Acquisition d’ILOG par IBM

Publié le 25 août 2008 et mis à jour le 26 août 2008 - Un commentaire -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Il s’est évidemment passé pas mal de choses dans la hightech pendant cet été. L’une d’entre elles m’a particulièrement marqué : l’annonce de l’acquisition par une OPA amicale d’ILOG par IBM. C’est un autre gros éditeur de logiciel français qui se voit ainsi gobé par un acteur étranger, après le rachat marquant de Business Objects par SAP en 2007. Un arrière goût de “mince, c’est dommage, mais c’est ainsi”.

Créé en 1987, ILOG faisait partie du “Top 10” des éditeurs français, et souvent mis en avant comme l’une des trop rares réussites, notamment à l’étranger. Editeur connu, mais sur un domaine pas évident à vulgariser : les moteurs de règles (BRMS: Business Rules Management Systems), les outils d’optimisation (ODMS: Optimization Decision Management System), les composants de visualisation de données et des solutions de Supply Chain.

ILOG logo

Un timing bien choisi 

Le montant de l’acquisition est de $340m avec une prime de 37% par rapport au cours de clôture le jour de l’annonce (fin juillet 2008). C’est à peu près deux fois le chiffre d’affaire, de $181m dans leur année fiscale échue en juin dernier. Cette année fiscale avait vu le chiffre d’affaire croitre de 12% (pas mal avec la baisse du dollar) mais la profitabilité déjà moyenne pour un éditeur de cette taille chutait de $4,9m à $0,5m. En fait, l’année était déficitaire, mais le résultat net était resté positif grâce aux intérêts financiers générés par le cash de la société ($73m).

La société avait même entamé une réduction d’effectifs, suite à des difficultés dans le secteur de la finance mis à mal par la crise actuelle. Sa croissance étant plus forte dans les services, cela avait aussi affecté la marge opérationnelle de la société. On voit qu’IBM est tombé sur sa proie, un partenaire de longue date, plutôt au bon moment pour les deux parties.

ILOG est un éditeur qui avait plutôt bien réussi son développement à l’international. Avec une filiale en Californie et des équipes de développement en partie là bas et de gros clients comme SAP, qui représentait 3% de son chiffre d’affaire (SAP avait investi 5% du capital d’ILOG en 1998). L’international représente près des deux tiers du CA d’ILOG (41% dans les “amériques”).

Mais leur marché est dur : les composants logiciels et les outils de développement sont difficiles à marketer, les cycles de vente peuvent être longs, les économies d’échelle pas toujours aussi bonnes que dans les logiciels métiers.

En tout cas, cette acquisition est “late stage”. ILOG avait été introduit au Nasdaq en 1997 puis au Nouveau Marché en 1998 (maintenant Euronext). Cela aura permis de financer INRIA Transfert et de créer I-Source Gestion, et par là même d’aider plus de 90 startups issues d’INRIA.

Rôle d’IBM dans les plates-formes d’entreprise

Le middleware est maintenant le coeur de métier de la grosse activité d’édition de logiciels d’IBM (environ $19m ce qui les place en second derrière Microsoft mais devant eux si l’on n’intègre que l’activité serveur de ce dernier).

L’acquisition d’ILOG complète une panoplie riche de logiciels serveurs et d’outils de développement, notamment les familles WebSphere, Rational et Tivoli (voir la richesse de l’offre logicielle d’IBM). Cela renforce le rôle pivot d’IBM pour proposer des solutions d’orchestration de la chaine logicielle métiers de ses grands clients, dans le cadre plus général des logiciels de “Business Process Management”.

Cela consolide aussi rôle pilote d’IBM autour de Java (surtout J2EE), qu’ILOG maitrise bien (tout autant que la plateforme .NET de Microsoft d’ailleurs). Et cela donne au passage un atout de plus à IBM dans son rôle de fournisseur de plate-forme pour éditeurs de logiciels (ILOG fournissant plus de 450 d’entre eux!).

La consolidation se poursuit dans les logiciels d’entreprise

La consolidation de l’industrie du logiciel d’entreprise se poursuit donc inexorablement. Elle rappelle qu’il est difficile de rester longtemps indépendant dans ce secteur d’activité et que la taille critique compte énormément. Même un éditeur qui fait un ou deux milliards de dollars de CA est sous-critique aujourd’hui, car il peut être absorbé par Oracle, IBM, voire Microsoft. C’est ce qui est arrivé avec Business Objects, racheté par SAP.

Oracle a montré la voie ces cinq dernières années avec une voracité d’acquisitions en alignant à son tableau de chasse: Peoplesoft, Siebel, Retek, Hyperion et BEA. IBM s’est contenté dans le même temps de Cognos et de plein de petites éditeurs de middleware. On manque cependant de recul pour qualifier les résultats de ces acquisitions. La presse spécialisée est relativement silencieuse sur ce qu’il est advenu des activités des grands éditeurs acquis par Oracle.

On se plaignait de ne pas avoir assez d’ILOG en France. On en a un de moins maintenant. Peut-on éviter de voir ainsi ses acteurs absorbés ? C’est une question de masse critique. Tout comme il faut des centaines voire des milliers de startups Internet pour espérer voir un grand acteur émerger dans son pays, il faudrait plusieurs ILOG en France pour espérer en voir un ou deux atteindre une taille critique et ne pas se faire absorber. Un peu comme un CheckPoint en Israël qui, dans les logiciels de sécurité, est encore indépendant. Tout ceci ne fait que nous rappeler que dans la grande chaine alimentaire des entreprises innovantes, il est stratégique de les aider à croître et à atteindre la taille critique, en particulier en les encourageant à se développer rapidement à l’international. Il faut donc juste persévérer, tout en choisissant les secteurs porteurs, les logiciels d’entreprise n’étant pas nécessairement dans le lot au milieu de toutes les opportunités qui existent aujourd’hui dans la hightech.

Quelle intégration ?

Se pose maintenant donc la question des conditions d’intégration d’ILOG dans IBM. Vont-ils rester une filiale ? Etre intégrés dans une division existante ? Quid des équipes de R&D basées en France ?

D’un point de vue humain, c’est en tout cas une très belle aventure de plus de 20 qui pourrait se terminer pour Pierre Harren, l’actuel CEO d’ILOG et cofondateur de la société. Va-t-il continuer chez IBM ? Probablement s’il doit y rester un certain temps du fait du deal de l’acquisition. Mais après, il pourra certainement mettre son expérience au profit de l’écosystème français, coacher des startups, en créer même une, que sais-je ! Les portes lui seront en tout cas grandes ouvertes car il est apprécié dans l’industrie.

Quid également de Jean-François Abramatic, ancien chairman du W3C et Chief Product Officer (en fait, CTO) de ILOG depuis 2000 ? Va-t-il se dissoudre dans la culture IBM ou trouver lui aussi un autre cheval de bataille ? Son expertise et son passé franco-américains sont de grande valeur !

Et les Assises du Numérique ?

Les Assises du Numérique avaient donné lieu à moulte réflexions. Notamment sur l’industrie du logiciel, promue par l’AFDEL. Celle-ci a remis des propositions à Eric Besson le 30 juillet 2008. Propositions qui ne seront publiées en détail qu’en septembre.

Bien entendu, elles visent à valoriser la filière du logiciel. Avec quatre pistes :

  • Faire de l’industrie du logiciel une priorité d’action publique.

C’est le genre de proposition qui ne veut malheureusement rien dire car tout est prioritaire pour un gouvernement… Attendons donc le détail.

  • Soutenir le développement à l’international.

100% d’accord ! Reste à voir comment l’action publique peut y contribuer. Il me semble que les propositions de l’AFDEL dans ce domaine ne devraient pas être spécifiques à l’industrie du logiciel (cf celles que j’avais consolidées dans les 29 propositions pour les Assises).

  • Renforcer les moyens de protection de la propriété intellectuelle du logiciel.

C’est un cheval de bataille connu de l’AFDEL alors que cette propriété intellectuelle est sous le coup d’incertitudes et de flou juridique, notamment autour des brevets logiciels. C’est un mic-mac à l’échelle européenne. Bon courage !

  • Faciliter l’accès des éditeurs de logiciels aux marchés publics.

Ce qui ne concerne pas que les éditeurs de logiciels mais les PME en général. Nous avons un mini-Small Business Act dans la Loi de Modernisation de l’Economie. Mais il n’aboutira à pas grand chose car s’il permet une discrimination positive de la commande publique à hauteur de 15% en faveur des PME, il ne la rend pas obligatoire. Ce qui ne changera donc pas les habitudes. Il est possible que l’AFDEL propose des amménagements à ce SBA.

Dans les nouvelles des vacances, la présentation du Plan Numérique par Eric Besson a été repoussée à septembre. Une bonne décision pour prendre un peu de recul et éviter une annonce invisible en plein été. Eric Besson visite la Silicon Valley la semaine prochaine. Cela changera peut-être sa vue des choses. On peut espérer en tout cas que cela créera un choc chez lui, lui faisant prendre conscience de l’étendue des choses à faire évoluer en France pour réussir dans la high-tech, et de la dimension économique et sociétale du sujet dont il a la responsabilité.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 25 août 2008 et mis à jour le 26 août 2008 Post de | Actualités, Economie, Entrepreneuriat, Logiciels, Politique, Startups | 7349 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Un commentaire sur “Acquisition d’ILOG par IBM” :

  • [1] - herve a écrit le 26 août 2008 :

    C’était un choc relatif que cette acquisition. Après mysql (Sun), Navision (Microsoft) voire Skype (eBay) ou Kelkoo (Yahoo), la liste des M&A Eur->USA commence à s’allonger sérieusement et il n’est pas très clair que cela sera bénéfique aux futurs entrepreneurs européens.

    J’ai découvert Ilog vers 1997 et déjà son positionnement était difficile. Ilog n’a jamais été le chouchou des investisseurs même si la valeur de l’action est montée à $100 en 2000 (contre moins de $20 aujourd’hui). Mon impression est que Ilog était une société très techno. Les algorithmes d’optimisation qu’elle vendait était à la pointe. Elle avait même acheté Cplex, une start-up américaine pour environ $30M vers 1997. Retour à la maison… Aurait-elle pu évoluer dans la chaîne de valeur pour développer des applications. Ni facile, ni sans doute sa volonté. Son chiffre d’affaires aura quintuple en dix ans ($33M en 1997 et $160M en 2007) mais comme tu le dis, ses profits n’ont pas suivi ce joli multiple.

    Pierre Haren est quelqu’un de passionnant, j’espère comme toi qu’il aura envie de contribuer à l’innovation et au soutien aux entrepreneurs.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 504 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“L'innovation a une connotation très économique. Elle semble sortir du cadre de la création artistique. Cf...”
“Quelle est selon vous la frontière entre innovation et créativité ? Exemple dans l'art un peintre peut être créatif dans son style sans être innovant sur la méthode ou les éléments utilisés ? (peinture...”
“Article très intéressant, je n'étais pas au courant de plusieurs choses, je garde en favori...”
“@pbeyssac @Erebuss @lauredlr Le retard de l'équipement dans les années 60 n'a rien à voir avec la gestion étatique…...”
“Instructif, sujet très bien traité, Topissime...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.