La guéguerre des OS légers

Publié le 26 juillet 2009 et mis à jour le 29 juillet 2009 - 10 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article

Au début du mois de juillet 2009, Google faisait l’événement en annonçant son “Chrome OS” Windows 7 Netbook Screenshot

Le marché est certes dominé par Windows XP, mais les candidats à la succession ne manquent pas !

La plupart sont des dérivés de Linux et en particulier d’Ubuntu. Comme l’habillage d’Ubuntu ne requiert pas d’efforts délirants de R&D, la création d’OS légers est facile d’accès. Ces initiatives apportent peu de valeur et fragmentent le marché ce qui au final ne fait qu’avantager l’acteur qui lui n’est pas (trop) fragmenté : Microsoft. Les deux acteurs qui pourraient peser dans la balance sont Google et Intel. Mais les systèmes d’exploitation ne sont pas leur coeur de métier.

  • Linux fonctionne très bien sur les netbooks, et notamment le plus diffusé d’entre eux, Ubuntu, que les consommateurs peuvent installer à côté du XP livré sur leur machine, ou à sa place. Il est encore rarement préinstallé par les constructeurs. Il en existe une version “Ubuntu Netbook Remix

    • Chrome OS est un Linux (lequel ? mystère) complété du navigateur Chrome, le tout totalement en open source. Sa souche Linux n’a rien à voir avec celle d’Android. Elle supporte les architectures Intel et ARM. Les bénéfices avancés sont voisins de l’argumentaire de Linux : rapide à lancer, on est sur le web en quelques secondes, etc. Mais on n’en sait en fait pas beaucoup plus pour l’instant, notamment en matière d’interface utilisateur, ce qui fait encore la différence entre les systèmes d’exploitation ! Google Gears pourrait y jouer un rôle important, permettant un usage en mode déconnecté de nombreuses applications web gérant vos données personnelles. Chrome OS devrait s’appeller Google OS tant sa valeur proviendra certainement de l’intégration des différents services web de Google (Docs, Calendar, Search, Earth, Maps, Picasa, YouTube, etc). Mais certains Jolicloud Screenshot Home

      Jolicloud Social Status

      • gOS Screenshot

        • Moblin Screenshot

          • MacOS : pour l’instant, le netbook d’Apple s’appelle Macbook Air ! Il pèse le même poids qu’un Asus EEE de la série 1000, mais c’est un laptop complet de 13 pouces. Gros inconvénient : il est à 1400€. Par contre, on peut installer MacOS sur un netbooks type EEE 1000, mais c’est une procédure très alambiquée qui n’est de surcroit ni supportée ni autorisée par Apple. Sans compter le fait que les netbooks ainsi configurés sont assez lents. Il est vrai que MacOS n’est pas considéré comme un “OS léger”. On ne peut pas tout avoir !
          • Il y a enfin des OS en mode client léger utilisables au travers d’un navigateur (chez Ulteo, GlideOS et iCloud). Cela complique un peu les choses car pour le lancer, il faut déjà un OS et son navigateur. Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliqué…

          J’ai aussi pu croiser quelques startups françaises que se lancent également dans ce créneau, le plus souvent en ajoutant un lanceur d’application au dessus d’un Linux dépouillé équipé de Firefox. Seul problème : une fois que l’on a lancé son application, on se retrouve dans un environnement traditionnel qui n’est ni fait pour les petits écrans ni pour les interfaces tactiles. D’autres proposent une plateforme de revamping d’applications web pour les adapter aux tablettes, notamment tactiles. Avec le défi d’imposer leur standard au marché mondial du web, ce qui demande des moyens pas faciles d’accès.

          Stocker toutes ses données dans le “cloud” ?

          C’est une projection couramment associée à l’émergence des OS légers pour netbooks. D’ici quelques temps, tous les utilisateurs vont stocker l’ensemble de leurs données dans des services Internet (stockage de photos, de documents, etc). Ainsi, ils pourront facilement les retrouver où qu’ils soient et sur n’importe quelle machine.

          On y vient petit à petit en pièces détachées, sachant que dans la plupart des cas, on envoie dans le “cloud” les données que l’on souhaite partager, mais pas encore les autres. Dans le meilleurs des cas, on envoie des réplications de données locales, mais rares sont les utilisateurs dont les données sont exclusivement situées dans le “cloud”, même les plus hardis.

          Plein de questions se posent : en qui faire confiance pour ce stockage ? Doit-on stocker toutes ses données au même endroit, ou utiliser des sites spécialisés pour chaque type de données (musique, photos, documents, tableaux, etc) ? Est-ce que l’on peut vraiment se passer d’un stockage local ne serait-ce que pour capter les contenus multimédias que l’on génère soi-même, notamment en photo et vidéo ? Est-il sain d’utiliser la bande passante du web ou de la 3G pour envoyer des centaines de Mo de données avant même de les trier ?

          Tout ça pour dire… que l’on est loin de voire se généraliser le stockage sur le cloud. Au mieux utilisera-t-on le cloud pour le stockage de certaines données. Et on aura encore longtemps besoin de systèmes d’exploitation capable de gérer ses données en local. Ce d’autant plus que la capacité de stockage locale et la bande passante des entrées-sorties de son PC seront pendant longtemps supérieures aux capacités des télécommunications.

          La diffusion des OS légers 

          La plupart des concurrents de Windows dans ce marché sont des OS gratuits. Cela pose deux questions : quel est leur modèle économique ? Et est-ce que leur fragmentation ne va pas générer le même phénomène que la bataille Windows vs Linux qui n’évolue pas bien vite malgré les grands progrès de Linux ?

          Les modèles de diffusion des OS légers sont en général de trois nature et aucun n’est facile à déclencher pour une startup :

          • Bundle OEM avec des constructeurs de netbooks. Ces constructeurs sont torturés entre le besoin de se différentier et de suivre le ou les standards du marché. La fragmentation du marché des OS et le retour en force de Windows va en refroidir quelques uns. Pour que Linux perce, il faudrait qu’une distribution s’impose et sur l’ensemble de la gamme d’un grand constructeur. Alors Ubuntu (pour les netbooks “full featured”) ou Chrome OS (pour les “netbooks web OS”) ? Comment amorcer la pompe ? La puissance de Google auprès des consommateurs ne les aide pas tant que cela à diffuser leur OS car les constructeurs sont plus suiveurs qu’avant-gardistes ! Mais l’attractivité d’un OS gratuit supporté par un grand nom pourrait aider.
          • Association avec les opérateurs télécoms en liaison avec des constructeurs de netbooks en marque blanche. Les opérateurs veulent vendre des clés et abonnements 3G. SFR avait lancé le premier une offre Asus EEE 701 + clé 3G début 2008 et a été suivi depuis par les autres opérateurs. Ils ont cependant accumulé des stocks de netbooks invendus (surtout le 701 qui est dépassé) car les modèles se périment très vite. C’est aussi le Tabbee d’Orange Valley. Les opérateurs rêvent de recréer leur propre écosystème de solutions matérielles et logicielles. Ce qui conduit à la fragmentation du marché et à empêcher la création d’un véritable standard.
          • L’association de l’OS et d’un matériel sous une marque unique, comme la tablette de TechCrunch. Business difficile car il faut maitriser les canaux de la distribution de détail et consentir de gros investissements marketing pour créer l’image de marque de la solution.

          Ah et puis, il y a ce petit détail du support utilisateur ! Ce dernier peut-il se contenter des nombreux sites communautaires autour de Linux ? Pas si sûr… Qui voudra en assurer la charge et le coût associé ? Les constructeurs ? Bof. Les retailers qui les distribuent ? Pourquoi pas, mais comment supporter une demi-douzaine de systèmes différents ? Les opérateurs télécoms ? Pourquoi pas.

          Ces OS alternatifs étant souvent gratuits, leur modèle de revenu ne peut qu’être indirect, voire associé à du service vis à vis des intermédiaires qui viennent d’être cités. Ce revenu pourrait être essentiellement publicitaire, mais il reste à inventer un modèle publicitaire digne de ce nom associé à un système d’exploitation, et qui ne fasse pas fuir les consommateurs. Seul Google peut véritablement s’offrir ce luxe, du fait de sa position dans les moteurs de recherche et autres systèmes à base de cartographie.

          En guise de conclusion

          Le marché des OS légers semble en apparence prometteur. Mais pour l’instant, les offres actuelles font beaucoup de neuf avec du vieux. Elles n’apportent pas encore d’innovations marquantes pour adapter les OS aux netbooks. De plus, les usages variés demandent une segmentation un peu plus fine. Le marché actuellement très fragmenté profite à l’acteur dominant établi (Microsoft). De plus, les modèles économiques de ces nouveaux OS ne se sont pas encore trouvés, à défaut d’être véritablement cherchés.

          Google pourrait rafler la mise mais s’attaquer à la vache à lait d’un acteur dominant établi est rarement payant sans innovation suffisamment radicale et lorsque l’on s’éloigne de son coeur de métier. Distribuer du logiciel en OEM est une aventure difficile pour Google, mais il peut s’en payer le risque associé vue sa rentabilité. C’est exactement le même problème que la quête de parts de marché dans le Search pour Microsoft ! Arrivé trop tard, et malgré l’engloutissement de milliards de dollars en R&D, l’éditeur n’arrive pas à changer à la donne face à Google.

          Bref, à ce stade, qu’on aime ou pas, le statu quo actuel devrait durer encore quelque temps.

          RRR

           
          S
          S
          S
          S
          S
          S
          S
          img
          img
          img

          Publié le 26 juillet 2009 et mis à jour le 29 juillet 2009 Post de | Google, Innovation, Internet, Logiciels, Loisirs numériques, Microsoft, Photo numérique, Startups, TV et vidéo | 14731 lectures

          PDF Afficher une version imprimable de cet article          

          Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :

Les 10 commentaires et tweets sur “La guéguerre des OS légers” :

  • [1] - Filmail a écrit le 27 juillet 2009 :

    Question a Olivier.
    J’ai lu que les constructeurs avaient abandonné Linux sur les netbooks pour au moins 2 raisons :
    1/ le fait que Linux soit encore très peu optimisé pénalise lourdement l’autonomie desdit netbooks
    2/ le manque d’appli compatible. Qui serait aussi un des points majeurs de tout OS qui viendrait concurrencer Windows…a moins d’ajouter un emulateur mais ou dans ce cas réside l’avantage ? (a part un vision purement idéologique anti windows)

    confirmes tu ?

    merci

  • [2] - leafar a écrit le 27 juillet 2009 :

    cela fait toujours de l’innovation et un nouveau segment ou livrer bataille pour les startups. Peut etre y aura t -il un opera de l’os notebook.

    A voir dans 2 à 3 ans je pense. Tres bon article.

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 27 juillet 2009 :

    @Filmail : on peut aussi expliquer ce relatif échec de Linux par deux autres facteurs :
    – L’inertie des consommateurs qui, habitués à Windows, préfèrent des netbooks avec un OS qu’ils connaissent.
    – La disponibilité de XP à un prix OEM compatible avec celui des netbooks (moins de 10% du prix public des machines). Ceci couplé à des incentives marketing de l’éditeur.

    Ton point sur le manque d’applications me semble par contre moins d’actualité : toutes les principales applications nécessaires sont disponibles sous Linux et de plus, on peut exécuter les principales applications Windows en émulation (sous Wine) ou dans une machines virtuelle (sous VirtualBox), même si ces manipulations ne sont pas forcément très grand public.

    Côté optimisation, idem. Linux fonctionne très bien sur les netbooks. J’ai eu l’occasion de comparer Windows 7 et Ubuntu sur netbooks, et le temps de chargement et les performances sont identiques avec un léger mieux pour Ubuntu. Un seul bémol : la gestion de la batterie semble un peu meilleure sous 7.

    @Leafar : oui, opportunité d’innover, certes. Mais ce que j’en vois pour l’instant n’est pas bien folichon ni radical. Les surcouches ont rarement généré de bons business dans les OS. La seule qui ai bien tourné (business wise) est Windows qui à l’origine s’installait sur MS-DOS. Mais des surcouches graphiques d’OS graphiques ?

  • [4] - antoine a écrit le 27 juillet 2009 :

    Le netbook d’apple ca serait pas plutôt l’iPhone? L’OS de l’iphone est bien plus léger que OS X. Il est de plus adapté au tactile et est compatible avec un nombre impressionnant d’applications disponible en deux clics sur l’AppStore.
    Sans compter le nombre de rumeur sur la sortie d’une tablette internet par Apple dans les prochains mois…
    Techcrunch a du souçis à se faire.
    Sinon que faut-il penser du choix de Google de court-circuiter l’appstore pour la release de Latitude sur iphone
    http://www.intomobile.com/2009/07/23/google-latitude-on-iphone-and-why-google-is-bypassing-appstore.html
    L’avenir est-il promis aux web application ou aux portails régulés (censurés?) et conviviaux comme l’appstore ?

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 27 juillet 2009 :

    Un netbook, c’est plutôt un écran de taille respectable (>7 pouces), un clavier, un système d’exploitation généraliste, et un prix inférieur à 400€.

    La tablette d’Apple, si elle sort, pourrait effectivement créer un effet d’entrainement sérieux sur ce format de bécanne.

    Pour Google vs Apple, l’enjeu est bien de favoriser le développement d’applications tactiles en mode web. Une fois que les standards s’imposeront, les plate-formes propriétaires n’auront plus de raison d’être.

  • [6] - Patrice a écrit le 27 juillet 2009 :

    J’aime bien le “Ceci couplé à des incentives marketing de l’éditeur”…

    Derrière l’euphémisme, il faut comprendre qu’une pression énorme a été déployée sur les constructeurs et revendeurs pour mettre en avant les netbook sous XP et cacher ceux sous Linux, qui restaient pourtant quelques dizaines d’Euros moins chers.

    J’ai acheté récemment un Aspire One à 200 €TTC sous Linux, et non seulement l’offre était planquée dans un recoin du site, mais encore, une fois parvenu sur le produit, un gros encart me disait “pour le même prix vous pouvez avoir le modèle … sous XP”. En fait c’était le même prix, mais moitié moins de mémoire SSD… On connait ce genre d’accord, Microsoft échange une participation à l’effort publicitaire contre telles et telles conditions, incluant la mise au rencart du produit sous Linux. C’est les “incentives marketing”.

    Il est assez symptomatique de voir comment sont traités les PC sous Linux sur le site de DELL. Pourtant on pourrait penser que pour DELL, vendre un PC sous Windows, ou le vendre sous Linux, c’est toujours un PC de vendu. On s’attendrait à trouver donc, dans la page de configuration une option Windows versus Linux. Mais non… un accord particulier a du obliger DELL à planquer les PC Linux dans un recoin introuvable du site, un recoin auquel on ne peut pratiquement parvenir qu’en tapant “Linux” dans la boite de recherche, et où l’on ne trouvera que quelques 2 ou 3 modèles très spécifiques.

    Quand on voit ça, on perçoit que la question des netbook sous Windows ou sous Linux ne peut pas s’analyser seulement au plan technique, ou d’ergonomie, ou de disponibilité d’applications, ou de prix. Les facteurs décisifs sont ailleurs, malheureusement.

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 27 juillet 2009 :

    Oui, mais il ne faut pas en rajouter ! Si pression il y a, elle s’appuie sur l’inertie du marché qui joue en faveur de l’éditeur et sur l’écosystème qu’il a bâtit en plus de 25 ans. Sans cette inertie et cet écosystème, ses pressions ne serviraient à rien. Il n’y a qu’à voir ses difficultés dans les marchés où il est challenger : le search, le mobile, la télévision numérique (IPTV), les business solutions (ERP pour PME). Là aussi, il y a des dollars marketing, des références achetées, mais le marché ne suivant pas, et bien cela ne prend pas.

    D’autant plus que Microsoft doit être assez prudent sur le sujet, ayant eu déjà quelques déboires juridiques pour abus de position dominante. Qui lui ont coûté plus de 10 milliards de dollars, soit bien plus que des années de vente de Windows sur netbooks…

    Le coût du prix d’un bout de SSD remplacé par Windows est de bonne guerre. Cela brouille un peu les cartes mais permet au consommateur de choisir : plus de mémoire et Linux, ou moins de mémoire et Windows.

    Si les constructeurs mettent moins en valeur Linux, c’est aussi parce que l’OS leur pose quelques problèmes. Fragmentation du marché, support utilisateur moins évident quoique les fans de Linux en disent, etc. Un constructeur comme un retailer n’a pas tendance à mettre plus en avant ce qui ne se vend pas beaucoup, surtout si cela ne change pas grand chose sur ses marges et sa structure de coût. Ils font donc au plus simple.

    Il n’en reste pas moins vrai que le marché étant un peu plus éduqué, un choix plus explicite et systématique de l’OS au moment de l’achat de la bécanne ferait du bien à la concurrence. On pourrait d’ailleurs alors souhaiter qu’il s’applique aussi aux Macintosh et dans les deux sens (Mac sans MacOS et PC avec MacOS), mais cela relève encore du fantasme n’est-il pas ?

  • [8] - sandrine a écrit le 29 juillet 2009 :

    Très bel article , merci 🙂
    Moblin semble en effet très, très bien, simple, une vraie vision il me semble.Et puis Intel derrière c’est largement plus sérieux.

  • [9] - Pierre a écrit le 31 juillet 2009 :

    Selon moi le temps de démarrage est vraiment une caractéristique critique.
    Mais le progrès peut venir autant des OS que du matériel (Disque dur de type SSD ou autre techno).

  • [10] - Olivier Ezratty a écrit le 31 juillet 2009 :

    Voici les temps de lancement sur un netbook actuel sous Windows 7 (Atom 1,6 Ghz, 1 Go de RAM, disque dur) :
    – Boot jusqu’au bureau : environ 53 s
    – Sortie du mode veille prolongée (hibernation) : une quinzaine de secondes
    – Sortie du mode veille : moins de 3 secondes

    Ca devient acceptable, surtout pour ce dernier que l’on peut utiliser couramment maintenant que les batteries donnent une bonne autonomie à ces netbooks !




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Universités d'Eté du MEDEF Aug2018
2018
37 photos
albth
L'Echappée Volée Jul2018
2018
297 photos
albth
Nouveaux portraits
Expo
511 photos
albth
Lancement Fondation Femmes Numériques Jun2018
2018
112 photos
albth
USI Jun2018
2018
195 photos
albth
Web2day Nantes Jun2018
2018
327 photos
albth
CEA Saclay Daniel Estève Jun2018
2018
23 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, octobre 2017 (362 pages)

CouvertureAvanceesIA

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 650 femmes du numérique (en juillet 2017) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Elise de Préville
Elise est consultante en Data Privacy et Cyber sécurité chez KPMG.
flow
Aroussia Maadi (Orange)
Aroussia est team Manager chez Orange, en charge d'une équipe de spécialistes en bases de données à la DSI d''Orange. Elle accompagne les applications du SI dans la construction d'architectures de bases de données et assure le maintien en conditions opérationnelles des plateformes. Elle est aussi investie dans la société civile, pour l'empowerment des femmes, en particulier en Afrique.
flow
Amina Maïza
Amina est ingénieure études et développement en Java/JEE chez Vizeo Technologies.
flow
Maud Franca (CDC)
Maud est Directrice Adjointe du Programme des Investissements d’Avenir en charge de l’économie numérique, Banque des Territoires, Groupe Caisse des dépôts (CDC). Membre de la cellule nationale French Tech, mentor et aux boards de startups.
flow
Chloé-Agathe Azencott
Chloé-Agathe est chargée de recherche au Centre de Bioinformatique de MINES ParisTech et de l'Institut Curie. Cofondatrice de la branche parisienne du meetup Women in Machine Learning and Data Science.
flow
Béatrice Moulin et Clara Deletraz (Switch Collective)
Béatrice et Clara sont cofondatrices de la startup Switch Collective.
flow
Laurence Devillers
Laurence est chercheur et Professeur en Intelligence Artificielle à Sorbonne Université/LIMSI-CNRS, équipe de recherche "Dimensions affectives et sociales dans les interactions parlées". Membre du comité de réflexion sur l’éthique du numérique (CERNA) d’Allistène, Auteure de « Des Robots et des Hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon 2017.
flow
Sophie Viger
Sophie est Directrice de la Web@cadémie, de la Coding Academy by Epitech et directrice pédagogique du Samsung Campus.
flow
Laura Jacquemod
Laura est consultante digitale au sein de Nexworld, accompagnant notamment ses clients dans l'intégration d'Intelligence Artificielle, comme dans un chatbot.
flow
Anais Barut (Damae Medical)
Anaïs est co-fondatrice et présidente de DAMAE Medical, elle est en charge de la stratégie globale de la société ainsi que des problématiques marketing et financières. La startup développe un dispositif médical permettant au dermatologue au sein même de son cabinet d’acquérir des images d’anomalies de la peau, en profondeur, de manière non invasive. #entrepreneuse
flow
Virginie Mathivet
Virginie est ingénieure en innovation spécialisée en Intelligence Artificielle (IA) et objets connectés (IoT), chargée de Recherche et Développement dans l’équipe innovation de TeamWork (InTW’IT), société de services du numérique.
flow
Catherine Bocquet
Catherine est fondatrice et dirigeante de SFI, une ESN de 25 personnes. Aussi co-présidente de Digital League, Cluster des entreprises du numérique en Auvergne Rhône-Alpes. Membre de l’association Femmes & Business et du Pôle Femmes à la CPME Loire. #entrepreneuse
flow
Nicole Sgro
Nicole est co-fondatrice et présidente de la société Fingerprint Technologies, opérateur télécom et intégrateur de services numériques hébergés, membre du cluster numérique Digital League. #entrepreneuse
flow
Frédérique Segond
Frédérique est Directrice de l'Innovation et des Partenariats pour l'Université Grenoble Alpes, Professeur Associée à l'Institut National des Langues et des Cultures Orientales, à Paris, où elle enseigne la représentation des connaissances. Co fondatrice et Présidente de l'Association ScientiMix pour promouvoir la mixité dans les Sciences et les technologies.
flow
Sonia Mokhtar
Sonia est chercheuse au CNRS en informatique au Laboratoire d'Informatique en Image et Systèmes d'Information (LIRIS). Responsable de l'équipe de recherche DRIM: Distribution, Recherche d'Information et Mobilité. Spécialiste des systèmes distribués et de la protection des données personnelles.
flow
Nathalie Mancuso
Nathalie est Directrice Générale du site de e-commerce Wanimo.com, une animalerie en ligne 100% française.

Derniers commentaires

“En effet ! Mais avec les Qubits on est aussi bien servis... :) ! On n'est donc plus à cela près...”
“Bonjour, gros et beau travail comme toujours ! sinon pour AgilePQ il devrait changer de nom pour le développement en France...”
“Comprendre l’informatique quantique – cryptographie (là, c'est vraiment dodu)...”
“Super complet : "Comprendre l’informatique quantique – cryptographie" de @olivez sur ...”
“Bonjour a tous, Je viens de tomber sur un article bien fait sur l'histoire du photobooth et les photomatons. Pour ceux que ca intéresse...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.