TV numérique paradoxale

Publié le 5 mai 2007 - 10 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

La France est une terre de paradoxe dans la télévision numérique.

D’un côté, nous avons une avance certaine dans la TV numérique via l’ADSL “triple play” avec le taux d’équipement le plus élevé et le plus grand marché en taille absolue d’Europe. La France compte ainsi trois des cinq plus grands opérateurs en Europe avec Orange, Free et Neuf Telecom.

Mais nous semblons en retard dans un domaine clé pour le futur: le marché et les usages des enregistreurs numériques de télévision. Ils sont quelque peu en panne en France et en Europe, alors que le potentiel est énorme.

Vous souhaitez recevoir la TV numérique (HD ou pas) et l’enregistrer en numérique pour la regarder quand vous le souhaitez, le tout aussi bien pour les programmes gratuits que l’on reçoit sur la TNT, mais aussi pour les programmes payants, notamment ceux qui proviennent des bouquets câbles/satellite tels que ceux de Canal+? Et bien, en France, c’est plus proche du rêve que de la réalité. Alors que c’est établi chez nos voisins anglais et aux USA et depuis pas mal de temps. Pourquoi donc?

Chez Canal+

Canal+ avait pourtant bien innové en lançant son terminal enregistreur Pilotime en 2003 (image ci-dessous). Quatre ans plus tard, les 100000 terminaux fabriqués par Thomson ont été écoulés. Non sans mal, car cela représente un bien faible nombre au regard des plus de cinq millions d’abonnés à Canal+ et trois millions d’abonnés à CanalSatellite (bouquet diffusé par satellite, câble et via l’ADSL chez les principaux fournisseurs d’accès). Le Pilotime n’avait pas été aidé par son ergonomie et sa fiabilité approximatives, mais bon, il fonctionne!

Le stock de Pilotime étant écoulé, il n’est plus vraiment proposé même s’il apparait toujours pour la forme sur le site de Canal+. Aujourd’hui,  Canal+ n’a plus d’offre d’enregistreur numérique. Le “top” chez Canal, c’est le décodeur Mediasat Max (image ci-dessous) qui permet de reçevoir la HD, mais qui n’enregistre pas. Sa prise USB n’est pas encore utilisable pour connecter un enregistreur externe. J’enrage de constater cette démarche à contre-courant de ce qui se fait aux USA, démarche qui chez Canal+ s’aliène les 100000 utilisateurs de Pilotime qui ne peuvent passer à la HD qu’au prix de l’abandon de l’essentielle fonction d’enregistrement numérique. Chez Canal+, le client est donc condamné à enregistrer ses programmes avec un PVR (enregistreur) externe ou avec un PC Media Center, mais via une connexion analogique son/image qui dégrade fortement la qualité de l’enregistrement et un report de télécommande et des guides de programmes pas toujours bien alimentés. Et bien sûr, sans HD.

Ce décodeur Mediasat Max sera peut-être extensible mais aucune information n’a filtré et il semble que Canal ne soit pas bien avancé sur le sujet. D’un autre côté, Canal+ devrait supporter les PC à base de Windows Media Center dans une future mouture de Windows Vista. Des accords ont été signés avec Microsoft et Nagravision en 2005 mais leur concrétisation ne devrait pas voir le jour avant 2008. De plus, les PC Media Center, même s’ils ont ma faveur personnelle, ne sont pas encore assez grand public pour se substituer aux Pilotime.

TPS proposait aussi un terminal enregistreur, le Platinium, mais personne n’en parle plus depuis le rachat de TPS par Canal+. Et son succès n’a pas du être extraordinaire, notamment du fait d’une offre de programmes de TPS quelque peu en retrait par rapport à celle de CanalSat.

Bref, Canal+ qui est maintenant le point de passage obligé pour les contenus “premium” (cinéma, sport, documentaires, etc) ne propose pas vraiment de solution pour l’enregistrement numérique de ses programmes.

Chez les opérateurs ADSL

Les opérateurs ADSL sont plus avant gardistes, mais ils ne sont pas toujours plus avancés car leurs solutions sont soit confidentielles, soient peu intégrées soit pas assez grand public :

  • Orange propose sa LiveBox avec abonnements Canal+, mais sans PVR. Mince, c’est le leader du marché!
  • Free, le numéro 2, a prévu pas mal de scénarios avec sa FreeBox 5, mais ce n’est pas encore un PVR digne de ce nom à la fois du fait de son interface utilisateur assez frugale et de la faible capacité de son disque dur interne, pas encore officiellement extensible. Les problèmes de qualité de réception de la TV ADSL dès que l’on est à plus de 2 Km de son central téléphonique s’ajoutent pour rendre cette solution bancale. Pour l’instant. En tout cas, Free est clairement un acteur innovant qui bouscule les positions établies et ils se préparent très bien aux évolutions à venir.
  • Chez NeufTelecom, on peut utiliser un PC comme enregistreur, connecté à sa set-top-box. C’est rendu possible par les logiciels de la startup française Sesam TV. Mais c’est encore assez complexe à mettre en oeuvre. Et les problèmes de qualité de service sont les mêmes.
  • Enfin, Club Internet propose un boitier équipé du logiciel MSTV de Microsoft, avec une belle interface et la fonction d’enregistrement. C’est ce qui se fait de mieux aujourd’hui en France. Mais la programmation est limitée: j’ai l’impression qu’on ne peut pas s’abonner au bouquet de CanalSat. Donc exit les films en première exclusivité TV. Et Club Internet est fragile et dispose d’une faible part de marché. Son marketing et son site web sont assez médiocres.

Il faut au passage relativiser le rôle de l’IPTV. Ce type de service présente le plus fort taux de croissance, mais il restera encore de nombreuses années plus faible en proportion que le câble et le satellite: 10% en 2009 (voir ci-dessous une projection 2009 des moyens de réception de la télévision payante en Europe, source: Screendigest). Il faut aussi tenir compte de ce qu’un abonnement en triple play n’implique pas l’usage régulier de la télévision via l’ADSL. En particulier pour les deux raisons déjà évoquées: le choix des programmes et la qualité de service et la cohabitation dans le foyer de plusieurs sources.

Donc, pour le marché dans son ensemble, les utilisateurs ont besoin d’une fonction d’enregistrement de la télévision adaptée aux contenus payants du câble et du satellite. Et ce pour encore quelques bonnes années.

Enregistrement de la TNT

La TNT est une exception. Les solutions pour l’enregistrer en préservant la qualité numérique de bout en bout commencent à fleurir:

  • Des enregistreurs à disque dur/lecteurs/graveurs de DVD et intégrant un tuner TNT que l’on trouve chez tous les constructeurs de consumer electronics, comme Philips (ci-dessous). C’est la solution la plus simple qui semble se généraliser. Elle est adaptée à la TNT, mais pas à l’enregistrement de contenus numériques provenant de set-top-boxes câble/satellite externes.

  • Des télévisions à écran plat qui intègrent cette fonctionnalité, qui commencent à apparaitre, comme chez Hitachi. Ce n’est pas une intégration idéale dans la mesure où les technologies intégrées évoluent plus vite que l’écran lui-même.
  • Des décodeurs TNT équipés de disque dur comme chez Sagem (le PVR 6280T doté d’un disque de 80 Go ci-dessous) ou chez Netgem (la Netbox HD TV) qui supporte en plus la TNT en HD.

  • Enfin, des PC Media Center équipés de cartes DVB-T (TNT), qu’ils soient sous Windows ou sous Linux.

Ces offres sont poussées par un usage en croissance de la TNT en France. L’offre de programmes plus dense qu’avec la réception hertzienne et la qualité de l’image et du son en font des solutions intéressantes et à moindre coût, en tout cas pour la partie de la TNT qui est gratuite. 

Les pays où l’offre existe

La France est en retrait sur ce marché car d’autres marchés de taille sont bien en avance et comme par hasard, ce sont les marchés anglophones:

  • Aux USA: l’offre est abondante avec DirectTV, DishTV et plein d’autres fournisseurs de contenus numériques qui proposent un décodeur/enregistreur et avec le support de la HD. Ce marché a été poussé par l’arrivé de TiVo en 1999. Avec l’abonnement satellite DirectTV, on peut même enregistrer à partir d’un PC Media Center, du fait du support du système de contrôle d’accès CableCard par Windows Vista. On voit aussi apparaitre des TV LCD intégrant un enregistreur et un tuner satellite/câble, avec le contrôle d’accès CableCard. Ce marché s’ouvre donc et les offres se diversifient rapidement. Le taux d’équipement aux USA de décodeurs de télévision numérique à enregistreurs est supérieur à 7% des foyers. En France, il est inférieur à 1%!
  • Au Royaume Uni, Skyb qui est le leader de la TV payante (et appartient au groupe News Corp de Ruppert Murdoch) propose sa Sky HD Box qui comme son nom l’indique reçoit les contenus numériques en HD (par satellite) et les enregistre, sur un disque dur de 160 Go. Rien de tel n’existe en France, ce qui est d’autant plus curieux que la technologie logicielle utilisée par ces boitiers est d’origine NDS, une autre filiale de News Corp, qui est aussi le fournisseur de Canal+.
  • Au Japon et en Corée des offres locales existent également. Mais à vrai dire, je n’en connais pas le détail.

Vous pouvez si vous ne l’avez pas déjà fait consulter mon rapport de visite du CES de Las Vegas de janvier dernier pour avoir un aperçu de toutes ces offres.

Pourquoi ce retard?

On peut toujours expliquer ce genre de retard, mais cela ne l’excuse pas pour autant:

  • Premier point : l’enregistrement de la télévision permet de zapper la publicité. Donc, les chaînes qui vivent de la publicité ne voient pas cela d’un bon oeil. Mais le paradoxe, c’est que la fonction d’enregistrement numérique est largement disponible pour la réception en TNT, dont les chaîne vivent plutôt de la publicité, et elle ne l’est pas vraiment pour la TV payante, surtout celle des bouquets de Canal+, qui dépendent moins de la publicité. Sachant qu’en plus, l’enregistrement peut être un moyen de vendre plus de chaînes.
  • Les craintes sur les droits d’auteur car qui dit enregistrement dit potentiellement copie et piratage. Mais ceci est évité justement lorsque des solutions intégrées dans une set-top-box sont proposées, comme avec le Pilotime.
  • Les terminaux coutent cher. Ils sont commercialisés avec une redevance mensuelle (15€/mois pour Pilotime) ou vendus, mais sont assez chers, même aux USA. Sans compter le support technique qui est plus coûteux, même s’il peut être facturé par des appels téléphoniques payants. A première vue, la fonction d’enregistrement augmente donc les coûts mais pas l’ARPU (average revenue per user). Mais pourtant, surtout avec un canal retour passant par Internet, l’enregistrement est un moyen de savoir ce que le téléspectateur regarde et à terme de personnaliser la publicité et les services qui lui sont proposés.
  • Les clients ne ressentent pas le besoin de ce genre d’outil. Argument fallacieux au vu de la réceptivité de ceux des utilisateurs à qui l’ont montre la valeur d’usage de ces outils. Disons que c’est le marketing de ces offres qui est médiocre et peu soutenu dans la durée. C’est peut-être également influencé par le rôle croissant du sport dans les ventes d’abonnement de TV payante. Et les retransmissions sportives se regardent plutôt en direct.
  • Le lancement de la TNT qui a beaucoup occupé les esprits, les pouvoirs publics et les constructeurs. TNT qui elle s’enregistre en numérique sans problèmes et peut à terme prendre des parts de marché de la TV à contenus “premium”.
  • La croissance de l’Internet comme capteur de l’attention des téléspectateurs, surtout parmi les jeunes. Google/YouTube et autres DailyMotion et Joost gagnent du terrain. Ils touchent un autre besoin: la consultation de contenus vidéos souvent courts et de qualité de diffusion moyenne. Ils s’adaptent à univers de consommation déstructurée de contenus, avec une forte personnalisation de la consommation. Ils intègrent les nouveaux modèles de financement par la publicité, qui devient de plus en plus contextuelle et personnalisée. Et plus la bande passante IP augmentera, plus ce moyen de diffusion sera pris au sérieux.

Ce que l’industrie des contenus craint par dessus tout, c’est d’être simultanément “Napsterisée” et “Microsoftisée”. Le premier est déjà bien enclenché avec le peer to peer qui est maintenant bien exploité pour les contenus vidéo. Le second relève de l’horizontalisation du marché comme celui du PC, où l’on peut choisir ses composants indépendamment les uns des autres mais où quelques composants génériques clés sont maitrisés par des acteurs dominants tels que Microsoft ou Intel. Au détriment des autres dans la chaine de valeur. D’où un travail actif sur les standards, à l’échelle de blocs économiques (en Europe avec notamment le DVB pour la diffusion numérique, le MHP pour le middleware, et le MPEG7 pour les guides de programmes). Mais des standards qui n’horizontalisent pas l’industrie pour autant et protègent donc les positions des grands acteurs.

J’ajouterai un point clé: la manière dont l’innovation est gérée chez les grands acteurs en France, Canal+ en premier. Est-ce que leur innovation est vraiment orientée client? Est-ce qu’ils prennent des risques? Est-ce qu’ils anticipent les grandes ruptures technologiques et d’usage? Free prend beaucoup plus de risques qu’un Canal+. Notamment avec leur programme d’équipement en fibre optique qui pourrait leur permettre de tailler des croupières aux groupes médias comme Canal+. Car avec la fibre, ils feront sauter l’un des verrous bloquant la généralisation de la TV sous IP. Le futur, c’est clairement la TV sous IP, mais le chemin qui y mènera est long de plusieurs années, sachant qu’il y aura même plusieurs chemins (récepteurs hybrides, Internet en canal descendant pour les guides de programmes, en montant pour certains services, etc).

Je crains fort que beaucoup d’acteurs soient un peu paumés dans ce marché en pleine ébullition.

L’impact de la régulation

J’avais déjà noté que le marché français – et Européen en général – est très fermé, notamment parce qu’il est très intégré verticalement (contenus, programmes, diffusion, boitiers). Cette fermeture et l’inertie des grands groupes a une conséquence: elle limite le potentiel de développement de startups innovantes dans le secteur. Je l’avais évoqué dans ce post sur la bulle des set-top-boxes.  Ce n’est pas étonnant dans ces conditions que l’industrie du “consumer electronics” française soit quasiment inexistante.

L’environnement régulatoire pourrait influencer la croissance et la diversité des marchés. Si les pouvoirs publics souhaitaient augmenter les opportunités de création de valeur dans le domaine de la télévision numérique, ils pourraient modifier la régulation pour ouvrir le jeu et non pas le fermer. Mais cela irait peut-être à l’encontre des intérêts à court terme des grands opérateurs.

La loi du 5 mars 2007 relative à la modernisation de la diffusion audiovisuelle et à la télévision du futur est ainsi décevante de ce point de vue là. Elle couvre la répartition des canaux de la TNT, la fin de la télévision hertzienne analogique, les modalités de la télévision sur mobile, et chose curieuse, l’industrie des jeux vidéos (!). Mais elle ne traite pas de l’ensemble du champ de l’innovation dans la télévision numérique et sa vision du futur est calquée sur le présent. Les lois anticipent rarement les grandes évolutions technologiques, elles ont plutôt tendance à s’y adapter au fil de l’eau. 

L’enjeu dans ce monde d’innovations en ébullition, c’est pourtant de prendre la mesure des changements nécessaire et de bousculer un peu ces habitudes confortables. C’est un enjeu à la fois pour les usages dans le pays, et pour offrir des opportunités aux acteurs locaux, notamment les startups. Dans le monde du numérique, l’innovation ne relève pas seulement de dispositifs type “Small Business Act” (qui couvre surtout le “business to business”) mais également de la manière dont le marché s’ouvre pour laisser la place aux innovateurs.

Là aussi, il y a quelques ruptures à provoquer…

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 5 mai 2007 Post de | France, Internet, Logiciels, Médias, Microsoft | 25864 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 10 commentaires et tweets sur “TV numérique paradoxale” :

  • [1] - rthomas a écrit le 5 mai 2007 :

    Bien d’accord.
    Je veux équiper ma mère avec un enregistreur numérique. Elle n’a pas Internet.
    – je ne suis pas certain d’avoir la TV avec Free et impossible d’avoir la certitude avant d’essayer. Le dégroupage total fait “peur” au niveau fiabilité (pour économiser l’abonnement FT).
    – les enregistreurs numérique TNT gérent très mal l’EPG, je crois qu’il faut capter Canal+ en analogique pour avoir GuidePlus+, bref c’est difficile d’avoir l’info. Un PVR sans EPG cela gache le plaisir quand même.

    Pour le moment j’attend que Free passe en MPG4.
    Je cherche aussi un moyen d’avoir un EGP par internet sans abonnement, car au final ma mére n’utilisera que cela.

    Rémi
    Utilisateur comblé d’un Windows Media Center en TNT avec deux tuner.

  • [2] - lionel a écrit le 5 mai 2007 :

    petite précision concernant free :

    l’ajout d’un disque dur via l’un des deux ports usb est possible depuis une mise à jour du firmware depuis environ 6 mois.

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 5 mai 2007 :

    Lionel, est-ce que le disque ajouté est bien géré pour la fonction PVR de la Freebox 5?

    Rémi, oui l’EPG est un aspect fondamental du PVR. Sa gratuité et sa qualité respectable dans le cas d’un Media Center est appréciable! Tu mets bien l’accent sur le besoin de proposer des solutions d’enregistrement grand public qui fonctionnent bien.

  • [4] - Laurent de TV 2.0 et Vidéo numérique a écrit le 5 mai 2007 :

    Excellente analyse, Olivier !

    J’ajouterai quelques détails.

    La DigitalBox de Noos qui fut l’un des premiers PVR sur le marché sera bientôt commercialisée dans une version HD, avec voie de retour pour la VOD, aux abonnés du câble. J’ai utilisé cette box de 1ère génération quelques mois. Son interface homme-machine qui commence à dater était très intuitive, contrairement à celle de la FreeBox 5 HD que j’ai à présent.

    Sur les marchés US et UK, les opérateurs de bouquets satellite et câble ont fortement promu les PVR, à l’achat comme à la location. Ils ont compris que c’était un investissement à fort ROI, car l’utilisation de ce type de boîtier a pour effet de faire baisser le churn (maximisation de l’expérience utilisateur et de la satisfaction client), voire d’accroître l’ARPU.

    Concernant les ruptures à provoquer, entièrement d’accord avec toi. Il faut ouvrir le monde de la Pay-TV, le sortir de l’environnement propriétaire du Middleware dans lequel il s’est enfermé. Cela tue la créativité et l’écosystème. Ce qui explique au final pourquoi dans un pays innovant comme la France et en pointe sur l’IPTV, on continue de faire de “la télé à papa”. Quel gâchis pour l’économie et les consommateurs !

    A lire, l’excellent article d’André Tonic sur le sentiment d’inachevé de la TV par ADSL (repris depuis dans le magazine TéléSatellite) :

    http://www.tech.youvox.fr/La-television-par-ADSL-un,0385

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 7 mai 2007 :

    Salut Laurent,

    Très bien cet article d’André Tonic!

    Effectivement, il y a une opportunité à saisir et pour une fois, une petite intervention de l’Etat pour favoriser une plus grande concurrence serait la bienvenue.

  • [6] - Alphonse a écrit le 13 mai 2007 :

    Idem pour Neuf.
    J’ai connecté sur le port de la NeufBox, un disque externe USB2.0 (un modèle courant du commerce). Depuis j’ai sans Pb la fonctionalitè de magnetoscope numérique avec un EPG de bonne qualité.
    1 heure d’enregistrement = 1,5 Go

    A noter: formatage spécifique du disque empéchant de relire les fichiers sur un autre support.

  • [7] - Olivier Ezratty a écrit le 14 mai 2007 :

    Bon, et bien il y a encore de l’espoir! Encore une fois, ce sont les challengers qui font mieux!

  • [8] - error 404 a écrit le 16 mai 2007 :

    La Nation est-elle soluble dans le Web ?…

    Alors que l’on a assisté au retour en grâce de la Nation, célébré – à droite comme à gauche – le drapeau, voire l’identité, et entendu des discours très patriotiques, il est flagrant de constater que la grande, vieille et belle Nation a…

  • [9] - robob a écrit le 24 mai 2007 :

    la Freebox HD est de plus équipée d’un tuner TNT HD, enfin il me semble ?

    Si c’est bien le cas, voici une des rares solutions qui permet simplement d’attendre l’avenement (définitif) de la TNT HD (gratuite) et de pouvoir l’enregistrer.

  • [10] - Olivier Ezratty a écrit le 24 mai 2007 :

    Oui, et depuis peu, on peut enregistrer ses programmes TV HD sur un disque externe via liaison USB2. Et ils sont en plus accessibles en FTP à partir du PC ou d’un Mac. Cela en fait probablement la set-top-box la plus ouverte et interopérable du marché. Au grand damn des ayants droits de contenus vidéos puisque cette fonction d’enregistrement n’est pas possible pour les programmes de Canal+ et des bouquels de Canal… grr! Et je n’ai pas l’impression que le guide de programmes soit vraiment digne de ce nom dans la Freebox HD.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Last posts / derniers articles

Quantum Energy Initiative

Discover the mission of the "Quantum Energy Initiative" which aims to develop a systemic approach to keep in check quantum technologies energetic footprint and more generally their physical resource cost. It is a collective effort gathering research organizations and industry vendors all around the world.

image

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2022, a free 1128 pages ebook about all quantum technologies (computing, telecommunications, cryptography, sensing):

image

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2022 Short version, a 24 pages with key takeaways from the eponymous book.

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
QFDN
Expo
791 photos
albth
Remise Légion d'Honneur Philippe Herbert Jul2021
2021
15 photos
albth
Vivatech Jun2021
2021
120 photos
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble près de 800 femmes du numérique (en janvier 2022) et elle s'enrichit en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentées au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Gaëlle Rannou
Gaëlle est étudiante à 42 Paris et tutrice de l’équipe pédagogique (en 2021).
flow
Jehanne Dussert
Jehanne est étudiante à l'école 42, membre d'AI For Tomorrow et d'Open Law, le Droit ouvert. Elle est aussi fondatrice de "Comprendre l'endométriose", un chatbot informant sur cette maladie qui touche une personne menstruée sur 10, disponible sur Messenger. #entrepreneuse #juridique #santé
flow
Chloé Hermary
Chloé est fondatrice d'Ada Tech School, une école d'informatique alternative et inclusive dont la mission est de former une nouvelle génération de talents diversifié à avoir un impact sur le monde. #entrepreneuse #formation
flow
Anna Minguzzi
Anna est Directrice de Recherche au CNRS au Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés (LPMMC) à Grenoble. #quantique
flow
Maeliza Seymour
Maeliza est CEO et co-fondatrice de CodistAI, qui permet de créer une documentation du code informatique par une IA.
flow
Candice Thomas
Candice est ingénieure-chercheuse au CEA-Leti, travaillant sur l’intégration 3D de bits quantiques au sein du projet Quantum Silicon Grenoble. #recherche #quantique
flow
Stéphanie Robinet
Stéphanie dirige un laboratoire de conception intégrée de circuits électroniques du CEA-Leti qui travaille sur des systèmes sur puces intégrés, des interfaces de capteurs, des interfaces de contrôle de qubits et de la gestion intégrée de l'énergie. #recherche #quantique
flow
Sabine Keravel
Sabine est responsable du business development pour l’informatique quantique chez Atos. #quantique #IT
flow
Céline Castadot
Céline est HPC, AI and Quantum strategic project manager chez Atos.
flow
Léa Bresque
Léa est doctorante, en thèse à l'institut Néel du CNRS en thermodynamique quantique, sous la direction d'Alexia Auffèves (en 2021). #quantique #recherche
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création #jeuvidéo
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo

Derniers commentaires

“Merci pour ton retour Julien. Mon commentaire sur le nombre d'algorithme était lié à une autre partie du livre, je ne sais plus où. Il y a en effet deux points clés : les algorithmes quantiques remplacent...”
“Cher Olivier, merci pour ta critique très juste et constructive. Bon, juste pour te taquiner, pour ta critique sur le nombre d'algorithme, j'ai quand même écrit p.146 : "Depuis les idées pionnières de...”
“Indeed. It seems a lab experiment more than a full fledged quantum computer. This 2-qubit gate fidelity was generated with 2 qubits. With readout fidelities of 88% and a T1 of 13 µs for one of the qubit. Still way to...”
“Great read. IQM actually has 99.8% two qubit gate fidelity...”
“Non, désolé ! Il n'existe pas de système de traduction automatique d'un bouquin très technique de 1100 pages qui fonctionne convenablement et ne nécessite pas des dizaines d'heures de relecture et...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.