Conférence LeWeb3 – La connaissance

Publié le 13 décembre 2006 et mis à jour le 1 octobre 2010 - 6 commentaires -
PDF Afficher une version imprimable de cet article
  

Ce thème a été couvert de plusieurs manières et de façon fort intéressante :

Tout d’abord, par Hans Rosling, professeur sur la santé internationale à Stockholm et créateur de

Avant même de lire la suite, allez sur le site

Il montre que le revenu moyen s’est amélioré dans tous les continents et en particulier en Asie. C’est le continent africain qui est le plus en retard. A cause des guerres, héritées d’un découpage territorial colonial ne tenant pas compte des tribus, et de la corruption. Entre autres. Les gens quittent les villages pour rejoindre les villes (il n’y a pas d’immigration illégale vers les villages!). L’amélioration de la situation économique passe selon Hans par l’éduction, la santé, le micro-crédit, les infrastructures et les droits de l’homme. Vaste programme! Et avant d’avoir des ordinateurs, il faut de l’électricité. Et si l’ordinateur à $100 de Nicholas Negroponte fonctionne avec une manivelle, ce n’est pas le cas de l’accès à l’Internet!

Suite de la démo : le rapport entre le niveau de vie (PNB/habitant) et la mortalité infantile. Celle-ci a bien évolué en 30 ans sur tous les continents, sauf en Afrique, ou le PNB/habitant a même régressé!

Et lorsque l’on éclate les continents en pays, on constate d’énormes différences entre pays. Par exemple, entre pays arabes qui partagent pourtant une même culture et une même religion… (NDLR: mais, semble-t-il, pas le pétrole)!

La structure de la famille a énormément évolué. On est passé dans les pays pauvres de grandes familles avec une vie courte à de petites familles avec des vies plus longues. Il y a une corrélation entre la taille des famille (faible) et l’espérance de vie (longue). En fait, la globalisation a été générée selon Hans par des évolutions démographiques et pour lui, la population va d’ailleurs tendre à se stabiliser au gré de l’enrichissement des pays. Et de s’appuyer sur l’évolution (un peu simpliste au demeurant) de la structure familiale au travers des âges (qui ne tient pas compte de la polygamie):

La modernisation de l’habitat, de la chambre, de la salle de bain et de la cuisine ont été les facteurs clés d’amélioration de la santé dans le monde. Elles ont selon lui précédé la globalisation économique dont on parle aujourd’hui. En fait, selon le pays, la progression de la santé a précédé (Chine) ou pas (Egypte) celle de l’économie.

Les gens pauvres ne se préoccupent pas beaucoup de la pollution par le CO2 car ils n’ont même pas la santé et les basiques de la vie. Avec l’enrichissement de l’ensemble des continents, cette préoccupation va à la fois augmenter, la population se stabiliser, et le problème être plus directement traité. Phénomène de poule et d’oeuf assez intéressant!

Pourquoi ai-je donc mis cette présentation de Hans Rosling dans la catégorie de la connaissance? Parce que son message était le suivant : nos idées sont préconçues sur les évolutions macro-économiques du monde. Il nous faut disposer de données accessibles pour comprendre cela. Après l’open source et l’open content, il milite pour l’open data. Donc, faire en sorte que les données qui dorment dans les bases de l’ONU et autres organisations nationales et internationales soient publiques et exploitables (j’apprécierai de mon côté un benchmark raisonné du nombre de fonctionnaire/habitant et par catégorie de fonctionnaire).

Les trottoirs sont gratuits, les données (publiques) devraient l’être également!

L’orateur a eu droit à l’une des deux standing ovations de la conférence, avec Shimon Peres, je crois. C’était bien mérité!

===========================

J’en viens maintenant à la seconde présentation intéressante dans le domaine de la connaissance, celle d’Enrique Dans, un professeur d’université espagnol (photo ci-dessus).

Il décrit les changements que l’Internet et les nouvelles technologies devraient introduire dans les méthodes pédagogiques, à contre courant de ce qui se fait en ce moment.

Partant d’une démonstration par l’absurde basée sur le scénario des films Matrix, voudrions-nous remplir automatiquement notre cerveau avec de la connaissance (pratiques des arts martiaux dans le cas de Neo)? L’éducation est-elle juste une affaire d’upload dans le cerveau? Ben non…

Les évolutions graduelles des technologies nous ont amené à une situation qui dépasse le progrès des outils (traitement de texte, tableur, accès à l’information, communication): les jeunes sont des “citoyens du web”, ils ont une présence, une réputation, une capacité d’expression, des règles du jeu de cette vie dans le monde virtuel.

L’enseignement est devenu une forme de communication: elle est bidirectionnelle, nécessite de bons facilitateurs, de l’ouverture, de la  conversation plus que de l’exposé magistral. C’est d’autant plus nécessaire que l’information est devenu une commodité du fait de l’Internet.

Pour Enrique, l’enseignement en ligne est réalisé de la mauvaise façon. C’est en général juste un moyen de répliquer l’enseignement pour pas cher et facilement.

Quelques crédos d’Enrique pour l’enseignement moderne:

  • Passer de l’assimilation de contenus à la définition d’objectifs.
  • De l’unidirectionnel au réseau
  • Du prof aux élèves… et dans l’autre sens
  • Les profs deviennent des “super-noeuds” (supernodes).
  • Evaluer les étudiants selon le degré de leur activité en ligne (en plus du reste).

C’est raffraichissant! Et correspond à mon observation personnelle, moi qui enseigne dans les grandes écoles (sur les stratégies de l’innovation, entre autres).

=======================

Bon, on a eu aussi droit à un débat sur l’open source, avec notamment Tristan Nitot de la Fondation Mozilla, qui m’a plus impressionné par son anglais impeccable que par son propos qui reprenait les canons éculés de l’open source. La question était de savoir si l’open source devenait commercial. Oui, par le biais des services. Mais on le savait déjà.

Ce qui est agacant, c’est de voir qu’il est difficile de comprendre la dynamique globale de la création de logiciels et les limites du modèle de l’open source. Où va-t-il s’arrêter? Peut-on considérer que dans la concurrence mondiale actuelle, on doit considérer que tout ce qui est immatériel est dans le domaine public et que seule l’économie des services doit permettre aux entreprises de prospérer? C’est une vision certainement utopique. La création de valeur dans l’immatériel est stratégique pour notre économie et il faut donc se garder de découper la branche sur laquelle notre développement futur doit se construire!

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Publié le 13 décembre 2006 et mis à jour le 1 octobre 2010 Post de | Actualités, LeWeb | 12111 lectures

PDF Afficher une version imprimable de cet article     

Reçevez par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Les 6 commentaires et tweets sur “Conférence LeWeb3 – La connaissance” :

  • [1] - Rafael a écrit le 13 décembre 2006 :

    > Après l’open source et l’open content,
    > il milite pour l’open data. Donc, faire
    > en sorte que les données qui dorment dans les bases de l’ONU et autres organisations
    > nationales et internationales soient
    > publiques et exploitables
    Je réagis sur le concept de l’open data.
    A vous lire ou à lire votre compte rendu, il semblerait que le problème soit simplement celui d’un accès à des données (en l’occurence celles de l’ONU).
    Si je m’appuie sur l’exemple de la démographie qui est cité, c’est un constat qui est fait par de nombreux démographes ou sociologues depuis longtemps. C’est le crédo d’un auteur comme Emmanuel TODD qui analyse la correlation entre la progression du niveau d’éducation et :
    – l’occurence de crises politiques (impact plutôt présent pour les hommes)
    – le contrôle de la natalité chez les femmes.
    On peut même aller plus loin (grâce à eux) et comprendre le lien qui existe entre le schéma traditionnel familial et le type de régime politique qui se met en place dans un pays.

    Bref, les concepts ne sont pas tous déclinables sous l’angle “open+quelque chose”. C’est séduisant mais il ne faut pas être aveuglé par tous les speakers tentés de faire du neuf avec du vieux.

    D’autant que le problème n’est pas toujours d’avoir accès à un “quelque chose” (le code source d’un programme, les bases de données statistiques de l’ONU…) mais il s’agit surtout d’être capable de comprendre et de construire autre chose à partir de là. Le préalable (l’essentiel) est donc, selon moi, d’acquérir les connaissances nécessaires à ce travail d’analyse.

    L’open data ne sera donc rien sans open éducation. Ou, si je peux me permettre de parodier Rabelais : “Open Data sans Open Education, n’est que ruine de l’âme” 🙂
    On sort donc de la simple problématique d’accès (question presque technique) pour aborder un sujet beaucoup plus phylosophique et politique.

  • [2] - Olivier Ezratty a écrit le 14 décembre 2006 :

    Very good points Rafael!

    C’est un peu pour cette raison que j’ai d’ailleurs mis cette présentation dans la rubrique “connaissance” car c’est bien de cela qu’il s’agissait. Le propos de Hans Rosling est un peu dans la lignée de Freedman (The World is Flat): il vulgarise le fait que les différences entre pays ont tendance à s’estomper avec le temps. Et le discours s’appuie sur une présentation visuelle des données qui génère l’effet “ahaaa”.

    Dans son discours, il a très peu parlé d’éducation. Son site GapMinder présente cependant quelques graphes comparant les niveaux d’éducation de pays en voie de développement, mais sans les explications qui vont avec. Ce penchant pour la santé est un peu normal puisque Rosling est … prof d’ “International Health”.

    Je suis tout à fait d’accord: l’éducation conditionne le développement économique, peut-être tout juste après la santé. Tout comme celui de la démocratie. Même si dans certains cas, il n’y a pas forcément de corrélation entre les deux. Et pour ne vexer personne, je ne vais pas citer les pays en question…

  • [3] - Patrice Lamarche a écrit le 14 décembre 2006 :

    [Event] Le Web 3 est terminé…

    Le Web 3, la grande conférence sur le Web 2.0 qui a réunit près de 1000 personnes de 37 pays différents…

  • [4] - Tristan a écrit le 14 décembre 2006 :

    Olivier, merci pour le compliment sur mon anglais 😉

    Quant au sujet, ça n’est pas moi qui l’ai choisi, c’est Loïc, probablement suite à la controverse et aux insultes lancées par votre ex-collègue… J’ai accepté de discuter sur ce sujet, mais ça n’est probablement pas celui que j’aurais choisi de moi même. Je pense que j’aurais parlé de méritocratie, de collaboration à l’échelle mondiale et de partage de la connaissance. J’aurais parlé des applications, outils et processus qui nous permettent de faire cela : Bugzilla, Tinderbox, LXR, Hendrix, CVS, Litmus… Par contre, 15 minutes n’auraient pas été suffisantes.

  • [5] - Olivier Ezratty a écrit le 14 décembre 2006 :

    Hé hé, c’est la limite des débats de ce genre! Je trouve aussi que la formule est loin d’être idéale. On ne fait que survoler les sujet, les speakers sont en général frustrés.

    Bel exemple des limites de ce modèle: faire intervenir Bernard Liautaud pendant 5 minutes dans une table ronde. Alors qu’il aurait largement mérité un débat avec un seul modérateur et pendant 20 minutes. D’abord parce que c’est probablement l’un des mecs qui s’en est le mieux sorti en France dans la high-tech, et ensuite parce qu’il ne s’expose pas énormément dans les conférences.

    Pour le débat sur l’open source, j’apprécierai bien un jour de voir l’aspect macro-économique de la chose traité sérieusement, avec une approche prospective. Vers quel équilibre entre OSS et logiciels commerciaux ou mixtes se dirige-t-on? Qu’est-ce qui est optimal du point de vue client d’un côté, et économique de l’autre dans le cadre de la concurrence internationale? Etc. C’est un sujet très peu abordé. Est-ce qu’il faut encourager le logiciel libre, ou le logiciel tout court (au niveau de l’implication de la puissance publique)? Etc.

  • [6] - Opinions Libres - Le blog d'Olivier Ezratty a écrit le 12 mai 2007 :

    […] A une question posée sur l’évolution de l’éducation à l’ère de l’Internet, Bayrou répond qu’il a été l’un des premiers politiques à s’intéresser au sujet des nouvelles technologies dans l’enseignement (en 1990) et que le rôle des enseignants doit rester stable, voire traditionnel. Un peu en contradiction avec Enrique Dans qui intervenait la veille. […]




Ajouter un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags dans vos commentaires :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> , sachant qu'une prévisualisation de votre commentaire est disponible en bas de page après le captcha.

Captcha

Pour valider votre commentaire, veuillez saisir les lettres ci-dessus et cliquer sur le bouton Publier le commentaire ci-dessus.


Derniers articles

Derniers albums photos

Depuis juillet 2014, mes photos sont maintenant intégrées dans ce site sous la forme d'albums consultables dans le plugin "Photo-Folders". Voici les derniers albums publiés ou mis à jour. Cliquez sur les vignettes pour accéder aux albums.
albth
Maison Bergès Jul2020
2020
54 photos
albth
Grenoble Jul2020
2020
22 photos
albth
QFDN
Expo
766 photos
albth
CES Jan2020
2020
2067 photos
albth
Expo QFDN Bercy Oct2019
2019
119 photos
albth
Web2day Nantes Jun2019
2019
66 photos
albth
Viva Technology May2019
2019
164 photos

Téléchargements gratuits

Comprendre l'informatique quantique, un ebook de 682 pages pour tout comprendre sur l'informatique quantique et ses enjeux pour l'entreprise :

image

Le Rapport du CES de Las Vegas, publié chaque année en janvier depuis 2006. Vous souhaitez une restitution personnalisée et un point de veille du marché pour votre organisation ? Contactez-moi.

CouvertureRapportCES

L'ebook Les usages de l'intelligence artificielle, novembre 2019 (624 pages)

CouvertureAvanceesIA

Le Guide des Startups, mis à jour chaque année au printemps, avec la somme la plus complète et actualisée d'informations pour lancer et faire vivre votre startup :

image

Voir aussi la liste complète des publications de ce blog.

image

Avec Marie-Anne Magnac, j'ai lancé #QFDN, l'initiative de valorisation de femmes du numérique par la photo. Installée depuis début octobre 2015 au Hub de Bpirance à Paris, elle circule dans différentes manifestations. L'initiative rassemble plus de 750 femmes du numérique (en mars 2020) et elle s'enrichi en continu. Tous les métiers du numérique y sont représentés.

Les photos et les bios de ces femmes du numérique sont présentés au complet sur le site QFDN ! Vous pouvez aussi visualiser les derniers portraits publiés sur mon propre site photo. Et ci-dessous, les 16 derniers par date de prise de vue, les vignettes étant cliquables.
flow
Emeline Parizel
Emeline est chef de projet web et facilitatrice graphique chez Klee Group, co-fondatrice TEDxMontrouge, gribouilleuse à ses heures perdues, joue dans une troupe de comédie musicale, co-animatrice de meetups et est sensible à l’art et à la culture.
flow
Elvira Shishenina
Elvira est ingénieure de recherche en calcul quantique chez Total.
flow
Marie-Noëlle Semeria
Marie-Noëlle est Chief Technology Officer pour le Groupe Total après avoir dirigé le CEA-Leti à Grenoble.
flow
Gwendolyn Garan
Gwendolyn est travailleuse indépendante, Game UX Designer, Game UX Researcher (GUR) et 2D Artist pour le jeu vidéo, étudiante en Master 2 Sciences du Jeu, speaker et Formatrice sur l'autisme et la neurodiversité, l'accessibilité et les systèmes de représentation dans les jeux vidéo.
flow
Alexandra Ferreol
Alexandra est étudiante en deuxième année d'un bachelor Game Design à L'Institut Supérieur des Arts Appliqués (année scolaire 2019/2020).
flow
Ann-elfig Turpin
Ann-elfig est étudiante en deuxième année à Lisaa Paris Jeux Vidéos (Technical artist, 3D artiste), année scolaire 2019/2020.
flow
Deborah Papiernik
En tant que SVP New Business Development, Technology & Strategic Alliances d’Ubisoft, Deborah construit de nouveaux business, des projets qui font le pont avec d’autres industries pour inspirer et séduire au-delà des frontières.
flow
Sylvie Pesty
Sylvie est Professeure des Universités à l’Université Grenoble-Alpes et Chercheure dans le domaine de l’Interaction sociale Humain-Robot, au Laboratoire d’Informatique de Grenoble.
flow
Daniella Tchana
Daniella est serial entrepreneur et CEO de BeSMART-edu.
flow
Sara Ducci
Sara est Professeure en Physique à l’Université de Paris Diderot. Recherche au Laboratoire Matériaux et Phénomènes Quantiques. Responsable du Master Physique et Applications. Membre du CA de la Société Française de Physique.
flow
Sophie Proust
Sophie est Chief Technology Officer (CTO) d'Atos.
flow
Julie Grollier
Julie est Directrice de recherches au CNRS dans l'Unité Mixte de Physique CNRS/Thales. Physicienne inspirée par le cerveau, passionnée par l’informatique et les neurosciences.
flow
Tiphaine Cerba
Tiphaine est ingénieure en matériaux sur la plateforme épitaxie du III-V lab (Thales/Nokia/CEA).
flow
Hélène Perrin
Hélène est Directrice de recherche au CNRS (LPL, Université Paris 13), membre du comité de pilotage du réseau de recherche francilien SIRTEQ sur les technologies quantiques, professeure d'optique quantique et de calcul quantique à l'École normale supérieure et à l'Université Paris-Diderot. #quantique
flow
Pascale Senellart
Pascale est Directrice de recherche au CNRS, Recherche au Centre de Nanosciences et de Nanotechnologies. Professeure chargée de cours à l’Ecole Polytechnique. Cofondatrice de la startup Quandela qui commercialise des sources de lumière quantique. Chargée de mission de l’Université Paris Saclay pour les Sciences et Technologies Quantiques. #quantique
flow
Tara Mestman
Tara est en classe de première générale (2019/2020) avec spécialités maths, physique-chimie et Langue Littérature Culture Étrangère Anglais. Suit le cursus sur l’intelligence artificielle chez Magic Makers. Egalement intéressée par le développement de l’informatique #quantique.

Derniers commentaires

“Un grand merci pour votre ouvrage. Concernant les pages 629 et suivantes -que j'apprécie ayant vécu cette époque et en ayant parlé avec quelqu'un devenu depuis prix Nobel - je me suis référé à...”
“Merci pour cette présentation très...”
“Addendum. La réponse est la même pour les caméras : bague de mise au point et profondeur de...”
“Bonjour, L'autofocus n'existait pas à cette époque. En regardant les objectifs des Hasselblad, une bague de mise au point est visible. Cela dit, vu la luminosité à la surface de la lune, le diaphragme doit être...”
“Merci pour cette interview passionnante. Il est important de dire que, dans les années 70-80, les thésards devaient réaliser des prouesses techniques avec peu de moyens...”

Abonnement email

Pour recevoir par email les alertes de parution de nouveaux articles :


 

RRR

 
S
S
S
S
S
S
S
img
img
img

Catégories

Tags


Voyages

Voici les compte-rendu de divers voyages d'études où j'ai notamment pu découvrir les écosystèmes d'innovation dans le numérique de ces différents pays :

Evénements

J'interviens dans de nombreuses conférences, événements, et aussi dans les entreprises. Quelques exemples d'interventions sont évoqués ici. De nombreuses vidéos de mes interventions en conférence sont également disponibles sur YouTube.