Grandeur et décadence des foires aux startups – 6

Publié le 12 octobre 2008 et mis à jour le 8 novembre 2008 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Sur Internet, le web marchand reste encore un modèle sûr pour faire du chiffre d’affaire. On peut donc s’attendre à un regain d’intérêt sur ces projets au détriment de ceux qui sont justes financés par de la publicité. Pourtant, les projets de eCommerce présents à TechCrunch 50 et DemoFall étaient ceux qui présentaient un  taux de financement dans les tranches basses. Cela pourrait changer dans les mois à venir.

Commerce électronique

C’est la seconde catégorie de startups la plus nombreuse après celle des réseaux sociaux, et beaucoup de sites d’’intermédiation : recommandation, social shopping ainsi que des solutions de paiement sécurisantes et simplifiant les processus d’achat.

  • Dans la recommandation et le social shopping, iFavr réduit le champs de la recommandation en permettant d’informer ses amis des divers réseaux sociaux auxquels on participe des “choses” (restaurants, blogs, boutiques, etc) que l’on a trouvé et apprécié. Et on peut faire des recherches sur ces “choses” en limitant la portée aux “choses” connues de ses amis. Donc, un mix de push et de pull. Plista est un site de recommandation du même genre, basé sur du collaborative filtering. On a une variante avec TurnTo Networks (ci-dessous) et son widget pour sites de commerce électronique indiquant que ses amis de réseaux sociaux sont passés par là (comme clients). J’aime bien le principe car il n’est pas trop intrusif. Il aura beaucoup de valeur sur les mobiles. Il y a ensuite Pepmall, un site de social shopping pour les boutiques en ligne, avec des achats guidés par des experts. C’est un peu le “Yahoo Answers” (abandonné) appliqué au ecommerce, un modèle pas bien scalable. Et puis, pKaboo de myfavrz qui gère vos “wish lists” de cadeaux. Et puis, comme il se doit, deux sites de social shopping pour les services dédiés au grand public, un peu comme Quotatis en France (QuestBid  et myJambi), Gazaro, un moteur de recommandation focalisé sur les soldes, et pour finir InciteBot et sa solution logicielle de recommandation en marque blanche pour les sites de commerce électronique (qui rappelle le modèle de Criteo).

image 

  • Les solutions de paiement sécurisées étaient tout aussi nombreuses avec une tendance consistant à intégrer le paiement sécurisé avec la livraison sous une forme ou une autre. C’est ainsi le cas de la startup française Cards Off dont la solution permet d’acheter en ligne sans utiliser sa carte de crédit ni de fournir d’informations sur son identité et son adresse au site marchand, et avec laquelle le paiement au site marchand n’a lieu que lorsque le colis a bien été livré. Le modèle économique est basé sur un abonnement pour l’utilisateur, et sans frais pour les sites marchands, ce qui est très intéressant par rapport aux réseaux Visa et Mastercard sans compter American Express dont les commissions payées par les commerçants sont encore plus élevées. Reste à les recruter pour atteindre une masse critique justifiant de s’abonner pour le consommateur ! Valid.net est un système de paiement pour les transactions peer-to-peer, basé sur un système de notation de la confiance des deux protagonistes. Le système intègre la gestion du paiement et de la livraison. Zuora est un système de paiement spécialisé dans les services vendus sous forme d’abonnement comme les logiciels en mode SaaS. Billeo est un site web qui permet de conserver la trace de ses achats en ligne (factures, paiements, garanties). Apprema est une solution de gestion de bons d’achat en mode “c-to-c”. Elle vous permet d’acquérir des bons d’achat et de les envoyer aux personnes à qui vous voulez en faire cadeau, en suggérant éventuellement un cadeau. Dans cette lignée, il y avait enfin Zazengo et son logiciel de gestion de donations pour les grandes causes, qui mesure l’impact de ses donations et permet de comparer son impact personnel avec celui de ses amis.

On trouvait aussi quelques solutions logicielles en marque blanche… ou pas :

  • Adgregate Markets et sa plate-forme de commerce électronique pour widgets et bandeaux publicitaires. Elle évite à l’utilisateur d’être routé sur un autre site pour son acte d’achat en engageant l’interaction avec l’utilisateur au sein même du widget et de la publicité. Le système est particulièrement adapté à l’achat d’impulsion de biens culturels (DVD, CD, etc). Son interface est simple : widget ou bandeau avec possibilité d’écouter ou voir une bande annonce, puis bouton permettant l’achat, qui affiche les champs de saisie de ses coordonnées bancaires pour l’achat et puis son adresse, et hop (exemple ci-dessous). C’est assez simpliste, mais la simplicité étant rare, elle a de la valeur !

 Adgregate

  • Les solutions de réservation de services avec Arsenal Interactive qui propose un logiciel qui téléphone à différents services pour collecter de l’information sur leur disponibilité et prix. Par exemple, pour trouver un plombier ou réserver 10 places dans un restaurant. Le système parallélise les appels mais les déshumanise complètement. Est-ce que les récipiendaires de ces appels vont obtempérer ? Notamment tous ces restaurants qui auront été appelés pour une réservation qui n’aura pas été confirmée ? Ce genre de système aurait tout son sens, mais en service web, pas via le téléphone malgré son côté temps réel. C’est un peu ce que propose Twonq et sa solution logicielle multilingue de réservation de services (coiffeur, restaurants, dentistes, …) qui s’intègre dans les sites de ces services.
  • La plate-forme logicielle de tikitag, une filiale belge du groupe Alcatel Lucent, permet de créer des sites web reliés à des tags RFID et NFC. Ils sont consolidés sur le site de la société. Cela permet par exemple de lire le contenu de cartes de visites avec puce RFID pour obtenir un profil en ligne. Ou de lire le code NFC d’une affiche à partir d’un mobile pour visualiser le site de la marque. Ceci étant, le métier de tikitag n’est pas bien clair dans cette histoire.

Et puis, quelques solutions inclassables :

  • Divvy est un “Kiloutou” en mode peer to peer. Et une variante avec YingYang, un site où les Internautes indiquent ce qu’ils possèdent et pourraient potentiellement vendre. C’est bon pour une société de confiance, car sinon, ces informations pourraient donner des idées aux cambrioleurs qui pourraient utiliser le site pour réaliser un data-mining bien ciblé !
  • Flyingcart.com propose de créer facilement ses boutiques en ligne. Les boutiques sont gratuites pour cinq produits, et payantes au delà ($15 à $30 par mois). Le tout mâtiné – en théorie – de réseau social pour faire interagir les clients avec les sites et d’un site à l’autre. L’interface de création de boutiques ressemble furieusement à celle de l’administration des blogs dans WordPress ! Seul problème : comment générer du trafic sur ces boutiques, au look bien pauvre pour l’instant (exemple ci-dessous) ? A ne pas confondre avec Zlio qui permet de créer des boutiques virtuelles en mode affiliation (la boutique fait vendre un produit chez un autre commerçant en ligne et touche une commission d’affiliation au passage).

FlyingCart Example

  • G&G Commerce est une application de moteur de recherche d’images similaires pour les achats en ligne qui prétend être unique alors que pas mal de startups disposant d’une telle technologie se sont aussi lancées sur ce créneau, comme Like.com (de la société Riya) et Pixta. Ca sert à trouver des sacs, des robes, des chaussures et autres  accessoires de mode qui se ressemblent, pour affiner une recherche de produit où le design compte avant tout. Le site utilise un contrôle ActiveX et ne tourne pas sous Firefox. Sous IE, il demande à l’utilisateur de désactiver l’UAC (la protection de sécurité de Windows Vista) ce qui est intolérable, même si nombre d’utilisateurs ont effectivement supprimé l’UAC pour ne plus avoir de messages intempestifs, mais à leurs risques et périls. Voilà comment un choix d’implémentation technologique peut ruiner les chances d’une startup (on peut faire plus simple avec Microsoft, même si les solutions type Flash sont également simples à déployer) !
  • TrueCar est un site d’argus automobile basé sur le lieu de résidence, dans un marché avec une concurrence très large puisque les sites d’argus proposent déjà ce service (en tout cas, en France). Bref, pas du tout innovant.
  • Enfin, il y avait tripJane, l’antépénultième site social de voyage permettant de préparer son voyage grâce entre autres aux conseils avisés de ses amis, qui rappelle furieusement GoPlanit que nous avons vu dans le post sur la mobilité.  Et puis TravelMuse, un site de planification de voyage qui gère ce qui se passe avant la réservation. Il est présenté comme un magasine, avec de l’UGC (contenu utilisateurs). Une curieuse impression de déjà vu ! Encore un domaine où la mortalité des startups va être élevée !

Finance

Beaucoup de “me-too’s” dans cette catégorie qui va probablement souffrir de la crise financière actuelle et rebondir lorsque le marché redécollera. Nous avions donc :

  • Un grand nombre de gestionnaires de finances personnelles avec Green Sherpa, qui se focalise sur la gestion du cash flow et des plans de financement, des fonctions déjà disponibles dans les outils courants du marché (Quicken, MS Money); Rudder, qui propose une belle interface et envoie des mails à l’utilisateur en fonction d’événements spécifiques (rappels, etc); Shryk, un gestionnaire pour les enfants et My Best Interest, une application logicielle pour gérer les taux d’intérêt de ses cartes de crédit, une solution très US-centric qui nous rappelle l’endettement des ménages là bas. Enfin, il y avait LoanKrunch, un outil d’évaluation d’emprunt, bien dans l’air du temps !
  • Quelques sites d’informations financières avec Emerginvest, un portail d’informations financières qui présente des commentaires et analyses sur les marchés émergents et des outils de diversification géographique de ses investissements. Et puis StockMood de Quant the News, un service web qui évalue les humeurs du marché en analysant la couverture médiatique des sociétés, une méthode un peu redondant avec la cotation en bourse et qui encourage les comportements émotionnels sur la bourse et non pas des comportements réfléchis basés sur les données, la stratégie des entreprises et leur marché. Dans l’exemple ci-dessous, on voit que l’humeur est en hausse pour ce qui concerne Google alors que son cours est en baisse, crise financière oblige. L’outil permet peut-être de faire du datamining dans les news pour identifier des signaux faibles. La fonction de suivi de “l’humeur des médias” est intéressante pour les professionnels de la communication, mais son application à la finance me semble assez douteuse. Mais est-elle fiable dans la mesure où l’humeur est une interprétation de la couverture média réalisée en mode UGC (contributions utilisateurs) ? Bon, sachant qu’en ce moment, le “mood” est globalement pas reluisant !

 StockMood

  • Deux gestionnaires d’investissements : ExchangeP, pour la gestion d’investissements en mode “peer to peer” dans des sociétés non cotées, et Personalria, qui permet de suivre les pratiques de professionnels “stars” de l’investissement en exécutant automatiquement des ordres d’investissement sur son propre portefeuille. Une méthode risquée car elle peut générer des comportements d’investissements moutonniers.

Publicité

Le rêve de la publicité contextuelle parfaite générant un revenu très élevé est toujours présent dans les esprits (que ce soit en “CPM”, coût au mille, “CPC”, coût par click, ou “CPA”, coût par action). Mais la créativité du jour porte plus sur les endroits où caser de la publicité en ligne que sur le ciblage :

  • Dans les emails avec AdRocket qui le fait en fonction de l’adresse et des données démographiques associées. A ceci près que ce système a été testé sans succès par Google avec Gmail et abandonné, et que le contexte légal est plus que fumeux.
  • Dans les traductions de sites web avec AlfaBetic qui propose un service à la “Yahoo Translate” et en remplaçant les publicités d’origine par des publicités adaptées à l’audience. Une niche.
  • Dans les réseaux sociaux avec iWidgets avec un outil de création de widgets publicitaires pour les réseaux sociaux – hum hum -, avec glisser/déplacer, intégration de médias et support natif des grandes plates-formes de réseaux sociaux. Et avec Seethroo, un système qui analyse les contenus générés par les utilisateurs tout en respectant leur anonymat pour leur présenter des publicités contextuelles personnalisées, partant du principe que tous contribuent. Pas évident de rendre cela “opérationalisable”.
  • Dans les images avec Picad media, une nouvelle idée pour polluer l’internet de publicité au sein même des contenus en complément de ce qui est autour (bannières, popups, AdSense, etc) !
  • Dans les vidéos avec Your Truman Show, en fonction de leurs métadata, et avec Veeple qui intègre de la publicité contextuelle sous forme de bannières interactives dans les vidéos streamées.
  • Et pour les personnaliser avec Burt, un outil de création de publicités en ligne contextuelles personnalisées qui exploitent des données dynamiques. L’outil de création met en page le texte avec le support de "variables" (système d’exploitation, navigateur web, pays, météo, …). Le concept n’est pas nouveau, mais sa mise en oeuvre permet visiblement d’être plus productif et de ne pas faire appel à un développeur web. Un bon outil pour les web agencies.

Il reste surtout à trouver le bon modèle publicitaire pour la vidéo en ligne. Un modèle qui permette un bon ciblage, mais pas trop fin (le micro-marketing est difficile à gérer pour les grandes marques), qui soit accepté par les Internautes, et qui génère un taux de click respectable.

Le prochain et dernier épisode de cette série interminable de startups sera consacré au monde des solutions d’entreprises.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 12 octobre 2008 et mis à jour le 8 novembre 2008 Post de | Innovation, Internet, Logiciels, Marketing, Médias, Startups, Technologie, USA | 11722 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 6 commentaires et tweets sur “Grandeur et décadence des foires aux startups – 6” :

  • [1] - mrboo a écrit le 13 octobre 2008 :

    BOnjour Olivier, toujours aussi complets tes billets :o)
    Pour la location entre particuliers je rajouterai Zilok

  • [2] - Jean-Denis a écrit le 14 octobre 2008 :

    Olivier bonsoir,

    Vos billets sont toujours aussi riches, c’est un vrai plaisir.

    Pour rebondir sur le début de l’article concernant le financement, nous venons d’annoncer (http://cornillot.typepad.com/laboipo/2008/10/le-lutinrouge-l.html#comments) le bouclage du premier tour du Lutin Rouge, pur e-commerce, dédié à la vente en ligne de jeux et jouets. Une levée de €3,6 millions, que nous avons organisé avec Aplus Finance.

    Et nous avons encore d’autres tours dans le pipe en pure e-commerce ou autour.

    Pour conclure, je dirai que l’e-commerce commence à gagner de l’argent, et que cela ne va pas aller en décroissant.

    Amitiés et encore bravo.
    Jean-Denis

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 15 octobre 2008 :

    Bravo Jean-Denis pour cette levée de fonds,

    Ceci confirme cela. Le e-commerce est un bon et sûr business model de l’Internet. Surtout si le créneau et la spécialité choisis ne sont pas trop concurrentiels ! Et de plus, contrairement aux réseaux sociaux qui demandent un trafic très élevé pour devenir vaguement profitables, les sites de ecommerce peuvent bien vivre à une échelle “juste” nationale ou régionale (au sens: Europe).

    Par contre, la désintermédiation dans ce secteur semble plus délicate à rentabiliser avec la multiplication des sites de “social shopping”. La rentabilité est plus faible, il faut faire bosser les Internautes et il faut générer plus de trafic. On retrouve donc des difficultés voisines de celles des réseaux sociaux.

  • [4] - Daniel a écrit le 15 octobre 2008 :

    et surtout les fonctionnalités de social shopping sont facilement internalisables par le emarchand
    La plupart des plates formes recentes de ecommerce incluent désormais ces fonctions
    le gain de valeur est donc limité

  • [5] - Jean-Denis a écrit le 15 octobre 2008 :

    @Olivier : merci

    Ces remarques sont intéressantes, et bien des marchands y réfléchissent. D’où l’émergence d’un modèle bénéficiant des centaines de milliers ce clients, des millions de visiteurs, de la récurrence de certains marchés, à qui sont proposés un contenu et des services à haute valeur ajoutée.
    Quand j’étais petit cela s’appelait un portail! Mais avec le RTC c’était franchement dur!
    Maintenant il y a e haut débit (sic). Peut-être portail 2.0?

  • [6] - web31 a écrit le 31 janvier 2009 :

    Commerce électronique:
    merci pour tes info très complètes.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Last posts / derniers articles

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2021, a free 800 pages ebook about all quantum technologies (computing, telecommunications, cryptography, sensing):

image

Comprendre l'informatique quantique 2020, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
QFDN
Expo
791 photos
albth
Remise Légion d'Honneur Philippe Herbert Jul2021
2021
15 photos
albth
Vivatech Jun2021
2021
120 photos
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble près de 800 femmes du numérique (en janvier 2022) et elle s'enrichit en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentées au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Gaëlle Rannou
Gaëlle est étudiante à 42 Paris et tutrice de l’équipe pédagogique (en 2021).
flow
Jehanne Dussert
Jehanne est étudiante à l'école 42, membre d'AI For Tomorrow et d'Open Law, le Droit ouvert. Elle est aussi fondatrice de "Comprendre l'endométriose", un chatbot informant sur cette maladie qui touche une personne menstruée sur 10, disponible sur Messenger. #entrepreneuse #juridique #santé
flow
Chloé Hermary
Chloé est fondatrice d'Ada Tech School, une école d'informatique alternative et inclusive dont la mission est de former une nouvelle génération de talents diversifié à avoir un impact sur le monde. #entrepreneuse #formation
flow
Anna Minguzzi
Anna est Directrice de Recherche au CNRS au Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés (LPMMC) à Grenoble. #quantique
flow
Maeliza Seymour
Maeliza est CEO et co-fondatrice de CodistAI, qui permet de créer une documentation du code informatique par une IA.
flow
Candice Thomas
Candice est ingénieure-chercheuse au CEA-Leti, travaillant sur l’intégration 3D de bits quantiques au sein du projet Quantum Silicon Grenoble. #recherche #quantique
flow
Stéphanie Robinet
Stéphanie dirige un laboratoire de conception intégrée de circuits électroniques du CEA-Leti qui travaille sur des systèmes sur puces intégrés, des interfaces de capteurs, des interfaces de contrôle de qubits et de la gestion intégrée de l'énergie. #recherche #quantique
flow
Sabine Keravel
Sabine est responsable du business development pour l’informatique quantique chez Atos. #quantique #IT
flow
Céline Castadot
Céline est HPC, AI and Quantum strategic project manager chez Atos.
flow
Léa Bresque
Léa est doctorante, en thèse à l'institut Néel du CNRS en thermodynamique quantique, sous la direction d'Alexia Auffèves (en 2021). #quantique #recherche
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création #jeuvidéo
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo

Derniers commentaires

Répondre
Olivier Ezratty
sur Guide des Startups 2019 :
“Pour l'instant non. Sauf si des volontaires reprennent le flambeau. Je me consacre maintenant à 100% aux technologies quantiques. Et à mettre à jour un autre pavé, "Understanding Quantum Technologies"....”
“Super Guide, Des mises à jour prévues...”
“Les questions sur l'#IA sont en effet posées. Mais sur ce sujet nous avons encore le temps... En 2018 @olivez avai…...”
“Euh, Daniel, il y a des erreurs de typo indépendantes de ma volonté, dus à mon écriture sous forme de bras et de kets!... Il faut lire bien sûr: E(t) = ProdScal de Psi* avec H Psi, soit: E(t) = (Psi* . H Psi)...”
“ATTENTION DE DANIEL ESTEVE Bonjour Daniel, J'espère que tu vas bien malgré ces temps plutôt troublés (et c'est un euphémisme...) Daniel, je me pose une question toute simple sur laquelle je pense avoir un...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.