Rapport Attali et Innovation

Publié le 31 janvier 2008 et mis à jour le 17 février 2008 - 9 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

A mon tour de me pencher sur le Rapport Attali (plus précisément: 1201188153080-1-0

Le rapport et son signataire ont aussi des travers. Ils semblent ne traiter que trop indirectement les facteurs de croissance industrielle que nous devrions couvrir en priorité. Ils donnent l’impression de s’attacher trop aux “couches basses” de la croissance: infrastructures, éducation et recherche, fiscalité, santé, mais sans s’occuper suffisamment des “couches hautes” : ce qui va véritablement améliorer la compétitivité économique du pays et lui permettre d’innover et d’en tirer un profit direct. Passons aussi sur l’ire des députés UMP et autres professions protégées, liée à quelques maladresses de communication. Le ton agressif et défensif d’Attali dans ses prises de position la semaine dernière marque une certaine défiance sur la capacité du pays de se réformer et vis à vis de l’establishment. Il n’a rien à perdre donc se moque un peu des convenances. Tactiquement, ce n’est pas forcément optimal.

Il y a donc du bon et du moins bon dans ces 316 mesures. Commençons par le meilleur…

Quelques bonnes pistes du rapport

Le catalogue de réformes à appliquer rapidement est conséquent même si les modalités méritent plus ample réflexion. Prenons celles qui auraient un impact potentiel sur notre capacité à innover et à exporter :

  • Le rappel de quelques fondamentaux dans l’éducation, notamment le besoin de former les enfants le plus rapidement possible à l’anglais et à l’informatique. On aurait pu rajouter “à la présentation”, dont on sait qu’elle est un des points forts de l’éducation aux USA, qui donne confiance et plus tard, créé cette aptitude en communication et dans la vente, y compris chez les personnes qui occupent des métiers techniques.
  • La poursuite des réformes des universités et de la recherche: autonomie, augmentation des financements privés, plus de financements publics de la recherche sur projets (combattu par les chercheurs), mais qui devrait s’appliquer à la recherche appliquée et pas forcément à la recherche fondamentale. Notons que Jacques Attali avait été à l’origine d’un rapport sur l’enseignement supérieur en 1998 dont de nombreuses conclusions ont été suivies d’effet dans la durée. Certaines qui ne l’ont pas été se retrouvent réinjectées dans ce rapport 2008 (réforme des corps de l’Etat, appel au privé pour le financement). Il manque quelques éléments dont nous devrions nous inspirer et qui proviennent entre autres des USA: les étudiants y sont davantage pluridisciplinaires – un peu comme dans les grandes écoles françaises. Un étudiant dans un filière scientifique devra par exemple étudier une branche des sciences molles (humaines, droit, finance, marketing). Ce qui à la fois ouvre des perspectives “business” et fait cotoyer les étudiants scientifiques avec d’autres qui le sont moins. Cette fusion, au sein des universités, contribue à créer des profils plus entrepreneuriaux.
  • La proposition de créer dix pôles universitaires et de recherche de taille mondiale. Le principe, que je soutiens depuis quelques temps, est bon et même indispensable. C’est la mise en pratique qui pêche. Déjà, dix pôles, c’est beaucoup trop. Il faudrait commencer par un maximulm de deux ou trois et concentrer les investissements. Comme l’Europe avec son “MIT distribué”, le rapport préconise des demi-mesures avec synergies, rapprochements et collaborations, et autres notions de campus virtuels. Danger ! Il ne suggère pas de rapprochements dans ces campus entre les filières sientifiques et les autres, comme les écoles de commerce. Il propose aussi de quadrupler la taille des promotions de l’Ecole Polytechnique alors que ce n’est pas forcément là qu’il faudrait faire porter l’effort: les X coûtent cher, et en augmentant leur nombre, on créerait un appel d’air dans les autres écoles militaires (Saint Cyr) qui réclameraient aussi leur augmentation d’effectifs, et rien ne prouve qu’augmenter le nombre d’X améliorera la croissance. Mais il est vrai qu’Attali en est sorti major et qu’il y a enseigné, donc ceci explique peut-être cela ! Il vaudrait mieux doubler le nombre d’ingénieurs INSA, SupTelecom, Centrale, INPG et autres. Autre point, le recours à des appels d’offres, mais sans précision d’une ambition plus large qui serait de constituer non seulement des pôles universitaire et de recherche, mais également, adossés, des pépinières d’entreprises et tout un écosystème de services associés. Bref, OK bien entendu pour des pôles universitaires et de recherche, mais avec une vision globale et un véritable regroupement physique avec de gros investissements.
  • De nombreux plans d’équipement en numérique, le haut débit pour tous (reprenant un crédo de notre ami Jean-Michel Billaut dont la voix a bien porté !), la télévision et la radio numériques, les mobiles, la signature électronique, l’administration électronique, etc. Mais attention à ne pas faire de ces démarches de simples plans d’équipement mobilisant les entreprises locales, en faisant fi d’une logique industrielle qui devrait être surtout tournée vers les exportations. Combien de plans d’équipement dans le passé ont eu cet effet pervers (comme les TO7 de Thomson) !
  • Des mesures pour fluidifier l’activité économique des PME et leur croissance: réduction des délais de paiement, représentation unique des salariés dans les PME de moins de 250 personnes regroupant CE, CHSCT, délégués syndicaux et délégués du personnel. Beaucoup de bon sens. Il propose de créer une agence de conseil aux TPE/PME, sorte de guichet unique, mais sans indiquer lesquelles supprimer ou regrouper. Le rapport suggère également d’élargir le financement des PME pour l’amorçage avec diverses mesures fiscales. Il propose enfin de fusionner les parts salariales et patronales des charges sociales. C’est bien vu car la distinction n’avait pas beaucoup de sens, autre que celui de complexifier la feuille de paye. Mais la décomplexifier aura un coût que les entreprises devront absorber. Les mesures génériques sur les PME sont donc dans l’ensemble bien vues.
  • La proposition de créer des fonds de pension, injectant des capitaux dans l’innovation et le risque. C’est un des facteurs clés de succès de la Silicon Valley (voir ici et ). L’innovation a besoin d’argent qui circule !
  • De bonnes pistes sur le tourisme qui est un énorme gisement de croissance puisque nous sommes les premiers au monde ! On propose même d’installer le haut débit dans les hôtels pour “la clientèle étrangère” (et les français sont des neuneus qui n’en ont pas besoin ?). Par contre, rien n’est dit sur la manière de rendre nos concitoyens plus accueillants, aimables et serviables, histoire d’améliorer notre détestable réputation. C’est un peu tabou.
  • Quelques pointes de réforme des corporatismes, notamment celui des grands corps de l’état. Mais c’est imprécis et le mal n’est pas véritablement diagnostiqué. Comme de surcroît, ce rapport a obtenu la bénédiction des hauts-fonctionnaires du Minefi, on est en droit de douter de la réelle volonté de réformer ! Surtout dans la mesure où ce Ministère en contrôle quelques uns (Télécoms, Mines, Ponts).
  • La relance de l’immigration “choisie” dans des domaines ciblés. Notamment pour attirer les meilleurs étudiants du monde avec une scolarité payante de bon niveau. Plus de 50% des créateurs de startups de la Silicon Valley sont d’origine étrangère (le rapport évoque 60% de chinois et d’indiens, ce qui doit être surévalué). Le melting-pot a du bon pour la croissance aux USA. Ne pas oublier que nous sommes dans une course aux talents à l’échelle planétaire.
  • La volonté de simplification du mille-feuille administratif dans les régions. Elle est bien analysée dans le rapport : il faut regrouper les communes, bien trop nombreuses, la conséquence devenant un appauvrissement mécanique du rôle des départements, voués à disparaître. Evidemment, supprimer les départements ne veut pas dire supprimer les missions qu’ils assument mais les transférer à d’autres niveaux. Il est dommage que le rapport ne s’appuie pas sur des données chiffrées sur le nombre de fonctionnaires à chaque niveau administratif et des économies potentielles à réaliser. De toutes manières, quoi qu’il arrive, les élus locaux hurleront. Malgré, tout, lorsqu’on lit cette partie du rapport, le raisonnement et le plan se tiennent plutôt bien.
  • Enfin, la fin du rapport comprend un semblant de processus avec un calendrier et un plan de travail. On évite un peu les travers des audits de grandes boites de conseil qui ne fournissent presque jamais le mode d’emploi de leurs propositions et cherchent par là générer du récurrent. Ici, le récurrent, ce sont certes les rapports à répétition, mais surtout, la difficulté d’agir dans la durée. Mais la démarche de ce rapport est née de l’illusion de la toute puissance de Nicolas Sarkozy pour impulser le changement et la rupture dans le pays. Il relève d’une approche gaullienne qui serait très “top bottom”. Il n’est pas évident qu’il soit possible de la mettre en oeuvre de la sorte. Surtout dans la mesure où le “politique” manque sérieusement de vision sur l’économie et les industries.

Les aspects déçevants

A force de s’occuper des “couches basses” comme indiqué en introduction, le rapport est presque hors sujet – ou au moins très incomplet – à force de trop vouloir réformer la France dans son ensemble (distribution, professions réglementées, santé). A l’origine destiné à “libérer la croissance”, il se noie dans un tas de considérations et de réformes, certes souhaitables, mais limitées dans leur impact structurel sur la croissance. Il donne l’impression d’être trop tourné vers l’intérieur du pays et ne met pas suffisamment en lumière les éléments qui permettraient à la France d’être plus compétitive et d’exporter plus (cf ce coup de gueule de Jean Peyrelevade). Le mot “exportation” n’apparait que cinq fois dans le document !

Cela commence avec une vision industrielle disséminée dans le rapport. On parle bien de l’économie du numérique, du tourisme, de greentech et de nanotechnologies. Mais quels sont les rationnels ? Pourquoi sommes-nous bons dans certains domaines et pas dans d’autres ? Faut-il investir pour s’améliorer là où nous sommes déjà bons (tourisme) où la où la France faillit depuis plusieurs décennies (le numérique) ? En marketing, on assimilerait cela à un problème de positionnement.

On retrouve aussi un biais français classique: la croyance dans la science et la recherche pour réussir. On la retrouve dans cette obsession quelque peu simpliste sur “l’effort de recherche”. Pourtant, entre la recherche, l’innovation et la réussite économique, il y a des produits, de la vente, du marketing, du volume et de l’internationalisation ! Pas juste de la “valorisation” comme on peut le lire dans le rapport. C’est la combinaison de l’excellence scientifique et technique avec des talents dans la vente et le marketing qui font le succès des pays et des entreprises compétitifs. On peut lire que les chercheurs pourraient être formés à la “gestion” (Décision 31). Ce n’est pas suffisant!

Alors que Jacques Attali l’avait évoqué lors du lancement de sa commission, les aspects “culturels et valeurs” sont un peu oubliés. Comment créer une culture qui accepte le risque, et pas seulement au niveau du principe de précaution ? Comment décomplexer l’opinion par rapport à la réussite économique ? Comment valoriser ces réussites ? Quel est le rôle des médias même si on n’a pas à leur dire ce qu’il faut qu’ils fassent ? Il y a une pathologie spécifiquement française dans le regard de l’économie qu’aucun rapport n’a cherché à traiter. Il relève de l’inconscient collectif, de l’histoire politique et religieuse du pays.

On trouve quelques autres biais pas forcément heureux :

  • La croyance dans la force du secteur public pour régenter et organiser l’économie. Avec la création de nombreuses agences (comme pour la veille et l’orientation industrielle) au lieu de regrouper et de défragmenter l’existant. Et l’incantation ne fait pas la réforme ! Combien de fois une action commence-t-elle par un vague “promouvoir”, “favoriser”, “encourager”, “renforcer” (36 fois) ou “inciter” dans le rapport ! Le rapport préconise bien de réduire très progressivement le nombre de fonctionnaires, de créer des “agences” pour responsabiliser les activités du service public, des mesures techniques diverses pour améliorer l’efficacité de l’Etat, et de poursuivre l’effort déjà lancé dans l’administration électronique. Mais est-ce suffisant pour réduire progressivement le poids du secteur public, notamment dans les prélèvements, tout en préservant l’essentiel ? Est-ce que les gains d’efficacité seront suffisants ?
  • Dans le numérique, il y a ce couplet sur le logiciel libre dans la Décision 58. Curieusement, l’encouragement aux logiciels libres est la seule mesure de cet objectif consistant à développer l’industrie du logiciel ! Une vision bien parcellaire de cette industrie qui intègre les services Internet et les logiciels commercialisés sous forme de services (pour lesquels l’aspect libre ou pas importe peu vu du client). Avec des calculs un peu rapides sur l’avantage économique que cela procurerait. Cet encouragement provenant de la sphère publique est pourtant omniprésent depuis des années (notamment depuis le rapport Carcenac de 2001). Ce qui n’a pas pour autant amélioré la compétitivité de la France dans les TIC. Cela a juste fait croitre quelques SSII d’importance locale, et l’activité de services informatiques  traditionnels des grandes SSII, sans croissance des exportations. D’autant plus que le plus grand succès autour du libre créé par un français… est américain: le serveur Java JBOSS créé à Atlanta par Marc Fleury (un polytechnicien…), et racheté par Red Hat. Promouvoir la concurrence dans le secteur public ? Mais c’est là qu’elle s’exerce déjà le plus ! C’est là aussi que Microsoft souffre au quotidien d’une concurrence difficile. Et aussi quelques autres plus discrets comme Oracle. Augmenter la consommation de logiciels libres en France réduirait peut-être les importations mais n’augmenterait pas pour autant les exportations. Les travers qui limitent nos exportations s’appliquent à tous les éditeurs, quel que soit la licence de leur logiciel : insuffisance de capitaux, d’ambition, d’exportations, de vente et de marketing ! Donc libres ou pas, il faut trouver des modèles économiques “scalables” de vente de logiciels qui permettent de générer du volume et à l’échelle mondiale. Internet apporte une réponse plus générique que les logiciels libres, qui ne sont que des outils créés de manière plus mutualisée que les logiciels propriétaires. Les combats de coq entre sociétés du libre et éditeurs de logiciels propriétaires sont donc presque dépassés !
  • La commission n’a pas eu le courage de proposer de supprimer l’ISF en échange d’augmentations, par exemple, des droits de succession voire d’une augmentation de la progressivité de l’impôt sur le revenu. Ce n’est pas dans l’air du temps il est vrai. Toute proposition de réforme n’échappe pas à la tactique et au choix du moment de la proposer en fonction de l’état de l’opinion !
  • Le mode de fonctionnement de la commission Attali qui présente des travers (inévitables): influence de lobbies divers, décisions qui sont le résultat de consensus mous, l’appel à contributions aux administrations concernées (permettant certes de valider la faisabilité budgétaire, mais intégrant aussi quelques résistances aux changements), décisions du dernier moment (celle qui concerne les logiciels libres n’aurait pas été discutée avec les membres de la commission représentant l’industrie informatique). Autre bizarrerie de ce genre de commission qui est rarement dénoncée: les personnes consultées sont en majorité des “corps constitués” ou des syndicats professionnels ou de salariés (voir la liste à partir de la page 69 du dossier de presse de la commission). Difficile de faire autrement pour aller vers les “vrais gens”. Mais ces organisations ont leur propre fonctionnement qui fait resortir du consensus mou et des intérêts particuliers. Pas toujours l’intérêt général et une véritable vision! En tout cas, la commission Attali a brainstormé sur la croissance quasiment sans patrons de PME innovantes, sans incubateurs et sans sociétés de capital risque (même si Jacques Attali en fréquente personnellement). Bref, il n’a pas été fait appel sérieusement à l’écosystème de l’innovation ! Alors que l’on n’a pas oublié le DG du CNRS ni la fédération des taxis, des notaires ou des pharmaciens. Vieille France !

Après ce petit tour, j’en conclue que les conclusions de la Commission Attali sont plutôt bonnes dans l’ensemble avec une vision d’ensemble rarement vue dans un rapport pour réformer la France. Mais la commission aurait pu traiter plus directement le sujet de la croissance et de la compétitivité en faisant un peu plus appel au privé dans ses consultations.

Cela n’empêchera pas les bonnes idées du rapport d’être mises en place. La Commission a réalisé un gros travail en peu de temps. Il y a certes de la réutilisation d’idées d’autres rapports, une cohérence parfois mise à mal, mais l’ensemble se tient tout de même et mérite d’être repris par les politiques.

C’est maintenant au gouvernement et aux politiques d’agir, mais sans se couper des lumières de la “société civile” (expression consacrée mais un peu dépassée). Espérons juste que les aléas économiques, politiques (municipales) et des corporatismes bruyants ne calment pas l’ardeur des réformes.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 31 janvier 2008 et mis à jour le 17 février 2008 Post de | Actualités, Economie, Entrepreneuriat, France, Innovation, Politique | 16157 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 9 commentaires et tweets sur “Rapport Attali et Innovation” :

  • [1] - Nicolas a écrit le 31 janvier 2008 :

    Plutôt qu’une vision d’ensemble, j’ai le sentiment de pizzicati qui se coulent dans de grands couratns, sans réforme structurelle.

    De nombreuses mesures me semblent loin de l’objectif qui est mentionné sur la couverture : la croissance.

    D’abord parce que la croissance n’est qu’un indice d’activité, pas de création de richesse, de protection de l’environnement, ou de performance.

    Le pire tient au “tout ou rien” posé là par “Jacques a dit” : ça s’appelle du chantage.

    Le traitement médiatique et politique de cet OVNI me laisse songeur…

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 31 janvier 2008 :

    Je me suis fait les mêmes remarques au départ. C’était un sport de dénigrer ce rapport. Peu s’aventurent à en dire du bien.

    Mais en lisant le document en entier et en consultant les différentes critiques qui en étaient faites, j’ai trouvé qu’il était trop injuste de blâmer tout azimut le travail de cette commission. C’est une posture maximaliste bien française consistant à toujours voir la partie à moitié vide du verre.

    Il y a dans ce rapport un ensemble plus cohérent qu’il n’y parait, même si parfois il faut une explication de texte. Il est plus incomplet qu’incohérent. Il est plus hors sujet qu’il ne contient de pistes à écarter entièrement.

    Le “tout ou rien” est une posture à la fois de provocation de la part d’Attali, mais aussi le souhait de préserver les équilibres socialo-libéraux du rapport. C’est également une manière de dire au pouvoir politique: “êtes vous chiches? pour bouger la France, malgré les risques que cela comporte?”.

    Soyons constructifs! Peu de critiques du rapport ont précisé leurs solutions pour générer de la croissance.

    Après, on peut se poser la question de l’intérêt de générer de la croissance. Une “bonne” croissance doit effectivement enrichir le pays sans détruire (plus avant…) la planète, et ses fruits doivent être équitablement distribués tout en valorisant l’entrepreneuriat et l’effort.

  • [3] - Nicolas a écrit le 1 février 2008 :

    Je ne suis pas négatif sur tout. Simplement je pense que le tort est la tentation de l’encyclopédisme, de l’exhaustivité. La définition de la mission était trop vaste, Attali en bon élève a voulu répondre sur tous les fronts par un programme ambitieux. Au final, ça ressemblerait plus à un programme présidentiel de campagne (ce n’est pas une critique !), ce qui n’était peut-être pas attendu.

    Du coup, l’ensemble ne peut être appréhendé que difficilement, et est médiatiquement non traitable : les implications des différentes mesures sont complexes et liées entre elles (changements en droit social + réforme de l’administration + libéralisation), l’étendue des domaines d’intervention rend à mon sens impossible une explication claire.

    Il ne reste qu’un débat d’experts entre eux, ou un débat en marge sur tel point (les taxi… franchement, je vous le demande…). Ca me rappelle, toute proportion gardée, le débat sur la Constitution européenne : qui a voté en connaissance de cause ? Qui a lu l’intégralité du texte, en comprenant les effets induits sur les traités précédents ?

    Je crains que le caprice d’Attali du “tout ou rien” et la complexité de son rapport ne rejette l’ensemble dans l’ombre, ce qui serait très dommageable.

    Quant à la cohérence, je vois des lignes de forces, mais reste dubitatif : il me manque un mortier autour des pierres de l’édifice. alors oui, il est peut-être incomplet.

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 1 février 2008 :

    Oui, je suis bien d’accord, le rapport couvre un spectre trop large de sujets. Pourquoi donc? N’est-ce pas parce qu’une telle commission rassemble trop de personnes et interroge trop de corps constitués? C’en est souvent le travers. Mais pouvait-il faire autrement?

    Dans les techniques de brainstorming sur des sujets complexes, il est souvent de bon ton de tout mettre sur la table et ensuite d’élaguer. Sarkozy avait donné carte blanche à Attali, ce qu’il fait qu’il a tout étalé. Mais l’élagage n’a pas été fait.

    Moi qui apprécie les schémas, j’aurais bien aimé que le rapport en contienne quelques uns. Avec par exemple, la relation de cause à effet entre les mesures proposées. Avec un peu de chiffrage. Avec de la vulgarisation. Les “rapports de la République” ont souvent ce travers que leurs rédacteurs ne vivent pas encore à l’ère du multimédia. Quand on lit un rapport de la Cour des Comptes, c’est la même histoire. Aucun travail de mise en perspective et de vulgarisation, pas de schémas explicatifs, peu de tableaux de synthèse. Les rédacteurs n’ont pas compris qu’à l’ère de l’Internet, leurs travaux n’étaient plus réservés à un cercle d’initiés ou aux tiroirs. Les citoyens (enfin, certains) s’informent. Les médias consultent. les bloggeurs crunchent.

    Je m’étais fait la même remarque sur les différentes réformes lancées par le gouvernement ces derniers mois: tribunaux, retraites, universités. Aucun des ministères concernés n’avait fait l’effort de produire une documentation de vulgarisation des réformes qu’ils lancaient et qui pour certaines ont bloqué facs et transports pendant des jours. Incroyable!

    L’exemple des taxis est tout aussi éloquent. Au delà du fait que c’est un peu hors sujet par rapport à la croissance, pourquoi il n’est pas expliqué? Cela ne suffit pas de dire qu’il n’y a pas assez de taxis par rapport à telle ou telle ville. Il faut expliquer comment les taxis y fonctionnent, quelles sont les différences de “régime”. Quel est l’impact d’une dérégulation? Comment compenser cet impact? Et si cela prend trop de place, fournir un pointeur sur des travaux annexes. Et puis comment gérer la transition? Mais plus de taxis, cela peut générer de la croissance: cela améliorerait le services apporté à nos touristes et donc augmenterait potentiellement leur nombre. C’est évidemment un effet très indirect. C’est le cas des infrastructures en général. Mettre du haut débit partout est du même tonneau. Cela ne veut pas dire que la France va générer le prochain Google pour autant!

    Bref, nos élites devraient suivre des stages de communication et prendre la peine de faire preuve d’un peu de pédagogie.

  • [5] - Filmail a écrit le 1 février 2008 :

    Mongénéral disait : « Si vous voulez enterrer un problème, créez une commission »

    Ca n’apporte rien aux propos brillants exprimés ci-dessus si ce n’est qu’au delà du fond, notre hyper président est en train de se prendre un joli boomerang…

    On verra ce qu’il en restera d’ici quelques semaines lol

    Ps :
    Etonnant toutefois la remarque sur le manque de pédagogie en prenant l’exemple du taxi à propos duquel il aurait fallu expliquer « le pourquoi du comment, le fonctionnement actuel, le fonctionnement demain, la réglementation, la gestion du changement, la transition »..mais est ce réaliste ?

    Rapide calcul :

    Mettons ½ h par proposition
    Je pose 316 que je multiplie par 0,5 ce qui me donne gentiment 158h.

    Soyons pas chiche, je dis ¼ h par proposition….79h…

    Alors on fait quoi…80 feuilletons d’1 heure le vendredi à 20h30 ?
    Un marathon de 80h à la TV ? genre discours à la Fidel ? La semaine de la croissance ?
    20 DVD a envoyer en cadeau à chaque foyer ?

    Bref tout cela est il bien réaliste ?

  • [6] - Olivier Ezratty a écrit le 1 février 2008 :

    On peut au moins commencer par les sujets les plus polémiques. Tous ne le sont pas dans les propositions d’Attali. Juste une dizaine. Cela devient donc humainement faisable…

  • [7] - Pierre a écrit le 26 mars 2008 :

    Je viens commenter à froid sur cet article (2 mois après, quasi l’éternité sur le web). C’est surtout un passage qui me fait tiquer un peu :
    “Il manque quelques éléments dont nous devrions nous inspirer et qui proviennent entre autres des USA: les étudiants y sont davantage pluridisciplinaires – un peu comme dans les grandes écoles françaises. Un étudiant dans une filière scientifique devra par exemple étudier une branche des sciences molles (humaines, droit, finance, marketing).”
    Ce que je vois des jeunes diplômés américains c’est que certes ils étudient au moins une branche des « sciences molles » mais que – du moins au niveau « engineer » – ils ne sont pas aussi costaud sur les sciences durs qu’en France. L’idée de garder des cursus avec une très forte connotation scientifique (science dur j’entends), tout en formant au marketing, finance, sciences humaines, droit et propriété intellectuelle, etc, idée que l’on applique dans différentes grandes écoles françaises me parait vraiment pertinent.Et les partenariats Ingénieur/Commercial tels que ECP-ESSEC, ECL-EM Lyon, s’ils se développent devraient aider à sortir des diplômés plus enclin à innover et créer. Et puis je ne sais si cela vient de la formation que j’ai reçu ou pas mais j’ai eu l’impression d’avoir été bien préparé au facteur humain, autant du point de vue pragmatique et dans un objectif d’efficacité, que d’un point de vue quelque peu humaniste. J’aimerai bien avoir l’occasion de comparer ca avec le haut du panier US (MIT et consort, PhD).
    Je précise par honnêteté que je suis diplômé ECP (à vous de voir si mon raisonnement en est biaisé) et actuellement en activité au Texas.

  • [8] - Olivier Ezratty a écrit le 27 mars 2008 :

    Est-ce que la comparaison n’est pas rendue difficile par la légère désynchronisation entre les cycles? Est-ce qu’un PhD américain est de moins bon niveau qu’un français avec son doctorat?

    En tout cas, la réputation des français en termes de maths, sciences dures et résolution de problèmes complexe n’est plus à faire. C’est à la fois notre point fort et notre talon d’Achille. Mais la force dans les dimensions “molles” des étudiants issus du système US provient peut-être plus du système de valeur et de la culture que de l’enseignement supérieur lui-même.

    Les partenariats écoles d’ingénieurs et écoles de commerce sont de bonnes initiatives en tout cas. Même si leur mise en oeuvre semble quelque peu laborieuse. Il serait préférable que ces écoles soient géographiquement plus proches les unes des autres. Il y a deux “bons” cas: Centrale Lyon et l’EM Lyon, à Ecully, et l’INT qui regroupe une école d’ingé et une business school sur le même campus.

  • [9] - Pierre a écrit le 27 mars 2008 :

    Oui c’est sur la comparaison est un peu biaisée par le léger décalage entre cycles.

    J’ai entre temps complété ma lecture sur le sujet université et grandes écoles par cet article qui m’a donné un peu plus de grain à moudre.
    http://www.oezratty.net/wordpress/2007/grandes-ecoles-et-innovations/

    Cela me fait penser d’ailleurs qu’un plugin de type « Articles connexes » – related_posts pour WordPress – pourrait offrir de beaux ponts entre articles et prolonger de façon pertinente la lecture (d’articles déjà bien consistents en eux même il est vrai).




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.