Le business des bases de données de startups

Publié le 5 mai 2010 et mis à jour le 25 mai 2016 - 8 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Les bases de données de startups sont des outils clés pour toute société de l’écosystème de l’innovation.  On peut en avoir besoin pour des raisons très variées :

  • Dans les startups, pour identifier leurs concurrents et si possible à l’échelle mondiale, les levées de fonds réalisées, les business angels les plus actifs mais aussi les VCs à prospecter dans une levée de fonds qui investissent dans votre secteur d’activité et pour des tours de financement équivalent.
  • Dans les grandes entreprises, pour détecter des sociétés à acquérir, des tendances de marché ou des concurrences émergentes.
  • Chez les VC pour inventorier les sociétés d’un secteur et notamment les ratios financiers du moment (investissements, valorisation, exits, etc) mais aussi les grandes entreprises qui font des acquisitions dans ce même secteur pour préparer la sortie des startups de ses portefeuilles d’investissement.
  • Pour les investisseurs qui placent des fonds chez les VCs, afin de comparer leurs performances, au niveau des fonds comme au niveau du “partner”.
  • Chez les experts divers, pour tout ce qui vient d’être écrit et en fonction de l’activité.

La grande question étant : où trouver de telles informations structurées et à quel coût ?

Le marché des bases payantes est dominé à l’échelle mondiale par Venture Source dont la couverture est la plus large et la plus générique du marché. S’ensuivent quelques concurrents de moindre taille, comme Private Equity Insight.

Côté gratuit, nous avons l’excellente CrunchBase, focalisée sur les startups du numérique, puis VentureBeat, un équivalent voisin ou encore KillerStartups. A l’échelle française, nous n’avons pas grand chose à nous mettre sous la dent hormis peut-être la base Capital PME d’Oséo.

Ces bases sont remplies de  manière traditionnelle par les sociétés ou médias qui les gèrent ou bien parfois par les lecteurs.

Nous allons faire ici un petit tour d’horizon de ces différentes bases et jauger de leurs avantages et inconvénients.

Dow Jones Venture Source

Venture Source est issu de la startup Venture One Corporation, basée à San Francisco et créée en 1987. Elle fut d’abord acquise par Reuters en 1999, puis par Wicks Business Information en 2001, puis enfin par le groupe Dow Jones la même année, lui-même filiale de News Corp depuis 2007. Dow Jones contrôle aussi le Wall Street Journal.

Venture Source Welcome screen

Il va donc sans dire que la base Venture Source dispose d’un long historique de la vie et du devenir des startups depuis sa création. Au départ, la base était concentrée sur les USA. Elle couvre maintenant également l’Europe, Israël et la Chine et comporte 40000 sociétés. La base couvre les startups financées par les sociétés de capital risque, par les business angels (surtout aux USA) tout comme par les grandes entreprises (le “corporate venture”) et dans les trois principaux secteurs de la high-tech : le numérique, la santé, l’énergie et les greentechs.

Venture Source est alimenté par un peu plus d’une quarantaine de personnes à temps plein : une quinzaine aux USA (San Francisco, New York), autant en Europe (Londres) et une dizaine en Asie (Shanghai). Elles contactent par téléphone les CEO et CFO des startups pour mettre à jour régulièrement leurs données. Elles pigent une grande richesse de données sur les startups : organisation, historique des levées de fonds, valorisations, montants d’investissements recherchés, secteurs d’activité, composition du board, état du produit ou service (beta, shipping), etc. La base tire aussi parti du flux d’information des journalistes du groupe Dow Jones qui alimentent notamment la newsletter Venture Wire. Interviews. Venture Source Dow Jones. L’ensemble leur permet d’avoir une bonne couverture du marché, estimée à 90% pour ce qui est de la France où 2807 startups y sont référencées (y compris celles qui ont disparu ou ont été acquises).

Qui utilise Venture Source ? Principalement les VCs, pour les trois quarts d’entre eux, mais aussi les équipes de Corporate Development des grands groupes qui préparent des acquisitions. Il faut en effet avoir les moyens de se payer l’accès à l’outil qui est de 10K€ à 40K€ par an selon l’usage qui en est fait, le tarif étant assis sur un fixe et un variable indexé sur le nombre de rapports générés. Venture Source aurait ainsi 2000 à 2500 clients, ce qui fait un chiffre d’affaire total supérieur à $25m (à la louche). Notons que Venture Source est partenaire de la NVCA et de l’EVCA, les associations du capital risque US et Européenne. L’accès à la base est fourni également, semble-t-il gracieusement, à quelques universités partenaires comme à la Sorbonne et divers MBA tels que l’INSEAD.

La version actuelle de Venture Source date de 10 ans, elle est donc un peu vieillotte. Une nouvelle version est prévue pour la fin de l’année 2010. La base est d’un accès classique :

  • On effectue des recherches multicritères en indiquant le ou les secteurs d’activités concernés, des mots clés, les pays et des filtres d’ordre financiers (ci-dessous).

Venture Source Financial Search Criteria

  • Le résultat est fourni sous forme de tableaux que l’on peut exporter sous Excel. On peut aussi consulter les fiches de chaque startup, qui sont très fournies.

Venture Source Company List

  • Les données peuvent être traitées dans un outil de business intelligence pour gérer toutes sortes de graphiques.

Venture Source Statistics

  • Et on peut suivre son propre portefeuille de sociétés en les ajoutant une à une.

Venture Source Portfolio Management

A noter que Venture Source publie un très intéressant indicateur trimestriel de l’activité mondiale du capital risque, disponible sur sa page d’accueil. Avec les tendances d’investissement par géographie, la moyenne des deals. On peut ainsi y découvrir que si le capital risque chute fortement en France et en Allemagne depuis quelques trimestres, crise oblige, il semble que la reprise soit déjà au rendez-vous au Royaume-Uni.

Venture Source European Investments

Autres bases commerciales

En plus de Venture Source qui semble être le leader du marché, on peut citer :

  • Private Equity Insight de unQuote qui dispose d’informations du même style que Venture Source, avec une grande richesse d’informations financières sur les startups et les fonds d’investissement pouvant être tabulées dans tous les sens. La base fait la moitié de la taille de celle de Venture Source avec 20000 sociétés référencées et est alimentée par une dizaine de personnes. Elle se distingue en fournissant des données sur les performances comparées des fonds d’investissements. Les clients semblent plutôt être les grandes banques et institutions financières.
  • Diverses bases régionales ou locales parmi lesquelles ont peu citer celle de ZerotoIPO en Chine qui est très bien fournie et accessible en anglais, ou celles du Bureau Van Dijk, dont Diane en France, qui couvre l’ensemble des sociétés établies.

CrunchBase

Si Venture Source est le “Windows” du secteur, la CrunchBase en est définitivement l’équivalent de Linux.

La base rassemble 40000 sociétés (startups et fonds d’investissements), le même chiffre magique que pour Venture Source à ceci près qu’elles sont toutes dans les secteurs de l’Internet et du logiciel. En octobre 2009, il y en avait 26000. Elle a donc du succès et devient progressivement un incontournable ! La base est d’accès totalement libre et gratuit. Son contenu est assez riche et alimenté par les équipes de TechCrunch qui passent leur temps à piger l’actualité des startups de la “net économie”, sans compter les événements qu’ils organisent à cet effet comme le TechCrunch 50 que j’ai déjà eu l’occasion de commenter.

De plus, la base est ouverte avec des API (application programming interface) exploitables par les développeurs pour exploiter les données. Elle est aussi intégrable sous forme de widget dans son blog ou site web.

Les informations fournies intègrent l’activité de l’entreprise, ses levées de fonds, ses investisseurs, ses fondateurs, ses produits mais aussi quelques statistiques sur la fréquentation de leur site web et d’éventuelles vidéos de pitches, notamment captées dans les événements organisés par TechCrunch. L’ensemble est conséquent et l’interface de consultation est bien faite.

Petite visite avec pour commencer la page d’accueil, très dense, qui liste l’actualité du moment ayant servi à mettre à jour la base :

Crunchbase Home Page

  • Les critères de recherche avancée sachant que l’on ne peut accéder aux données de valorisation que Venture Source collecte :

Crunchbase Search Page

  • Le profil d’une startup, assez complet et bien présenté :

Crunchbase Company Page

  • Les investissements identifiés pour un fond donné, ici i-Source Gestion, mais ce n’est malheureusement pas complet puisqu’il manque Darqroom (où je suis board member), un investissement datant de fin 2009 :

Crunchbase Investor Page

  • Les données sur un business angel, ici Xavier Niel, tout aussi incomplètes, et pour cause, puisque lui-même ne sait plus trop où il a investi (en amorçage). Je remarque en tout cas que ma photo de Xavier y est bien créditée, un soucis du détail important.

Crunchbase Business Angel Page

Alors, quid des APIs ?  Elles sont bien documentées. La base s’accède au travers de requêtes émises sous forme d’URL JavaScript pour récupérer des données structurées au format JSON. Le blog des API recense quelques dizaines de sites et autres widgets et extensions Firefox exploitant ces APIs. Mais l’activité ne semble pas bien dense ce qui est fort dommage. Ce qui ne permet pas de combler un écueil important de la base : l’absence d’outils d’analyse.

Autres bases gratuites

On peut en citer principalement deux, toujours américaines :

  • La base du site d’information Venturebeat qui est remplie par les lecteurs. C’est une sorte de Wiki. La base rassemble 18K sociétés. Elle semble moins riche et moins bien présentée que la Crunchbase.

VentureBeat Company profile page

  • Killerstartups, un site qui ajoute 15 startups par jour à sa base. Le listing alphabétique et on peut faire une recherche. Mais la base ne comprend que des informations textuelles, et pas d’information structurée sur les startups. C’est donc intéressant pour piger l’actualité des créations de startups de tous poils, mais pas pour les suivre après.

KillerStartups Alphabetical List

En France, il y a aussi la base Capital PME d’Oséo qui recense 3875 entreprises, en général à la recherche de business angels et la base InvestNet toujours d’Oséo, destinée aux VC et référencant les sociétés soutenues par Oséo et éligibles aux FCPI/FCPR, au nombre de 682 à la date de rédaction de cet article.

Conseil aux startups

Ces bases de données font partie du mix marketing de toute startup qui cherche à se faire connaitre et à se faire repérer par des investisseurs voire des grandes entreprises en mal d’acquisitions.

Bien s’y faire référencer ne coute rien d’autre qu’un peu de temps passé à les contacter, avec une priorité claire pour la CrunchBase puis pour Venture Source.

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 5 mai 2010 et mis à jour le 25 mai 2016 Post de | Entrepreneuriat, Marketing, Startups | 18532 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 8 commentaires et tweets sur “Le business des bases de données de startups” :

  • [1] - herve a écrit le 6 mai 2010 :

    Les bases de données ont une autre utilité, aider au travail de recherche et de compréhension du monde des start-up high-tech, de l’innovation et de l’entrepreneuriat. Pour avoir commencé à découvrir les travaux de recherche actuels, j’ai eu la confirmation d’une intuition, à savoir que les bases de données existantes sont insatisfaisantes pour des raisons de bon sens finalement. Au delà de leur coût, elles compilent des données essentiellement publiques sur des sociétés privées, il est donc très difficile de les valider, et il m’est arrivé parfois pour ne pas dire souvent de trouver les informations très lacunaires.

    Un seul exemple, je travaille sur le concept de “serial entrepreneur” et utiliser une base de données telle que venturesource qui n’aurait que les sociétés ayant du capital-risque créerait un sacré biais. Je n’ai rien trouvé de satisfaisant… donc je réinvente la roue avec mes propres données. J’ai ainsi une liste de 2’700 start-up toutes issues de Stanford soit par la technologie soit par les alumni. Seules (et c’est énorme) 30-40% ont du VC et je n’aurais donc pas pu obtenir toute l’info chez venture source. Je découvre mais cela reste à valider avec de solides stats que les “serial entrepreneurs” ne sont pas meilleurs que les novices mais que par contre ils sembleraient lever plus d’argent dans leurs nouvelles sociétés auprès du capital risque que les novices et aussi que dans leur 1ere société; ils sont donc bien vus, même si en définitive, leur expérience ne semble pas gage de succès. Je m’égare par rapport à ton post Olivier, désolé, mais oui des données sur les start-up sont importantes pour beaucoup de gens!!

    • [1.1] - Olivier Ezratty a répondu le 6 mai 2010 :

      En effet, l’idéal serait de disposer à des fins d’études de bases de startups couvrant l’ensemble de leur cycle de vie, de comprendre ce qui se passe dans les plus de 90% d’entre elles qui ne sont pas financées par du capital risque, d’avoir plus de données sur le parcours des fondateurs, etc. Une analyse des facteurs clés de succès des startups quali et quanti pourrait en bénéficier.

      A noter tout de même que la Crunchbase couvre bien toutes les startups et pas seulement celles qui ont levé chez des VCs. Dans le numérique, c’est maintenant l’une des plus exhaustives à l’échelle planétaire. Peut-être cependant n’intègre-elle pas beaucoup de startups qui n’ont pas encore levé chez des business angels et sont de facto en dessous du radar des médias en ligne comme TechCrunch.

  • [2] - Laurent a écrit le 8 mai 2010 :

    Côté allemand, à signaler aussi la base tenue par l’e-mag Gründerszene dotée de fonctionnalités intéressantes et gratuites (graph des investisseurs, widget pour export vers blog, cartographie, …) mais dédiée uniquement aux startups internet allemandes (et en allemand bien sûr): http://www.gruenderszene.de/datenbank/

  • [3] - Patrick HANNEDOUCHE a écrit le 9 mai 2010 :

    Bonjour Olivier,
    Comme business angel, me conseilles-tu d’être référencé sur Crunchbase ? Sur d’autres bases ?
    Cordialement.
    Patrick

    • [3.1] - Olivier Ezratty a répondu le 9 mai 2010 :

      Pour CrunchBase, pas sûr que cela serve à quelque chose.

      Pour les startups, c’est très facile. Il suffit de soumettre les informations à partir de http://www.crunchbase.com/companies/new.

      Tu peux te mettre dans la base Capital PME d’Oséo. Et aussi participer aux activités de clubs de business angels de ta région. Ils sont notamment référencés dans le site de France Angels.

      Ceci étant, un business angel doit être autant chercheur de projets dans les différentes sources disponibles (clubs de BA, concours, labos, etc) qu’exposé aux recherches de financement des startups. Les choses fonctionnent aussi beaucoup par réseau. Il faut donc grenouiller…

  • [4] - Phil Free a écrit le 5 juillet 2016 :

    Bonjour Olivier,
    On s’est rapidement croisés avec Laurence à Viva Tech.
    Merci pour le rapport et les photos !
    Question : y a t-il du nouveau en 2016 sur des bases de données structurées des startups ? J’ai l’intention d’en utiliser qu’elles soient open source ou payante, à des fins d’études et peut-être ensuite de business.

    Merci !
    Philippe

    • [4.1] - Olivier Ezratty a répondu le 5 juillet 2016 :

      Il y a toujours la Crunchbase devenue payante pour une exploitation des données. En France, le projet CanopeeZ est en train de voir le jour dans ce domaine.

  • [5] - Pascal a écrit le 22 octobre 2018 :

    Bonjour,
    Assez méconnue en France, CrunchBase, dans sa version gratuite reste une formidable vitrine pour présenter sa compagnie, même si elle est fortement orientée USA.
    Merci pour les alternatives.




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.