Le hacking des appareils photos

Publié le 10 février 2010 - 14 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

On peut changer le système d’exploitation de son micro-ordinateur, PC ou Macintosh, on peut jailbreaker son iPhone, et ces systèmes évoluent régulièrement à force de mises à jour et autres services packs. On peut aussi y installer toutes les applications de son choix.

Mais pour la plupart des autres appareils de l’électronique de loisirs, on en est réduits à utiliser le logiciel qui y est intégré, le plus souvent sous la forme de “firmware”, un logiciel inscrit dans une mémoire réinscriptible. Pas d’installation possible d’applications ! Et juste quelques rares mises à jour de firmware au gré de la volonté du fabricant. Quel qu’il soit, et notamment chez les leaders que sont Canon et Nikon. Pour le numéro trois du marché, Sony, il semble que les mises à jour du firmware soient encore plus rares pour les reflex de la série Alpha. Or le décalage est de plus en plus grand entre les capacités techniques de ces matériels, la diversité de leurs usages et leur évolutivité permise par les fabricants.

C’est le cas des appareils photos numériques, notamment les réflex qui sont traitent maintenant à la fois de la photo, de la vidéo HD et sont dotés de fonctionnalités assez riches. Ils s’appuient sur un – voire deux – processeur très souvent construit autour d’un coeur ARM, le même que l’on retrouve intégré dans les “System on Chip” (SoC) qui équipent les set-top-boxes, les télévisions, de nombreux smartphones et aussi l’iPad d’Apple.

Le problème, c’est que ces différents appareils sont fabriqués par des constructeurs asiatiques, essentiellement japonais, dont la culture logicielle est plus que déficiente. Au Japon, l’immatériel a beaucoup moins de valeur que le matériel dans la culture des ingénieurs. La valeur du logiciel dans le matériel est toujours mise en arrière plan. Pourtant, du fait de leur sophistication, les appareils réflex pourraient devenir la base d’écosystèmes logiciels tout autant qu’un navigateur Internet (comme Firefox) ou un mobile (tel un smartphone). On pourrait rêver un peu : quid de la possibilité d’ajouter des extensions logicielles dans le firmware d’un appareil réflex, pour améliorer la gestion et le tri des photos, pour traiter ses vidéos, etc ?

Comme les constructeurs n’y mettent pas du leur, le marché “bricole”. C’est le cas du Canon EOS 5D Mark II introduit sur le marché fin 2008 et que j’utilise depuis l’été dernier. Il est équipé du processeur Digic IV de Canon (“carte mère” ci-dessous).

Canon 5D Mark II Digic 4

Il se trouve que c’est le premier réflex à avoir intégré la prise de vue vidéo en Full HD (1920×1080 pixels) et en “Full Frame” (avec un capteur de 24×35 mm). Et il est encore le seul à le faire à ce jour ! Mais seulement en 30p (30 images par secondes). Or en cinéma ou en télévision, la cadence attendue est le 24p (plus précisément, le 23,976 images/secondes) ou le 25p. Quand au 30p du NTSC, c’est en fait du 29,97 images/secondes.

Les réalisateurs de films qui apprécient le 5D II pour la qualité de ses images vidéo et la maitrise de la profondeur de champs avec ses optiques sont agacés par ce 30p. Pour passer au 24p ou au 25p ou au NTSC 29,97 fps, ils doivent convertir leurs vidéos par logiciel. Cela prend non seulement du temps mais le résultat n’est pas parfait.

Entre temps, Canon a sorti le 7D, un appareil qui n’est pas “plein format” comme le 5D II, mais qui, lui, est capable de gérer le 24p et le 25p. Les utilisateurs de 5D II attendent donc une mise à jour du firmware de la part de Canon pour supporter ces cadences. Canon a annoncé en octobre 2009 qu’il proposerait cette mise à jour d’ici avril 2010. Sept mois d’attente, interminables pour les passionnés qui ont adopté le 5D II pour tourner des films de toutes sortes (publicité, entreprise, longs métrages, documentaires). En mai 2009, Canon avait bien sorti une mise à jour de son firmware pour ajouter le contrôle manuel de l’exposition pendant la prise de vue vidéo, mais c’était une bien maigre mise à jour. C’était une réaction à une demande pressante des utilisateurs de l’appareil.

Des développeurs indépendants n’hésitent pas à créer leur propre firmware. Ils se documentent je ne sais comment et proposent (à leurs risques et périls) aux utilisateurs de ces appareils de mettre à jour leur réflex avec un firmware de leur cru. C’est le cas du firmware de Magic Lantern créé par un jeune caméraman aux compétences pointues en logiciels embarqués, Trammel Hudson. Il a réalisé le “reverse engineering” du Canon 5D II et créé une version de son firmware qui s’installe en mémoire RAM et sans écraser celui de Canon.

MagicLantern website

Ce firmware améliore les fonctionnalités d’enregistrement audio et vidéo. Il ajoute notamment un vumètre audio et réduit le bruit de fond de l’enregistrement en désactivant l’amplificateur interne. Côté vidéo, il ajoute un contrôle de l’exposition avec un “Live waveform display” qui permet par exemple de régler l’éclairage d’un fond vert pour réaliser une incrustation. Il permet aussi une sortie Full HD via l’HDMI pendant l’enregistrement, alors que le firmware de Canon utilise l’HDMI mais avec une sortie “SD”. Le tout est gratuit et en licence GPL. L’auteur souhaite carrément créer une plateforme ouverte et extensible pour cet appareil. Une bonne idée mais qui risque fort d’avoir du mal à décoler car le croisement des passionnés de photo et de vidéo HD sur cet appareil et du développement dans l’embarqué ne donne pas une grande masse de contributeurs potentiels.

Il existe une autre offre, avec CHDK, qui propose des firmware pour un grand nombre d’appareils compacts toujours chez Canon et avec une liste de fonctionnalités encore plus impressionnante que pour le MagicLantern et orientées “photographie” : enregistrement RAW, contrôle manuel, etc.

La liste des fonctionnalités pouvant être ajoutées à un appareil via du logiciel est en effet très longue. Rien que pour le Canon 5 Mark II, les évolutions du logiciel qui seraient utiles tant pour la vidéo que pour la photo sont nombreuses, avec par exemple :

  • Permettre un tournage en 720p et pas seulement en 1080p. Utile pour publier ses vidéos sur Internet.
  • Améliorer les algorithmes d’autofocus utilisés pendant la prise de vue vidéo. Car en standard, ils ne fonctionnent vraiment pas bien du tout.
  • Zoom numérique pour aller au delà de son zoom optique en vidéo.
  • Montage vidéo de base, pour découper par exemple un fichier vidéo en deux. Permettant de faire le ménage sur sa carte CompactFlash lorsqu’elle est remplie.
  • Création automatique d’un nouveau fichier à la volée lorsque l’on a atteint la limite des 4 Go provenant du système de gestion de fichier FAT32 utilisé (en attendant l’utilisation de l’ExtFAT qui la fera sauter).
  • Prise de vue de photos automatique à intervalle régulier, sans avoir à passer par un logiciel et un micro-ordinateur.
  • Prise de vue vidéo qui se déclenche automatiquement lorsqu’il y a du son. Qui permettrait d’enregistrer des conférences en évitant les “blancs”.
  • Affichage de la vidéo via l’HDMI en plein écran 1080p.
  • Correction de la balance des blancs sur les photos enregistrées en RAW permettant de gagner un peu de temps dans le contrôle qualité et de préparer la dérawtisation.
  • Correction de la balance des blancs dans les vidéos enregistrées (probablement problématique car elles ne sont pas enregistrées en “RAW video”).
  • Identification automatique des photos ratées (surexposées, sousexposées) pour les effacer d’un coup. Idem pour les photos entièrement floues.
  • Effacement des photos à partir de ou jusqu’à un endroit donné de la carte mémoire. Qui n’a pas oublié d’effacer sa carte mémoire avant de couvrir un événement et de ne s’en rendre compte qu’après avoir pris plusieurs photos ?
  • Visualisation des vidéos indépendamment des photos.

Et ces besoins ne pourraient que s’élargir encore le jour où les appareils réflex seront connectés d’une manière ou d’une autre à Internet et en standard (par seulement via la chèrissime extension Wifi, le WFT-E4 qui est à 1000€). On pourrait alors imaginer piloter son réflex (installé sur pieds) avec son smartphone et autres joyeusetés du même genre.

Bien entendu, ce sont des considérations marketing et économiques qui freineront ces évolutions logicielles. L’intérêt des constructeurs d’appareils photo est de mettre à jour leurs gammes d’appareil pour pousser à la consommation et au renouvellement des bases installées. On le voit bien avec les rumeurs qui courent sur le 5D Mark III qui suivrait l’actuel 5D Mark II. Ses fonctionnalités évoluées relèveraient pour une grande part du logiciel, et pas forcément des capacités matérielles. Certes, le processeur de cette nouvelle version serait plus puissant, mais le processeur existant est largement suffisant pour faire un tas de choses !

Il est aussi clair qu’en se lançant dans une ouverture logicielle, les constructeurs mettraient le doigt dans un engrenage délicat : complexité issue du choix et de l’ouverture, support technique, problèmes de stabilité du logiciel, manque de compétences en développement logiciels chez les fabricants, etc. Mais l’attente est de plus en plus forte pour ces évolutions logicielles et il leur faudra les prendre en compte un de ces jours.

Alors, un Canon AppStore ou un Nikon AppStore relèveraient-ils de la science-fiction ? Quel constructeur sera le premier à innover en la matière ? Faudra-t-il attendre le PMA 2013 (salon de la photo à Las Vegas), la Photokina 2014 ou le CES 2015 pour voir cela arriver ?

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 10 février 2010 Post de | Logiciels, Logiciels libres, Photo numérique | 35284 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 14 commentaires et tweets sur “Le hacking des appareils photos” :

  • [1] - Herve Kabla a écrit le 10 février 2010 :

    Belle liste de fonctionnalités, il y a du talent marketing là dessous! Quant au CanonAppStore, pourquoi pas, mais je doute que la communauté d’acheteurs soit assez étoffée pour que ce type de projet prenne vie …

  • [2] - Pierre a écrit le 11 février 2010 :

    Ça me rappel le cas des lecteurs DVD/DivX…. La platine de salon Kiss,une platine DivX, offrait des mises à jour fréquentes du firmware de l’appareil. Et les mises à jour n’était pas seulement liées aux nouveaux codec à prendre en charge. La puissance matérielle ne changeait pas mais les fonctionnalités accessibles à l’utilisateur augmentaient. Je ne crois pas avoir revu une telle démarche sur des lecteurs vidéos de salon depuis.

    Au passage, je n’avais pas remarqué avant ce soir le changement de votre photo sur le header. Ça change. Un bon mime du don. A moins qu’il ne s’agisse d’autre chose ?

  • [3] - OlivierJ a écrit le 16 février 2010 :

    Merci pour cet intéressant article, comme souvent. Un vrai geek, au sens noble du terme.

    Il me semble que Nikon avait sorti un nouveau firmware pour son D70 (pas un haut de gamme), qui améliorait sensiblement la qualité des clichés ; à moins qu’il ne s’agisse d’une mise à jour du logiciel côté ordinateur qui s’occupe du traitement du RAW, et qui a servi à ceux qui avaient effectué et gardé leurs clichés en RAW.

  • [4] - OlivierEzrattyIsDaBest a écrit le 24 février 2010 :

    Hello Olivier,

    Je suis ébahi par ce papier ! En dépit des geeks de mon entourage, j’ignorais tout du jailbreaking d’appareil photo : t’as l’air d’avoir pratiqué… Est-ce vraiment le cas ?

    Cordialement

    DBR

    • [4.1] - Olivier Ezratty a répondu le 24 février 2010 :

      J’ai découvert cela assez récemment. Mais n’ai pas encore pratiqué. J’attend plutôt des améliorations fonctionnelles sur la partie photo plus que dans la partie vidéo. Or le truc de Magic Lantern améliore surtout la vidéo dans le 5D II.

  • [5] - JeanC a écrit le 22 mars 2010 :

    Une autre solution pour Canon existe, qui permet de prendre la main (de façon temporaire) sur l’OS de l’appareil: le CHDK (Canon Hack Development Kit).
    Je rejoins complètement l’analyse d’Olivier… On peut d’ailleurs voir dans l’iPhone (aux ressources médiocres photographiques) le premier exemple d’appareil photo entièrement programmable: http://www.photographier.fr/?p=1033

  • [6] - Salem a écrit le 28 juin 2010 :

    Mouai …
    Je ne suis pas convaincu par le coté “gadget” de mon appareil photos, il en existe déjà assez sur le marcher comme ca,je suis avant tout photographe, amateur certes, mais un vrai photographe n’as pas besoin de tout ces gadget, pour moi en tout cas un appareil photos doit rester un appareil photos et non pas un appareil électronique multifonction.
    Pourquoi toujours vouloir tout rendre multitâche ?

  • [7] - Letowoundedknee a écrit le 16 novembre 2010 :

    Pas Mouai…

    Pour moi, c’est carrément ! Je cherchais sur le net et sur les sites des fabricants des évolutions de ce genre avant d’acheter un appareil photo. Je lorgne sur Olympus ou Panasonic pour les Pen EP-1 ou EP-2, ou les GF1 et futur GF2… et que dalle. Le marketing de ces entreprises est totalement arriéré, et va à l’encontre de tout ce que la société demande aujourd’hui. On en a marre, je crois, d’acheter des appareils qui sont obsolètes au bout de 6 mois, alors qu’ils ont un potentiel d’évolution énorme. Du coup, on en vient à espérer qu’Apple sorte un IPiX, conjointement à un gros constructeur réputé, pour pouvoir enfin acheter un appareil photo, un vrai, qui évolue et propose des plugin d’effets types (photo prises avec un vieil objectif vignetté etc… ou Lomo ou Polaraïd..) effets qui existent déjà et sont très réussis, pour les Iphone. Evidemment, on espère surtout des améliorations de la gestion du bruit, autofocus etc… Mais je rejoints le premier message, c’est toute la hiérarchie qui serait bousculée. Et du coup, ça leur fait peur. Un Pen EP-1 par exemple, pourrait presque fonctionner mieux qu’un EP-2 ou un Leica se prendre une veste (objectifs équivalents) avec un boîtier coûtant 2 fois moins cher. Pourtant, je pense que le premier qui se lance gagne le marché. Regardez Nokia qui régnait en maître sur les téléphones portables avec des appareils obtus et bons à jeter assez vite, s’est fait débordé par Iphone ouvert, et créant un appel d’air énorme pour de nouvelles fonctions et applications. C’est le futur, c’est sûr, surtout si les consommateurs décident de ne plus se ruer dans les boutiques quand un nouveau boîtier sort. Enfin, et désolé pour la longueur, on en a marre aussi de ces fabricants qui sortent un appareil avec des manques évidents, pour 6 mois plus tard rectifier le tir. Genre : Pas de vidéo, vidéo en 720p, Ah ben maintenant on va mettre la full HD quand ils offrent ces fonctions sur d’autres appareils de leur gamme. Et souvent ce n’est pas simplement pour limiter le tarif. Juste pour vendre encore et encore de nouvelles petites boîtes. Pourquoi ne pas sortir un appareil basic (upgradable avec des mises à jour gratuites et d’autres payantes ) et l’appareil idéal (plus cher) ? C’est vrai, il y a une marque qui fonctionne comme ça… ou fonctionnait comme ça, puisque ses nouveaux produits commencent à se fermer. Et il y a une pomme dessus.

  • [8] - Jean Galmot a écrit le 24 mai 2015 :

    bonjour à tous,

    Quelqu’un connait il un hack possible, ou une info dans ce sens pour un Sony Alpha700 ??

    Merci d’avance.

  • [9] - Sylvain a écrit le 10 décembre 2015 :

    Bonjour!

    Étonnant ce post. Je ne savait pas que ce genre de pratique etait rendu possible.
    Je me demande alors s’il existe des modifs de ce genre qui permettrai de changer le nombre de déclenchement d’un réflex?

    Merci




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Je découvre avec beaucoup de retard cette publication dans le style Blue Ocean, et je reste comme d'habitude ébahi par ta culture. Je ne te connaissais pas adepte de cette belle tradition par ailleurs. Bravo et...”
“Article très intéressant, travail vraiment remarquable...”
“Bravo pour votre ebook tout à fait remarquable sur l'informatique quantique. En tant que scientifique, mais pas spécialement orienté "quantique", j'ai beaucoup appris en le lisant et ça m'a donné envie de pousser...”
“Bonjour Olivier, petit mot d'un "revenant" : mon directeur te rappelle involontairement à mon bon souvenir en me transmettant ton ouvrage. Comme quoi 37 ans, ça passe vite... Je vais tâcher de mettre moins de...”
“Vous êtes sûr !!! Regardez encore avec un peu plus d'attention, notamment à la page 691 qui est...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.