Back from China – Shanghai Expo

Publié le 12 juillet 2010 et mis à jour le 22 juillet 2010 - 12 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Une Plan Expo Shanghai (2) small

Cette exposition était sous le signe de “Better city, better life”, ou comment mieux vivre dans la cité. Si une partie des pavillons portait bien sur ce thème, le reste était un ensemble de cartes postales de leur pays respectif. Le “better city, better life” est décliné dans les transports, les communications, et aussi dans le respect de l’environnement. On a l’impression qu’il s’agit d’un voeu pieux tant les mégalopoles chinoises concentrent ce qu’il y a de moins écolo sur la planète. Mais il faut remettre ce thème dans le contexte chinois : les villes sont l’eldorado des campagnes, encore plus que partout ailleurs dans le monde. Les paysans y viennent, de manière contingentée, pour trouver du travail et en envoyer le fruit à leur famille. Les télécommunications permettent de rester en contact avec la famille. Mais le travail reste dur et les chinois aspirent toujours à une vie meilleure.

Des dimensions… chinoises !

L’exposition universelle de Shanghai est tout bonnement gigantesque. Située des deux côtés du fleuve Huangpu, elle s’étale sur 5,3 km2 soit à peu près l’équivalent de quatre fois le parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. Même si sur place, on a plutôt l’impression que l’ordre de grandeur est supérieur, de 1 à 10.

L’Expo attire 500000 visiteurs par jour, dont moins de 5% d’étrangers. Donc, beaucoup de chinois et qui proviennent de toutes les provinces du pays. Ils sont envoyés par cars entiers, notamment des écoles et camps de vacances. C’est pour les chinois un bon moyen de voyager dans sa tête avant de voyager réellement. Ouverte début mai 2010, l’exposition a déjà attiré plus de 20 millions de visiteurs. Les organisateurs prévoient de dépasser les 70 millions de visiteurs prévus. Notons au passage que l’exposition universelle de Paris de 1900 en avait attiré 60 millions, une performance compte tenu des moyens de transport de l’époque.

Shangai Expo South Panorama (Pudong)

Les pavillons les plus fréquentés comme celui de la Chine, de l’Allemagne ou de la France attirent 50000 visiteurs par jour, soit environ un par seconde. Le pavillon d’Arabie Saoudite en reçoit quant à lui 20000 par jour, handicapé par un circuit passant par un tapis roulant très lent. La conséquence principale, ce sont des queues interminables. Elles peuvent atteindre 7 heures pour les pavillons des grands pays et l’on découvre une qualité du peuple chinois : la patience (ci-dessous, un tout petit bout de la queue menant au pavillon d’Arabie Saoudite).

Fin de la queue pour le pavillon Arabie Saoudite

Les européens que nous sommes ont été vaccinés chez Eurodisney et ne souhaitent pas être logés à la même enseigne. Ils ont au choix la possibilité de visiter les pavillons des petits pays où la queue est inexistante (comme en Corée du Nord…) ou assez courte (15 minutes à une heure), d’obtenir un badge VIP par divers moyens, ou de s’enregistrer plusieurs semaines à l’avance comme journaliste. Rien ne semble prévu pour les bloggeurs, une forme de média pas encore traitée de manière institutionnelle en Chine. Sachant pour couronner le tout que certains pays exigent une inscription plusieurs jours à l’avance pour profiter d’un coupe file VIP. Ainsi, si les badges VIP dont notre groupe disposait (et je ne trahirai pas la source pour éviter l’émeute…) permettaient de visiter sans encombre des pavillons comme celui de l’talie, du Mexique, de la Pologne, de la Corée du Sud ou d’Iran, il fallait parlementer pour entrer en VIP dans celui de Chine, d’Arabie Saoudite ou du Brésil, et l’on se faisait jeter chez les Espagnols, les Allemand, les Japonais et aussi au Luxembourg, insensibles à toutes sortes d’arguments.

Logistique et transports

L’espace de l’Expo est immense ! On y arrive via une demi-douzaine de portes en taxi ou en transports en commun (métro, bus). L’entrée dans l’Expo est tout un roman. C’est à chaque porte l’équivalent d’un grand aéroport avec contrôles de sécurité, scanner aux rayons X des sacs, interdiction d’y apporter une bouteille de liquide (mais vide, c’est OK). Puis des portiques électroniques à écran couleur pour passer son ticket. La queue menant à tout ça est gigantesque aux heures de pointe. Elle remplit des zones comme ci-dessous, vide au milieu de la journée.

Queue vide à Shanghai Expo

On trouve même des chiens détecteurs de bombes, identifiés volontairement de manière bien visible. Sachant qu’en plus, un officiel équipé d’une caméra vidéo filme toutes les personnes entrant dans l’exposition à chaque entrée, pour une exploitation visiblement à postériori en cas d’événement majeur.

Shanghai Expo Bomb Dogs (2)

Au sein de l’Expo, on peut se déplacer à pieds, mais aussi par navettes de bus électriques. Ils sont étonnamment très silencieux, contrairement à ce que l’on trouve en ville qui fonctionne toujours avec de bons vieux produits pétroliers, pousse-pousse compris. Sinon, un métro, des bus et des navettes fluviales permettent de traverser la rivière qui sépare les deux zones de l’Expo.

Il y a bien sûr de quoi boire et manger et on remarque en particulier les nombreux KFC, visiblement partenaires de l’événement. Mais aussi une gigantesque soucoupe volante au sol qui abrite de nombreux bars et restaurants en plus d’un grand complexe de salles de cinéma.

Notons que les chinois disposaient d’un “passeport” pour la visite de l’Expo. Il était destiné à être tamponné sur chacun des stands pour marquer leur visite. Un objet tout symbolique à rapporter chez soi pour le montrer à sa famille. D’où les queues sur les stands, même dans les petits pays.

Petit détail : la météo. Il faisait chaud et humide pendant notre séjour à Shanghai. Et la plupart du temps, le ciel était brumeux ou blanc laiteux. Sans compter les averses, heureusement sporadiques. Résultat : pas de soleil, sauf quelques heures l’avant dernier jour des quatre où nous sommes restés. Et cela se voit sur les photos ! Le coucher de soleil ci-dessous est donc plutôt exceptionnel à Shanghai, surtout en temps de mousson.

Rare soleil à Shanghai

Architecture

Dans l’ensemble, les pays ont fait plus d’efforts dans l’architecture de leur pavillon que dans la muséographie. C’est la norme dans ce genre d’événement destiné à un “très grand public”.

L’architecture des pavillons donne donc lieu à plein d’excentricités. On a ainsi doit à du cubisme chez les Italiens et la Corée du Sud (ci-dessous, vu de l’intérieur, avec des dimensions à couper le souffle), à une pyramide inversée chez les chinois, à un patchwork de petites maisons chez les Hollandais, à un hérisson géant chez les anglais, à une couverture végétale chez les espagnols ou les vietnamiens (mais aussi pour l’Alsace), à des pavillons couleur rouille (Luxembourg, Australie) ou à un vaisseau tout droit sorti de Starship Troopers chez les Allemands.

Pavillon Corée du Sud (5)

L’architecture relève sinon le plus souvent de l’addition d’une “peau” à un bâtiment parallélépipédique bien traditionnel. Notamment pour ceux des pavillons qui ont été construits autour de friches industrielles dont on peut encore voir les traces au niveau des fondations.

Pavillon Amérique du Sud (3)

Un effort est fait dans certains cas pour rendre les pavillons éco-responsables, voire avec un bilan énergétique positif. Le pavillon de l’Alsace, ci-dessous est ainsi équipé d’une façade dont la moitié est végétale, et l’autre, avec un circuit d’eau qui refroidit le bâtiment en s’évaporant, les pompes étant semble-t-il activées par énergie solaire (mais je n’ai pas vu les panneaux solaires…). Et le système sert aussi au chauffage pour l’hiver. Ce bâtiment devrait être reconverti en bureaux après l’Expo.

Pavillon Alsace (8)

Les pays les plus pauvres se contentent d’un modeste stand dans un grand hangar dédié à leur continent : l’Afrique du Sud, l’Amérique du Sud et les Caraïbes. Certains étaient même fermés “pour maintenance”, probablement par manque de personnel.

Pavillon Afrique (15)

L’architecture qui m’a en fait le plus surpris est celle d’un pont (ci-dessous). Traversant le fleuve qui relie les deux parties de l’exposition, c’est un géant dont les têtes de pont dont de véritables immeubles d’affaire avec ascenseur.

Road and bridge (9)

Muséographie

De son côté, la muséographie est un mélange de techniques et d’art permettant de présenter les choses dans une exposition ou un musée.

Malgré la profusion d’outils numériques divers, la muséographie d’aujourd’hui repose sur les mêmes recettes maintenant quelque peu éculées : images projetées – certes sur des surfaces maintenant non planes – écrans LCD, objets présentés et mis en scène. On trouve maintenant quelques écrans multi-touch mais cela n’a rien de très surprenant. Ce sont toujours la vue et l’ouie qui sont sollicitées, mais assez peu l’interactivité et l’apprentissage.

Les grands shows reposent sur des projections multi-écrans et un son multicanal. En gros, on a droit au mieux à une attraction du Futuroscope, et au pire, à une petite exposition statique avec posters plus ou moins bien éclairés et objets de pacotille. La différence se situe plus dans la dimension des pavillons et de leurs couloirs que dans l’intérêt ou la réelle mise en valeur de leurs contenus. C’est très décevant de ce point de vue là mais les visiteurs chinois ont l’air d’apprécier.

_MG_7636_MG_7658_MG_6359

Et au fait, qui trouve-t-on dans ces pavillons ? Le plus souvent, ce sont des chinois. Ils gèrent le filtrage, l’accueil, et même les boutiques souvenir à la sortie des pavillons. Il y a un ou plusieurs responsables de stands issus de leur pays. Les petits pays sont animés par leurs citoyens. Une exception notable : l’Allemagne avait parait-il plus d’une centaine de jeunes allemands parlant le chinois sur son stand. A l’image de son rang d’exportateur à destination de la Chine !

Quelques pavillons

Je n’ai vu qu’une trentaine de pavillons donc mes impressions ne remplaceront évidemment pas celles d’un visiteur ayant passé une ou deux semaines et ayant parcouru l’ensemble de l’exposition et ses centaines de pavillons.

J’ai passé plus de temps dans les pavillons des pays, grands comme petits, que dans les pavillons thématiques, à part celui de Cisco qui présentait une vidéo sur la vie dans le futur grâce aux technologies de télécommunication, et scénarisée pour Shanghai. Ces pavillons thématiques sont parait-il plus intéressants que ceux des pays mais je ne l’ai appris que trop tard ! Dans l’un d’entre eux, mais je ne sais pas lequel, on présente une autre vidéo de la “ville du futur”, avec des véhicules de transport individuels ressemblant à des Segway carrossés, qui naviguent automatiquement dans Shanghai et arrivent en bas des immeubles et les grimpent sur le mur – comme un laveur de carreaux – pour aboutir directement dans les appartements. On est en pleine science fiction, mélangeant allègrement des visions prospectives vues dans le Cinquième Elément, Minority Report, Blade Runner et autres Star Wars (pour Corruscant). A ceci près que l’on ne nous montre pas de moyens de transport volant ! Et heureusement, en général, qu’il ne s’agit que de visions et pas de réalité !

Il est intéressant de comparer la posture des pays : certains sont très tournés vers leur passé (l’Egypte ou le Mexique par exemple), d’autres sont résolument orientés vers le futur (la Corée du Sud). Entre les deux, on trouve un mélange de design, d’art et de technologie, le meilleur équilibre ayant été trouvé chez les italiens. Certains pays ont carrément transformé leur pavillon en boutique “de goodies”.

Alors, passons en revue quelques pays : 

  • Le design italien : le pavillon Italien était le meilleur de ceux que j’ai pu visiter. Il associait tradition, design, architecture et modernité dans un équilibre parfait. Le tout bien aéré et lumineux. L’architecture extérieure était sobre. A l’intérieur : des murs de chaises, de chaussures, des chaussures et robes géantes, des murs de pâtes, de vin, une inévitable Ferrari pour faire rêver, etc. Les différentes régions de l’Italie étaient représentées dans les couloirs serpentant le grand pavillon.

Pavillon Italie (2)Pavillon Italie (24)[4]

Pavillon Italie (6)Pavillon Italie (15)

Pavillon Italie (20)Pavillon Italie (21)

Pavillon Italie (25)Pavillon Italie (10)

  • La vie sensuelle à la française, tel était le thème de notre pavillon. Comme il se doit en Gaulle, les avis sont très partagés sur cette réalisation. L’extérieur du pavillon est assez quelconque, mais le jardin intérieur ainsi que sur le toit est plutôt réussi. Le travail de muséographie est parfois visuellement réussi, comme lorsqu’il s’agit de valoriser de la haute couture, mais assez faible pour le reste.

Pavillon France (2)Pavillon France (4)

On pouvait y voir divers chefs d’œuvres empruntés au Musée d’Orsay (Millet, Monet, Van Gogh, Gauguin, Cézanne, Bonnard, Rodin). Des images de Paris et de la France étaient projetées sur les murs, sur lesquels les chinois appréciaient de se faire photographier.

Pavillon France (7)Pavillon France (16)

Pavillon France (26)Pavillon France (27)

Pavillon France (32)Pavillon France (31)

Côté technologique, en plus d’une Citroën C6 (il me semble), il y avait des zones dédiées à Michelin, à Lafarge et ses ciments innovants (quelle idée pour la sensualité !) et aussi les robots Nao de Aldebaran Robotics. Ils étaient les plus sensuels de tout ce fatras, bougeant lentement et en phase les uns avec les autres.

Pavillon France (19)Pavillon France (25)

Pavillon France (21)Pavillon France (20)

La France était aussi représentée dans l’autre zone de l’exposition avec un stand pour l’Ile de France et un pavillon pour les Régions Alsace et Rhône Alpes. Pour l’Ile de France, c’était moyen. En guise de futur, des maquettes de la Tour Eiffel, de la Tour Triangle qui devrait être construite à la Porte de Versailles un de ces quatre, et du RER Transilien. “Better city, better life” ? Les franciliens apprécieront !

Pavillon Ile de France (9)Pavillon Ile de France (6)

Le pavillon Rhône Alpes était bien tristounet, présentant à l’intérieur un “making of” bien terne de sa propre construction. C’était compensé par la présence du restaurant école Paul Bocuse. Mais dans ces pavillons régionaux, zéro queue pour y entrer !

Pavillon Rhone Alpes (2)Pavillon Rhone Alpes (5)

Enfin, l’Alsace, déjà citée était un peu plus sympa, d’autant plus qu’ils ont accueilli notre groupe pour le déjeuner. On y trouve de vrais français(es), charmantes au demeurant, un peu de technologie (images en 3D) et de la tradition (des produits du terroir : flammekueche, poterie, etc). Reste à s’interroger sur le “mind share” que peut générer un tel pavillon isolé dans l’exposition. La France, reine de la gabegie ? Pas vraiment car de nombreux autres pays européens ou autres avaient aussi des pavillons sur leurs villes ou leur région en dehors de leur pavillon national.

Pavillon Alsace (2)Pavillon Alsace (6)

Pavillon Alsace (1)Pavillon Alsace

A noter le travail “de fou” des français qui sont sur place. Aux débuts de l’exposition, ils bossaient 12 heures par jour non stop. Puis la relève est arrivée et ils ont pu un peu souffler.

  • La technologie Allemande, très bien mise en valeur dans son pavillon (que je n’ai pas visité). Et aussi un pavillon conjoint Allemagne-Chine qui illustre une fois encore la force exportatrice de ce pays et son investissement associé.

Pavillon Allemagne (2)Pavillon Allemagne (1)

  • Le pavillon suisse et son éclairage en treillis (de nuit) alimenté par cellules photovoltaïques.

Pavillon SuissePavillon Suisse (3)

  • Le pathos de la Pologne, dont le pavillon présentait une surprenante vidéo en images de synthèse racontant l’histoire du pays. En gros, un pays qui raconte deux mille ans d’histoires sous l’angle presque uniquement militaire, avec plus d’invasions des voisins que de combats victorieux à l’extérieur. Le tout se terminant par l’effroyable seconde guerre mondiale. L’architecture du bâtiment fait d’ailleurs penser à un char Panzer de la Division Rommel en Afrique du Nord en 1941 ! La chute de quelques secondes montre alors un pays qui se modernise et des villes qui se mettent au diapason du futur.

Pavillon Pologne (2)Pavillon Pologne (6)[4]

  • L’ancrage sur le passé de l’Egypte, qui présentait surtout des reliques de son antiquité, fort bien présentées au demeurant, à part quelques images sur une ville du futur parait-il planifiée.
  • La volonté de modernisme de l’Iran, chez qui l’on trouve une démonstration de force technologique, autour notamment du pétrole, associé à la tradition. Un “laser” sous vitre accompagne le tout. Bon, ce truc a été inventé dans les années 1940 aux USA… Sourire.

Pavillon Iran (4)Pavillon Iran (11)[4]

Pavillon Iran (6)Pavillon Iran (7)

Pavillon Iran (8)Pavillon Iran (9)

  • L’élégance du Mexique, un bien beau pavillon, surtout à l’extérieur, quoiqu’un peu trop tourné vers le passé.

Pavillon Mexique (2)Pavillon Mexique (10)

  • Le football du Brésil, largement mis en évidence, à contre courant de leur performance au mondial.
  • L’Afrique … coloniale ? C’était l’impression que cela me donnait de voir tous ces pays avec leur petit stand dans un grand hall et les danses traditionnelles du Rwanda en plein air (ci-dessous). On y trouvait aussi des stands avec des boutiques dans les allées. Et le seul stand où les photos étaient interdites : la Mauritanie, où des femmes assises tatouaient les jambes de visiteurs chinoises (bon, j’en ai quand même fait…). Le morcellement géographique, tribal et politique de ce beau continent le désert de manière patente dans cet exercice de style. Seuls les plus grands pays comme l’Afrique du Sud ou les pays d’Afrique du Nord ont leur propre pavillon à part. Vous direz que j’exagère en parlant d’Afrique coloniale. En tout cas, à défaut de colonie, c’est déjà une mine et un grenier pour la Chine qui y achète ou loue sur des bails de longue durée des terres agricoles pour compenser le manque de terres cultivables dans son propre pays.

Pavillon Afrique (19)Pavillon Afrique (8)

_MG_5799_MG_5780-2

  • Les dictatures comme la Corée du Nord (ci-dessous), la Lybie ou Cuba, tristes à pleurer, à l’image de leur pouvoir politique, la Lybie s’en sortant mieux que les deux autres.

Pavillon Corée du Nord (2)Pavillon Corée du Nord (3)

Il manque à ce petit tour la Chine et la Corée que j’ai déjà évoqué au début de l’article. Les USA ? Un pavillon que je n’ai pas vu, à part l’extérieur qui est tout ce qu’il y a de plus commun. Le Japon, pas vu car le pass VIP n’y était pas accepté sans rendez-vous. L’Espagne, ratée. Idem pour la Russie. Mais la muséographie de ces différents stands n’avait parait-il rien d’extraordinaire.

Vous pouvez essayer de profiter du site de Shanghai View from the Bund Panoramic 1

Shanghai View from the Bund (18)

Yuyuan Garden at Shanghai and surroundings (14)

Shanghai World Financial Tower (11) 

Vous trouverez l’intégralité de mes photos de la Shanghai Expo sur cet album Picasa. Je publie les albums thématiques de ce voyage en Chine au fur et à mesure de leur préparation. Le premier concerne la ville de Shanghai, et le troisième les “vrais gens” croisés en Chine, ce d’autant plus que les chinois – et surtout les chinoises – se laissent très facilement prendre en photo. D’autres albums suivront !

D’ici quelques jours, dans l’épisode suivant de ce retour de Chine, je couvrirai l’écosystème de l’innovation chinois. Tout du moins, ce que j’ai pu en observer sur place !

_____________________

La série complète des articles de ce compte rendu de voyage en Chine :

Back from China – Introduction
Back from China – Shanghai Expo
Back from China – Ecosystème de l’innovation
Back from China – Internet
Back from China – Vendre en Chine

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 12 juillet 2010 et mis à jour le 22 juillet 2010 Post de | Actualités, Chine, Communication, Environnement, France, Innovation, Technologie | 31564 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 12 commentaires et tweets sur “Back from China – Shanghai Expo” :

  • [1] - Pierre a écrit le 12 juillet 2010 :

    Le dernier paragraphe me replonge bien dans le Shanghai que j’ai eu la chance de visiter. Mêmes impressions. C’était avant l’Expo donc je lis tous les autres paragraphes avec curiosité.
    Je ne présage pas des futurs articles mais le passage de Shanghai à Beijing m’avait laissé entrevoir que la Chine était plus diverse que beaucoup l’imagine même entre villes de grande taille.

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 12 juillet 2010 :

      En effet, Beijing est très différent. Plus étalé, plus calme, mais aussi très embouteillé, les deux et trois roues sont sans moteurs alors que ceux de Shanghai sont motorisés. Dans les standards européens, c’est plutôt une ville du sud alors qu’elle est géographiquement au nord.

  • [2] - Richard T a écrit le 12 juillet 2010 :

    super premier compte-rendu de cette belle mission que nous avons partagée.
    L’atmosphère de l’expo me semble bien rendue avec , en filigrane, l’idée que la visite de Shanghai justifie à elle seule la visite de l’expo.

    J’attends la suite avec impatience

  • [3] - philrod a écrit le 12 juillet 2010 :

    Merci pour ce super compte rendu… On a l’impression d’y etre.
    J’ai un doute en te lisant. Les pavillons des régions sont séparés de celui de la France?

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 12 juillet 2010 :

      Bonjour Philippe,

      Oui, et c’est le cas pour tous les pays concernés. Les régions et villes sont dans la zone au nord du fleuve tout comme les pavillons thématiques (que j’ai loupés sauf celui de Cisco), et les pays dans la zone au sud du fleuve. Avec un quart d’heure à une demi-heure selon l’affluence pour passer de l’une à l’autre de ces zones.

  • [4] - macha a écrit le 14 juillet 2010 :

    Une Chine qui nous étrangle !!! … cette fuite avant. Un article de la Voix du Nord démontre que les Chinois sont plus obsédés par eux-mêmes et ne sont pas si ouverts que cela à l’Occident. Une course folle
    http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2010/07/11/article_quand-les-chinois-s-eveilleront.shtml
    On laisse la Chine dépouiller les occidentaux de leurs emplois industriels, afin d’éviter que les Chinois ne se transforment en machine de guerre. La faiblesse du Yuan permet aux groupes de produire à bas coût en Chine pour faire en sorte que les riches rentiers soient encore plus riches… On augmente grassement les marges sur le dos des gens. Les PME soustraitantes en France sont dévastées
    http://www.francesoir.fr/economie-etranger/la-chine-va-t-elle-enfin-accepter-de-reevaluer-sa-monnaie
    http://www.liberation.fr/economie/0101642965-les-delocalisations-tu-adoreras
    N’oublions qu’il nous faudra travailler jusqu’à 67 ans pour toucher notre retraite… A ce train là, je ne vois pas comment on y parviendra. Les salariés âgés coûtent cher et ce sont les premiers que l’on vire.

    Tous ingénieurs demain, si on veut encore survivre. Ou bien financiers. L’ouvrier de base aura disparu. Les services de proximité ne pourront pas tout compenser.

    Il ne restera en France que les activités de R&D grâce à notre merveilleux crédit d’impôt recherche qui abaisse (pour la multinationale) le prix d’un ingénieur, mais qui coûte aux contribuables français (bientôt au chômage), pas moins de 5 milliards d’euros en 2009. Demain, même la R&D sera délocalisée en Chine…

    Vous nous dites que la Chine n’en est qu’au début de son développement. Quel massacre.

    Même les Etats Unis n’en peuvent plus. Lire cette dépêche de l’AFP :
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ggoVYX3CneyCxm2AK88n035rvhRA

  • [5] - béatrice a écrit le 14 juillet 2010 :

    Certaines grandes marques qui aiment les pommes, ont de drôles de pratiques… Mais les marges grimpent grâce au soleil levant et le consommateur européen s’enferme avec ses écouteurs au boulot comme dans le métro… Au pays des pigeons, les poulets sont rois. J’espère que mon commentaire ne sera pas censuré… est il suffisamment explicite ? D’autant qu’en ces temps d’expo universelle à shan shan, les vitrines sont belles mais les coulisses un peu moins…

    http://www.01net.com/editorial/518727/l-iphone-4-a-16-go-ne-couterait-que-187-dollars-en-composants/

    http://www.combourse.com/Societe/Suicides_en_chaine_chez_le_fabricant_chinois_de_l_iPad_APPLE__US0378331005__682341.html

  • [6] - gypais a écrit le 17 juillet 2010 :

    bonjour si j’essaye de voir le pdf de cet article j’obtiens :

    Fatal error: Out of memory (allocated 30408704) (tried to allocate 3238036 bytes) in /homepages/31/d167922195/htdocs/wordpress/wp-content/plugins/wp-mpdf/mpdf/mpdf.php on line 23888

    Il y a une limitation ds la conf de php ds wordpress …

    • [6.1] - Olivier Ezratty a répondu le 18 juillet 2010 :

      Cela provient du trop grand nombre d’images dans l’article et c’est une limitation du plug-in pour WordPress de génération du PDF.

      J’ai essayé de supprimer des images pour générer le PDF. Cela fonctionne, mais quand je remets en ligne la version complète de l’article, cela regénère l’erreur car il y a un time stamp sur la date de l’article forcant une regénération du PDF si l’article a été modifié.

      Bref, pas de solution pour cette fois-ci…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.