leur politique d’évangélisation permanente des développeurs, informaticiens, SSII, éditeurs de logiciels, constructeurs et autres prestataires leur assure un effet de levier formidable. C’est la partie relativement invisible du grand public des investissements marketing de Microsoft. Mais oh combien stratégique. Les derniers TechDays qui se sont terminés aujourd’hui à Paris en étaient une démonstration de force (ci-dessous, dans le grand auditorium du Palais des Congrès): une offre serveur et développement richissime et un écosystème de partenaires toujours aussi dense. Et avec plus de 12000 visiteurs, cet événement est probablement devenu le premier salon-conférence de France en informatique!

Les résultats mitigés

Les résultats mitigés concernent des situations à chaque fois particulières, mais en creu par rapport aux facteurs de succès que nous venons de lister :

  • Des catégories produit où Microsoft s’est lancé trop tard, face à des concurrents qu’il n’a pu racheter (Quicken) et qui ont résisté durablement aux assauts.
  • L’arrivée sur des marchés existants avec des leaders établis, mais sans profiter ni générer de changement de paradigme notable (XBOX, serveurs Internet).
  • Le cas des serveurs Internet et du développement de sites Internet est très intéressant car il dépasse le cadre de la technologie. L’espace de l’Internet a été dès le début celui de la culture Unix puis Linux. Avec des concepteurs jeunes, issus des universités, et peu versés dans les technologies Microsoft. Un monde ouvert et un monde de standards qui n’aimait pas Microsoft au départ et ne l’apprécie toujours pas. Cette situation, qui se traduit par le caractère de challenger de Windows Server face aux serveurs Unix (respectivement aux alentours de 25% et plus de 70% de parts de marché sur Internet). Et itou dans les technologies de développement où la quadrilogie LAMP complétée des Ajax et autres Ruby on Rails dépasse de loin les technologies .NET, même si ces dernières peuvent être technologiquement plus séduisantes.
  • Dans l’Internet, nous avons aussi le portail MSN. Il s’en sort honorablement d’un point de vue du trafic : c’est l’un des sites à plus fort trafic au monde, qui n’est pas loin de Google. Premier défaut : la monétisation du trafic d’un portail (et des outils de communication comme Hotmail et Messenger) est moins bonne que celle d’un moteur de recherche. D’où le changement de priorité de Microsoft d’il y a quelques années, réorientant ses investissements sur le search. Second défaut : c’est probablement le business qui a bénéficié du plus grand apport en capital risque de toute l’histoire de l’Internet : plusieurs milliards de $. Apportés par le cash de Microsoft bien sûr. MSN a été profitable seulement sur quelques quarters ces dernières années. Le bilan financier sur ses 12 ans d’existence est donc nettement négatif. Donc, le rendement du capital investi est franchement médiocre – car pour l’instant négatif – et à côté, Yahoo est un super-top-gun financier !

image

Les grands échecs

Ils sont moins nombreux que les succès, et moins impactants en chiffre d’affaire perdu, mais ils sont bien retentissants. Et ne concernent pas que l’Internet. Quelles sont leurs caractéristiques?

  • Le démarrage d’une nouvelle activité très différente des habitudes à partir d’acquisitions externes importantes. C’est le cas de l’activité “ERP pour PME” avec les acquisitions de Great Plains Software et Navision. Microsoft prévoyait de faire $10B à l’échéance 2010. Ils en sont loin. La vision trop technologique de ce marché, la difficulté à préserver sa base installée, ses réseaux de partenaires existants, puis les retards de nouvelles version ont compliqué la donne. Mais comme pour MSN, Microsoft sait être patient et poursuit dans l’effort.
  • L’absence de changement de paradigme par rapport aux leaders établis. C’est le cas du search où Microsoft a déjà englouti des milliards de $ de R&D et de datacenters. Mais comme les résultats des requêtes est ou moins bon, ou marginalement meilleur (dans la présentation), cela ne suffit pas pour changer la donne qui favorise Google. C’est la conséquence d’un investissement trop tourné vers le revenu (publicitaire) mais pas assez vers la création de valeur pour les utilisateurs. Surtout que dans le cas de l’Internet, on ne peut plus se battre sur les prix.
  • Le ratage complet de changements de paradigmes, laissant de nouveaux leaders s’établir : c’est le cas de l’Internet avec la vidéo (YouTube), les réseaux sociaux (MySpace, Facebook), les blogs et évidemment le search (à l’époque, 1998-2000, où on croyait encore à la force des portails). Dans l’Internet, de nouveaux leaders se créent en un an et demi. C’est bien trop rapide face à une grosse entreprise dont la planification est devenue bien lourde. Ici, c’est la vitesse qui manque à la structure, devenue trop politique et trop lourde.
  • Des produits qui arrivent une bataille en retard. C’est le cas de la première version de MSN, conçue pour concurrencer les systèmes propriétaires d’AOL et Compuserve, qui dominaient le marché des services en ligne avant l’avènement du web. Microsoft a donc initialisé vers 1992 les développements d’un service en ligne propriétaire. Lancé en septembre 1995, un mois après l’IPO de Netscape, il était “mort à l’arrivée” et je plains encore les équipes qui ont recruté des partenaires à cette époque là, partenaires qui se sont un peu faits grugés! Un an plus tard, MSN se mettait aux couleurs de l’HTML et du Web, et recommençait tout à zéro. En attendant, Yahoo avait pris de l’avance! Dans les batailles en retard, il y a aussi Silverlight face à Flash et Flex.
  • Des produits qui arrivent trop tôt par rapport aux cycles du marché: c’est le cas de Bob, l’interface graphique pour les mamies, et de la télévision sur IP. Et ne parlons pas de Spot…
  • Un écosystème récalcitrant: c’est le cas de Microsoft TV, devenu depuis Mediaroom. Le marché est verrouillé par les opérateurs télécoms. Et ces derniers ont une trouille monstre de voir Microsoft y débarquer et “PC izer” cette industrie, ou l’horizontaliser. Même si c’est ce qui va se passer à terme avec la commoditisation du trafic “IP” en fixe et mobile… C’est ce que fait Apple avec son Apple TV 2 qui passe par le canal IP “ouvert” pour récupérer les contenus sur Internet.
  • Une stratégie internationale non homogène. Comme pour le Zune qui n’a pas été lancé hors des USA. OK, Microsoft voulait peut-être faire un test et limiter les dégâts en cas de pertes. Mais cela fait petit joueur, et destine irrémédiablement au statut de loser sur le marché de l’électronique de loisirs qui est mondial.

image

Reminder: voici le Pointeur sur le image

L’historique des acquisitions est bien touffu (cf le tableau ci-dessus qui ne démarre qu’en 1994). Il mériterait une analyse détaillée, qui n’existe pas encore. Le rythme des acquisitions était soutenu avant l’éclatement de la bulle Internet/technologies de 2000. Il s’est calmé ensuite pour reprendre de plus belle depuis 2005. Il s’est stabilisé à environ 25 entreprises par an. Le processus d’acquisition s’est consolidé et internationalisé. Rien qu’en deux années, Microsoft a ainsi acquis trois startups françaises (Motion Bridge, Screentonic et Musiwave). Alors qu’aucune startup française n’avait eu les faveurs de l’éditeur auparavant! Tout ceci est plutôt bon signe d’une capacité à “picorer” les idées, produits et talents intéressants à l’extérieur de l’entreprise et à en faire des innovations largement diffusées. Reste à le réussir sur Internet!

En tout cas, malgré le nombre, Microsoft n’égale pas la capacité de Cisco, le benchmark de l’industrie, dans sa capacité à intégrer avec succès des startups ou business de taille plus conséquente pour étoffer son catalogue.

Et Yahoo dans tout cela ?

Nous avons vu au début que nombre des facteurs de succès historique de Microsoft n’étaient pas au rendez-vous pour les activités Internet et pour cette acquisition. Et que les facteurs d’insuccès s’amoncelaient, sans compter les aspects spécifiques que j’avais évoqués dans mon premier post (redondances produits, taille de l’acquisition, spin négatif, différences culturelles).

Alors, quel alignement des planètes permettrait à Microsoft de réussir l’intégration de Yahoo ? Voici quelques pistes que vous pourriez sûrement compléter…

  • Une intégration réussie au niveau humain. De bonnes conditions d’accueil pour les employés de Yahoo, tant au niveau pécuniaire, que symbolique et pratique. Cela passe par un équilibre des pouvoirs entre les “chefs” des équipes MSN / Windows Live et ceux de Yahoo. Et aussi par la même chose à l’échelle internationale, une intégration qui ne devra pas être prise à la légère, avec des coupes sombres de “têtes”.
  • Une meilleure veille sociétale des tendances du web pour anticiper les attentes du public, notamment des jeunes. Et une plus grande autonomie laissée aux équipes pour créer de nouveaux services ET les marketer! Un peu comme Google l’a fait avec GMail. C’est la seule manière de créer de nouvelles innovations de rupture pouvant changer la donne. Les innovations incrémentales seront insuffisantes pour déstabiliser Google.
  • Un travail fouillé dans l’expérience utilisateur des produits modifiés, intégrés, créés. Avec un risque de compromis entre l’intégration des offres et la liberté nécessaire pour faire émerger des innovations en avance de phase. Il faudra de la qualité, pas de l’à peu près.
  • Une focalisation sur la mobilité, un espace qui n’est pas encore envahi par Google, et où l’alliance MS/Yahoo présente des complémentarités intéressantes (Windows Mobile d’un côté, Yahoo Go! Mobile de l’autre). Et probablement de même sur la télévision numérique, nouvel eldorado du numérique.
  • Une excellence dans le recrutement d’un écosystème, aujourd’hui trop léger autour des deux acteurs. A l’ère des API Facebook, OpenSocial et compagnie, Microsoft/Yahoo ont des efforts à faire pour attirer des développeurs. Même si il y a beaucoup de déchets (quelles sont les applications Facebook qui ont vraiment de la valeur…).
  • Une adoption plus poussée des standards de l’Internet, en évitant l’approche propriétaire, classique chez Microsoft. Yahoo pourra probablement aider de ce point de vue là.
  • Une réflexion plus poussée sur les moyens de monétiser le trafic Internet et les nouveaux médias, avec de la publicité contextuelle. En évitant probablement de trop se focaliser sur les search. Et une fusion efficace des régies publicitaires en amont et à l’échelle internationale.
  • Un travail sur l’image, notamment sur la partie Microsoft. L’exemplarité sur le respect de la vie privée, face à un Google qui commence à faire peur. En ayant conscience que cet objectif est parfois contradictoire avec les précédents, notamment de monétisation.
  • Et espérer au passage que Google commettra quelques erreurs…

La séance de Microsoftologie est terminée pour aujourd’hui ! Et maintenant, on attend tous les prochains épisodes pour voir comment l’histoire va s’écrire réellement!

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 13 février 2008 et mis à jour le 14 février 2008 Post de | Google, Internet, Logiciels, Logiciels libres, Microsoft, Startups | 15504 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 10 commentaires et tweets sur “Un mariage risqué, suite” :

  • [1] - Filmail a écrit le 14 février 2008 :

    Dîtes donc, vous êtes tombés dans Microsoft quand vous étiez petit ?

    Très interessant….dommage que la partie Yahoo ne soit pas aussi fouillée 😉

    Finalement vous convenez, sans peut être aller aussi loin que la proposition de Louis…que les 2 mastodontes ont quand même de vraies synergies et propositions de valeur à apporter au marché ! Sous réserve bien evidement d’exécuter parfaitement l’intégration, bla bla bla…

    C’est bien vous progressez lol

  • [2] - dePassage a écrit le 14 février 2008 :

    Bjr,
    Une question en passant, comment se fait-il que Microsoft qui a équipé pratiquement tous les PC de la Terre avec son OS ait pu laisser tourner dessus une application somme toute basique (toute proportion gardée) tel qu’un ‘simple’ navigateur internet qui a assuré la fortune de Google.
    En particulier ne croyez-vous pas que le revival de Microsoft passera inévitablement par la (re)maîtrise du poste client en proposant dans les prochaines moutures de son OS des changements en profondeur qui rendent l’expérience actuelle ‘navigateur + google’ plutôt vieillotte…

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 14 février 2008 :

    @Fimail: je ne cache pas que j’ai passé 15 ans chez Microsoft, ce qui au minimum donne un peu de recul et de mémoire à leur sujet.

    Oui, il y a des synergies potentielles, mais franchement, l’alignement des planètes est assez délicat. C’est même plutôt de l’alignement de planètes de deux systèmes solaires distants de quelques années lumières qu’il s’agit…

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 14 février 2008 :

    @dePassage,

    La stratégie de MS est de rendre complémentaires son offre client (Windows, Office) et ses services Internet (Live).

    Il fut un temps où l’on disait que le navigateur Internet (IE) avait sauvé Microsoft de la déroute face à Netscape (et Java) et que son intégration avait été illégale! Depuis, Microsoft doit faire attention à ce qu’il intègre dans Windows et comment il le fait.

    Les navigateurs n’ont pas fait que la fortune de Google, mais ont permis à tout un secteur d’émerger (les pure-players Internet) et de transformer toute l’économie et notre vie. Rendons donc grâce à Microsoft, à Netscape, et maintenant à la Mozilla Foundation de permettre tout cela (avec certes quelques incompatibilités – que je vis moi-même avec mon blog – qui génèrent du travail additionnel pour le support des différentes versions de ces navigateurs)! Et puis, les peurs d’un “big brother” qui étaient courantes surtout entre 1998 et 2001 sont beaucoup moins liées à Microsoft qu’initialement et ont glissé vers Google et Facebook.

    Microsoft fait cependant un pari avec Silverlight qui permettra de créer des expériences utilisateur plus riches au sein du navigateur et qui s’appuie sur sa technologie .NET. Reste pour eux à en tirer parti dans leurs propres services Internet. Ils ont la plate-forme système pour cela, reste pour eux à créer une véritable plate-forme applicative, qu’elle s’appelle MSN, Live ou Yahoo quelque chose.

    Microsoft a tout de même tenté le coup de l’intégration en incorporant la fonction de search dans tous les recoins de l’interface utilisateur de Windows Vista. Mais le moteur de cette fonctionnalité va être substituable par Google ou un autre système de recherche (je crois, dans le SP1, suite aux décisions de la Commission Européenne). Donc, exit la différentiation vis à vis de Google!

    Enfin, malgré les tentations, Microsoft ne peut pas “propriétariser” l’Internet. L’expérience utilisateur des applications Internet ne dépend plus beaucoup de l’habillage du navigateur, mais plutôt de ce qu’il est capable d’exécuter comme code, à quelle vitesse et avec quel niveau de sécurité. Et même la techno Silverlight propre à MS tourne sous Windows autant que sur MacOS et sous Linux! Comme Flash de Macromedia.

    Cela serait bien si quelqu’un de chez MS répondait aussi à la question. Mais chez eux comme dans la plupart des grands groupes, les interventions dans les blogs se font rares!

  • [5] - Daniel Cohen-Zardi a écrit le 15 février 2008 :

    Juste pour ajouter que c’est bien la stratégie de Microsoft de rendre l’expérience utilisateur OS + services Web plus sympa qu’avaec un navigateur :
    – Silverlight dont a parlé Olivier
    – Mais aussi WPF/XAML pour l’exécution d’applications réellement natives à l’OS

    Le seul petit souci, c’est que Microsoft n’a somme toute pas très bien réussi à créer une vague équivalent au passage de Dos à Windows (c’était le but), à commencer par un Vista poussif et décevant.

    Le développement WPF reste encore assez difficile et les outils pas encore au point en regard de tout ce qui existe dans les générations précédentes. Donc même si la puissance de XAML est là, cela prendra au minimum du temps…

  • [6] - dePassage a écrit le 17 février 2008 :

    Merci à vous pour le complément d’explications, c’est vrai que face à un Google qui ‘n’a pas commis d’erreurs jusqu’à présent’ on a beaucoup de mal à voir par quel biais Microsoft va pouvoir inverser la tendance de son lent (et inexorable ?) décrochage. Vrai aussi que de toutes les expériences utilisateurs sur PC c’est celle proposée par Google qui est aujourd’hui ‘la plus magique’, sentir le monde au bout de ses doigts…

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 17 février 2008 :

    N’exagérons pas non plus. Microsoft décroche sur le search mais n’est pas mauvais sur la communication (Hotmail, Messenger) ni sur le portail (MSN) et sur la gestion d’inventaire (la régie pub).

    Il leur faut trouver des relais de croissance et des services associés à de la publicité qui n’entrent pas directement en concurrence avec le search de Google.

  • [8] - FrosT74 a écrit le 19 février 2008 :

    Bravo a vous Mr Ezratty.

    Une analyse parfaite qui tend à faire mentir le fameux dicton: “la perfection n’existe pas”:)

    J’exagère mais je trouve ce dossier très complet.
    On sent d’ailleurs que vous êtes plus nuancé (et plus optimiste?) par ce rachat.

    Par contre peut on vraiment considérer la x360 comme un échec?
    En 2 consoles Microsoft a quand même réussi a s’implanter durablement sur le marché des consoles et a donné quelques sueurs froides à Sony….(et je suis loin d’être un fan de la Xbox pourtant..)

    Qui plus est c’est bien la 1ere fois depuis son lancement que la section “games” de Microsoft est dans le vert non?

    Cette stratégie de croissance lente sur plusieurs générations de produits ne s’apparente telle pas aux fameux “embrace extend extinguish” d’ailleurs?

  • [9] - Olivier Ezratty a écrit le 19 février 2008 :

    Pour la XBOX, ce n’est pas un échec. Je l’ai mise dans les résultats mitigés.

    Les +:
    – Elle est numéro 1 pour les jeux en ligne.
    – Son graphisme est top.
    – Son intégration avec Media Center est intéressante + support de la VOD et de l’IPTV.
    – Le catalogue de jeux est maintenant OK.
    – Elle effectivement un peu sonné la PS3, arrivé après et dont le lancement n’a pas été médiatiquement réussi.
    – La XBOX commence à faire gagner de l’argent à Microsoft après en avoir fait perdre des milliards de $. Je serais cependant curieux de comparer les comptes d’exploitation complets de la PS3 et de la XBOBX360. Mais ils ne seront jamais publics!

    Les -:
    – Le lancement de la première XBOX a été laborieux. Mais c’était effectivement une première.
    – La Wii a pris le dessus sur la XBOX 360 et la PS3. Mais on peut arguer du fait qu’elle ne joue pas exactement dans la même catégorie.
    – La PS3 risque de la rattraper très vite cette année.
    – Le défaut détecté mi 2007 qui a généré un rappel des XBOX 360, et le transformateur gigantesque.

    J’avais c’est vrai un peu hésité sur la catégorie à lui attribuer entre “succès” et “résultat mitigé”…

  • [10] - FrosT74 a écrit le 19 février 2008 :

    Oui mais il faut quand même avouer que l’époque de la main mise de sony sur les consoles (PS1 et 2) semble révolu. (la PS3 va s’en doute remonter mais comparer aux 2 précédentes versions la comparaison fait mal).

    Ne parlons même pas du marché des consoles portables ou Nintendo a enfoncé le clou en 2007.

    Néanmoins ce genre de revirement semble faire partie du paysage commercial des consoles.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
CES 2019 Jan2019
2019
2872 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
525 photos
albth
The Robot of the Year Nov2018
2018
35 photos
albth
Journée Innovation Défense Nov2019
2018
30 photos
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 342 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2018 (522 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Fatimazahra Moraux (HEC)
Fatimazahra est Directrice des Systèmes d’information à HEC et en charge du réseau des anciens élèves.
flow
Sarah Mauret (Talan)
Ingénieure EPF et Georgiatech en Computer Engineering, Sarah est développeuse Blockchain chez TalanLabs.
flow
Sandrine Lebeau (Coinhouse)
Sandrine est Directrice de la Conformité et de la Gestion des Risques pour la société Coinhouse (anciennement La Maison du Bitcoin). Promouvoir les Blockchains, accompagner réglementairement le développement des Cryptoactifs (Bitcoin, Litecoin...) et lutter contre les risques, un challenge au quotidien et passionnant.
flow
Amandine Doat (Ledger)
Amandine est responsable des affaires gouvernementales chez Ledger, un spécialiste de la blockchain.
flow
Kheira Benmeridja (SETL)
Kheira est Product Owner, responsable du développement d’infrastructures de marché utilisant la technologie blockchain, chez SETL.
flow
Joëlle Toledano
Joëlle est Professeure d’économie (numérique, concurrence, ..), passionnée de politique publique (régulation, fréquences, blockchain, …) et impliquée dans le développement de startups.
flow
Marie-Line Ricard (Sia Partners)
Associée au sein du cabinet Sia Partners, dans le secteur financier autour des problématiques traditionnelles et des évolutions réglementaires et dans les nouvelles technologies telles que la #Blockchain, les ICOs, et plus globalement la token economy.
flow
Francesca Gatti Rodorigo (Awaywegals)
Francesca est développeuse web full-stack, Fondatrice et CEO de awaywegals.com, une plateforme web développée sur blockchain et dédiée aux voyageuses qui sera lancée en 2020.
flow
Ying-Huei Chu (MoneyTrack)
Ying-Huei est Product Owner chez MoneyTrack, une startup dont la solution permet de tracer l'utilisation de fonds avec le blockchain, l'indemnisation d'assurance, le budget de l'état, les bourses scolaires, etc.
flow
Carole Vachet
Carole est Adjointe au Chef du Bureau Epargne et Marchés financiers de la Direction Générale du Trésor, en charge des sujets d’innovation financière.
flow
Stéphanie Flacher (Maslow Capital Partner)
Stéphanie est Directrice du département Blockchain de Maslow Capital Partner, banque d'affaires indépendante spécialisée dans l'accompagnement des entreprises européennes à forte croissance.
flow
Jeanne Dussueil
Jeanne est journaliste économie et tech, fondatrice du nouveau média GlobalizNow.com et coordinatrice de l’association Fais Ton Réseau.
flow
Liz NDouga (SII)
Liz est consultante et développeuse Blockchain chez SII (Société pour l'informatique industrielle), une entreprise de services numériques basée à Paris, implantée partout en France et à l'international. En parallèle, donne des cours sur la Blockchain à l'école d'ingénieurs ECE Paris.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.

Derniers commentaires

“La bulle 🗨️ des #drones de passagers. Une fois ces points technologiques traités, le gros des obstacles à lever so…...”
“Audio trop médiocre, lire le rapport d' @olivez sera plus agréable :...”
“J'ai beaucoup aimé le dernier paragraphe, porté sur la SF, et pour cause, les deux héros de ma série Game Over (Tom et Sophie) traversent la barrière de Planck à travers des multivers...”
“Une analyse toujours aussi clairvoyante et pertinente de Olivier Ezratty. #deeptech #innovation #tendances…...”
“Ca lui ressemble bien en tout cas. Voici la source :...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.