Les programmes startups de Microsoft et Sun

Publié le 8 novembre 2008 et mis à jour le 12 novembre 2008 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Dans la soirée du mercredi 5 novembre dernier, Microsoft fêtait le lancement de son programme BizSparks dédié aux startups. Et pas l’élection d’Obama, quoique…

Je vais ici vous décrire le rationnel de ce programme et en profiter pour évoquer le programme dédié aux startups de Sun Microsystems qui est en place depuis quelques mois. Et au passage, comparer les choix des plates-formes Microsoft et LAMP (Linux & co) pour les startups.

Décryptage…

Microsoft entre en “Génération 2”

Le programme BizSparks est une suite logique du programme Microsoft IDEES dédié aux startups et lancé en France en octobre 2005.

Le Startups IDEES

Là-dessus intervient le programme BizSparks qui répond à un objectif clé : élargir la base des startups “recrutées” par Microsoft en amont de cette étape du financement. Comme tout circuit de startups, il en faut donc plus car le taux d’échec les écrème rapidement. La logique du programme est donc différente : les startups sont en phase de démarrage (“early stage”), et leur traitement est plus générique, “programmatique” comme on dit, et moins personnalisé. Au lieu de 25 startups (IDEES), il y aura entre 300 et 400 startups dans BizSparks pour la France.

BizSparks est aussi une forme d’émanation du programme IDEES. En langage marketing Microsoft, IDEES est un “programme depth” et BizSparks un “programme breadth”. Et puis, IDEES a été créé et mis en place chez Microsoft France par BizSparks

A ceci près que le partenaire peut aussi mettre un lien sur son site qui va générer automatiquement le sésame en question pour la startup candidate (testé ci-dessous sur mon site). Donc, c’est un processus à la sélectivité toute relative ! Au moins, Microsoft peut-il en assurer la traçabilité.

BizSparks Link 

Aujourd’hui, les partenaires français seraient plus d’une trentaine avec des structures d’accompagnement comme INRIA Transfert, des incubateurs comme ceux de Télécom et de Centrale Paris, des fonds d’investissement comme Banexi Venture et Seventure, des associations de Business Angels comme Software Business Angels, des leveurs de fonds comme Aélios Finance, et des associations tout court comme l’IE Club.

Dans le processus Microsoft, les startups en phase d’amorçage intégrées dans le programme BizSparks sont destinées – après un filtrage sévère – à intégrer le programme IDEES qui comprend un traitement plus personnalisé de la relation. Le processus de sélection n’est pas documenté mais est voisin des critères qui sont appliqués par les VCs et business angels : qualité de l’équipe, couple produit/marché, valeur technologique de l’offre, montée en puissance de la boite, modèle économique, clients et partenaires “signés”. Critère auxquels on ajoutera l’intérêt pour Microsoft dans l’influence de l’usage de technologies de l’éditeur, notamment au niveau serveur, et pour tout ce qui est nouveau et récent et doit être évangélisé sur le marché (d’où Windows Azure).

La motivation de Microsoft dans tout cela ? Un, enrichir son écosystème avec des sociétés innovantes. Et deux, améliorer son image par un ancrage économique plus fort dans chaque pays.

Sun Microsystems démarre la “Génération 1”

Evoquons maintenant le programme startups de Sun Microsystèmes. Il est lui en “génération 1”. Baptisé “Sun Startup Essentials

Le programme de Sun propose un package de bénéfices qui recouvre ceux de BizSparks et IDEES de Microsoft :

  • Ce qui est proche de BizSparks et est très programmatique : des remises sur le matériel de Sun, du logiciel, de la formation gratuite, du support technique gratuit, de l’hébergement à prix réduit, de la mise en relation avec des partenaires (financement, etc) tout comme la valorisation des startups du programme sur le site de Sun (cf ci-dessus). Par contre, il n’y pas de conditions particulière pour entrer dans le programme, qui est par ailleurs et renouvellable sur plusieurs années.
  • Ce qui est proche d’IDEES et est plus personnalisé : l’accès à des ressources techniques de Sun, un peu comme pour l’accès au Microsoft Technology Center chez MS. Et Sun a décidé judicieusement de focaliser cette aide technique sur la montée en charge des solutions logicielles (essentiellement web). Cette focalisation sur la scalabilité correspond à un besoin réel des startups dont les sites montent en puissance. Et cela permet aussi de calibrer l’aide sur les startups qui ont maturé et généré une audience critique (plusieurs dizaines de milliers d’utilisateurs par jour). Comme de surcroît, Sun a acquis MySQL, la pile clé de la base de donnée est entre de bonnes mains. Evidemment, Sun va chercher à positionner les grandes composantes clés de son offre: d’un côté ses serveurs, et de l’autre, Solaris, qui peut être intéressant pour l’exploitation de sites de grand trafic. Sans compter les différentes facettes de la plate-forme logicielle Java. L’aide technique prend la forme d’interventions gratuites (so far) de consultants spécialisés du constructeur.
  • Ce qui ne l’est pas du tout : évidement, les logiciels promus sont essentiellement open source et autour des stacks LAMP.

En France, le programme est géré par Laurent Chiozzotto, qui était d’ailleurs présent au lancement de Microsoft BizSparks mercredi dernier, œcuménisme oblige !

L’approche de Sun est pour l’instant plus modeste que celle de Microsoft, moyens limités obligent. Mais elle est très pragmatique. La montée en puissance est un véritable obstacle à la croissance pour de nombreuses startups du web. Les problèmes d’architecture sont légion et les compétences associées rares et chères. Sun enlève donc une grosse épine du pieds des startups du web (ayant adopté Linux) en pleine croissance. C’est bien très vu.

Oeuf et poule

Avec ces programmes, la question est “qui déclenche quoi chez les startups ?”.

Ces programmes doivent-ils être des raisons de choisir les fournisseurs correspondants ou doivent-ils être choisis une fois ce choix réalisé ? Dans ce dernier cas, le choix est presque évident car ces programmes n’apportent que des bénéfices et pour un coût négligeable, essentiellement en temps homme. Le premier cas est à prendre avec des pincettes. Un choix technologique doit avant tout être lié à des facteurs stratégiques: les segments clients visés et leurs contraintes propres (certains segments d’entreprise sont très Microsoft, d’autres très peu), les exigences éventuelles d’un support logiciel multiplateforme (de moins en moins discriminant au demeurant) et bien entendu les exigences fonctionnelles des logiciels à créer. Ensuite seulement, il est bon de voir comment le fournisseur peut aider.

Alors, comment départager un peu simplement les deux environnements courants dans le domaine du web : le monde Microsoft et le monde Linux / Unix intégrant éventuellement Java et dans lequel se situe Sun Microsystems ? Sachant que je mets ici de côté un autre larron important et complémentaire aux deux : Adobe avec surtout sa technologie Flash qui domine le web, mais qui n’a pas de programme dédié aux startups !

  • Forces de Microsoft : propose une plate-forme logicielle très complète et très cohérente, autour du framework .NET (client, serveur, mobiles, jeux, outils de développement). Elle est très bien adaptée aux applications d’entreprise où sa part de marché est significative. Une fois digérée, la productivité du développement avec les outils Microsoft est très bonne. La montée en puissance de la plate-forme est maintenant assurée. Enfin, l’éditeur propose les programmes d’accompagnement de startups qui sont les plus élaborés du marché, dans le prolongation de sa puissante et durable stratégie d’écosystème.
  • Faiblesses de Microsoft : la grande complexité de la plate-forme qui est versant obscur de sa couverture fonctionnelle, de sa densité et de son homogénéité. La faiblesse de la part de marché de ses logiciels serveur et outils de développement dans les applications web, Linux et l’open source capturant les deux tiers du marché. La rareté et donc la chèreté des compétence associées, tout du moins, relativement à celles que l’on trouve sur Linux. Les coûts de licence logiciels mais qui sont très largement atténués dans les programmes startups de l’éditeur. Les communautés de développeurs sont actives mais moins nombreuses que sur les “stacks LAMP”.

Je ne mets ni en force ni en faiblesse le fait que l’éditeur propose des logiciels qui ne sont généralement pas en open source. L’expérience montre qu’à part quelques exceptions, ce n’est pas critique pour les développements logiciels. Il est plus important d’avoir des APIs en quantité suffisante et bien documentées. Mais Microsoft propose l’accès à ses codes sources sous certaines conditions pas trop difficiles à remplir pour les éditeurs, au travers de ses programmes Shared Source.

  • Forces de “LAMP” (Linux, Apache, MySql, PHP) : ces logiciels sont standards dans l’univers du web des plus petits au plus gros sites web. Le faible coût de licences logicielles associé. Le très grand choix d’outils et de serveurs autour des mêmes standards ouverts. La meilleure proximité avec des standards indépendants des fournisseurs. La relativement faible dépendance vis à vis des fournisseurs du fait du modèle open source. Enfin, un marché de l’emploi moins tendu car nombreuses sont les formations supérieures d’informaticiens qui poussent ces technologies. Et les très actives communautés de développeurs.
  • Faiblesses de LAMP : les compétences sont certes moins rares que sur la plate-forme Microsoft, mais elles sont souvent jeunes et manquant un peu de structure. Le Lego LAMP peut devenir assez complexe à rendre cohérent dans l’architecture d’une solution. Une productivité du développement logiciel qui peut être plus faible qu’avec les outils Microsoft (et qui baisse avec la complexité du projet, et sur les tâches de maintenance) sachant que cela dépend bien entendu du type de projet.

Sachant que chaque camp travaille évidemment à réduire ses faiblesses…

Super-depth

Le top du top dans les programmes startups des fournisseurs, c’est lorsque :

  • L’aide prend une dimension internationale, en aidant les startups au delà du pays d’origine. C’est difficile à instrumentaliser pour le fournisseur au delà de moyens automatiques (bases de données de mise en relation, grands événements, etc). Microsoft a commencé à le faire ponctuellement dans le cadre du programme IDEES, mais il y a du taf, notamment pour activer les différentes filiales et les motiver à aider de manière personnalisée une startup d’un autre pays.
  • La relation aboutit à un partenariat technologique étroit, une relation directe avec les laboratoires de R&D du fournisseur, voire une acquisition de la startup par ce dernier. C’est déjà arrivé en France d’une manière indirecte avec au moins une acquisition de startup qui avait été mise en relation avec Microsoft Corp par le truchement de l’équipe du programme IDEES en France.

Les deux cas ont donc déjà été mis en pratique par Microsoft, mais à toute petit dose. Il est donc bon de savoir que c’est possible !

Entrepreneurs, à vous de jouer maintenant !

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 8 novembre 2008 et mis à jour le 12 novembre 2008 Post de | Innovation, Internet, Logiciels, Logiciels libres, Microsoft, Startups | 11499 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 6 commentaires et tweets sur “Les programmes startups de Microsoft et Sun” :

  • [1] - FredericBaud a écrit le 8 novembre 2008 :

    Pour information, au cas où certains de tes lecteurs ne le sauraient pas encore. Jeudi prochain, l’OpenCoffee Paris recevra dans sa “Session Innovation”, les représentants de BizSpark et Startup Essentials – http://www.facebook.com/event.php?eid=38315211244

    Olivier, j’espère que tu pourras te joindre à nous et que j’aurais le plaisir de te parler des derniers projets de P2PVenture.org.

  • [2] - Julien a écrit le 8 novembre 2008 :

    Merci Olivier
    Je me permets de rajouter que les startups peuvent aussi etre directement invitees a rejoindre BizSpark par les employes de Microsoft.
    Il suffit de nous envoyer un email.
    Merci
    Julien

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 8 novembre 2008 :

    Finalement, le process ne rend pas le programme sélectif. Il a plutôt tendance à simplement maximiser le recrutement. Isn’t it?

  • [4] - Julien a écrit le 9 novembre 2008 :

    olivier, en effet:

    IDEES est tres selectif.

    Bizspark est ouvert a toutes les startups qui rentrent dans les criteres etablis.

    Par contre, le chpix des Network Partners est tres selectifs, nous essayons d orienter les startups vers les meilleurs experts locaux.

  • [5] - Laurent Chiozzotto a écrit le 11 novembre 2008 :

    Olivier,

    Merci pour cette excellente analyse comparative des deux programmes. Les entrepreneurs s’y retrouveront facilement à l’heure du choix. Encore un document très utile pour les porteurs de projets à la recherche d’un accompagnement personnalisé et adapté à leurs besoins.

  • [6] - Christophe Pierret @ sparus a écrit le 19 novembre 2008 :

    En tant que fondateur d’une des startups du programme Microsoft IDEES, je tiens à remercier Microsoft, plus particulièrement Julien Codorniou et l’équipe Windows Mobile France qui ont vraiment joué le jeu. Ils nous ont vraiment aidé à démarrer, notamment pour nous donner de la crédibilité auprès des grands comptes français. Sur le fait d’utiliser les technologies Microsoft, c’est important mais on n’est pas obligé d’être habillé à 100% avec des technos MS pour nouer une relation fructueuse avec Microsoft. Dans notre cas, l’engagement très fort sur Windows Mobile et la complémentarité Business ont fait oublier un backend pas 100% .NET …
    Aujourd’hui, alors que Microsoft a débuté la commercialisation d’un produit qui pourrait être vu comme un concurrent d’un de nos produits, nous continuons à travailler ensemble sur la base de nos complémentarités. Beaucoup de société auraient fermé la porte , mais pas Microsoft. Bravo !




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.