IDC et les DSI passent au Web 2.0 – 1/2

Publié le 27 septembre 2006 - Commenter -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

J’ai assisté à une partie de l’European IT Forum d’IDC qui avait lieu à Paris les 25 et 26 septembre 2006. Cette année, le thème de la conférence était “Innovation : a strategy for growth in a shrinking world“. Thème bien à la mode.

J’ai surtout apprécié l’irruption du Web 2.0 dans cette conférence avec les interventions remarquées de Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired, et auteur de “The Long Tail”, fourni gracieusement aux participants, et de Jimmy Whales, le fondateur de Wikipedia. J’imagine encore l’air éberlué de nombreux DSI assistant à ces présentations et se demandant ce qu’ils pouvaient en retenir pour la conduite de leurs affaires! Voir IDC introduire ces nouveaux concepts de l’entreprise ouverte, du partage de l’information, des Wikis, du rôle des consommateurs était plus que rafraichissant. C’est l’acceptation explicite du rôle de la convergence numérique, du grand public et des phénomènes associés dans les stratégies informatiques des entreprises. Et cela nous éloigne des sempiternels business process reengineering, CRM/ERP/SCM, problématiques de déploiement et de sécurité, de réduction des coûts et de relations fournisseurs. Qui restent malgré tout au coeur des préoccupations des DSI!

On trouvait dans les intervenants de cette manifestation une brochette VPs de fournisseurs de technologies “sponsors” : Intel, HP, SAP, AMD, Siemens, Hitachi et Xerox. Pas de personnalité connue mais des intervenants de bon niveau. Il n’y avait personne de chez Microsoft car l’éditeur n’était pas sponsor cette année et le précédent intervenant n’y avait pas fait des merveilles en 2004. Et ni IBM, ni Symantec, ni Oracle, ni Sun, comme on a pu les voir d’autres années. Pression sur les budgets marketing oblige!

Cet événement européen avait généré 750 inscrits dont 250 français donc probablement environ 600 participants. Il avait lieu au Méridien Montparnasse, comme d’habitude. Chose maintenant courante, la vidéo dans la salle des plénières était un système d’affichage panoramique. Il utilisait deux projecteurs Barco générant une image unique par raccordement numérique, et un système de mixage Encore de la même marque permettant d’intégrer des images vidéos et de 6 PC (photo ci-dessous de la table de mixage vidéo version haut de gamme).

Je vais ici faire un récap dans l’ordre chronologique de ce qui m’a le plus marqué dans les interventions. Comme dans d’autres comptes rendus, je mettrais mes commentaires personnels en italiques.

Patrick McGovern – Chairman d’IDG, la maison mère d’IDC

Ce fut une introduction de circonstance  avec un rappel des plus classiques de l’histoire de l’informatique (du mainframe à la micro à l’Internet à la mobilité). Les “top execs” n’échappent pas à ces poncifs. Mais on le pardonnera car c’était bref.

Son introduction présentait cependant quelques données intéressantes: la consommation informatique se réparti en valeur à 34% en Europe et 38% aux USA, mais côté télécoms, c’est à l’envers avec 31% en Europe pour 28% aux USA, avec des totaux respectifs de $940B et $970B. Intéressant! Est-ce à dire que les prix des télécoms sont trop élevés en Europe du fait d’acteurs dominants dans chaque pays? Ou qu’il y a réellement plus de consommation?

Jeff Sampler, professeur de stratégie et technologie à Oxford

Cet anglais brillant était le monsieur loyal des deux journées. J’ai surtout noté au début son anecdote sur la relativité de la perception du temps en fonction des cultures. Quand on est à Londres et que l’on demande l’heure à quelqu’un à Heathrow, un Suisse répondra “8h47”, un anglais “environ 9h”, et un indien, “monday”… :). So true!

John Ganz, patron de la recherche d’IDC

Avec une présentation au titre tonitruant “The coming IT shockwave”. Tonitruant car cette “vague de changement” est une constante dans l’industrie informatique depuis plus de 40 ans.

Il évoque les grandes priorités du moment pour les DSIs: complexité, sécurité, dépendance des business units, gestion des ressources humaines, appropriation des nouvelles méthodes de développement d’application. Et puis côté technologies : software as a service, l’open source, service oriented architectures et applications composites.

Il définit ensuite la convergence comme le mariage de l’informatique et des télécoms. Définition que je trouve un peu étriquée, sachant que personne n’a une version bien claire de cette définition comme ici dans Wikipedia. La convergence n’est-elle pas simplement liée à la dématérialisation sous forme numérique de tous les contenus? Et les conséquences sur leur transport (via télécoms), leur stockage, et la diversification des usages et des appareils pour les exploiter?

Et surtout, l’explosion à venir du nombre de transactions du fait de la mobilité et de la croissance exponentielle du nombre d’objets connectés (RFID ou pas). Elles passeront de 24 milliards en 2005 à 800 milliards en 2015. Le tout influencé par le poids de la convergence numérique et des innovations provenant de ses usages dans le grand public.

Chris Anderson, rédacteur en chef de Wired

C’est le pape de la “long tail” (terme qui n’est pas traduisible de façon convenable…).

Avant les mass media, et depuis les débuts de l’humanité, la culture était fragmentée géographiquement. Les moyens de diffusion “broadcast” (radios, télé, cinéma, Internet des débuts) ont généré des marchés de masse défragmentant la culture. Les nouveaux moyens de diffusion (Web 2.0, hyperchoix dans les médias) génèrent une refragmentation des médias et des contenus et l’émergence de cette “long tail” qui représente la moitié du potentiel commercial des contenus. L’espace “étagère” devient infini sur le Web, permettant de valoriser les contenus auparavant masqués.

Il donne comme exemple la fin des “hit albums” dans le domaine musical. Les ventes des “hits” sont en décroissance depuis 2000. Tout du moins en termes de ventes officielles! Est-ce que l’analyse est orientée “sortie de caisse” ou “écoute”… ?

D’où l’importance pour les entreprises de bien valoriser l’intégralité de leurs catalogues, y compris des produits anciens, et de permettre un choix de plus en plus large pour les consommateurs.

Cinq leçons à retenir:

  • Faire la différence entre distribution limitée et goûts partagés
  • Chaque individu dévie de la masse d’une manière ou d’une autre
  • “One size doesn’t fits all” (que je ne sais pas traduire correctement)
  • Le meilleur n’est pas nécessairement ce qui génère la meilleure audience (n’est-ce pas TF1?)
  • On passe du marché de masse à une masse de marchés niches.

Et pour résumer: “Small is new big, many is new few”.

Puis s’en suit une discussion en format “table ronde”:

Chris Anderson donne l’exemple de la bière dont le choix a doublé dans les supermarchés aux USA. Et d’ailleurs également en France. Et pourtant, c’est du brick & mortar. Cet hyperchoix a été décrit il y a bien longtemps, notamment par le spécialiste de prospective André-Yves Portnoff en 1986 dont je lisais les publications aux débuts de ma vie professionnelle et que j’ai rencontré bien plus tard!

Les grandes entreprises deviennent de plus en plus des aggrégateurs. C’est effectivement le cas dans certaines industries, comme dans la pharmacie ou les médicaments sont créées par des laboratoires indépendants et commercialisés par les grandes marques. Cela explique aussi indirectement la recrudescence d’acquisitons comme chez Microsoft et Google. Mais ceci n’entre-t-il pas en contradiction avec la réduction du nombre de fournisseurs de technologies pilotée par les DSI? Est-ce que cette réduction n’est pas une forme de barrière à l’introduction d’innovations technologiques dans les grandes entreprises?

La Long Tail et le Web 2.0 créent une opportunité de renaissance des PME. On passe d’un business local de commodités à des business spécifiques et globaux.

Vous en saurez plus en lisant le livre et le blog qui va avec.

::amazon(“1401302378”)::

L’analyse sur la “Long Tail” mérite une encyclopédie à elle toute seule. Elle est intéressante mais présente quelques limites sur certains marchés. Notamment celui des contenus dont les couts de production peuvent grandir avec les exigences du métier et des audiences. C’est le cas de l’industrie du cinéma dont les “blockbusters” coûtent de plus en plus cher, ce qui favorise les grosses productions elles-mêmes associées à des budgets marketing conséquents nécessaires pour rentabiliser ces investissements. Certes, on a parfois des surprises comme les succès à faibles budgets comme “Blair Witch” ou les films de Robert Rodriguez. Mais la disponibilité de catalogues de films étendus sur le cable, le satellite ou sur Internet (BitTorrent) ralentit-elle vraiment ce phénomène de concentration de l’audience sur les blockbusters? A-t-on des données là- dessus? L’autre facteur limitant dans cette industrie est le temps nécessaire pour visionner un film. Ce temps n’est pas infini. Autre phénomène de concentration, celui que l’on constate dans l’open source. Il y a beau y avoir des dizaines de projets open source dans SourceForge, il y a peu d’élus largement utilisés. Et dans certains domaines, des acteurs industriels captent des portions significatives de leur marché: RedHat avec plus de la moitié des parts de marché dans les serveurs Linux, MySQL qui est largement dominant dans les bases de données open source, l’omniprésent PHP. Donc, les environnements les plus ouverts n’échappent pas aux phénomènes de mode, de concentration et d’économies de réseaux. C’est une des limites au raisonnement de la Long Tail.

Frank Gens, Senior VP Research IDC

Qui positionne le Web 2.0 surtout par le biais des innovations technologiques : RSS, Ajax, XFN – les métatags de définition de relations avec un URL, le framework RAILS, LAMP. Sans d’ailleurs expliquer de quoi il s’agit. Combien de DSI savent ce qu’est RAILS?

Dans une table donde qui suivait, un avis sur les pôles de compétitivité français était donné par un intervenant anglais. Il les voit surtout au travers de Grenoble, placé par lui au niveau de Cambridge. Il pense qu’il faut renforcer le succès là où il intervient. C’est intéressant car la France a au contraire cherché à répliquer le succès de Grenoble qui fonctionne bien avec le pôle de microélectronique et le CEA-LETI, STM et SOITEC. Et a donc créé 67 pôles avec une dispersion étonnante! Le contraire d’une focalisation.

C’était pour moi la fin de cette première journée. J’ai loupé des sessions plus traditionnelles dédiées notamment aux télécoms et à la convergence voix-données. Suite au prochain post.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 27 septembre 2006 Post de | Actualités, Internet, Management, Marketing, Microsoft, Technologie | 8435 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Ces tags dans vos commentaires : , sachant...”
“Un article est-il complet ? Ce n'est évidemment jamais le cas. Par contre, j'évoque un peu ces questions de droit dans mon ouvrage ici :...”
“Bonjour Olivier, D'abord, je concède que vous êtes un excellent vulgarisateur avec une vision en général plutôt synthétique, et plus précise quand c'est à propos (cf. vos dernières minutes d'intervention sur...”
“Superbe articl, très bien détaillé. Les 6-8 semaines sont pour combien de wafers...”
“Merci pour cette interview intéressante et l'avis final concernant l'impossibilité d'exploiter cette énergie. Les débats portent sur la physique quantique. Puis-je solliciter un lecteur sur les monopôles...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.