Silverlight et consors

Publié le 19 mai 2007 et mis à jour le 21 mai 2007 - 26 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
   

Les annonces récentes de Microsoft Silverlight, Adobe Apollo et des évolutions de Flex, tout comme celle de JavaFX de Sun donnent un peu le tournis dans le monde des “Rich Internet Applications”. Il y a de quoi y perdre son latin car ces technologies sont toutes concurrentes, mais elles présentent des différences certaines que leurs présentations marketing ne permettent malheureusement pas d’identifier clairement.

Les annonces s’appuient à la fois sur les forces de leurs auteurs, et aussi de leurs faiblesses sur le marché et de leurs ambitions pour les résorber. Tout en surfant sur la vague du Web riche, interactif et multimédia.

Pour faire simple:

  • Microsoft cherche à séduire les concepteurs et designers de sites Web qui sont férus de Flash, alors qu’ils ont déjà plutôt la cote avec les développeurs. Ils veulent se donner une image “multi-plate-forme” pour limiter leur image “propriétaire liée à Windows”. Et se positionnent nettement sur les contenus riches, surtout vidéo.
  • Adobe cherche à séduire les développeurs en entreprise avec Flex et Apollo, des outils plus “sérieux” que Flash. Avec une incursion discrète dans le middleware serveur et une architecture de client riche.
  • Sun pousse l’avantage multi-plate-forme de Java avec JavaFX, ciblant à l’instar de Microsoft à la fois les postes de travail, les mobiles, mais également les set-top-boxes. Mais avec la volonté de simplifier le développement Java d’applications Internet riches.
  • L’open source reste créatif, mais quelque peu fragmenté et sans solution d’ensemble répondant aux besoins du “rich web”. Mais comme ils dominent le reste du web avec les solutions LAMP, ils sont tranquilles pour quelques temps.

Je vais dans ce post tenter de décortiquer ces annonces en commençant par Microsoft.

Microsoft et Silverlight

Silverlight a été annoncé pendant la conférence MIX de Las Vegas de fin avril 2007. C’est une technologie de plug-in pour navigateur permettant d’exécuter des composants logiciels “riches” avec toutes sortes de contenus interactifs, notamment vidéo. Elle ne part pas de zéro puisque c’est le nouveau nom donné à ce qui était jusqu’à présent le WPF/E (Windows Presentation Foundation / Everywhere) dont une version d’évaluation était sortie en décembre 2006.

Silverlight présente plusieurs caractéristiques intéressantes:

  • C’est la mise en oeuvre de l’architecture .NET dans un plug-in pour navigateur Web avec l’incorporation des technologies que l’on retrouve dans .NET et dans Vista: le framework Windows Presentation Framework pour la création d’interfaces graphiques riches et dynamiques, le langage XAML pour la description en XML de ces interfaces, et le support du multilangage (dans la version 1.1 de Silverlight, la 1.0 se contentant de XAML et de JavaScript). C’est donc un bon moyen de promouvoir les interfaces de programmation de Vista au delà de ce système d’exploitation. Avec une caractéristique qui semble faire la distinction avec les concurrents: une excellente rapidité d’exécution des applications.
  • C’est un composant adapté au multimédia, très puissant pour les interfaces animées et la vidéo, supportant la HD (720p) en streaming ou download. A ce titre, Silverlight devrait être une technologie de choix pour les applications grand public de commerce électronique et de télévision numérique, sur PC comme sur set-top-box. Et aussi pour le marché publicitaire, toujours à la recherche de formats originaux et interactifs. Silverlight arrive à point nommé alors que la vidéo envahi littéralement le Web. La technologie repose sur le codec SMTPE VC1 (Windows Media Video) dont la performance en streaming est probablement la meilleure du marché (taux de compression, qualité d’image, charge de serveur).
  • Il remet au goût du jour la notion de “client riche“. La nuance entre client riche et client léger est d’ailleurs de plus en plus ténue, avec tous ces plug-ins popularisés par Flash et autres players média. C’est aussi la consolidation d’un web dont de nombreuses composantes sont et restent propriétaires. Microsoft parle de “Logiciel + service” et pas juste de “Software as a service”. C’est la traduction d’une réalité simple: les solutions logicielles d’aujourd’hui qui exploitent Internet sont la combinaison de logiciels qui tournent sur votre ordinateur (fixe, portable, set-top-box, montre, whatever…) et de logiciels tournant sur des serveurs (qu’on appelle “services”). Bref, après quelques contorsions sémantiques, c’est le bon vieux concept du “client-serveur” qui survit aux générations technologiques. Microsoft se positionne d’ailleurs des deux côtés de la chaîne de valeur avec tout ce qu’il faut du côté client (Silverlight, Vista, clients riches, semi-riches, légers, etc) et du côté services (ce que propose Live: Hotmail, Photos, Contacts, Virtual Earth, Search, authentification et le nouveau Silverlight Streaming, un service web de streaming vidéo avec 4 Go de stockage gratuit ).
  • Une offre très intégrée d’outil de développement d’applications riches: Expression Studio qui comporte quatre composants (Expression Web pour la création d’applications Web en remplacement de FrontPage, Expression Blend pour la création d’applications desktop, Expression Design pour le dessin vectoriel et bitmap – résultat de l’acquisition de Creature House en 2003 et Expression Media pour l’encodage et la gestion des médias – issu de l’acquisition de iViews en 2006). Expression Studio peut être évalué gratuitement par brique. Cette intégration suit un découpage fonctionnel par métier (développeur, designer, média manager) reprenant une vision très taylorienne de la conception de site Web riche. Mais l’approche a ses limites puisqu’Expression Studio ne supporte pas encore l’intégration d’outils de gestion de version (CVS like). On se retrouve donc avec une approche du développement à trois couches: médias/contenus/design, site web, et composants logiciels, ces derniers restant développés avec Visual Studio. L’ergonomie, le look et la cohérence de la suite Expression sont vraiment attirants, par comparaison à ce que l’on trouve chez Adobe ou Sun qui reste très austère (cf exemple avec Blend ci-dessous).

  • Une ouverture qui s’étoffe mais qui reste limitée : le plug-in Silverlight fonctionne sous Windows (y compris Windows Mobile) et MacOS. Il supporte Internet Explorer, Firefox, Opera et Safari. Linux n’est pas au programme et ne le sera pas avant longtemps car Microsoft évite de toucher à ce système par peur du côté viral de la licence GPL (même s’il a des offres qui touchent bien à Linux notamment dans le domaine de la virtualisation). Microsoft s’appuiera donc sur le projet Mono mené par Miguel Iquaza chez Novell pour faire fonctionner Silverlight sous Linux. Du côté développement, Silverlight peut être programmé avec le très populaire langage objet Ruby, en plus des langages classiquement supportés par .NET tels que C# ou Python. L’ouverture n’est par contre pas le fort de Silverlight du côté de la vidéo : il ne supporte que le format SMTPE VC1 (de la HD au mobile). Aucune information n’a filtré sur une éventuelle architecture de codecs pour supporter d’autres formats vidéo. Donc, des conversions de formats sont prévues au programme – avec Expression Media Encoder – pour les Divx, H264, MPEG2 et autres MPEG4. En audio, le choix est légèrement plus ouvert avec le support du WMA et du MP3. Enfin, et ce n’est pas de l’ouverture mais plutôt de la capture de part de marché de concurrent, un outil de conversion est fourni pour passer de Flash à Silverlight.

D’un point de vue pratique, l’installation de Silverlight (1.0 beta) est rapide, avec un téléchargement de moins de 2 Mo. Tout du moins sous Windows Vista ou sous Windows XP SP2 qui disposent déjà du framework .NET. Dans le cas contraire, on est bon pour 50 Mo de téléchargement. Une fois le plug-in installé, on peut tester quelques petites applications de démonstration comme cet outil de présentation de bandes annonces de Fox:

En fait, il y a coexistence entre la bêta de Silverlight 1.0 (2 Mo) et une alpha de Silverlight 1.1 (4 Mo). C’est vraiment un comble! Cette dernière version qui seule supporte la CLR et les langages de programmation de .NET permet de visualiser quelques démonstrations comme ce Silverlight Airlines qui permet visuellement d’identifier le meilleur vol et parcours pour aller d’une ville à une autre des USA:

 

Dans son lancement de Silverlight, les premières références clients de Microsoft étaient très orientées ‘médias’ et réduites aux USA: CBS (pour un site communautaire en cours de création, à la MySpace), Fox que l’on a déjà vu, Major League Baseball (télévision en direct et à la demande), Skinkers (push streaming vidéo sur mobiles), Limelight Delivery Network (distribution de contenus médias) et enfin Netflix pour la consultation d’extraits vidéos.

Il y avait également quelques logiciels ou matériels en tirant parti: Roxio Buzz, un outil gratuit de montage vidéo relié aux plates-formes de streaming comme Silverlight Streaming (version payante pour supporter les codecs vidéo comme le MPEG2, MPEG4 ou AAC d’Apple), Topbanana de Metaliq, un outil de montage vidéo équivalent issu d’une jeune startup, et enfin Tarari qui annonce un encodeur vidéo matériel (pour le VC1 de Silverlight).

Bref, avec Silverlight, on bénéficie de spécificités de .NET et de Microsoft: un choix de langages de programmation et d’outils de développement modernes, la meilleure performance d’exécution et une plate-forme d’outils de création adaptée à tous les métiers. Par contre, c’est malgré un peu d’ouverture, un monde assez “Microsoft centric”. Vous voulez en savoir plus? L’occasion vous en est donnée en participant à la conférence Mix à Paris, au Cirque d’Hiver, le 21 juin. Vous pouvez aussi lire divers compte rendu de l’annonce de MIX Vegas, notamment chez Fred Cavazza. Et aussi la description assez complète de Silverlight faite par Scott Guthrie de Microsoft Corp.

Au passage, les rumeurs sur l’acquisition de Yahoo par Microsoft me semblent peu fondées. Contrairement à l’idée répandue chez ses détracteurs, Microsoft fait très rarement l’acquisition de concurrents, à fortiori de grande taille. Les redondances entre MSN/Live et Yahoo sont trop conséquentes (mail, messagerie instantanée, portail, blog, partage photo/vidéos, etc) pour qu’une intégration puisse fonctionner sans pertes et fracas. Par contre, il n’est pas impossible que Microsoft discute avec Yahoo de partenariats technologiques divers. Pourquoi pas, relatifs à l’usage chez Yahoo de Silverlight! Mais je peux me tromper, on verra bien…

Sinon, Microsoft vient de faire, comme ça, l’acquisition de aQuantive hier pour la modique somme de $6B. C’est sa plus grosse acquisition historique. Faute d’avoir pu gober DoubleClick, attrapé par Google il y a quelques semaines pour $3B. aQuantive est l’un des principaux concurrents, certes moins connu, de DoubleClick. Il faut dire que aQuantive avait un atout de taille: ils sont basés à Seattle! Mais ceci n’a pas de rapport avec Silverlight, mais plus avec la volonté de Microsoft de monétiser ses services Internet par la publicité, face à l’omniprésent Google.

Adobe, Apollo et Flex

Apollo d’Adobe est l’équivalent le plus proche de Silverlight. A ceci près que ce run-time permet de mixer dans le même composant logiciel du code HTML, JavaScript en plus du Flash et au passage du PDF.

Un plug-in Silverlight sera écrit dans un langage supportant .NET, puis fera appel à XAML pour la description graphique de l’application. Et il sera exécutable dans le contexte d’une page HTML, elle-même rendue par un navigateur. Alors qu’un composant Appolo est en fait une application qui s’exécute directement à partir du bureau.

Du côté outil de développement, Adobe propose Flex pour créer ces applications Apollo. Flex comprend Flex Builder, un environnement de développement (IDE) basé sur Eclipse (illustration ci-dessous), Flex Framework, un modèle de programmation, et Flex Data Services, un service d’accès (écrit en Java) aux données gérant la synchronisation entre client et serveur. L’interface des applications Flex est codée avec MXML, une sorte d’équivalent du XAML de Microsoft.

Sur le poste de travail, l’application Apollo s’exécute avec un run-time Apollo. Une application Flex se contente du Flash Player. Dans les deux cas, on a une bonne vieille application “client riche” dotée des moyens de communication avec les serveurs sur Internet. Voici pour résumer tout cela une cette comparaison schématique d’architecture entre les applications Silverlight, Flex et Apollo (cliquer dessus pour agrandir le schéma):

Au delà de cette notion de client riche “standalone”, ce qui est un peu nouveau dans l’architecture d’Adobe, c’est l’intrusion dans le serveur. Jusqu’à présent, un plug-in Flash s’exécutait tout seul sur le client, sur lequel il avait été téléchargé comme simple fichier à partir d’un serveur. Une application Flex ou Apollo feront appel aux Flex Data Services tournant sur serveur. Ce n’est probablement qu’un début et il ne serait pas étonnant de voir un jour Adobe étoffer son offre de middleware serveur à partir de cette tête de pont.

Un avantage à signaler pour l’offre Adobe: elle est “plus” multiplateforme car l’éditeur supporte lui-même Linux. Même s’il ne supporte officiellement que RedHat et Novell Suse. Sa stratégie pour les mobiles semble par contre moins avancée que celle de Microsoft et de Sun, que l’on verra juste après.

Microsoft et Adobe ont deux approches propriétaires qui se battent en duel. Ils rivalisent d’ouverture dans leur monde propriétaire: Microsoft a fait standardiser le VC1, le C#, la CLR, et a mis en open source la DLR, un bout du run-time de Silverlight. Mais le langage script de Flash, Action Script, est aussi un standard ECMA, organisme convertissant régulièrement des spécifications propriétaires en standards de jure. L’annonce de la mise des outils Flex 3.0 en open source suit cette tendance. Quand ont lit entre les lignes, on constate que seuls certains composants de Flex seront mis en open source. Et que cela ne concerne pas les extensions à Eclipse ni les Flex Data Services. L’approche open source est donc utilisée plus à des fins marketing qu’autre chose, tout en préservant le côté propriétaire des composants clés de la plate-forme Flex et Apollo. A l’instar de Microsoft avec Visual Studio et Expression, le Flex Builder d’Adobe reste bien payant.

Adobe a pour lui la chance qu’a Microsoft dans d’autre domaine : l’inertie de marché. Qui fait qu’il sera difficile de déloger Flash. Le web continuera donc d’être un bric à brac qui voit se côtoyer de nombreuses technologies ouvertes et propriétaires, avec une palanquée de plug-ins et autres composants logiciels incompatibles entre eux.

Avec Adobe, on est donc dans le standard du moment, un peu plus proche des standards Web, et on est plus multi-plate-forme qu’avec Microsoft.

Sun et JavaFX

Sun a annoncé JavaFX quelques jours après l’annonce de Silverlight par Microsoft. On pourrait dire: “en réaction à”. D’un point de vue du timing, c’était à l’occasion de la conférence JavaOne qui avait alors lieu, et de toutes manières, ces choses là ne se préparent pas en quelques semaines. Même s’il apparait que l’annonce est maigre et ne constitue pas une avancée autant que celles d’Adobe ou de Microsoft.

JavaFX Script est un langage de scripting qui fonctionne sur toute machine virtuelle JavaSE. Sorte d’intermédiaire entre Java et JavaScript, il s’appuie sur la bibliothèque de composants Swing servant à décrire les éléments de l’interface graphique. Mais l’ensemble ne semble pas permettre la création d’applications aussi riches visuellement que Silverlight ou Flex.

Alors, où est l’interpréteur de ce langage? L’histoire ne le dit pas et le marketing de Sun est assez obscur de ce point de vue là. L’interpréteur doit se charger avec l’application, étant lui-même écrit en Java. Ou bien JavaFX n’est qu’un nom marketing pour un sous-ensemble de Java ou de JavaScript. En tout cas, ceci n’augure rien de bon en termes de performances. Les applications JavaFX sont des fichiers .jar chargés à partir d’un navigateur et qui s’exécutent ensuite dans leur propre fenêtre.

Sun propose aussi JavaFX Mobile, un middleware pour mobile permettant d’exécuter ces nouveaux scripts. Un bon point pour Java qui est effectivement très présent sur ce marché.

Autre bon point pour Sun et Java, le côté multi-plate-forme qui est bien meilleur que pour Microsoft Silverlight et Adobe Flex/Appolo. Car Java supporte à peu près tout ce qui existe comme système d’exploitation. De plus, JavaFX en open source, of course.

On développe les applications JavaFX à partir de NetBeans, l’environnement de développement gratuit de Sun écrit lui-même en Java.

Donc, what’s new? Pourquoi a-t-on besoin d’un langage de scripting lui-même tournant au dessus de Java? La littérature indique que cela permet d’ouvrir Java à un plus grand nombre de développeurs. Mais n’est-ce pas le rôle de JavaScript? Mystère pour moi…

Sur le site de JavaFX, on pouvait tester quelques petites applications de démonstration comme celle de Motorola qui a l’air bien animée et rapide:

Et une autre de Tesla Motors. Mais, différence notable par rapport aux démonstrations de Microsoft et Adobe: il n’y a pas de vidéos! Pourtant, cela doit être possible.

Au bilan, avec Sun et Java, on n’est pas très avancé, sauf peut-être sur les mobiles où Java est très présent.

Solutions open source

Le monde de l’open source est très divers et son approche est donc assez fragmentée. Même si elle présente l’approche de ne pas être propriétaire et proche des standards du Web.

Historiquement, les évolutions du développement Web dans ce monde passaient par Ajax et ses évolutions comme XAP (soutenu par Nexaweb) ou implémentations diverses comme chez Helmi, tout comme XUL – un vague équivalent open source du XAML de Microsoft – et SVG, un format d’image vectoriel 2D dérivé de XML. (NB: Microsoft fournit aussi une implémentation d’Ajax sur ASP.NET avec Atlas).

C’est le projet OpenLaszlo, d’origine italienne, qui semble le plus proche de Silverlight et de Flex. Il s’appuie sur un langage LZX de description d’interface graphique similaire à XUL (Mozilla Foundation), XAML (Microsoft) et MXML (Adobe) et sur un logiciel serveur qui compile le code pour l’envoyer aux navigateurs au format Shockwave reconnu par le player Flash ou bien en JavaScript. Les quelques démonstrations d’applications réalisées avec sont assez classiques dans la forme.

Enfin, du côté du consortium ObjectWeb, il n’y a pas de signe de vie d’une plate-forme intégrée pour le “rich web”. Ce qui s’explique par l’orientation middleware serveur et développement d’applications en entreprise du consortium et de ses différents membres.

A ce stade, aucune solution open source n’a réussi à véritablement égratigner Adobe côté part de marché, ou Microsoft du côté de la cohérence de l’architecture.

Conclusion

Je constate au vu de ces acteurs du marché que leur marketing est assez cryptique. Leurs explications contiennent peu de schémas qui expliquent qui fait quoi, quel logiciel tourne où et s’interface avec quoi. Le manque de pédagogie est flagrant. Adobe n’est pas trop mauvais, Sun est une catastrophe, et Microsoft se situe entre les deux.

Je note aussi une conséquence de l’émergence de ces applications “riches” qu’il ne faut pas négliger: elle peut fermer l’Internet et notamment empêcher l’indexation de contenus, s’ils sont tous encapsulés dans ces applications.

Bref… net net, Adobe et Microsoft restent les deux acteurs en lice dans ce web propriétaire!

Encore faut-il faire la part des choses sur le marché concerné. Il s’agit ici du marché des “applications riches”. Mais l’essentiel du web, ce sont des applications “pauvres” – certes dynamiques – qui n’ont pas besoin d’être “riches”. Donc, les applications Web développées avec des outils plus traditionnels comme le bon vieux PHP et le JavaScript, continueront de dominer l’Internet pendant longtemps.

Article très légèrement mis à jour le 20 mai 2007

Publié le 19 mai 2007 et mis à jour le 21 mai 2007 Post de | Internet, Logiciels, Microsoft | 31269 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article          

Les 26 commentaires et tweets sur “Silverlight et consors” :

  • [1] - rthomas a écrit le 19 mai 2007 :

    Pour les développeurs il faut noter que Silverlight est dans la direction d’une unification des applications. Les différences entre dev « Web » et dev « EXE » deviennent assez subtile et vont à terme disparaître.

    Rémi

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 19 mai 2007 :

    Juste une différence entre URL et UNC? C’est aussi une affaire de standards et de protocoles utilisés.

    Il n’y a en tout cas pas vraiment unification (c’est plutôt le bazar) et toutes les applications ont une dose client et une dose serveur, le dosage étant très variable. Mais un browser, à la longue, c’est devenu un client riche…

  • [3] - Jeremy Fain a écrit le 19 mai 2007 :

    Bonjour Olivier,

    Vous écrivez “l’essentiel du web, ce sont des applications “pauvres” – certes dynamiques – qui n’ont pas besoin d’être ‘riches’. Donc, les applications Web développées avec des outils plus traditionnels comme le bon vieux PHP et le JavaScript, continueront de dominer l’Internet pendant longtemps.”

    Pas si certain. Car, même s’il est probable que les logiciels en ‘client lourd’ ne seront jamais abandonnés, le marché appelle à ce que de plus en plus d’applications tournent directement dans le navigateur. Ce qu’a rendu possible la technologie Ajax notamment.

    Jusqu’ici, les applications web étaient effectivement relativement ‘pauvres’ en raison comme vous l’avez souligné de la lenteur de Flash, et de la non compatibilité de certains navigateurs (obligation de télécharger un plug-in, etc.).

    Maintenant que le problème de la lourdeur en téléchargement comme en chargement est résolu, il est probable que les interfaces rich media décollent une bonne fois pour toutes.

    Car si jusqu’ici le rich media était cantonné à la publicité interactive, les utilisateurs comme les développeurs et les graphistes vont découvrir qu’il est possible d’embarquer de l’intelligence dans du beau grâce à ces réelles innovations que sont les plateformes Apollo d’Adobe et Silverlight de Microsoft.

    Le combat entre les deux éditeurs américains pour la domination de ce très juteux marché risque d’être féroce et passionnant.

    Comme l’utilisateur se fiche éperdumment de savoir si l’appli tourne en Apollo ou Silverlight, la clé du succès résidera probablement dans l’évangélisation des web agencies, et là Adobe, historiquement et avec le rachat de Macromedia, a une sacré avance.

  • [4] - Olivier Ezratty a écrit le 19 mai 2007 :

    La question est de savoir où l’on place le curseur pour le “rich media”. On peut déjà faire pas mal de “media” avec les technos web traditionnelles…

  • [5] - genium a écrit le 20 mai 2007 :

    Bonjour Olivier,

    AMHA, On devine l’imminence d’une opposition RIA/Web dans l’esprit de l’affrontement WS-*/REST.

    Les raisons du déclin inéluctable des “techno” WS-* & co au profit des architectures REST sont assez simples: WS-* viole (ou au mieux ignore) les principes d’architecures du Web.

    Dans ces problématiques d’architecures, les RIA ne feront pas le poids face aux applications Web.

    Ma seule crainte, c’est que Microsoft verrouille le web au niveau du W3C. Il faudra suivre l’évolution des spec HTML 5 comme des travaux du whatwg (avec les principaux acteurs du web, comme mozilla, opera, google, safari…)

    Cordialement.

    Nota bene:

    – A suivre également l’évolution de Microsoft:
    “REST is totally sweeping Microsoft”
    http://www.25hoursaday.com/weblog/PermaLink.aspx?guid=be04ab7c-428d-4173-8d41-dbe374e5a4c1

    – A lire: RESTful Web Services
    http://www.oreilly.com/catalog/9780596529260/

  • [6] - frenchy a écrit le 20 mai 2007 :

    “””Du côté développement, Silverlight peut être programmé avec le très populaire langage objet Ruby, en plus des langages classiquement supportés par .NET.”””

    C’est d’abord Python qui est disponible, par l’intermédiaire de la DLR, qui est la couche dynamique au dessus du CLR qui permet à terme d’interfacer quasiment n’importe quel langage dynamique.

    je suis pas en grand fan de Microsoft mais permettre aux développeurs d’utiliser leur language favoris côté client (et non plus seulement javascript) et de bénéficier de toutes les bibliothèques .Net (quelque soit le language d’écriture) est un argument très fort pour un développeur.

    Pour mieux comprendre le fonctionnement et l’intérêt de la DLR, voir le Blog Jime Hugunin, lead développeur d’IronPython chez Microsoft et qui travail aussi sur la DLR:

    http://blogs.msdn.com/hugunin/archive/2007/04/30/a-dynamic-language-runtime-dlr.aspx

    “””
    We’re initially building four languages on top of the DLR – Python, JavaScript (EcmaScript 3.0), Visual Basic and Ruby. We shipped today both Python and JavaScript as part of the Silverlight 1.1alpha1 release today.
    “””

  • [7] - philippe a écrit le 20 mai 2007 :

    merci pour cette analyse très vaste mais précise. Peut-être pourrait-on aussi inclure Ajax comme candidat pour la bataille des clients riches. Car si le besoin (et la frustration des créatifs) pour des applications plus riches se fait sentir, les différents frameworks disponibles permettent de résoudrent de nombreux problèmes, même si question “whaou”, ce sera sûrement moins bon… Mais dans cet ensemble, qui aura le dernier mot, voilà de quoi rédiger un nouveau post tout aussi passionnant.

  • [8] - Olivier Ezratty a écrit le 20 mai 2007 :

    Philippe,

    J’ai cité Ajax dans les technos open source, même si elles sont également utilisées chez MS (dans Atlas). Ajax permet de créer des sites dynamiques, mais pas forcément du rich media (“whaou” comme vous dites) comme les solutions d’Adobe et surtout MS le proposent. Mais comme indiqué dans la conclusion, reste à savoir quel est le réel besoin du marché dans son ensemble.

    Au passage, on est tous en tant qu’utilisateurs, plutôt agacés par ces sites vitrines d’entreprises qui démarrent avec une animation Flash. C’est une véritable pollution du Web qui mériterait d’être limitée. Mais que le rich media ne va pas arrêter, malheureusement!

  • [9] - links for 2007-05-20 a écrit le 21 mai 2007 :

    [...] Silverlight et consors Le point de vue sur la guerre des solutions de rich internet applciations par Olivier Ezratty (ex Microsoft donc point de vue forcémment un poil biaisé). Dommage qu’il oublie Mozilla XUL / XULRunner. (tags: silverlight flash apollo ria gui f3) [...]

  • [10] - imbolcus a écrit le 21 mai 2007 :

    Vous dites que le Libre est morcelle et a du mal a fournir une solution complete. C’est sans compter la decision de Adobe de liberer Flex… De ce fait, Flex est une techno Libre, non morcellee et leader sur son marche pour l’instant ;)

  • [11] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mai 2007 :

    Pour moi, Adobe Flex est plus “open source” que “libre” dans la philosophie. C’est un bout de techno en open source lié à plein de technologies et outils propriétaires. Et une palanquée de brevets logiciels à n’en pas douter.

    Bref, un positionnement “open source” très marketing.

  • [12] - Laurentj a écrit le 21 mai 2007 :

    Vous avez oublié dans votre analyse, au niveau opensource, XulRunner (de Mozilla). Apollo est au niveau architecture une copie conforme de XulRunner : interface en XUL + javascript (ecmascript) + html + SVG + css + plein d’autres technos (standardisées pour la majorité), fichiers rassemblés dans un zip et exécutés sur le desktop au moyen de XulRunner. D’ailleurs au niveau conceptuel, MXML ressemble plus à XUL qu’à XAML. Et pour ce qui est du coté multimédia, on peut trés bien, dans une appli XUL, se baser sur du flash, ou des plugins audio/video comme VLC

  • [13] - Jean-Marc Fontaine a écrit le 21 mai 2007 :

    XUL – un vague équivalent open source du XAML de Microsoft

    Je vous trouve bien sévère avec XUL. Surtout qu’historiquement c’est XAML qui est une copie de XUL.

  • [14] - jimich a écrit le 21 mai 2007 :

    Pour en revenir à XUL …
    Jamais entendu parlé de Joost des frères Kazaa et Skype? :-)
    http://www.joost.com/
    Jamais entendu parlé de Songbird?
    http://www.songbirdnest.com/

    2 petites applications XUL basées sur XUL runner et combinant une dose de XML (XUL), de javascript et de code compilé …

    et ne pas oublier quand même que firefox et thunderbird (et SeaMonkey, et nvu, et … ) ont une interface graphique décrites en XUL par dessus la plateforme mozilla

  • [15] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mai 2007 :

    Laurent,

    Bon point, effectivement, Adobe s’est appuyé sur des briques open source XUL. Tout en les rendant propriétaires malgré tout dans leur assemblage.

    Jean-Marc,

    Remarque exacte sur le timing : XUL date de la fin des années 1990 et XAML a vu le jour – au niveau des labs – aux alentours de 2001/2002, avant la sortie de la première Alpha de Vista (Longhorn). Prises isolément, toutes ces technologies s’inspirent les unes des autres. Et cela remonte souvent loin dans le temps. Doit-on cependant comparer XUL à XAML isolément du reste ? XUL d’intègre à Gecko, le moteur de Mozilla intégré dans Firefox. XAML s’intègre au framework .NET 3.0 de MS, avec une couverture fonctionnelle très large. Je pense en particulier à l’architecture qui relie XAML au moteur graphique de Windows et aux drivers de carte graphique, en particulier pour les rendus vidéo et la gestion de textures. Egalement au traitement 2D qui peut être appliqué à l’ensemble d’une fenêtre et de ses objets, au placage de vidéo (fichier ou streamée) sur n’importe quelle surface 2D ou 3D. Architecture qui n’a à ma connaissance par d’équivalent dans XUL/Gecko, et pour cause, car cette technologie est indépendante de l’OS. Ensuite, XUL est interprété alors que XAML est compilé, avec un impact sur la performance et sur la capacité à créer des applications riches et rapide et pas seulement des widgets pour le navigateur. Il est plus approprié de comparer des architectures que des langages « tags à tags » comme le font certains au sujet de XUL et XAML. Dans ce contexte, l’approche intégrée de Microsoft a les avantages de ses inconvénients et réciproquement: cohérente de l’interface au hard, mais propriétaire et non standard (de jure). Le monde du libre reste encore fragmenté et divisé, ce qui nuit à sa compétitivité dans ce domaine face à Microsoft et à Adobe. Cela n’a pas été arrangé par la perte de leadership du W3C qui n’a pas réussi à s’imposer dans les dialectes XML de spécification d’interface graphique (cf l’état des lieux sur http://www.w3.org/2006/appformats/).

    Bon, mais chez Microsoft, on attend toujours des applications sérieuses développées en .NET en XAML, hors Windows Live ! A croire que c’est « pour les autres ».

  • [16] - philippe a écrit le 21 mai 2007 :

    Olivier, si je pensais à Ajax, c’était suite à ta réflexion sur l’indexation des applications web. Les outils “compilés”, tant qu’ils n’offriront pas des possibilités d’introspection standardisée (java le permet en théorie) ne pourront permettre des indexations efficaces. L’exemple de flash est révélateur : l’outil de publication HTML se contente d’exporter tous les textes des animations dans le code HTML, sans distinction, sans possibilité d’accéder directement au contenu (à moins d’un travail manuel du flasheur). On imagine difficilement moins pertinent, plus “bruyant”. L’avantage d’une application Ajax est qu’elle livre du HTML, c’est déjà ça, et le contenu sera indexable sauf si il est chargé dynamiquement. Car c’est bien le contenu que l’on cherche à indexer, non les traitements.
    Et si le web statique côté client n’en comporte que de très légers (des traitements), les applications rich media sont justement là pour en mettre à foison. D’ailleur dès lors qu’elles s’y limitent, elles ne poseront pas de problème à l’indexation surtout dans le cas du couple Ajax+HTML.
    Je pense qu’il s’agit là d’un choix qui appartient aux concepteurs d’applications et sur lequel il convient d’être très prudent : dynamiser les traitements, oui, mais sur un contenu accessible statiquement et conforme aux standards.

  • [17] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mai 2007 :

    A Jimich: je connaissais Joost mais pas Songbird, que je viens de télécharger pour le tester. L’outil est sympa mais n’est pas très innovant en matière d’interface graphique. Un arbre, des listes, des boutons. Vouala!

  • [18] - Olivier Ezratty a écrit le 21 mai 2007 :

    Philippe, oui, ce qui compte c’est de pouvoir indexer les données exposées par les applications web. C’est un choix. Et certains font explicitement le choix de la non indexation, de la non-URLization des données (hotlinks), etc. On peut donc effectivement se méfier des technologies qui ferment le web. Tout du moins, en tant qu’utilisateur qui subit plus qu’autre chose les choix des créateurs de sites.

    Mais pour revenir à Ajax, c’est sympa pour limiter les allers et retours avec les serveurs Web dans la cinématique des applications, mais cela ne permet pas de créer des interfaces graphiques du même niveau de richesse et d’interactivité qu’avec XUL ou XAML/WPF. Isn’t it?

  • [19] - Simon Mourier a écrit le 23 mai 2007 :

    Bonjour Olivier :-)

    Je connais au moins une “application sérieuse” écrite en .NET FX 3.0, dont le client est entièrement basée sur XAML, et les services sur WCF, une application dans le monde du retail de la société VCSTimeless (éditeur français il faut le souligner!):

    http://www.vcstimeless.com/retail_software/retail_technology.asp

    PS: Concernant XAML, il est plutôt copié sur le modèle ASP.NET (identité graphe d’objet – markup depuis .NET FX 1.0) que sur XUL, mais on le remarque très rarement car tout le monde préfère faire du code behind que de l’objet … :-)

  • [20] - Tom a écrit le 23 mai 2007 :

    Un petit site en Flex, qui n’a pas l’air de beaucoup marcher, mais bon :)

  • [21] - Tom a écrit le 23 mai 2007 :

    le XHTML marche pas ?
    Le lien :
    http://www.oneyeartobecomemillionaire.com/

  • [22] - Olivier Ezratty a écrit le 23 mai 2007 :

    C’est limite spam ce truc…

  • [23] - Revue de Presse Xebia par J2EE, Agilité et SOA : Le blog de Xebia France a écrit le 28 mai 2007 :

    [...] Lors du dernier JavaOne, Sun a annoncé JavaFX. La guerre à Flash et autres Silverlight est ouvertement déclarée. Une petite explication et un comparatif entre Silverlight, JavaFX et Flex d’Olivier Ezratty Silverlight et consor. [...]

  • [25] - Opinions Libres - Le blog d'Olivier Ezratty a écrit le 4 juin 2007 :

    [...] du direct le 15 mai 2007. Il reprend et synthétise deux posts de mon blog: l’un sur Silverlight et consors, l’autre sur [...]

  • [26] - Denis Dollfus' Blog a écrit le 9 juin 2007 :

    Un essai de site Web pour la veille sur Flex et Silverlight…

    La problématique du veilleur technologique est toujours la même : comment être sûr de ne pas manquer une info importante sans crouler sous une trop grande quantité de news ? Une des solutions venues avec le Web 2.0 est de…




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
Première Pierre Halle Freyssinet Oct2014
2014
96 photos
Rencontres Internationales FrenchTech Oct2014
2014
105 photos
Tokyo et CEATEC Oct2014
2014
798 photos
TEDx Paris Oct2014
2014
450 photos
L'Usine IO Oct2014
2014
10 photos
Orange ShowHello Oct2014
2014
89 photos
Trophée Excellencia Sept2014
2014
92 photos

Téléchargements gratuits

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année en mars, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :
image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Rendez-vous ici.
CouvertureRapportCES

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'exposition photo des femmes du numérique. Installée depuis le 16 octobre 2012 à l'espace Soleilles Cowork de Paris, elle circule dans différentes manifestations et lieux d'exposition. Les 185 portraits initiaux de l'opération sont devenus environ 400 (en juin 2014) et la base s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés. Depuis septembre 2013, les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN !

Derniers commentaires

“Rapport d'@olivez sur CEATEC; tjrs aussi instructif, thanks Olivier "CEATEC 2014 : robotique, énergie et santé" …...”
“Merci pour ces quatre articles synthétiques, clairs et précis du CEATEC 2014. Eclairage pertinent sur les innovations technologiques et sur l'écosystème numérique nippon....”
“Oui c'est exactement ça. Ils comptent par 10 000. Exemple le billet de 10 000¥ se dit 1万. (Ichi man) Pour 100 millions ils disent 1億. (Ichi oku) Par conséquent 7 milliards se dit 70億 (nana jyu oku) h...”
Répondre
Olivier Ezratty
sur CEATEC 2014 : intro et 4K :
“Alors pourquoi ce chiffre 70 ? Ils ne comptent pas par milliers ?...”
“Sur la photo du stand Toshiba cela signifie 7 milliards d'etres humains sur terre et non 70 ans de quelque chose. Sinon votre article est excellent comme d'habitude....”

Tweets sur @olivez



Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 


Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays : Chine (2010) à Shanghai et Beijing Corée du Sud (2009) à Séoul Israël (2010) à Tel Aviv Japon (2009) à Tokyo Japon (2011) au CEATEC de Tokyo Japon (2012) au CEATEC de Tokyo Japon (2013) au CEATEC de Tokyo Silicon Valley (2007) Silicon Valley (2011)

Evénements

Vous pouvez parcourir les articles sur toutes les éditions de LeWeb depuis 2006. image