Industrie du logiciel libre ou artisanat ?

Publié le 21 juin 2007 et mis à jour le 17 février 2008 - 11 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

La semaine dernière, j’ai été contacté par Cédric Ingrand qui souhaitait me voir intervenir dans son émission « Plein Ecran » de LCI au sujet de l’actualité des logiciels libres, entretenue par la manifestation « Paris Capital du Libre » qui avait lieu la même semaine. J’y suis allé. L’enregistrement avait lieu le vendredi après-midi pour une diffusion le samedi suivant avec 15 minutes pour diffusion TV et l’équivalent pour une diffusion Web. Le débat avait lieu avec Alexandre Zapolski, PDG de la SSLL Linagora et organisateur de « Paris Capitale du Libre », Tristant Nitot, Président de Mozilla Europe, et Emmanuel Paquette, journaliste aux Echos. Chaque tranche de 15 minutes étant coupée par un reportage d’environ 5 minutes, autant dire qu’il restait peu de temps pour permettre à ce petit monde de s’exprimer. Et j’en suis ressortit un peu frustré aux entournures, comme de nombreux spécialistes qui ont l’occasion de s’exprimer pour le petit écran. Heureusement, le blog est là et permet de poursuivre le débat sous une autre forme, plus dense et argumentée.

Pourquoi poursuivre le débat ? Parce que cette émission était un peu trop béatement enthousiaste sur l’impact économique du logiciel libre. Tant dans les reportages, telle cette installation d’Ubuntu qui avait l’air aussi simple que celle de Picasa sous Windows et ressemblait à une vidéo de télé-achat à la Bellemarre, qu’avec les intervenants. Mais bon, que ce phénomène souvent dénoncé lorsqu’il favorise les éditeurs commerciaux se retrouve dans les logiciels libres ne devrait pas être surprenant.

Vous pouvez visionner cette émission par téléchargement en MPEG4 avec la image au fait que la majeure partie des acteurs du libre en France sont des sociétés de service. Au minimum, ce sont des SSII dans le modèle économique. En effet, la majeure partie des éditeurs de logiciels libres ne commercialisent pas des licences logicielles, mais plutôt des prestations de services de déploiement et de maintenance de ces logiciels. Ce modèle économique présente la caractéristique d’être peu « scalable ». A savoir que la marge dégagée n’augmente quasiment pas avec le volume d’activité. Contrairement à l’édition de logiciel proprement dite et à de nombreuses activités industrielles où les investissements en R&D sont amortis par le volume de vente, et dans le cas de l’industrie, où les risques industriels au niveau fabrication sont maintenant réduits du fait de sa sous-traitance et/ou de sa délocalisation.

Les SSLL et les éditeurs de logiciels libres français sont souvent des entreprises de proximité, elles n’exportent pas, ou presque pas. Leur marketing est donc souvent limité, comme l’est celui des SSII. Les grandes SSII françaises qui ont une activité internationale comme CapGemini présentent moins d’intérêt pour la balance commerciale de la France que les éditeurs logiciels, même moins nombreux. En effet, l’essentiel de leur valeur ajouté se traduisant en salaires locaux, les sièges rapatrient peut de marge alors que les éditeurs de logiciels décentralisent moins leur R&D en général et ont des coûts des ventes locaux bien plus faible que la délivrance de services des SSII. Résultat, les éditeurs de logiciels qui exportent rapportent plus à leur pays d’origine que les SSII.

La poussée du libre en France relève par ailleurs plus d’une logique d’acheteurs, interne au pays, poussée notamment par le secteur public. Cette logique de marché intérieur – qui n’est pas spécifique à la France – n’encourage pas non plus à la création de business à échelle mondiale.

On objectera que de grands acteurs du libre se sont créés dans le monde. Il y a effectivement RedHat (US), MySQL (suède), et… bien, plus grand monde qui fasse plus de $100m de chiffre d‘affaire. Malgré la poussée du libre, il n’y a qu’une poignée d’éditeurs de logiciels libres dans le Top 200 des éditeurs mondiaux. Et il n’y a aucun français. Alors que nous avons tout de même Business Objects (certes maintenant plus nord-américain que français) et Dassault Systèmes, qui sont dans le Top 50 mondial. Pourquoi donc ? Je pense que c’est justement lié à cette culture du service française et à la difficulté des sociétés du libre à se développer à l’échelle mondiale. Nous avions Mandriva, mais après des déboires nombreux et malgré sa image

En France, la montée du libre a créé une pression commerciale sur Microsoft et d’autres acteurs, comme Oracle qui ne doit pas forcément apprécier la montée en puissance inexorable de MySQL. Mais jusqu’à présent, ces éditeurs ont plutôt tenu bon. D’autant plus que les marges commerciales des filiales ne sont pas très grandes par rapport à des politiques tarifaires définies à l’échelle mondiale. Surtout chez Microsoft.

Même dans le secteur public, les ristournes de Microsoft n’ont rien à voir avec les image

Le pire, c’est que dans les six dernières années, les prix de Microsoft ont même eu plutôt tendance à augmenter. Notamment à l’occasion du lancement de leurs nouvelles formules de licensing en2001, qui ont bien remué le Cigref, cette puissante association de DSI de grands comptes français. Au bout du compte, ce nouveau programme qui avait pour but d’annualiser les prix des logiciels a poussé de nombreux clients à étudier plus sérieusement l’alternative des logiciels libres. Mais force est de constater qu’à part quelques gros poissons du secteur public (Finances, Gendarmerie, Marie de Paris), il n’y a pas eu de réelle vague de fond ni de tsunami. Ce qui n’empêche pas les grands clients français d’exercer des pressions sur Microsoft pour négocier les prix en agitant le chiffon rouge du libre, tout en espérant ne pas avoir à mettre en pratique la menace d’une migration, surtout sur les postes de travail, car cela bousculerait trop les habitudes des utilisateurs.

image

Il en va certainement différemment du grand public. Mais là, ce n’est pas l’open source qui fait fureur. Ce sont les logiciels gratuits, open source ou pas. Il n’y a pas un journal informatique qui ne fasse pas régulièrement sa couverture sur les meilleurs logiciels gratuits du moment. J’en suis moi-même assez friand, surtout au niveau des utilitaires, car on a l’embarras du choix.

Vendre du logiciel grand public est devenu très difficile. Ce marché s’est transformé tout d’abord en direction de l’Internet, et ensuite, vers un financement par la publicité. A part les jeux, une grande partie du revenu grand public dans le logiciel provient de ventes via les constructeurs. Microsoft étant celui qui en profite le plus avec Windows.

image

Microsoft amoureux du libre?

A la fin du débat LCI, Emmanuel Paquette des Echos forcait le trait journalistique en présentant certaines actions récentes de Microsoft comme un revirement et un amour soudain pour les logiciels libres après les avoir traités de cancer.

Il ne faut évidemment pas pousser. Les actions de Microsoft sont de la real politik qui n’a rien à voir avec l’adoption du libre. Il s’agit plutôt d’une gestion optimale de la coopétition avec le libre : par l’intégration ou par des accords sur la propriété intellectuelle. Même si parfois, cela atteint un seuil assez original, tel la fourniture par Microsoft à ses clients de la distribution SuSE de Novell. Mais c’est pour mieux vendre des serveurs de consolidation tournant sous Windows, pas pour une soudaine adoption du libre. Même topo pour les licences Shared Source qui ne sont appliquées qu’à des logiciels relativement secondaires qui n’affectent pas le coeur du revenu de Microsoft.

Il en va de même avec les déclarations enflammées de grands acteurs comme IBM pour le libre. Vous vous souvenez de leur annonce il y a quelques années du milliard de $ d’investissements dans Linux en 2000. En attendant, ils sont toujours le second éditeur de logiciels propriétaires au monde derrière Microsoft avec près de $17B de revenu qui représentent presque à égalité avec les services, leur première source de profits. Et tout ça, c’est du bon vieux logiciel propriétaire… mais qui peut effectivement tourner sous Linux. Ils n’ont pas investit dans Linux, mais sur Linux. Nuance! Même topo pour Oracle et les autres. Ils supportent le libre. Oui, comme plate-forme système. Mais ils n’en ont pas pour autant adopté le modèle économique pour leurs produits stratégiques!

Par contre, Microsoft reste plus que coincé aux entournures par la nature virale de la licence GPL (c’était cela le cancer évoqué par Steve Ballmer en 2001, même si par simplicité, il évoquait le cas de Linux, qui est effectivement en GPL). Nature qui ne s’améliore par avec la nouvelle GPL3 par la FSF qui est encore plus virale. On n’en parle pas beaucoup, mais cela explique pourquoi certaines discussions d’acquisitions de startups par Microsoft n’ont pas été concrétisées.

Conclusion

Mon propos n’est pas ici de dénigrer le libre, mais plutôt de remettre les choses à leur place en terme d’impact économique.

Oui, il faut aider l’industrie du logiciel en France, mais dans son ensemble et sans à priori sur les modèles économiques et sans favoritisme particulier pour les logiciels libres. De toutes manières, ils prennent naturellement leur place là où ils sont les mieux placés, comme sur Internet.

C’est un peu provoc, certainement, alors voyons les réactions…

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 21 juin 2007 et mis à jour le 17 février 2008 Post de | Actualités, Innovation, Logiciels, Logiciels libres | 13918 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 11 commentaires et tweets sur “Industrie du logiciel libre ou artisanat ?” :

  • [1] - Steeve a écrit le 21 juin 2007 :

    Le monde de l’Open Source en france est le plus bete du monde.
    Ex: Zapolski qui reve eveillé de son pole d’autopromotion du logiciel libre.*
    Ex: Firefox, qui ne declare pas un euro de CA sur la france alors que les transactions financieres avec Google et les marchands, apportées par Firefox sont bien réelles. c’est de l’evasion fiscale, comme toutes sociétés de technologies US.

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 21 juin 2007 :

    Oui, mais dans le cas de Firefox, n’est-ce pas pour la bonne cause?

  • [3] - jean-eudes queffelec a écrit le 22 juin 2007 :

    c’est marrant, Alexandre Zapolski est le seul a porter une cravate sur le plateau 🙂

  • [4] - un lecteur a écrit le 15 août 2007 :

    Euh, IBM a investit massivement dans le noyau Linux et certaines technologies vitales (GCC par exemple); pour preuve http://lwn.net/Articles/237768/

  • [5] - Jerome a écrit le 16 août 2007 :

    Ton article est fort intéressant. Mais j’ai pourtant l’impression que ton analyse à deux ans de retard (il date bien de 2007) mais ressemble à bon nombre d’articles que l’on pouvaient lire en 2005 et dont le ton était plus juste à l’époque …

    J’ai l’impression que si t’as connaissance de l’informatique et des outils est relativement bonne, elle atteint ses limites lorsque tu abordes brièvement les grands acteurs IBM, Oracle et leur contributions mais pour cela faudrait-il peut être que tu t’intéresses davantage aux logiciels libres …

    Et les centaines d’autres acteurs de la Linux Foundation, de la Linux Mobile Foundation ou des autres fondations et consortiums que tu passes sous silence : IBM et Oracle certes mais Sun, HP, Intel, Google, Nokia, Siemens, Motorola … tu n’en parles pas ?

    C’est pourquoi tu sous estimes considérablement l’industrie du logiciel libre qui à pourtant obligé Microsoft à signé des accords avec Novell (à la demande des clients de Microsoft ) mais surtout obligé Microsoft à fournir les solutions Linux de Novell.

    Voici une autre façon de voir les avancées du logiciel libre même si elle s’adresse davantage au grand public http://jroux.org/b/ll

    On assiste depuis peu à une véritable explosion du logiciel libre dans les administrations comme tu le dis mais également dans toutes les entreprises (ce qui n’était pas le cas en 2000 ou rare en 2005, tu as raison). Mais je t’assure que tes données ne sont plus à jour, même si, il reste très difficile de faire des stats ou des études sur l’Open Source.
    Des études qui ne prennent en compte que les licences issues de la vente, et jamais celles de licences issues des téléchargements mais cela ferait beaucoup trop de tort au éditeurs tels que Microsoft, Oracle, IBM … C’est pourquoi, les études sous-estimeront tjrs le marché de l’Open Source même lorque celui-ci sera bien plus important que celui des éditeurs traditionnels.

    Tu sembles également avoir passé sous silence le rapport de la commission européenne (pour les emplois) ? tu sembles oublier que faire des pôles pour l’ensemble du logiciel profiterait davantage encore au grands acteurs (MS) et non à nos PME et à l’innovation.

    Pour finir quand tu dis à propos d’IBM et d’Oracle: Ils n’ont pas investit dans Linux, mais sur Linux. Nuance!
    Ta méconnaissance te fais dire des absurdités assez énormes. Je préfère penser que tu manques d’informations

  • [6] - Laurent GUERBY a écrit le 16 août 2007 :

    La balance commerciale est definie comme exportations moins importations. Certes les logiciels libres en mode service n’ont pas l’air d’augmenter les exportations, en tous cas moins que des logiciels propriétaitres classiques. Mais les logiciels libres peuvent diminuer les importations de licences de ces meme logiciels propriétaires etrangers et donc par cet effet la améliorer la balance commerciale. Je n’ai pas les chiffres pour faire du quantitatif entre les deux effets.

    Ensuite, les migrations sous Linux ou l’utilisation de logiciels libres ne concernent pas uniquement le monde public, comme le dit cette interview le Crédit Agricole migre 12 000 postes, Peugeot 20 000 postes clients et 2500 serveurs, c’est du privé type du CIGREF pas du public.

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 16 août 2007 :

    Jérôme, je met en évidence une sous-estimation du nombre d’emplois informatiques liés aux logiciels libres par ceux même qui en font la promotion! Et les éléments de mon analyse restent d’actualité. Il y a peut-être des choses que je n’ai pas écrites que j’aurais du écrire, mais on ne peut pas commenter ce qui n’est pas écrit! Et en deux ans, des choses ont changé, comme tout ce qui concerne Ubuntu sur lequel je me suis déjà étendu.

    Les grands acteurs du logiciel continuent à faire leur chiffre d’affaire avec du logiciel commercial. Il en va ainsi de tous ceux que tu cites: IBM, Oracle, SAP, etc. Et leur contribution aux logiciels libres (bien que fort peu étudiée dans le détail) est marginale par rapport à ce qu’ils investissent dans leurs propres logiciels commerciaux. Rien que pour IBM qui fait 17 milliards de dollars de CA par an en logiciels (propriétaires), le fameux milliard investi en 2000 et dont on ne reparle d’ailleurs plus, est bien léger. Pour Oracle, même chose. Ils vendent toujours autant de logiciels propriétaires qu’avant. Itou pour SAP et autres éditeurs d’ERP et CRM.

    Ce qui a changé ces deux dernières années, c’est que Linux est plus utilisé sur les serveurs et sur des scénarios de plus en plus diversifiés. Et of course, dans le privé comme dans le public, et aussi de plus en plus dans les PME. Il est très déployé dans l’infrastructure réseau et cela ne fait pas pour autant vivre des éditeurs de logiciels (libres ou pas). Les acteurs de l’industrie informatique qui bénéficient le plus de la montée du libre sont les SSII (d’où mon trait forcé sur l’opposition entre industrie du logiciel et artisanat).

    Ensuite, il y a tout le monde des logiciels embarqués qui est moins connu et profite pas mal aux industriels, mais ce sont des acteurs dont le métier principal n’est pas le logiciel. Net net, le logiciel libre ne profite pas directement à l’industrie du logiciel, mais plutôt à sa périphérie: services et matériel. Et aussi aux acteurs de l’Internet et du “software as a service”.

    Le calcul de Laurent Guerby sur la balance commerciale met en évidence la baisse des importations potentielle liée à l’usage de logiciels libres dans le pays. Je demande d’abord à voir le détail de ces chiffres. L’économie réalisée ces cinq dernières années est assez marginale. Au pif, j’estimerai que le manque à gagner pour les Microsoft, Oracle et compagnie – du fait de la popularisation des solutions libres équivalentes à leurs logiciels – est de l’ordre de grandeur de 100m€ en licences, et pas beaucoup plus (on pourrait détailler, à partir de leur CA Serveur et des évolutions des parts de marché…). Or Business Object, Dassault Systèmes et ILOG font à eux seuls plus d’un milliard d’Euros d’exportations en logiciels. Et leur croissance dépasse ces 100m€ économisés. Les éditeurs locaux et commerciaux contribuent donc plus à l’amélioration de la balance commerciale du logiciel que les économies générées par l’usage de logiciels libres. Donc, certes le libre a permis de réduire certains coûts, mais il n’a pas pour autant permis de créer plus de valeur améliorant la balance commerciale.

    L’argument du libre – notamment dans le secteur public – est avant tout une logique d’acheteur, mais pas du tout une logique industrielle. Les rapports Européens n’y changeront pas grand-chose. Ils prêchent la création d’une industrie du logiciel libre en Europe (et sont rédigés par des gens convaincus de la chose). Mais ont-ils plus de chances de réussir que Galileo et autres Quaero? Ont-ils véritablement une approche industrielle en volume? Appréhendent-ils le poids du marketing et de l’internationalisation dans l’industrie du logiciel? A moins de devenir un centre d’offshore comme en Inde, le libre n’améliorera pas la compétitivité de l’Europe. Tout du moins, à mon sens, l’Europe ne bénéficiera pas plus du libre que les autres continents, et même, que les américains. C’est un jeu à somme nulle pour l’Europe tant qu’elle ne saura pas faire émerger plus de grands acteurs du logiciel “en volume”.

    A terme, un équilibre va être trouvé entre libre et commercial avec de plus en plus d’approches hybrides. Le cas d’Idealx, rebaptisé OpenTrust, est intéressant à ce titre. Leur offre comprend maintenant des éléments commerciaux complémentaires de leur souche open source. Et le “libre” est de moins en moins utilisé dans leur argumentaire commercial.

  • [8] - Jerome a écrit le 17 août 2007 :

    Lorsque tu dis :
    Les grands acteurs du logiciel continuent à faire leur chiffre d’affaire avec du logiciel commercial.

    Tu as raison mais tu ignores peut être que ses acteurs exploiteront jusqu’au dernier moment un système déjà en place mais en pleine mutation car se devant de digérer le logiciel libre.

    D’un point de vue technique cela donne la chose suivante : pour IBM, HP, Sun, Novell … (depuis quelques années) comme pour Oracle (aujourd’hui) et bien d’autres demain, le logiciel commercial est toujours un peu plus bâtit sur des briques ‘Open Source’ dont les licences le permettent (Apache, LGPL, BSD … ).

    Pour être plus clair je dirais que les progiciels se développent de plus en plus vite car dans le développement, il ne sert à rien de réinventer la roue et la roue comme la charrette deviennent des briques Open Source, les sociétés n’ont pour caricaturer, plus qu’a choisir la peinture.

    Même si, il reste du chemin à parcourir, c’est la façon de l’industrie du logiciel d’intégrer l’Open Source. Cette mutation de l’industrie est probablement invisible aux yeux de bon nombre d’analystes qui ne raisonnent qu’en “CA” et qui se rassure avec des courbes.

    Ce qui permet à des consortiums français et européens comme “Objectweb” de travailler sur les mêmes couches supérieures du logiciel qu’une société comme IBM sans avoir les moyens d’IBM.

    Demain (dans quelques années) Microsoft sera contraint d’abandonner le système Windows et la suite bureautique car ces briques appartiennent aujourd’hui à l’Open Source, après demain, ce sera probablement le tour de certains produits comme la base de données, la CRM et l’ERP. Bref

    Alors si cette mutation n’est pas un moyen de stimuler la concurrence et l’innovation, alors j’ai rien compris 😉

    Lorsque tu me reparles du petit milliard offert par IBM, j’ai tendance à croire que tu n’as rien compris (sans vouloir te manquer de respect).
    J’ai un ami qui travaille de façon indirecte avec l’industrie du logiciel, c’est un financier (Capital Risque) et tout comme toi, il a beaucoup de mal à comprendre la montée en puissance de l’Open Source ou comprendre comment un acteur comme Microsoft avec une puissance financière colossale peut jour après jour perdre de sa superbe.

    regarde cela : http://www.journaldunet.com/solutions/0410/041015_tribune.shtml

    J’espère qu’aux travers de ses quelques lignes, je t’aurais permis de voir autrement l’industrie du logiciel. Je suis Intégrateur pour une SSII et d’année en année, je constate l’intérêt des DSI pour remplacer les briques commerciales par de l’open source. Et tu peux me croire l’Open Source doit beaucoup, beaucoup d’argent et de reconnaissance à des boites comme IBM, Sun, HP … et maintenant Oracle et Google …

    Je rejoins également Laurent sur le coût des licences. Si pour toi elles sont marginales ces cinq dernières années, tu fais encore une erreur de plus en regardant encore le passé pour un marché en pleine mutation. es 5 prochaines années seront énormes et le marché aura probablement digérer l’Open Source. Imagine l’économie réalisée par l’Europe et la France sans Windows, MS Office, les Antivirus, Windows Server, MS SQL Server, SGBD Oracle et les dizaines de milliers de produits pour particulier qui peuvent dors et déjà être remplacé par des logiciels Open Source 😉

  • [9] - Olivier Ezratty a écrit le 20 août 2007 :

    Jérôme, tu décris un phénomène bien connu: le libre se généralise d’abord par les couches basses de l’infrastructure. Et il grignote ces couches vers le haut progressivement. En touchant maintenant des couches applicatives CRM ou ERP: SugarCRM, Compiere, et bureautique (OpenOffice).

    Tes invectives à la “tu n’as rien compris” sont sinon un peu limites car ton propos n’est pas forcément contradictoire avec le mien (et réciproquement). Je mets en évidence un équilibre entre libre et commercial qui se cherche. Les faits le montrent avec les stratégies d’acteurs, y compris dans le logiciel libre.

    Comme le dit François Letellier dans l’article que tu as pointé, les industriels ne sont pas altruistes. Ils voient bien où est leur intérêt. Je simplifierai leur stratégie de la manière suivante : ils s’appuient sur des couches basses dont le développement est mutualisé de plus en plus en open source, et avec leur contribution éventuelle, apportant à la fois un gage de bon positionnement marketing et une assurance que les évolutions tiennent compte de leurs besoins. Ils travaillent aussi à la certification des plates-formes avec les éditeurs de distro comme RedHat ou Novell et avec les grands constructeurs. C’est indispensable à une logique de volume. Mais ils se gardent bien d’appliquer cette démarche à leur coeur de métier qui reste bien propriétaire. C’est exactement la stratégie d’IBM et d’Oracle. On pourrait arguer du fait qu’IBM est maintenant une grande SSII et profitera bien du boom de l’open source. C’est vrai mais en même temps, leur activité « logiciels commerciaux » leur apporte le même niveau de profitabilité que les services. Pour un revenu trois fois moindre. C’est en partie lié au fait qu’une grosse moitié de leur CA logiciel relève de vaches à lait sur lesquelles ils n’investissent plus (les soft pour mainframes). Même en tenant compte du déclin inexorable de ces logiciels mainframe, IBM n’est pas prêt de s’assoir entièrement sur son revenu de licences logicielles. En tout cas, pas volontairement !

    Si on prend le cas de Google que tu cites, le libre n’est pas du tout une menace pour eux. Au contraire, cela leur apporte des économies d’échelle avec les centaines de milliers de serveurs qu’ils ont à gérer. C’est le propre des grands sites Web de chercher des solutions logicielles scalable techniquement, mais pas au niveau des coûts de licence. Il y a d’ailleurs un point que tu n’évoques pas du tout et qui pourrait éventuellement mettre de l’eau dans ton moulin : la croissance des modèles économiques « software as a service » via Internet. Ces modèles sont techniquement relativement neutres du point de vue des plates-formes, tant que les standards du web sont bien respectés. Mais leurs offreurs peuvent préférer les plates-formes libres pour la raison déjà citée.

    Alors, oui, il y a une concurrence bénéfique au marché. L’open source met la pression sur IBM et Oracle (en + de Microsoft, bien entendu). Oracle est menacé par MySQL et PostgreSQL. IBM WebSphere par ObjectWeb et Jboss. Les Oracle Applications (qui intègrent maintenant l’offre de Peoplesoft, Siebel et Retek) n’ont pas encore d’équivalent en open source et se frottent plutôt à SAP. Mais cela ne veut pas dire que l’open source va tout balayer et devenir le modèle logiciel unique. Pourquoi, parce que quoi qu’on en dise, les logiciels libres n’ont pas que des avantages, et les logiciels commerciaux, que des inconvénients. L’approche plus « technique » des logiciels libres est inhérente à leur mode de conception, basé essentiellement sur des communautés de développeurs. C’est à la fois une force et une faiblesse, qui explique la complexité de leur mise en œuvre (cf mon article sur GIMP, que j’utilise personnellement, mais en ayant bien constaté cette différence avec les logiciels commerciaux).

    D’où un équilibre entre les deux modèles qui est mouvant et reste incertain. Prévoir une disparition totale du logiciel commercial serait franchement présomptueux.

    La diversité est le propre de cette industrie et il est bon qu’elle perdure. Prévoir que Microsoft va abandonner ses propres plates-formes (Windows, Office) parce que « ces briques appartiennent à l’open source » est un peu rapide. D’abord, il n’y a pas de notion d’appartenance. Ensuite, il y a des briques différentes avec leurs avantages et leurs inconvénients. Sans compter le fameux poids des bases installées. Et l’émulation entre le libre et Microsoft est plutôt bénéfique aux deux parties. Microsoft a d’autres voies de sortie que cette évolution imaginée comme inéluctable vers le libre : software as a service, une plus grande flexibilité sur les prix, de la R&D apportant (parfois, pas toujours) une certaine différentiation, l’approche grand public, les logiciels embarqués, etc.

  • [10] - manuell a écrit le 20 août 2007 :

    > [interview] le Crédit Agricole migre 12 000 postes

    Ce projet n’a finalement pas eu lieu.

  • [11] - Olivier Ezratty a écrit le 20 août 2007 :

    Il y a eu plein d’annonces de ce genre avec au minimum des délais importants pour ces migrations voire des annulations. Cela concerne surtout les postes de travail car leur migration sous Linux n’est pas simple du fait du poids de l’existant tant technique qu’au niveau des habitudes des utilisateurs.

    Il sera intéressant de voir d’ici 6 mois ce que donne le déploiement d’Ubuntu à l’Assemblée Nationale.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.