L’écosystème des logiciels photo – 5

Publié le 11 septembre 2008 et mis à jour le 17 septembre 2008 - 7 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Nous allons dans cette partie traiter de la sauvegarde et de la publication de vos photos. En commançant par la publication via des services en ligne classiques, de la publication avec des logiciels serveur de gestion de galeries photos, puis en traitant de la question des sauvegardes locales.

Services de stockage et de partage en ligne

Le partage de photos en ligne est devenu une fonction de commodité intégrée dans un tas de sites. Elle est soit assurée par des sites dont c’est la fonction première, et avec une composante “réseau social” forte ou pas (Flickr, Photobucket qui est numéro un aux USA, etc), soit par des sites dont c’est une fonction périphérique tels que les sites de tirage papier (Photobox, etc) ou les réseaux sociaux (Facebook, réseaux sociaux familiaux). On préfèrera les uns ou les autres selon le périmètre de la diffusion des photos : tous publics, environnement familial, d’amis ou professionnel.

Quelques tendances peuvent être identifiées dans ce secteur. Tout d’abord, une ouverture grandissante des systèmes. Les photos d’un outil sont souvent utilisables à partir d’un autre. Les photos de Picasa Web Album et de Flickr sont ainsi exploitables dans Photoshop Express. Seconde tendance : l’apparition du géotagging et du géomapping, qui va se généraliser avec l’intégration progressive de GPS dans les appareils photos. En attendant, le tagging se fait manuellement en déplaçant ses photos sur une carte. Troisième tendance : la publication directe de photos à partir de mobiles. Des sites spécialisés existent pour ce faire, mais cela sera à terme une fonction standard des sites de partage de photos. Dernière tendance, antérieure : le “social photography”, qui voit les sites de partage permettre aux utilisateurs de commenter et noter les photos, et même de les enrichir significativement comme avec Fotonauts.

Se pose avec ces systèmes l’épineuse question du tagging. Dans les services en ligne, il n’est généralement pas transportable avec les photos dans les systèmes en ligne. Cela serait bien si le tagging était uniquement dans les entêtes des fichiers JPEG des fichiers publiés et ainsi portables de votre gestionnaire de photos jusqu’au site web où vous les publiez. C’est l’utilité du standard IPCT qui n’est visiblement pas généralisé dans les services en ligne. La standardisation ira à la vitesse de la pression des utilisateurs car elle réduit le coût de sortie d’un système pour ses utilisateurs !

Allons-y donc pour le catalogue :

  • Picasa Web Album a été lancé en 2008 pour très logiquement compléter le logiciel Picasa qui était bien seul avant. On peut y publier ses photos directement ou plus simplement, à partir du logiciel Picasa. L’interface est bien faite et rapide. Google vous offre 1 Go de stockage. Au dela et jusqu’à 10 Go, cela sera $20 par an. Dans l’autre sens, on peut télécharger sur son PC des albums consultés ce qui évite de passer par un ZIP ou de récupérer des images une par une.  Depuis le 2 septembre dernier, Google y a ajouté une fonctionnalité déjà en place dans Google Images : la reconnaissance de visages similaires, qui n’est malheureusement pas encore présente dans la version desktop de Picasa (actuellement en 3.0 beta). Il est dommage également qu’il n’y ait pas de fonction de recherche sur ses propres photos ! Surtout dans la mesure où celles qui restent d’accès restreint ne sont normalement pas indexées par Google Search.

Picture1

  • Windows Live Space est la solution de blog/réseau social de Microsoft. Sa fonction de publication de photos s’exploite directement (une photo à la fois!) ou à partir de Windows Live Photo Gallery (plusieurs). La résultante en ligne n’est pas très ergonomique ni souple dans le mode d’affichage des photos, ce qui est très déçevant. Par contre, on dispose d’une fonction de diaporama plein écran à partir du site web de publication qui fonctionne bien. Microsoft a du pain sur la planche pour sortir du lot dans le partage de photos !

LiveGallery

  • Photoshop Express est un nouveau service d’Adobe actuellement en beta. Il propose 2 Go de stockage gratuit pour l’instant. On peut gérer des albums privés et publics. L’interface rappelle celle de Photoshop Elements et de Lightroom. Le chargement des photos est facile. L’application évidemment réalisée en Flash 9. Elle propose de la retouche de photos simplifiée avec fonctions de base. On peut accéder à ses photos publiées sur Flickr, Facebook et Picasa pour les gérer et les retoucher à partir de Photoshop Express. C’est dans l’ensemble pas mal mais fait trop penser à un acte de présence sur Internet de la part d’Adobe dont ce n’est pas le coeur de métier.

image

  • Fotonauts est la startup de Jean-Marie Hulot et de quatre de ses anciens collègues d’Apple qu’ils ont quitté il y a trois ans. Sa création avait été révélée au début de 2008 mais la nature du projet était secrète jusqu’à sa présentation à TechCrunch 50 le 10 septembre 2008 (vidéo de la présentation).

Ayant été invité à participer à la beta privée, j’ai pu pendant l’été tester ce système de publication de photos qui se veut à la fois très simples d’emploi, très design et ouvrant de nouvelles possibilités d’expression et de partage. La solution est la combinaison d’un logiciel client et d’un service web. Le logiciel client pour Windows ou Macintosh demande un téléchargement de 12,8 Mo. Le site repose sur QuickTime 7.5, ce qui ajoute 23Mo de téléchargement si on ne l’a pas déjà installé. Ce qui frappe dans un premier temps, c’est l’ergonomie, qui rappelle celle de Lightroom et des logiciels Apple, on n’en attendait pas moins ! Après avoir créé un compte utilisateur, on sélectionne ses photos sur son poste de travail pour créer des albums. Et sans rien demander, les photos sont uploadées sur le site de Fotonauts. Dans un premier temps en basse résolution, puis en haute résolution. Le site est immédiatement consultable.

On peut gérer ses albums Flickr, et autres sites de partage à partir du logiciel. On peut alors habiller son site avec du texte, récupérer les descriptions de ses lieux de vacances sur Wikipedia, ajouter à ses albums des photos récupérées ailleurs qui sont suggérées automatiquement (provenant de Flickr & co, mais aussi des albums partagés dans Fotonauts), ajouter une carte géographique Google Earth/Maps (et là l’intégration du GPS dans les appareils photos verra sa grande utilité… après un chinois, c’est au tour de Nikon d’annoncer un compact Coolpix doté de cette fonctionnalité).

Les albums sont publics ou privés et donnent lieu à contributions externes, notamment sous forme de ratings et de commentaires. Leur design sera de bien meilleure qualité que celui de la plupart des sites de partage de photo.

Si l’aspect partage et publication est plus sympa que sur Picasa et Windows Live Gallery, l’aspect gestion en local est absent du logiciel, pourtant “client riche”. Ce sera peut-être une étape suivante car l’ergonomie de cette fonction peut encore être améliorée.

Reste à savoir qui ce service attirera. A mon sens, une clientèle quelque peu sophistiquée par rapport à la moyenne qui va par exemple documenter ses voyages, un segment dans la photo analogue à celui des contributeurs de Wikipedia. Mais avec un tel service, ce sont les utilisateurs qui inventeront certainement les usages !

Le projet a démarré fin 2006 avec cinq anciens d’Apple, et à leur tête Jean-Marie Hulot, ancien CTO de Next Software qui a retrouvé Steve Jobs et Apple au début des années 2000 pour s’occuper de diverses briques logicielles, notamment la fonction de synchronisation qui équipe maintenant l’iPhone. Le projet est financé entre autres par Ignition, un VC US qui est un nid d’anciens VP de la Division Systèmes de Microsoft (un comble pour un ex-Apple) et par Banexi Ventures. Un rêve assez lointain pour nos entrepreneurs français classiques qui n’ont pas le réseau personnel de Jean-Marie Hulot. Qui rappelle que pour avoir des moyens, il est bon d’avoir un pont avec la Silicon Valley ! Le business model ? Pas encore fixé et loin d’être évident à bâtir, surtout s’il s’agit d’un modèle publicitaire ! La stratégie assez classique mais qui ne fonctionne pas à tous les coups consiste à créer une base d’utilisateurs et à se poser la question de la monétisation après…

Fotonauts

  • KoffeePhoto est une solution qui joue dans la même catégorie que Fotonauts avec un logiciel client qui permet de sélectionner ses photos, puis de les synchroniser automatiquement avec un album en ligne, et ensuite, de commander des tirages photos papier. La solution – disponible pour Windows, Macintosh et Linux est cependant bien rudimentaire par rapport à Fotonauts pour ce qui est de la personnalisation de la présentation de la version web de l’album, le géomapping et tout ce qui relève du “social”.
  • Joomeo est une offre de stockage et partage de photos gratuite pour 150 Mo de photos par mois, payante au delà (16€ / an pour 500 Mo par mois, 30€ / an pour 1Go par mois et 120€ / an pour un stockage illimité). Le stockage de fichiers RAW est supporté dans cette dernière offre mais juste pour le stockage et pas pour la visualisation. Comme partout, l’accès aux photos est limité aux personnes que vous désignez mais vous pouvez donner un accès aux invités pour compléter un album photo ce qui peut servir pour le rassemblement en un seul endroit des photos d’un événement. Et les photos peuvent être commentées par les visiteurs. L’aspect social est bien intégré avec une gestion de contacts directement accessible de l’interface principale du site. On peut aussi créer un slideshow intégrable facilement dans son site ou blog (via le code HTML associé). L’application fonctionne intégralement sous Flash, y compris le téléchargement de photos vers le site et pour le widget d’intégration de slideshow.
  • Smugbug est un autre service de backup de photos, avec capacité illimitée et sans publicité. Le site de présentation de vos photos pourra avoir un nom de domaine personnalisé ! Il supporte les flux RSS et le géotagging. C’est évidemment payant : $60 par an pour les amateurs et $150 pour les pros qui veulent stocker des photos de grande taille, notamment au format RAW.
  • Photorganizr est un service de gestion en ligne de vos photos assez classique. Sans grands moyens, la startup qui a démarré en novembre 2007 a 2200 utilisateurs en beta. Et l’interface de découverte des galleries semble curieusement optimisée pour ce nombre, mais pour beaucoup plus ! Le viral ne suffit en tout cas pas à atteindre la taille critique !

Photoorganizr

  • Showbeyond est un site qui permet de créer des présentations animées et commentées vocalement de photos. Les slideshows peuvent alors être consultés dans le site ou en mode plein écran.

Showbeyond

  • LivingMemory est un réseau social familial simple intégrant le partage de photos. On peut y gérer ses albums, déplacer des photos entre albums, les positionner dans le temps et les lier à un arbre généalogique. Ce genre de service entrera donc en collision avec les sites de généalogie et autres réseaux sociaux familiaux qui intègrent la gestion de photo.
  • Mozy est une solution de backup généraliste, comme box.net. Ca commence avec 2 Go gratuits. Le système requiert l’usage d’un logiciel client à télécharger. Les données sont protégées par encryptage SSL 128 bits et blowfish 448 bits. La société est une filiale du géant du stockage EMC.
  • FotoGlif est un site où vous pouvez charger vos albums photo et les partager. La spécificité du site est de partager son revenu publicitaire à 50% avec les auteurs des photos. On peut espérer qu’ils sont outillés pour vérifier que les utilisateurs sont bien les créateurs des photos en question ! Le hic : rien de particulier n’est fait pour attirer les visiteurs pour consulter les photos. Tout reste à faire pour ce service qui est peut-être une fausse bonne idée.

Fotoglif

  • Piczo est un outil de création de site personnel dans lequel on créé ses propres pages avec photos, vidéos, musique et texte. Le tout agrémenté d’un fond éventuellement animé que l’on peut choisir ou uploader. Le site propose énormément de graphiques et autres contenus qui permettent de personnaliser son site. Mais l’édition de la mise en page n’est pas bien souple. Le modèle économique ? Vous payez pour que votre site fonctionne sans publicité. On n’a rien sans rien !

Piczo

  • Signalons enfin le cas original de FotoTagger, un outil client qui permet d’ajouter des tags visuels sur des photos pour les documenter (noms des personnes sur la photo par exemple) et faciliter leur indexation par les moteurs de recherche, et ensuite, de poster ces photos sur Flickr, Blogger et LiveJournal. Le site de l’éditeur propose une bibliothèque d’images ainsi taggées. Il semble avoir un modèle économique basé sur une offre similaire destinée aux entreprises.

FotoTagger

Tirages papiers

Il y a enfin des dizaines de services de tirage papier rien qu’en France, avec notamment le leader Photoways et son service “lowprice” Photobox . Ces services proposent le partage en ligne des photos uploadées, mais sans les fioritures “social web” des services spécialisés à la sauce Flickr. L’originalité provient plutôt des variantes de tirages papiers photos et dans certains cas d’albums photos reliés.

Aux USA, Shutterfly est un service de tirage photos qui permet comme plein d’autres le stockage en ligne des photos. Et ce, gratuitement, et sans limitation de capacité ou de formats de photos. Les utlisateurs peuvent se créer des pages web personnalisées pour présenter leurs photos (Share Sites) un peu comme le fait Piczo. Le stockage gratuit est financé par les tirages papier ou autres (goodies, etc). La société côtée au Nasdaq est basée à Redwood dans la Silicon Valley, près d’Oracle. Elle a une dizaine d’années d’existence et réussit tant bien que mal à survivre aux Flickrs et équivalents !

Solutions à héberger soi-même

Le photographe professionnel ou le phototographe avec des compétences en informatique pourra souhaiter publier ses travaux sur un site dont il maitrise l’infrastructure logicielle.

Il existe pour ce faire de nombreux logiciels open source tournant en général avec PHP et MySQL. Les plus connus sont PHP Photo Gallery, Plogger, PhotoStack, CopperMine et Gallery 2, sans compter les plug-ins et extensions des systèmes de blogs comme WordPress ou les gestionnaires de contenus comme Drupal. Certains nécessitent une base de données, d’autres non. Ils se distinguent les uns des autres dans la facilité d’upload des fichiers, dans la personnalisation de la mise en page et les fonctionnalités de navigation dans les albums (liées notamment à un usage avancé de JavaScript et éventuellement d’Ajax). Un banc d’essai à part serait le bienvenu… peut-être un de ces jours !

Deux logiciels sont à signaler dans le lot :

  • Imgsvr qui est un logiciel développé en France, et est adapté à ceux qui peuvent “hoster” eux-mêmes leur serveur. Le site est dynamique en ce sens qu’il scanne les images copiées dans un répertoire donné du serveur, avec création de thumbnails à la volée. C’est en fait une application écrite en ADA, qui fonctionne aussi bien sous Windows que sous Linux.
  • JAlbum est un logiciel “client riche” gratuit écrit en Java de création d’albums photos qui peuvent être téléchargés sur votre propre site web. Il suffit d’une adresse FTP. L’album résultant est constitué uniquement de pages HTML et JavaScript et ne nécessite visiblement pas de base de données ni de PHP. Le choix des modes de présentation est très large. De nombreux “skins” sont disponibles et téléchargeables, certains faisant appel à Flash pour l’exécution. PhotoonWeb est un logiciel proposant des fonctions équivalentes quoiqu’avec un catalogue de templates moins fourni.

Backup local

C’est un sujet stratégique ! Il est préférable voire indispensable de sauvegarder des photos sur un ou plusieurs supports physiques, répartis physiquement à plusieurs endroits. Que ce soit dans la famille, chez des amis, ou dans un coffre à la banque.

Il faudra aussi sauvegarder la résolution la plus élevée, et les versions RAW si possible. Dans ce cas, le Blu-ray est de rigueur, ou un chapelet de disques durs externes régulièrement renouvelés jusqu’aux générations suivantes.

Deux supports sont à privilégier :

  • Des disques durs externes via une liaison USB2 ou Firewire. Un simple batch de copie incrémentale fera l’affaire: robocopy pour Windows, et rsync pour Linux.
  • Des DVD, de préférence R et pas RW si on n’a pas trop de photos. On pourra être tenté par les DVD double couche (9 Go) voire par les DVD BluRay (50 Go en double couche). Pour ma part, j’utilise le logiciel freeware CD Burner XP Pro pour réaliser ces sauvegardes. Ce logiciel de gravure de CD/DVD est semble-t-il ce qui se fait de mieux sous Windows, et qui plus est, il est gratuit. Sachant qu’il existe dans les logiciels de gestion de photos du post 3 qui proposent des fonctions de sauvegarde et de mise en forme des photos sur DVD.

Sans oublier des tirages papier de qualité… on ne sait jamais ! Dans le domaine de la sauvegarde, chacun invente un peu sa propre méthode. N’hésitez pas à faire part de la votre !

Le prochain épisode de cette série d’articles sera consacré aux sites de recherche d’images.

Article mis à jour le 16 septembre (sur Joomeo)

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 11 septembre 2008 et mis à jour le 17 septembre 2008 Post de | Internet, Logiciels, Logiciels libres, Photo numérique, Startups | 19129 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 7 commentaires et tweets sur “L’écosystème des logiciels photo – 5” :

  • [1] - sebou a écrit le 11 septembre 2008 :

    Bravo pour votre panorama sur les logiciels de photo et plus généralement pour votre blog toujours très intéressant et complet.
    Concernant les logiciels de partage en ligne, voici mon expérience personnelle : j’ai très vite utiliser le stockage en ligne pour pouvoir partager mes photos avec mes amis dans le but surtout d’éviter à envoyer des mails trop volumineux. A l’époque j’utilisais le regretté Yahoo Photo. L’interface était sobre et simple d’utilisation. La limitation de stockage n’a jamais été une contrainte pour moi car je redimensionne mes photos avant publication. Puis Yahoo Photo a fermé et ce fut Flickr et le début des problèmes … Photos perdus lors de la migration, interface trop complexe et peu intuitive. Et surtout une limitation de taille et beaucoup trop contraignante à mes yeux : la version gratuite ne permet de visualiser que les 200 dernières photos et les 2 derniers albums ! Du coup j’ai tout migré sous Picasa qui me rappelle l’ancien Yahoo Photo qui fait bien ce qu’on lui demande.
    De plus j’ai mis au point un batch sur mon ordinateur pour redimensionner et transférer automatiquement mes photos sur leur site grâce à leur services web.

  • [2] - Joomeo a écrit le 16 septembre 2008 :

    Bonjour,

    Panorama intéressant des sites de partage de photos, cependant je suis assez surpris par les commentaires concernant Joomeo, l’avez-vous testé ? Sinon je vous invite à le faire pour découvrir combien il est éloigné en terme d’interface et de fonctionnalités des autres sites de partage de photo.

    Je ne vais pas faire ici un déballage commercial de toutes les fonctionnalités de Joomeo, mais par contre j’invite tous vos lecteurs à s’inscrire (c’est gratuit) et à tester le service. Deux fonctions inédites par exemple : la possibilité pour un invité de publier des photos, ceci est assez pratique pour réunir toutes les photos d’un événement. Mais aussi, l’affichage en plein écran en mode diaporama avec une résolution maximale de 1600*1600.

    Si certain ont des questions nous les invitons rejoindre notre communauté d’utilisateurs sur notre http://forum.joomeo.fr.

    Cordialement.

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 16 septembre 2008 :

    Merci du feedback, justifié. J’ai édité la description de Joomeo dans l’article pour la rendre plus complète.

  • [4] - Joomeo a écrit le 17 septembre 2008 :

    Bonjour,

    Je vous en remercie, j’en profite pour faire deux petites corrections, les tarifs des abonnements sont annuels et non mensuels. Et dans le cadre de l’offre gratuite, cela revient à disposer d’un espace de stockage allant jusqu’à 1,8 Go par an gratuitement.

    Cordialement.

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 17 septembre 2008 :

    Ok, corrigé. Petite erreur pavlovienne…

    Au passage, ce tarif s’entend-il par client (avec un ID unique) ou par PC (lié à adresse MAC ou IP) ?

  • [6] - Joomeo a écrit le 18 septembre 2008 :

    Bonjour,

    Nos tarifs sont par ID unique et pas par machine ou IP, ce qui fait qu’un compte peut-être partagé par plusieurs personnes à condition que tout le monde soit d’accord pour voir les photos des autres, ce qui n’est pas forcement toujours le cas et qui va un peu à contre-sens de la philosophie de Joomeo.

    Cordialement.
    Joomeo

  • [7] - kawaijen a écrit le 12 novembre 2008 :

    Pour la sauvegarde locale, un outil très agréable de Microsoft est synctoy.
    C’est fait par des fans de photo de MS, gratuit, peu connu aussi …
    Ca gère en particulier le renommage d’une photo (entre le nom donné par l’appareil et celui que vous voulez lui donner)




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Visite C2N Palaiseau Mar2021
2021
17 photos
albth
Annonce Stratégie Quantique C2N Jan2021
2021
137 photos
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 684 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, février 2021 (742 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture. #création
flow
Elvira Shishenina
Elvira est Quantum Computing lead chez BMW ainsi que présidente de QuantX, l'association des polytechniciens du quantique. #quantique
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble. #recherche
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo. #création #jeuvidéo
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020) #création
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020. #création #jeuvidéo
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières. #jeuvidéo #marketing
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble. #recherche
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu. #entrepreneuse #formation
flow
Sara Ducci
Saraest professeure en physique à l’université de paris. recherche au laboratoire matériaux et phénomènes quantiques. chez Université Paris Diderot #recherche
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos. #recherche
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherche chez CNRS Thales RT #recherche #IA
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA). #recherche
flow
Hélène Perrin
Hélène est directrice de recherche au CNRS au laboratoire LPL de Université Paris 13 #quantique #recherche #enseignement
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique #recherche #enseignement #écosystème #entrepreneuse
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de terminale (2020/2021) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suivait le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Également intéressée par le développement de l’informatique #quantique. #IA

Derniers commentaires

“Bonjour Olivier, je découvre votre site, donc j'arrive après la bataille.. Dans les "simulations" j'ajouterais celle du futur de l’énergie et en particulier de l'alternative au pétrole. Ca ne sera pas une...”
“"Très bel article sur l'intelligence artificielle! Aymeric...”
“Bonjour. Selon moi, nous devrions un jour réussir à dépasser tous ces incohérences et ces limites. Actuellement, peut-être n'avons nous pas la technologie pour le réaliser adéquatement ou la bonne vision pour...”
“Ces tags dans vos commentaires : , sachant...”
“Un article est-il complet ? Ce n'est évidemment jamais le cas. Par contre, j'évoque un peu ces questions de droit dans mon ouvrage ici :...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.