Petit décryptage de l’IPO de Facebook

Publié le 2 février 2012 et mis à jour le 16 mai 2012 - 15 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

L’annonce tant attendue de l’IPO de Facebook a ouvert un beau couvercle sur la société. Une fois qu’une société se prépare à être cotée en bourse, elle doit publier des informations financières et qualitatives sur son activité et aussi sur la structure de son actionnariat. Le formulaire S-1 envoyé par Facebook à la Securities & Exchange Commission est donc du pain bénit ! Petit détail de taille : il est en anglais et comprend un grand nombre de termes financiers assez techniques que seuls les VCs et les entrepreneurs chevronnés peuvent comprendre. Ce qui a d’ailleurs généré quelques incompréhensions dans la presse.

 

Facebook S-1 Form Cover

Alors, sans couvrir l’intégralité du sujet, je vais m’attarder ici sur quelques éléments révélés par ce Formulaire S-1 !

La profitabilité

Dans un article commentant l’IPO, “Le Monde” indiquait que le bénéfice de Facebook était de $668m. Erreur ! Il est de $1B sur 2011 (un milliard de dollars). Les médias ont mal interprété le document de l’IPO de Facebook. L’article en question a été mis à jour en moins d’une journée pour indiquer ce $1B.

Explication… Dans le compte d’exploitation, on voit que le résultat net est de $1B (ligne “Net Income”). Il y a une ligne en dessous où est écrit ce chiffre de $668m avec comme libellé : “Net income attributable to Class A and Class B Stockholders”. Cela correspond à la part du résultat qui est affectable à certains types d’actionnaires, que ce soit les cadres dirigeants, les salariés au travers de leurs stock-options ou les investisseurs. Ca intègre les actions des salariés, du fondateur et des investisseurs, mais pas toutes visiblement pour ces deux derniers.

Ce sont des actions de Class A qui seront émises lors de l’IPO. Aucune date n’a été indiquée pour cette IPO. On connait le montant de la levée de fonds qu’elle est censée générée, $5B minimum mais pas le nombre d’action auxquelles elles correspondront. A qui sont les autres actions ? Semble-t-il, il s’agit de celles de Mark Zuckerberg et des investisseurs dans la société, pour l’essentiel des sociétés de capital-risque américaines comme Accel et le russe DST.

Les actions de Class B donnent 10 droits de vote pour 1 pour les actions de Class A. Lorsque les salariés vendent leurs actions Class B, elles deviennent des actions de Class A avec moins de droits de votes. Où sont les autres actions ? Ce sont les “undesignated preferred stock” qui ne sont ni Class A ni Class B. En français, ce sont des “actions privilégiées non nominatives”. Ce sont des actions qui figurent dans la structure du capital de la société mais qui ne sont pas émises. Elles servent visiblement de contre mesure à des tentatives de prise de contrôle (“take over bid”). Mais je n’en sais pas plus et suis preneur des lumières de spécialistes.

En tout cas, notre $1B de résultat net donne une profitabilité de 26,52% (résultat net / chiffre d’affaire). Sur 2011, celle de Google était très voisine, de 25,69% mais pour un chiffre d’affaire dix fois supérieur. Cela veut dire que Facebook est déjà une entreprise très profitable. C’est un niveau de profitabilité similaire à celui des grands acteurs du numérique : Microsoft, Google, Intel.

Pourquoi ces $668m qui ont induit la presse en erreur et à quoi servent-il ? Ils permettent de calculer “l’earning per share”, le résultat net par action circulante.

Facebook a expressément indiqué ne pas prévoir de distribuer des dividendes dans le futur proche, comme toutes les sociétés dont l’action en bourse est spéculative et non “de rendement” (intégrée notamment dans des fonds obligataires ou des fonds de pension aux USA). On retrouve ces dividendes non versés dans la ligne “Retained earnings” dans le bilan, évalués à $1606m. Cela correspond au résultat net des deux dernières années fiscales. L’histoire ne dit pas pourquoi le résultat net de 2009 qui est de $254m n’est pas intégré dans ces “retained earnings”.

Donc, le résultat net alimente de toutes manières  les réserves en cash de la société. Réserves qui sont de $3,9B et permettent par exemple de mener des acquisitions totalement ou partiellement en cash.

Structure de coût et de profitabilité

Dans le graphe ci-dessous, vous avez une comparaison de la structure de coûts et de marge brute de divers acteurs. Les périodes ne sont pas forcément comparables car il s’agit de CY2011 (civil year) pour Facebook et d’une période antérieure pour les autres, se terminant en juin 2011 dans la plupart des cas. Mais les ordres de grandeur restent corrects. Vous avez donc une ventilation du CA entre grandes structures de coûts et la marge brute (operating margin ou income from operations).

Facebook and other P&L

Que voit-on ? Que Facebook a la meilleure structure de profitabilité de tous les acteurs ici comparés, notamment par rapport aux plus profitables des acteurs que sont Microsoft, Intel, Apple et Google. La structure de compte d’exploitation est très voisine de celle de Microsoft à une exception près : le coût sales & marketing est plus faible chez Facebook. Cela s’explique par deux phénomènes : Facebook n’a pas de force de vente et avant-vente grands comptes de la taille de celle de Microsoft, même si il a surement des commerciaux grand compte pour la publicité. Et de plus, la viralité des services de Facebook est évidement bien meilleure que celle  des divers produits et services de Microsoft.

La structure de coût de Facebook est voisine de celle de Microsoft, qui a un mix d’activité différent avec logiciels (faible coût de production, uniquement de la R&D), matériels (coût de production élevé comme pour la XBOX) et services (coût des data center de MSN, XBOX Live). Par contre, il est intéressant de voir que le coût des opérations de Facebook représente 23% du CA tandis que celui de Google est de 35%. Et il est en baisse constante en % depuis 2 ans. Est-ce parce que les data center de Google sont plus lourds que ceux de Facebook ? Facebook stocke et indexe son propre contenu tandis que Google scanne et indexe tout le web. Le défi est plus grand pour Google, donc peut-être plus onéreux. Mais ce n’est pas évident. La comparaison est rendue difficile car ce “cost of sales” comprend dans le cas de Google le coût d’acquisition des emplacements de la régie publicitaire AdSense (environ 23% du CA, alors que le coût des data centers est de 12% du CA au maximum). Le “cost of sales” de Facebook comprend les frais de gestion de carte de crédit pour l’activité de paiement. On dira au nez : 3% de 15% du CA soit moins de 0,5% du CA. Au final, le coût des data centers représenterait donc environ 22% du CA de Facebook pour 12% chez Google. Contre-intuitif, et lié à des économies d’échelle que Google aurait pu générer que Facebook ne saurait pas encore mettre en oeuvre.

Revenu par utilisateur

Le nombre d’utilisateur de Facebook et Google à fin juin 2011, qui représente une médiane de l’année, est respectivement de 739 et 1000 millions. Cela donne un revenu annuel moyen par utilisateur mensuel de respectivement $5,1 pour Facebook et $37,9 pour Google. Soit un ratio de 1 à 7,42.

Facebooks Monthly Users History

Comment s’explique cette différence et est-ce que Facebook peut la combler ?

En partie oui. 83% du revenu de Facebook est d’origine publicitaire. Le revenu “autre”, constitué de de commission de paiement dans les jeux et les applications (Facebook Payment) est passé de 5,8% à 16,4% du CA en un an. Si la tendance se poursuit, il apportera une bonne source de croissance à Facebook. Facebook pourrait aussi améliorer le ciblage publicitaire du fait de la quantité d’informations collectée sur les utilisateurs. Mais Google et son moteur de recherche auront pendant encore longtemps un avantage clé : ses utilisateurs lui disent ce qu’ils recherchent en temps réel tandis que Facebook doit le deviner. Le ciblage publicitaire qui en résulte est donc explicite pour Google et implicite pour Facebook. Le bon sens dicte que le ciblage de Google est mécaniquement plus efficace que celui de Facebook. Ce d’autant plus qu’il est intégré dans l’interface utilisateur du résultat des recherches (42% des clicks) tandis que la publicité dans Facebook est généralement située à droite de l’écran, là où l’œil se rend moins souvent.

Cet ARPU à $5 de Facebook pourra certainement monter jusqu’aux horizons de $10. Dans ses belles années, celui de Yahoo atteignait $9. Depuis, les prix de la publicité Internet ont chuté et il a baissé. Notamment parce que Facebook a augmenté la taille de l’inventaire revendable et donc contribué à baisser la valeur de la publicité en ligne, même vendue “au click”.

Les autres sources de croissance pour Facebook sont les applications et les jeux. Zynga représentait 12% de son chiffre d’affaire en 2011. C’est un bon indicateur de potentiel. Le “casual gaming” se développe très rapidement sur Facebook. Avec des victimes indirectes comme Nintendo qui va très mal comme nous l’avons vu dans le Rapport CES 2012.

La plus grande IPO du numérique

Autre information à relativiser, celle selon laquelle l’IPO de Facebook battrait des records historiques. C’est vrai. Mais…

Le CA de Facebook au moment de l’annonce de l’IPO était de $3,7B (pour 2011). Pour Microsoft en 1986, il était de $198m. Pour Google en 2004, il était par contre déjà de $3,19, soit pas loin du revenu de Facebook au moment de son IPO. Comme Google, Facebook a lancé son IPO tardivement par rapport à Microsoft et probablement plein d’autres belles sociétés des années 80/90. Microsoft a fait son IPO 11 ans après sa création, Google 6 ans et Facebook 8 ans. Qui dit levée tardive dit ratios financiers différents et plus élevés, et donc, une levée de fonds attendue plus élevée, ici de plus de $5B. Ce d’autant plus que les montants levés par Facebook ($1698m entre 2009 et 2011) ont été largement supérieurs aux montants qui avaient été levés par Microsoft et Google avant leur IPO respective. Tout ceci qui explique pourquoi la levée de Facebook est / sera un record.

Pourquoi cette levée est-il si tardive ? Mark Zuckerberg a annoncé qu’il voulait la mener le plus tardivement possible pour ne pas trop diluer le capital de la société. C’est une bonne raison. Mais il y en a d’autres.

Ecartons déjà une raison qui n’a pas lieu d’être : une levée de fonds permet d’augmenter les fonds propres d’une société pour financer sa croissance. Facebook n’en a pas besoin. Il est déjà très profitable et peut financer sur son cash-flow normal toutes ses perspectives de croissance. Il semble avoir même levé des fonds en 2009 et 2010 alors qu’il était déjà profitable. Par contre, en ayant des actions en bourse, il peut plus facilement acquérir des sociétés de grande taille par le biais d’échanges d’actions.

Ensuite, il y a le besoin de monétiser les actions existantes de la société, notamment celles de ses investisseurs et de ses salariés actionnaires par le biais de programmes de stock-options. Les actions de Facebook étaient déjà  échangeables sur les marchés alternatifs réservés aux entreprises non cotées, notamment chez SecondMarket (cf cet article). C’est ce qui avait permis à Mark Zuckerberg de faire une donation de $100m à des écoles de Newark dans le New Jersey en septembre 2010.

Mais les valorisations dans ces marchés alternatifs ne sont pas forcément aussi bonnes et les transactions aussi fluides et transparentes qu’au Nasdaq. En se faisant coter au Nasdaq, les flux financiers vont augmenter, il y aura plus d’actionnaires intéressés. Mais cela pourra faire fluctuer l’action plus radicalement que dans les marchés alternatifs. Le marché sera aussi plus transparent puisque le cours de bourse de Facebook sera basé (en partie…) sur les informations rationnelles de ses résultats trimestriels. S’ils sont bons, cela peut apprécier l’action. Mais c’est aussi applicable à la baisse quand les résultats ne sont pas à la hauteur des prévisions !

Valorisation

C’est l’aspect le plus contesté de cette IPO : la valorisation prévue de Facebook pour son entrée en bourse serait bien trop élevée, voire délirante. C’est d’ailleurs un commentaire qui prévaut depuis que les premières valorisations de la société ont circulé lors de ses différentes levées de fonds.

La valorisation prévue serait comprise entre $75B et $100B. Ce qui donne un “price earning ratio” (PER) de 75 à 100. Le PER est le rapport entre la valorisation et le résultat net de la société. Modulo l’histoire des $668m vs $1B. J’ai calculé le PER avec le résultat net total de $1B.

Un PER de ce type est évidemment très élevé. L’histoire a montré qu’il en était ainsi pour toutes les IPO de sociétés “dans le vent” présentant une forte croissance. Le PER de Google juste après son introduction en bourse était supérieur à 130. Celui de Zynga qui a été introduit en bourse fin 2011 est supérieur à 200. Donc, comparativement, Facebook serait un petit joueur ! A ceci près que Google était plus petit que Facebook au moment de son introduction et présentait probablement des perspectives de croissance plus alléchantes. Depuis quelques trimestres, le PER d’Amazon est supérieur à 50 et il est actuellement de 132 ! Alors que cette société, certes en croissance, a un résultat net de 1,5% de son chiffre d’affaire qui rappelle celui de la grande distribution ! Explication : les investisseurs s’attendent à une croissance soutenue de la société et à de bonnes économies d’échelle dans son business (cf ce thread dans Quora).

Apple Google Amazon PER History

Dans le bizarre, il faut aussi citer SalesForce dont le PER est à un niveau délirant : plus de 700 depuis juin 2011 et avec un historique où il n’est jamais tombé en dessous de 76. Et aussi Groupon qui avait un PER infini lors de son introduction en bourse en novembre 2011 puisque son résultat net était négatif !

Il faut aussi évoquer le cas d’Apple qui malgré sa croissance insolente, présente un PER très décevant, actuellement aux alentours de 13, pas très éloigné de celui de Microsoft (10,9) qui génère pourtant une croissance bien moins élevée que celle d’Apple, et dans le passé et dans les prévisions. C’est le syndrome du “les arbres ne montent pas jusqu’au ciel”. Les investisseurs se demandent si et comment Apple pourra poursuivre sa belle croissance maintenant qu’il est devenu le plus grand constructeur américain en CA, et juste derrière Samsung au niveau mondial.

Bref, comme toujours, le marché a peut-être “raison” mais il n’est pas toujours facile à comprendre ! Et le seul PER de Facebook qui comptera sera celui qu’il aura après son IPO.

Stock-options

Le formulaire S-1 devrait permettre d’en savoir plus sur les stock-options émises pour les salariés. Je vous passe le détail. Lorsque l’on aura une idée de la valorisation en bourse de la société, on saura calculer la plus-value potentielle des stock-options (émises aux alentours de $31 par action) pour les salariés. Comme pour Google il y a quelques années, l’IPO va mettre à jour des centaines de salariés millionnaires en dollars. Il est curieux de constater que même Mark Zuckerberg bénéficie d’un plan de stock-options. Pour 120 millions d’actions. Si l’IPO se fait disons à $50, cela génèrera un complément de $6B au portefeuille de Zuckerberg. En plus des 533 millions d’actions qu’il possède déjà. Sa fortune a été estimée à $17,5B début 2011 qui doivent correspondre à ces 533 millions d’actions qui sont à lui (avec une valeur d’environ $33). Avec une IPO à $50 et ses stock-options, sa fortune serait réévaluée à $32B.

Contrôle

Mark Zuckerberg a été bien entouré d’avocats lorsqu’il a construit les différentes versions du pacte d’actionnaire de sa société. Le bon exemple est que le fondateur va contrôler la majorité des droits de votes du fait du poids de ses actions dans la société et d’une délégation irrévocable de droits de votes d’actionnaires qui ne sont pas nommés dans le formulaire S-1. Cela lui donne un contrôle de 56,9% des droits de vote de la société. Malin !

Risques

Comme dans tous les formulaires S-1 ainsi que dans toutes les publications de résultats trimestriels, les sociétés cotées déversent une litanie de facteurs de risque qui peuvent les affecter. Cela fait la joie des commentateurs. Au-delà des risques juridiques (vie privée) et relatifs à la concurrence (Google et autres), il y a un facteur de risque intéressant qui est cité : le fait que le déport des usages du fixe (PC, Mac) vers les mobiles peut réduire leur revenu et leur croissance. Parce que la version mobile  de Facebook est plus difficile à monétiser que la version web classique. Sauf dans les jeux. C’est un risque intéressant car il correspond à une vague du marché. On peut espérer pour eux que l’usage intermédiaire, sur les tablettes, ne présente pas le même risque. Leur écran plus grand laisse plus de place à la publicité. Et il est très prometteur dans ses usages liés à la consommation de la télévision, autant comme second que comme premier écran.

Conclusion

On en sait plus sur Facebook. Après l’IPO, on suivra leurs résultats trimestriels comme pour toutes les entreprises cotées. On bénéficie d’une plus grande transparence des données ce qui permet de mieux comprendre la dynamique financière des réseaux sociaux. On se rend compte que la croissance ne sera pas si facile à poursuivre au même rythme pour Facebook. Comme si l’IPO arrivait presque un peu trop tard. L’histoire nous en dira plus !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 2 février 2012 et mis à jour le 16 mai 2012 Post de | Facebook, Startups | 29323 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 15 commentaires et tweets sur “Petit décryptage de l’IPO de Facebook” :

  • [1] - Guerric a écrit le 3 février 2012 :

    “L’article en question a été en moins d’une journée pour indiquer ce $1B.”

    A mon avis, il manque le participe passé.

  • [2] - BertrandThore a écrit le 3 février 2012 :

    Après ma petite erreur d’hier sur class A / class B (je disais Class A et B actions préférentielles, C ordinaires), je me rattrape :
    A : ordinaires, B un peu préférentielles et C à E, encore + préférentielles. Il y a des C à E chez FB (doc IPO p 193 par exemple).
    Les C à E doivent appartenir uniquement à Zuckerberg et aux autres fondateurs et principaux investisseurs.

    Le “Net income attributable to Class A and Class B common stockholders”, de $668M correspond donc à la part des bénéfices correspondant aux actions A et B, qui doivent donc représenter 66,8% du K. 33,2% du K est détenu par des Class C to E prefered shareholders

    Sur le flottant, je confirme mon tweet d’hier, ce sont les actions détenues par le public ou par des petits actionnaires non contrôlables.
    La phrase “Ca intègre “le flottant”, les actions en circulation, ainsi que celles des salariés et investisseurs.” n’est donc pas exacte : les actions en circulation c’est 100% des actions (- les convertibles ?). Le flottant c’est en principe ce qui est vendu au public en bourse, il n’y en a donc pas en principe avant IPO, sauf si il y a un marché “gris”, ce qui est le cas pour FB, sans doute alimenté avec des actions de salariés ou de petits investisseurs, pour une faible part du K.
    On peut dire : les profits attribuables aux actionnaires class A et B correspondent à la part du capital détenu en actions ordinaires (class A) et préférentielles qui donnent 5 droits de vote (class B), alors que le reste du capital correspond aux actions préférentielles donnant des avantages supplémentaires, probablement toutes détenues par les principaux actionnaires de FB.

    • [2.1] - Olivier Ezratty a répondu le 3 février 2012 :

      Merci pour ces précisions Bertrand. J’ai édité la ligne en question tout en restant vague.

      En effet, j’aimerai bien comprendre pourquoi la composition de l’actionnariat sur les classes C à E – si elles existent bien – n’est pas détaillée dans le document de l’IPO page 127. Il n’y a aucune allusion à des Class C à E dans le document. Il n’y a pas d’obligation de transparence de ce point de vue là ?

      J’ai l’impression que ces actions un peu fantômes sont des actions non attribuées, une sorte de pool de réserve dans le capital. Est-ce que cela ne sert pas aussi à éviter une “hostile take over” ? Il est écrit je crois aussi que le board peut faire ce qu’il veut de ces actions.

      • [2.1.1] - BertrandThore a répondu le 3 février 2012 :

        Mmmm. Compliqué.

        On trouve des infos sur des class E page 123 (Series E Preferred Stock Financing). 44.037.540/5 d’entre elles ont été vendues à Mail.ru Group Ltd en mai 2009 pour $200M

        Les class C à E sont certainement des actions de préférence convertibles, pas encore converties (ce que vous appelez des actions non attribuées). Ces APC peuvent en effet notamment être utilisées pour éviter les “hostile take over”. Mais je ne suis pas spécialiste et je ne saurai en dire plus.
        Cela n’enlève rien à l’intérêt de l’article, mais il serait tout de même utile de savoir à qui iront ces 33,2% du K.
        On peut néanmoins supposer qu’ils iront en grande partie à Mark.

        • [2.1.1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 3 février 2012 :

          On commence à comprendre ! Ce montage a l’air bien compliqué. Je me demande si c’est un cas particulier ou une pratique courante !

          • [2.1.1.1.1] - herve a répondu le 6 février 2012 :

            Bonjour à tous. Je me demande si vous n’avez pas confondu dans vos échanges class A et B d’un coté et series A, B, C, D, E de l’autre. J’ai un post un peu “quick and dirty” sur mon blog (startup-book) où je décris les preferred (liés aux investisseurs). Quant au class A et B que je n’ai pas analysées, je pense qu’elles sont plus liées au droit de vote (comme c’était le cas avec Google et avec nombre de start-up web2.0 depuis). J’ai noté aussi qu’il y a pas mal d’options et de RSU (restricted stock units) qui ne sont pas toujours pris en compte dans les pourcentages (y compris pour Zuckerberg lui-même, ce qui est assez inhabituel. Mais j’ai compris en lisant le S-1 que c’est aussi lié aux impôts qu’il va payer…)

            • [2.1.1.1.1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 6 février 2012 :

              En effet. Dans les actions Class B, il y a des investisseurs divers, qui correspondent donc à des investissements de Serie A, B, C et ultérieurs.

  • [3] - Antoine a écrit le 6 février 2012 :

    Olivier,
    Article interests ant Mai’s voter comparison entre les couts de production de Facebook et google est erroneous. La majeure partie de la difference est due au fait que google, contrairement a Facebook, a une adtivite significative de regie publiciaire. On their business “owned and operated”, googles a moreprofitable cost structure. Sorry for typos but my computer does not get French.

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 6 février 2012 :

      You’re right. I’ve changed the text of the post to include the part of “cost of sales” that is not related to data center operations. In the end, data center costs seems to be 12% of Google revenue and above 20% of Facebook revenue.

      23% of Google’s cost of sales is linked to acquiring advertising space as part of their AdSense operations.

      Less that 1% of Facebook cost of sales is related to managing payment costs, so probably less than 1% of their revenue. Seems they don’t put here the acquisition costs of virtual goods and other applications (like those from Zynga) but only the cost of payment. Wondering why these accounting practices are different. In the case of Amazon, all the stuff they sell appears in cost of revenue. It’s their acquisition cost for all these goods, as all retailers do.

  • [4] - Michel Nizon a écrit le 6 février 2012 :

    L’IPO annoncée de Facebook permet de communiquer principalement sur la valorisation attendue mais est il mentionné quelque part le total des apports en capitaux faits par les actionnaires depuis le premier jour, chiffre qui doit déjà être significatif.. ?

    • [4.1] - Olivier Ezratty a répondu le 6 février 2012 :

      Il n’est pas mentionné, tout du moins en clair. On sait qu’il est compris entre $1,5B et $2B.

  • [5] - Nicolas Guillaume (@NicolasMax) a écrit sur Twitter le 13 février 2012 :

    Petit décryptage de l’IPO de Facebook par @olivez http://t.co/l77rT5yq

  • [6] - NicoGA a écrit le 23 mai 2012 :

    La valorisation importante, atteinte par Facebook lors de cette IPO, reflète les nombreuses opportunités qui s’offrent à Facebook. Si le mobile sera la clé de la pérennité du site, ses récentes évolutions pour diversifier ses sources de revenus sont autant de nouvelles pistes pour une croissance durable : http://www.ideas4tomorrow.com/2012/05/facebook-investment-for-future.html

    • [6.1] - Olivier Ezratty a répondu le 23 mai 2012 :

      Pour que Facebook justifie sa valorisation actuelle, même après la chute post-IPO, il faudra que des sources de revenu nouvelles se révèlent significatives. Ce n’est à ce stade que conjecture. Pour l’instant, Facebook sait générer $5 par utilisateur. La croissance de ce nombre est en train de se calmer.

      Les résultats de Q1 2012 montrent que l’ARPU se tasse aussi entre $5 et $6. Aller au delà sera donc le défi clé de la société.

      Les jeux ? Pourquoi pas, mais regardons aussi ce que fait Zynga qui cherche à ne plus dépendre que de Facebook pour ses sources de revenus. Et la concurrence des appstore mobiles. Petite piste : proposer l’équivalent de la S-VOD dans les jeux…

      Revenu mobile ? Cela reste encore une fois très hypothétique. Google arrive à générer à peine $2B de revenus directs et indirects dans la mobilité, sur un CA de près de $40B. Le marché de la publicité sur mobile n’a pas encore trouvé sa baguette magique. Le SOLOMO est un concept qui reste à prouver à grande échelle. Regardons Foursquare qui patine un peu, etc. Qui génère un ARPU de plus de $5 avec une application mobile ? Uniquement ceux qui vendent des applications gratuites dans les appstores. Et encore, la plupart font du freemium, donc avec deux manière de calculer l’ARPU (avec ou sans les utilisateurs de la version gratuite). Facebook payant ? Pourquoi pas. Mais c’est toujours difficile de passer du gratuit au payant. Sauf si les gens ne peuvent plus s’en passer.

      Il me semble que Facebook ne pourra générer une forte croissance qu’avec un pivot assez fort de son activité ou de son modèle économique. Jusqu’à présent, seules les startups y arrivaient. Mais pour une boite qui atteint presque $4B de revenu, c’est beaucoup plus difficile.

      Sinon, j’ai l’impression que Facebook va atteindre rapidement un pallier. Petit indice ici : http://www.google.fr/trends/?q=facebook.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Mondial Auto et CES Unveiled Oct2018
2018
239 photos
albth
France Digitale Day Sept2018
2018
26 photos
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos
albth
L'Echappée Volée Jul2018
2018
297 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
511 photos
albth
Lancement Fondation Femmes Numériques Jun2018
2018
112 photos
albth
USI Jun2018
2018
195 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.
flow
Maud Franca (CDC)
Maud est Directrice Adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts (CDC). Membre de la cellule nationale French Tech, mentor et aux boards de startups.
flow
Chloé-Agathe Azencott
Chloé-Agathe est chargée de recherche au Centre de Bioinformatique de MINES ParisTech et de l'Institut Curie. Cofondatrice de la branche parisienne du meetup Women in Machine Learning and Data Science.
flow
Béatrice Moulin et Clara Deletraz (Switch Collective)
Béatrice et Clara sont cofondatrices de la startup Switch Collective.
flow
Laurence Devillers
Laurence est chercheur et Professeur en Intelligence Artificielle à Sorbonne Université/LIMSI-CNRS, équipe de recherche "Dimensions affectives et sociales dans les interactions parlées". Membre du comité de réflexion sur l’éthique du numérique (CERNA) d’Allistène, Auteure de « Des Robots et des Hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon 2017.
flow
Sophie Viger
Sophie est Directrice de la Web@cadémie, de la Coding Academy by Epitech et directrice pédagogique du Samsung Campus.
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive. #entrepreneuse
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire. #entrepreneuse
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League. #entrepreneuse
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.

Derniers commentaires

“Article très intéressant. Tout comme Nora, je me demande aussi quelle est la place de senior dans cette évolution? Surtout les seniors qui sont à la recherche d'emploi. Mais aussi pour les seniors qui occupent des...”
“L’Europe et le quantique, par @olivez En quelques jours, la Commission Européenne a annoncé le financement de 22 p…...”
“Une synthèse très utile des résultats des études sur l'impact de l'#AI sur l'emploi. Le futur n'est pas clair mais…...”
“En effet, mon upload d'hier n'a visiblement pas été jusqu'au bout. C'est corrigé !...”
“Merci Oliver pour le contenu et l'effort fourni. Je viens de découvrir votre blog après votre intervention hier sur le live TV de l’expérience18 de Microsoft. Sauf erreur de ma part le fichier pdf de "ebook pour...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.