Les infrastructures techniques de M6 – 3/3

Publié le 6 avril 2011 - 2 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
   

Après un tour du workflow des contenus et de la production en studio, cette visite du groupe M6 se termine avec un passage dans la rédaction des journaux télévisés et puis une découverte de la régie finale. Je conclurai avec quelques observations générales sur cette visite et la comparaison que l’on peut faire avec les équipements de Web TV.

Production des journaux télévisés

La visite continuait avec un petit tour à la rédaction des journaux télévisée. Elle occupe environ 100 personnes en tout, sans compter les équipes des studios.

4 - News room (5)

Comme dans les chaines d’information spécialisées telles que iTélé, les journalistes de la rédaction de M6 doivent être très polyvalents. En reportage, ils font tout eux-mêmes : caméraman, preneur de son et interviewer. De retour dans la rédaction, ils montent eux-mêmes leur sujet (avec les outils logiciels d’Avid) et ajoutent la voix off, le tout sur un poste de travail à deux ou trois écrans. Quand ils préparent un sujet pour le présentateur du journal, ils saisissent le texte sous Avid et celui-ci alimentera ensuite directement les téléprompteurs des studios, dont le Jean Drucker que nous avons vu pour le 19:45.

La rédaction est équipée de deux salles techniques, dont une dédiée à l’acquisition d’images externes. Ce sont les images d’agence, les images d’autres chaines de télévision, ou les “feeds direct” émis par satellite soit par des tiers soit par des équipes de M6. Pour ce faire, des canaux satellite sont réservés (sur Eutelsat ou Astra). M6 peut lui-même émettre des images pour les commercialiser à destination d’autres chaines. Une antenne satellite motorisée de 2,4 mètres de diamètre est positionnée sur le toit de l’immeuble de M6, comme c’est le cas chez Canal+, France Télévision et TF1.

4 - News room (2)

Régie finale

Dernière grande étape de cette visite, la régie finale. C’est là que sont assemblés les différents programmes des chaines du groupe M6 avant d’être diffusés sur les différents “tuyaux” (TNT, satellite, câble, IPTV).

Avant 2008, le groupe avait trois plateaux et trois régies finales. Ils sont passés à deux plateaux et une régie finale. Le gros changement a été la création de cette grande régie multi-chaines qui couvre M6 et W9, mais aussi les chaines musicales M6, Téva et Paris Première. Cette consolidation des régies est une tendance lourde dans les groupes de télévision. La régie finale a été conçue pour permettre d’accueillir d’éventuels nouveaux canaux. Nicolas de Tavernost ayant annoncé le même jour la création prochaine de deux nouvelles chaines pour la TNT, cela pourrait arriver rapidement !

6 - Regie finale (17)

Une régie finale assemble les différents programmes d’une chaine. C’est-à-dire l’enchainement des contenus comme les publicités, les annonces, l’habillage, les émissions produites en interne et en direct, les séries TV et les films. Une partie des signaux sont récupéré en direct des studios et les autres proviennent des serveurs de diffusion d’Omneon déjà cités au début de cette visite, et via un réseau dédié de fibres optiques. Les publicités sont diffusées de manière entièrement dynamique à partir des serveurs et de listes de diffusion, faciles à modifier au dernier moment.

6 - Regie finale (18)

Disposée en double arc de cercle (ci-dessus), la régie finale est décomposée en deux parties: le grand arc comprend le contrôle technique de la diffusion et le petit arc comprend le contrôle éditorial (en gros, on vérifie que ce qui est diffusé correspond bien au conducteur de chaque chaine – ci-dessous). Les écrans de contrôle sur le mur sont des LCD de 50 pouces dont la colorimétrie est assez stable. Ici comme dans toutes les autres installations, elle est calibrée à l’installation et périodiquement par un prestataire de service externe au groupe M6.

6 - Regie finale (5)

Chaque chaine est contrôlée sur un pupitre, plus ou moins sophistiqué selon sa programmation. Les chaines qui ne diffusent que des contenus enregistrés (séries TV et publicités) sont gérées quasiment automatiquement.

6 - Regie finale (2)

Au-dessus de chaque poste de travail se trouve un projecteur de son directionnel à HP standard (pas d’ultrason) qui permet de n’entendre le son de la chaine qu’en dessous et pas à côté, histoire de ne pas gêner les voisins. Et cela fonctionne très bien !

6 - Regie finale (10)

Les émissions de M6 sont diffusées également sur le câble en Suisse mais avec des insertions publicitaires différentes. Cet assemblage est aussi réalisé dans la régie finale.

La régie finale est également conçue pour résister aux pannes. Elle est entièrement doublée pour les chaines M6 et W9.

C’est aussi en régie finale que sont assemblés et convertis les signaux pour alimenter l’IPTV des FAI (ci-dessous). 

Le monitoring des départs vers les FAI (flux encodés par la tête de réseau IP) est réalisé avec un produit de la société Evertz.

6 - Regie finale (9)

Le monitoring des retours des FAI est réalisé avec le logiciel de Volicon lié à une batterie de set-top-box de chaque FAI. Celui-ci vérifie pour chaque set-top-box et de manière cyclique toutes les chaines du groupe et pendant dix secondes par chaine.

Un autre produit d’origine Volicon permet également d’enregistrer les départs (les flux diffusés) en basse résolution pendant trois mois pour se conformer à une obligation légale vérifiée par le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel).

Groupe électrogène et onduleurs

Comme de nombreux services critiques (hôpitaux, police, etc), une chaine de télévision se doit fonctionner non-stop. Chaque bâtiment est donc naturellement doté d’un gros onduleur et d’un groupe électrogène permettant pour le premier de tenir 20 minutes et pour le second quelques jours en cas de coupure d’alimentation électrique. Le groupe électrogène construit par Volvo fait la taille d’un moteur de yacht. Il alimente dans ce cas les systèmes les plus vitaux permettant de diffuser les émissions de télévision.

7 - Groupe electrogene (4)

En conclusion

J’espère que cette petite visite commentée vous a intéressés. La diversité des technologies numériques employées dans une chaine TV est de plus en plus impressionnante et encore, nous n‘avons pas exploré celles qui sont exploitées par M6Web qui gère les sites web du groupe !

Voici quelques constats d’ensemble sur ces installations :

  • Le nombre très important de fournisseurs différents, dont évidemment des marques inconnues du grand public. Snell & Wilcox (vidéo), Stagetec et Riedel (son), Vista Systems et Orad (mur de LED), autoscript (prompteurs), Omneon (serveurs de stockage), FrontPorch, MBT et SGT (logiciels de conversion et de gestion de médias) et Volicon (qualité de service). San compter les plus connus Sony, Philips, Tektronix et Dell. Il y a pas mal de fournisseurs allemands – notamment dans le son – en plus des américains. Les quelques français sont plus positionnés dans le logiciel, et dans le service d’intégration et d’installation, notamment pour le câblage.
  • La quantité de brassage de signaux audio et vidéo. Ces signaux ont beau être numériques, ils sont traités “à l’ancienne” avec des câbles qui circulent de point à point, entre caméras et tables de mixage, etc. Les armoires de brassage permettent de brancher dynamiquement tel équipement sur tel autre. On pourrait imaginer mettre tout cela sous Ethernet, Wifi et IP. Au delà du fait que cela n’est pas la pratique actuelle, cela ne tiendrait pas le choc. Notamment pour la vidéo HD des caméras qui requiert 1,5 Gbits/s par flux de caméra en 1080i. Sans compter les temps de latence ! C’est cependant une évolution que l’on peut anticiper sur le plus long terme et qui amènera une autre vague de simplification des infrastructures techniques.
  • Il y a beaucoup de PC et d’interfaces graphiques complétés de surfaces de contrôles traditionnelles (tables de mixage ou autres). Je n’ai pas vu d’iPad dans le studio ou dans les régies. Peut-être une question de mois ! Je n’ai pas vu non plus de Macintosh non dans le workflow de la production. Le PC y est le standard, sous Linux ou sous Windows. Mais on trouve tout de même des Macintosh, en post-production, avec du montage sous Apple Final Cut ou l’utilisation des solutions de montage d’Avid sur base Macintosh.
  • M6 ne supporte pour l’instant pas la 3D stéréoscopique. Le marché n’est pas encore mûr. Les infrastructures sont cependant faciles à adapter à la 3D. Les images sont dans ce cas gérées en “side by side” (l’image gauche et l’image droite sont comprimées horizontalement pour qu’elles tiennent toutes les deux sur une image 1080i), qui n’augmente pas la charge pour la diffusion. Cela changerait les studios, les caméras et rigs 3D étant plus encombrants. Les armoires de brassage et tables de mixage sont prévues pour.
  • Les guides de programme des FAI et autres CanalSat sont pour l’instant alimentés de manière standard, et notamment envoyés à TDF. Il y a bien entendu des réflexions pour produire des guides de programme plus riches avec illustrations graphiques, bandes annonces, critiques, casting détaillé pour les séries et films, etc. L’absence de standard dans le domaine est un frein à leur généralisation.

Les infrastructures d’une chaine TV “normale” sont sinon bien entendu plus lourdes que celles d’une Web TV. Un studio de web TV se contente en général de caméras qui émettent un flux SD ou HD compressé et elles streament leur contenu en direct ou en différé en résolution assez basse au regard de ce qu’il faut faire pour alimenter nos TV en Full HD (1080i). Les flux et le stockage des données sont donc bien moins exigeants en ressources. Cependant, on peut bâtir un studio de web TV avec un décor convenable et une qualité technique de bon niveau pour beaucoup moins que les couts d’infrastructure que j’ai pu observer chez M6 ou que l’on constaterait chez LCI ou BFM TV. Plus les outils vidéo Full HD se démocratiseront sur l’ensemble de la chaine de production (de la prise de vue au montage et à la diffusion), plus la pression sera élevée sur les chaines traditionnelles. En tout cas, pour ce qui concerne l’information et les talk show. Lorsque la mise en scène des émissions produites est plus complexe, les chaines traditionnelles ont encore une bonne longueur d’avance sur les web TV !

Si ce genre de reportage vous intéresse, sachez que l’on peut en trouver dans l’une des rares revues spécialisées sur le sujet en France : Sonovision Broadcast. Il me reste à faire TF1, France Télévision et Canal+…

Etant au MIP-TV et à la conférence Creative Connectivity à Cannes des 5 au 7 avril 2011, vous allez encore entendre parler de télévision et de cinéma numériques sur ce blog ! Normal, cela occupe une grosse partie de mon activité !

Publié le 6 avril 2011 Post de | Logiciels, Loisirs numériques, TV et vidéo | 13506 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 2 commentaires et tweets sur “Les infrastructures techniques de M6 – 3/3” :




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Téléchargements gratuits

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée pour votre organisation ? Rendez-vous ici.
CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour environ deux fois par an :
image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'exposition photo des femmes du numérique. Installée depuis le 16 octobre 2012 à l'espace Soleilles Cowork de Paris, elle circule dans différentes manifestations et lieux d'exposition. Les 185 portraits initiaux de l'opération sont maintenant 330. Tous les métiers du numérique y sont représentés. Depuis septembre 2013, les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN !

Tout, tout, tout sur la high-tech

Le Rapport du CES 2013 est disponible sous forme de livre, publié aux Editions Kawa dans la collection "Tout, tout" dirigée par Henri Kaufman ! Utilisez le code promo OLIVIER pour bénéficier de 10% de réduction !
image

Derniers commentaires

“A lire absolument: #MIPTV : expériences télévisuelles connectées de @olivez sur #MIPCUBE...”
“""MIPTV : adoption de la 4K" de @olivez sur ...”
“@evallespi en attendant tu as l'excellent "Guide des Startups 2014" de @olivez sur ...”
“.@Vigiglobe dans "MIPTV : expériences télévisuelles connectées" de @olivez sur #SocialTV #MIPTV...”
“Tour d'horizon complet des startups #secondecran et #SocialTV par @olivez au #MIPTV :...”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 


Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays : Chine (2010) à Shanghai et Beijing Corée du Sud (2009) à Séoul Israël (2010) à Tel Aviv Japon (2009) à Tokyo Japon (2011) au CEATEC de Tokyo Japon (2012) au CEATEC de Tokyo Japon (2013) au CEATEC de Tokyo Silicon Valley (2007) Silicon Valley (2011)

Evénements

Vous pouvez parcourir les articles sur toutes les éditions de LeWeb depuis 2006. image