Réflexions sur le réflex

Publié le 1 septembre 2006 et mis à jour le 7 mai 2007 - 10 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

J’ai passé mes vacances avec mon tout nouveau reflex Canon EOS 5D. C’est mon premier appareil photo réflex. Je n’en avais jamais utilisé en argentique auparavant. J’avais uniquement des appareils compacts, argentiques puis numériques. L’année dernière, j’avais investit dans un Canon IXUS 700 et en avait atteint rapidement les limites (pas de contrôle de profondeur de champs, pas de stabilisation, faible sensibilité). D’où mon investissement « massif » dans un réflex semi-professionnel. Au point que maintenant, j’ai quasiment mis de côté la vidéo. Je filmais beaucoup en DV depuis 1999 et puis la photo a pris le dessus, j’y reviendrai un jour pour évoquer ce qui pourrait renverser cette tendance.

Canon IXUS 700Canon EOS 5D et ses accessoires

Mon équipement photo actuel comprend donc en plus du boitier Canon, deux optiques : un 24-105mm stabilisé bundlé avec l’appareil (acheté chez Rue Du Commerce) et un télé-objectif 100-400mm également stabilisé (acheté chez Objectif Bastille, l’un des meilleurs magasins pour les pros de la photographie à Paris). Puis un flash externe Canon 430EX. Le tout emballé dans un sac à dos bien pratique de Lowepro. J’ai aussi des filtres neutres pour protéger les objectifs, et un filtre polarisant, utile pour réduire les reflets du soleils dans les photos de mer, de piscine, ou même de vues très ensoleillées. Et puis une carte Compact Flash de 4Go pour être tranquille côté stockage. Cela permet de prendre 750 photos en résolution maximale (en JPEG à 12 mpix). Enfin, j’avais avec moi mon vieux pied Manfrotto.

Bref, un bon équipement que l’on peut considérer comme un appareil semi-professionnel. La différence entre mon équipement et celui d’un véritable photographe professionnel se situe au niveau des boitiers. Je n’en ai qu’un seul. Les pros en ont très souvent deux. Souvent des Canon EOS 1Ds Mark II de 16,7 millions de pixel. Parfois, un modèle adapté aux photos classiques, et EOS-1 D Mark II N un autre appareil adapté aux photos sportives, où le mode rafale doit tenir le choc (8 images par secondes contre seulement 3 par secondes pour mon 5D et 4 par secondes pour le EOS 1Ds Mark II). Ce dernier ne fait cependant “que” 8 mpix.

Mon Canon équipé est une grosse bête surtout avec son téléobjectif 100-400mm. Dans les rues de Nice, Cannes ou Monaco, les gens qui me croisaient étaient étonnés de mon équipement. A la fois parce que moins d’un touriste sur douze en moyenne est équipé d’un réflex, et peu de ces derniers ont de telles optiques. Une vedette à l’horizon ? Non, juste la famille ! Et je ne suis pas l’auteur des photos de Ségolène Royal en bikini parues dans “Closer”, même si elle s’avérait passer ses vacances à Mougins chez sa belle-mère, à quelques kilomètres à peine de mon lieu de séjour! Pour revenir aux touristes, l’appareil le plus fréquemment croisé est le Canon 350D, entrée de gamme reflex de Canon et leader du marché devant Nikon et ses D70/D70s, et remplacé le mois prochain par le nouveau 400D à 10 mpix.

Après quelques milliers de photos prises pendant ces quatre semaines de vacances, voici quelques observations liées à l’usage de cette configuration:

  • Contrairement à une idée répandue, disposer d’un grand nombre de pixels (12,6 dans mon cas) est très utile. Cela permet de faire des cadrages de photos mal cadrées tout en conservant une bonne qualité au finish. Ou aussi pour augmenter virtuellement la focale du téléobjectif (un peu comme le « zoom numérique » des compacts). J’utilise cette capacité dans près de 20% de mes photos. Même si au bout du compte, je compresse à 2000×2000 pixels mes photos pour diviser par 10 leur taille. Je conserve quelques photos au format d’origine quand j’anticipe un tirage de grand format.
  • La gestion de la profondeur de champs permise par les optiques avec le contrôle de l’ouverture du diaphragme (priorité à l’ouverture) est indispensable. Je me demande d’ailleurs ce qui empêche les constructeurs d’intégrer cette fonction dans les compacts. Cela permet de faire des portraits excellents où l’arrière plan est flouté, ce qui met en valeur les visages. J’utilise aussi souvent le double portrait ou l’une des personnes légèrement en arrière plan et un peu floutée. Utile pour réussir les cadrages, le viseur de l’EOS 5D est différentié de celui des appareils qui disposent d’un capteur non « full frame » : il est grand et précis, même s’il ne couvre que 96% de l’image alors que les appareils pros couvrent 100%! C’est un régal.
  • Je suis bluffé par le comportement de l’appareil en faible lumière. C’est une de ses spécificités et il est parait-il actuellement imbattable dans ce domaine. On peut monter à 3200 ISO avec très peu de bruit. Alors que l’IXUS 700 génère beaucoup de bruit à 400 ISO, le 5D génère des photos très propres jusqu’à 1600 ISO. De nombreux réflex numériques présentent cet avantage par rapport aux compacts. Par contre, je passais mon temps à changer la sensibilité de l’appareil selon la prise de vue (intérieur, extérieur, …).

Aquarium du Musee Oceanographique de Monaco - 3200 ISO

  • J’ai pu réaliser de très bons portraits au téléobjectif 100mm-400mm comme l’exemple suivant (qui doit aussi beaucoup au modèle…). Les personnes ne s’en rendent pas compte, les photos sont plus réalistes et le visage n’est pas déformé.

Portrait pris au 400 mm - F8 - 800 ISO

  • L’importance du stabilisateur n’est plus à rappeler. Il est intégré dans les objectifs pour les reflex Canon. Mais à terme, ils seront de plus en plus intégrés dans les boitiers, comme dans le premier reflex Sony, l’Alpha 100, issu de leur rachat de Konica/Minolta. Le stabilisateur du télé 100-400mm est bluffant. C’est grâce à lui que je peux réussir mes portraits pris de loin (même si dans le cas ci-dessus, le temps de pose est à 1/640s du fait d’une sensibilité montée à 800 ISO).
  • J’ai redécouvert l’usage du flash avec un cache (aussi appelé pot de yaourt). Ce cache adoucit la lumière crue du flash. Il est utilisé en dirigeant la lumière vers le plafond. Le résultat est étonnant de qualité par rapport à un compact. De plus, comme mon flash est externe, sa source de lumière est très décentrée par rapport à l’optique. Cela a pour effet de supprimer presque totalement l’effet « yeux rouges » des appareils à flash intégrés. C’est un avantage méconnu. J’utilise le flash de temps en temps en « fill mode », une technique facilement utilisable avec un simple compact pour compenser les contre-jours, difficiles à traiter en jouant seulement avec l’exposition.
  • On peut régler un temps de pose jusqu’à 1/8000s. Avec 1/4000s, j’ai obtenu d’excellentes photos de plongeons d’enfants dans une piscine ou comme après, avec 1/640s, pu chopper des poissons sur le point d’être avalés par un orque à Marineland. On peut être amené à augmenter la sensibilité ISO pour atteindre ce temps de pose. C’est très difficile de réussir cela avec un compact.

Plongeon pris au 1/4000s

Orque au Marineland d'Antibes (1/640s)

  • J’ai fait l’apprentissage timide des fichiers au format RAW. Il permet de récupérer une photo non traitée par l’électronique du boitier et sans compression. On reçoit en gros l’information brute du capteur et on peut appliquer sur les photos les réglages de l’appareil que l’on applique une fois pour toutes à la prise de vue en mode JPEG, comme les réglages de luminosité (utile pour corriger un contre-jour), netteté, contraste, température et saturation des couleurs. Ensuite, on peut compresser l’image traitée en JPEG pour le stockage et gagner de la place (le fichier RAW fait 12 Mo sur le 5D). Après quelques tests, je n’ai pas persisté dans l’usage du RAW pour le genre de photo que je faisais. C’est trop lourd à l’usage. C’est un truc de pro, que je ne suis pas encore !

J’ai sinon découvert quelques limitations :

  • Le nettoyage du capteur est un vrai problème. La documentation indique qu’il faut utiliser une poire pour enlever les poussières. Cela ne fonctionne pas pour les poussières qui restent attachées au capteur. En première approche, j’ai utilisé un doigt propre. Et cela a à peu près marché. Il faut sinon acquérir un kit de nettoyage. Certains appareils comme le dernier Sony intègrent un système qui fait vibrer le capteur pour le débarrasser de ses poussières. Sur la brochure marketing, cela impressionne. Je demande à voir à l’usage pour les poussières « non sèches ». Canon vient d’annoncer un dispositif similaire dans son nouveau 400D.
  • Le timer manque de flexibilité. On peut juste déclencher une photo avec 10s de retard. J’aimerais bien lancer la prise de plusieurs photos de suite en mode automatique, comme le font les IXUS !
  • Le réglage automatique de la température de couleur ne fonctionne pas bien pour les photos en intérieur (sur cet appareil). Il faut souvent définir à la main une température de couleur basse (2800°) pour compenser l’orientation « orangée » des éclairages incandescents.
  • J’ai un mal fou à maitriser le flash (Canon Speedlite 430EX). Peut-être un défaut ou une histoire de pile ou de batterie.
  • La mise au point est parfois difficile, soit qu’il y a un tas de choses sur plusieurs niveaux de profondeur de champ, soit que l’éclairage est insuffisant. Il faut quelques fois passer en mode manuel.
  • Le tri des photos devient fastidieux car à la longue, on prend beaucoup de photos en vacances ! Je suis allé jusqu’à en prendre 800 en une journée. D’où un tri qui s’effectuait en trois étapes minimum: dans l’appareil avant téléchargement sur le PC en USB2. Cela fait gagner beaucoup de temps, après téléchargement dans le PC, par un tri visuel rapide et enfin, un classement des photos par thème (individu, monument, etc) et un nouvel élagage. J’utilise le logiciel de gestion de photos Digital Image Pro de Microsoft qui est bien fonctionnellement mais horriblement lent. Je regrette que Picasa de Google ne permette pas la gestion de photos au niveau des dossiers, obstacle à son utilisation pour ce qui me concerne. Au finish, je ne garde en moyenne qu’une photo sur cinq. C’est un ratio bien faible qui témoigne du côté un peu pifométrique de ma prise de photo, de mes cadrages, de l’attention à l’éclairage. J’imagine qu’en améliorant ma technique, j’augmenterais ce ratio tout en diminuant d’autant le nombre de photos prises. Mais mojo du pro ou pas, un facteur n’est pas contrôlable pour les personnes que l’on photographie : leur posture. Il faut souvent prendre quatre à cinq photos d’une personne, comme pour un portrait au téléobjectif, pour obtenir la bonne et éliminer yeux fermés, absence de sourire ou autres incongruités. Et il vaut mieux éviter les repas car les bouches pleines sont rarement photogéniques !
  • Les appareils compacts comme reflex peuvent encore s’améliore côté « intelligence ». Par exemple pour la gestion des contre-jours, pour l’amélioration de l’autofocus en basse lumière, et pourquoi pas l’identification des visages pour créer une profondeur de champs (liée à l’ouverture) qui couvre automatiquement la profondeur du visage. Ces innovations arrivent en général dans les compacts “point and shoot” avant de toucher les réflexes, où la priorité est mise aux réglages manuels.

Au bilan, je suis passé du compact miniature tenant dans une pochette attachée à la ceinture à un réflexe semi-professionnel nécessitant un sac à dos de plusieurs kilos pour l’équipement complet. Le résultat est notable : je fais de bien meilleures photos, mais c’est plus lourd et l’investissement est conséquent : il a augmenté d’un facteur douze par rapport à l’IXUS 700 ! Cela fait un peu penser à l’équivalent dans la hifi. Pour améliorer le rendu d’une installation hifi ou home theater, les investissements deviennent souvent exponentiels. Pour apprécier la différence entre un lecteur de DVD standard à 100€ et un lecteur haut de gamme à 3000€, il faut que le reste du matériel suive en conséquence (ampli, enceintes). L’oreille doit aussi suivre mais pour le commun des mortels, la différence est souvent minime. Je n’ai jamais fait ce pas du côté de la hifi (sauf pour un caisson de basse de 1250W de Velodyne…), alors que je viens de le faire pour la photo numérique.

Cette tendance à l’adoption de réflex numériques est confirmée par un rapport de Park Associates de février 2006 qui estime que le marché des reflex numérique va passer de 4,4 millions d’unités en 2006 à 7,4 millions en 2010 alors que le marché des compact va baisser de 70 à 66 millions d’unités (surtout, du fait d’une saturation du marché et de taux d’équipement élevés).

Comme je l’indiquais dans un post précédent, on trouvera certainement à terme de nombreuses caractéristiques des réflex numériques dans les appareils compacts, même si certaines se heurteront à des obstacles mécaniques, optiques et marketing. Les annonces vont se suivre, les deux prochains épisodes clés étant le CES de Las Vegas en janvier 2007 et le salon de la PMA (Photo Marketing Association) qui a lieu aux USA en mars 2007.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 1 septembre 2006 et mis à jour le 7 mai 2007 Post de | Photo numérique | 31455 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 10 commentaires et tweets sur “Réflexions sur le réflex” :

  • [1] - Olivier a écrit le 4 septembre 2006 :

    Dans les limitations (à la photo numérique avec un compact ou un reflex) je rajouterai le stockage des photos qui est pour moi un des plus délicats.
    Comment conserver ses photos ? CD, DVD, DD.
    Quelle est la durée de vie de ces supports ?
    Quelle pérennité pour les formats de fichiers (notamment les fichiers RAW).

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 4 septembre 2006 :

    Olivier,

    Voici pour commencer une réponse au premier degré:
    – Sauvegarder ses photos sur au moins un second disque dur en plus du disque où elles sont gérées. Au cas où on dispose de plusieurs PC, ou plus simplement, d’un disque dur externe à son PC.
    – Sauvegarder régulièrement l’ensemble sur DVD-R pour la longue durée, et sur DVD-RW pour une courte durée. Après, le nombre de DVDs dépend du nombre de photos!
    – Eventuellement, sauvegarder ses photos chez un hébergeur Internet de qualité. Intéressant pour un petit nombre de photos et bien comprimées.
    – Imprimer les plus belles photos, cela ne coute pas cher sur Internet (16€ les 100 photos en moyenne frais de dossier et de port compris).

    La durée de vie d’un DVD-R est encore méconnue, mais semble comprise entre 5 et 10 ans. Il faut donc régulièrement transférer ses données sur des supports plus récents, dont la capacité augmente avec le temps.

    Réponse second degré: s’il n’y avait que les photos! Une partie de plus en plus grande de la mémoire des familles et des entreprises est désormais numérique et il faut vivre avec et effectivement s’organiser pour la sauvegarde. Je ne connais pas la proportion des foyers qui ont un PC et aucun outil pour la sauvegarde, mais elle est probablement supérieure à 50%. D’où un véritable besoin d’information à ce sujet!

  • [3] - ashram a écrit le 11 janvier 2007 :

    passionné de photo et de hifi comme toi !
    bravo pour ton blog 🙂

    j’aimerais aussi me payer un 5d (ou son successeur) mais après la PMA assurément… en attendant, je vais emporter mon 20d et mes 4 cailloux en thailande !

    bonne continuation

    ps: je parie que c’est un velodyne SPL que tu as lol

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 12 janvier 2007 :

    Non, c’est un DD15 et je vois sur ton blog que je découvre que je ne suis pas seul à être timbré sur les caissons de basse!

    Au CES, il n’y avait rien de nouveau sous le soleil côté réflex et c’est effectivement à la PMA en mars prochain qu’il y aura des annonces s’il y en a de ce côté là.

    Je crois que le prochain “gros coup” dans la photo numérique, c’est lorsque l’on pourra avoir un capteur APS-C ou même full-frame dans un compact. J’ai fait plus de 1000 photos avec mon G7 au CES et je regrette le 5D, mais bon, j’ai mis la priorité sur le poids. Le sac à dos plein de docs est déjà assez lourd comme cela!

  • [5] - ashram a écrit le 12 janvier 2007 :

    c’est bon le DD15 hein !
    bon, perso, je devrai m’en passer un bon bout de temps vu que centrale et projo sont plus important et puis.. ce 5D aussi d’ailleurs !
    Si tu passes dans la région, n’hésite pas à venir faire un coucou hein 😉

  • [6] - Pierre a écrit le 4 mai 2008 :

    En pleine recherche pour acquérir un reflex et essayant de faire mon comparatif via les site web, je me suis dit tout d’un coup “Mais qui fait donc des analyses fouillées, des bonnes synthèses et qui pourrait avoir un intérêt dans la photo numérique ? Mais monsieur Olivier Ezratty bien sûr.
    D’où mon arrivée sur cet article. La lecture commençait plutôt bien d’ailleurs:
    -Pas de reflex avant, venant du compact numérique. Ok même contexte que moi.
    -Envie de passer au reflex pour palier en autre à l’absence de contrôle de profondeur de champ et la faible sensibilité des compact. Là mon intérêt est encore accru car c’est aussi ma démarche.
    – Au point de lâcher prise sur la vidéo DV. C’est ce qui m’arrive un peu.
    – Investissement “massif” dans du “semi-pro”. Arrrrg c’est là que je décroche, que je ne peux plus suivre. Tant pis l’article est intéressant mais ma recherche reste au niveau entrée de gamme.
    Si vous avez des tuyaux pour trouver un comparatif sur de tels appareils, je suis preneur.

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 4 mai 2008 :

    Le marché a quelque peu changé depuis mon article (il y a un an et demi).

    Les réflex ont vu leur nombre de pixels augmenter, ce qui n’est pas forcément un gage de qualité car leur taille diminuant, il devient difficile de contrôler le “bruit” dans les expositions en basse lumière. Ce n’est que partiellement compensé par l’amélioration des traitements numériques et par les performances intrinsèques des capteurs.

    Dans une gamme de prix amateur, les marques leaders restent Canon et Nikon. Il y a notamment l’EOS 450D qui est pas mal. Environ 800€ avec un objectif je crois.

    Sinon, les meilleurs comparatifs se font avec les bancs d’essai que l’on trouve sur les sites américains comme DCReview, Image Ressource, dont les URL sont dans le blogroll de ce blog dans la dernière colonne à droite.

  • [8] - Pierre a écrit le 5 mai 2008 :

    Merci d’attirer mon attention sur ces ressources.
    Je suis assez d’accord sur la réflexion concernant le nombre de pixels. Il semble assez logique que sans changer radicalement la façon dont on capte la lumière, si l’on a plus de pixels sur une même surface ceux ci reçoivent moins de lumière.

  • [9] - Olivier Ezratty a écrit le 5 mai 2008 :

    La qualité du capteur est en effet le point clé d’un réflex.

    Ensuite, il y a :
    – L’autofocus : nombre de points, rapidité
    – La rapidité : nombre d’images /s, surtout si on photographie du sport et autres personnes en mouvement
    – La qualité des automatismes car on ne peut pas toujours travailler en mode manuel.
    – Le viseur et son angle de vue (le plus proche de 100% étant le mieux)
    – L’ergonomie générale, des menus, le contrôle de la balance des blancs, etc
    – L’écosystème: catalogue d’objectifs de la marque et tierces-parties, accessoires divers (télécommande, flashs externes, …)

    Et plus récemment sont apparus :
    – Le nettoyage automatique du capteur
    – Le mode LiveView pour voir les photos avant de les prendre sur l’écran
    – Des écrans de plus en plus grand (3 pouces)
    – Le wifi (intégré ou en add-on)
    – Le stockage bi-carte, et même de plus en plus en SD card (moins chères) au lieu des CompactFlash

  • [10] - Blumax a écrit le 20 janvier 2009 :

    Pour le stockage des photos en ligne, j’ai testé Flickr, j’ai été très dessus de leur service, surtout impossibilité de récupérer mon fichier original et une organisation foireuse ! J’ai donc chercher d’autre service, j’en ai trouver plusieurs mais toujours avec une limites de stockage, j’ai donc choisi par défaut Flickr et est payer un compte pro pour supprimer les limites de stockage !

    Et ben je peux vous dire que Flickr est finalement super bien !
    Une fois que l’on a payer, on peux récupéré nos fichiers originaux, l’organisation est très bien conçu mais demande un temps d’adaptation, on peux utiliser des logicielles tierces pour envoyer/traiter les images…

    On peux commander des tirages directement avec un prestataire qui utilise Flickrs, …

    Je vous le conseille donc ! Si vous souhaiter des infos, contacter moi par l’intermédiaire de mon site, je vous répondrait.

    Merci pour cette article, vous été exactement dans mon cas (CAD: un utilisateur de compact qui veux un premier reflex).

    Pouvez-vous me dire le point exacte des fichiers généré pas l’appareille dans les plus grande définition en JPEG et en RAW ?




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.