Ecosystèmes virtuels ou réels ?

Publié le 16 juin 2008 - 5 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

L’un des facteurs clés de succès de la Silicon Valley souvent mis en avant est la taille et la concentration de son écosystème. Il est centré autour de l’université de Standford à côté de laquelle se trouve Sand Hill Road à Palo Alto, la rue où sont rassemblés l’essentiel des VC (sociétés de capital risque) qui comptent. Puis tout le reste autour à moins d’une demi-heure de route, notamment une palanquée de sociétés de services divers: avocats, spécialistes en propriété industrielle, agences de design, agences de presse, agences de communication, etc. Et surtout, au delà de milliers de startups, les sièges et/ou laboratoires de R&D d’entreprises mondiales puissantes et pourvoyeuses d’emplois de haut niveau : Google, Yahoo, eBay, Sun, Cisco, Hewlett-Packard, IBM, etc. Le rôle de l’université de Stanford dans la Silicon Valley, tout comme celui du MIT sur la côte est des USA, sont reconnus comme fondamentaux dans la création de ces écosystèmes d’innovations.

En Europe, notre fragmentation de l’enseignement supérieur est endémique. Et l’approche la plus courante pour essayer d’égaler la Silicon Valley consiste à créer des écosystèmes très distribués ou virtuels, faute de mieux. En estimant notamment que les technologies de la communication, exploitées de manière exemplaire, permettent de s’affranchir des distances.

Est-ce donc la bonne approche ? Pas si sûr !

Nous avons quelques exemples sous la main :

  • Le “MIT Européen” (image

    • Le concept des PRES (Pôles Régionaux d’Enseignement Supérieur), lancés en avril 2006, et qui sont en train d’être mis en oeuvre comme Rapport PRES

      • Les pôles de compétitivité, lancés en 2005. Ils sont parfois articulés autour d’un centre universitaire, mais surtout autour de grandes entreprises. Ils sont trop monolithiques dans leur approche – exclusivement monothématique -, trop nombreux (71) et n’ont pas donné lieu à une véritable restructuration du territoire (grandes écoles, universités, etc). Et on soupoudre des subventions d’un “fond d’aide interministériel” sur des projets après appel d’offre plus ou moins semestriel (tout de même 830m€ sur 3 ans, image

        Le hic avec tous ces écosystèmes virtuels, c’est qu’ils ne peuvent pas être aussi efficaces que les écosystèmes du monde réel, très concentrés géographiquement. Ce sont de nouvelles approches de gouvernance, pas des ruptures de fond permettant de véritable changer la donne et créer des écosystèmes plus concentrés et dynamiques.

        Pourquoi donc ? Parce que la création d’entreprises requiert une proximité physique entre ses principaux acteurs. Elle requiert une forte relation de confiance entre chercheurs, entrepreneurs, investisseurs et accompagnateurs divers. D’où le besoin de rencontres physiques malgré les progrès des outils de télécommunication: visioconférences, SkyPe, VOIP etc.

        C’est un peu comme pour créer une bombe atomique ou même une centrale nucléaire : il faut créer une masse critique sans cela, elles ne fonctionnent pas. Ici, c’est la même chose : sans concentration des talents, l’écosystème n’éclot pas ou alors, il fonctionne au ralenti. On en est donc encore au stade de l’Uranium appauvri qui sort à peine de la mine ! Sachant que l’on parle ici de l’impact dans la création de PME innovantes capables de se développer rapidement.

        Ceci n’est pas pour autant contradictoire avec une évolution majeure : le concept “d’innovation ouverte” qui voit le processus d’innovation dépasser de loin le cadre des laboratoires de grandes entreprises ou de recherche, et devenir très collaboratif et fait de réutilisation et transferts divers, maintenant à l’échelle planétaire. Il faut donc d’un côté des masses critiques, mais interconnectées les uns aux autres. Et notamment, faire plus circuler les élites de ces établissements dans les meilleurs équivalents mondiaux.

        La difficulté de création d’écosystèmes concentrés “réels” réside dans le coût des restructurations physiques. Elles demandent des moyens financiers considérables, sortes de “plan Marshall” de l’enseignement supérieur et une vision à long terme. Et aussi, de passer outre les baronnies qui empêchent des regroupements. Valérie Pécresse en fait actuellement l’expérience dans la mise en oeuvre des PRES qui vise ultimement à créer des rapprochements physiques et des fusions d’établissements. L’approche actuelle et coercitive basée sur les financements des PRES, pourrait lentement aboutir à quelques résultats.

        Il serait cependant préférable que la voie soit tracée plus clairement vers des regroupements. Cela demande une vision politique forte, pas simplement l’exercice d’une certaine forme de machiavélisme. Même s’il faut savoir gérer la “concertation” avant d’annoncer quoi que ce soit dans le pays. Pour l’instant, les changements sont trop lents à aboutir, et le monde, lui, continuer d’avancer plus vite que nous !

        RRR

         
        S
        S
        S
        S
        S
        S
        S
        img
        img
        img

        Publié le 16 juin 2008 Post de | Economie, Enseignement supérieur, Entrepreneuriat, France, Innovation, Startups | 11666 lectures

        PDF Afficher une version imprimable de cet article     

        Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


         

        RRR

         
        S
        S
        S
        S
        S
        S
        S
        img
        img
        img

Les 5 commentaires et tweets sur “Ecosystèmes virtuels ou réels ?” :

  • [1] - jlc a écrit le 16 juin 2008 :

    Synthèse très intéressante … comme d’hab.

    La silicon valley n’est qu’un des nombreux exemples de “clusters” inventés dans tous les pays, toutes les cultures et au cours des siècles. on peut citer par exemple Venise et Florence au moment de la renaissance…

    Mais pour revenir à la silicon Valey il ne faut pas oublier 2 éléments fondamentaux:
    – elle n’est soutenue par aucune gouvernance ni publique, ni privée: elle ne correspond à aucun territoire administratif définie, personne ne l’organise ou plutot tout son écosystème
    – elle capte plus du tiers du capital risque investi aux États-Unis soit environ 30 Mds $ pour 2006: plus que le niveau de n’importe quel autre pays dans le monde.

    Cette confiscation du capital risque n’est politiquement pas acceptable. Aucun homme politique (ni même aux US) ne peut défendre une telle concentration. Il faut donc simplement constater que ce modèle unique au monde n’est pas reproductible.

    Je regrette comme beaucoup le soupoudrage inutile des poles de compétitivité, je suis aussi très sceptique sur le MIT européen virtuel …. mais il est, je pense totalement illusoire de faire accepter à des politiques nationaux (ou Européens) une telle concentration de moyen et qui serait d’ailleurs extrêment risqué.

    A la France d’innover aussi sur ce sujet et d’inventer son propre modèle (Une dizaine de pôle en France: c’est peut-être un bon objectif à la fois “acceptable” et qui permette une meilleure concentration des talents). Cependant quelque soit le modèle, si l’on veut voir des centres d’excellence se créer, il faut accepter que l’on en voit d’autres échouer: des écoles fermés, des universités végétées, des labos supprimés…

    on en revient toujours au principe darwinien ou de shumpeter (la destruction créatrice). Voila le challenge que nos politiques, nos concitoyens doivent accepter à droite comme à gauche…

  • [2] - OlivierM a écrit le 16 juin 2008 :

    Tout a fait d’accord avec toi, le rapport de l’efficacité du virtuel contre le réel est un rapport de 1 à 10. 10 passés virtuellement valent 1 heure en réel…

    Le principe des pôles de compétitivité est bon, mais la mise en œuvre n’est pas du tout au niveau. Quand on voit des pôles multirégionaux, on imagine facilement que l’innovation spontanée, celle créer par les rencontres entre les gens ne peux pas avoir lieu.

    Alors effectivement, nous avons 10 fois moins d’entreprise IT en France que dans la silicon valley… mais en plus elles ne sont pas concentrées dans un même espace physique… c’est pas gagné !

  • [3] - Olivier Ezratty a écrit le 17 juin 2008 :

    Jlc, on en est bien loin de la Silicon Valley !

    La Silicon Valley ne “confisque” pas le capital sciemment. Elle bénéficie par effet de gravitation de sa masse critique. Et effectivement, le reste des USA ne voit pas cela d’un bon oeil !

    La grande question est de savoir comment orienter l’action publique en Europe et en France pour ne pas trop s’éloigner des modèles qui fonctionnent bien.

    Pas évident…

  • [4] - herve lebret a écrit le 17 juin 2008 :

    Il y a un autre sujet qui mérite l’attention. Quand on cherche un centre de la Silicon Valley, on pense à Stanford et en effet le travail de Terman qui notamment contribua à la venue de Hewlett et Packard à Palo Alto a été essentiel.

    Mais Intel a sa lointaine origine chez Fairchild en 1957. Les fondateurs de Fairchild avaient eu suivi Shockley, prix Nobel et inventeur du transistor. il semble que le monde du semi-conducteur est relativement peu de liens avec Stanford.

    Ensuite il y a PARC, le centre de recherche de Xerox, d’où est sorti la souris (là il y a débat avec SRI), les interfaces graphiques, l’ethernet, Adobe.

    Enfin il ne faut pas oublier Berkeley d’où est sorti l’esentiel de la conception des circuits électroniques.

    Tout ça pour dire qu’il y a eu (accidentellement?) création simultanée et / ou séquentielle de technologies majeures à des endroits relativement déconnectés. Et c’est sans doute une autre raison pour laquelle, il est improbable de faire une nouvelle SIlicon Valley…

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 18 juin 2008 :

    Oui, bien sûr, il y a eu mélange de hasard et de circonstances favorables.

    On ne va pas par exemple s’amuser à créer des pôles de compétitivité (dans d’autres pays ou aux USA) dans des régions sismiques ou connues pour la grandes fréquence de leurs catastrophes naturelles pour créer le “sens du risque”.

    En France, on peut tout de même s’inspirer de ce qui est potentiellement reproductible de la Silicon Valley. Et éviter de faire tout le contraire (saupoudrage des pôles de compétitivité, trop d’aide aux grandes boites, faible culture du risque, pas assez d’investissements privés, …).




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.