Actualités quantiques de décembre 2021

Publié le 21 décembre 2021 et mis à jour le 17 janvier 2022 - Commenter -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Dans ce 34e podcast “Quantum”, Fanny Bouton et moi-même faisons comme d’habitude un tour d’horizon de l’actualité quantique française et mondiale avec l’actualité événementielle, puis scientifique et entrepreneuriale. L’épisode est aussi sur YouTube.

L’actualité est dense et variée. On y évoque même à la fin le cas du « tardigrade quantique intriqué » pour voir si c’est un hoax ou pas.

Ce post contient une sorte de version longue du podcast ainsi que les liens permettant de trouver dans la plupart des cas les sources des informations citées.

Post-scriptum sur les 127 qubits d’IBM

Nous commençons par une forme d’erratum concernant IBM et ses 127 qubits. Je me plaignais dans le Quantum précédent de ce qu’IBM n’avait pas publié les caractéristiques techniques de ces 127 qubits. Ce n’était pas exact. Comme quelqu’un d’IBM me l’a signalé sous forme de commentaires, la société a bel et bien publié des informations sur la fidélité de ses 127 qubits. C’est le cas avec tous les systèmes quantiques mis en ligne dans l’offre IBM Q Experience, sachant que leur accès est gratuit jusqu’à 15 qubits. En l’occurrence donc, les informations sur IBM Q Washington et ses 127 qubits étaient disponibles dès le 16 novembre sur ce lien.

Avec donc :

  • Des temps de vie des qubits d’environ 100 μs, en ligne avec les versions précédentes. Leur T1 est de 95 μs et leur T2 de 103 μs. T1 correspond au “qubit lifetime”, le temps de stabilité en amplitude des qubits, et T2 au temps de stabilité de leur phase. En laboratoire, IBM a obtenu en 2021 un T1 de 1 ms, donc 10 fois meilleur, mais sur une architecture de circuits supraconducteurs différente qui n’est pas en ligne et dont le nombre de qubits n’est pas précisé.
  • Des taux d’erreur de portes CNOT (à deux qubits) situés selon les jours entre 2% et 6,3%. Ce n’est vraiment pas très bon ni bien stable.
  • Des taux d’erreur sur les portes à un qubit (X) assez bas, de 0,06%. En règle générale, les portes à un qubit sont plus fidèles que les portes à deux qubits.
  • Des taux d’erreur de lecture situés entre 2% et 2,8%.
  • Un volume quantique de 32 (2 puissance 5), ce qui nous fait 5 qubits réellement utilisables. Cela représente une régression que le record précédent de QV de 128 pour les processeurs à 27 qubits correspondant à 7 qubits utilisables. Il faut se rappeler que le volume quantique ne correspond pas à un nombre de qubits utilisables. C’est son logarithme en base 2 qui l’est. En d’autres termes, un volume quantique est une puissance de deux. C’est cette puissance qui correspond au nombre de qubits pratiquement utilisable [PS: le volume quantique des 127 qubits était passé à 64, comme vu le 17 janvier 2022, ce qui nous fait 6 qubits].

Bref, on a bien 127 qubits mais ils ne sont pas vraiment exploitables à ce stade pour en tirer parti et obtenir un véritable avantage quantique. Sauf éventuellement par des algorithmes pour qui le bruit ne serait pas gênant et il y en a assez peu de disponibles de ce genre. Il faut savoir par ailleurs que l’évaluation des capacités d’un grand ensemble de qubits est plus compliquée que la collecte des données de fidélité ci-dessus. Elle dépend aussi de la topologie des qubits (comment ils sont reliés entre eux) ainsi que de la manière dont ils fonctionnent ensemble. Cela nécessite des techniques de benchmark sophistiques, le quantum volume en étant une, mais pas la seule. Il y notamment aussi le Q-score d’Atos (détails de décembre 2020).

En théorie, l’espace de calcul de 127 qubits dépasse de loin celui des plus grands supercalculateurs mais le bruit est tel que l’on ne peut pas en tirer grand-chose. Le taux d’erreur de ces qubits est tellement élevé que l’on ne peut même pas assembler ces qubits physiques pour créer des qubits logiques corrigés.

Dans sa présentation du 16 novembre 2021, IBM indique que les fidélités de ses autres systèmes s’améliorent continûment au gré de leur calibrage et de l’arrivée de nouvelles générations de processeurs pour un nombre de qubits donné (les Falcon pour 27, Humminbird pour 65, Eagle pour 127 qubits). Il y a ainsi des Falcon R4, R5, R5.11, etc. Le processeur Hummingbird r2 de 65 qubits a un taux d’erreurs de 2,96% à 4% pour les portes CNOT et de 3,22% à 3,67% pour la lecture des qubits. Le dernier processeur Falcon R5.5 de 27 qubits a un taux d’erreur de 1,23% pour les CNOT et de 1,27% en lecture. En conséquence de quoi, les générations anciennes ayant bénéficié de plus d’améliorations, elles ont toujours des fidélités meilleures que la dernière génération. Reste à voir si IBM arrivera à perfectionner ses 127 qubits pour qu’ils atteignent la fidélité des meilleurs processeurs Falcon à 27 qubit. Sachant que cette fidélité est déjà très moyenne pour que ces processeurs soient réellement utiles.

Événements

Nous passons en revue quelques événements récents :

La conférence Q2B de QC-Ware avait lieu à San José en Californie du 7 au 9 décembre 2021. C’est une grande conférence avec les principaux fournisseurs d’ordinateurs quantiques, un must annuel organisé par l’éditeur de logiciels QC-Ware. Y intervenaient notamment Jean-François Bobier du BCG Paris ainsi que Robert Marino de Qubit Pharmaceuticals, puis Loic Henriet et Georges-Olivier Raymond de la startup Pasqal. Ces derniers annonçaient avoir atteint 500 qubits avec leurs atomes froids en mode “simulation quantique”. IonQ annonçait aussi passer de l’ytterbium au baryum pour ses ions piégés. Cela leur servirait à améliorer la fidélité des qubits, la rapidité des portes quantiques,  d’utiliser des lasers de contrôle dans le visible au lieu de l’ultraviolet, et par conséquence de faciliter la mise en réseau de plusieurs processeurs quantiques via des liaisons photoniques (approche de “scale-out”). Enfin, les modifications apportées aux lasers de contrôle leur permettraient de contrôler plusieurs qubits au lieu de quelques dizaines. On attend évidemment de juger tout cela sur pièces (source).

Jean Dalibard se voyait remettre la Médaille d’Or du CNRS à la Sorbonne par la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Frédérique Vidal. Jean Dalibard est une personnalité importante de la physique quantique. Il avait participé aux expériences d’Alain Aspect en 1982 invalidant les inégalités de Bell. Il aussi inventé au milieu des années 1980 la technique de contrôle des atomes froids avec des pinces lasers (“tweezers”). Les deux précédentes médailles d’or liées à la physique quantique étaient celles de Serge Haroche en 2009 et d’Alain Aspect en 2002. S’il y a un seul lauréat par an de cette médaille d’or, il y en a une grosse vingtaine pour la médaille d’argent. À noter celle d’Antoine Browaeys (IOGS/Pasqal) en 2021 et de Pascale Senellart (C2N et depuis 2017, aussi chez Quandela) en 2014.

J’intervenais sinon à Strasbourg le 6 décembre 2021 autour de la publication de mon ebook Understanding Quantum Technologies. Sous la forme d’un débat avec Kaoutar Benlamine, qui est enseignante en Quantum Machine Learning à l’INSA Strasbourg, puis dans un panel sur l’état des qubits avec notamment Shannon Whitlock de l’Université de Strasbourg ainsi que Chayma Bouazza de Pasqal et Jonathan Attia (Fondation Feynmann, IEEE), animé par Inès Jorge, suivi d’un panel sur l’écosystème quantique de la Région Grand Est (avec Michel Kurek, Denis Cavallucci, Eddie Smigiel, Guillaume Chevereau et Cyriaque Genet, animé par Rachel Guez) (programme détaillé).  J’ai aussi visité quelques-uns des laboratoires de physique quantique d’Unistra (Université de Strasbourg, ci-dessous, celui de Shannon Whitlock avec une expérience de contrôle d’atomes froids).

Le livre est maintenant disponible sur le fameux site de preprints scientifiques Arxiv géré par l’Université Cornell aux USA (lien). Le contenu est le même que sur ce blog, avec un petit décalage de publication. Cela permet de mieux faire connaître l’ouvrage auprès des physiciens et des étudiants en physique quantique. Par contre, impossible comme pour toutes les publications de savoir combien de fois le bouquin est téléchargé. C’est une grande bouteille à la mer !

J’ai enregistré mon premier podcast d’interview sur le bouquin avec des américains. Il dure une heure avec des rôles inversés puisque je suis interrogé par deux interviewers, Michael Strike et Ryan Malinowski de @GRLedger. Ils étaient intéressés par le calcul quantique en liaison avec la blockchain mais nous n’avons pas abordé le sujet de la blockchain et des NFT.  Heureusement.

J’intervenais aussi le 8 décembre 2021 dans un panel sur les technologies quantiques et leur lien avec l’industrie organisé dans le cadre du parcours de technologie quantique ARTeQ. Y participaient Pascale Senellart, Thierry Debuisschert de Thales R&T et Olivier Tonneau du fonds d’investissement Quantonation, le tout préparé par Jean-François Roch. Les échanges avec les étudiants étaient animés par Philippe Grangier, directeur de recherche CNRS et responsable de SIRTEQ de la région Île-de-France. Les étudiants posaient beaucoup de questions sur l’éthique des technologies quantiques et sur le moyen de s’orienter vers les sujets ayant un impact positif comme dans la santé et sur l’environnement. Cela avait lieu à l’ENS Saclay que Fanny et moi avons pu ensuite rapidement visiter.

J’intervenais enfin avec Eleni Diamanti (CNRS LIP6) à Bordeaux dans le forum NAIA-A (vidéo d’une heure 15 qui est plutôt pas mal…) puis à l’ENSIERB devant plus d’une centaine d’étudiants les 9 et 10 décembre. Nous en avons profité pour visiter la grande antenne locale de l’Institut d’Optique Graduate School et la société Muquans qui est maintenant intégrée dans ixBlue. Nous y avons notamment découvert comment ils avaient adapté leur micro-gravimètre à atomes froids pour mener des expériences à gravité 0 dans des vols paraboliques de d’Airbus A310. Nous étions accueillis sur place par Audrey Durand qui pilote le pôle Naquidis de Nouvelle Aquitaine.

USA

Le 7 décembre 2021 avait lieu la signature d’un Joint Statement France USA par Frédérique Vidal et Eric Lander (le CTO du gouvernement US) à la Maison Blanche, en présence du coordinateur national de la stratégie quantique, Neil Abroug. Il contient des axes de coopération dans différents domaines dont les technologies quantiques (communiqué). Ces axes porteront sur des échanges entre la NSF américaine et l’ANR française, des workshops communs et autres échanges restant à préciser.

A noter que pour la première fois, les US ont publié des informations plus détaillées sur leurs investissements dans les technologies quantiques, en intégrant la base de l’existant, permettant de faire des comparaisons avec les plans français et européens.

En gros, les USA investissent au niveau fédéral environ $4B étalés sur 5 ans dont une moitié provient du plan “National Quantum Initiative Act” lancé en 2018 ($1,2B) et amendé en 2020 (de $825M). Cela se compare à un total de 1M€ pour le plan français sur un même laps de temps de 5 ans alors que le ratio de PIB entre les USA et la France est situé autour de 7,8. Ce à quoi s’ajoutent les contributions européennes. Ce qui veut dire que, une fois n’est pas coutume, l’investissement public n’est pas du tout ridicule. La différence est à chercher plutôt du côté du secteur privé, celui des USA étant disproportionné en leur faveur du fait du capital risque (85% du financement mondial des startups quantiques couvre l’Amérique du Nord) et des investissements significatifs des grands acteurs du numérique US (IBM, Google, Microsoft, Intel) qui n’ont pas d’équivalent en Europe à ce jour.

Industrie

Le CERN a récemment acquis un émulateur « Atos Quantum Learning Machine » (QLM) selon une communication d’Atos du 3 décembre 2021. Atos est en fait le leader mondial de la fourniture de machines dédiées à l’émulation de processeurs quantiques, supportant jusqu’à 40 qubits dans la configuration la plus avancée.

Deutsche Telekom mène le consortium européen QSAFE auquel participe Thales, pour mettre au point un Internet quantique sécurisé pour les infrastructures critiques de l’Union Européenne. Il publiait ses premiers résultats. Thales est impliqué dans le consortium pour ses activités satellite, servant de support au partage de clés quantiques.

Air Liquide annonçait avoir sécurisé son approvisionnement en hélium 3 avec le Canadien Laurentis Energy Partners et pour 10 ans. C’est très important pour pouvoir alimenter les cryostats servant à refroidir les qubits supraconducteurs et à spins d’électrons. Il y a très peu de sources d’He3 dans le monde (source).

Démarrage du Projet HPCQS, qui vise à créer une plateforme pan-européenne de calcul hybride HPC-Quantique (lien). Il prévoit d’intégrer deux simulateurs quantiques de plus de 100 qubits avec des supercalculateurs situés dans deux centres européens de calcul haute performance, le TGCC du CEA à Bruyère le Chatel et celui de Jülich (JSC) en Allemagne. Il devrait y avoir du Pasqal et du Atos dedans sachant que cela passera par un appel d’offre.

Pasqal annonçait conjointement à IonQ et PsiQuantum un partenariat avec Nvidia. Il l’amènera à exploiter une dizaine de serveurs DGX A100 équipés de processeurs A100 (lancés en mai 2020) et AMD pour émuler les simulations quantiques réalisées avec des atomes froids.

Rigetti faisait l’annonce d’un processeur de 40 qubits et d’un doublé associant deux de ces processeurs, totalisant donc 80 qubits (lien). Ce sont deux chipsets de 40 qubits supraconducteurs assemblés de la famille Aspen-M. La nature de la liaison entre les deux processeurs n’est pas précisée. Il s’agit probable de guides de  microondes et pas de photons. Ils parlent aussi de “qutrits supraconducteurs” (avec trois valeurs possibles au lieu de deux) et de réduction par deux du taux d’erreur de lecture des qubits (dont le niveau n’est pas précisé). La moitié d’une inconnue reste une inconnue ! Rigetti annonçait des benchmarks d’applications notamment en Quantum Machine Learning qui dépasseraient les capacités de calculateurs classiques.

Machine learning classification task that predicted whether the stock market would close higher or lower the following day. Results on both the 40Q and 80Q systems demonstrated quantum processing capabilities competitive with industry standard classical machine learning models”.

Optimization problem with 65 variables that was able to run on the Aspen-M system in under 5 minutes. Quantum algorithms of this scale are too large to simulate with classical computers”.

On admirera la précision de ces informations ! Ces nouveaux processeurs sont en « private beta » avec disponibilité publique sur Q1 2022. Rigetti est partenaire de avec Deloitte et Strangeworks pour la partie logicielle.

Rigetti fait aussi son apparition dans l’offre cloud Azure Quantum de Microsoft. Il manquait des qubits supraconducteurs à Microsoft. Ils avaient annoncé en 2019 l’intégration de QCI dans l’offre mais les qubits de chats de QCI ne sont visiblement pas encore au point.

OQC (UK) sort du bois : on ne savait pas combien de qubits comprenait l’ordinateur quantique mis dans le cloud UK en juillet dernier. Cela m’agaçait au plus haut point. Je me disais que le fait qu’ils cachent l’information devait signifier qu’ils avaient moins de 5 qubits dans leur processeur supraconducteur. Bingo : OQC a annoncé en décembre qu’ils allaient intégrer le cloud d’Amazon Braket avec 8 qubits tout en indiquant qu’en juillet 2021, ils en avaient 4. On est très loin de l’avantage quantique !

Des nouvelles des qubits silicium de Grenoble

Maud Vinet et son équipe de Grenoble associant le CEA et le CNRS ont publié trois papiers permettant de faire le point sur l’avancement de la mise au point des qubits silicium.

Il y a plein d’autres actualités scientifiques, cela tombe en plus régulière, notamment pas mal de papiers sur l’amélioration des codes de correction d’erreurs.

Tardigrades quantiques

Terminons avec un papier scientifique curieux qui parle d’intrication de qubits supraconducteurs avec un tardigrade. Le projet est piloté par une équipe de chercheurs du CQT à Singapour. Alors, c’est une blague, c’est un hoax, ils ont fumé du cannabis ? Voir Entanglement between superconducting qubits and a tardigrade by K. S. Lee et al, décembre 2021 (10 pages).

En deux mots, ce n’est pas un hoax car il y a de vrais chercheurs derrière cela, venant de Singapour mais aussi du Royaume Uni, du Danemark, de Pologne et de Malaisie. Il a même un lien avec l’Institut Néel du CNRS à Grenoble, avec Farshad Foroughi, un ancien thésard de Vincent Bouchiat qui sont maintenant tous les deux dans la startup Grapheal qui expose cette année au CES de Las Vegas. Farshad a bien créé (dans la salle blanche de l’Institut Néel) un échantillon de deux qubits supraconducteurs il y a deux ans, qu’il a fourni aux chercheurs du CQT, et via le partenariat Majulab/CQT.

En pratique, ils ont associé un tardigrade, dont ils ont préalablement coupé les pieds, à un qubit supraconducteur relié à un second qubit du même type. Le tardigrade congelé à 15 mK a les propriétés d’un diélectrique qui altèrent les propriétés quantiques du qubit, notamment sa fréquence d’activation. En pratique, ce n’est pas vraiment une intrication. Ce d’autant plus que le papier présente les résultats de l’intrication entre les deux qubits du composant, dont l’un est associé au tardigrade. Le plus intéressant est que le tardigrade revit après l’expérience une fois décongelé. C’est un animal de quelques microns de long qui a d’étonnantes capacités de résistantes à des conditions extrêmes. En fait, ce sont deux qubits qui sont intriqués et le second dont les propriétés sont légèrement modifiées par insertion du tardigrade dans la capacité du transmon (le type le plus courant de qubit supraconducteur), ce qui modifie ses caractéristiques sans altérer l’anharmonicité du transmon (qui permet de gérer deux états quantiques bien distincts). Cela modifie aussi la fréquence d’activation du qubit.

Après la publication, des chercheurs se sont un peu insurgés contre cette publication en expliquant par A+B qu’il ne s’agissait pas véritablement d’une intrication quantique entre le tardigrade et l’un des qubits supraconducteurs. Voir Peers dispute claim that tardigrades were entangled with qubits par Bob Yirka dans Physorg, décembre 2021.

Enfin, nous dénonçons dans nos podcasts (voir l’épisode 22 de novembre 2020) et dans mes bouquins les escroqueries placebo de la médecine quantique (générateurs d’ondes scalaires, etc). En faisaient partie les pseudo-médaillons quantiques qui sont censés permettre de se protéger contre les effets néfastes de la 5G (tout en la recevant…) grâce à des “ions négatifs”. Et bien, en fait, ils sont radioactifs et dangereux ! Voir Anti-5G “quantum pendants” are radioactive par Jennifer Ouellette dans Ars Technica, décembre 2021. Non seulement, ils ne servent à rien mais en plus ils sont nocifs pour la santé. C’est une nouvelle manifestation du fameux effet Darwin.

Sur ce, avec Fanny Bouton et tous nos amis de l’écosystème quantique, il nous reste à vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et une excellente année 2022.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 21 décembre 2021 et mis à jour le 17 janvier 2022 Post de | Actualités, Entrepreneuriat, Quantique, Startups, Technologie | 5841 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img


Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Last posts / derniers articles

Quantum Energy Initiative

Discover the mission of the "Quantum Energy Initiative" which aims to develop a systemic approach to keep in check quantum technologies energetic footprint and more generally their physical resource cost. It is a collective effort gathering research organizations and industry vendors all around the world.

image

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2022, a free 1128 pages ebook about all quantum technologies (computing, telecommunications, cryptography, sensing):

image

Free downloads

Understanding Quantum Technologies 2022 Short version, a 24 pages with key takeaways from the eponymous book.

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
QFDN
Expo
791 photos
albth
Remise Légion d'Honneur Philippe Herbert Jul2021
2021
15 photos
albth
Vivatech Jun2021
2021
120 photos
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble près de 800 femmes du numérique (en janvier 2022) et elle s'enrichit en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentées au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Gaëlle Rannou
Gaëlle est étudiante à 42 Paris et tutrice de l’équipe pédagogique (en 2021).
flow
Jehanne Dussert
Jehanne est étudiante à l'école 42, membre d'AI For Tomorrow et d'Open Law, le Droit ouvert. Elle est aussi fondatrice de "Comprendre l'endométriose", un chatbot informant sur cette maladie qui touche une personne menstruée sur 10, disponible sur Messenger. #entrepreneuse #juridique #santé
flow
Chloé Hermary
Chloé est fondatrice d'Ada Tech School, une école d'informatique alternative et inclusive dont la mission est de former une nouvelle génération de talents diversifié à avoir un impact sur le monde. #entrepreneuse #formation
flow
Anna Minguzzi
Anna est Directrice de Recherche au CNRS au Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés (LPMMC) à Grenoble. #quantique
flow
Maeliza Seymour
Maeliza est CEO et co-fondatrice de CodistAI, qui permet de créer une documentation du code informatique par une IA.
flow
Candice Thomas
Candice est ingénieure-chercheuse au CEA-Leti, travaillant sur l’intégration 3D de bits quantiques au sein du projet Quantum Silicon Grenoble. #recherche #quantique
flow
Stéphanie Robinet
Stéphanie dirige un laboratoire de conception intégrée de circuits électroniques du CEA-Leti qui travaille sur des systèmes sur puces intégrés, des interfaces de capteurs, des interfaces de contrôle de qubits et de la gestion intégrée de l'énergie. #recherche #quantique
flow
Sabine Keravel
Sabine est responsable du business development pour l’informatique quantique chez Atos. #quantique #IT
flow
Céline Castadot
Céline est HPC, AI and Quantum strategic project manager chez Atos.
flow
Léa Bresque
Léa est doctorante, en thèse à l'institut Néel du CNRS en thermodynamique quantique, sous la direction d'Alexia Auffèves (en 2021). #quantique #recherche
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création #jeuvidéo
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo

Derniers commentaires

“Thanks for this nice feedback Sangyun! I'm indeed updating the book for significant events until the end of the year. Then start over preparing the next...”
“Dear Oliver, I really appreciate your hard works to publish and update it. and most of all, sharing knowledges to the publics for free. All the best! Best...”
“Merci pour ton retour Julien. Mon commentaire sur le nombre d'algorithme était lié à une autre partie du livre, je ne sais plus où. Il y a en effet deux points clés : les algorithmes quantiques remplacent...”
“Cher Olivier, merci pour ta critique très juste et constructive. Bon, juste pour te taquiner, pour ta critique sur le nombre d'algorithme, j'ai quand même écrit p.146 : "Depuis les idées pionnières de...”
“Indeed. It seems a lab experiment more than a full fledged quantum computer. This 2-qubit gate fidelity was generated with 2 qubits. With readout fidelities of 88% and a T1 of 13 µs for one of the qubit. Still way to...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.